Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/04/2017

Man on fire ( Tony Scott -2004)

man-on-fire-010.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Man on fire est un film qui se divise en deux parties très  distinctes , dans la première le héros (Denzel Washington  toujours excellent) arrive a Mexico city retrouver un ami (christopher walken egal a lui même) et décide de s'installer dans cette ville minée par la corruption ,le crime et les kidnappings d'enfants  de famille  riches 

on ne sait rien de son passé mais on devine que ce dernier  est  lourd a porter et que son départ des U.S.A tient plutôt de la thérapie que du tourisme
Engagé comme garde du corps d'une fillette (dakota Fannings épatante ! ) il va peu a peu grâce a ce travail et a la complicité naissante avec la fillette renaître a la vie .

le film nous offre une vision intéressante (et pas très rassurante) du Mexique et cette premiere partie du film est de tout premier ordre malheureusement Tony Scott  décide de consacrer la seconde partie de son film a l'action pure a l'image d'un Tarantino (dont il avait mis en scène l'excellent scénario true romance voici quelques années) et c'est donc dans un climat d'extrême violence que se déroule cette deuxième partie

Notre Héros après l'enlèvement (prévisible) de sa petite  protégée se transforme soudain en Rambo des temps modernes , après  avoir été laissé pour mort il va se lancer aux trousses des responsables du rapt de la jeune fille  et on assiste  alors a un déferlement de violence , incendies ,explosions , tortures , le tout filmé avec soin mais avec un voyeurisme parfois gênant c'est "oeil pour oeil -dent pour dent " a la puissance 10.
le film perd alors de son charme et de son intérêt pour ressembler a tout ce que le cinéma américain en manque d'inspiration nous propose depuis des années déjà
un final téléphoné qui ne sauve même pas la mise et l'histoire se termine avec le sacrifice du héros présenté comme un martyr moderne (lourd très lourd !!!)
un film moyen donc bien que prometteur durant les 45 premières minutes puis qui ,  a l'image des explosions déclenchées par son héros part en fumée
on notera le retour a l'ecran (timide) d'un mickey Rourke  méconnaissable dans le rôle d'une crapule intégrale

18:20 Publié dans cinéma | Lien permanent | Commentaires (0)

There 's a riot goin' on (Sly & The Family Stone 1971)

 

14

 

 

Sly & the family stone - family affair


podcast

 

 

Premier groupe funk mixte de l'histoire Sly and the Family Stone  reste quarante apres l'une des formations les plus intéréssantes  de la musique noire americaine

Comète  musicale le groupe ne restera au sommet qu'une poignée d'années ( 1969-1973) la musique proposée par cette bande de 'dingos' sera furieuse et debridée a l'image de son leader imprévisible et incontrôlable.

Révélé par le single ' dance to the music' (1968) puis  l'année suivante par le renversant album 'stand ' qui valut au groupe de faire partie des formations invités au festival de Woodstock ,  le groupe atteint ici sa maturité" et  propose une fusion irrésisitible

Disque fondateur d'un genre nouveau mais également  disque de partage et de mélanges subtils  Sly Stone s'affirme comme un inconditionnel de groupes comme le Grateful dead ou encore   le jefferson Airplane et il va puiser  dans cette  musique 'blanche ' psychédélique des années 70 pour livrer ce disque totalement incroyable et novateur

" There's a riot goin' on "(titre évocateur, pochette provocante) sera a la fois le chef d'oeuvre et le  chant de cygne  de Sly and the Family Stone ,le groupe miné par différents  problèmes d'ego  et de dope disparaîtra  peu a peu 

Son influence quant a elle ne disparaitra jamais , De Prince évidemment a ' A tribe called Quest  ou encore   Arrested Developement Jusqu'a Miles Davis (qui sera dès 1972  profondément influencé par cet album au moment d'enregistrer ' on the corner'

18:07 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0)

20/04/2017

Voila les Anges ( Gamine 1988)

gamine.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Gamine - nos sentiments


podcast

 

Gamine - Voila  les  anges


podcast

 

Voila les  Anges   est certainement  un  disque majeur  de la  scène pop-rock  française mais c 'est aussi l 'album d'un  groupe météorite

Groupe emblématique de la scène bordelaise avec Noir Desir dont l 'explosion médiatique va certainement  les mettre un peu  dans l 'ombre , Gamine  connaît cependant le bonheur d’un tube d’envergure nationale avec « Voilà les anges » .

Bien avant d’intégrer le label Barclay, le groupe avait déjà séduit Robin Wills et Chris Wilson des Flamin’ Groovies qui produisent leur premier album et leur donnent une tonalité  sixties

. Pour « Voilà les anges », Gamine fait appel à Jim Hill qui imposera les des guitares moins trash et un son pop et frais qui  donnent un nouveau départ au groupe

Le succès public et  critique  de ' voila les anges  ' ne les empêche malheureusement  pas de disparaître en 1991 après de classiques histoires d’ego, de drogues et d’argent. l’ambiance se dégrade  et  devient  très tendue entre Paul Félix , et Paco Rodriguez les deux têtes pensantes de Gamine  qui vont  se  brouiller

En 1990, sort le deuxième album Dream Boy inauguré par le single du même nom.

Enregistré en Angleterre, le groupe fonde beaucoup d'espoir dans sa parution, mais le public ne suit pas vraiment et aucun tube ne vient appuyer sa promotion

en pleine tournée de l 'album Dream Boy, le groupe se saborde victime de l'insuccès et des tensions permanentes  entre les membres du groupe

Reste le souvenir d'un groupe  fulgurant  et de  ce premier album devenu culte porté par un hit   de haute volée ' Voila les anges   ' et truffé de titres formidables(' Nos Sentiments ' - les gens sont si bizarres ' ' le voyage ' ) qui ont largement supportés les années

A noter la délicieuse reprise de 'May I ' chanson de Kevin Ayers parue en 1970 sur ' shooting at the moon ' second album de L 'ex membre de Soft Machine

 

 

 

 

 

 

10:51 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0)

Duets (Frank Sinatra & Guests -1993)

frank sinatra,duets

 

 

Pris d’une frénésie d’écoute de Sinatra je ressortais il y a peu un disque paru en 1993 cinq ans avant la disparition de 'The Voice 

Évidemment les meilleurs disques jamais enregistrés par celui que l’on peut considérer comme LE plus grand crooner de l’histoire  restent définitivement ceux enregistres pour Capitol entre 1953 et 1962 mais par un curieux hasard le disque que je glissai ce matin la dans mon lecteur était  ‘Duets ‘ le disque sorti chez E.M.I et  composé de duos  enregistrés alors que l’artiste fêtait  ses 70 printemps. Passons outre tout d’abord l’effroyable laideur de la pochette signé par l’artiste américain  Leroy Neiman, un peintre très coté et  spécialisé dans la peinture sportive et faisons abstraction de cet emballage horriblement laid et intéressons nous au contenu.

13 titres au menu avec disons le tout net de l’exceptionnel, du très bon  et …  du moyen.

Pour ce qui est du moyen (gardons le meilleur pour la fin) il faut aller en plage 3 ‘ I’ve got a crush on you ‘ et endurer une Barbra Streisand  ici plutôt braillarde 

Zappons rapidement "You make me feel so Young " en   plage 8 , un duo  avec Charles Aznavour qui chante si mal en anglais que cette magnifique chanson ne s’en remet pas.

Plage 11 le duo SinatraAnita Baker ‘ wishcraft ‘ est plutôt insipide de même que celui avec Liza Minnelli (plage 10) que l’on a connue plus inspirée ils ont cependant eut la bonne idée de nous épargner  ‘New york New york qu’ils ont chantés ensemble des centaines de fois pour préférer   ‘I’ve got the world on a string ‘ .

Plage 5 c’est un peu le petit poucet parmi la brochette de stars autour de Sinatra , et  on peut s’étonner de trouver sur cet album  Gloria Estefan qui fait ce qu’elle peut sur ‘ come rain or come shine ‘ (on murmure qu’elle aura remplacée au pied levé Madonna que Sinatra aurait décommandée la jugeant a son goût trop vulgaire ….allez savoir !) c’est en tout cas la chanson la plus dispensable de  ‘duets ‘.

Coté grand bonheur  en plage 1 un duo exceptionnel pour une des plus grandes  chansons du répertoire de Sinatrathe lady is a tramp’   jamais on ne croirait entendre chanter un septuagénaire tant  pour cette fabuleuse chanson Sinatra  se balade  ;il est ici  accompagné de  Luther Vandross dont la voix de velours s’harmonise parfaitement avec celle du Maître.

Plage 4 deux artistes aux horizons différents mais tout deux a la dimension planétaire et universelle pour ‘summer wind ‘ balade délicieuse interprétée  par un duo inédit SinatraJulio Iglesias .

L’incontournable ‘new york new york présent  en plage 6 est ici interprété par un duo d’hommes et c’est Tony Bennett un autre grand crooner qui s’y colle et qui tiens la dragée haute a son vieux pote . Plage 7 Natalie Cole qui nous avait fait le coup du duo post –mortem avec son père n’aura pas attendu cette fois que Sinatra  casse sa pipe pour s’offrir un joli duo avec ‘ they can’t take that away from me ‘ .

Pour ce qui est de l’exceptionnel  comment ne pas frissonner a l’écoute d’un duo SinatraAretha Franklin reunis  pour un what’s now my love d’anthologie . Grand fan de Sinatra (vous en connaissez qui n’en sont pas ?) Bono désormais star mondiale se voit invité pour partager un ‘ I’ ve got you under my skin ‘ surprenant et irrésistible, c’est a mon sens la bonne surprise de cet album. Enfin et c’est également une agréable surprise le duo avec Carly Simon  ‘ Guess I’ll hang my tears out to dry in the wee small hours of the morning’ est quant a lui  tout simplement magique .

Evidemment a toute personne qui voudra découvrir le répertoire de Sinatra il conviendra de s’abstenir et de choisir  plutôt n’importe quel disque solo ( notamment parmi la période citée plus haut ) mais ne boudons  cependant pas le plaisir de ces rencontres inattendues (même si  certains enregistrements de ‘duets’ ne soient en fait que des montages comme on a pu le voir dans la vidéo promotionnelle ou Charles Aznavour chante seul dans un studio parisien avant que la bande ne soit expédiée aux Etats-Unis pour  que Sinatra y pose sa voix) et savourons cet album cousu d’or ou chacun y trouvera a coup sûr ses propres pépites musicales. 

 Frank Sinatra  & Bono  :  I've got you under my skin


podcast

 

 

01:15 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : frank sinatra, duets

12/04/2017

Pollock (Ed Harris -2003)

affiche.jpg 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Premier film réalisé (et interprété par Ed Harris  ) Pollock est un film magnifique injustement boudé par le public lors de sa sortie a l’automne 2003.

Comédien souvent révélé par de formidables seconds rôles ("the hours "–" the Truman show" –"Apollo 13"Ed Harris  (qui en plus de lui ressembler de façon troublante ) interprète Le personnage de Jackson Pollock  peintre  totalement génial  mais miné par un alcoolisme chronique qui va causer sa perte.

C’est peu dire qu’Ed Harris s’est investi dans son personnage  , en effet , il s’identifie totalement  avec l’artiste avec une puissance intense et  totalement magnétique.

A ses cotés Marcia gay Harden  (oscar du second rôle féminin pour ce film) interprète le rôle de lee Krasner  compagne dévouée de Jackson Pollock qui accompagnera l'artiste toute sa vie  et le guidera dans son ascension vers la célébrité

Nous suivons donc le parcours de l’artiste depuis ses années de galère a  New York  jusqu'à son retrait  de la vie sociale  pour se consacrer a son art et  nous assisterons a la naissance d’une forme nouvelle de peinture révolutionnaire (le drop-painting) qui va faire entrer Pollock dans la légende .

Derrière la destinée d’un artiste hors du commun c’est aussi le lent cheminent d’un homme rongé par l’alcool.  et de son combat  au quotidien avec la maladie

 A l’image du fabuleux Van Gogh réalisé voici quelques années  par Maurice Pialat  Pollock  est un film facile d’accès  que l’on peut apprécier même si l’on est hermétique a l’art contemporain car Ed Harris  nous restitue avec simplicité les tourments et les doutes  de la création artistique

Jamais il ne cherche a faire de Pollock  un personnage attachant ou sympathique bien au contraire . Jamais il ne cherche a nous convaincre que Pollock est un génie  il se contente  plutôt de nous le présenter humblement  sous sa forme la plus brute et la plus sincère .

Les scènes ou Pollock peint seul dans son hangar glacé sont  d’une grande beauté et  c’est là dans le silence de la création et dans le face a  face entre l 'artiste et son œuvre  que l’on arrive a  capter  la force intérieure et la dimension de cet artiste hors du commun .

15:53 Publié dans cinéma | Lien permanent | Commentaires (0)

11/04/2017

Electric Ladyland (The Jimi Hendrix Experience -1968)

 

jimi hendrix,electric ladyland 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Electric Ladyland - (pochette Europe)   

Electric ladyland est un disque historique , une montagne du rock psychédélique un cataclysme sonore qui  balaye  tout sur son passage.

 Disque référence Il  reste encore aujourd'hui  le symbole parfait de la fusion et de l'alchimie entre le blues , le psychédélisme folk et le rock.
Cet album sidérant est a la fois tout cela et bien davantage encore .

Explorateur halluciné Hendrix accouche ici d’un disque qui nous semble venir d’ailleurs et dont les titres appartiennent dorénavant a la légende.

De "Voodoo Chile "a  "Crossdown traffic" de " the Burning of the midnight lamp " en passant par la fantastique reprise de Dylan "All along the watchtower" tout ici est nouveau , tout ici est remarquable, la musique prend feu et explose en mille particules qui se télescopent dans l’espace sous les doigts magiques d’un musicien génial et exceptionnel touché par une aura et une grâce sans égal .


Un disque cosmique intemporel et indémodable

Ah oui  !  j'oubliais ce trésor se cache sous une pochette absolument sublime enfin pour la version Européenne , cette fantastique pochette sera bêtement censurée aux U.S.A ,le disque étant publié  sous une hideuse pochette criarde)

 

 

jimi hendrix,electric ladyland

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Electric Ladyland    (pochette U.S)

 

 

Jimi Hendrix - "All Along The Watchtower "

 


podcast

 

 

Jimi Hendrix  -  Crossdown Traffic

 


podcast

08/04/2017

Parfois si sombre ( Camicela 2017)

 

Capture.PNG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Alléluia ! Une nouvelle  venue  dans  notre  horizon musical

et  c'est  tant  mieux car  voici un personnage , une  artiste  qui prend clairement le  sens  du mot  ' artiste  'a la lettre.

 Son premier EP  5 titres' Parfois  si sombre  ' est a paraître début Mai 2017 et le moins qu' on puisse  dire  c 'est qu'il laisse  présager  de  bien  belles  choses

 

Camicela  porte  un bien  joli nom de  scène   (  contraction de son prénom  et  de  son instrument  de prédilection: le  violoncelle) car particularité du parcours  artistique  de cette  demoiselle -orchestre  elle  nous   vient  du   classique  et  du lyrique avant  de gouter  au monde  du  cirque  puis  de collaborer  avec  le  groupe  Cabadzi   une formation  hip- hop atypique  et  étonnante

c 'est   désormais  toute  seule  comme  une  grande et accompagnée  de  son violoncelle et  du fatras  de  ses instruments, et  de  ses  machines qu elle  délivre pour notre plus  grand plaisir  ses  textes  sombres,  teintés  d' harmonies  délicates  mais aux mots  ciselés et  coupants

entre Olivia Ruiz  , Camille  et   Constance  Verluca    Camicela trouve une  place  de  choix  parmi les  chanteuses  atypiques  qui ne  cherchent pas le ' tube ' a  tout  prix  préférant proposer  une autre  approche de   la musique  , choisissant  de  créer  des  sons et de fabriquer un  univers  prenant les  risques  nécessaires de proposer  quelque  chose  de  différent , quelque  chose  de  neuf

 

son phrasé  particulier peut  parfois  certes dérouter  mais  a l 'écoute  de  ce premier  EP  on ne  peut  nier l 'énergie  , la colère  retenue et  l 'intensité  bouillonnante  de  ses chansons  aux  titres  courts ( tempête  ' ' venins '  '  tu   sais  ' ) '

tempête'   dont le phrasé  rap surprend  puis  séduit est indiscutablement l'un des  titres  forts de  cet  EP a découvrir  urgemment au même titre  que  'Parfois  si  sombre  '  un titre envoutant  et intense qui donne  son  nom a cet  EP  Plein  de  promesses  et  de  sincerité

 

Camicela  -  parfois  si  sombre  ( EP 2017)

Label : #14 Records

 

Track-list

1 Parfois  si  sombre

2 tu  sais

3 tempête

4 venins

5 poivre  et  sel

22:27 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0)