Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/02/2016

Self-Portrait (Bob Dylan 1970)

 

Bob_Dylan_Self_Portrait_383936

 

Dylan is Dylan  oui ! vraiment ce type est unique a tout point de vue , même quand il sort en pleine révolution post hippie woodstock un disque comme 'self -portrait ' ,un album a contre courant  et a des années lumières des productions de l'époque , OUI Dylan est unique ou peut être bien  malin ou désabusé ou tout çà a la fois (allez donc savoir!) car  il s'applique sur cet album ( son dixième et son second double album après la révolution 'blonde on blonde ') a tout faire pour déstabiliser , interpeller,  déranger et mieux brouiller les pistes

Malgré  tout ce qui a été dit , pensé , écrit sur self portrait '" souvenons nous  du  désormais  célèbre what is this  shit  ?' (qu' est ce que c'est que cette  merde ?) dixit le célèbre greil Marcus  dans le magazine '  Rolling stone' a la sortie  du disque en Juin 1970, Self Portrait  est une  œuvre  majeure

détesté  , vilipendé, vomi , rejeté   , flingué par les critiques de l’époque ce ' Self portrait '  est aujourd'hui un classique qui a tout sa place parmi les oeuvres importantes du Zim 
Au final les seuls titres incongrus pour moi sont les 4 extraits 'live ' de 'l'isle de wight 'qui n'ont pas leur place ici .
les Dylanophiles tatillons  et  puristes diront que ce  justement sont ces 4 titres qui sauvent l'album (avec deux inédits " Mighty Quinn "et "Minstrel Boy") mais je persiste a trouver leur présence incongrue (les 4 'live ' ne sont même pas des "bonus" et  de plus ils  sont placés au hasard entre les autres chansons de ce disque )
Parmi les curiosités citons les reprises (' the boxer ' 'let it be me ' 'blue moon ') Dylan ose tout se moquant totalement de ce que peuvent penser les critiques et le public ,le génial troubadour barbouillant même en cinq minutes chrono une pochette hideuse comme pour davantage encore creuser et enfoncer le clou sur sa vision personnelle (et égocentrique) de la liberté artistique

 

Bob Dylan   the  boxer


podcast

 

03:13 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.