Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/10/2008

La colline a des yeux ( Wes Craven 1977)

18454841_w434_h_q80.jpg

 

Revoir ce film dont un remake a été réalisé récemment par Alexandre Aja  m'a replongé quelques années en arrière a une époque ou une invention incroyable débarque dans les foyers  a savoir le magnétoscope.

A la fin des années 70 quand celui ci  fait son entrée dans les salons  c'est une véritable révolution, jusque la pas de chaînes câblées et encore moins  de Canal + ,juste trois  chaînes avec des programmes cinéma on ne peut plus conventionnels , seul tard dans la nuit du dimanche le cinéma de minuit propose de sortir un peu des sentiers battus mais il ne programme que des "classiques" pas de place évidemment pour les films d' horreur ou les films 'gore'

alors nous voila dans les videos clubs a déambuler dans les rayons en découvrant médusés des jaquettes de films aux titres évocateurs .

Et le choix est immense , derrière les jaquettes  et les titres chocs , des films venus d'un peu partout , des films de zombies, de fantômes ; de tueurs , de possession , de cannibales, de maisons hantées ,de malédictions , des films de sorcières, de démons , des films de loups-garous , de mutants, de mondes perdus, avec tout ce qu'il faut de monstres, de cinglés, de tueurs , de créatures  .... bref un choix déléctable pour le spectateur qui rêve d'avoir  vraiment peur  et qui peut désormais repartir avec sous le bras  la V.H.S de '"massacre a la tronçonneuse" , "cannibal holocaust,"  "vendredi 13" , "hurlements" "les raisins de la mort '  "Suspiria " "l'antéchrist"  ou encore "la maison pres du cimetière" pour ne citer que quelques exemples au hasard.

Certains des metteurs en scène de ces films d"'un genre "nouveau" deviendront des réalisateurs cultes (Mario BavaWes Craven , Dario Argento, George Romero , Tobe Hooper .....)  d'autres seront oubliés , beaucoup comme pour les westerns dans les années 60 se cacheront derrière des pseudonymes  mais certains de ces films feront l'objet de remakes ou inspireront d'autres  réalisateurs de nombreuses années plus tard .

Pour ce qui est de 'la colline a des yeux' il faut savoir qu'il a ,  lors de sa sortie cinéma en 1977 été classé 'interdit aux moins de 18 ans ' en raison du caractère profondémént malsain  du sujet abordé (c'est la raison des coupes imposées et qui ont clairement saboté quelque peu le film) .

Le sujet est ici assez banal , une famille avec caravane ,  chiens et nourrisson  s'aventure dans le désert ou vit une tribu de dégénérés de la pire espèce , violents , cannibales, et qui semble être  plus proche de l'animal que de l'humain .

Inévitablement la voiture de la malheureuse  famille tombe en panne  et tout ce petit monde reste bloqué, coupé du monde  et bien évidemment a  la merci de ces  fous dangereux et affamés qui cherchent  a les capturer pour les tuer et éventuellement ..... les dévorer.    

Basique , simpliste ; tourné avec peu de moyens et interprété par des comediens approximatifs , La colline a des yeux qui a forçément tres mal vieilli se regarde pourtant comme une curiosité et comme le témoignage d'une époque passée ,  celle ou l'on cherchait des sensations dans la découverte d'un cinéma parallèle et nouveau  .

Aujourd'hui n'importe quel adolescent sera mort de rire  et ne tiendra pas cinq minutes devant ce film ou les méchants sont plus ridicules qu'effrayant (inoubliables costumes  en peau de bêtes ). Toutefois , ne soyons pas trop sévère car quoique l'on en dise c'est un film qui fait incontestablement partie de l'histoire du cinéma et qui reste une référence dans son genre .

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

13:21 Publié dans cinéma | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : wes craven

06/09/2008

Donnie Brasco (1997)

 

donnie_brasco_front.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Voila un genre cinématographique (le film de mafia) bien souvent (mal) traîté et qui a  trouvé dejà son maître absolu en la personne de Martin Scorsese ,ce dernier lui ayant  donné plusieurs fois ses lettres de noblesse ( "les Affranchis " se posant évidemment en référence absolue ).
C’est bien là le risque a prendre dès lors qu’on oppose un tel film a ses opus incontournables réalisés par le grand S.
Pourtant même si Donnie Brasco ne révolutionne pas le genre , le film de Mike Newell s'impose sans aucun doute comme  une réussite car il nous propose de nous intéresser à des personnages rarement choisis en tant que figures centrales d’une histoire. Le scénario tourne autour de Joe Pistonne alias Donnie Brasco  agent  spécial du F.B.I (Johnny Depp) a infiltré le milieu mafieux de New-York ou règne caïds et affranchis tous  fonctionnant selon un code bien défini et immuable. Auprès de lui dans cette jungle sournoise et méfiante Lefty (Al Pacino) qui connaît le milieu comme sa poche va introniser Donnie au sein de la grande famille new-yorkaise en se laissant bien malgré lui berné par le jeune flic


Pris dans une spirale mais sensible a l’amitié sincère et a la confiance de Lefty, Joe va continuer sa périlleuse  et courageuse  enquête tout en tentant de préserver celui qui devient malgré lui son ami .


Portrait réussi du milieu de la mafia et de ses personnages troubles avec rituels et code d’honneur le film brille par une interprétation irréprochable , Al Pacino, grandiose comme toujours prouve encore qu’il est bien l’un des plus grands acteurs du cinéma américain, il campe ici un attachant personnage de loser et vole la vedette a Johnny Depp tout en sobriété et en émotion retenue. 

Autour de ces deux personnages centraux  Michael Madsen ajoute brillamment un nouveau rôle de méchant a sa filmographie déjà bien fournie. Seules les séquences de la vie familiale (secrète aux yeux de la mafia) de l’agent Pistonne semblent avoir été quelque peu sacrifiées mais l’histoire (inspirée de faits réels) nous passionne de bout en bout même si la zone d’ombre concernant la destinée finale de Lefty nous laisse un peu sur notre faim

26/07/2008

Bullitt (Peter Yates -1968)

c94a9510c71dcb7ac87461575e86d5fc.jpgFaire un film authentique qui colle a une certaine réalité est une chose pas forcement facile et même si Peter Yates s'y est admirablement employé cela ne suffit pourtant pas a faire de Bullitt un grand film ,effectivement les scènes tournées avec des professionnels en lieu et place de comédiens (policiers , infirmières ,médecins ) donnent un coté très "pris sur le vif  "a l'ensemble mais au bout du compte on  ne retiendra  de Bullitt  que peu  de chose mis a part une légendaire poursuite automobile dans les rues et les faubourgs  de San Francisco.

Le scénario est assez plat et l'intrigue mince comme un fil ,les personnages secondaires (richard Vaughn) sont réduits a des faire valoir ,la présence féminine de la ( très ) belle jacqueline Bisset   n'apporte strictement rien car son rôle n'est  pas du tout mis en valeur .

Steve Mc Queen l'inspecteur Bullitt est LE personnage central de ce policier ,l'acteur trouve tout de même ici l'un de ses rôles les plus marquants même si sa prestation frôle parfois la caricature.

Alors  oui ! il y a dans ce "polar" qui jouit a mon sens d'une réputation surestimé dans le cinéma des années 70 des séquences mémorables et superbes (la longue scène de l'aéroport et bien sur cette inoubliable poursuite entre la Mustang verte de Bullitt et la Dodge noire des tueurs ). Une séquence stupéfiante devenue culte  car filmée avec cette sensation d'être a bord du bolide .

Pour le reste  si Bullitt se laisse regarder il n'entre cependant pas dans la catégorie des "polars ' de référence de l'époque ( revoyez donc  Un apres midi  de chien  ou " Serpico " de sydney Lumet ou bien évidemment 'french connection " de William Friedkin.)  A noter la formidable  bande son signée par le maître Lalo Schiffrin  qui signera également les thèmes des celebrissimes séries TV "Mannix " et " Mission impossible".

 

 

 
 

12:38 Publié dans cinéma | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : bullitt, steve mc queen

16/07/2008

Olé ( Florence Quentin 2005)

18451837.jpg

 

C

 

 

 

consternant , affligeant et a la limite du pathétique Olé  réalisé par Florence Quentin  pourtant une ex scenariste  et dialoguiste inspirée '('Tatie danielle " ou encore  'la vie est un long fleuve tranquille " ) est un naufrage absolu  malgré le duo alléchant sur le papier .

Depardieu qui comme a son habitude depuis deux décennies tourne tout et n'importe quoi et Gad Elmaleh qui a heureusement depuis redressé la barre sont ici a la dérive totale .

Nous sommes ici proche (très proche) du niveau  zéro avec  ce navet authentique qui se veut comédie sans jamais l'être ne serais ce l'espace de quelques minutes.  a fuir absolument !

 

01/07/2008

Phenomènes (M.Night -Shyamalan -2008)

phenomenes.jpgIndiscutablement Shyamalan est un cinéaste important ,on le constate car  chaque nouvelle  sortie  de film est un véritable évenement et depuis le choc  en 2000 de Sixième sens ( son premier film et son meilleur a ce jour) le réalisateur s'est auréolé d'un statut de metteur en scène culte . Personnellement je reste convaincu que  ce statut est très exagéré et  que Shyamalan  est avant  tout un realisateur  qui bénéficie d'une certaine 'hype ' .Toutefois même si  je ne peut nier que 'Incassable (2000) est un film plutôt réussi et qui impose  un style , une patte indéniable .le cinéma de Shyamalan m'ennuie un peu  ( Signes  en 2002 et  Le village   en 2004 ) ne resteront pas de grands souvenirs  cinématographiques aussi si le sujet que le réalisateur a  choisi d'aborder pour Phenomenes ' me semblait  passionnant je redoutais  la manière dont Shyamalan allait  traiter ce sujet.

Phenomenes se situe a la lisière du cinéma fantastique et du film a suspense, le film nous fait souvent penser a certaines series B des années 50 , des films au titres souvent evocateurs ( "le météore de la nuit "   - " les soucoupes volantes attaquent ") mais le clin d'oeil le plus évident ,le plus flagrant n'est pas a chercher uniquement du coté de ces séries B   mais également  du côté de Hitchcock et bien évidemment des "oiseaux ' cependant ici  pas question de mouettes et de corbeaux  ici  c'est une nature plus discrète ,plus sournoise qui frappe , la nature dans ce qu'elle possède de plus beau , de plus serein  les arbres ,les plantes ,les feuilles , les fleurs tout ici devient danger , tout  ici devient ennemi . La première partie de 'phénomènes ' est incontestablement la plus maîtrisée ,la plus réussie car une fois la situation d'angoisse en place le rythme ralentit ,le film perd en intensité dans la seconde partie et ne nous captive plus.

Le casting de ce film ne sauve malheureusement pas cette baisse de régime car Disons le tout net Zooey Deschanels  qui roule des yeux a nous donner le tournis est une comédienne plus que moyenne ; Mark Walhberg est beau gosse  , certes mais niveau jeu d'acteur c'est assez limité  . Au  final reste un film inégal a dimension prophetique dont certaines scenes sont sublimes (la chute simultanée des corps du building en construction ,  les suicides en chaines en plein Manhattan) et d'autres qui malheuresuement  frisent le ridicule . C 'est cette inconstance qui est   regrettable  et genante et qui au bout du compte fait de 'Phenomenes ' un film moyen qui laisse quand les lumières se rallument un gout amer de frustation.

02:52 Publié dans cinéma | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : phenomenes, shyamalan

18/05/2008

Cyrano de Bergerac ( Jean - Paul Rappeneau - 1990)

858098921.jpg

Sorti en 1990 le Cyrano de Bergerac signé par jean-paul  Rappeneau n'a rien perdu ni de sa fougue , ni de sa splendeur ni encore moins  de son panache.
le revoir après toutes ces  années procure encore des moments  d'émotions , de frissons , de lyrisme  tant liés a la beauté du texte de Rostand qu'a l'interprétation inouïe et exceptionnelle d'un Depardieu lumineux et habité .

Le comédien  chausse les bottes du plus célèbre des gascons et se coule , se moule , se fond  dans la peau du célèbre et truculent héros pour nous offrir une interprétation  totalement stupéfiante .Depardieu est tout simplement monumental
Autour de Lui Anne Brochet est magnifique , toute en finesse , en pudeur , en retenue  , jacques Weber  lui aussi est parfait  comme tout les personnages atypiques , cocasses, drôles ,  émouvants , poétiques  qui gravitent autour de l'astre Depardieu . Ce film énorme par l'ampleur du projet et par le résultat éblouissant fait honneur au cinéma  , a la poésie et au théâtre français.


L'un des films-clés du cinéma français  et un chef d'oeuvre absolu 
 





13/05/2008

La maison du bonheur ( Danny Boon - 2006 )

 

1738062904.jpgÉvidemment le phénomene désormais incontrôlable autour des  ch'tis va jouer en faveur de 'la maison du bonheur ' et beaucoup de gens qui avait ignoré ce premier film de danny Boon (adapté de sa pièce 'la vie de chantier') vont peut-être le trouver très drôle. Que dire sinon que ce film n'est guère plus qu'une comédie franchouillarde toute juste moyenne (et encore)dont on peut se passer aisément et que la séance de rattrapage autour de Danny Boon réalisateur ne s'impose absolument pas .

Si le scénario peut s'avérer amusant le film sombre assez vite dans la caricature malgré toute la bonne volonté sympathique de Danny Boon , ce n'est certes pas les gesticulations fatiguantes de Daniel Prevost (improbable agent immobilier véreux ) ni le duo d'ouvriers bêtes a manger du foin (dont n'importe quel individu doué de raison se serait débarrassé des le premier jour des travaux )qui viendra rehausser le ton comique de ce film ou finalement on ne rit que très peu .Quant a Michèle Laroque on a curieusement l'impression que le cinéma lui propose toujours les mêmes rôles .signalons que Line Renaud déjà très en dessous de ses partenaires dans 'bienvenue chez les ch'tis ' est ici encore d'une nullité confondante. Au bout du compte ' la maison du bonheur ' n'est rien d'autre qu'une comédie simple voire simpliste qui se regarde distraitement et qui s'oublie a peine le téléviseur éteint

04/05/2008

Deux jours a tuer (jean becker -2008)

1073339129.jpg

 







On Connaît la qualité de Jean Becker pour les adaptations littéraires  rapellons  les excellents films que furent "l'été meurtrier "(adapté de sebastien japrisot en 1983) 'les enfants du marais" (d'après georges Montforez en 1994 ou encore "Effroyables jardins " tiré du roman de Michel Quint en 2003) et c'est sans aucune crainte que je décidai de voir "Deux jours a tuer " son dernier film  tiré du livre de françois d'Epenoux .

La présence  d'Albert Dupontel au générique s'imposait comme  une garantie supplémentaire pour un film réussi , Dupontel  etant a  mon avis  l'un des acteurs les plus complets du cinéma français , des rôles de déglingués mémorables ("Bernie", "enfermés dehors") aux personnages fragilisés  ("l'ennemi intime "-" un long dimanche de fiançailles" - "fauteuil d'orchestre ") il nous a toujours enthousiasmé et souvent bluffé.

Malheureusement ce film qui trouvera certainement son public par la force de son message ne m'a pas totalement séduit  car il pose a mon sens une question cruciale et essentielle a savoir :  'le fait d'être condamné par la maladie donne t'il tous les droits? car c'est bien la le sujet du film et même si le scénario tente de brouiller les pistes par une histoire banale d'adultère ou de crise de la quarantaine on sent très vite  qu'il se cache quelque chose de plus profond , de bien plus grave derrière le personnage tourmenté d'Antoine,  .

Antoine a réussi professionellement ;il  a  une jolie femme (marie josée Crozeformidable un role  pourtant assez ingrat) une  belle maison ,   deux enfants adorables , des amis  , un chien ,  de l'argent  et pourtant le temps d'un week end il va tout remettre en question , tout balayer , tout quitter sans y mettre les formes sans donner d'explications mais plutôt avec violence et fracas. Si 'deux jours a tuer ' n'est pas un mauvais film ' j'en suis ressorti déçu car je n'ai pas adhéré a la philosophie du personnage d'antoine je n'y ai vu ni courage ; ni noblesse  mais plutôt une certaine forme de vengeance personnelle cruelle et lâche . De plus  l'interprétation de Dupontel souvent irréprochable par le passé m'a semblé dans ce film  un peu  inégale et parfois approximative , j'aurai préfèré voir ce rôle confié a un comédien plus étoffé plus crédible dans ses colères et ses tourments ( Depardieu  ou Auteuil  auraient étés formidables) .Il y a certes de jolis moments (notamment l'arrivée d'antoine  en irlande) mais d'autres séquences sont totalement clichés et a mon sens un peu faciles (la scène avec l'auto stoppeur, le règlement de comptes au dîner d'anniversaire , la scène de la jaguar) bref  au bout du compte un film qui ne m'a pas emballé  et qui m'a laissé de marbre .A noter que  "deux jours a tuer "   se termine par une chanson terrible et sublime de serge Reggiani 'le temps qui reste ' une chanson qui par sa puissance et son impact ,vous donne le frisson et vous cloue  sur place  .

  

 

 

 

 

 

 

 

 

10/04/2008

Babel (Alejandro gonzalez Inarritu -2006)

1580609799.jpg

 

 

 

 

 

 

Alessandro gonzalez Inarittu est a mon avis l'un des réalisateurs  les plus intéressants parmi  toute la vague des metteurs en scène  émergants depuis de nombreuses années. Ses précédents films ' amours chiennes (2000)' et " 21 grammes " (2004) restent deux incontestables réussites et s'inscrivent dans une trilogie que vient compléter Babel (2006)

Fidèle aux deux films pré-cités Babel  est également un film a tiroirs , une fois  encore  plusieurs histoires s'emmêlent reliées par un fil conducteur (ici une arme a feu) on se balade du Japon  au Maroc en passant par le Mexique et les États -unis .Magnifiquement filmé (beauté des visages  et  des paysages) Babel est un film  fascinant de bout en bout et  profondément humain.

Les séquences du désert marocain sont absolument sublimes et sont a mon avis la plus grosse réussite du film et en contrepartie la partie japonaise étant  la plus faiblarde  .Coté comédiens Brad Pitt est assez étonnant , toujours en retenue son personnage et le couple qu'il forme avec Cate Blanchett  est  passionnant . Gael garcia Bernal (déjà présent dans 'amours chiennes ') est une fois de plus formidable dans le rôle intense de Santiago 

Le film s'oriente autour d'expériences diverses d'incommunicabilité et de solitude  , perdus dans le désert, en divers endroits du monde, et étrangers à eux-mêmes les personnages de Babel  experimentent tour a tour la  peur , le doute et la confusion mais  découvrent aussi la valeur de l'amour et du lien qui peut  parfois unir  les hommes entre eux .

Grand film sur la fragilité et sur la cruauté des hommes Babel est une oeuvre  intelligente et ambitieuse  qui réussit a la fois a nous interpeller , a  nous émouvoir et  a nous émerveiller. 

 

24/03/2008

Husbands (John Cassavetes- 1971)

1032931841.jpg

 

 

J'ai pu revoir Husbands peu de temps après avoir revu" le coeur des hommes 2 "(je sais c'est cruel et pas juste pour le pauvre Marc Esposito) mais je m'abstiendrai de faire le moindre  parallèle car cela serait  comparer Mozart avec André Rieu ou Polnareff avec Obispo (au choix) Husbands est un film sur la vie et  sur les hommes , un film impossible a raconter et inclassable et surtout un chef d'oeuvre intemporel absolu .

C'est un film dont on se souvient longtemps (il date de 1971 et reste d'une modernité époustouflante) et dans lequel chaque être humain y trouvera un peu de soi (et un peu des autres).

Devenu au fil des années un classique incontournable Husbands est un  monument du 7ème art formidablement écrit et formidablement  interprété ( Falk- Gazzara - Cassavetes  sont tout les trois magnifiques).Il est incontestablement  (et a mon  humble avis de cinéphile)  LE  plus grand film sur l'amitié jamais réalisé

 

27/02/2008

No country for old men (Joel & Ethan Coen - 2008)

1399812760.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Évidemment je serai allé le voir sans l'oscar (tout a fait mérité par aileurs) car le cinéma des frères Coen est toujours synonyme de grand plaisir pour le spectateur d'autant plus que "No country for old men ' signe le retour des deux frangins surdoués au film noir . Si 'Fargo' reste a mon sens le véritable chef d'oeuvre de la filmographie  de Joel & Ethan Coen ce' no country for old man's'inscrit déjà dans la lignée des films incontournables de cette décennie.

les premières vingt minutes sont tout simplement époustouflantes , filmées  quasiment sans la moindre parole le début de ce  film s'offre un hommage appuyé aux grands westerns américains puis c'est la découverte de la tuerie en plein désert par Llewellyn Moss (Josh Brolin excellent!) qui nous plonge dans un univers terrifiant et halluciné baigné d'une froide  et implacable violence.  Bienvenue  en enfer !

Les frères Coen  on le savait  dejà sont passés maitres dans l'art de filmer les grands espaces comme personne et ici c'est  vraiment du  bonheur a l'etat pur. Si certaines séquences sont dejà cultes ( " la poursuite de LLewelyn par les mexicains et leurs pit bulls" - "la tuerie dans le motel ' l'attaque de La pharmacie  '  ou encore le  pile ou face d'Anton " )il faut également  souligner le formidable  et étonnant  casting de ce film intense  et puissant

Tommy Lee Jones en vieux shérif est incroyable , josh Brolin en cow  boy courageux qui ne lache rien  est parfait , enfin et surtout serais -je tenté de dire Javier Bardem est fulgurant il est LA REVELATION  de ce film ,.Dans le rôle d'Anton Chigurn le tueur fou  désabusé ,  incarnation du mal absolu il est totalement époustouflant (on comprend que l'oscar du second rôle ne lui pas échappé) Droopy sanguinaire , imprévisible , loufoque ; morbide et  a la limite du métaphysique il nous offre ici une interprétation mémorable  passant de la terreur a l'humour en quelques secondes , son look et sa coiffure inoubliable , son regard  glacial vont hanter longtemps nos mémoires car il est a mon sens l'un des personnages de 'méchant' les plus inouïs qu'il m'est été donné de voir depuis longtemps .Le film  qui est adapté du roman de Cormac Mc Carthy (il s'agit d'ailleurs  de la première adaptation originale signée par les Coen)  aurait pu être un chef d'oeuvre total mais  il ne l'est pas  car si les 3/4 du film sont absolument parfaits  la fin est cependant  ratée . Les quinze dernières minutes  surprenantes et déroutantes n'ont pas finies d'engager polémiques , discussions animées et suppositions en tout  genre  pour tous ceux qui iront voir le film  ." No country for old men " est au final un  film magistral que l'on déguste comme un grand cru  mais  qui se termine malheureusement avec un curieux sentiment d'inachevé

 

 

18/02/2008

Dans paris (christophe Honoré -2006)

ace2615a13915df6cbd8b13c8af582a7.jpg

 

 

 

 

 

 

Promu réalisateur favori des cahiers du cinéma ,de Télérama et autres Inrockuptibles  Christophe Honoré (lui même ancien écrivain et ancien  critique des cahiers) est passé a la réalisation en 2000 avec "17 fois Cecile cassard "un film ambigu qui réunissait Romain Duris et Beatrice Dalle.

Dans Paris est son troisième long -métrage et si on retrouve  Romain Duris au générique de ce film on n'échappera pas a Louis Garrel , comédien fétiche d'Honoré qui semble établir avec lui une relation du style Truffaut -Léaud  (pour la petite histoire Jean pierre Léaud est le parrain de Louis Garrel ,  ce  dernier étant également le fils de Philippe Garrel le metteur en scène 'underground ' des années 70) . Nous sommes a coup sur devant un film face auquel  toute l'intelligentsia cinématographique va se pâmer  , une certaine intelligentsia  peut être mais sûrement pas moi car s'il est une chose qui a le don de m'agacer tout particulièrement au cinéma ( et dans la vie soit dit en passant) c'est la prétention et c'est  justement d'un (gros) excès de prétention que souffre le film de christophe Honoré. Personnellement je dois avouer que je trouve  Louis Garrel particulièrement médiocre ,  son jeu d'acteur surfait , ses poses pédantes , cette impression d'auto satisfaction permanente  sont pour moi tout simplement  insupportables. Que dire en revanche  de  Romain Duris sinon qu'il confirme ici qu'il alterne bons et mauvais choix (force est de constater  toutefois qu'il choisit souvent des rôles délicats et risqués). rajoutons que  ce n'est pas Joanna Preiss nouvelle  venue sur les écrans qui viendra  relever  le niveau , en effet  l'actrice qui interprète ici le personnage de  Joanna  est plus que moyenne (pour ne pas dire mauvaise).

La bonne surprise est a chercher du coté  des seconds rôles avec  Marie France Pisier disparue du paysage cinématographique depuis de nombreuses années que l'on retrouve avec plaisir et qui est ici  épatante ; quant a Guy Marchand  comédien irrégulier mais parfois excellent (notamment chez Pascal Thomas) il est formidable d'authenticité et de justesse dans le rôle d'un père incapable de comprendre et d'aider ses fils.

La présence de ces deux acteurs est peut  être a mon sens l'une des seules bonnes raisons de voir ce film.  

On sait depuis longtemps la fascination  que le cinéma de la " nouvelle vague "exerce sur Honoré et on notera dans ce film les clins d'oeil appuyés a Truffaut (domicile conjugal) ,Eustache (la maman et la putain) ou encore Demy et Godard mais si les films de Tous ces réalisateurs emblématiques n'ont jamais rien de vulgaire on ne peut pas en dire autant de 'Dans Paris' film branché pour bobo parisien qui malgré quelques belles scènes reste au final un film 'tendance '  trés (très)  largement surestimé.

 

 

 

 

02/02/2008

Le transporteur 2 (Louis Leterrier 2005)

98a98c0a84744b692aac208573b3d5e0.jpg

Pas de surprise avec cette super production américano-française .

Comme il fallait le craindre   cette suite du transporteur (2002) est un naufrage sans survivant et  ne mérite qu'un superbe  0 pointé .

Ce film (ou plutôt les quarante premières minutes que j'ai pu supporter) est d'une nullité abyssale .Comédiens nullissimes , scénario ridicule , dialogues bêtes a manger du foin , scènes d'action invraisemblables et grotesques .Si encore tout cela n'était que du second degré mais non! pensez vous ! ca se prend au sérieux . Fort heureusement  le ridicule ne tue pas sinon il y aurait des victimes car ici tout est absolument raté .Rien a sauver (la palme aux acrobaties aériennes de Franck (jason Statham toujours aussi  mauvais) et de son Audi (jamais une égratignure  chapeau !) du grand , du très grand n'importe quoi )

A ce niveau de débilité  ce n'est même plus le mot " navet "que l'on peut  employer pour qualifier cette bouse qui  , phénomène inexplicable,  a cartonné lors de sa sortie .il y a des choses qui me laisseront toujours perplexe

Précisons que c'est (encore) un film produit par Luc Besson (celui qui dans une autre vie nous avait offert l'excellent Nikita ) et qui a décidé de ne plus réaliser ,(Je ne saurais que lui conseiller également de ne plus produire) .

Que fait François Berleand (inspecteur Carboni) dans ce role  d'une stupidité rare ? Que fait Matthew Modine  acteur autrefois inspiré dans ses choix (Birdy - Full métal jacket) , je suppose que la réponse doit se dessiner ainsi   $

06:25 Publié dans cinéma | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : le transporteur

27/01/2008

Celebrity (Woody Allen 1999)

887b2290f1b9bad87476b3b1ee6af911.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Celebrity est un film a la fois formidable et agaçant. Formidable car Woody Allen , comme a son habitude filme sublimement sa ville de New York (noir et blanc lumineux) , les dialogues sont drôles ;les répliques font mouche et les comédiens sont excellents ,(mention spéciale a Judy Davis  a Leonardo di Caprio qui  joue une star de cinéma décadente , et a Wynoma Rider qui est absolument craquante .

Agaçant  car si les acteurs cités précédemment sont épatants  les choses  se gâtent  avec Mélanie Griffith  peu a l'aise en bimbo , avec Joe Mantegna un peu terne  et surtout avec Kenneth Brannagh dont la tâche est lourde, car cela ne fait aucun doute , le  personnage de Lee Simons est  un masque , une façade transparente derrière laquelle se cache Woody Allen lui même .

Ce double jeu évident est quelque peu frustrant non pas que Brannagh soit mauvais acteur ! c'est juste que le fantôme de Woody plane tellement au dessus de son personnage qu'il en  étouffe le pauvre Brannagh

Mis a  part le choix curieux  du réalisateur de ne pas interpréter ce rôle ,tout le reste est ici savoureux ,Celebrity  se pose en auto critique cinglante et aiguisée d'un milieu que Woody ne connait que trop bien . En caricaturant les travers de ce monde déconnecté de toute réalité Woody Allen  flingue tous azimuts le  star-system  et tire a boulets rouges sur une micro société  dont son film nous montre les cotés pervers ,parfois attrayants  souvent  ridicules.

Celebrity est un  film  d'une irrésistible drôlerie ,comme d'habitude chez Woody Allen les comédiens s'en donnent a coeur joie et  certaines scènes sont absolument hilarantes  , tout particulièrement  celles avec judy Davis absolument géniale dans tous les registres et qui illumine ce film de son talent .

23/01/2008

Ombres et brouillard ( Woody Allen -1992)

  • 6764b6076829a6c4a511bbfc3dd59cd9.jpg

 

  • Réalisé entre 'Alice "  et " Maris et femmes "  "Ombres et brouillard "est un film totalement différent  du style de cinéma proposé habituellement par Woody Allen.
  • ici pas d'ambiance urbaine survolté  l'action se situe dans un improbable pays de l'est , le personnage principal Kleimann ( Woody Allen  carrément génial !!!!) est réveillé en pleine nuit par une inquiétante milice qui lui ordonne de participer  a une traque  pour mettre fin aux agissements  d'un cruel étrangleur. 
  • le pauvre Kleinman  terrorisé  se lance dans une nuit épaisse et glauque  pour une mission dont il ignore tout , est il chasseur ? est il gibier? nul ne le sait ,Une chose est sure la nuit devient de plus en plus noire ,le brouillard de plus en plus épais .
  • Si l'ombre de Kafka( kleinman se posant en référence évidente a Joseph K le héros de Kafka) plane sur ce film on peut également y déceler un hommage a peine masqué au cinéma expressionniste allemand , on pensera volontiers a Lang (M le Maudit) ou a Murnau (Nosferatu) . Dans sa lugubre déambulation Kleinman  va croiser des personnages atypiques  et cocasses , une avaleuse de sabre romantique (Mia Farrow comme toujours impeccable chez Allen) , une trapéziste nymphomane (Madonna), un clown Un peu paumé et lourdaud  (John malkovitch ) , des prostituées libérées ( Jodie Foster , Kathy Bates , Lily Tomlin) un médecin légiste un peu cinglé (Donald Pleasence) , un riche étudiant (Johns Cusack)  Un vieux magicien (Kenneth Mars).Tous ces personnages vont donner au film une ambiance et un climat  indéfinissable et unique.
  •   Woody Allen qui certes n'a pas choisi la facilité  a tourné  ce film déroutant dans un noir et blanc crépusculaire  et granuleux et a illustré son film par la musique de Kurt Weill . même si a  l'évidence  "ombres et brouillard"   en laissera plus d'un  perplexe   il  faut faire l'effort de pénétrer cet univers étrange ou se mêle adroitement l'absurde et l'angoisse ,la poésie et 'l' humour noir. Les comédiens sont tous excellents ( Woody Allen  en couard pleurnichard nous rapelle ici  qu'il est un acteur inoui ) et  Les répliques  drôles (qui n'arrivent jamais la  ou on les attend ) font mouches . De plus  la dimension quasi  surnaturelle  de ce film permet même a son auteur de nous proposer une fin adroite en véritable tour de passe - passe . si 'Ombres et brouillard" est un film a part dans la longue filmographie de Woody Allen il constitue en ce qui me concerne  une excellente surprise.

21/01/2008

Odette Toulemonde (Eric Emmanuel Schmitt-2007)

8ead4092d9f47edf0ccaf47bdd294fc6.jpg 

 

Pour faire un parallèle qui me semble significatif je serai tenté de dire  que Odette toulemonde est au cinéma ce que l'eau de cologne est au parfum .

Encore une fois preuve est faite que les bons sentiments ne suffisent pas a faire un bon film. quel dommage de voir deux comédiens que l'on aime dans un film aussi naïf  et aussi mal mis en scène .

Odette Toulemonde n'est qu'une suite de clichés et de lieux communs .

Le scénario et les dialogues frisent souvent la bêtise et le message que le film veut faire passer est d'une lourdeur de plomb. Quant aux caissières , secrétaires et autres coiffeuses elles seront très certainement ravies de savoir qu'elles sont incapables de lire de la vraie littérature . Un film tres "cucul la praline " a éviter absolument

23:10 Publié dans cinéma | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : odette toulemonde

27/12/2007

Borat (2006)

28d50fec6c2df6ef42e9a85885d22868.jpg

 

Ce film est un OVNI total .A la fois film de fiction et documentaire filmé en caméra cachée il nous propose de découvrir l'un des personnages les plus déjantés de toute l'histoire du cinéma Borat reporter venu du Kazakztan (hallucinant sacha baron Cohen irrésistiblement drôle) qui part a la rencontre de Amérique des villes et des campagnes .

Essayer de résumer ce  film hors normes est une chose  totalement impossible. sachez juste que Borat est crasseux , homophobe ,raciste , antisémite  et que le personnage découvre les US et A (selon ses propres termes) a la manière d'un éléphant laché dans un magasin de porcelaine.

Borat se révèle impoli, sans tabous et  irrévérencieux au possible et en même temps terriblement attachant .

Évidemment si certains gags sont d'une lourdeur de plomb   d'autres sont absolument hilarants et certaines séquences  figurent deja parmi les plus droles  du cinéma comique américain. 

Tout ici est démesure , la loufoquerie absurde  et scatologique de ce reporter incontrôlable et unique emporte tout sur son passage. Politiquement  et sociologiquement incorrect Borat ne respecte rien ni personne et  prouve que l'on peut rire de tout .Le personnage de Borat n'est  pas le seul surgi  de l'imagination débordante de l'israelo- britannique sacha Baron Cohen  , ce dernier a aussi inventé Ali G rappeur engagé en politique et dont les sketches ont donné  également  une adaptation cinématographique hilarante.  Borat  (Dont le titre exact est' Borat ' leçons culturelles surl'amerique au profit de la glorieuse nation du Kazakhstan" ) a rencontré de nombreux détracteurs aussi il convient de préciser la nécéssité absolue de prendre l'humour caustique et trash du personnage kazakh au second  degré .

 
 

12/12/2007

Le terminal ( Steven Spielberg -2004 )

dc6f195ef62b714226da8fa41b527353.jpg

Longtemps les cinéphiles et les critiques ont fait la fine bouche devant les films de Spielberg  reconnaissant en lui un grand metteur en scène populaire  mais ne le considérant pas comme un "grand"réalisateur du 7ème art.. La liste de Schindler (1994) puis 'il faut sauver le soldat Ryan' en  1998 balayèrent les arguments de tout les sceptiques et installèrent Spielberg dans le cercle fermé des plus grands directeurs d'acteurs du cinéma moderne. Qu'en est t'il alors de 'the terminal 'sorti en 2004 juste après une autre comédie plutôt réussie ("arrêtes moi si tu veux" ) et avant un  calamiteux et inutile remake ('la guerre des mondes)?

Capable donc du meilleur comme du pire on peut dire que cette adaptation  inspirée de l'histoire vraie de karim Nasser Miran un réfugié iranien sans papier installé depuis 1988 dans le terminal 1 de l'aéroport parisien de Roissy Charles de Gaulle est un film que l'on peut  considérer comme mineur dans la filmographie de Spielberg.

Ce n'est pas non plus un film raté loin de là et Tom  Hanks  sur qui le film repose y est même remarquable (dans un rôle proche de celui de Forrest gump)  pourtant  on  ne prend qu'un plaisir mesuré a suivre les déambulations de Viktor Navorski pauvre bougre venu de Krakozie (un pays inventé pour les besoins du scénario)

Le film rempli d'évidentes bonnes intentions se veut moralisateur sur le droit a la différence et a l'identité culturelle mais si  la première partie (l'arrivée dans le terminal de Viktor et son  installation ) est  savoureuse  , la seconde partie peuplée d'invraisemblables personnages secondaires (l'hôtesse de l'air incarnée par Catherine Zeta -Jones) , le vieil homme d'entretien , le manutentionnaire amoureux .....etc.....) est en revanche beaucoup moins intéressante et le film s'enfonce peu a peu  dans une suite de gags plus ou moins drôles pour aboutir a une fin convenue. Un divertissement plutôt moyen au bout du compte pour ce film qui se laisse regarder mais qui ne restera  pas dans  les mémoires des spectateurs comme  un  grand  Spielberg

21/11/2007

le rêve de Cassandre ( Woody Allen - 2007)

e644f87944f79700b7bf3ed7d2e620f2.jpgN'y allons pas par quatre chemins "le rêve de Cassandre "le nouveau Woody Allen est LA GRANDE déception cinématographique  de cette année 2007. ce film est tout simplement l'un des plus faibles (le plus faible) de toute la carrière de Woody Allen. C'est aussi le troisième film réalisé en terre anglaise après le formidable et inoubliable "Match Point" (2005)  et le nettement  moins bon "Scoop" (2006). Cette troisième réalisation hors de New York est d'une incroyable fadeur , d'une insupportable lenteur ,le thème de la culpabilité si merveilleusement traité dans "match point " est ici au centre du sujet de ce 'Rêve de Cassandre" mais cette fois avec  infiniment moins de bonheur .le film semble tourner en rond ,les personnages ne décollent jamais (mis a part Colin Farell plutôt bon dans le  role  de Terryle garagiste alcoolique miné par le remord et rongé par les doutes existentiels) .Pour le reste on peut dire que l'ensemble reste d'une platitude et d'un ennui profond , pas la moindre patte allenienne dans cette histoire même pas au détour d'une réflexion , d'une situation ou d'un dialogue . Une fin bouclée et expédiée en quelques secondes juste avant le générique de fin  et qui laisse le spectateur consterné par ce qu'il vient de voir. La règle veut que Woody Allen  réalise deux a trois films moyens suivis d'un chef d'oeuvre et il est vrai que son choix  quasi obsessionnel de tourner un film par an lui fait effectivement  s'exposer a des ratages ou a des demis succès (le sortilège du scorpion de jade - escrocs mais pas trop- Celebrity - Melinda et Melinda) mais dans le cas du 'reve de Cassandre " on peut dire que c'est un film vraiment raté et totalement indigne de la notoriété et du prestige  de cet immense metteur en scène.  

 
 

15/11/2007

Le coeur des hommes 2 (Marc Esposito 2007)

e3f198a21d8d674f28b8c2c8de699876.jpgSi le premier volet des aventures de jeff (Gerard Darmon) , Alex (Marc Lavoine)  ,Manu (J.P Darroussin) et Antoine (Bernard Campan)  réalisé en 2003 par le même Marc Esposito était un film plutôt réussi , drôle et sympathique ce n'est pas du tout le cas de cette suite inutile que l'on peut considerée comme ratée.  

Je serai tenté de dire que si la recette du "coeur des hommes"  opus 1  sembait  savoureuse ce "coeur des hommes 2"sent quant a lui le réchauffé.

Situations convenues , dialogues d'une banalité consternante , séquences parfois a la limite du ridicule ( les retrouvailles sur le theme d'un homme et une femme) ,le film véhicule de plus un esprit ridiculeusement " macho " d'une lourdeur de plomb et  en voulant être drôle Esposito  et ses comédiens flirtent souvent avec  'le vulgaire'  .

Les clichés et lieux communs ne manquent pas dans ce coeur des hommeS 2 illustré par une bande son mielleuse ;les scènes se succèdent sans logique véritable , on passe d'un personnage  a l'autre  sans aller au fond des choses. 

Fait  assez rare pour être souligné le film est si plat et si mièvre que même un acteur comme J.P Darroussin(Manu) et qui en règle générale  arrive a tirer son épingle du jeu  meme dans des films moyens est ici mauvais et peu crédible du  début a la fin .

Esposito nous fait le coup de l'artiste ressuscitée en sortant du formol une Valérie Kaprisky que nous  avions  oubliée et qui ne manquait pas a grand monde 

j'en  profite pour  rassurer ceux qui n'ont pas encore été voir  ce film désolant , elle ne sait toujours pas jouer .Les seules satisfactions  a retirer de cette suite sont a chercher du coté des filles ( le comble au vu du titre ) car les compagnes et ex-compagnes (oubliez Kaprisky) sont quant a elle remarquables  de Ludmilla Mikael (Françoise) a Zoé Felix  (Elsa) , de Florence Thomassin (Juliette)  a Catherine  Wilkening (Nanou) ,elles sont la bouée de sauvetage de ce coeur des hommes 2 lourdaud et poussif .