Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/02/2016

Doolitle ( Pixies 1989)

81D+wuLfeIL__SL1081_.jpg

 

 

 Pixies    -      Monkey Gone to  heaven


podcast

 

 

Pixies  - Thame 


podcast

 

 

track listing

1- Debaser / 2- Tame / 3- Wave of Mutilation / 4- I Bleed / 5- Here Comes Your Man / 6- Dead / 7- Monkey Gone to Heaven / 8- Mr. Grieves / 9- Crackity Jones / 10- La La Love You / 11- No. 13 Baby / 12- There Goes My Gun / 13- Hey / 14- Silver / 15- Gouge Away

 

Un  an  après le missile  venu de nulle  part  ( "Surfer  rosa"  en 1988 ) Pixies livre  avec ' Doolitle '  ce que beaucoup considèrent comme l album  de rock indé  parfait et  définitif.

Chroniquer  cet album  25 ans  après  sa  sortie  nous met  devant une évidence absolue,  celle d 'être ici en présence  d'un chef d œuvre car 'doolitle ' et sa furia dévastatrice  n 'a pas  pris une ride  au contraire  même  il s 'est bonifié  avec les années

classé Deuxième meilleur album de tout les  temps par  le NME au début des  années 2000 ( excusez  du peu!) l 'album  est produit par Gil Norton   qui remplace  le dejanté  Steve Albini aux manettes

La  bande  de  fous furieux  venue de Boston est réunie autour du leader  Frank Black   (guitare  et chant) auto proclamé  génie musical du rock  (il écrit et compose  la  totalité  des 15 titres de  l album) se compose  de Kim Deal  (basse   et chant) , Joey Santiago  (   guitare  et  chant) et  David Lovering  ( batterie)

Disque référence  Doolitle et son  approche radicalement punk  rock sera  revendiqué  comme  l'une  des  principales    de  futurs  formations  majeures (  Nirvana, The Smashing  Pumpkins  ou  encore  PJ Harvey )

de 'Debaser  '  et  son intro monumentale  transcendée  par la  voix littéralement  possédée  de Frank Black  aux 1'55"   'de ' thame  '    ,  folie punk rock en  apnée totale , de 'monkey gone to heaven  ' a ' gouge  away ' sans  oublier les curieux  ' silver  ' ou  ' Mister  grieves ' ou encore le démentiel   ' Crackity Jones  '  objet  sonore  punkoide  et  dévastateur tout  ici est radicalement rock 'n roll , toujours  ici est jouissif , tout  ici est exceptionnel.

 

Voix , musique , utilisation  des  sons , distorsions,  larsens ,  tout  ici est baigné du genie  d' un  groupe  livrant au monde le temoignage  musical  de leur talent  , celui  aussi  d 'une  époque de  transition qui verra  l 'émergence  de groupes  qui vont  composer le paysage musical et  culturel  des années 90

Trop de  Génie , trop  de talent(s) hélas ,  est synonyme parfois  d'un lourd  handicap a porter ,  en effet  Pixies   ne  retrouvera  jamais la grace punk rock  et implosera  une poignée d'années   la sortie  de cet  album historique .

Implosé  en 1993 Pixies  se  reformera  en  2004  avec un franc  succès mais les choses ont  changées  et leur place sur la  hiérarchie  mondiale  n 'est plus  aussi fondamentale 

Dans un monde parfait  Pixies  auraient du connaître  une consécration a échelle planétaire   du type Nirvana  ou Radiohead , il n en fut rien malheureusement   (ou heureusement) l'égo surdimensionné de Frank Black  , les divergences  internes (  inévitables ) au sein de la  formation ,les projets personnels  de  chacun  (' the martinis  '  '  the breeders ' ) ont très vite condamner le groupe  qui laisse avec 'Doolitle  '  une copie parfaite,  et un précieux  moule rock 'n roll   ou  quantités  de  groupes vont  année après année  puiser avec plus  ou moins de  réussite leur  inspiration.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

02:48 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0)

06/02/2016

The B-52 's (The B-52 'S - 1979 )

 

The B 52's    _ planet claire

 
podcast

 

 

 

 B52-cover.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dans la famille Culte  au rayon  des  'drôles d 'oizos'  ils  sont  a coup sur le podium

En 1979 trois garçons et deux filles surgis de nulle part débarquent sur la planète terre avec dans leur bagages le rock martien, une musique venue d'ailleurs, complétement loufoque ,extravagante et totalement originale.
A première vue on pourrait parier qu'ils sont originaires de New-York et qu'ils se sont formés sur les bancs d'une quelconque arty-school mais les clichés ont la vie dure car les B52's  nous arrivent tout droit d'Athens en Géorgie , la ville qui a donné naissance a deux grands artistes soul Otis Redding et James Brown mais aussi a l'un des plus importants groupe de ces dernières décennies :R.E.M.
le second cliché dont nos cinq allumés auront du mal a se débarasser concerne leur nom de groupe et si on imagine qu'il évoque les avions americains de la seconde guerre mondiale tristement rendus célèbre par le largage sur Hiroshima et bien on se trompe encore puisque la référence B52's est le nom donnée dans le sud des Etats -Unis aux coiffures-choucroutes des filles ,il suffira d'ailleurs de voir la dégaine hallucinante et les coiffures de Kate Pierson et Cindy Wilson sur la pochette de ce premier album pour s'en rendre compte


Ce premier album sans titre et baptisé l'album jaune va devenir objet de culte tant chez les nightclubbers que sur les campus américains friands de tout ce qui peut s'écouter hors des sentiers battus et le groupe fort d'une expérience scénique dans les haut lieux du pavé de la grande pomme (le max's kansas , le CBGB's) et armé de singles imparables et terriblement dansants 'planet claire ' 'rock lobster' 'dance this mess around'  va devenir le chouchou d'un mouvement pop- new wave alors en pleine explosion.


Ils débarquent avec une seule intention celle de faire danser , ils s'éclatent et nous avec ;pas de messages , pas de second degré , leur son est résolument novateur en grande partie grâce a l'utilisation d'instruments plutôt rétros ,les deux chanteuses aux voix et aux cris stridents font un travail vocal surprenant et donnent a l'ensemble un résultat irrésistible
leur second disque wild planet(1980) qu'on surnommera aussi l'album rouge par opposition au premier sera moins surprenant et légèrement plus conventionnel mais les 9 titres feront le bonheur des clubs de la terre entière ; par la suite ni Party- mix (1981) , ni Mésopotamia(1982) pourtant produit par David Byrne et encore moins Whammy! (1983) ne rencontreront de véritables succès.

En 1985 pendant l'élaboration de leur 6ème album Boucing off the satellites(1986) le groupe va perdre son guitariste Ricky Wilson qui meurt du sida  on pense alors que c'est la fin pour les B52's mais ils feront leur retour en 1989 avec un album plutôt réussi Cosmic thing qui porté par un hit mondial 'love shack ' rencontrera un certain succes cependant la musique proposé alors par le groupe n'a plus grand chose a voir avec la pop d'avant -garde et révolutionnaire de leurs débuts .


Quand on regarde aujourd'hui la carrière de ce groupe hors normes on se rend compte qu'ils ont payés très cher le culte voué a leur mythique premier album car longtemps les B52's seront considérés comme le groupe d'un seul album , ce fameux album jaune véritable O.V.N.I discographique qui quelque part entre Devo et Talkings Heads a sa place dans toutes les discothèques et s'écoute plus de 35 ans après avec un plaisir sans retenue.

 

 

 

 

The B-52'S  - Downtown


podcast

 

 

20:52 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0)

05/02/2016

Automatic for the people (R.E.M 1992)

MI0003594760.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

paru  deux ans après l explosion médiatique planétaire  du groupe  ( l album 'out of time  ' et  son  méga hit 'losing my religion ' )Automatic for the people  est un disque  qui est devenu au fil des ans le disque  référence  du groupe  de Michael Stipe.

On savait le groupe  capable   notamment  depuis l'excellent album Murmur  (1983) de livrer  des  disques complets et aboutis mais grâce a ce disque fondamental  (classé dans les 40 meilleurs albums de tout les  temps par le magazine Rolling Stone )R.E.M va acquérir  une  stature internationale  et se positionner  parmi les  groupes  essentiels de  son  époque

disque habité, sombre , avec une tendance nette a l'acoustique l'album qui  prend ses  distances  avec le son plus pop rock des précédents  albums propose des  textes  mélancoliques  , parfois  graves et un climat général mélancolique et obscur

Porté par 3 'singles 'de haute facture   le merveilleux  'drive  ' et les  deux désormais  classiques absolus que  sont   ' nightswimming  et ' everybody hurts  ' automatic for the people  fait  aujourd'hui figure  de disque emblématique de son époque

un  grand album malade et désabusé  ,  entre nuit et brouillard  incontestablement le chef d œuvre définitif  de R.E.M

 

 

R.E.M    Nightswinmming


podcast

Titres de l’album

  1. Drive – 4:31
  2. Try Not to Breathe – 3:50
  3. The Sidewinder Sleeps Tonite – 4:06
  4. Everybody Hurts – 5:17
  5. New Orleans Instrumental No. 1 – 2:13
  6. Sweetness Follows – 4:19
  7. Monty Got a Raw Deal – 3:17
  8. Ignoreland – 4:24
  9. Star Me Kitten – 3:15
  10. Man on The Moon – 5:13
  11. Nightswimming – 4:16
  12. Find the River – 3:50

 

15:03 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0)

04/02/2016

Rock n' roll animal (Lou Reed -1974)

lou reed

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous sommes en 1973  et Lou Reed qui vient de livrer coup sur coups deux albums studios mythiques (transformer  et Berlin) est devenu l'incarnation vivante de l'artiste dégénéré et décadent, son allure de zombie et son look terrifiant (maquillage noir -cheveux rasés bracelet de cuir clouté) , son mode vie extrême (alcool -drogues dures et médicaments)  font de lui l'icône de toute une génération de paumés .
squelette ambulant plus mort que vivant il enregistre le 21 decembre 1973 cet album live qui va rentrer dans la légende
5 titres (dont  4 du velvet underground dont Lou s'est pourtant définitivement détaché ) 5 titres absolument fantastiques
épaulé par deux guitaristes (steve Hunter  et Dick wagner) a qui le chanteur laisse libre cours d'exercer leur talent Lou  va égrener  et décortiquer dans l'ordre sweet jane (après une intro  inouïe)- heroin - white light white heatLady day  - et conclure par  rock'n roll
 5 titres point barre (en fait la suite de cette prestation  sera sorti par RCA  en 1975 sous le titre de " Lou Reed live" ( 5 titres c'est peu et pourtant cela suffit pour faire de ce disque une tuerie totale une référence absolue en matière de disque Live (l'incroyable version d'"Heroin " étirée sur près de 13 minutes et décortiquée  dans une ambiance limite jazzy puis d'une violence de métal brut justifie a elle seule l'achat de cet album
un album qui pour ma part s'est révélée déterminant dans ma vision du rock ,écouté   pour la première fois a 16 ans  sur la radio cassette déglinguée d'un routard du coté d'Avignon un disque important pour ne pas dire essentiel certainement l'un des  4 ou cinq meilleurs live de toute l'histoire du rock

 

 

Lou Reed  -   sweet  Jane


podcast

 


 

21:52 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : lou reed

29/01/2016

After the gold rush (Neil Young 1970)


 

Neil  Young  -   don't let it bring you down


podcast

 

After_the_Gold_Rush.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Encore très imprégné du combo CSNY (l 'album ' déjà vu 'est sorti quelques mois avant seulement) Neil Young livre ici un album qui fera date et dont certains titres sont devenus des incontournables absolus ("don't let it bring you down "est juste ......sublime)

troisième album de Neil Young et premier véritable succès commercial 'after the gold rush' sorti en 1970 annonce déjà les futurs chefs d'ouvres que seront ''harvest '(1972) '  on the beach '(1974) ou tonight 's the night  (1974) trois disques majeurs  qui paraitront quelques années plus tard et forgeront la légende de Neil Young


Qunat a celui ci , qui bien qu'assez court ( a peine plus d'une trentaine de minutes) il  se distingue par son coté  pur et sincère ,un disque devenu au fil des décennies un classique incontournable baigné d'une grande limpidité dont l'écoute plus de quarante après nous laisse toujours émerveillé. 

 

Neil  Youngonly love can break your  heart

 
podcast

 

15:06 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0)

27/01/2016

Forever changes (Love - 1967)

88746973.jpg

 

 Love -  A house is not a motel


podcast

 

 

C'est un groupe maudit quasiment méconnu et qui a raté son rendez-vous avec l'histoire . A l'écoute de ce disque sublime on peut se rendre compte de l'étendue du talent d'Arthur Lee, piece maîtresse de Love et génie définitif de la pop psychédélique . Signé par le label Elektra qui décrochera bientôt le jack-pot avec The Doors ( une signature de contrat que l'on doit a Arthur Lee  qui fit l'éloge de la bande a Morrison a Jac Holtzman, le big boss du label . Que dire de  ce disque qui  est le troisième de la courte discographie de Love groupe typique du sunset strip californien et  que l'on pourrait situer situe pile  a mi chemin entre the Byrds et The Doors sinon que  les arrangements sont somptueux , les trouvailles musicales étonnantes , parfois  inouïes ( trompette, castagnettes) que  la voix d'Arthur  Lee  (et celle de brian Mc Lean  ) est magique et qu'il  est difficile d'expliquer  cette délicieuse sensation de voyage, de décollage et d'incroyable transparence que l'on ressent  a l'écoute des titres majestueux qui compose  'forever changes '

Oui  en somme ce disque  est un  miracle , une oeuvre  totalement solaire et radieuse  qui va devenir au fil des années un disque culte , une oeuvre de référence pour tout le psychédélisme anglais (Pink Floyd en tete) qui va  trouver la , une source d'inspiration évidente , une chose dont  ni Arthur Lee ni les autres membres de Love ne tireront profit puisque déjà miné par la spirale des drogues dures le groupe qui de plus refuse de s'éloigner de Los Angeles  va s'auto détruire et se désintegrer en quelques années nous laissant pour toujours en héritage ce disque miraculeux d'une beauté époustouflante .

Forever changes  que l'on retrouvera  toujours bien placé dans  les classements des plus grands disques de tout les temps ( a la sixième place pour le New.Musical.Express  , excusez du peu ) reste aujourd'hui encore un trésor caché qu'il faut faire l'effort  de découvrir et qui s'imposera a vous comme une évidence .

11:36 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : love, forever changes

17/01/2016

Discographie des années 2010

Pour faire suite  a ma sélection seventies, eighties, nineties  et  celle des années 2000 , je propose ma discographie sélective  (toujours  en 12 albums ) des années 2010 a savoir une période couvrant la décennie 2005 - 2015

 

 The Black angels  - Passover ( 2006)

s-l225.jpg

 

 

  Passover est un disque qui vous tombe dessus comme une bombe , comme un coup de massue  sonore nous sommes ici face a un disque fulgurant  , violent ,intense d'une puissance monstrueuse.

 The Black Angels (le nom est un hommage a 'the black angels death song " mythique chanson du premier album du velvet underground) est donc la dernière petite merveille  ,une merveille non pas venu  de New York ou de ses faubourgs mais d'Austin au Texas.  "Passover" leur premier  album malade et vénéneux  comblera d'aise  tant les fans transis de  Cold Wave  que tout les fondus de l'Underground,tout ceux qui continuent d'encenser le son crade et sale et  les guitares distordues  .Petits frères d'armes des Black rebel motorcycle club , fils spirituels des Stooges élevés au biberon Velvet, on notera aussi chez eux une touche très Morrisonnienne dans la voix du leader  Christian Bland . "Passover" c'est donc douze missiles  brûlants balancés avec une furia toute contenue et une folie presque palpable. On pensera  aussi  , outre les références déjà citées plus haut a joy Division (notamment sur l'hypnotique "the sniper at the gates of heaven ") ou encore a Brian Jonestione Massacre . Mais au delà des inévitables (et louables) inspirations The Black Angels nousproposent un rock pur jus débarrassé d'artifices superflus  et d'effets d'une quelconque nature . ici  c'est noir , ici  c'est glauque ici c'est malsain  et pour en être convaincu glissez donc "Passover " dans la platine  , mettez le volume a fond et dégoupillez 'young men dead"premier titre qui ouvre l' album et donne immédiatement le ton et même si  quelques titres sont un peu en deçà ( "bloodhounds on my trail ")  , la grande  majorité  ("manipulations ' " call to arms " "the first vietnamese war"  " better off alone "  sont totalement envoûtants et vous laissent des la première écoute sur le carreau.

 

Pour info signalons que le groupe  s'est non seulement  inspiré d'un titre du velvet Underground (The black angel's death song) pour son nom de scène mais que leur  logo rend également hommage a Nico  (vous avez dit culte?)

 

Arcade  Fire   -   the neon bible  (2008)

Arcade-Fire-Neon-Bible__2007_2-tt-width-500-height-500-lazyload-0-fill-0-crop-0-bgcolor-FFFFFF.jpg

 

 

 

 

 

 

 

sorti  3 ans après  le merveilleux  ' Funeral  '   album majeur   qui avait  propulsé Arcade  Fire    sur le devant  de la  scene  et fait  du groupe   canadien   un  groupe  instantanement  'culte ' voici la bande  de Win Butler de  retour  avec  un  disque ambitieux moins brut  et plus sophistiquée  que leur précédent mais  totalement  fascinant  et  envoutant

enregistré  dans  une  église  du Québec  spécialement  achetée  et  aménagée  par  le  groupe ' Neon bible  '  (titre  référence  au premier  livre  culte  de John kennedy Toole) est porté  par  4 titres fabuleux ( " No Cars Go" , "Keep the Car Running" ," Intervention" et" My Body Is a Cage") qui demontrent   toute  la palette  des multiples  talents de  ce  groupe qui deviant  après  seulement  deux  albums  et  en quelques  années  un des  groupes  essentielles  du rock contemporain

 

 

Charles Bradley - victim of love (2013)

Charles_Bradley_-_Victim_of_Love_album_cover.jpg

 

 ce disque attachant,  parfois bouleversant est celui d'un  rescapé , d'un survivant de l'amerique des laissés pour comptes , des oubliés du rêve américain

revenu des pires galères , de la misère et d'une vie de souffrances  Charles Bradley livre a 65 ans son second album (le premier 'no time for dreaming ' obtint en 2011 un succès plus confidentiel )

'Victim of love '  fait apparaître sur le devant de la scène un homme usé qui aura toute sa vie revé  de chanter et qui finalement après une vie de labeur et bien des désillusions  va faire de son reve une réalité.

Fasciné et  bouleversé  a 14 ans par un concert de James Brown a l 'Apollo théâtre de New York Charles Bradley aura baladé sa carcasse a travers le pays entre chansons  et boulots divers pendant des décennies

La passion de la musique toujours chevillée aux tripes il  aura même,  la cinquantaine  bien passée gagné sa croûte en singeant son idole sous un pseudo évocateur 'Black Velvet ' avant de voler enfin de ses propres ailes a l-aube des années 2010

ce disque rutilant , efficace  et totalement 'revival 70' nous met assurément du baume au coeur et des fourmis  dans les jambes.

 Les cuivres ,le groove , la voix tout ici est sans artifice et  sans chichi , tout  ici est d'une authenticité   palpable

'Victim of love '  qui délivre ses onze titres tous d'une  impeccable sinçérité est un régal dont il ne faut absolument pas se priver

 

 

the XX  -  The xx (2009)

2688070853.jpg

 

 

 

 

 

 

 

C'est un album arrivé chez moi par hasard , emprunté a la médiathèque par ma fille  j'ai commencé a entendre  et a tendre l'oreille quand elle le passait dans sa chambre et très vite l'album a quitté sa platine pour la mienne

Quelques recherches m'ont très vite renseigné sur ce premier album fracassant .The XX  (comment prononce t'on d'ailleurs  le nom de ce groupe ? -Double XX, THE X , XX ?) ,  c'est au final sans  grande importance car l'essentiel est dans le plaisir de l'écoute de ce disque a la mystérieuse pochette , une musique sombre, profonde , une musique qui réussit une alchimie parfaite des genres ( Pop, New Wave , Cold wave, Electro)

 Le groupe originaire de Londres existe depuis 2005 et se compose de Romy Madley Croft (chant, guitare) ;Oliver Sim (chant, basse) et Jamie Smith (clavier électronique, boîte à rythmes)

Après avoir provoqué un "buzz" sur  le net The XX va exploser notamment  grâce au  plébiscite du NME qui va les encenser et  de ce fait leur premier album va se classer a la troisième place des charts anglais. Les premiers 'singles' vont s'enchaîner 'basic space ' puis crystallised ' ' VCR' " Islands" avec toujours de superbes intro qui nous font lorgner du coté du The Cure  millésime 1980 des Cocteau Twins ou encore de  Young marble giants groupe culte  météorite (1978-1981) de la scène  britannique.

Le groupe nous montre déjà avec ce premier album l'étendue de son talent car il ne  se contente pas de proposer un 'revival ' new wave" il  nous  offre aussi  un savoureux  mélange electronique  et mélodique avec des titres envoutants  portés par les voix de Romy ou de Sim qui chantent tour a tour sur les onze titres de cet album superbe et bluffant

 

Cat Power  - the  greatest (2006)

 

The_Greatest-Cat_Power_480.jpg

 

 

 

 

 

 

 

Ce Disque est paru  tout  juste a  temps pour  figurer  dans la décennies concernée par ce post  (2005-2015) , en effet ' the  greatest '  ( non  ce n 'est pas une compilation ! ) est paru en janvier 2006

il est le  septième album de la prolifique Chan Marshall  Alias Catpower qui propose ici  un album qu 'on peut aisément qualifier comme  étant  celui de  sa maturité musicale  ( elle  a 34 ans a la sortie du disque)

non contente de nous avoir émerveillé il y a trois ans déjà avec un splendide crève-cœur minimaliste (You Are Free), elle revient avec un album sombre, intense  qui puise  ses  racines  dans la musique qui l 'aura  toujours fascinée , celle  de la musique noire américaine  héritée d 'Al  Green et  des musiciens de cette époque qu'elle a pu côtoyer dans les confins d'un studio de Memphis pour y accoucher de ce septième joyau.

Folk râpeux teinté  gorgé d'une soul généreuse, mélange  d'intimisme et de sensualité Bouillonnante , la voix (déjà) usée et triste de Chan Marshall  nous balade  et nous  transporte tout au long des douze plages  de ce disque profond et émotionnel

disque hanté  'the  greatest '  s 'affirme comme   un des  albums essentiels  de  la décennie 2005-2015  ,un disque référence  l 'œuvre aboutie d'une artiste fragile ,  entière  et  passionnée.

 . 

 

 

Dominique A    -   Vers les lueurs  (2012)

 

DOMA2-tt-width-360-height-342-lazyload-1-crop-1-bgcolor-000000.jpg

 

 

 

 

 

 

 

en 2012 en toute discrétion  l'ami Dominique A nous offre un cadeau magnifique pour  célébrer ses vingt années de carrière.

Son dixième album solo   " vers les lueurs ' succède au confidentiel  'la musique ' (paru en 2009). Toujours étonnant , toujours écorché  et  toujours hors des sentiers battus bien loin de l'agitation médiatique et  des matraquages radios  habituels de la variété française Dominique A avec cet album majeur tutoie gentiment les anges et  se moque et des modes et des tendances il fait  de la chanson française et il en fait avec talent .

A mon sens 'vers les lueurs ' est son album le plus radieux et  le plus abouti depuis le désormais classique  'la mémoire neuve ' qui l'avait révélé en 1995 , ce nouvel album  explose et irradie  de simplicité et de finesse

et puis c'est aussi en écoutant les titres de ce disque lumineux et solaire que j'ai eu comme une evidence une révélation oui ! ce type chante admirablement bien ,  sa voix sur la majorité des chansons de cet album est posée avec une justesse et une perfection totale  mettant en valeur des  textes d'une grande beauté

De plus , Le  nantais s'est entouré ici d'un  quatuor à vent (flûte, hautbois, basson, clarinette, ). qui donne a ses textes un climat étrange et envoûtant 

Rien a jeter ce disque indispensable qui deviendra je pense un disque charnière dans une  carrière sans écueil  , toujours intense ,  toujours délicat  , jamais prétentieux Dominique A  se pose ici en héritier d un  Manset a la recherche comme  lui de mélodies a la fois limpides et complexes 

 

 

Nick Cave & the bad seeds  - Push The sky away (2013)

MI0003468657.jpg

 

 

 

 

 

 

 

Quinzième album de l'australien ,et le premier sans Mick Harvey son complice de toujours Push the sky away s'impose comme  un des grands crus de l 'australien  Nick Cave and the bad seeds

On est ici incontestablement face a un album de la trempe de' the boatman's call '(1997) ou ' the murder ballads  '(1996) deux disques références dans la discographie de cet immense artiste

Des les premières notes de We No Who U R on est sous le charme de cet album qui sonne différemment des productions  de ces dernières années.

Débarrassé de toute agressivité rock , cet album respire une certaine forme de sérénité et de d'apaisement

Enregistré dans le sud de la France Push the sky away  est un disque  court (9 titres) mais lumineux de bout en bout

Il met en avant la voix fascinante de Nick Cave , en  crooner de luxe dans un style proche de Johnny Cash ('The man comes Around  en '2002) ou dans l 'esprit d'Iggy Pop ('Avenue B ' en 1999) le chanteur est tout au long de  cet album  époustouflant et irradie de sa classe solaire ce disque presque minimaliste tout en noirceur et violence contenue.

Un album quelque peu inattendu  qui enchantera tant les fans de l'australien que  tout ceux qui aiment les voix chaudes  et les belles mélodies, un disque que l'on peut qualifier  sans aucun doute comme celui de la maturité.

 

 

Amy Winehouse  -   back to black (2006)

 

e4e1dfbd41b435bdb41a8768495200a04e561795980af.jpg

 

 

 

 

 

 

Ovni incontournable de la décennie écoulée , album devenu mythique , 'Back to black ' est un bijou absolu de soul musique  transcendé  par une chanteuse hors pair qui  va  malheureusement voir son  destin la rattraper pour la faucher en 2011 , une poignée  d'années après la parution de ce disque magique qui sonnera comme un testament musical

tout a été dit , écrit  sur Amy Winehouse (voir le film documentaire 'Amy '  d 'Asif Kapadia  en 2015), il nous reste désormais de ce météore deux albums dont ce 'back to black '  vendu  par palettes  et qui nous éblouit encore a chaque écoute par la grâce , le talent , la voix , l intensité  quasi dramatique de l interprétation de  cette  artiste inoubliable.

 

Christine & the Queens  -  Chaleur humaine  (2014)

Christine-and-The-Queens-chaleur-humaine.jpg

 

 

 

 

 

 

 

encore un Ovni  ou plutôt un OSNI (un objet  sonore non identifié)

Chaleur humaine  ( quel beau titre!) l 'album de Christine & the Queens qui fait tout , absolument tout ( elle écrit, compose , et travaille sur  les arrangements ) sur ce  disque incroyable  nous  arrive  au début de l 'été 2014

rarement un disque ne m 'aura paru des la première écoute , aussi novateur, aussi culotté ,la ténébreuse  et mystérieuse rouquine   frappe un grand coup avec ce premier  album qui puisse  son inspiration a la fois chez Laurie Anderson  , David Bowie ou   chez Klaus Nomi

des textes énigmatiques  jamais pompeux, des mélodies  , des envolées , des paris osés pour un disque chanté en anglais , en français et même en italien , un moment de  grâce absolue avec 'Paradis perdus '  mash -up hallucinant et gonflé   des 'paradis perdus ' de Christophe et  de heartless  de kanye west

un disque soigné et   travaillé (on retrouve  les prémices  de cet album sur les (déjà) excellents EP's "Miséricorde", "Mac Abbey" et "Nuit 17 à 52"

Chaleur humaine  est incontestablement une réussite  majeure  de la scène française  de cette décennie , un album mélancolique  entre feu et glace, un disque   incontournable  et  qui dépasse nos  frontières

 

Melody Gardot - worrisome heart (2008)

 

Melody-Gardot-Cover-My-Worrisome-Heart.jpg

 

 

 

 

 

 

 

un premier album sophistiqué entre  folk et jazz  et  teinté  de   blues , un  entrée  fracassante  dans le monde de la musique  avec ' worrisome heart '  un  album incroyablement maitrisé et  touché par  une  grâce absolue

la voix unique et désormais  reconnaissable de  l' incroyable  Melody Gardot, âgée  de 23 ans a la parution de  ce  disque , héritière  de Norah Jones  ou de Joni Mitchell .

Un disque  de  revanche sur la vie  , un disque de résurrection pour l 'américaine  qui  grièvement blessée en 2003 aura passé  des  années a  se  remettre sur pied  en  pratiquant le chant et  la musique  comme thérapie et accoucher de ce disque d'une maturité confondante et  qui force le  respect.

Melody Gardot   s' offre   ( a 23 ans) avec  'worrisome heart ' le luxe   absolu  de composer   elle même l intégralité  des  titres  de  cet opus et ne  cédant jamais  a la facilité  elle livre ici  un album   d'une  sensibilité bouleversant , le  disque parfait , celui qui suspend le temps   celui des petits matins  endormis et  des  fins de  soirées 'cocooning  .

Magique!

 

Stromae racine carrée  (2013)

91N8dC34o5L__SL1400_.jpg

 

 

 

 

 

 

 N 'en  déplaise  a  certains Stromae  révélé  avec le single ' alors on danse ' (2009) n 'est donc pas  une météorite musicale  ou un artiste   'hype  '   sitôt encensé  sitôt oublié.

Avec   'racine carré  paru  a l' été 2013 Stromae  va devenir en quelques mois un artiste incontournable  prenant  tout le monde a contrepied avec  ce  disque bluffant  et  étonnant qui réussit  l 'exploit  de  réconcilier  autour  d'un même artiste  parents et  enfants . 

résonnant  de sonorités  diverses , basculant  de la  world music  au  hip hop en passant par  l'electro , les mélodies  dansantes  et  entêtantes  de  racine carré  vont trouver  un  très vaste public et faire de son auteur un phénomène de société dont la notoriété va  très vite  dépasser l'axe  Belgique  -France

les mélodies  dansantes et endiablées de ce disque étonnant  vont de plus s'appuyer  sur des textes intelligents  , teintés d'humour  mais  aux  sujets  graves  et  d'actualité  ( la déforestation ( 'humain a l 'eau") , le  sida ( "moules frites ")  le  cancer(  'quand  c'est" ?) ,les  réseaux sociaux ( "carmen") l 'absence  du père  ( "papaoutai ")

Porté  par  deux  hits enormes  en terme  d'impact  médiatique  ( 'papaoutai ' et  surtout  '  formidable ' relayé par des vidéos de premier choix et inoubliables, conclu par  des performances  scéniques  totalement ahurissantes  en termes  d'innovation et  d interprétation  l 'album du  génial belge  va  s'imposer  comme l un des  grands disques  de  ces dernières années.

Son disque inclassable  et décalé est indiscutablement a sa place  dans le top 12 des albums  essentiels  de  la décennie  écoulée.

 

Radiohead  -in rainbows  (2007)

 

81KWYrlOt7L._SL1254_[1].jpg

 

 

 

 

 

 

 

 faisant  suite a  ' hail to the  thief'  album de 2003 en demi teinte  apres  les productions fantastiques  des  années 1997-2001 des  années  ' in rainbows  '  est une surprise   que  l 'on n 'attendait  plus  du groupe  majeur  de  ces dernières décennies

Crânement  revenu défendre  son titre  de  groupe le plus  important  de la scène pop rock electro Radiohead  nous propose  ici  10 Titres  qui nous laisse   KO Debout   , du premier  titre déchainé   '15 step'   aux envolées  de ' weird feisches ' du monstrueusement  puissant  ' bodysnatchers  ' du chant  plaintif  et de la voix atmosphériques de  Thom Yorke    sur  'nude ' , de la  folk  (très  Nick Drake  ) de  ' faust  Arp ' tout ici est colossal  et d'une maitrise absolue

trois chefs  d'œuvres  plus  tard  ' reckoner '   ' jigsaw into places '  '  videotapeset Radiohead   accouche  d'un  immense  album qui nous  transporte  avec grâce  des rivages  du rock électronique a a une  pop moderne habitée et jouissive.

 

 

et pour quelques  albums de plus

Alain Bashung- bleu pétrole  -(2008 )

Daft Punk -  random access memories (2013)

Julien Doré  - Love  (2013)

alt J  - an awesome wave ( 2012)

Lana Del Rey -  born to  die (2012)

The Shins  -   wincing  the   night away (2007)

Joanna Newson  - Ys  (2006)

Angus  and  Julia Stone  (  Angus and Julia Stone 2014)

Benjamin Biolay  la superbe (2009)

MGMT  -  oracular   spectacular (2007)

Portishead  -  third   (2008)

David Bowie  -  the next day (2013)

Justice   - Cross  (2008)

Josh T Pearson - last of the country gentlemen  (2011)

The Alabama shakes  -sound & color (2015)

James Blake  - overgrow  (2013)

 

 

 

 

11/01/2016

R.I.P David Bowie (1947-2016)

 

 

   David Bowie  -  Changes


podcast


bowie.jpg

 

 

Décidément  il n 'aura jamais fait comme tout le monde

alors que sortait a la surprise générale 'Blackstar ' son nouvel et 26eme album quelques   jours   auparavant David Bowie tire sa révérence en prenant la planète de cours et en laissant des centaines de milliers de fans et d'admirateurs orphelins de sa musique et de son génie

Indiscutablement l 'artiste le plus novateur de son époque , véritable  caméléon artistique s'en va et nous laisse une œuvre colossale a l image de son incroyable talent

écrire un hommage a Bowie est une chose que je n 'imaginait pas faire de sitôt tant l 'homme me semblait invulnérable et indestructible

Sa place dans ma vie est si importante que je ne sait par ou commencer et j ai peur d 'en oublier tant Bowie m 'aura procuré depuis des années tant d'émotions et de bonheur.

j 'ai aimé David  Bowie a toutes les périodes avec toujours une admiration pour cette faculté , ce génie a se reconstruire et a se réinventer sans cesse

toujours la ou l'on ne l 'attendait pas, toujours surprenant  , toujours en avance , toujours  d'une liberté et d'une audace sans pareille Bowie aura joué avec les codes ,les règles pour mieux   nous surprendre et se surprendre lui même

d'une intelligence et d'une richesse culturelle hors normes il saura puiser dans  tout les domaines artistiques le terreau de son travail fantastique et  ambitieux

Les hommages nombreux et éloquents qui vont  (et a juste titre) se succéder prouvent indiscutablement son importance et sa place dans l élite et dans l histoire de la musique moderne

Quant  a moi , il est  l un des plus grands artiste de  son temps ,il est a la musique  ce  que Chaplin est au cinéma  ou Picasso a la peinture  , un touche a tout de génie incomparable et inégalé  incarnant a la perfection  la définition même du  rock moderne.

 

David Bowie   -  Kooks


podcast

 

David Bowie  -  oh  you pretty things


podcast

 

David Bowie  -  wild is the wind


podcast

 

 

 

 

 

06/01/2016

L'histoire de Melody Nelson (Serge Gainsbourg-1971)

medium_histoiredemelodynelson1042566052579279.gif

On ne présente plus l'histoire de Melody Nelson  paru en 71, et dont l'influence a dépassé les limites géographiques de l'Europe pourtant  on oublie trop vite que ce disque fut un échec commercial terrible (a peine 20.000 exemplaires vendus), un album  paru trop tôt pour un public décontenancé et peu intéréssé par l'ambition de cette oeuvre musicale hors normes.
A l'image d'un Gérard Manset Gainsbourg repoussait les limites du disque à écouter en inventant le concept-album, et donnait ainsi une structure  nouvelle et moderne a la musique.

Les arrangements et l'orchestration du tandem Gainsbourg - Jean-Claude Vannier (l'homme de l'ombre de cet album) sont dans ce disque de toute beauté. c'est avec ce disque sublime que Jane Birkin, petite lolita british sortie toute droit, en jupe courte et socquettes du "swinging london "va devenir Melody Nelson pour l'éternité.

Sept chansons pour une durée  totale d'à peine une demi-heure pour raconter le fantasme (thème reconduit en 76 pour L'Homme A Tête De Chou), du coup de foudre sulfureux d'un quadra pour une fille beaucoup plus jeune.
Gainsbourg place dès l'ouverture un chef-d'oeuvre avec le somptueux Melody; 7'33 de pure rêverie ponctuées par un texte inoui racontant la rencontre accidentelle avec la petite rouquine a vélo.
Le deuxieme chef-d'oeuvre clôt l'album et l'ecriture de Gainsbourg touche au sublime avec "Cargo Culte", lente spirale psychédélique et baroque qui se termine par cette merveille:


Et je garde cette espérance
d'un désastre aérien
qui me ramènerait Melody
mineure détournée
de l'attraction des astres".


La génération du début des seventies qui a raté son rendez-vous avec Lucien Ginzburg, génie visionnaire absolu  qui doit bien ricaner de là-haut en voyant les hommages multiples suscités par son oeuvre depuis quelques temps déjà et je crois l'entendre murmurer: "Vous voyez les p'tit gars, Melody Nelson c'était pas dégeu''...

Serge gainsbourg -  la balade de Melody Nelson


podcast

 
 

10/12/2015

Before and after science (Brian Eno 1977)

50074851_p.jpg

 Before  and after  science  ' est un album totalement Culte  et  il y a de multiples (bonnes)  raisons a cela.

Le personnage de Eno est deja hors norme , compositeur  ;musicien , manipulateur électronique  visionnaire  et  génial l 'ex membre  de  Roxy Music  (de 71 a 73) est  celui qui va  inventer  la new  wave  avec Bowie et les Talkings Heads

Non content de poser les fondations d'un genre musical qui va se nourrir de son génie Eno , fasciné par le  krautrock allemand ( Kraftwerk , Cluster ; Neu ! ) nous ouvre  vers  des  horizons nouveaux en popularisant une  musique électronique planante , froide et clinique que l 'on baptisera l'ambient -music'

son album se divise  en deux parties distinctes , une première autour  du son New wave  ,et une  seconde ' totalement envoutante  et  qui va imposer le genre  'ambient '

Entouré de' pointures 'musicales (Phil Manzanera, Robert Fripp ,  Phil Collins , Dieter Moebius) Brian Eno livre  ici un  disque charnière  des  années post punk , un disque  qui fera date a l horizon des années 80

 Brian Eno  fera par ailleurs  au travers  de  ce disque un Clin D'œil aux Talkings Heads et a leur leader David  Byrne   (qui  sera un proche de Eno ) avec la chanson " Kings Lead Hat dont le titre  est un  anagramme du nom du fameux groupe de David Byrne)

les titres  ambient  ('Julie With ', 'by the river ''spider  and I  ' sont notamment sublimes de grâce et de mélancolie délicate

Mélange  subtil  de pop trépidante et  d 'ambiance froide et  glacée 'Before and after science  '  reste  un album fondateur  et  référence.

beaucoup  d 'artistes  et de groupes , de U2 a Coldplay  , de John Cale a Peter Gabriel  en feront l 'un de  leur  disque culte et se rapprocheront de Eno pour les collaborations ou leurs productions futures

Ecouter en 2015 ce disque magique  paru en 1977 reste encore une expérience unique  et fascinante.

 

Brian Eno  -  Julie with


podcast

 

14:10 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0)

01/12/2015

The Beatles : Pouvoir et Innocence des chansons

0867e9b632cadff8cf0893162cfff0cc.jpg

 

A l’heure actuelle personne ne met plus  en doute le fait que les Beatles furent bien  plus qu’un groupe , ils ont étés en effet le  phénomène de société le plus important de la pop-music. et peu de groupes peuvent rivaliser avec eux en génie en créativité ou en influence.

 Le quatuor scandalisait les parents de l’époque surtout à cause de l’étrange pouvoir que leurs chansons semblaient avoir sur la jeunesse. Si au début de leur carrière on les considérait comme des artistes frivoles, un peu décadents, mais toujours charmants les choses changèrent au fur et a mesure de l'évolution de  leur carrière . il y a plusieurs raisons a ce changement à commencer par une interprétation détournée des paroles de leurs chansons et les messages occultes qu’on croyait y découvrir. Ils furent les premiers a utiliser (dès 1966) une technique d’enregistrement nouvelle avec des phrases que l’on pouvait écouter en faisant tourner le disque a l’envers. Le plus grave fût la lecture apocalyptique des paroles du White album (1969) par Charles Manson et notamment la chanson "Helter skelter" qui l’amena a assassiner sept personnes en deux jours .Pour Charles Manson le White album laissait les choses a point pour la révolution qui devait, selon lui arriver sous peu. Il était persuadé que les Beatles eux-mêmes souhaitaient qu’il compose et enregistre lui aussi un album. Il croyais avoir décelé ce message dans la chanson" I will"


And when at last I find you
Your song will fill the air
Sing it loud so I can hear you
Make it easy to be near you

Et quand enfin je te trouverai
Ta chanson remplira l’air
Chante le fort pour que je puisse t’entendre
Fais en sorte qu’être près de toi soit facile



Il s’enferma dans sa maison baptisée Yellow submarine pour écouter nuit et jour le White album et composer des chansons qui allaient mettre en marche la révolution (la sienne  évidement ou plutot celle de son esprit malade) une révolution qu’il nommait helter skelter (du nom d’une des chansons de l’album blanc).Il tenta de convaincre le producteur Terry Melcher de venir écouter ses chansons .Celui-ci avait promis de le faire mais ne vînt pas ,ce fût l’un des motifs supposés du massacre du 10050 Cielo drive (Los Angeles) dont Melcher avait été locataire. Croyant débarquer au domicile de ce dernier Manson et ses disciples trouvèrent cette nuit du 8 Août 1969 l’actrice Sharon Tate (épouse du réalisateur Roman Polanski) le célèbre coiffeur Jay Sebring et le couple Abigael Folger et Voyter frikowski qui partageait la maison avec Sharon Tate en l’absence de son mari parti tourner un film en Europe.

Ils moururent tous peu après minuit, seul William Garetson qui ne quitta pas sa chambre, occupé à écouter des disques (casque sur les oreilles) fût le seul survivant. Un de ses amis Steve Parent, vendeur de matériel hi-fi venu le rencontrer fût assassiné dans la cour de la maison.

Sharon Tate, enceinte de huit mois reçut 16 coups de couteau au cœur, au foie et aux poumons .Jay Sebring fût abattu d’une balle et de 7 coups de couteau. Steve Parent reçut 4 balles dans le corps Abigael Folger ,18 coups de couteau et Voytek Frikowski, 51.

Sur le mur du salon était écrit le mot"  Pig" avec le sang de Sharon Tate. Le lendemain, un second massacre eut lieu au 3301 Waterly drive toujours a Los Angeles. Leno et rosemary La bianca furent assassinés.

Le premier reçut 12 coups de couteau et son estomac était perforé de 14 coups de fourchette, sa compagne fût tuée de 41 coups de couteau. On avait écrif ' War" en lettres ensanglantées sur le corps de Leno et toujours avec le sang des victimes on pouvait lire "death to pigs" et "Rise" sur le mur ainsi que "helter skelter" sur la porte du réfrigérateur.Dans l’investigation des recherches une connexion entre les messages écrits et certaines chansons des Beatles apparurent. Il s’agissait concrètement d’extraits des chansons Blackbird , Piggies et Helter skelter.
Le lien sembla tout d’abord tellement absurde que l’éventualité d’une influence des chansons comme mobile des meurtres fût rapidement écartée. Il convient de signaler ce que signifiait pour Manson les mots Helter skelter .Les premiers vers et le refrain sont :


When I get to the bottom
I go back to the top of the slide
Where I stop and I turn and I go for a ride
Till’ I get to the bottom and I see you again
Look out!helter skelter helter skelter


Quand je touche le fond
Je remonte en haut du toboggan
Et là je m’arrête et je me retourne
Et je vais faire un tour
Jusqu’au moment où je touche le fond
Et je te revois
Fais attention montagne russe montagne russe


Pour mieux essayer de comprendre le raisonnement  malade de Manson il faut signaler qu'au royaume - uni "Helter skelter " signifie "montagne russe" mais Manson pensait que les Beatles précisait au travers de leur chanson comment allait se produire la véritable  révolution du ‘Helter skelter".
Pour  Manson Ceux qui étaient en bas (les noirs) allaient monter au sommet prendre la place dominante des blancs puis ils redescendraient, se soumettraient a lui et a sa secte, puis, ensemble ils deviendraient les maîtres d’un monde nouveau Manson et sa horde  fanatique désignant par le mot " pigs " les blancs non élus pour échapper au helter skelter.

 

voir egalement sur Jimboland

http://jimboland.hautetfort.com/archive/2007/09/02/la-cha...

 

 

 
 

la chanson la plus etrange jamais enregistrée par Les Beatles

Expérience sonore sans structure apparente ,mélange de sons divers (mitraillettes, grognements d’animaux , mélodies enregistrées a l’envers ) fragments dépourvus de sens parsemés d’une voix répétant par intermittence Number nine ,number nine Revolution 9 restera un objet sonore sans équivalent dans la discographie des Beatles.
L’explication de cet étrange mantra nous est fourni par Lennon qui déclara que cette chanson fût tout simplement enregistrée dans le studio 9 de la maison de disques E.M.I
Pour l’illuminé Charles Manson ce chiffre 9 faisait référence selon sa logique démente au chapitre 9 de l’apocalypse .

Ce qui est certain c’est que le résultat de ce collage musical est ahurissant (rires hystériques ; éléments atmosphériques, morceaux d’opéra , chuintements , plaintes d’agonies ).
Manson certifiait entendre une voix derrière le crépitement des mitraillettes murmurant Arise ,ce qui est sûr c’est que l’on entend d’une façon très claire la voix de Lennon proclamer après 6' 43"


Take this brother may it serve well’
Prends ça mon frère et que ça te serve bien’

Bien entendu dans son univers de folie ; le gourou restera persuadé que ce message lui était directement adressé et l’interprétation qu’il en fera débouchera sur les actes criminels d’août 1969.
Il semble important également de préciser que l’on trouvera Revolution 9 sur le double blanc des Beatles, disque génial et maudit dans lequel Charles Manson puisera l‘essentiel des prétendus messages subliminaux de la barbarie qu’il mettra malheureusement en application dans ses actes meurtriers de l’été 69.

voir sur jimboland

http://jimboland.hautetfort.com/archive/2007/07/02/the-be...

 



 

 
 

28/11/2015

Tapestry ( Carole King 1971)

tapestry.jpg

 

 

 

 

 

 

 

Disque majeur de la musique américaine  Tapestry  est un monument de la musique tout  genre  confondus , Carole  King n 'a pas encore 30 ans lorsqu'elle enregistre en 1971 ce qui restera comme son chef d 'œuvre définitif .

Jouissant d'un parcours déjà riche en compositions  a succès  pour des artistes  et groupes divers (" the loco -motion " , " natural woman ' " will you love me tomorrow " en compagnie de  son mari Gerry Goffin (décédé en 2014)  Carole King livre  ici  un disque fondamental pour  toute  une  génération d 'artistes qui vont s 'inspirer de son travail

Proche de Paul Simon et de Neil Sedaka l'artiste va s'imposer en solo en qualité d 'auteur interprète et remporter un succès considérable avec  cet album somptueux ( plus de 20  millions  d'exemplaires  vendus , un classement  parmi les 25 plus grands albums de tout les  temps dans le classement du magazine  'Rolling Stone ')

Tapestry  est aussi historique pour sa longévité en tète des charts américains (plus de 15 semaines a la première place ,aucune  artiste féminine ne fera mieux avant une certaine  Adèle  . l'album restera en tout  près de 300 semaines dans ce classement ( personne n 'a fait mieux  depuis)

Carole  King reprend ici deux  de ses plus fameuses compostions popularisées par  Aretha Franklin ( natural woman) et les Shirelles  ( will you love tomorrow) quelques années auparavant.

Elle s 'offre également un tube planétaire (it's too late)  et une place de choix dans le paysage musical international

le sublime   ' you 've  got  a friend  '  sera repris par  quantité  d'artiste de tout horizons  de  Céline DionDonny Hathaway en passant  par James Taylor  ou  Aretha franklin

la maturité  , la cohérence ,  la classe  naturelle  de  Tapestry  font  de ce disque un classique intemporel totalement indémodable, un  album référence

 

Carole King  - you've got a friend


podcast

 

 

12:11 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0)

26/11/2015

Les Disques de ma Vie (1961 - ?)

En construisant semaine après semaine  mon Top 100  je me suis souvenu des dizaines , des centaines et des centaines de vinyls , de cassettes , de CD qui ont accompagnés mon existence et l'idée de cette rubrique inévitablement baptisée  'Les Disques de ma vie  " m'a semblé soudain évidente

Il ne s'agit pas ici de parler de classement a l 'image de mon  top 100 proposé sur ce   blog   ni de discographies sélectives des dernières décennies  ,

Non ici c'est  plutôt le coup de coeur qui sera mis en avant , je parlerai de ce que ma mémoire a retenu sans se soucier de l'importance ou du poids de la chanson , du 45 tours ou de l'album en question dans l'histoire de la musique

Il y aura forcément des choses archi connues et d'autres beaucoup moins , il  y aura des chefs d'oeuvres et des bides total, des célébrités et des anonymes il y aura des titres qui évoqueront pour moi et pour moi seul  des sentiments  , des émotions .

Entre le dispensable et l'incontournable ,entre l'essentiel et le futile, j'essaierai l'espace du temps de la lecture de ces lignes et de l'écoute  de quelques titres de partager avec vous et sans respecter forcément la chronologie de toutes ces  années ce  voyage dans le passé.

Sans être un adepte de ce que Woody Allen appelle dans son formidable Minuit a paris "le syndrôme de l'âge d'or " ( qui consiste  d'une manière un peu simpliste a considérer que tout était  mieux par le passé) j'estime avoir eu la chance de découvrir l'univers  musical a mon époque (c'est a dire a partir de 1972 soit a  l'age de douze ans environ) dans un environnement bien plus réceptif et moins confus que celui de la jeunesse actuelle qui ,malgré l'abondance et la richesse de toutes les possibiltés offertes par les nouvelles  technologies (mp3, blogs,plate formes de téléchargements, podcast, chaînes TV musicales , multitude de radios FM, baladeur , internet.......la liste est longue ) me semble plutôt tâtonner et picorer de la musique par ci par la 

Consommer , consommer sans prendre le temps véritablement d'écouter ou d'apprécier.c'est un peu l'impression que je retiens de notre époque  , j'espere juste me tromper. Certains trouveront ce constat  un peu sevère  il me semble malheureusement plus vrai de jour en jour. 

 

The  Les Humphries singers - Mama loo (45t 1973)  

label  : Decca

tracks   Mama -loo  -I'm from the south ;I'm from Ge O Orgia 

humphries.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Commençons donc par la préhistoire ,enfin ma  préhistoire a savoir le premier 45 t acheté en supermarché  bien entendu car dans les années 70 il n'existait nul autre endroit ( a ma connaisance et a celle de mes  parents) pour se procurer des disques

Le groupe s'appelle The Les Humphries Singers Ils sont allemands (je l'ai appris bien plus tard) et ils surfent sur la vague  baba cool ,pattes d'éléphants et il y a parmi cette bande de joyeux  lurons  hétéroclites l'une des trois futures chanteuses d'un autre groupe qui décrochera le jack-pot a la fin des années 70 ,  Boney M

le groupe a été formé par Les Humphries un britannique et il représentera l'Allemagne a l'eurovision de 1976 .

La pochette parle d'elle meme et la chanson ne vaut pas un clou je l'avoue elle s'apelle Mama-Loo mais c'est bien ce titre  la , et pas un autre qui reste pour toujours le premier 45t acheté (et choisi) du haut de mes 12 ans.

Sur ce 45t historique pièce de mon musée musical  personnel  on peut lire écrit  et souligné a l'encre noire baveuse et dans un anglais balbutiant 'This record is the first record that I've Bough '  

 

The Les Humphries singers  - Mama -loo

podcast

 

 

Anarchic System  - Royal summer (45 t  1973)

label  AZ Records 

 

tracks   Royal summer  - Royal summer (instrumental) 


royal summer.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Certains ont eus de la chance de pouvoir embrasser une fille pour la première fois sur une chanson  au minimum écoutable .

Pour  moi , ce fût les épouvantables Anarchic System groupe français de Lille (mais qui faisait  tout pour  paraître américain) alors très en vogue dans ce début des années 70 qui reste associé aux souvenirs  des premières "boums" et du premier  flirt 

Je me souviens même de la chorégraphie improvisée ou les 'jeunes couples en herbe ' dansaient filles d'un coté ,  garçons de l'autre en avançant et en reculant pour déposer sur les lèvres de leurs partenaires un baiser a chaque  approche  c'était l'été 1973 entre enfance et adolescence ,une époque bénie et même si la chanson était bien pourrie elle reste dans ma  mémoire pour l'éternité.                                            

 

 

Anarchic System  Royal Summer

 

podcast
 

 

 

The Crusaders  - Street life  (Maxi 45t 1979)

 

 the_crusaders_-_street_life.jpg

 

 

 

 

 

 

 

Fin des années 70 J'ai evidemment découvert les pistes des  discotheques de ma région (parfois  en apres  midi  le  dimanche entre 14h et 19h )  

Nous sommes alors en pleine vague des maxis 45t et dans la lignée des  Earth Wind and Fire , Kool and the Gang  Je reste quant  a moi bloqué  sur The Crusaders et sur Street  life  bijou absolu de jazz funk un  titre qui a accompagné mes 18 ans

une  merveille  rythmique écoutée , réécoutée  puis oubliée durant des années   Street life se rappelant  brusquement a ma mémoire en 1997 en visionnant "Jackie Brown" le formidable film de Quentin Tarantino (avec  une incroyable bande-son par ailleurs)

De disque de ma  jeunesse ce Maxi 45t est devenu disque de vie tout  court

 

 The Crusaders -  Street  Life


podcast

 

 

 Simon & Garfunkel  - Simon and Garfunkel's  Greatest  hits  

(33Tours 1972)

 

label  Columbia

 

d09842tnp8x.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

C'est le tout premier album que j'ai repéré dans la discothèque familiale ,il était  la, un peu esseulé  ce" greatest hits" (le premier enregistré par le célèbre duo) et je me régalais a chaque écoute sur la platine disque  du salon des 17 titres  proposés sur cet abondante compilation

Les chansons courtes , rythmées , m'enthousiasmaient  déjà je n'aimais pas 'el condor pasa ' ou ' cecilia '(affreusement repris par Joe dassin) et déjà je craquais pour' Bookends 'For Emily whenever Y may find here ' ou encore pour ' scarborough fair '

cet album qui réunit les standards de ce duo inoubliable m'a initié a la folk ,tout ce que j'aimerai par la suite sera inévitablement et forcément influencé par cette découverte majeure

Ce 33 Tours l'un des rares  disques  hors variétés française ou hors disques latino de mes  parents fût pour moi comme un baptême révélateur ; j'ai depuis au cours des  années bien que m'éloignant de Simon & Garfunkel conservé une tendresse infinie pour ce duo magique

 

tracks

face A

1 Mrs Robinson (3.51)

2 For Emily whenever I may find Her (2.25)

3 the boxer (5.08)

4 the 59 thstreet bridge song ( feelin' groovy 1'50)

5  The sound of silence (3.07)

6  I am a rock (2 .52)

7  scarborough fair (3.09)

Face  B

1 Homeward bound (2.42)

2 bridge over troubled water  ( 4 .51)

3 america ( 3.33)

4 kathy's song (3.22)

5 el condor pasa  ( 3.07)

6 bookends  ( 1.19)

7 cecilia ( 2.53)

 

 Simon and Garfunkel -For Emily whenever I may find Her 


podcast

 

 

Oldies but goodies ( compilation  singles K7 -1985 )

Label  Virgin

Je me  souviens   être  tombé sur cette K7 (achetée d'occasion  sur un marché aux puces) une compilation Virgin et qui répondait au titre de Oldies but goodies

paru depuis quelques temps cette  compilation et  les titres incroyables que je vais découvrir vont marquer a jamais  ma mémoire

The Ruts ,The Gladiators ,althea and Donna , Devo , Orchestral manoeuvres in the dark ou encore XTC je prends une claque énorme , certes je connais deja quelques artistes de cette compilation historique (pour moi) Genesis, The Sex Pistols , UB 40 mais dans l'ensemble la découverte de ces 'singles ' vont me permettre un virage musical a 180° et la plupart de ces 'singles' vont devenir au fil des ans des standards indélogeables de mes futures play -lists.

La chose se vérifie encore aujourd'hui.

Historique je vous dit !

849315689.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

Track list

 

1 Mike Olfield  tubular bells

2 The Ruts  jah War

3 The sex pistols -anarchy in the UK

4 Devo -satisfaction

5 Althea and donna  - up town ranking

6 UB 40 -Food for though

7 The Motors  -airport

8 Genesis -follow you follow me 

9 Peter Gabriel - Solsbury hill

10 Blue Rondo a la turk -Mr and Mrs sanchez 

11 XTC  - Making  plans for nigel

12 Heaven 17 - we don't need this fascist groove thang

13  Clifford T Ward -gaye 

14 Rare bird   - sympathy

15 Orchestral manoeuvres in the dark -Enola gay

16 Martha and the muffins  - echo beach

17  The Flying Lizards -Money (that's what I want)

18 Madness -one step beyond

19 The Gladiators  -stick a bush

20 Japan  -visions of China

 

 

XTC -making plans for nigel

podcast

 

Martha and the muffins - echo beach


podcast

 

 

Testament du rock  -  Volume 1

 Disque 33 tours -Compilation

 Label   Music  for Pleasure (1974) 

 

 testament du rock  face.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Acheté vraisemblablement dans une grande surface cette compilation marque pour moi la véritable découverte du rock 'n roll  ,certes mes parents m'ont  parlé de Bill Haley and the Comets  ou des Platters des groupes dont j'ai pu voir quelques exemplaires de 45t  dans la discotheque familiale mais alors que le King Elvis n'est pas encore  entré dans  mon royaume (je me rattraperai plus tard) je découvre le rock avec cette compilation 'testament du rock volume 1 ' qui regroupe quatre artistes majeurs des  anées 50-60

Et si Je mets un peu de coté ( a tort d'ailleurs)  Luis Prima je reçois en pleine face Gene Vincent (qui en trois titres  me laisse K.O )ainsi que   Johnny Otis et l'incroyable Wanda Jackson

4 artistes pour 12 titres certes  pas  tous légendaires mais c'est avec ces titres la et aucun autre que j'entre dans l'univers du Rock je suis intronisé  par Gene Vincent qui va vite devenir l'une de mes icones absolues on peut difficilement rêver mieux comme maitre de cérémonie

 

track-list

Gene Vincent - Be Bop a Lula

Johnny Otis - Ma! he's making eyes at me 

Wanda jackson -let's have a party 

Luis Prima -angelina (zooma zooma)

Gene Vincent - over the rainbow

Johnny Otis -telephone Baby 

Wanda jackson  -stupid cupid 

Luis Prima-pennies from heaven 

Gene Vincent  -Woman Love

Johnny Otis - Loop de Loop 

Wanda jackson -Tweelee - dee

Luis Prima - buena sera 

 

 Wanda Jackson - let's have a party


podcast

 

 

 

The Eagles  -Hotel California (1976)

Disque 33 tours

Label Elektra 

B000002GVO.08._SCMZZZZZZZ_.jpg

 

 

 

 

 

 

 

Si je n'avais pas été tres inspiré pour le choix de mon premier 45 t (voir plus haut) ,en revanche je ne me suis guère trompé pour le choix de ce qui reste" ad vitam eternam "mon premier album.

On ne présente plus The Eagles célèbre groupe américain qui décrochera le jack pot avec 'hotel california ' son  cinquième album enregistré  en 1976

l 'album contient évidemment la chanson phare portant le même titre que l'album , tube mondial qui va devenir l'une des chansons les plus connues de l'histoire de la musique pop rock .

Rappelons la polémique (embarrassante) autour de ce titre ,peut être plagié (en tout cas nettemment inspiré) par 'we used to know "un titre de Jethro Tull, écrit par Ian Anderson sur l'album Stand Up en 1969.  l'écoute consécutive de ces deux chansons permet seulement de remarquer   la similitude entre les deux morceaux

Loin de ces préocuppations et victime de l'écoute répétée du tube incontournable dans les'' boums ' et a la radio je choisissais donc de m'offrir l'album qui devenais ainsi un disque essentiel de ma propre éducation musicale.

Je tomberai  vite sous le charme des autres chansons de ce disque mythique que des millions d'autres comme moi acheterait bientôt  (20 millions de copies vendues a travers le monde)

 

The Eagles - life in the fast line


podcast

 

Track-list

 

  1. "Hotel California"  — 6'30
  2. "New Kid in Town"  — 5'04
  3. "Life in the Fast Lane"— 4'46
  4. "Wasted Time"  — 4'55
  5. "Wasted Time (Reprise) — 1'22
  6. "Victim of Love" — 4'11
  7. "Pretty Maids All in a Row"— 4'05
  8. "Try and Love Again" — 5'10
  9. "The Last Resort" — 7'25
 
 
 
 
The Beatles /1962-1966  -    The Beatles /1967-1970
 
Disques 33 tours   label : Apple (1973)
 
 
 
 
 
 
Indissociables l'un de l'autre  ces deux compilations de 45t que l'ont a communément baptisées 'album rouge ' et 'album bleu ' (en référence évidence au mythique album blanc paru en 1968) m'ont permis de découvrir a l'age de 13 ans le groupe de Liverpool
Bizarrement ces deux vinyls bien que présents dans la discotheque familiale ne passaient jamais  sur la stéréo , je ne sais donc pas si mes parents a l'époque étaient (ou pas) Fans des Beatles mais quoi qu'il en soit je les remercie d'avoir fait en sorte que ces deux compilations (archi complètes ,la liste des titres est une succession de chefs d'oeuvres) soient disponible pour mon intronisation dans l'univers des Fab Four
 
Très vite ma préférence allait vers l'album 'bleu' (et pour la face B de l'album 'rouge') tout m'emballait dans cette découverte ,j'avais soudain comme l'impression de faire partie d'une confrérie , d'un club .
 
Cette passion pour le groupe ne me lachera jamais même si je passerai une longue periode de ma vie a ne plus les écouter (pour mieux y revenir par la suite)
Evidemment j'aurai pu découvrir le groupe au travers des disques majeurs et historiques ('revolver' - 'rubber soul'  ,ce fameux 'album blanc' ou  encore ' sergent Peppers lonely heart club band') mais qu'importe la rencontre a eut lieu , elle fut inoubliable .
Rien ne serait plus jamais comme avant
 
Track -list   The beatles 1962-1966

Face A

Track -list   The beatles 1967-1970
 
 

     Face A

  1. Strawberry Fields Forever
  2. Penny Lane
  3. Sgt. Pepper's Lonely Hearts Club Band
  4. With a Little Help from My Friends
  5. Lucy in the Sky with Diamonds
  6. A Day in the Life
  7. All You Need Is Love
  8. I Am the Walrus
  9. Hello Goodbye
  10. The Fool on the Hill
  11. Magical Mystery Tour
  12. Lady Madonna
  13. Hey Jude
  14. Revolutionn

    Face B

  1. Back in the U.S.S.R.
  2. While My Guitar Gently Weeps
  3. Ob-La-Di, Ob-La-Da
  4. Get Back
  5. Don't Let Me Down
  6. The Ballad of John and Yoko
  7. Old Brown Shoe
  8. Here Comes the Sun
  9. Come Together
  10. Something
  11. Octopus's Garden
  12. Let It Be
  13. Across the Universe
  14. The Long and Winding Road
 
   The Beatles  -  don't let me down 
 

podcast
 
 
      The Beatles - Octopus's garden
 
 
podcast
 
The Rolling Stones  - Love you Live ( 1977)
 
 
 Disque 33 tours
 Label : Atlantic
  
 
 
 
 Ma rencontre avec L'univers incroyable des Beatles me  ferait inévitablement découvrir tôt ou tard Les Rollings Stones.
Ma découverte du groupe  bien qu'ayant évidemment entendu quelques 'singles ' sur les radios et dans les ' boums ' chez mes camarades aurait lieu par l'intermédiaire de 'Love you Live ' cet album enregistré en concert en 1977 au Canada (Toronto) 
 
Deja  , alors que je connaissais que peu de chose a l'univers décalé et avant-gardiste de Andy Warhol (il deviendrait  très vite l'un de mes artistes favoris ) j'adorais la pochette criarde et colorée avec ce dessin de Mick Jagger se mordant la  main
Enfin  les titres que je découvrais' live' (avant d'aller les chercher dans les albums respectifs) me faisait comprendre pourquoi le parallèle Beatles -Stones  existait .
Il me semblait évident que rien n'était comparable entre les deux formations et l'arrivée brutale de ce disque dans ma (pauvre)  discographie de l'époque allait mettre un terme ( provisoire ) a mes écoutes régulières du groupe de Mc Cartney et Lennon  (j y reviendrai  des  années plus  tard )
 
Ici je découvrais un autre binôme Jaggers-Richards, autour de ces deux phénomènes il semblait régner un chaos , une énergie presque palpable ,une révolte,un souffle nouveau le groupe qui se montrait a l'aise dans ses propres compositions mais aussi dans les reprises  ('You Gotta move'  - 'Little red rooster' -'Mannish Boy' -ou encore la fantastique reprise de Chuck Berry ' around and around') me laissait K.O 
 
Mon histoire d'amour avec les Stones commencait la  et elle se poursuivrait des années durant.
Quant a ma vraie et véritable première rencontre live il me fallut malheureusement attendre encore 13 ans pour enfin voir le groupe en chair et en os  ce fût dans le cadre de la tournée Urban Jungle au parc des princes de Paris le 25 Juin 1990 , une longue attente finalement récompensée même si j'ignorais alors que le groupe entamait a l'aube des années 90 sa longue descente artistique
 
 
 
 
 
Track-list 
 
  1. Intro: Excerpt From 'Fanfare for the Common Man' – 1:24
  2. Honky Tonk Women – 3:19
  3. If You Can't Rock Me / Get Off of My Cloud – 5:00
  4. Happy – 2:55
  5. Hot Stuff – 4:35
  6. Star Star – 4:10
  7. Tumbling Dice – 4:00
  8. Fingerprint File – 5:17
  9. You Gotta Move  – 4:19
  10. You Can't Always Get What You Want – 7:42
  11. Mannish Boy – 6:28
  12. Crackin' Up – 5:40
  13. Little Red Rooster – 4:39
  14. Around and Around – 4:09
  15. It's Only Rock 'n Roll (But I Like It) – 4:31
  16. Brown Sugar – 3:11
  17. Jumpin' Jack Flash – 4:03
  18. Sympathy for the Devil – 7:50
 
 
The Rolling Stones  - Little red rooster

podcast
 
 
Maxime Le Forestier - Mon Frère  (1972)
 
Disque 33tours
 
label : Polydor
 
maxime le forestier -mon frère.jpg
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
C'est un disque qui reste pour moi celui de ma découverte personnelle de la chanson française , j'avais entendu bien évidemment sur la stéréo familiale Brassens , Brel ,Ferrat et autres Lama mais celui ci je l'avais découvert tout seul
Pochette sobre , textes intimistes et parfois engagés ('parachutiste') , poétiques tout m'émerveillait ,  écoute après écoute je plongeais dans l'univers de Maxime le Forestier
Cet album historique dans l'histoire de la chanson française était porté par un tube absolu 'San fransisco ' mais malgré cela les autres chansons arrivaient a exister et trouvait leur place avec cohérence
c 'est un disque référence  de la chanson française  que Tout le  semblait posséder a l 'époque et  le troubadour barbu qui a 23 ans écrivait  avec 'Mon Frère' une page de notre patrimoine musical  ne savait sans doute pas que plus  de  quarante apres on  parlerait encore de ce disque mythique
La maison de disques Polydor a par ailleurs sorti bien des  années  après ,  un album baptisé  'La maison bleue' (juillet 2011) disque hommage au famaux album de 72  et  sur lequel des artistes français ( Juliette , Calogero , Adamo , La grande sophie ) reprennent les 11 chansons écrites en 1972 par Maxime le Forestier
 
Track-list
 
 face A
1 Mon Frère
2 Education sentimentale
3 La rouille
4 Mourir pour une nuit
5 Marie Pierre et Charlemagne
face B
1 Comme un arbre
2 Fotenay aux roses
3 Parachutiste
4 Je ne sais rien faire
5 San Fransisco
6 Ca sert a quoi tout ca
 
 
 Maxime Le Forestier - la rouille
 
 
podcast

 


 

 

Telephone  -Hygiaphone
 
 vinyl 45t ( E.M.I 1977)

 

 

 

 

Avouons le honnêtement je n'ecoute plus Telephone et cela depuis de nombreuses années mais je garde pour le groupe une grande tendresse pour plusieurs raisons que je vais tenter d'évoquer

nous sommes en 1977 et j'ai 16 ans et si j'ai effectivement découvert le rock ,la notion de 'rock français ' pour moi n'existe même pas  je sais qu'il y a eu Johnny , les Chaussettes noires et autres groupes sixties (Ronnie Bird ) ayant adaptés Des standards américains ou anglais mais pas question de considérer leur musique comme du rock
Et voila que dans la cour de mon lycée débarque ce 45 T  O.V.N.I  le Premier groupe qui semble nous ressembler , il chante en français , le guitariste a des faux airs de Keith Richards , il n'en faut pas plus pour que Téléphone devienne instantanément le fer de lançe de la génération rock français.
Avant même la sortie de leur premier album ,le single 'Hygiaphone ' déclenche une tornade  qui emporte  tout sur son passage
La première pierre est posée ,le rock français va construire sur cette solide fondation
 
C'est aussi a Telephone que je dois mon premier souvenir de concert ,le groupe se produisait dans une petite salle des fêtes proche de chez mes parents, tres vite le concert fut annoncé complet et je dut rester avec mes camarades de l'époque  rester sur le parking
Decidés a entrer coute que coute nous avions insistés durant le 'court' concert aupres des vigiles pour qu'ils nous laissent passer  ,notre entetement finit par payer car les portes s'ouvrirent pour toute une horde de jeunes excités (dont  moi) au moment du rappel  et j'entrais alors pour la premiere fois de ma vie  en chair et en os en religion rock
Aubert et sa bande attaquèrent en rappel   'Métro c'est trop ' puis conclurent avec le fulgurant 'hygiaphone ' la salle etait en feu, le sol vibrait, j'avais la véritable impression qu'une apocalypse se produisait autour de moi.
D'évoquer ces souvenirs adolescents provoquent en  moi aujourd'hui encore des frissons inexplicables et pour tout ce bonheur ,pour touts ces moments uniques que vécus et  adorés  je  conserve pour le groupe une indéfectible tendresse
 
 
Telephone -hygiaphone
 

podcast
 
 

 

 Berurier Noir  - Joyeux merdier
 
 Vinyl  (maxi 45 tours 1985)
 

 

Joyeux merdier ! parce que sorti en decembre 1985 en pleine grève des transports ce maxi 45tours est LE disque qui m'a fait entrer dans le monde du rock alternatif français 
Bousculé par la puissance de l'entêtant ' salut a toi ' véritable hymne punk destructeur et ravageur le maxi ne quittera pas  ma platine des mois durant 
La découverte des Beru ouvrira pour moi des horizons nouveaux  et si je ne bascule a cette époque complétement dans le monde  du rock alternatif français je prends conscience d'un univers musical parallele et totalement indépendant, je découvre aussi la Mano negra qui m'accompagnera  durant un bon nombre d'années
Quant a ce maxi 45tours débridé et furieux et grace a notamment a ce 'salut a toi'  d'anthologie plus rien en france ne me semblera  desormais comme  avant
les 4 titres de ce maxi seront par la suite compilés sur le CD 'concerto pour détraqués ' (1985)
 
track-list
 
la mere Noel
J'aime pas la soupe
Vive le feu
Salut a toi!
 
 
Berurier Noir -  salut a toi!
 

podcast

 

 Pierre Edouard - a mon age deja fatigue
 
  45 t Vinyl(1980)
  label  :disque Yona

 Pierre-Edouard-A-Mon-Age-Deja-Fatigue-Partie-1-Et-Partie-2-45-Tours-587175426_ML.jpg

 

 

 

 

 
 
 
 
 
 
Pierre Edouard - a mon âge déjà fatigue
 

podcast
 
Bon effectivement c'était  comment  dire ? tout pourri  voila le mot  juste , mais  j'avoue que ce titre belge est indiscutablement lié a mes années de jeunesses , nuits blanches , centaines de  kilometres pour aller danser, nuit sur  les parkings , on était en pleine années 80 avec le bon ,le moins bon ou le  carrément  mauvais 
les  souvenirs , les bons  souvenirs  ceux  qui restent imprimés pour  toujours sont bizarrement parfois  liés a des titres pas forcement glorieux c 'est ainsi et  on n'y peut  rien
Ecrit et produit par Jay Alanski  qui avait décroché le jackpot avec le "banana split " de Lio ce titre rigolo décline sur  les 2 faces du 45t ne se prenait que ce pour qu'il était a savoir un tube calibre pour une époque précise avec une amusante  utilisation du name-dropping (avant vincent Delerm et en bien plus marrant )

28/10/2013

R.I.P Lou Reed (1942-2013)


 

Lou Reed    -Vanishing Act


podcast

 J'en connais qui ont pleurés  lorsque en 1993 le Velvet Underground  sans Nico tombée de vélo en cours de route s'est reformé .Je  faisais partie de ceux  la

Trop jeune pour faire partie de la génération Velvet j'ai donc couru derrière le mythe toute ma vie et la triste réalité  me rattrape aujourd'hui

Troisième a quitter le navire après Nico  en 1988 et Sterling Morrison en 1995 C 'est le grand commandeur  qui nous quitte  en un dimanche pluvieux d'octobre

Lou Reed  est  mort  et avec lui disparait une icone absolue, un monument

il était LE ROCK ,il était NEW YORK il  était immense !

Traversant les décennies , revenu d'outre tombe (l'alcool, la drogue ,l'hôpital psychiatrique ) il n 'aura jamais cherché la célébrité  , se situant  toujours au dessus des modes ,toujours décalé,   au dessus du lot et jamais la ou l'on l 'attendait vraiment

j 'ai évoqué sur ce blog a diverses  reprises  mon admiration totale et  définitive au musicien , au parolier , a l 'homme ,  je suis aujourd'hui comme des milliers de fidèles  triste de cette perte irremplaçable

aussi incontournable qu'un Dylan  Qu'un Springsteen , un Bowie ou un Neil Young il restera associé pour moi a des dizaines  de souvenirs gravées a jamais dans  ma  mémoire

 

Son parcours musical est unique , semé de chefs d'œuvres (les 4 Inoubliables premiers albums du V.U ), de disques  d'avant garde  (métal machine music) , de concept  albums (New York ,  songs  for Drella ) , d'opera rock  baroque (the raven) de Live chaotiques  inoubliables ( Rock 'n roll animal  , take no prisonners) de disque solo  sublimes ( Berlin , transformer) de projets ambitieux (Lulu enregistré avec Metallica  en 2011) Lou Reed aura  connu aussi les doutes ,les  longues traversées du désert (de 1979 a 1989) mais sera resté toujours  sur  sa ligne droite  sans jamais accepter les compromis.

au delà du succès planétaire de 'walk on a wild side" qu'il trainera comme un boulet toute sa  carrière il laisse au monde des chansons comparables a nulle autre , des mélodies bouleversantes et  des textes  sombres d'une beauté noire et glaçante.

 

 Lou Reed - Caroline Say II

 

 

podcast

 

 

Lou Reed- the bed

 


podcast

 

 

Lire l 'article sur Jimboland  'Le Velvet Underground  ma tour de Babel

http://jimboland.hautetfort.com/archive/2004/12/18/le-vel...

 

 Lire l 'article sur  Jimboland  'Reconnaissance éternelle pour Lou Reed et le routard de l 'été 1977'

 

http://jimboland.hautetfort.com/archive/2007/09/02/reconn...

15/10/2013

Ascenseur pour l 'échafaud (Louis Malle 1958)


 

 

Il y a d'abord les visages celui de jeanne Moreau au téléphone qui envahit l 'écran puis celui de Maurice Ronet dans la pénombre , effacé , grave puis viennent les mots d'amour ; les 'je t'aime 'murmurés par les deux amoureux

il y a évidemment ce noir et blanc lumineux , éblouissant , et cette intrigue a la fois simple mais terriblement angoissante

Premier film d'un réalisateur surdoué de 25 ans et d'une maitrise technique inouïe 'Ascenseur pour l 'echafaud est un véritable chef d'œuvre noir portés par deux comédiens solaires

le couple Moreau et Ronet les deux amants fous d'amour qui sans une seule scène en commun a l'écran irradient ce merveilleux film d'une époque cinématographique bénie

les dialogues sont épurés ,la mise en scène est brillante , l'ombre du maitre Hitchcock plane au dessus de ce long-métrage qui va devenir très vite un classique du genre entre les longs silences et la musique de Miles Davis ce film nous entraine nous emporte dans la nuit filmé admirablement filmé par Malle

 

Et puis Ascenseur pour l 'echafaud ne serait pas ce diamant noir sans la musique sublime de Miles davis

en enregistrant en direct (d'après la légende ) la bande-son de ce drame le trompettiste réussit l 'exploit d'habiller le film d'une aura et d'une grâce unique

jazz et cinéma ont souvent fait bon ménage avec les cinéastes de la nouvelle vague ( 'Les tricheurs' , 'des femmes disparaissent ', 'les liaisons dangereuses', ' a bout de souffle' bien sur mais aucun film ne peut prétendre s'enrichir d'une telle merveille d'équilibre et d'harmonie

Comme un personnage a part entière du film de Louis Malle Miles Davis rajoute a un chef d'œuvre un autre chef d'œuvre

somptueux et inégalé!

 

 

Miles Davis -  Final  ( take 1 )

 


podcast

 

15/09/2013

Je n 'avait qu'un seul mot a lui dire ( a Serge .....)

 

Ce texte  est uniquement  inspiré par des titres de chansons composées par Serge Gainsbourg

 

il y a  en tout 80 titres de chansons  dans cette histoire et vous en  trouverez  le détail a la fin du texte

 

 

Je n’avais qu’un seul mot a lui dire a  Joanna

"Ne dis rien ! " avait conseillé Manon "  elle est si "  ….indifférente

La p’tite Agathe  croit   même  qu’elle est  dépressive

Tu crois ?

"Puisque je te le dis "

C’est vrai quand on y penses  que les femmes c’est du chinois  elles vous mettent l’eau a la bouche  et un beau jour boum badaboum  , adieu créature

J’ai oublié d’être bête  et je sais que l’amour a deux ne fait pas long feu il faut voir venir  les premiers symptômes tout  ces petits riens qui  vous donnent l’impression du déjà vu,du déjà vécu.

C’est la vie qui veut ça  on se retrouve souvent un jour comme un autre avec le vide au cœur et juste les yeux pour pleurer  coté cœur c’est le zéro pointé vers l’infini  le no man’s land total

Pourtant vu de l’extérieur on frime en Ford mustang , en Kawasaki ou en Harley Davidson dans la jet society  on se prétend disc jockey , tennisman ,ou  chasseur d’ivoire on assure vivre a new York U.S.A , avoir sa table chez Maxim’S ou au Banana Boat  le club le plus privé de la capitale  ;l’alcool  le cannabis ,  ,les cigarillos on joue les millionnaires mais entre le moi et le je il faut avouer qu' il y a tout un monde

OK nous ne sommes pas des anges mais une chose entre autres dont je suis certain  quand  j’entends des voix off qui me répètent que  j’étais fait pour les sympathies pas pour l’amour prison ni encore moins pour  l’amour a la papa. ;  dans ces moments là alors  je dit merde a l’amour !  , Ok pour plus jamais !

Je me souviens  de la belle Elisa qui disait toujours " un poison violent c’est ça l’amour !" un truc physique et sans issue  Et quand bien même  elle aurait raison j’envisage pourtant de retourner chez Max coiffeur pour hommes  revoir Joanna  mais le mal intérieur me ronge  et je n’ose pas alors d'un  taxiphone je l’appelle  personne  !   toujours le même message  "il n’ y a plus d’abonné au numéro que vous avez demandé "  je me renseigne auprès de Lucette et Lucie les locataires de l’hôtel particulier de l’avenue Friedland et j'apprends stupéfait que Joanna travaille en tandem avec Eva la jolie métisse couleur café dans un sex shop ‘le Shotgun ' un ‘établissement  classé X  rue de Shangai  ,musique pop et  strip tease tout les soirs .

Je décide de m'y rendre et des que je franchit la porte tout mes souvenirs me reviennent comme un boomerang

le décor est certes  un peu démodé mais le spectacle est pas mal  pas mal du tout même et je ne  vois qu'une chose  les regards des hommes sur les filles qui dansent

je suis capable de n’importe quoi  mais pas de supporter ça et  lorsque je croise Joanna  qui me demande ‘ tu venais me voir '  je préfère naturellement  lui répondre

"C’est rien je m’en vais c’est tout"

 "Quoi ? " répondit-elle  "Rien rien j’disais ça comme ça '

Je n’avais qu’un seul mot a lui dire mais au bout du compte j’ai préféré me taire.

 

medium_a5.2.gif

 

 

 

 

 

 

 

 

 

détails des titres : (dans le désordre)

Je n’avais qu’un seul mot a lui dire (interprétée par jean Claude Brialy et Anna Karina  1966)

Indifférente(interprétée par Serge Gainsbourg 1959)

Rien rien  j’disais ca   comme ça (interprétée par Serge Gainsbourg et Anna Karina  1966

Joanna (interprétée par serge Gainsbourg 1966)

Friedland  (interprétée par Serge Gainsbourg  1957)

Adieu créature (interprétée par Serge Gainsbourg 1959

L’alcool (interprété par serge Gainsbourg  1957)

J’ai oublié d’être bête (inédit -interprétée par Serge Gainsbourg  1958)

L’amour a la papa (interprétée par Serge Gainsbourg 1959)

Les femmes c’est du chinois (interprétée par Serge Gainsbourg 1961)

L’eau a la bouche (interprétée par Serge Gainsbourg 1960)

Personne (interprétée par Serge Gainsbourg 1961)

Les cigarillos (interprétée par Serge Gainsbourg 1962)

Il n’y a plus d’abonné au numéro que vous avez demandé (interprétée par Isabelle Aubret 1963)

Les yeux pour pleurer (interprétée par Nana Mouskouri 1963)

Strip-tease (interprétée par Juliette Gréco 1963)

Maxim’s (interprétée par Serge Gainsbourg 1963)

Le mal intérieur (interprétée par isabelle Adjani  1983)

New –York U.S.A (interprétée par Serge Gainsbourg 1964)

Couleur café (interprétée par Serge Gainsbourg 1964)

Ces petits riens (interprétée par Serge Gainsbourg 1964)

La p’tite Agathe (enregistrée par Gérard Depardieu 1980)

Nous ne sommes pas des anges (interprétée par France Gall 1965)

C’est rien je m’en vais c’est tout (interprétée par isabelle Adjani  1983)

No man’s land (interprétée par Isabelle Aubret 1965)

Comme un boomerang (interprétée par jean Claude brialy  1966)

Pas mal, pas mal du tout (interprétée par Serge Gainsbourg et jean Claude Brialy  1966)

Un poison violent c’est ça l’amour (interprétée par Serge Gainsbourg et jean Claude Brialy 1966)

Boum badaboum (interprétée par Sandie Shaw 1967)

Harley Davidson (interprétée par Brigitte Bardot 1967)

Ford mustang (interprétée par Serge Gainsbourg 1968)

Elisa (interprétée par Serge Gainsbourg 1969)

J’envisage (enregistrée par alain bashung  1982)

Une chose entre autres (enregistrée par Jane Birkin 1987)

Les millionnaires (interprétée par zizi jeanmmaire 1971)

Les locataires (enregistrée par serge Gainsbourg 1979)

L’amour prison (interprétée par Jacques Dutronc  1975)

Chez Max coiffeur pour hommes (interprétée par Serge Gainsbourg 1976)

Premiers symptômes (interprétée par Serge Gainsbourg 1976)

Privé (interprétée par Alain Chamfort  1977)

Puisque je te le dis (enregistrée par Jane Birkin 1974)

Merde a l’amour (interprétée par Zizi Jeanmmaire  1977)

Lucette et Lucie (interprétée par Alain Chamfort  1977)

Le vide au cœur (interprétée par Alain Chamfort  1977)

L’hôtel particulier (interprétée par Serge Gainsbourg 1971)

J’entends des voix off (interprétée par Serge Gainsbourg 1975)

Dépressive (interprétée par Jane Birkin   1978)

Disc jockey (interprétée par Alain Chamfort 1977)

Tennisman (enregistrée par Alain Chamfort  1977)

Banana boat  (enregistrée par Jane Birkin 1974)

Classé X  (interprétée par Jane Birkin   1978)

Démodé (interprétée par Alain Chamfort  1979)

Pas long feu (interprétée par Serge Gainsbourg 1979)

Cannabis (interprétée par Serge Gainsbourg 1970)

Elle est  si (interprétée par Serge Gainsbourg 1980)

Sex shop (interprétée par Serge Gainsbourg 1970)

Et quand bien même (enregistrée par Jane Birkin 1990)

Eva (enregistrée par serge Gainsbourg 1975)

C’est la vie qui veut ça (enregistrée par Jane Birkin 1973)

Vu de l’extérieur (interprétée par Serge Gainsbourg 1973)

Jet society (interprétée par Alain Chamfort  1981)

Manon 70  (enregistrée par serge Gainsbourg 1968)

D’un taxiphone (interprétée par isabelle Adjani  1983)

Chasseur d’ivoire (interprétée par Alain Chamfort  1981)

Kawasaki (interprétée par Jane Birkin 1973)

Quoi  (interprétée par Jane Birkin 1985)

Ne dis rien (enregistrée par jean Claude Brialy et Anna Karina 1966)

Shanghai (interprétée par Serge Gainsbourg 1985)

Zéro  pointé vers l’infini (interprétée par Serge Gainsbourg 1986)

Shotgun (interprétée par Serge Gainsbourg 1987)

Physique et sans issue (interprétée par Jane Birkin  1987)

Le moi et le je (interprétée par Jane Birkin  1987)

Tandem (interprétée par Vanessa paradis 1990)

L’impression du déjà vu (enregistrée par Jane Birkin  1990)

L’amour a deux (interprétée par Vanessa paradis 1990)

J’étais fait pour les sympathies (enregistrée par jean Claude Brialy  1966)

Un jour comme un autre (enregistrée par Anna Karina 1966)

10/09/2013

Places ( Lou Doillon 2012)

 

 

Beaucoup  vont se dire (a juste titre) que voila (encore) une actrice qui se paye un caprice en enregistrant un album et on comprendra cette réaction au vue des disques souvent mievres et sans interet que nos actrices ont livrés depuis quelques décennies

la liste est assez longue de nombreux albums deja passés aux oubliettes de la  chanson pourtant  chez Lou Doillon comme chez sa demi soeur Charlotte Gainsbourg il y a le petit quelque chose en plus (le gene 'birkinien' certainement ) qui fait que ce qui pourrait passer pour un caprice de  starlette  gatée  soit en fait un joli disque (en anglais de surcroit ) ou la fascinante Lou se paye le luxe , cerise  sur le gateau , de signer paroles & musiques

Porduit par Etienne Daho , un vieil ami  de La famille le disque  court enchaine  11 titres qui parfois ont facheuse tendance a se ressembler un peu mais avec quelques moments de grande emotion et de grande beauté ('I.C.U,'  'Places' , 'questions and answers')

Quleque  part entre Cat Power et Alex hepburn la vois rauque  de Lou Doillon réussit a transporter l'auditeur le temps de quelques  titres

ne cedant pas a la facilité  (ni duo , ni reprise ) Lou Doillon  propose avec 'places '  le fruit de ses compositions avec honneteté et une  sincerité qui méritent  un 'grand coup de chapeau '

la critique  mitigée (encouragée par télérama et les inrocks , démolie par 'libé' il semblerait que Lou Doillon avec ce disque courageux ait néammoins réussi son pari et recompensée de la victoire de la musique  (categorie interprète feminine) en 2013

Par ailleurs et  a la surprise générale tres bien vendu et Lou Doillon semble avoir trouvé a la fois un public et une certaine forme de maturité dans le paysage artistique français.

 

Lou Doillon -  places


podcast

 

 

19:27 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0)

01/07/2013

Songs in the key of life (Stevie Wonder 1976)


 

Stevie Wonder  - if it's magic


podcast

 

Récemment un artiste (le crooner José james  je crois) répondait dans le magazine 'vibrations ' a l 'habituelle  question sur le disque a emporter sur l'ile déserte en citant 'songs in the key of life ' de Stevie Wonder et en ajoutant ' cet album est la preuve qu'il existe des génies parmi les hommes '

Sur cette simple phrase j 'ai ressorti ce double album qui prenait (honte a moi) la poussière dans ma discothèque et je recevais une double claque (une par disque de cet album gargantuesque) puis ironie du sort alors  j 'était en balade a Berlin ou désirant faire une saut au Café Gainsbourg J'entamais dans un anglais approximatif la conversation avec le barman du lieu qui me proposât de mettre sur la platine  le plus grand album de tout les temps '(d'apres lui)

Quelques secondes plus tard c'est les notes de 'love 's in need for love today'  (face A titr e 1) qui enchantait les lieux

Pas de doute donc cet disque monumental faisait bien sa réapparition dans mon univers musical ou certes je n'avait pas abandonné le génial Stevie mais dans lequel mes choix se portaient sur la période magique  1970-1973 ('Innervisions ' 'Talking book ' )

 

Pour 'songs in the key of live ' que j 'avais évidemment ecouté  a de nombreuses reprises j 'avais sans doute été rebutté par l 'effet tubes de l'album ( le moins que l 'on puisse dire c'est que "ça grouille de tubes" )et  c'est vaisemblablement cet aspect tubesque (et donc stupidement sous-entendu 'commercial ' )qui m'avait détourné de cet album pourtant essentiel et incontournable.

la réalité du chef d'oeuvre de ce disque abouti  véritable Himalaya artistique de la carriere de Stevie Wonder m 'a donc rattrapé et c'est tant mieux!

je ne décortiquerai pas ici les deux dizaines de titres de ce pur joyau je me contenterai plutôt de souligner les influences multiples qui le composent du 'funk ' au "jazz ' au "rythm' & blues "en passant par la "soul ' sans oublier la  musique africaine ou "latino'  "Songs in the key of life " est un mélange sonore  des genres ,un feu d'artifice musical

C'est aussi un album qui tourne definitivement le dos aux seventies pour entrer (en avance nous sommes en 1976) dans les eighties laisant une trace indélébile du génie absolu de son auteur

Dans un periode (1976)  en passe d'etre envahie par le "disco" puis laminée par le "punk" Stevie Wonder en pleine maturité (il a 26 ans) offre au monde un Chef d 'oeuvre indiscutable , une sorte de testament universel et spirituel de sa musique

une disque devenu avec le temps presque philosophique ,une référence absolue de la musique noire américaine.

 

 Stevie Wonder -past time paradise


podcast

 

 

23:42 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0)

18/06/2013

Amok (Atoms for peace 2013)


 

Ce disque  sorti début 2013 est la suite logique du premier album solo de thom Yorke 'the eraser ' paru quant a lui en juin 2006

Formé fin 2009 avec le producteur historique de Radiohead Nigel Godrich, le bassiste des Red Hot Chili Peppers Flea, le percussionniste Mauro Refosco, et Joey Waronker, batteur pour Beck et R.E.M., ce disque marque définitivement le passage de Yorke du cote de l 'électro

Depuis de nombreuses  années la discographie du groupe d' Abington s'orientait vers des rythmes musique  electro et les derniers albums semblaient tourner la page de la musique "pop -rock ' au sens large du terme

le nom du groupe  fait référence a un discours des années 50 du président américain Eisenhower

Atoms for Peace   étant déjà par ailleurs l 'un des titres de l 'album solo de Thom Yorke en 2006

projet collectif  donc mais surtout dominé par un A survolté , si les titres se  suivent dans une même lignée on notera quelques  envolées impulsées par la basse toujours aussi phénoménale du redoutable Fléa

Disque d'abouttissement , disque de l 'après Rahiohead , disque de potes comment définir en effet ce disque parfois irrésisitble  mais aussi parfois rébarbatif 

il faudrait  pour pouvoir pour répondre a cette question connaître les intentions réelles de Thom Yorke

Avec  'Amok ' Thom Yorke  a t'il cherché a faire plaisir a son (large)  public ? , a en conquérir un nouveau , ( Que restait  il a conquérir a Radiohead on peut se le demander?) ou  a t 'il juste chercher a se faire plaisir a lui même?

that's the question ?

N 'en reste pas moins que le résultat est plutôt bon  et que 'Amok '  stimule et séduit il apporte aussi la preuve évidente que le lutin halluciné de Radiohead est capable d'exister sans son groupe et de produire un album totalement a l 'image de sa folie musicale

 

 

 Atoms for peace   judge , jury an executionner


podcast

 

 

Atoms for peace  -   default


podcast

15:54 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0)