Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/07/2011

top 100 - 100/20 Sympathy for the devil (The Rolling Stones 1968 )

En 1968 parait 'Beggar's banquet " un disque que beaucoup considèrent comme LE chef d'oeuvre des Stones .une chose est certaine ce disque sera essentiel dans la carrière du groupe et il fera couler beaucoup d'encre en raison notamment du désaccord sur la pochette Decca, la maison de disques, insiste pour une pochette blanche genre carton d'invitation alors que les Stones veulent une photo assez 'trash ' (graffitis sur les  murs de toilettes). Le désaccord retarde la sortie du disque de deux mois et c’est finalement la maison de disques qui l’emporte. Cependant lors de la réédition en CD la photo de toilettes, refait son apparition

Le disque contient plusieurs titres de légende 'no expectations ' 'street fighting man ' notamment  mais on trouvera surtout l'inoubliable 'sympathy for the devil ' rouleau compresseur rock ,un titre absolument fascinant

Les Stones créent (encore) la polémique avec ce titre (composition de Jagger) qui semble faire clairement référence au diable (on est dans une periode ou le satanisme est regulièrement assoçié au rock et au heavy métal) mais il sera établi que l'inspiration de cette chanson vint de la lecture du livre de Boulgakov 'le maître et Marguerite"

Les paroles font également référence à l'assassinat de John F. Kennedy et de son frère Robert Kennedy. Les Stones enregistraient le titre lorsque ce dernier fut tué, et les paroles de la chanson furent alors modifiées, passant de "Who killed Kennedy?" à "Who killed the Kennedys"?

C 'est Keith Richards  qui eut l'idée d'apporter la touche Salsa qui va immortaliser ce titre envoûtant et hypnotique ,un titre qui va a l'image de 'satisfaction ' devenir l'une des chansons emblématiques du groupe et jean Luc Godard immortalisera l'enregistrement  de ce titre dans son essai  One + One un film-  documentaire  autour des  sessions d'enregistrement de 'sympathy for the devil'

Je precise que j'ai découvert ce titre non pas dans sa version 'studio ' mais en écoutant le fabuleux live (leur meilleur a mon sens) 'Get's yer ya ya's out  ! "enregistré lors de leur tournée américaine  en 1970

Réguliérement reprises sous différentes formes notamment par Brian Ferry sur son premier album solo  en 1973 ou encore  par Gun's Roses pour la bande originale du film 'entretien avec un vampire' en 1994 , l'original des Stones reste un monument qui sera classé par le magazine Rolling Stones a la 32ème place des plus grandes chansons de tout les temps , elle figure inévitablement  dans mon top 100 en très bonne position (20)

 



Paroles

Please allow me to introduce myself 

I'm a man of wealth and taste 

I've been around for long, long years 

Stole many man's soul and faith 

And I was 'round when Jesus Christ 

Had his moment of doubt and pain 

Made damn sure that Pilate 

Washed his hands and sealed his fate 

Pleased to meet you 

Hope you guess my name 

But what's puzzling you 

Is the nature of my game 

I stuck around St. Petersburg 

When I saw it was a time for a change 

Killed the Czar and his ministers 

Anastasia screamed in vain 

I rode a tank 

Held a general's rank 

When the blitzkrieg raged 

And the bodies stank 

Pleased to meet you 

Hope you guess my name, oh yeah 

Ah, what's puzzling you 

Is the nature of my game, oh yeah 

(woo woo, woo woo) 

I watched with glee 

While your kings and queens 

Fought for ten decades 

For the gods they made 

(woo woo, woo woo

I shouted out, 

"Who killed the Kennedys?" 

When after all 

It was you and me 

(who who, who who) 

Let me please introduce myself 

I'm a man of wealth and taste 

And I laid traps for troubadours 

Who get killed before they reached Bombay 

(woo woo, who who) 

Pleased to meet you 

Hope you guessed my name, oh yeah 

(who who)

But what's puzzling you 

Is the nature of my game, oh yeah, get down, baby 

(who who, who who) 

Pleased to meet you 

Hope you guessed my name, oh yeah 

But what's confusing you 

Is just the nature of my game 

(woo woo, who who) 

Just as every cop is a criminal 

And all the sinners saints 

As heads is tails 

Just call me Lucifer 

'Cause I'm in need of some restraint 

(who who, who who) 

So if you meet me 

Have some courtesy 

Have some sympathy, and some taste 

(woo woo)

Use all your well-learned politesse 

Or I'll lay your soul to waste, um yeah 

(woo woo, woo woo) 

Pleased to meet you 

Hope you guessed my name, um yeah 

(who who)

But what's puzzling you 

Is the nature of my game, um mean it, get down 

(woo woo, woo woo) 

Woo, who 

Oh yeah, get on down 

Oh yeah 

Oh yeah

(woo woo) 

Tell me baby, what's my name 

Tell me honey, can ya guess my name 

Tell me baby, what's my name 

I tell you one time, you're to blame 

Oh, who 

woo, woo 

Woo, who 

Woo, woo 

Woo, who, who 

Woo, who, who 

Oh, yeah 

What's my name 

Tell me, baby, what's my name 

Tell me, sweetie, what's my name 

Woo, who, who 

Woo, who, who 

Woo, who, who 

Woo, who, who 

Woo, who, who 

Woo, who, who 

Oh, yeah 

Woo woo 

 

 

 The Rollings Stones  - sympathy for the devil


podcast

 

 Brian Ferry - sympathy for the devil (extrait de 'these foolish things " 1973)


podcast

Miles , L'autobiographie (Miles Davis et Quincy Troupe 2007)

livressur-milesdavis-2.jpg

 

D'abord paru en 1989 du vivant de Miles ,cette autobiographie indisponible depuis de nombreuses années a été rééditée en 2007 chez In-Folio, la traduction a été revue et corrigée et les amateurs de jazz et de musique tout court se régaleront de cette plongée dans l'univers totalement décalé , hors normes de ce génie absolu de notre siècle

Disparu en 1991 (on fétera les vingt ans de sa disparition le 28 septembre prochain) Miles Davis était une légende vivante et un personnage Totalement hors du commun.

l'autobiographie qu'il co-signe avec Quincy Troupe ami de longue date et originaire comme Miles de Saint-Louis (Missouri) est a la hauteur de la démesure du personnage

Sans état d'âme ni concession aucune avec lui -même ni encore moins avec son époque ou ses contemporains Miles Davis au fil des pages de ce livre époustouflant traverse les décennies en inventant a la fois une musique inoubliable qu'il nous a légué pour toujours mais aussi en créant un monde dans lequel il se protège jusqu'a en devenir inaccessible

De la découverte du jazz a son ascension et les rencontres avec tout ceux qui l'auront accompagné, aimé, trahi, ou soutenu,ce fils de la bourgeoisie noire du Missouri (son père était dentiste) se révèle ici comme l'un des génies les plus torturé de notre siécle

De sa découverte du jazz aux enregistrements mythiques ( 'Birth of the cool' - 'Kind of Blue' - "Bitches 's brew '),des musiciens de légende qu'il aura cotoyés ( Coltrane ,Monk ,Dizzie Gillepsie , Charlie Parker , Mingus ,Chet Baker  , Stan getz ,Art Blakey ,Bud Powell , Billie Holliday) , aux femmes de sa vie (Betty,Cecily ,Frances, Marguerite, jackie,Juliette (gréco ), irène ) des clubs de jazz légendaires et disparus aux festivals il sera l'un des pionniers pour faire sortir le jazz des clubs enfumés , de la drogue et de l'alcool qu'il aura consommé jusqu'a frôler la mort a de nombreuses occasions  de son amour des belles choses (maisons, voitures , vêtements)  aux problèmes de santé qui auront  paralysé sa carrière a plusieurs reprises , de son aversion au peuple blanc  a son perfectionnisme légendaire et constant  Miles était une énigme et un véritable mythe .

Ce livre passionnant de bout en bout nous dévoile une (petite) partie de l'iceberg Miles Davis

Une autobiographie qui ne bien entendu ne s'adresse pas uniquement aux amateurs du genre (le jazz) tant le personnage reste fascinant et démesuré .Monstre sacré et personnage incontournable de notre époque Miles Davis aura tout osé (le virage de l'éléctrique), il aura envers et contre tous bouleversé les codes et les genres lui qui affirmait pourtant a son ami John Coltrane autre génie et météorite de son temps" La véritable musique est le silence, les notes ne font qu'encadrer ce silence."

 

 

 Miles Davis - In a silent way ( extrait de l'album" in a silent way" 1969)


podcast

 

Miles Davis - Salt peanuts  (extrait de l'album "Steamin " 1956)


podcast

 

Miles Davis  -  round midnight (extrait de l'album 'Round about Midnight "1957)


podcast


 

05/07/2011

Top 100 100/21 Paper Planes (M.I.A 2007)

 

 

 

A l'image de Beck  surgi de nulle  part et qui avait dynamité les années 90 ( 1994) avec l'incroyable 'Loser ' M.I.A en 2007 jette sur toute la planète un titre en fusion mélange de hip hop  ; de ragga , de funk de rock et d'électro le tout  teinté de culture orientale  , ce titre véritable bombe musicale  absolue utilise largement un "sample" de  ' straight  to hell 'du groupe The Clash  (un titre de 1982)

Sorti sur le deuxiéme album de la  dynamique M.I.A (de son véritable nom  Mathangi  Maya  Arulpragasam)  jeune artiste londonnienne (née  en 1975) d'origine sri lankaise  et qui doit son incursion dans le monde musical (elle voulait etre artiste peintre) a sa rencontre avec la canadienne Peaches  , autre phénomène musical de tempérament

'Paper planes '  sera un enorme tube absolument incontournable et selon moi totalement en harmonie avec son époque , bref un véritable  petit miracle  musical qui vaut largement sa place dans l'élite de ce top 100

Rapellons que la chanson  sera utilisée pour la bande son de 'Slumdog millionnaire ' le formidable film de Danny Boyle sorti en 2008 et couronné d'oscars (8)

 

 

 

M.I.A -paper planes

 


podcast

 

Paroles

 

[x2]
I fly like paper, get high like planes
If you catch me at the border I got visas in my name
If you come around here, I make ‘em all day
I get one down in a second if you wait

[x2]
Sometimes I feel sitting on trains
Every stop I get to I'm clocking that game
Everyone's a winner now we're making that fame
Bonafide hustler making my name

[x4]
All I wanna do is (BANG BANG BANG BANG!)
And (KKKAAAA CHING!)
And take your money

[x2]
Pirate skulls and bones
Sticks and stones and weed and bombs
Running when we hit ‘em
Lethal poison through their system

[x2]
No one on the corner has swagger like us
Hit me on my banner prepaid wireless
We pack and deliver like UPS trucks
Already going hell just pumping that gas

[x4]
All I wanna do is (BANG BANG BANG BANG!)
And (KKKAAAA CHING!)
And take your money

M.I.A.
Third world democracy
Yeah, I got more records than the K.G.B.
So, uh, no funny business

Some some some I some I murder
Some I some I let go
Some some some I some I murder
Some I some I let go

 

 

 

 

 

 

 

03/07/2011

Top 100 100/22 Wild thing (The Troggs 1966)

 

 

Véritable tube du milieu des années Wild Thing aurait du être selon Jimi hendrix  l' hymne national américain , Jimi Hendrix vouait un  culte sans réserve a ce titre flamboyant  et le musicien  aura d'ailleurs revisité ce titre   rendu célèbre par The Troggs en 1966 mais qui pourtant "était déjà une reprise 

En effet c'est Chip Taylor qui enregistra 'wild thing ' en 1965 (pour la petite histoire derrière  le pseudo de Chip Taylor  se cache James Wesley Voigh  frère de l'acteur  Jon Voigh

C'est ensuite the Wild Ones qui des 1965 en proposeront  une version plus rock , celle dont s'inspireront The Troggs pour en faire un tube planétaire

Même si cette chanson est devenue un symbole du rock américain il convient de signaler que The Troggs viennent de grande Bretagne

Le groupe formé autour de Reg Presley ne rencontrera pas un énorme succès (mis a  part ' wild thing' ) mais sera pourtant un groupe reférence en matière de rock-garage et de  punk-rock

Leur version épique  de Wild thing est  incontestablement un des titres étendards de l'histoire du rock

 

du coté des reprises citons  la tres  belle reprise (totalement atmosphérique) du groupe français Kat Onoma quant au pire du pire impossible de ne pas se souvenir de la version ridicule (le mot est faible ) d'Amanda Lear en 1987 

 

Paroles

 

Wild thing
You make my heart sing
You make everything groovy
Wild thing 

Wild thing, I think I love you
But I wanna know for sure
Come on and hold me tight
I love you 

Wild thing
You make my heart sing
You make everything groovy
Wild thing 

Wild thing, I think you move me
But I wanna know for sure
So c'mon hold me tight
You move me 

Wild thing
You make my heart sing
You make everything groovy
Wild thing 

Wild thing
C'mon, c'mon, wild thing
Shake it, shake it, wild thing

 

 

 

The Troggs -  wild thing


podcast

 

Kat Onoma - wild thing

podcast

 

 

 

 

 

 

 

Jimi Hendrix - wild thing 


podcast




 

 

29/06/2011

Top 100 -100 /23 ( I Can't get no) Satisfaction (The Rolling Stones 1965)


 
 

 

Curieusement comme la plupart de mes contemporains  je n'ai pas découvert les Stones avec 'satisfaction '  titre devenu c'est le moins que l'on puisse dire universel .

 C'est par d'autres chemins l'année de mes seize ans que je suis arrivé sur les traçes de Mick jagger et de sa bande notamment par l'album ' love you live " leur troisième disque enregistré  en concert en 1977 ( avec au passage une  sa sublime pochette dessinée par Andy Warhol)   .

'Satisfaction' était un titre que je ne supportais  pas,  ce tube selon moi vampirisait l'oeuvre musicale de ce groupe que j'adorais et qui me fascinait 

la chanson archi-diffusée a longtemps représentée a mes yeux  le symbole ringard et incontournable du titre "rock" joué dans les cérémonies (fêtes ,mariages) un peu comme dans un tout autre genre mais dans le même esprit le 'just a gigolo" de Luis Prima   un titre inépuisable utilisé  pour faire "swinger"  tout les invités

toutes les générations se déhanchant sur le riff de 'satisfaction'  il y avait comme un truc qui ne collait  pas avec ce que je découvrais de MES Rollings  Stones a moi ,bref  je  détester ce tube mais l'avenir me montra fort heureusement que j'avais  tort

 

C'est au travers des nombreuses (et excellentes reprises) que je redécouvris la chanson pour l'apprivoiser a nouveau et en faire comme avec une soudaine évidence un de mes titres favoris du répertoire rock

D'abord avec Otis Redding et sa reprise "soul"habitée parue quelques mois  seulement après la version originale des Stones  puis avec Aretha Franklin dans le même esprit en 1967,The Troggs en 1975 et enfin avec les incroyables Devo Qui proposèrent une fantastique version post - punk sur leur génial album" 'are we not men ? We are Devo ! "en 1978

Je ne vous livre ici  qu'un maigre échantillon parmi les reprises qui m'ont fait aimer davantage encore le tube composée autour  de ce fameux riff de guitare  trouvé pour l'éternité au milieu de la nuit dans un chambre d'hotel par Keith Richards , ce riff accrocheur et saignant qui  associé a l'idée révolutionnaire de l'utilisation d'une pédale de distorsion  firent entrer cette chanson dans l'histoire (classée deuxième plus grande chanson de tout les temps  par le magazine Rolling Stones en 2003)

le titre devenu l'un des plus connus de toute l'histoire aura bientôt 50 ans il reste a ce jour d'une incroyable et d'une stupéfiante jeunesse

 

 

The Rolling Stones - satisfaction


podcast

 

 Paroles

 I can't get no satisfaction, I can't get no satisfaction,
'Cause I try and I try and I try and I try.
I can't get no, I can't get no,
When I'm drivin' in my car, and that man comes on the radio ;
And he's tellin' me more and more about some useless information,
Supposed to fire my imagination.
I can't get no, oh, no no, no, hey, hey, hey
That's what I say.

I can't get no satisfaction, I can't get no satisfaction,
'Cause I try and I try and I try and I try. I can't get no,
I can't get no,
When I'm watchin' my T. V., and that man comes on to tell me ;
How white my shirts can be,
Well, he can't be a man,
'Cause he doesn't smoke the same cigarettes as me,
I can't get no, oh, no no, no, hey, hey, hey
That's what I say.

I can't get no satisfaction, I can't get no (girl with action,)
'Cause I try and I try and I try and I try.
I can't get no, I can't get no,
When I'm ridin' 'round the world, and I'm doin' this and I'm signin' that ;
And I'm tryin' to make some girl. Who tells me, baby,
Better come back later next week, 'cause you see I'm on a losing streak,
I can't get no, oh, no no, no, hey, hey, hey
That's what I say. I can't get no, I can't get no,
I can't get no satisfaction, no satisfaction, no satisfaction, no satisfaction.

 

 

 Devo  -satisfaction

 


podcast

 

 

Otis Redding - satisfaction

 


podcast

 

Jerry Lee Lewis  - satisfaction

 


podcast

 






 

 

 

 

25/06/2011

Top 100 - 100/24 Johnny B Goode (Chuck Berry 1958)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Chuck Berry - Johnny B Good


podcast


Pour illustrer ce titre incontournable je dirais que Johnny B Goode C'est  le 1+1=2  ou encore  L'A B C D du rock  ce titre historique a été composé en 1958 par Chuck Berry écrite en 1958

La chanson ,l'une des plus connues du répertoire rock d'avant 1960  raconte l'histoire ( largement autobiographique ) d'un garçon de la campagne qui " jouait de la guitare comme on sonne une cloche" 

 en 1977  La sonde Voyager envoyée dans l'espace fut équipée d'un enregistrement de cette chanson (pour que les éventuelles oreilles extra terrestres écoutent du vrai rock 'n roll )

Merveille d'équilibre et de puissance  ce titre légendaire  n'est pas une  pièce de musée rock il reste encore aujourd'hui  plus de cinquante ans après sa parution un  titre fulgurant qui enchante  les générations par sa formidable simplicité et sa redoutable efficacité Johnny B Goode a été repris par a peu près tout le monde ,citons évidemment la reprise inouïe de Jimi Hendrix  qui torture et revisite totalement le titre de Chuck Berry  ou encore parmi des dizaines d'autres  les 'covers ' des Beatles (Live at the B.B.C) , de Motorhead,  de Presley évidemment mais également de  Elton John, Les Chaussettes Noires , Johnny Halliday  Peter Tosh ou encore Jerry Lee Lewis


Paroles

 

Johnny B. Goode 
Deep down in Lousiana
Close to New Orleans
Way' back up in the woods
Among the evergreens
There stood an old cabin
Made of earth and wood
Where lived a country boy
Named Johnny B. Goode
Who'd never ever learned
To read or write so well
But he could play the guitar
Just like a ringing bell

[Chorus]
Go ! Go ! Go, Johnny, go !
Go ! Go, Johnny go !
Go ! Go ! Go, Johnny, go !
Go ! Go, Johnny go !
Go ! Go !
Johnny B. Goode

He used to carry his guitar
In a gunny sack
Go seat beneath the tree
By the railroad track
Old engineer in the train
Sitting in the shade
Strumming with the rhythm
That the drivers made
The people passing by
They would stop and say
Oh my !
But that little country boy could play

[Chorus] (x 2)

His mother told him :
Some day you'll be a man
And you will be the leader
Of a big old band
Many people coming
From miles around
To hear you play your music
'Till the sun goes down
Maybe some day
Your name will be in lights
A saying Johnny B. Goode tonight !                                                                                                                                    

 

 

La cover hallucinante de Jimi Hendrix

 


podcast
                                               

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

21/06/2011

Top 100 100/25 The Message (Grand Master Flash & The Furious Five 1982)

Le magazine Rolling Stone ne s'est pas trompé ,en effet il a  placé "The Message" au 51e rang de son classement des 500 plus grandes chansons de tous les temps ; pour information  il s'agit de la chanson des années 1980 la mieux placée, mais aussi  et ce n'est pas rien du plus haut rang atteint pour une chanson de hip-hop.

Véritable hymne historique du hip-hop  le morceau est l'un des premiers à introduire un discours politiquement et socialement engagé.Ce titre  influencera durablement une large frange de la production hip hop des années a venir et  il s'inscrira également  dans la lignée des productions de l'époque (Sugarhill Gang ,Kurtis Blow) tout en donnant par la force du texte une puissante  et terrible portée sociale

'The Message ' s'impose certainement comme la pierre fondatrice du rap engagé qui va deferler sur  la  planète au milieu des années 80 illiustré par des formations comme le Wu tang Clan ou encore  Public Enemy On peut affirmer que le refrain, ' Don't push me 'cuz I'm close to the edge -  ( ne me pousse pas, parce que je suis près du bord ), est devenu l'une des phrases emblématiques de l'histoire du rap.

 

 

Grand Master Flash & The Furious Five- The Message


podcast

 

Paroles


Broken glass everywhere!
People pissin on the stairs ya know they jus dont care,
I cant take the smell,
Cant the noise,
Got no money to move out,
I guess i got no choice
Rats in the front room, roaches in the back
Junkies in the alley wit a baseball bat
I tried to get away, but I couldnt get far
Cause the man with the tow-truck repossessed my car

[Chorus:]
Dont push me, cause Im close to the edge
Im trying not to loose my head,uh huh huh huh huh
Its like a jungle sometimes, it makes me wonder
How I keep from going under

[Verse 2:]
Standing on the front stoop
Hangin out the window
Watching all the cars go by
Roaring as the breezes blow
Crazy lady, livin in a bag
Eating out of garbage piles
Used to be a fag-hag
Search and test a tango
Skips the life and then go
To search a prince to see the last of senses
Down at the peepshow, watching all the creeps
So she can tell the stories to the girls back home
She went to the city and got so so so ditty
She had to get a pimp
She couldnt make it on her own

[Chorus:]
Dont push me, cause Im close to the edge
Im trying not to loose my head,uh huh huh huh huh
(Its like a jungle sometimes, it makes me wonder
How I keep from going under) [x2]

[Verse 3:]
My brothers doing fast on my mothers t.v.
Says she watches to much..is just not healthy
All my children in the daytime
Dallas at night
Cant even see the game or the sugar ray fight
Bill collectors they ring my phone
And scare my wife when Im not home
Got a bum education
Double-digit inflation
Cant take the train to the job theres a strike at the station
Me on king kong standin on my back
Cant stop to turn around, broke my sacroiliac
Midrange, migraine, cancered membrane
Sometimes I think Im going insane, I swear I might
Hijack a plane!

[Chorus:]
Dont push me, cause Im close to the edge
Im trying not to loose my head
(Its like a jungle sometimes, it makes me wonder
How I keep from going under) [x2]





 

15/06/2011

Top 100 100/26 walk on the wild side (Lou Reed 1972)

 

Voici l'exemple type d'une chanson infiniment plus célébre que son auteur en effet  ' walk on the wild side' et sa rythmique  mondialemment  connue  de tous restera le seul tube de la carriere de Lou Reed qui se son coté va devenir a la fois et un symbole rock une icone pour toute une génération (la mienne) mais aussi  une référence musicale  absolue en matiere d'auteur compositeur

Extraite de 'Transformer ' le  second album de Lou Reed  walk on the wild  side' va s'imposer sur les radios au point de parasiter la carriere solo de l'ex membre du Velvet Undeground

le sujet de la chason  est deja significatif de cet univers paralléle et underground  cher a  Lou reed  ,  en effet ' walk on the wild side   décrit la vie à peine voilée des grands noms de la Factory d'Andy Warhol, ( Holly Woodlawn, Candy Darling, Joe Dallesandro ) personnages sulfureux du monde interlope warholien

Musicalemment on retiendra surtout la ligne de saxo ( jouée par Ronnie Ross) ,la ligne de guitare folk ( joué  par Lou Reed) et les fantastiques  choeurs (the Thunderthighs) qui  permirent  a ce titre de s'immortaliser et de devenir totalement universel

Ce n'est certainemment pas l'oeuvre la plus aboutie de son auteur mais sa place dans un top 100 ne souffrira d'aucune discussion ,elle me semble en ce qui me conçerne d'une évidence absolue .A propos de cette g rande chanson "décadente" il est cocasse d'iimaginer que des  millions de personnes ont  dansés sur ce hit incontournable sans se douter une seule seconde de quoi Lou reed voulait parler

Evidemment evoquons l'affaire A tribe called quest groupe de rap  new yorkais (1990-1998) qui cru malin  en 1990 sur 'Can I kick it ? ' extrait de leur premier album ' People's Instinctive Travels and the Paths of Rhythm' de sampler l'intro de 'take a walk on the wild side ' , sans en toucher un mot a l'auteur ce qui fût une trés mauvaise idée puisque le proces intentée par Lou Reed  intraitable a ce sujet  leur a couté  pas  mal de royalties

Beaucoup d'artistes évidemment ont proposés leurs versions de ce titre mythique citons Duffo (1981) Vanessa Paradis (1990) , Tok Tok Tok (2005)  Editors (2007) , ou plus récemment Jesse Malin  ( 2008)  

Lou Reed - walk on the wild side


podcast

 

Paroles

Holly came from Miami, FLA.
Hitch-hiked her way across the USA.
Plucked her eyebrows on the way,
shaved her legs and then he was a she.
She says, Hey babe,
take a walk on the wild side.
She said, Hey honey,
take a walk on the wild side.

Candy came from out on the island.
In the back room she was everybody's darling.
But she never lost her head
Even when she was givin' head.
She says, Hey babe,
take a walk on the wild side.
She said, Hey babe,
take a walk on the wild side.
And the colored girls go
dododo dodo dododo do dodo dodo dododo do dodo dodo dododo do dodo dodo dododo

Little Joe never once gave it away.
Everybody had to pay and pay.
A hustle here and a hustle there,
New York city's the place where,
they said, Hey, babe,
take a walk on the wild side.
They said, Hey Joe,
take a walk on the wild side.

Sugar Plum Fairy came and hit the streets.
Lookin' for soul food and a place to eat.
Went to the Apollo,
should've seen him go go go.
They said, Hey, Sugar,
take a walk on the wild side.
I said, Hey, babe,
take a walk on the wild side.
Alright.
Huh.

Jackie is just speedin' away.
Thought she was James Dean for a day.
Then I guess she had to crash,
Valium would've helped that bash.
She said, Hey, babe,
take a walk on the wild side.
I said, Hey, Honey,
take a walk on the wild side.
And the colored girls say
dododo dodo dododo do dodo dodo dododo do dodo dodo dododo do dodo dodo dododo

12/06/2011

Top 100 100/27 Happiness is a warm gun (The Beatles 1968)

 

 Happiness is a warm gun 'littéralement'  le bonheur c'est un flingue chaud !' on peut se demander si John Lennon a eu le temps de penser a cette chanson lorsque Mark Chapman lui colla cinq balles un soir de Decembre 1980 alors que le chanteur rentrait d'une séance d'enregistrement

Cette chanson composée par Lennon 22 ans  avant ce tragique épilogue  est pour moi le sommet de l'Himalaya ' blanc'  des Beatles ,ce double album phénoménal  sorti fin 1968  et qui continue de susciter années après années tant d'émerveillements  , de débats et de discussions

Composée en plusieurs  parties distinctes 'Happiness is a warm gun '  était  aussi l'une des oeuvres dont Lennon (bien que le titre soit crédité Lennon- Mc Cartney  sur l'album) était le plus fier

il disait clairement  de cette chanson qu'elle était « une sorte d'histoire du rock n'roll », car elle comprend trois sections différentes alors que le morceau dure moins de trois minutes

Allusion a la dépendance a l'héroine de John ( ' I need a fix ...cause I'm going down' ) ,  a sa fascination pour Yoko Ono ("mother superior ") ou simple référence a une couverture de magazine d'armes a feu chacun penchera pour la version qu'il souhaite mais au dela de toute réelle signification cette chanson synthétise vraiment le génie du groupe de par sa construction et de par sa complexité 

 toute a la fois tré élaborée et d'une apparente simplicité  a la fois ce titre résume parfaitement  tout le génie des Beatles en géneral et de Lennon en particulier

. A noter que beaucoup d'artistes  se frottèrent a cette merveille  avec , certes plus  ou moins de réussite mais cependant  toujours avec beaucoup de culot ( Alanis Morissette , U 2 ,  Psychic TV, Tori Amos ou encore The Breeders) 

 

 

 

 

 

The Breeders - hapiness is a warm gun


podcast

 

 Paroles

She's not a girl who misses much
Do do do do do do do do oh yeah
She's well acquainted with the touch of the velvet hand
Like a lizard on a window pane

The man in the crowd with the multicoloured mirrors
On his hobnail boots
Lying with his eyes while his hands are busy
Working overtime
A soap impression of his wife which he ate
And donated to the Nation Trust

I need a fix 'cause I'm going down
Down to the bits that I left uptown
I need a fix cause I'm going down
Mother Superior jump the gun
Mother Superior jump the gun
Mother Superior jump the gun
Mother Superior jump the gun

Happiness is a warm gun
Happiness is a warm gun
When I hold you in my arms
And I feel my finger on your trigger
I know no one can do me no harm
Because happiness is a warm gun
Yes it is

 

The Beatles  - happiness  is a warm gun 


podcast

 

Tori Amos - hapiness is a warm gun

 


podcast

 



13:18 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0)

10/06/2011

Top 100 100/28 Nightclubbing (Iggy Pop 1977)

 Nightclubbing que beaucoup auront re-découvert dans la formidable bande-son de'' Trainspotting' (1996) ,le film choc de Danny Boyle est un titre fascinant  ,une merveille inclassable  proposée  par le duo Iggy Pop -David Bowie (producteur de 'the  idiot' le  légendaire album d'Iggy d'ou est extrait cet OVNI énigmatique et hallucinant)

Le  titre est totalement indéfinissable ,si on voudrait le situer il faudrait évoquer un mélange de  pop futuriste  inspirée  de Brian Eno , regulier collaborateur de Bowie et une ambiance décalée sur une rythmique robotique  cabaret - bastringue quelque peu déglinguée

sur 'Nightclubbing ' chanson  a l'hommage des pistes de danse et du monde de la nuit Iggy chante comme nul autre , sa voix unique , lascive , trainante fait merveille et contribue a créer  une atmosphere  irréelle et presque mécanique

4 ' 14  de voyage en terre inconnue pour ce titre phénoménal entre transe hypnotique et experimentation muisicale novo pop dans la lignée des chefs d'oeuvres de Bowie ('Station to station ' ou encore l'indépassable  'Low ") mais  inspiré egalement des productions de Joy Division ou encore de Kraftwerk

Nightclubbing fut également et judicieusement  utilisé comme générique de l'émission Lunettes noires pour nuits blanches, présenté par Thierry Ardisson dans  son émission culte  de 1988 a 1990  sur Antenne 2.

Enfin impossible de ne pas évoquer la stupéfiante 'cover proposée par Grace Jones sur l'album 'Nightclubbing " en 1981 . D'autres versions seront par ailleurs enregistrées notamment  par Nine Inch Nails ou encore The Human League pour n'en citer que quelques unes

 

 Paroles

Nightclubbing were Nightclubbing
Were whats happening
Nightclubbing were Nightclubbing
Were an ice machine
We see people brand new people
Theyre something to see
When were Nightclubbing
Bright-white clubbing
Oh isnt it wild?

Nightclubbing were Nightclubbing
Were walking through town
Nightclubbing were Nightclubbing
We walk like a ghost
We learn dances brand new dances
Like the nuclear bomb
When were Nightclubbing
Bright white clubbing
Oh isnt it wild...

 

Iggy Pop  -nightclubbing

 


podcast

 

 

 

Grace Jones  - nightclubbing

 


podcast

 

 

29/05/2011

Top 100 100/29 Be Bop A Lula (Gene Vincent and the blue Caps-1956)

Attention patrimoine  mondial que ce titre universel composé en 1956 et enregistré  par Gene Vincent and the blue caps la formation qui accompagne Gene Vincent a l'époque .D'abord placée en face B du simple Woman LoveBe-Bop-A-Lula, est envoyé aux stations de radio comme une simple face B.

 La chanson très vite est archi diffusée sur les radios et grimpe a  la 7e place du  Billboard, faisant du coup oublier Woman Love.

 Plus de 2 millions de copies du simple sont ainsi  vendus et Gene Vincent et son groupe reçoivent un disque d’or.

Be-Bop-A-Lula sera utilisée dans le film -culte  The Girl Can't Help It,( ' La blonde  et  moi' )  la même année, la légende de ce titre ne fait alors que commencer et ce   tube " rock 'n roll " " va devenir un monument de l'histoire de la musique. Be Bop A Lula  va  ainsi s'imposer comme  l' une des principales  reference mondiale  d'un mouvement musical qui va bientôt déferler sur l'Europe pour révolutionner  notre époque

 Evidemment le titre arrivera en Europe et bien entendu en France  par l'intermédiaire des artistes ayant batis leur popularité et leur succés sur l'adaptation de standards US( les Chaussettes Noires en 1961 puis l'inévitable Johnny Hallyday l'année suivante ,Eddy Mitchell en solo en 1963 )

Plus proche de nous John Lennon qui aimait deja au début des Beatles reprendre 'be bop a Lula 'en concert a proposé une superbe version dépouillée sur son album de reprises 'Rock 'n roll ' en  1975  , Les excellents Stray cats en eux aussi offriront aussi une magnifique version

Quant a ma cover préférée il faudra aller la dénicher du coté de l'incroyable  Alan vega rescapé de Suicide et qui au début des années 80 décortiquera véritablement le tube de Gene Vincent  pour offrir une version  totalement explosée et surréaliste

 

 

Gene vincent and the blue caps - be bop a lula


podcast

 

 

Paroles

Well be bop a lula she's my baby
Be bop a lula I don't mean maybe
Be bop a lula she's my baby
Be bop a lula I don't mean maybe
Be bop a lula she's my baby doll, my baby doll, my baby doll.

Well, she's the gal in the red blue jeans
She's the queen of all the teens
She's the woman that I know
She's the woman that (scream) loves me so.
Be bop a lula she's my baby
Be bop a lula I don't mean maybe
Be bop a lula she's my baby doll, my baby doll, my baby doll.
(let's rock)

Well, now she's the woman that's got that beat
She's the woman with the flyin' feet
She's the woman that walks around the store
She's the woman that yells (scream) more, more, more, more.
Be bop a lula she's my baby
Be bop a lula I don¹t mean maybe
Be bop a lula she's my baby doll, my baby doll, my baby doll.
(let's rock again, now)

Well be bop a lula she's my baby
Be bop a lula I don't mean maybe
Be bop a lula she's my baby
Be bop a lula I don't mean maybe
Be bop a lula she's my baby doll, my baby doll, my baby doll.
 

 

John Lennon be bop a lula


podcast

 

 Alan Vega  - be bop a lula


podcast

 

 

30/04/2011

Top 100 - 100/30 A Forest (The Cure 1980 )

 

The Cure - a forest


podcast

 

C'est certainemment l'un des titres que  j'ai le  plus écouté au cours de ces  dernières décennies et a coup sûr MON titre fétiche du groupe de Robert Smith

Intro absolument inouïe , ambiance  glaciale et ténébreuse ,'  a forest ' synthétise a lui seul l'ensemble du mouvement cold wave , le groupe en a d'ailleurs fait un incontournable en multipliant les versions et en  déclinant  ce titre sur de longues minutes au cours de la majorité des concerts a travers la planète

sorti confidentiellement chez fiction records en 1980 ce bijou absolu indémodable (et indémodé) s'impose dans toutes  les plays-list sans contestation aucune et figure en bonne place  dans ce top 100

'A   Forest '  est évidemment l 'une  des Pièces  maitresse  de 'Seventeen seconds  '   l'album  majeur  de Cure  (chroniquée   sur  ce  blog)

Signalons les nombreuses 'covers' de ce titre lumineux , des français de Nouvelle vague  ou de   Dyonisos au britannique de ' Bat for Lashes '  en passant par des formations plus obscures (British  sea  power- ou encore the Carpathians) beaucoup se sont essayés (avec plus ou moins de réussite ) a reprendre ce pur joyau

l'original des Cure procurant quant a lui le meme effet a chaque écoute .Définitivement incontournable et toujours aussi merveilleusement angoissant

 

Nouvelle vague -   a forest

 

podcast

 

 

Paroles

Come closer and see
See into the trees
Find the girl
If you can

Come closer and see
See into the dark
Just follow your eyes
Just follow your eyes

I hear her voice
Calling my name
The sound is deep
In the dark

I hear her voice
And start to run
Into the trees
Into the trees

Into the trees

Suddenly I stop
But I know it's too late
I'm lost in a forest
All alone

The girl was never there
It's always the same
I'm running towards nothing
Again and again and again and again

 

 

 

 

26/04/2011

Top 100 - 100/31 My Generation (The Who 1965)

Incontournable , indémodable l'hymne absolu des ' Mods 'est bien évidemment dans mon top 100

toute l'énergie, toute la  violence  a la fois contenue et pourtant si présente et presque palpable font de ce titre  une pierre philosophale de la musique moderne et de la contre culture .

En cette periode explosive pour le rock anglais (donc mondial) Les Who rejoignent les Stones leurs frères d'armes dans le rock brut  que l'on aime opposer a celui proposé par celui des Beatles , Pete Towshend ecrit donc ce brulôt  social et musical avec une rage qi n'a d'égal que l'attitude de son groupe sur les scènes londonniennes

'I hope to die before I get old ' clament haut et fort les Who  , pensent ils alors  aux 4 de Liverpool , qui de leur coté sont décorés par la reine d'Angleterre.Rarement une chanson n'aura autant symbolisée le virage musical de son époque ,ce 'single ' historique enterre a lui seul et en quelques minutes le rock des fifties et installe dans le ciment et pour toujours  la musique pop-rock des sixties , car en définitive tout est la et bien la , des années avant le punk et le heavy metal .Un quart de siècle  avant   le grunge ' Daltrey et sa bande de  doux dingues sont les pionniers d'un genre qui sera singé et décalqué jusqu'a l'ecoeurement

 

The Who -my generation


podcast

 

Paroles

People try to put us d-down (Talkin' 'bout my generation)
Just because we get around (Talkin' 'bout my generation)
Things they do look awful c-c-cold (Talkin' 'bout my generation)
I hope I die before I get old (Talkin' 'bout my generation)

This is my generation
This is my generation, baby

Why don't you all f-fade away (Talkin' 'bout my generation)
And don't try to dig what we all s-s-say (Talkin' 'bout my generation)
I'm not trying to cause a big s-s-sensation (Talkin' 'bout my generation)
I'm just talkin' 'bout my g-g-g-generation (Talkin' 'bout my generation)

This is my generation
This is my generation, baby

Why don't you all f-fade away (Talkin' 'bout my generation)
And don't try to d-dig what we all s-s-say (Talkin' 'bout my generation)
I'm not trying to cause a b-big s-s-sensation (Talkin' 'bout my generation)
I'm just talkin' 'bout my g-g-generation (Talkin' 'bout my generation)

This is my generation
This is my generation, baby

People try to put us d-down (Talkin' 'bout my generation)
Just because we g-g-get around (Talkin' 'bout my generation)
Things they do look awful c-c-cold (Talkin' 'bout my generation)
Yeah, I hope I die before I get old (Talkin' 'bout my generation)

This is my generation
This is my generation, baby


 

07/04/2011

Top 100 100/32 Eleanor rigby (The Beatles 1966)

2 the beatles eleanor rigby Cover Session #1 : Eleanor Rigby image photo pochette cover

 

The Beatles- eleanor rigby


podcast

 

J'ai toujours adoré l'album 'Revolver ' des Beatles , je le classe personnellement au dessus (avec le légendaire "double blanc" selon moi indépassable) au dessus  du fameux ' sergent Peppers ' pourtant cité  comme l'album  parfait

De toute  manieres ce débat n'a aucun sens tant le travail de la bande a Lennon -Mc Cartney sur ces trois disques reste  différent et tant le résultat  est souvent proche de la perfection .

En Qualité de 'single 'Eleanor Rigby est certainement proche de ce qui peut se faire de plus abouti et de plus réussi

l'origine de ce titre semble être  la suivante  Eleanor pour le prénom portée par  Eleanor Bron, actrice qui partageait l'affiche avec les Beatles, dans le film Help! McCartney complètant  ensuite en choisissant 'Rigby 'comme patronyme, un nom qu'il trouve a bristol sur une façade d'immeuble ( ' Rigby & Evens Ltd ') cependant ceci n'est pas totalement certain  notamment grâce a la découverte dans les années 1980, d' une tombe au nom d’Eleanor Rigby dans le cimetière de la St. Peter’s Parish Church à Woolton, Liverpool, à quelques pas du lieu de la première rencontre entre Paul McCartney et John Lennon

 

Quoiqu'il en soit la chanson reste magique , présence harmonieuse des cordes, equilibre absolument stupéfiant , sur ce titre légendaire les Beatles (notamment grâce au fantastique travail de production de George Martin) s'éloignent de la pop pour se rapprocher du classique .

 Eleanor Rigby bien que co-signée Mc Cartney - Lennon reste essentiellement l'oeuvre de Paul ,celui ci se chargeant des voix laissant les choeurs a John et a Georges. Ringo quant a lui etant laissé au repos car il n'y a pas de batterie sur ce titre  ni de guitares  par ailleurs , alors qu'on dénombre pas moins de  5 violons et 2 violoncelles

le thème d'Eleanor Rigby étant bien entendu celui (hélas toujours d'actualité) de la solitude des individus , Eleanor seule et triste ramasse le riz apres les cérémonies de mariages,le père Mc kenzie ecrit des sermons que personne n'écoute, voila les héros de cette merveilleuse chanson

Mille fois écoutée et avec toujours autant de bonheur Eleanor Rigby  se classe donc aisément  dans mon   top 100 ne serais ce que pour ce  terrible refrain   qui revient hanter a chaque écoute cette magnifique et douloureuse chanson

All the lonely people
Where do they all come from ?
All the lonely people
Where do they all belong ?

Paroles

 

Ah, look at all the lonely people

Ah, look at all the lonely people

Eleanor Rigby picks up the rice in the church where a wedding has been
Lives in a dream
Waits at the window, wearing the face that she keeps in a jar by the door
Who is it for?

All the lonely people
Where do they all come from ?
All the lonely people
Where do they all belong ?

Father McKenzie writing the words of a sermon that no one will hear
No one comes near.
Look at him working. Darning his socks in the night when there's nobody there
What does he care?

All the lonely people
Where do they all come from ?
All the lonely people
Where do they all belong ?

 

Ah, look at all the lonely people

Ah, look at all the lonely people

Eleanor Rigby died in the church and was buried along with her name
Nobody came
Father McKenzie wiping the dirt from his hands as he walks from the grave
No one was saved

all the lonely people
Where do they all come from ?
All the lonely people
Where do they all belong ?



 

 

 

 

 

 

 

29/03/2011

Top 100 100/33 I'm waiting for the man (The Velvet Underground 1967)

C'est un titre qui fait partie intégrante de ma vie et de ma mémoire musicale ,  non pas a cause de la décadence et du mode de vie du héros mais plutôt par les émotions ressenties  a chaque écoute de ce titre lumineux , l'intensité ,la noirceur ,l'ambiance urbaine et sombre que cette chanson fait transparaître la classe pour moi parmi les titres essentiels de l'histoire du pop-rock

écrite et composée par Lou Reed. Elle apparaît sur leur premier album, The Velvet Underground and Nico, sorti en 1967. On sait que le Velvet n'a jamais rencontré de succès  (même si il est a ce jour l'un des groupes les plus influents de tout  les temps)  mais on peut affirmer que 'I'm waiting for the man' est l'un des titres les plus connus (l'un des plus accessible aussi) du groupe.

la sonorité hypnotique du piano avec notamment cette hallucinante intro totalement envoûtante font de ce titre un chef d'oeuvre absolu

D'une manière générale tant avec le Velvet Underground qu'en solo Lou Reedmodifiera le titre transformant pratiquement a chaque fois " I'm Waiting for THE man " en  "  I'm Waiting for MY man ' 

Ce titre qui va devenir l'un des hymne définitif  a la décadence sera repris par de nombreux  artistes (Bauhaus , David Bowie ,Orchestral Manoeuvres in the dark)  mais egalement par quelques filles a commencer par  Maureen Tucker  batteur légendaire du groupe mythique de Lou Reed & John Cale n'oublions pas la vénéneuse  Nico  liée  a tout jamais au groupe et qui en proposera une version apocalyptique ajoutant davantage encore de noirceur et de profondeur au titre d'origine , Vanessa Paradis enfin en  proposera également  une version tout a fait honorable sur son album éponyme (écrit pour elle par Lenny Kravitz) en 1992

"I'm waiting for the man" est une des nombreuses chansons du Velvet Underground qui ont pour sujet la consommation de drogues.En 2004, le magazine Rolling Stone la classe en 156e position sur sa liste des 500 meilleurs chansons de tous les temps , en ce qui me concerne elle occupe une place de choix dans ce top 100.

The Velvet Underground - I'm waiting for the man


podcast

 

Paroles

I'm waiting for my man
Got 26 dollars in my hand
Up to Lexington 125
feelin' sick and dirty
for a day and a life
Huh, I'm waiting for my man

Hey white boy, what you doin' uptown
Hey white boy, you chasin' my women around
Pardon me sir, it's furthest from my mind
I'm just waitin' for a dear-dear friend of mine
I'm waiting for my man, come on

Here he comes, he's all dressed in black
PR shoes and a big straw hat
He's never early, he's always late
first thing you learn is that you always gotta wait
I'm waiting for my man

Up to a brownstone, up three flights of stairs
Everybody's pinned you and nobody cares
He's got the works, gives you sweet taste
then you gotta split because you got no time to waste
I'm waiting for my man

Hey baby, don't you holler, don't you ball and shout
I'm feeling good, I'm gonna work it on out
I'm feeling good, feeling so fine
until tomorrow, but that's just some other time
I'm waiting for my man
I'm waiting for my man
I'm waiting for my man
man-man-man-man-man-man-man

 

 

18/03/2011

Top 100 -100/34 God Only Knows (The Beach Boys 1966))

 

 

 

 The Beach Boys  - god only knows


podcast

Paul Mc Cartney dit de cette merveille absolue qu'elle est 'La plus grande chanson d'amour jamais écrite

'Elle fut enregistrée en mars 1966 avec les musiciens de Phil Spector, par les Beach Boys qui voulait avec ce disque abouti apporter une réponse au la succession de  chefs d'oeuvre signés de l'autre coté de L'Atlantique par les Beatles

'Pets Sounds'  l'album mythique sur lequel figure ce chef d'oeuvre regorge de merveilles qui années après années continue d'émerveiller a la fois tant  ceux qui les découvrent que ceux comme moi qui les ré-écoutent regulièrement .le groupe emmené par Brian Wilson s'éloigne définitivement du cliché de 'groupe de la cote ouest et de la musique pour 'surfers' Avec 'Pets Sound ' en général et 'God only Knows ' en particulier les Beach Boys touchent le ciel 

Le niveau atteint par les compositions des frères Wilson sur 'Pets sound'  est tel que le groupe se disloquera sur ,leur projet suivant 'Smile 'un projet artistique qui  n'aboutira jamais en raison de ce  souçi de surpasser 'pets  sound ' un problème que le groupe ne résoudra jamais

Sur 'God only knows c'est Carl Wilson (décédé d'un cancer du poumon en 1998) qui pose sa voix unique , son frère Brian, dernier des trois frères encore vivant ,Dennis s'étant noyé en 1983,chante au final la fameuse  phrase 'God only knows what I'd be without you '

Sublime et intemporel cete chanson sera évidemment reprise par une grande quantité d'artistes de Bowie a P P Arnold 

 

Paroles

I may not always love you
But long as there are stars above you
You never need to doubt it
I'll make you so sure about it

God only knows what I'd be without you

If you should ever leave me
Though life would still go on believe me
The world could show nothing to me
So what good would living do me

God only knows what I'd be without you

(God only knows what I'd be without you)

If you should ever leave me well life would still go on believe me
The world could show nothing to me
So what good would living do me

God only knows what I'd be without you
(God only knows what I'd be without you)

God only knows
God only knows what I'd be without you
God only knows what I'd be without you

God only knows
God only knows what I'd be without you
God only knows what I'd be without you

God only knows
God only knows what I'd be without you


David Bowie  - God Only knows


podcast

 

 

 

 

1 Mars 1978 Grace Jones inaugure le Palace

 

 

 

 

entrer des mots clefs

 

Durant de nombreuses années je suis passé au 8 rue du faubourg Montmartre dans le 9ème arrondissement parisien  avec un brin de nostalgie et un curieux sentiment d'amertume. C'est en effet a cette adresse que se situe pour moi l'un des symboles a jamais perdu d'une époque bénie,  celle des années 80 , de l'insouciance  folle d'une période pas encore muselée par les interdits et  qui  bousculait les conventions  et le bon ordre établi 

a l'heure d'un  Paris qui n'est plus celui des nuits et des noctambules ,j'aime me se souvenir du Palace que j'ai connu et fréquenté  alors qu'il vivait ses derniers sursauts de gloire et les souvenirs qui me reviennent en mémoire sont nombreux

Les années folles du Palace, de 1978 à 1983, auront suffi à imprégner à jamais d'une odeur de soufre cet établissement du Faubourg-Montmartre.

Cinq années seulement, pendant lesquelles le Tout-Paris a réinventé la fête et le dandysme,  le gourou de ces soirées déguisées, qui attiraient couturiers (Yves Saint Laurent, Karl Lagerfeld), artistes (Andy Warhol, Mick Jagger…) et autres princesses, s'appelait Fabrice Emaer.  À sa disparition, tous furent orphelins et inévitablement  le Palace changea de mains.

Repris d'abord par Régine puis par le couple  Guetta, le Palace, périodiquement au bord de la faillite, ferme ses portes en 1996. Pendant dix ans, le rideau restera fermé, l'entrée sera même murée.

Dans les années qui suivent, le Palace, désaffecté et insalubre  est devenu un squat.

En novembre 2006, les frères Alil et Hazis Vardar, des Belges d'origine albanaise déjà propriétaires de nombreux théâtres en Belgique et en France rachètent la salle .

Le nouveau palace est doté de 970 places ;il est inauguré le 5 novembre 2008 avec le spectacle de Valérie Lemercier

 

Revenons sur cette période inouie ou le sens de la fête , du jeu et d'une certaine forme de démesure semblait atteindre un point culminant ,l'inauguration d'abord avec le concert mémorable de l'incroyable Grace Jones  dans une  salle ou  les serveurs  sont tous vêtus de  rouge et or ( une création  signée Thierry Mugler ) Le DJ historique est Guy Cuevas (au fil des ans viendront se révéler aux platines Martin Solveig  puis  Laurent Garnier).

Tout ce que Paris (et le reste du monde) comporte de gens  branchés seront tôt ou tard  des fidèles du Palace (Thierry Le Luron ,Régine, Yves Mourousi , Thierry Ardisson , Coluche ,Amanda Lear , Philippe Manoeuvre , Frédéric Mitterrand ,Alain Pacadis , )

les artistes viendront y donner des concerts  mémorables (Prince , Serge Gainsbourg) qui bâtiront la légende du lieu qui va devenir au fil des ans l'emblème absolu des  soirées et du 'nightclubbing ' ainsi que l'un des lieux 'cultes' du mouvement 'gay '

entrer des mots clefs

03/03/2011

Top 100 - 100/35 Great balls of fire (jerry Lee Lewis 1957)

 

r

 

les décennies n'entament pas la puissance de ce monument du rock 'n roll un titre flamboyant véritable bombe incendiaire que les années ont bonifiés comme un grand crû

Au départ c'est une chanson  de Jack Hammer et Otis Blackwell écrite en 1957 et qui sera popularisée par un fondu connu sous le nom de Jerry Lee Lewis.

Celui-ci chante et joue du piano, uniquement accompagné à la batterie par J.M. Van Eaton. Editée en single par Sun Records avec en face B une reprise d'Hank Williams, la chanson grimpe à la deuxième place des charts pop en décembre 1957. Plus d'un million d'exemplaires sont vendus en une dizaine de jours

standard absolu d'une époque bénie 'great balls of fire ' conserveplus d'un demi siècle après sa sortie  une phénoménale puissance , une espèce de folie (une caractéristique  propre a beaucoup de titres de son interprète). Le film consacré a jerry Lee Lewis et réalisé par Jim Mac Bride (1989) portera d'ailleurs le nom de cette chanson ,  ,un titre intemporel énorme missile rock'n roll dévastateur qui  révolutionna son époque et appartient désormais a l'histoire. 

 

Jerry Lee Lewis - great balls of fire


podcast


Paroles

You shake my nerves and you rattle my brain
Too much love drives a man insane
You broke my will
But what a thrill
Goodness gracious great balls of fire!

I laughed at love cause I thought it was funny
You came along and moooooved me honey
I've changed my mind
This love is fine
Goodness gracious great balls of fire!

Kiss me baby....mmmmm...feels good
Hold me baby
Wellll I want to love you like a lover should
You're fine, so kind
Got to tell this world that you're mine mine mine mine

I chew my nails and I twiddle my thumbs
I'm real nervous but it sure is fun
C'mon baby, you drive me crazy
Goodness gracious great balls of fire!

Wellll kiss me baby...mmmmm...feels good
Hold me baby
Wellll I want to love you like a lover should
You're fine, so kind
Got to tell this world that you're mine mine mine mine

I chew my nails and I twiddle my thumbs
I'm real nervous but it sure is fun
C'mon baby, you drive me crazy
Goodness gracious great balls of fire!

 

15:10 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0)

01/03/2011

Odessey and Oracle (The Zombies -1968)

 

Ce disque rentre" pile poil " dans la catégorie de ce que j'aime appeler 'les trésors cachés '. Son écoute , sa découverte que je recommande au plus grand nombre vous laissera  totalement émerveillé et immédiatememnt sous le charme .

Le rapprochement est bien sûr  inévitable avec les  chefs d'oeuvre millésimé 68 que sont 'pet sounds ' (The beach boys) et bien évidemment 'Sergent peppers lonely hearts club bands' (The Beatles) mais surtout n'allez pas croire que "Odessey and Oracle"  est un album 'sous influence' même si le travail autour des deux monuments pré-cités a laissé pour plusieurs générations des traces indélébiles

Lorsque le groupe enregistre  cet album  en 1968 dans les studios AbbeyRoad (tiens tiens!!!) le fantôme du   'Sergeant Pepper ' est partout car les Beatles viennent d'achever leur album mythique et tout le matériel  utilisé par les 4 de Liverpool est a leur disposition . Et le miracle va se produire car The Zombies groupe précurseur de la vague pop des années 63- 66  n'est  a ce moment qu'un groupe a 'singles ' dont la carrière semble deja sur le déclin

Quelques 45 tours ont toutefois  rencontrés un grand succès notamment 'She's not there ' numéro 2 des charts en 1964 ou encore 'tell her no ' (toujours en 1964) mais le groupe emmené par Colin Blumstone ne semble pas suffisamment armé pour résister au raz de marée des Beatles et des Stones alors en marche vers l'histoire

Ce disque sera donc a la fois leur apogée mais aussi leur testament ,  il sera aussi leur seul véritable album ,un disque marqué par l'incroyable coquille du titre le dessinateur étourdi (ou défonçé) de la pochette orthographiant mal "Odissey 'et  remplaçant la lettre  I par un E.

Cet album devenu mythique est sans aucun doute un disque 'maudit ' et ,lorsqu'il parait le groupe n'existe deja plus.Le choix des deux premiers 'singles ' s'avèrera hasardeux car ni l'excellent  'friends of mine ' ni 'Beechwood park ' ne rencontrent le moindre écho auprès du public .

La sortie compliquée aux U.S.A et minée par une bataille juridique  achève le groupe ,le leader jette l'éponge et s'en retourne bosser dans une compagnie d'assurance ,le groupe explose et disparait dans l"anonymat le plus total

Fin 69 Columbia publie un album qui regroupe plusieurs groupes ,le disque s'apelle 'Pop music révolution ' et  présente  un catalogue quasi complet des nouveaux prodiges de la firme . Aux cotés de Dylan , des Byrds ou encore de Spirit ,  Columbia a la lumineuse idée d'exhumer 'Time of the season ' un titre sublime perdu  plage 12 en toute fin d'Odyssey and Oracle ' un album alors deja oublié et c'est le jackpot  le titre ressuscité devient instantannément un énorme tube (N° 1 en grande bretagne ,N° 3 aux U.S.A) le lent chemin de la réhabilitation commence mais le  groupe ne produira plus rien d'autre exploitant leur unique creation artisitique jusqu'a la corde (reformations en 1997 puis en 2007 concentrées autour de ce disque essentiel)

Disque unique d'un groupe au parcours atypique mais disque indispensable Oddesey and Oracle a été classé par le magazine Rolling Stones à la 80e place dans sa liste des 500 plus grands albums de tous les temps.

 

 

 

13:14 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0)

20/02/2011

Top 100 100/36 - Tu ne me dois rien (Stephan Eicher 1991)

 

Cette chanson au titre énigmatique a toujours été ma favorite dans le répertoire de Stephan Eicher , les paroles et la musique de ce titre présent sur 'Engelberg ' un album  sorti en 1991  qui non seulement révéla l'artiste  mais lui aura surtout permis de conquérir un très large public  on toujours trouvés chez moi un écho et une résonnance particulière

Récemment lors d'une émission TV consacrée a l'indispensable Antoine De Caunes j'ai pu  voir une séquence mémorable et bouleversante d'émotion , ce soir la ,  Philippe Djian  l'un de mes écrivains cultes  ( devenu indissociable des textes de chansons d' Eicher depuis deja plus de 20 ans ) est venu chanter en duo avec Stephan Eicher ce titre sublime ( c'est aussi  l'une  des chansons favorites d'Antoine de Caunes)

Djian si il sait merveilleusement écrire ,  ne sait pas (du tout) chanter pourtant le duo  autour de cette  magnifique chanson fonctionnait parfaitement

Beaucoup d'émotion donc en découvrant cette inédite version de  'tu ne me dois rien'  de la bouche même de l'auteur qui a composé ce  texte bouleversant de justesse et de pudeur 

Ce titre figure depuis longtemps dans mon "panthéon" des chansons françaises incontournables  , écoute après écoute la chanson  semble se  bonifier , s'arrondir  pour prendre une dimension nouvelle portée  par la voix unique d'Eicher et le texte merveilleux de Philippe Djian

'Tu ne me dois rien ' est une chanson rare , une chanson a  part , une chanson qui fait indiscutablement partie de ma vie , bref c'est une chanson définitive de mon  top 100

 

Stephan Eicher - tu ne me dois rien -


podcast

 

 

 

 

Paroles

Je ne t'entend pas très bien
Il y a si longtemps
D'où m'appelles-tu? d'où vient
Ce besoin si pressant
De m'écouter soudain?
Les poules auraient-elles des dents?

Ma voix t'a-t-elle manque
Après bientôt un an?
Ce serait une belle journée
Et il n'y en a pas tant
Je sais me contenter
De petites choses a présent

On enterre ce qui meurt
On garde les bon moments
J'ai eu quelque fois peur
Que tu m'oublie vraiment
Tu as sur mon humeur
Encore des effets gênants

Mais tu ne me dois rien
J'ai eu un mal de chien
A me faire a cette idée
A l'accepter enfin
Est-ce qu'au moins tu m'en sais gré?
Chacun poursuit son chemin
Avec ce qu'on lui a donne
Mais toi tu ne me dois rien

Tu ne m'as pas dérange
Je vis seul pour l'instant
Mais je ne suis pas presse
Tu sais je prend mon temps
Tout est si complique
Tout me parait si diffèrent

On ne refait pas sa vie
On continue seulement
On dort moins bien la nuit
On écoute patiemment
De la maison les bruits
Du dehors l'effondrement

Je vais bien cela dit
Appelle moi plus souvent
Si tu en a envie
Si tu as un moment
Mais il n'y a rien d'écrit
Et rien ne t'y oblige vraiment