Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/08/2017

Stephen Stills ( Stephen Stills 1970)

stills-lp-70.jpg

'

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ca m 'est tout a fait égal que ce disque se vende a 30 exemplaires ou a 3 millions d'exemplaires , ce qui m'importe c'est de faire exactement ce que j'ai envie de faire "

Ainsi parle Stephen Stills a la fin de l'année 1970 au moment ou parait ce qui restera comme son premier ( et plus réussi ) album solo

l'homme a cette époque  a déjà enregistré des disques importants voire essentiels que ce soit   avec Buffalo Springfield entre 1967 et 1968 et bien entendu avec ses complices David Crosby , et Graham Nash ( extraordinaire premier album éponyme en 1969) puis le classique ' Deja vu ' avec les mêmes + Neil Young   au printemps 1970)

a Cette période  donc  , Stills jouit donc d'une réputation de compositeur et ses talents de chanteur et de guitariste  ne sont plus a démontrer.

Autour de lui   gravite   toute une pléiade de musiciens et d'artistes toujours prêts a faire un tour dans sa galaxie musicale et c'est entouré d'une multitude de  'pointures ' que Stills enregistre a Londres ce disque qui va devenir légendaire

A commencer par son grand ami de toujours Jimi Hendrix (décédé un mois avant la sortie de ce disque qui lui sera dédié ) et qu'on retrouve a a guitare le temps d'un titre étourdissant (' old times ,good times ') mais aussi Eric Clapton présent sur ' go back home ' l'une  des pièces maitresses de cet album '

Ringo Starr autre fidele de l'univers de Stills (et ici crédité Richie ) sera lui derrière la batterie sur deux titres dont l'explosif ' we are not helpless')

Pour venir donner un coup de main aux chœurs ca se bouscule , jugez en plutôt

Cass Elliot (échappée des Mamas and Papas) , les deux compères Crosby & Nash sont la forcement , mais aussi Rita Coolidge, John Sébastian (ex Lovin Spoonfull)

bref tout ce beau monde ici  accompagné de musiciens inspirés avec Stills  a la baguette véritable homme orchestre  qui se  charge quant a lui du chant mais aussi du  piano , des guitares , de la basse , de l 'orgue et des percussions

les 10 titres de cet album fondamental s'enchainent avec une aisance déconcertante rythmés par  cette  incroyable harmonie typique des grands albums ' seventies '

'Stephen Stills est donc non seulement un album important  reflet de son époque musicale mais c'est clairement  un grand album 'tout court ' certainement la plus grande réussite 'solo ' de Stills qui ne retrouvera jamais plus cette grâce et ce souffle

L 'homme qui fondera bientôt le cultissime et éphémère groupe 'Manassas '(1971-1973) fera parler de lui de ce coté de l 'Atlantique en raison de sa liaison (tumultueuse) avec véronique Sanson qui le rejoindra aux Etas Unis en 1973 (ils divorceront en 1979)

Sombrant peu a peu dans la drogue et l 'alcool sa longue descente aux enfers ne sera ponctué que de participations notamment auprès de Neil Young (sur l'excellent 'after the gold rush ' ) et de disques solos dispensables et d' albums (avec Crosby  & Nash) inégaux (' 4 Way street ' en 1971 ' So far ' en 1974 ' CSN ' en 1977 ou encore   ' daylight again ' au début des années 80.

 

 

Stephen Stills  -  Go  back Home 


podcast

 

 

 

 

 

 

 

10:12 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0)

16/08/2017

Mc Cartney (Paul Mc Cartney 1970)

 

McCartney - McCartney-front.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous  sommes  au printemps 1970 et Les Beatles sont en pleine explosion " Let it  be  " dernier   album du groupe  'sortira en Juin et  chacun des quatre Beatles  prépare  son album  solo

Ringo Starr dégaine  le  premier  en mars avec  'sentimental  journey  ' suivi de  Paul  en avril

George et John frapperont tous les deux  très  fort a l'automne 70  avec  'all things must pass"  un  triple  album  qui fera  date pour  Harrison  et  le fantastique "John Lennon / Plastic  Ono band " pour Lennon  

Les  sorties des albums de  Paul et  Ringo sans même attendre  celle   'Let  it  be  'seront  une source  supplémentaires  de   conflits internes  et enterreront  définitivement  tout  espoir d e  reformation Du groupe.

L 'album  de  Mc Cartney que l'on appellera  aussi  'l'album  aux cerises  '   s'avère  assez  curieux    et laisse  un  sentiment  d'inachevé.

Paul  réalise  cet  album  entièrement  seul  et  joue lui même de tous les instruments  , c'est la première  fois qu'un disque pop- rock est l 'œuvre  d'un seul artiste.

Son  écoute  plusieurs  décennies   après  sa  parution peut surprendre et pour  différentes  raisons (nombreux  instrumentaux , chansons   a peine achevées  et  très  courtes  ("lovely  linda" 0'46) " Valentine day"  (1'40)  reprise  d'un  titre ('Junk ')  prévu initialement  pour  'Abbey  road  ' et  de ce  même  titre  en  version instrumentale  " singalong  junk'

'teddy boy'  de son  coté est issue  des  chutes  de  'Let it be  ' se  retrouve  intégrée  sur  cet  album et  'Hot a sun /Glasses   est un  titre ancien (et oublié)  enregistré  a  l 'époque pré Beatles  avec  The Quarrymen '

Au  final une  seule  chanson  'May be  amazed  'se  détachera  vraiment de  ce  premier  album  solo que Paul Mc Cartney  enregistre  seul avec  sa  femme  Linda  l'ex  Beatles  se  chargeant  de  jouer  de  tous  les  instruments mais  aussi  d'assurer le  mixage et  la production laissant  les  chœurs  a  sa  jeune  épouse qui débute  musicalement  a  ses  cotés

Disque que  l'on peut  aisément  qualifier d'expérimental , Mc Cartney  bien   qu'assez  limité  en  terme  de  véritables  chansons n 'en reste pas moins  imprégné  du génie  de  composition  de son auteur.

C'est un album de rupture  et  de transition  qui va évidemment souffrir  de la  comparaison avec  les  disques  solos  de John  et George  mais qui a défaut  d'être génial  ou renversant n 'en demeure  pas  moins plaisant.

 

Paul Mc Cartney  - Oo You

 


podcast

 

 

 

Paul  Mc Cartney -Momma Miss America

 


podcast

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

13:37 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0)

26/07/2017

Saturday Night Fever original soundtrack (1977)

 

 

Cette B.O n'est pas seulement l'un des albums les  plus vendus de l'histoire de la  musique ( pres de 40 millions d'exemplaires écoulés et 3ème  plus gros succes de l'industrie du disque apres deux albums de Michael Jackson ) ,elle est surtout  le témoignage  musical de ce que fut une époque aujourd'hui révolue et dont beaucoup conservent une douce nostalgie . 

Avec  ses  costumes hallucinants , ses pas de danses posés et  ses paillettes , le disco qui va repeupler les discothèques  du monde entier  et pour une fois   qui réconcilier parents et enfants autour d'un style musical  sera éphemere  certes  mais  néanmoins historique  car tout le monde  de Claude François aux Rolling Stones en passant par Sheila , Dalida  ou david Bowie  va tot  ou tard prendre le grand train du Disco ( pour notre plus grand plaisir ou notre plus désespoir c'est selon !. )

Le film réalisé par John badham en 1977  reste a jamais  LE  film de cette génération  qui va faire d'un jeune acteur italo américain inconnu John Travolta une icône instantanée et du 2001 odyssey (la boite de nuit du film) le centre du monde .

Bon nombre des  titres de cette B.O  sont figés pour l'éternité dans la mémoire collective de tous ceux qui avait l'age d'écouter de la musique ou d'aller au cinéma a cette époque. 

A tout seigneur  tout honneur  les Bee Gees rescapés  des sixties ( et présent sur cette B.O par un hasard chanceux  )qui  vont avec les titres de  cette bande-son conquérir la planète et redorer une  image ternie par une traversée du desert  après un franc succès au milieu des années 60

 Métamorphosés (et surtout  re-lookés )  en groupe disco Les frères Gibb  vont inonder les pistes de danse et  a moins d'avoir vécu en pleine jungle amazonienne ou sur la banquise ( et encore) personne ne peut prétendre de pas avoir un jour ou l'autre dansé  sur "Stayin' alive " -" Night fever" -"You should be dancing" - "Jive talkin'"  ou encore  "more thant a woman " 

.Quant au celèbre et imparable  slow "How deep is your love"   il est   resté 2  mois N°1 des charts.

Autour des Bee Gees  deux formations cultes de l'ere disco KC & the sunshine Band  pour un titre (Boogie shoes)  que l'on pourrait retrouver aisément chez Tarantino    et Kool  The Gang  grand groupe de funk qui céda par la suite a la facilité et qui nous propose ici  un titre fulgurant 'open sesame .  

N'oublions surtout pas le monstrueux ' Disco Inferno'  du groupe  ' Philly sound ' The Trammps  ainsi que l'excellent K.Jee d'un autre groupe de Philadelphie M.F.S.B .

Seuls les instrumentaux signés David Shire ont quelque peu vieillis mais l'ensemble de cette B.O est de grande qualité et reste incontestablement   La bande son idéale des années disco . 

05/07/2017

What color is love (Terry Callier 1972)

0060243805102_600.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Terry Callier  -  you goin miss you candyman

 


podcast

C'est un  disque miraculeux  qui vous  envoute  des la première  écoute  

Il  faut  dire  que l 'enchainement  des 3 premiers  titres    laissera l'auditeur  'sous le  choc  a commencer  par  le phénoménal '  dancing  girl ' et  ses (presque)  9 minutes de  fusion  astrale absolue  entre  la  voix  de Terry Callier   et  l 'espace

Suivent  les merveilleux  ' what color  is  love  '  et ' You goin' miss you  candyman  '  deux  titres  frôlant  la  perfection

le  reste  de  ce  disque  lumineux  et  solaire  est a l'image  de  ces  trois  premières  chansons  qui catapultent  directement  cet  album  parmi les  plus  grands  albums  de   'soul  ' seventies

Artiste  malheureusement trop méconnu Terry Callier  joue  ici dans la  cour  (fermée)  des  tres  grands    (Marvin Gaye , Curtis Mayfield) et livre  avec  se  troisième   album   un  pur chef  d'œuvre   ( qui curieusement  passera  totalement  inaperçu   lors  de  sortie).

Le temps  depuis    ( notamment  grâce a  son  retour  avec 'time  peace  '  en 1998  après  20 ans  de  retrait  de la  vie  artistique) a  réhabilité  Terry Callier  chanteur a la  voix  suave  et merveilleusement  planante  qui sur  ce  disque  incroyable    nous  enchante  et  nous  émerveille. 

 

10:19 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0)

Vu de l'exterieur -(Serge Gainsbourg -1973)

serge gainsbourg,vu de l'exterieur

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1973 : le choc Melody Nelson est digéré, le fabuleux et révolutionnaire concept album n'a pas encore généré les vocations qui vont faire de lui un album clé de la chanson française quand Serge Gainsbourg amorce (encore) un virage artistique inattendu


Vu de l'extérieur  est donc  un album OVNI inclassable ,une œuvre qui, planquée derrière les vannes et les jeux de mots dévoile une partie caché de l’iceberg Gainsbourg

1973 c’est l’année du premier infarctus de Serge et Birkin , sa muse livre son premier album Di Dooh-Dah, écrit pour elle par son mentor a la ville comme a la scène

le couple déjà mythique défraye la chronique mais Gainsbourg va mal et ses angoisses et son mal de vivre donnent naissance a un chef d’œuvre ‘je suis venu te dire que je m’en vais ‘ sublime chanson qui va malheureusement étouffer tous les autres titres de cet album décalé ,désinvolte ,un peu cradingue,jamais vulgaire et totalement avant- gardiste


Fâché avec jean –Claude Vannier ; l'arrangeur génial de la période melody nelson Gainsbourg confie les arrangements aux deux british Alan Hawkshaw et Alan Parker qui vont apporter un son nouveau a la musique de Serge
Les titres de cet album parlent clairement  d’eux-mêmes la poupée qui faitPamela Po-podes vents, des pets, des poums - l’hippopodameTiticacaPan Pan cul- cul , beaucoup  d 'humour et  de  second  degré pour un résultat final assez déroutant qui va diviser public et critique , les mêmes qui  des années plus tard consacreront ‘ vu de l’extérieur ’ comme l’un des albums essentiels de l’artiste.

 

a noter la pochette  totalement  décalée , deux  photos de Serge largement  entouré  de portraits  de  primates de toutes  sortes

 

Serge Gainsbourg  -  la poupée qui   fait

 

podcast

 

29/06/2017

Time Peace ( Terry Callier 1998)

29b3ae25a283ace22013ba0dcd6491f5.jpgc'est le genre de chose qui n'arrive plus très souvent a savoir  ; la redécouverte  d'un album qui était pourtant  la tout près , a portée de main depuis des années , un disque oublié et qu'on avait délaissé. 

Je ne sais plus quand ni comment ce disque  est arrivé sur mes étagères  ce qui est certain c'est qu'il y avait peu d'empreintes digitales sur le boitier du CD de  "time Peace" l'album de terry Callier 

C'est presque par hasard que  j'ai mis ce CD sur ma platine un dimanche matin et sans prévenir : le choc  ,immédiat  et instantané et  très vite  l'évidence  d'un grand,   disque   

 

 

Entre folk  , blues , soul  et jazz  Time peace est un savant mélange de sons  , les arrangements sont somptueux  et la voix intense et habitée de Terry Callier vous transporte tout au long de cet album inouï qui chose incroyable est  passé presque inaperçu lors de sa sortie sur l'excellent label talkin 'loud  en 1998 (a l'époque seul les Inrocks  avaient semble t'il fait écho au retour de cet artiste )

je dis retour car le moins que l'on puisse dire  c'est  que le   parcours de terry Callier  est  peu conventionnel  , natif de Chicago ,enfant prodige du jazz il est  a 17 ans  la plus jeune star du label Chess record mais la découverte de John Coltrane va le paralyser  et il arrête de jouer et ne touche plus sa guitare pendant un an

Plus tard il signera chez Elektra mais se retrouvera  sans  maison de disque au début des années 70  ;chômeur il survit alors en pratiquant toutes sortes de métiers (coursier , teinturier ,informaticien) puis alors qu'il semblait avoir renonçé  ,un coup de téléphone du label acid jazz record qui souhaite rééditer un ancien 78 tours ' I don't want to see myself ' va changer sa vie et bouleverser sa destinée 

le succès de cette réédition est total et Terry Callier  a 53 ans  entame une nouvelle carière. Time peace enregistré en 1998  est donc un véritable  bijou,  Callier  y reprend deux titres emblématiques de la musique black  love thème from Spartacus 'et 'people get ready' (a l'origine composé par le grand  Curtis  Mayfield )

Ici  nul  besoin de chercher LA  Chanson  , tout les titres rivalisent de classe et de génie (the lazarus man ( et  sa fabuleuse intro  cosmique  ) - aka new york - keep your heart right ' vous avez le choix .

Précipitez vous donc sur ce Time peace  totalement indispensable et injustement  méconnu  et laissez vous transporter par la voix ,la musique ensorcelante  de cet artiste   hors des modes , a des années lumières des chanteurs R'n B  sans  ames et sans intensité et qui nous a quitte en 2012

ici ça vibre , ça respire , Time peace  disque lumineux  était un trésor enfoui dans ma discothèque que le hasard qui fait parfois bien les choses m'a permis de retrouver

Que ce doux hasard en soit remercié .

 

Terry Callier   Love  thème  From Spartacus

 
podcast

 

Terry Callier     the lazarus man


podcast

 

17:35 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0)

07/06/2017

Nuggets : Original Artyfacts from the First Psychedelic Era, 1965-1968 (1972)

nuggets

 

C’est peut-être bien la pierre philosophale du psychédélisme, ou bien  encore les balbutiements du punk-rock mais c’est aussi un cas quasi- unique de compilation qui trouve sa place parmi les albums majeurs de l’histoire de la musique pop-rock.

On doit ce disque a Lenny Kaye, musicien et futur compagnon de route de Patti Smith et l’album en question s’appelle Nuggets (pépites).

Il est également sous-titré : Original arty facts from the first psychédélics era 1965-1968.
Sorti en 1972 il regroupe 27 titres interprétés par des groupes pour la plupart inconnus du grand public (The 13th Floor Elevators / The Electric Prunes /The Leaves / The Chocolat Watch Band….).

Pour la majorité des groupes présents sur ce disque, la maison de production Elektra leur offrait une seconde chance après un début de carrière avorté ou inaperçu.


Nuggets eu un impact similaire au premier album du Velvet Underground (the Velvet underground & Nico), seuls quelques milliers d’exemplaires furent vendus mais ceux qui les ont tenus entre leurs mains ont a jamais été marqués par ce pur joyau vraisemblablement né d’un réflexe d’orgueil des groupes américains face a la British invasion (Stones, Yardbirds, Beatles; Animals)

La génération dont "Nuggets" se veut représentative se pose ici en éclaireur du grand mouvement new-yorkais amorcé dès 1976 (période CB.GB’s ) et de la déferlante punk qui ne va plus tarder .

Si ce disque fait  date  et si il reflète un  caractère   vraiment  historique   c’est bien évidemment pour les chansons que l’on peut découvrir  sans même connaître l’existence du groupe qui les interprètent et qui conservent aujourd’hui encore toute leur énergie.


Elles sont la quintessence d’une époque musicale qui depuis a influencée quantité d’artistes et de groupes avec plus ou moins de réussite mais toujours avec le même souffle et une véritable authenticité artistique.

il est important  de  signaler  que ce  double  album historique  sera  réédité  en 1998 sous la forme  de  4 cd pour  un  total hallucinant  de..... 118 titres

 

The Leaves  - hey Joe


podcast

 

 

The Castaways  -  liar, liar

 

 podcast

 

 

Track-List

  1. The Electric PrunesI Had Too Much to Dream (Last Night) – 3:02
  2. The StandellsDirty Water – 2:50
  3. The Strangeloves  – Night Time – 2:35
  4. The Knickerbockers )Lies – 2:46
  5. The Vagrants  – Respect – 2:17
  6. Mouse  – A Public Execution – 3:02
  7. The Blues ProjectNo Time Like the Right Time – 2:49
  8. The Shadows of KnightOh Yeah – 2:51
  9. The SeedsPushin' Too Hard  – 2:39
  10. The BarbariansMoulty – 2:37
  11. The RemainsDon't Look Back – 2:45
  12. The Magicians  – An Invitation to Cry – 2:59
  13. The CastawaysLiar, Liar – 1:56
  14. The 13th Floor ElevatorsYou're Gonna Miss Me – 2:31
  15. Count FivePsychotic Reaction – 3:09
  16. The LeavesHey Joe – 2:53
  17. Michael and the Messengers  – Romeo and Juliet – 2:02
  18. The Cryan' Shames  – Sugar and Spice – 2:33
  19. The Amboy DukesBaby, Please Don't Go – 5:41
  20. Blues MagoosTobacco Road – 4:44
  21. The Chocolate WatchbandLet's Talk About Girls – 2:45
  22. The Mojo Men  – Sit Down, I Think I Love You – 2:25
  23. The Third Rail  – Run, Run, Run – 1:57
  24. Sagittarius  – My World Fell Down – 3:52
  25. NazzOpen My Eyes – 2:47
  26. The Premiers – Farmer John – 2:29
  27. The Magic MushroomsIt's-a-Happening – 2:47

12:47 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : nuggets

La plus célèbre langue du monde

 

 

langue,rolling stones,kali

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Tout le monde connaît le celèbre logo des Rolling Stones  a savoir la fameuse langue rouge .

Elle a été déssinée en 1970 par le designer John Pasche , ami du bassiste du groupe Bill Wyman mais c'est Mick Jagger le leader des Stones qui en eût l'idée s'inspirant de la statue de la déesse Kali , qui dans l 'hindouisme est la déesse représentative  de la préservation, de la transformation et de la destruction

Au cours des années elle prit différentes couleurs mais c'est sous sa forme originelle qu'elle est entrée dans les mémoires collectives devenant assurément l'l un des  logos les plus connus ( et les plus  rentables)  de la  planete

 

langue,rolling stones,kali

 

 

 

28/05/2017

Mind Games ( John Lennon 1973)

john-lennon-mind-games-sleeve-70s.jpg

 

 

 

 

 

 

 

Album de 1973  certes  attachant   mais ou un titre , un seul  a savoir   "mind games "( qui donne  son titre a l 'album ) survole et écrase  tout
Le reste est inégal mais j 'avoue qu' entendre Lennon même sur  une chanson mineure  reste toujours touchant

La seule présence  de Yoko Ono sera son portrait  allongé  sur  la sublime pochette (peut etre la plus belle de la  discographie de Lennon) .

Musicalement nulle trace de Yoko Ono et  pour cause ,le couple  est séparé  et John des la fin de l 'enregistrement  de ce disque et  avant même  sa  sortie   a  émigré avec  May Pang l'assistance  japonaise  de Yoko Ono a Los Angeles  pour sa  période de  réflexion  qu'on appellera ' the lost  week end  '


Concernant  cet  album ( le quatrieme  disque  solo de Lennon ) on peut  déplorer des Musiciens peu inspires voir peu concernés et une absence  de  titres ( a part le formidable 'mind games  ' ) qui tiennent vraiment la  route. même  si certaines ("out the blue  '     " I  don't  know   "  ou " Aisumasen  '  ( qui  ressemble  par moment  étrangement  a ' God  '  enregistré    3 ans  auparavant) sont agréables   mais loin des  merveilles  gravées   par Lennon  au début  des  années 70

au final  'Mind games  'est  un  disque brouillon  et quelque peu inachevé (Lennon s'essayant ici a  la  production) un peu a l image de la vie privée de l'ex Beatles  a cette période.

 

 

John Lennon  - Aisumasen ( I 'm sorry  )


podcast

 

 

19:13 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0)

Empires and Dance ( Simple Minds 1980)

 

hqdefault.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

j avais cessé d 'écouter Simple Minds depuis bien des années le rachat en vinyle pour une poignée d'euros des trois  premiers albums du groupe m'a ramené en un instant dans les années 80

Quel bonheur de retrouver cette ambiance , ce  climat  "cold "et caractéristique des premiers disques du groupe écossais

Empires And Dance s'affirme  donc comme un excellent disque de 'post -punk ' froid et sombre.

Le groupe de Jim Kerr est  encore sur ce disque clinique et glacé et nourri de sons industriels et métalliques venues  tout  droit de l héritage Kraftwerk

Simple Minds n 'a pas encore fait sa mue vers la new - wave pure ( un virage musical  et  commercial qui fera son immense succès bientôt)

grand disque a (re) découvrir

 

 

Simple Minds  -  twist / run / répulsion

 


podcast

 

 

Simple Minds - Capital city

 


podcast

 

 

track-list

  1. I Travel -
  2. Today I Died Again
  3. Celebrate
  4. This Fear Of Gods
  5. Capital City -
  6. Constantinople Line
  7. Twist/Run/Repulsion
  8. Thirty Frames A Second
  9. Kant-Kino
  10.  Room

 

 

13:36 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0)

26/05/2017

Histoire d'une photo (St John will I am John Coltrane African Orthodox Church - 2016)

 

 

 

 st-john-coltrane.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

C 'est par un article de  " Jazz Magazine '  (mai 2016) que j ai appris son existence et que stupéfait je découvrais cette photo

le lieu  fut Fondé en 1971 par Franzo et Marina King qui apres avoir vecu une experience mystique lors d'un concert de John Coltrane fonderent cette  eglise  dansle quartier  de Fillmore  de San Fransisco hauts lieux de la contre-culture Américaine dans les  années 70 , un quartier  rebaptisée par la suite le 'Harlem de l 'Ouest '

Endroit unique entre  le 'sacré et le 'club de jazz " on y celebre  chaque dimanche des messes  centrées  autour de John Coltrane sanctifié par l'eglise orthodoxe africaine  en 1981.

en danger  financièrement  la "St John will I am John  Coltrane African Orthodox Church" a été menacé  d'expulsion mais des associations et  des  pétitions de soutien ont étés  organisées  pour trouver une  solution aux importants retards  de loyers  impayés

 l’archevêque Franzo Wayne King fondateur de cette  église  pas comme les autres et par ailleurs   musicien  ( Saxophoniste) , a dans un premier  temps  obtenu un répit

«Les officiels de San Fransisco , les conseillers municipaux au maire, devraient se sentir responsables de la protection de cette maison de l’amour suprême», expliquait Franzo Wayne King, en référence à l’album de Coltrane A Love Supreme.

 Malgré la bonne volonté de l 'archevêque King le  déménagement dans un quartier a loyer modéré  a du s'imposer et c'est désormais au 2097 Turk Street ( San Fransisco CA 94115) que l 'église s'est déplacée

Les messes à la Saint-John-Coltrane Church, illustrées par  une méditation musicale sur l’œuvre du saxophoniste, continueront donc  d’attirer croyants   et " fans"  de jazz du monde entier. 

En 2007, un article du New York Times décrivait cette messe particulière comme une session d’improvisation musicale entrecoupée de prières et lectures de l’Évangile. Lorsqu’il a fondé cette église, Franzo Wayne King s’est rallié à la dénomination de l’African Orthodox Church

Pour être ordonné archevêque, King a été obligé de faire une concession: accepter que John Coltrane ne soit pas Dieu mais juste un saint.

Nul  doute  cependant   que Pour des  milliers  de musiciens partout sur la planète  et  depuis  des  générations que  John Coltrane " est " le Dieu vivant  du saxophone

 

 Capture.PNG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

l 'Archevêque Franzo King

 

l'adresse  internet   de  la St John Coltrane  Church

http://www.coltranechurch.org/

 

John Coltrane song of  the undergroung railroad


 

Quelques  Clichés

 

1.PNG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

W1siZiIsInVwbG9hZHMvcGxhY2VfaW1hZ2VzLzZlNjE3MzU4NzNlNDk4OWJlMV9qb2huY29sdHJhbmUwNC5KUEciXSxbInAiLCJ0aHVtYiIsIngzOTA-Il0sWyJwIiwiY29udmVydCIsIi1xdWFsaXR5IDkxIC1hdXRvLW9yaWVudCJdXQ.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

001.jpg

 

 

 

23/04/2017

There 's a riot goin' on (Sly & The Family Stone 1971)

 

14

 

 

Sly & the family stone - family affair


podcast

 

 

Premier groupe funk mixte de l'histoire Sly and the Family Stone  reste quarante apres l'une des formations les plus intéréssantes  de la musique noire americaine

Comète  musicale le groupe ne restera au sommet qu'une poignée d'années ( 1969-1973) la musique proposée par cette bande de 'dingos' sera furieuse et debridée a l'image de son leader imprévisible et incontrôlable.

Révélé par le single ' dance to the music' (1968) puis  l'année suivante par le renversant album 'stand ' qui valut au groupe de faire partie des formations invités au festival de Woodstock ,  le groupe atteint ici sa maturité" et  propose une fusion irrésisitible

Disque fondateur d'un genre nouveau mais également  disque de partage et de mélanges subtils  Sly Stone s'affirme comme un inconditionnel de groupes comme le Grateful dead ou encore   le jefferson Airplane et il va puiser  dans cette  musique 'blanche ' psychédélique des années 70 pour livrer ce disque totalement incroyable et novateur

" There's a riot goin' on "(titre évocateur, pochette provocante) sera a la fois le chef d'oeuvre et le  chant de cygne  de Sly and the Family Stone ,le groupe miné par différents  problèmes d'ego  et de dope disparaîtra  peu a peu 

Son influence quant a elle ne disparaitra jamais , De Prince évidemment a ' A tribe called Quest  ou encore   Arrested Developement Jusqu'a Miles Davis (qui sera dès 1972  profondément influencé par cet album au moment d'enregistrer ' on the corner'

18:07 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0)

20/04/2017

Voila les Anges ( Gamine 1988)

gamine.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Gamine - nos sentiments


podcast

 

Gamine - Voila  les  anges


podcast

 

Voila les  Anges   est certainement  un  disque majeur  de la  scène pop-rock  française mais c 'est aussi l 'album d'un  groupe météorite

Groupe emblématique de la scène bordelaise avec Noir Desir dont l 'explosion médiatique va certainement  les mettre un peu  dans l 'ombre , Gamine  connaît cependant le bonheur d’un tube d’envergure nationale avec « Voilà les anges » .

Bien avant d’intégrer le label Barclay, le groupe avait déjà séduit Robin Wills et Chris Wilson des Flamin’ Groovies qui produisent leur premier album et leur donnent une tonalité  sixties

. Pour « Voilà les anges », Gamine fait appel à Jim Hill qui imposera les des guitares moins trash et un son pop et frais qui  donnent un nouveau départ au groupe

Le succès public et  critique  de ' voila les anges  ' ne les empêche malheureusement  pas de disparaître en 1991 après de classiques histoires d’ego, de drogues et d’argent. l’ambiance se dégrade  et  devient  très tendue entre Paul Félix , et Paco Rodriguez les deux têtes pensantes de Gamine  qui vont  se  brouiller

En 1990, sort le deuxième album Dream Boy inauguré par le single du même nom.

Enregistré en Angleterre, le groupe fonde beaucoup d'espoir dans sa parution, mais le public ne suit pas vraiment et aucun tube ne vient appuyer sa promotion

en pleine tournée de l 'album Dream Boy, le groupe se saborde victime de l'insuccès et des tensions permanentes  entre les membres du groupe

Reste le souvenir d'un groupe  fulgurant  et de  ce premier album devenu culte porté par un hit   de haute volée ' Voila les anges   ' et truffé de titres formidables(' Nos Sentiments ' - les gens sont si bizarres ' ' le voyage ' ) qui ont largement supportés les années

A noter la délicieuse reprise de 'May I ' chanson de Kevin Ayers parue en 1970 sur ' shooting at the moon ' second album de L 'ex membre de Soft Machine

 

 

 

 

 

 

10:51 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0)

Duets (Frank Sinatra & Guests -1993)

frank sinatra,duets

 

 

Pris d’une frénésie d’écoute de Sinatra je ressortais il y a peu un disque paru en 1993 cinq ans avant la disparition de 'The Voice 

Évidemment les meilleurs disques jamais enregistrés par celui que l’on peut considérer comme LE plus grand crooner de l’histoire  restent définitivement ceux enregistres pour Capitol entre 1953 et 1962 mais par un curieux hasard le disque que je glissai ce matin la dans mon lecteur était  ‘Duets ‘ le disque sorti chez E.M.I et  composé de duos  enregistrés alors que l’artiste fêtait  ses 70 printemps. Passons outre tout d’abord l’effroyable laideur de la pochette signé par l’artiste américain  Leroy Neiman, un peintre très coté et  spécialisé dans la peinture sportive et faisons abstraction de cet emballage horriblement laid et intéressons nous au contenu.

13 titres au menu avec disons le tout net de l’exceptionnel, du très bon  et …  du moyen.

Pour ce qui est du moyen (gardons le meilleur pour la fin) il faut aller en plage 3 ‘ I’ve got a crush on you ‘ et endurer une Barbra Streisand  ici plutôt braillarde 

Zappons rapidement "You make me feel so Young " en   plage 8 , un duo  avec Charles Aznavour qui chante si mal en anglais que cette magnifique chanson ne s’en remet pas.

Plage 11 le duo SinatraAnita Baker ‘ wishcraft ‘ est plutôt insipide de même que celui avec Liza Minnelli (plage 10) que l’on a connue plus inspirée ils ont cependant eut la bonne idée de nous épargner  ‘New york New york qu’ils ont chantés ensemble des centaines de fois pour préférer   ‘I’ve got the world on a string ‘ .

Plage 5 c’est un peu le petit poucet parmi la brochette de stars autour de Sinatra , et  on peut s’étonner de trouver sur cet album  Gloria Estefan qui fait ce qu’elle peut sur ‘ come rain or come shine ‘ (on murmure qu’elle aura remplacée au pied levé Madonna que Sinatra aurait décommandée la jugeant a son goût trop vulgaire ….allez savoir !) c’est en tout cas la chanson la plus dispensable de  ‘duets ‘.

Coté grand bonheur  en plage 1 un duo exceptionnel pour une des plus grandes  chansons du répertoire de Sinatrathe lady is a tramp’   jamais on ne croirait entendre chanter un septuagénaire tant  pour cette fabuleuse chanson Sinatra  se balade  ;il est ici  accompagné de  Luther Vandross dont la voix de velours s’harmonise parfaitement avec celle du Maître.

Plage 4 deux artistes aux horizons différents mais tout deux a la dimension planétaire et universelle pour ‘summer wind ‘ balade délicieuse interprétée  par un duo inédit SinatraJulio Iglesias .

L’incontournable ‘new york new york présent  en plage 6 est ici interprété par un duo d’hommes et c’est Tony Bennett un autre grand crooner qui s’y colle et qui tiens la dragée haute a son vieux pote . Plage 7 Natalie Cole qui nous avait fait le coup du duo post –mortem avec son père n’aura pas attendu cette fois que Sinatra  casse sa pipe pour s’offrir un joli duo avec ‘ they can’t take that away from me ‘ .

Pour ce qui est de l’exceptionnel  comment ne pas frissonner a l’écoute d’un duo SinatraAretha Franklin reunis  pour un what’s now my love d’anthologie . Grand fan de Sinatra (vous en connaissez qui n’en sont pas ?) Bono désormais star mondiale se voit invité pour partager un ‘ I’ ve got you under my skin ‘ surprenant et irrésistible, c’est a mon sens la bonne surprise de cet album. Enfin et c’est également une agréable surprise le duo avec Carly Simon  ‘ Guess I’ll hang my tears out to dry in the wee small hours of the morning’ est quant a lui  tout simplement magique .

Evidemment a toute personne qui voudra découvrir le répertoire de Sinatra il conviendra de s’abstenir et de choisir  plutôt n’importe quel disque solo ( notamment parmi la période citée plus haut ) mais ne boudons  cependant pas le plaisir de ces rencontres inattendues (même si  certains enregistrements de ‘duets’ ne soient en fait que des montages comme on a pu le voir dans la vidéo promotionnelle ou Charles Aznavour chante seul dans un studio parisien avant que la bande ne soit expédiée aux Etats-Unis pour  que Sinatra y pose sa voix) et savourons cet album cousu d’or ou chacun y trouvera a coup sûr ses propres pépites musicales. 

 Frank Sinatra  & Bono  :  I've got you under my skin


podcast

 

 

01:15 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : frank sinatra, duets

11/04/2017

Electric Ladyland (The Jimi Hendrix Experience -1968)

 

jimi hendrix,electric ladyland 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Electric Ladyland - (pochette Europe)   

Electric ladyland est un disque historique , une montagne du rock psychédélique un cataclysme sonore qui  balaye  tout sur son passage.

 Disque référence Il  reste encore aujourd'hui  le symbole parfait de la fusion et de l'alchimie entre le blues , le psychédélisme folk et le rock.
Cet album sidérant est a la fois tout cela et bien davantage encore .

Explorateur halluciné Hendrix accouche ici d’un disque qui nous semble venir d’ailleurs et dont les titres appartiennent dorénavant a la légende.

De "Voodoo Chile "a  "Crossdown traffic" de " the Burning of the midnight lamp " en passant par la fantastique reprise de Dylan "All along the watchtower" tout ici est nouveau , tout ici est remarquable, la musique prend feu et explose en mille particules qui se télescopent dans l’espace sous les doigts magiques d’un musicien génial et exceptionnel touché par une aura et une grâce sans égal .


Un disque cosmique intemporel et indémodable

Ah oui  !  j'oubliais ce trésor se cache sous une pochette absolument sublime enfin pour la version Européenne , cette fantastique pochette sera bêtement censurée aux U.S.A ,le disque étant publié  sous une hideuse pochette criarde)

 

 

jimi hendrix,electric ladyland

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Electric Ladyland    (pochette U.S)

 

 

Jimi Hendrix - "All Along The Watchtower "

 


podcast

 

 

Jimi Hendrix  -  Crossdown Traffic

 


podcast

08/04/2017

Parfois si sombre ( Camicela 2017)

 

Capture.PNG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Alléluia ! Une nouvelle  venue  dans  notre  horizon musical

et  c'est  tant  mieux car  voici un personnage , une  artiste  qui prend clairement le  sens  du mot  ' artiste  'a la lettre.

 Son premier EP  5 titres' Parfois  si sombre  ' est a paraître début Mai 2017 et le moins qu' on puisse  dire  c 'est qu'il laisse  présager  de  bien  belles  choses

 

Camicela  porte  un bien  joli nom de  scène   (  contraction de son prénom  et  de  son instrument  de prédilection: le  violoncelle) car particularité du parcours  artistique  de cette  demoiselle -orchestre  elle  nous   vient  du   classique  et  du lyrique avant  de gouter  au monde  du  cirque  puis  de collaborer  avec  le  groupe  Cabadzi   une formation  hip- hop atypique  et  étonnante

c 'est   désormais  toute  seule  comme  une  grande et accompagnée  de  son violoncelle et  du fatras  de  ses instruments, et  de  ses  machines qu elle  délivre pour notre plus  grand plaisir  ses  textes  sombres,  teintés  d' harmonies  délicates  mais aux mots  ciselés et  coupants

entre Olivia Ruiz  , Camille  et   Constance  Verluca    Camicela trouve une  place  de  choix  parmi les  chanteuses  atypiques  qui ne  cherchent pas le ' tube ' a  tout  prix  préférant proposer  une autre  approche de   la musique  , choisissant  de  créer  des  sons et de fabriquer un  univers  prenant les  risques  nécessaires de proposer  quelque  chose  de  différent , quelque  chose  de  neuf

 

son phrasé  particulier peut  parfois  certes dérouter  mais  a l 'écoute  de  ce premier  EP  on ne  peut  nier l 'énergie  , la colère  retenue et  l 'intensité  bouillonnante  de  ses chansons  aux  titres  courts ( tempête  ' ' venins '  '  tu   sais  ' ) '

tempête'   dont le phrasé  rap surprend  puis  séduit est indiscutablement l'un des  titres  forts de  cet  EP a découvrir  urgemment au même titre  que  'Parfois  si  sombre  '  un titre envoutant  et intense qui donne  son  nom a cet  EP  Plein  de  promesses  et  de  sincerité

 

Camicela  -  parfois  si  sombre  ( EP 2017)

Label : #14 Records

 

Track-list

1 Parfois  si  sombre

2 tu  sais

3 tempête

4 venins

5 poivre  et  sel

22:27 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0)

30/03/2017

Le destin tragique d'Elliot Smith (1969-2003)

elliot smith

 

 

 

 

 

 

 

 La mort  survenue le 21 octobre 2003 a l'âge 34 ans d’ Elliot Smith  est une immense perte pour le monde de  la musique.

Triste destin que celui de cet auteur compositeur exceptionnel et qui n’a pas eu ( ou n' a  pas voulu ) la reconnaissance du public et que l'on peut artistiquement  situer quelque part  entre Nick Drake et Neil Young

Originaire du Nebraska fils d’un psychiatre et une chanteuse qui ont divorcés assez tôt  il est élevé par sa mère et attend patiemment sa majorité  pour partir  pour Portland rejoindre son père. Il forme un groupe punk  the Heatmisers  avant de se lancer dans une carrière solo en 1994  avec un premier album, le très confidentiel ‘roman candle ‘.

Suivra bientôt en 1995 l’album éponyme ‘Elliot Smith ‘  puis Either /or en 1997 .Ses chansons folk et mélancoliques  reflétant un évident mal de vivre et un sentiment de mal-être profond . Toujours en 1997  le réalisateur Gus van Sant lui demande de composer la musique de son nouveau film ‘will hunting ‘ ;il sera  nominé aux oscars pour la meilleure musique de film ;il ne remporte pas la statuette mais joue lors de la cérémonie .

Repéré alors par le label Dreamworks dirigé par Steven Spielberg  il signe avec ce nouveau partenaire et  sort X.O en 1998 disque qui va être encensé par les critiques musicaux de chaque coté de l’Atlantique .

L’album suivant’ figure 8 ‘ paru en 2000 sera malheureusement en demi-teinte  et l’artiste semble ne pas s’adapter au succès .

En 2003 en tout début d’année  lors d’une conférence de presse il avoue ses problèmes d’alcool et de drogue et le combat qu’il mène contre les dépendances  qui ruinent sa vie au quotidien.

Quelques semaines plus tard il se suicide en se poignardant avec un couteau de cuisine dans l’appartement qu’il partage avec sa petite amie  . Il est encore vivant lorsque les secours  arrivent et retirent la lame enfoncée dans sa poitrine mais le chanteur décède durant son transfert vers l’hôpital sans avoir repris connaissance .

En janvier 2004 L’enquête de la police signifiera qu’elle ne peut  conclure  avec certitude a un suicide et que sa mort pourrait tout aussi bien être un assassinat.

Entre temps sortira basement on the hill un superbe album composés de démos et d’inédits  témoignage ultime d’un artiste tourmenté et magnifique et dont la mort reste un mystère. 

 

 Elliot Smith : between the bars

 


podcast

 

 

Elliot Smith  - let's  get lost

 


podcast

 

15:32 Publié dans Musique, Société | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : elliot smith

29/03/2017

L'imprudence (Alain Bashung 2002)

500x500.jpg

 

C'est Un disque monstrueux et inclassable ,un monolithe musical , un astre noir ,un ovni sonore voila quelques mots qui me viennent a l esprit  pour  définir " l'imprudence" le 13ème album d'Alain bashung.

Si les précédents disques de l'alsacien nous avaient enchantés (Chatterton en 1994  et  surtout  Fantaisie militaire  paru en 1998)  L'imprudence est un disque fascinant ,obsédant et qui est  a coup sûr  le sommet incontestable de la carrière de cet immense artiste .

Sur ce disque qui n'a que peu d'équivalent dans la chanson française  les textes  signés jean Fauque (deja co-auteur de la totalité  de l'album Chatterton et de  cinq titres sur osez joséphine en 91) sont  somptueux , les arrangements dépouillés  voire cliniques et Bashung joue avec les mots comme un jongleur de la langue française 

 il faut dire que Bashung s'est particulièrement bien entouré avec notamment la présence aux guitares de Marc Ribot  et d'Arto  Lindsay et celle de Steve Nieve l'ancien pianiste d'Elvis Costello. tandis  que Christophe Miossec lui offre un titre magnifique  et torturé ('faisons envie ')

Aucune des Treize chansons ne se détache vraiment car l'album tout en entier est en état de grace ,et il s'en dégage comme un sentiment  d'apesanteur .

Evidemment il faut se donner la peine de vouloir pénétrer dans le monde clos et hermétique de Bashung  et de partir a la conquête  de cet Everest de mots et de sons qu'il faut gravir a tatons guidés par la magie des textes et de la musique d'un artiste devenu majeur  dans l histoire  de la  chanson française .

La  récompense de cet  effort  est  a la  hauteur  de  ce  disque  magnifique et profond.

 

Alain  Bashung  -  noir  de monde

 


podcast

 

 

Alain Bashung  - l'irréel


podcast

 

l irreel live

 

12:58 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0)

Histoire d'une Chanson - Strangers in the night (1966)

frank-sinatra-strangers-in-the-night-lyrics.jpg

 

 

 

 

 

Au début des années 50, le compositeur Français  Philippe Gérard compose un titre  qu'il appelera Magic Tango à l'intention du chanteur Eddie Fisher (l'un des nombreux maris de Liz Taylor).

C’est un tube qui se vend à deux millions d'exemplaires en 1953, et sera adapté dans de nombreux pays d’Europe

en France, c'est Tino Rossi qui en fait  un  succès (Tango magique) aux Etats  Unis  c'est Tony Brent  Qui chante 'the Magic Tango " et en Allemagne, le titre est récupéré  par le talentueux chef-d 'orchestre Bert Kaempfert, qui en recycle une partie de la mélodie dans la bande originale  du film ' a man could get  killed   en 1966 ,  une série  B réalisée  par Ronald Neame (avec James Garner) et  sortie en  France  sous le  titre  "D pour Danger "

Dans la  foulée le  thème du film est proposé  sous le  titre  'Strangers  in  the  night   ' d'abord en Europe  au croate  ivo Robic  puis a  Frank  Sinatra  alors  en perte  de  vitesse et qui cherche  un  hit pour revenir  sur le  devant  de la  scène

en 1966 Philippe Gérard entend la  bande  son  du film et reconnaît  immédiatement le thème qu'il avait  composé puis  il  découvre  l 'adaptation  de Sinatra  et  décide  de passer a l 'offensive

En première instance, le créateur français n'en mène pas large : le compositeur allemand et les producteurs de Sinatra réclament une fortune en dommages et intérêts pour atteinte à leur réputation.

au bout  du compte  le  plagiat fut  reconnut mais  les avocats  de Sinatra et de Bert Kaempfert  proposèrent  a Philippe Gerard  un dédommagement a condition qu'il  décide  de  renoncer  aux  poursuites

Depuis "Strangers  in  the  night " est devenue l'une  des  chansons les  plus connues  de la planète  et c'est également celle  qui permis  a Sinatra  trois  avant 'My  Way' ( une autre  chanson d'origine  française )  de revenir au premier  plan.

La  carrière artistique   de Philippe Gérard  (  décédé  en 2014 a 89 ans) n'en demeure  pas  moins  prolifique  outre  les  musiques  de  films ( 'du riffifi chez les  hommes  '  ou ' la vie  est un roman ') il a composé (entre  autres)  pour  Juliette Greco , Yves Montand , Edith Piaf  , Jeanne Moreau ou encore  Henri Salvador

 

 

 

 

25/03/2017

L 'affaire CharlesTrenet Vs Chaplin

 

 $_1.jpg

En 1941 ( je sais ca date pas  d'hier) Charles Trenet  alors âgé de 28 ans  compose la  chanson   'la  romance  de Paris  ' pour le film ' Romance  de Paris  '  de Jean Boyer  un film typique  du  cinéma des  années 40 et dans lequel Trenet joue le rôle principal a savoir celui d'un jeune electricien qui devient chanteur

en ces années sombres de notre  histoire Trenet  est une  grande vedette internationale  qui parcourt le  monde et il rencontre en 1945 aux Etats -Unis Charles Chaplin  avec lequel il se lie d 'amitié

Pourtant  des   années plus  tard on se  sait ce qui passe par la  tète de Trenet  ( "j 'ai été mal conseille  " diras  t 'il plus  tard " ) en effet  en 1967 sort sur les  écrans  ce  qui sera le  dernier  film réalisé par Chaplin  ' La comtesse  de Hong Kong  ( avec  Marlon Brando et Sophia Loren) et Trenet  entends  dans la bande  originale la  chanson 'This  is  my  song  ' chantée par Petula Clark alors  devenue  star internationale ( on la croise aux  bras  de Dean Martin qui l invite  dans  son show  télévisé mais également  aux bras de Serge Gainsbourg  qui compose pour  elle)

Ni une ni deux  notre Trenet national pique  une  colère  et  estime  avoir  été plagié par le  grand  Chaplin  qui signe  lui même comme chacun  sait  toutes les musiques  de  ses  longs métrages 

Ce procès  jettera  un  froid  définitif dans les  relations  cordiales   des  deux artistes et si il est vrai que les quelques notes au début  de "this is my song" rappellent de toute  évidence  'la  romance  de Paris  ' comment Trenet  a t'il pu imaginer une seule  seconde  qu'un artiste  de la stature  de Chaplin pouvait  se  livrer a un quelconque plagiat ?

il semblerait plutôt que Chaplin qui avait assisté a de nombreux  tours  de  chant  de  son ami ait intégré dans  sa mémoire la rythmique de la  chanson de Trenet

Beaucoup de mauvaises langues ont prétendus que c'est l 'appât  du gain colossal en  termes  de dommages et intérêts miroité par le ' fou chantant' qui aurait  conduit  ce dernier a intenter  ce procès surprenant

ON se sait pas  grand  chose  de l'issue  de ce procès  qui semblerait s’être réglée a  l 'amiable mais l 'histoire fait désormais  partie des  faits marquants  de la chanson  française

 

 

Charles Trenet la romance de Paris

 

Petula Clark - this is my song

 

Résultat de recherche d'images pour "trenet et chaplin"