Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/09/2010

Top 100 - 100/96 - These boots are made for walking ( Nancy Sinatra -1966)

 

83a21295a57a3d452411378aa1d94ff9.jpg

 

 

 

 

 

 

Nancy Sinatra - These boots are made for walking


podcast

 

 

Petit bijou pop composé par Lee Hazelwood  décédé en aout 2007)  "These boots are made for walking' est un tube totalement irrésistible  écrit sur mesure pour Nancy Sinatra. Ce hit absolu (N°1 aux états _unis et en Grande  bretagne ) est présent sur l'album 'boots(1966) . Second " single " extrait  de cet album mythique (apres 'so long babe') .La chanson  ,  mélange delicieux  de pop  , de rock  , de country va devenir un hit énorme grâce a  l'interprétation de  Nancy Sinatra , la  fille de Nancy et de franck  Sinatra .la jeune artiste née en 1940 va d'abord timidement s'essayer au  cinéma puis démarrer dans la chanson et verra  sa carrière transcendée par son association avec Lee Hazelwood. La discographie de cette icône pop  regroupe pres de 25 albums (compilations incluses) et contient quelques merveilles absolues ( summer wine - some velvet morning- somethin' stupid - bang bang .....).   'these boots are made for walking est devenue au fil des ans un titre symbole de l'émancipation des femmes.  Pour l'anecdote ce titre est  lié a une page  sinistre de l'histoire des états-unis  , en effet   " these boots are made for walking ' fut choisie par le F.B.I  et le B.A.T.F (bureau of  alcohol ,tobacco firearms & explosives) pour etre  diffusé en boucle  lors  du siège de Waco  afin de déstabiliser psychologiquement le gourou david Koresh enfermé avec sa secte depuis  28 février 1993 jusqu'à l'assaut final tragique du  19 avril

 

Paroles

You keep saying you've got something for me.
something you call love, but confess.
You've been messin' where you shouldn't have been a messin'
and now someone else is gettin' all your best.

These boots are made for walking, and that's just what they'll do
one of these days these boots are gonna walk all over you.

You keep lying, when you oughta be truthin'
and you keep losin' when you oughta not bet.
You keep samin' when you oughta be changin'.
Now what's right is right, but you ain't been right yet.

These boots are made for walking, and that's just what they'll do
one of these days these boots are gonna walk all over you.

You keep playin' where you shouldn't be playin
and you keep thinkin' that you´ll never get burnt.
Ha!
I just found me a brand new box of matches yeah
and what he know you ain't HAD time to learn.

These boots are made for walking, and that's just what they'll do
one of these days these boots are gonna walk all over you.


Are you ready boots? Start walkin'!

 

09/09/2010

Top 100 - 100/97 -Sunday morning (The Velvet Underground 1967)

 

sunday-morning.jpg  " Sunday morning " est un titre de légende qui ouvre l'un des albums les plus fascinants de toute la musique pop- rock .' a savoir le célébrissime premier album du velvet underground.enregistré en 1966 et sorti en 1967 cet album est baptisé 'the velvet underground & Nico ".mais il est plus communément appellé 'album a la banane ' en raison de la pochette dessinée par Andy Warhol alors mécène du sulfureux groupe de New York  .The Velvet underground & Nico reste le disque sur lequel on découvrira la voix incroyable de Nico associée a plusieurs titres de ce disque.

C 'est d'ailleurs Nico en personne qui devait a l'origine chanter sur cette envoûtante balade mais elle devra se contenter des choeurs , c'est Lou Reed qui se chargera de poser sa voix sur ces 2 '56 de pur bonheur .

A noter que le son particulier et harmonieux de l'intro de  cette balade  provient d'un instrument  de musique batisé célesta , C'est John Cale qui  eut l'idée d'utiliser ce curieux instrument  a la tonalité  surprenante.

 

Paroles:

 

Sunday morning, praise the dawning
It's just a restless feeling by my side
Early dawning, sunday morning
It's just the wasted years so close behind

Watch out, the world's behind you
There's always someone around you who will call
It's nothing at all

Sunday morning and I'm falling
I've got a feeling I don't want to know
Early dawning, sunday morning
It's all the streets you crossed, not so long ago

Watch out, the world's behind you
There's always someone around you who will call
It's nothing at all

Watch out, the world's behind you
There's always someone around you who will call
It's nothing at all

Sunday morning
Sunday morning
Sunday morning

The velvet Underground & Nico  - Sunday morning


podcast

 

 

08/09/2010

Top 100 - 100/98 -Creep ( Radiohead -1993)

radiohead_creep_200x200.jpg

 

 

 

 

 

 

C'est sur la bande-son de " Cyclo" un film franco vietnamien réalisé par Han Hung tranh en 1995   (palme d'or au festival de Venise) que j'ai découvert ce titre incroyable de Radiohead,ce titre fût le premier single du groupe extrait de leur premier album 'Pablo Honey " sorti en 1993

La chanson alors envoyée aux radios britanniques fut boudée  et parfois même carrément refusée en raison d'une part d'un climat jugé trop dépressif mais également a cause des paroles 'You're fucking so special' qui semblaient poser problème a la censure anglaise. Creep passa donc quasiment inaperçue et c'est grâce a leur second 'single ' " Anyone can play guitar" que le groupe d'Oxford se fit véritablement connaître

Ce titre désormais indissociable au groupe de thom Yorke a depuis pris sa revanche devenant une chanson culte semblable au 'smells like teen spirit ' de Nirvana' de par son impact auprès de toute une génération qui  va  au fil des ans élever Radiohead au statut de groupe  de référence ultime. Le  groupe s'est imposé depuis  album apres album comme l'une des références incontournables et indiscutables  de ces 20 dernières années

 

  

Paroles :

 

When you were here before
Could'nt look you in the eye
You're just like an angel
Your skin makes me cry

You float like a feather
In a beautiful world
And I wish I was special
You're so very special

But I'm a Creep
I'm a weirdo.
What the hell am I doing here?
I don't belong here.

I dont care if it hurts
I wanna have control
I want a perfect body
I want a perfect soul

I want you to notice
When I'm not around
You're so very special
I wish I was special

But I'm a Creep, I'm a weirdo.
What the hell am I doing here?
I don't belong here.

She's running at the door
She's running out
She's run run run running out...

Whatever makes you happy
Whatever you want
You're so very special
I wish I was special...

But I'm a Creep, I'm a weirdo,
What the hell am I doing here?
I don't belong here.
I don't belong here.


Radiohead  -Creep

 podcast

07/09/2010

Top 100 - 100/99 -Hallelujah (Leonard Cohen -1984)

Si le grand public est tombé sur le cul en découvrant la magnifique version de  Jeff Buckley paru en 1994 sur l'album 'grace ' et si d'autres  l'ont  également découvert en 2001  sur la bande originale de " Shrek " interprétée cette fois  par Rufus Wainwright rien pourtant ne rivalise avec  le titre original enregistré par Leonard Cohen sur l'album  "various positions". en 1984

Au milieu des années 1980 Le canadien a offert l'une de ses plus grandes chansons. Une grande quantité outre les deux artistes cités plus haut ont enregistrée leur version de cette chanson sublime ,on retiendra  les versions de John Cale   , RegIna Spektor  ou encore K D Lang

 

leonard_cohen_hallelujah-150x150.jpg

 

 

 

 

 

 

Paroles

Now I’ve heard there was a secret chord
That david played, and it pleased the lord
But you don’t really care for music, do you?
It goes like this
The fourth, the fifth
The minor fall, the major lift
The baffled king composing hallelujah

Hallelujah
Hallelujah
Hallelujah
Hallelujah

Your faith was strong but you needed proof
You saw her bathing on the roof
Her beauty and the moonlight overthrew her
She tied you
To a kitchen chair
She broke your throne, and she cut your hair
And from your lips she drew the hallelujah

Hallelujah, hallelujah
Hallelujah, hallelujah
You say I took the name in vain
I don’t even know the name
But if I did, well really, what’s it to you?
There’s a blaze of light
In every word
It doesn’t matter which you heard
The holy or the broken hallelujah

Hallelujah, hallelujah
Hallelujah, hallelujah

I did my best, it wasn’t much
I couldn’t feel, so I tried to touch
I’ve told the truth, I didn’t come to fool you
And even though
It all went wrong
I’ll stand before the lord of song
With nothing on my tongue but hallelujah

Hallelujah, hallelujah
Hallelujah, hallelujah
Hallelujah, hallelujah
Hallelujah, hallelujah
Hallelujah, hallelujah
Hallelujah, hallelujah
Hallelujah, hallelujah
Hallelujah, hallelujah
Hallelujah

 

Leonard Cohen - Hallelujah


podcast

 

 

06/09/2010

Top 100 - 100/100 -Boys don't cry (The Cure -1979)

d66fbc2f59249c270d2ee300dff99c46.jpg

A l'aube des années 80 en une poignée de secondes,152 pour être précis Robert Smith jetait a la face du monde une petite chanson un peu folle , illustrée par une vidéo géniale et qui allait devenir l'un des plus formidables standards de le la New -Wave. Présent sur le second album des Cure 'Boys don't cry' sorti en février 1980 , cette chanson aurait pu être le premier"  single "du groupe mais on lui préféra 'killing an arab ' inspirée de l'étranger de Camus.

Pour la petite histoire ce titre appelé a devenir l'un des titres emblématiques du groupe avait été écarté du premier album 'Three imaginary boys ' paru en mai 1979. Il sera donc présent sur le second album et sortira en single en juin 1979 sous le label Fiction records quelques mois avant la parution de l'album

Boys don't cry sera repris par de nombreux artistes notamment par Grant lee Phillips , Superbus, Scarlett Johanson  ou encore Razorlight

 

 

paroles:

I would say I'm sorry
If I thought that it would change your mind
But I know that this time
I have said too much, been too unkind
I try to laugh about it
Cover it all up with lies
I try to laugh about it
Hiding the tears in my eyes

'Cause Boys don't Cry

I would break down at your feet
And beg forgiveness plead with you
But I know that it's too late
And now there's nothing I can do
So I try to laugh about it
Cover it all up with lies
I try to laugh about it
Hiding the tears in my eyes

'Cause Boys don't Cry

I would tell you
That I loved you
If I thought that you would stay
But I know that it's no use
That you're already gone away
Misjudged your limits
Pushed you too far
Took you for granted
I thought that you needed me more

I would do most anything
To get you back by my side
But I just keep on laughing
Hiding the tears in my eyes

'Cause Boys don't Cry
Boys don't Cry

 

The Cure - boys don't cry

 


podcast

 

 

R.I.P Jim Carroll (1950-2009)

Picture 5.png

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il aura choisi une drôle de date pour tirer sa révérence comme un pied de nez a cette Amérique dont il était devenu l'un des enfants terribles les plus emblématiques

 Né a New york  le 1er août 1950 ce personnage atypique et fascinant est donc mort le 11 septembre d'un arrêt cardiaque , Écrivain, poète et musicien punk  américain il était notamment  connu pour son livre autobiographique The Basketball Diaries qui a fait en 1995 l'objet d'un film dans lequel joue un Leonardo DiCaprio alors quasiment  inconnu .Avec son look entre Tom Verlaine et David Bowie Jim Carroll s'etait imposé comme l'un des plus brillants représentants de la contre culture des années 70-80  ,proche de Patti Smith , de Warhol Burroughs, ou encore  de Lou Reed il évoluait comme un poisson dans l'eau  dans cet  univers new yorkais underground qui le fascinait et ou il se sera comme tant d'autres  brulé les ailes

 Publié  en 1978" the basket ball diaries " décrit sans complaisance la décadence de Jim, un jeune homme blanc prometteur, joueur de basket brillant, dans le New York des années 1960. L'écriture d'un journal intime et la passion qu'il a pour le basket ne l'empêcheront pas de sombrer dans la dépendance à l'héroïne, de se faire renvoyer de son école ainsi que de son équipe puis de se brouiller avec sa mère et ses amis. Ce livre autobiographique  est devenu dès sa parution  l'une des oeuvres cultes de la littérature contemporaine américaine ;le film réalisé par Scott kalvert en 1995 et dans lequel Di Caprio se révèle absolument stupéfiant ne rencontrera malheureusement qu'un succès d'estime

 

Carroll formera ensuite a l'aube des années 80  un groupe  punk 'The Jim Carroll band ' le groupe sera composé de Brian Linsley (guitar) ,Wayne Woods (drums) , Stephen Linsley (bass) et Terell Wynne (guitar) et leur premier album en 1980  'catholic boy ' rencontrera un succès mitigé .

Par la suite Jim Carroll se partagera entre musique  (5 autres albums plutôt confidentiels) et l'écriture de nombreuses poésies .

 

Jim Carroll band - People who  died 


podcast

 

 

 

 

 

27/08/2010

Finistériens - (Miossec -2009)

26519.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour la reprise de ce blog après une longue pause conséquente (et volontaire)j'ai choisi de chroniquer 'Finistériens ' le 7ème album de Christophe Miossec  paru en Septembre dernier

pochette sublime toute en sobriété et  qui rapelle un peu celle de 'boire ' le disque mythique de 1995 et titre qui semble reconcilier le brestois avec ses raçines ,Miossec a d'ailleurs fait appel a son copain Yann Tiersen pour la production de cet album

'A Montparnasse ' le' single ' diffusé sur les ondes laissait  esperer un album de belle facture mais pourtant apres plusieurs écoutes il en ressort un curieux sentiment d'irregularité et de fadeur  car  on a l'impression que le disque est un peu baclé, un peu monotone.

Si certains titres font mouche a la fois par les textes et la voix  toujours pleine d'emotion  de Miossec 'les joggers du dimanche ",  "seul ce que j'ai perdu "  (hommage a jeff Bodart  son pote BRUXELLOIS  décédé en Mai 2008), " jésus au PMU ' " une fortune de mer ' et ' A Montparnasse '  ,le reste est plutot moyen  ("nos plus belles années " " CDD " ) voire carrément dispensable ("hais  moi "  , " les chiens de paille ') un disque mi  figue mi raisin pour le breton  qui de toute évidence  semble s'être  certes assagi  mais  peut etre aussi un petit peu (trop ) assoupi.

 

 

Miossec - Les joggers du dimanche


podcast

23:44 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : miossec, finisteriens

20/03/2009

Play Blessures (alain bashung 1982)

49135442.gif

 

 

 

 

 

 alain Bashung - j'envisage

 


podcast

 

 

 

En 1982 paraissait un album qui  allait  sur le tard saffirmer comme lun des disques les plus importants de la chanson française des trente dernières années tout genres confondus.

La rencontre de Bashung héritier rockn roll d'une génération perdue  quelque part entre Cochran et  Gene Vincent  avec Gainsbourg  va savérer éblouissante.  Serge a toujours fait chanter des voix féminines avec plus ou moins de réussites mais  ses  collaborations masculines ne sont a ce jour  que dispensables (Chamfort) pourtant  cette fois  cest une osmose complète  entre le maître et celui qui n'est encore qu'un élève

play  blessures va se révéler totalement éblouissant  avec ses textes au couteau au langage codée de circonstance, sur fond de new wave étourdissante ,  personne en France  ne tiendra la distance face aux deux acolytes qui vont s'entendre comme larrons en foire ; leur goût commun pour la nuit et la déglingue  les rapproche et ensemble ils vont accoucher de ce diamant musical noir et froid comme la nuit.  Fils spirituel de Gainsbourg   , Bashung  va tourner une page importante  pour  la suite de sa carrière  avec ce disque inouï  de ‘martine Boude   a  Volontaire ' en passant par jenvisage ' les titres  s'enchaînent dans ce disque glauque , plein de souterrains et de secrets ,  berçé par une ambiance lunettes noires , alcool et clopes  et un climat malsain pas forcement accessible  aux premières écoutes  mais qui reviendra toujours  hanter lauditeur qui aura su trouvé les clefs pour rentrer dans  cet univers fascinant.

Play blessures sera comme une seconde naissance pour Bashung  qui chante de sa voix unique, traînante et habitée dans ce disque ou lalsacien enterre défintivement le chanteur  a tubes  de vertige de l'amour  ou de Gaby oh Gaby !  Je dédie cette angoisse a  un chanteur disparu  mort de soif dans le désert de Gaby  dit il d'ailleurs  dans jcroise aux hébrides   Play Blessures donnera laudace a Bashung  de réaliser   Novice quelques années plus tard tout seul comme un grand  mais qui savérera  finalement un chef d’œuvre maudit .Il se dégage aujourd'hui encore une curieuse impression a l'écoute  de ce Play blessures car sagissant dune collaboration Bashung- Gainsbourg on a l’étrange impression que le grand Serge conscient du talent de son protégé  est pour une fois resté dans lombre  laissant a  Bashung  le soin de prendre son envol

13:54 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0)

19/03/2009

j'etais censé

Mes bras connaissent  ou Bashung au sommet , tout en haut , inaccesible et magnifique immense  moment je le  sais ,j'etais dans la salle devant ,au premier rang tout pres de l'artiste , tout pres d''un  Bashung astral et solaire

J'étais censé t'étourdir
Sans avion sans élixir
J'étais censé te soustraire
À la glu

Les impasses
Les grands espaces
Mes bras connaissent
Mes bras connaissent
Une étoile sur le point de s'éteindre

J'étais censé te ravir
À la colère de Dieu

La douceur d'un blindé
Le remède à l'oubli
Mes bras connaissent
Mes bras connaissent

Mes bras connaissent
La menace du futur
Les délices qu'on ampute
Pour l'amour d'une connasse

J'étais censé t'encenser
Mes hélices se sont lassées
De te porter aux nues
Je me tue à te dire
Qu'on ne va pas mourir

Sauve toi
Sauve moi
et tu sauras où l'acheter le courage

J'étais censé t'étourdir
Sans aviron sans élixir
J'étais censé te couvrir
À l'approche des cyclones

Mes bras connaissent
Mes bras connaissent
Sur le bout des doigts

La promesse d'un instant
La descente aux enfers
Mes bras connaissent
Mes bras mesurent la distance

Sauve toi
Sauve moi
Et tu sauras où l'acheter le courage

J'étais censé t'étourdir
Sans aviron sans élixir
J'étais censé t'extraire
Le pieu dans le coeur
Qui t'empêche de courir

Mes bras connaissent
Mes bras connaissent
Mes bras connaissent
Une étoile sur le point de s'éteindre

Mes bras connaissent
Mes bras connaissent
Sur le bout des doigts

Mes bras connaissent

Mes bras connaissent
Une étoile sur le point de s'éteindre

Mes bras connaissent

Sauve toi
Sauve moi

Mes bras connaissent

 

 Alain Bashung  - mes bras connaissent  ( live au bataclan 2003 )


podcast

15:04 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : bashung

14/03/2009

Tellement , tellement au dessus des autres

 

alain bashung.gif

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

On le redoutait mais on osait croire que le destin se tromperait , il n'en fut malheureusement  rien

Certes  pour l'avoir vu diminué lors de la dernière tournée a l'Olympia on pouvait craindre le pire mais l'homme malgré la maladie restait tellement présent ,tellement vivant

la présence aucun autre mot ne peut mieux définir le sentiment dégagé par Bashung , présence, talent, humilité, intensité ,pudeur,

"un jour je parlerai moins jusqu'au jour ou je ne parlerai plus "  le sens des paroles de 'président résident de la république' titre majeur de 'bleu pétrole" son ultime chef d'oeuvre plébiscité par la critique et par le public prend aujourd'hui une bien triste signification

Bashung pour moi était le plus grand de tous , un astre noir ,  le diamant brut de la chanson française , un intouchable , un inclassable , LA référence définitive  ,ni variété, ni rock mais tout cela a la fois , il planait haut bien au dessus des autres .Depuis des décennies il nous régalait de chansons  tantôt sublimes ( la nuit je mens - madame rêve -angora -les grands voyageurs -  comme un lego) tantôt  décalées ( what's in a bird - vertige de l'amour- osez joséphine) il illuminait aussi chaque chanson qu'il reprenait en se l'appropriant ( écoutez sa version bouleversante des 'mots bleus ' ou de ' avec le temps ' il était de son vivant l'égal d'un Gainsbourg avec qui il avait collaboré pour le fantastique 'play blessures" en 1982 ou d'un Férré  , sa mort tragique et prématurée le hisse encore plus haut dans la légende ;il laisse tous ceux qui l'aimait orphelin de son  talent , de sa poésie et de sa générosité

 

alain bashung -avec le temps

 


podcast

 

20:47 Publié dans Culture, Musique, Société | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : bashung

06/02/2009

C'est Chic (Chic -1978)

C'est%20Chic.jpg
Sous cette pochette très classe (très années 80 aussi) se cache pourtant l'un des albums les plus incontournables de la musique "black" de ces dernières décennies , arrangements soignés , son énorme, groove quasiment palpable , un disque qui respecte a la fois les codes de la musique 'soul'  et qui est , de surcroit  une véritable machine a danser. Cet album paru en 1978 sera celui de la consécration pour Chic Le groupe de deux artistes majeurs de la scène 'black' Nile Rodgers et Bernard Edwards
Quelques part entre The crusaders et le " Philadelphia sound"des seventies Chic  impose un style unique qui les fera entrer dans la legende et dans la gloire . Deuxième album du groupe 'C'est Chic '  contient des titres majeurs qui vont faire le bonheur des clubs  "le Freak " bien évidemment mais aussi "Chic Cheer" et son intro stupefiante, "I want  your Love " mais aussi une balade somptueuse 'At last i'm free'une très belle chanson sur l'émancipation du peuple noir ( un titre qui  sera repris quelques années plus tard par Robert Wyatt)
Après le décollage planétaire du son caractéristique de Chic le groupe va au travers de Rodgers et Edwards distiller son génie et son savoir-faire au service  d'artistes en mal de succès  avec le virage difficile  des années 80 , David Bowie (let's dance)  ou  encore Diana Ross leur doivent beaucoup
 
 
Chi - I  Want  your  love

podcast

19:21 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : chic

03/02/2009

La jeunesse de Manu

Manu Dibango au boeuf sur le toit - 02 fevrier 2009.jpg
Lundi 2 fevrier 2009 dans le cadre de mon boulot j'ai eu la chance de rencontrer Manu Dibango, personnage emblématique de la musique africaine passé a la postérité grâce a l'universel 'soul makossa '
Non seulement  l'artiste nous a gratifié d'un set  fantastique mais j'ai également pu dialoguer avec lui , j'ai rencontré un homme exquis, d'une grande simplicité et d'une spontanéité étonnante. Né en 1933 a Douala le camerounais reste incroyablement jeune et dynamique.
Il m 'a ainsi été permis de lui demander de confirmer ( ce qu'il a fait avec plaisir)  la légende autour de l'histoire de son titre le plus célèbre 'soul makossa"
en 1972 on demande a Manu Dibango de composer l 'hymne  officiel de l'equipe de football du Cameroun pour la coupe l'Afrique des nations
 la chanson s'appellera 'mouvement ewondo ' et sur la face B de ce 45t figure  un titre qui  semble n'intérésser personne ce titre c'est 'soul makossa'
En demi finale c'est le drame national le Cameroun est éliminé (défaite 1 a 0 contre le Congo) la chanson composée par Manu Dibango devient synonyme  de défaite  et les supporters du cameroun furieux détruisent le disque et la chanson tombe dans l'oubli
A new York un DJ de la radio WBLS  qui passe de la musique  noire a entendu "mouvement ewonbo " mais c'est la face B  qui retient son attention ,ce ' soul makossa ' rythmé , enflammé , Le titre commence a tourner sur les radios ,le célèbre label Atlantic  fait enregistrer une nouvelle version par son auteur l'original étant quasiment introuvable
Quelques années plus tard ,en 1982  Michael Jackson plagie 'soul makossa' sur un titre de son album 'thriller' la chanson  'wanna be starting something' reprend a l'évidence la ligne rythmique du titre de 'soul makossa '
Proces , menaces Jackson qui va vendre des millions d'albums de son 'thriller' propose un arrangement amiable  a manu Dibango  c'est la (et ou peut le comprendre aisément)  que la confidence du musicien s' arréte dans un grand  éclat de rire
Pour info jay Z (face off) puis très récemment Rihanna (don't stop the music) ont samplés a leur tour (avec son accord cette fois) le célèbre titre , si la face A est depuis longtemps tombé dans l'oubli ce n'est donc pas près d'arriver pour 'soul makossa'monument de funk , un titre qui dépasse le cadre de la musique africaine , un titre devenu universel
 
 
 
Manu  Dibango - soul  makossa

 
podcast

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

29/01/2009

Fear of a black planet (Public Enemy 1990)

 

 

Public Enemy - 911  is a joke


podcast

 

pe_fearofablackplanet.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sur scène les New Yorkais  de  Public Enemy se produisait avec un service d'ordre auto proclamé ' sécurité du premier monde ' armés de pistolets mitrailleurs Uzis , leur slogan se définissait en ces termes brûlants ' l'apocalypse a deja eu lieu mais vous ne vous en êtes pas rendus compte'  Tout un programme  

Sens certain de la provocation et de la mise en scène ou motivation réelle d'activisme politique issue de l'héritage des 'blackpanthers ' et du 'black po ' il est incontestable en tout cas  que le groupe propose un électro choc musical et revendique clairement  l'affirmation du peuple noir et de ses droits ,  voire de sa supériorité

le titre de cet album en dit  deja assez long sur la menace annoncée par  Chuck D , Flavor Flav , Professor Griff , et Terminator X '  "Fear of a black planet (la peur d'une planete noire)

"Utilisons au mieux le rap notre CNN noir a nous " ironise le leader Chuck D et le moins que le moins puisse dire c'est qu'il parviennent parfaitement  avec 'fear of a black planet"  cette bombe incendiaire ,  disque phare du rap , troisième disque du groupe et énorme succès commercial du début des années 1990.

Si l'album précédent ' It takes a nation of million to  hold us back' (il faut une nation de millions de personnes pour nous retenir) avait mis tout le monde en garde cet album lui passe a la vitesse supérieure et enfonçe le clou avec une fureur inouie  .Chuck D  s'auto proclamant 'rebel without  a pause ' (rebelle a plein temps) en clin d'oeil  a James Dean  l'icone des fifties 'et  'rebel without a cause ' (rebelle sans raison)

L'hymne définitif du rap se trouve peut  être même sur ce disque avec 'fight the power ' ,plus qu'une chanson  ce titre enragé est un brulôt politique d'une violence ahurissante  qui dépasse le cadre même de la musique , titre emblématique du mouvement il est au rap ce que  'get up stand up ' est au  reggae a savoir son manifeste universel

13:47 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : public enemy

28/01/2009

24 Mai 1966 Le caprice parisien de Dylan

 

419872184.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous sommes le 24 Mai 1966 et Bob Dylan est a Paris , a l'Olympia plus précisément , il n'a que 25 ans mais dejà ses premiers albums ont déclenché partout un cataclysme musical et culturel sans précédent .

Dylan a aussi  défrayé la chronique en passant de la guitare folk traditionnelle a la guitare électrique  . Comme a son habitude il va proposer au public présent ce soir la un concert divisé en deux parties bien distinctes , une première partie 'folk' ou seul sur scène il va interpréter les incontournables protest-songs déjà légendaires ainsi que les titres inspirés du répertoire de cette Amérique profonde qui a fait de lui l'icône de toute une génération  puis une seconde partie ou il va débouler avec une horde de 'freaks déchainés et défoncés pour un déluge de métal et de feu.

Dylan  est alors miné par les drogues  ,les rumeurs les plus folles courent a son sujet ,on raconte qu'il ne dort jamais , qu'il avale des quantités  ahurissantes d'hallucinogènes ,on le dit défoncé a la benzédrine ,au L.S.D , a l'héroïne bref ,  ils sont nombreux ceux qui lui prédisent un bien sombre avenir et rares sont ceux qui parmi le public de l'Olympia de ce mois de Mai 1966 pourrait imaginer un seul instant que l'homme serait encore sur les routes un demi siècle  plus tard .

La première partie du concert est terminée , durant ce set acoustique Dylan a de nombreuses reprises a  apostrophé son public , l'ambiance est tendue ,les sifflets et les murmures de mécontentement , d'incompréhension  explosent regulièrement  dans la salle  ,Dylan n'en a cure et rétorque même " j 'ai autant envie que vous de rentrer chez moi "

Quelque part dans la foule  une jeune fille assiste médusée a ce concert  ,elle a  quittée le plateau du film ' Grand prix ' ou elle tourne sous la direction de John Frankenheimer  en compagnie de Yves Montand, ce n'est pourtant pas une comédienne mais une jeune chanteuse de la génération  yé-yé , elle ne connaît pas Dylan personnellement bien sûr mais il fait partie de ses idoles .

Curieusement Bob Dylan de son côté l'a dejà remarqué  notamment dans les pages  des magazines  ou  sa beauté éclate depuis quelques mois  , instantanément il est tombé sous son charme

nous sommes en 1966 et cette beauté  époustouflante fait tourner toutes les têtes des hommes qui la croise , elle a  22 ans ,  elle s'appelle Francoise Hardy.

Dylan a disparu  de la scène depuis une demie heure déjà ,on s'impatiente dans la salle lorsque un inconnu se penche a l'oreille de Francoise Hardy  et lui chuchote "Mr Dylan ne reviendra sur scène que si vous m'accompagniez dans les loges immédiatement pour le rencontrer  "

Elle se lève surprise  et  avec  un  brin  d'angoisse suit l'inconnu qui la conduit dans les loges de l'Olympia ou elle y découvre un Dylan hilare  apparemment très content que son 'caprice ' ait été exaucé ,

Il lui propose avant de repartir sur scène  de le rejoindre pour la 'party'  qui aura lieu a l'hôtel Georges V après le concert ,il lui précise aussi qu'elle vienne avec toute sa bande de copains présents dans la salle ,la jeune françoise accepte et puis de toutes manières "" comment refuser a Dylan ?"  

La jeune chanteuse  est non seulement surprise du comportement de Dylan  mais elle est surtout  stupéfaite de l'état de délabrement  physique  de l'artiste ,on est loin de l'image du  troubadour véhiculé par les pochettes de ses premiers albums elle dira plus tard avoir l'impression de rencontrer un "zombie" , un être malade dont la vie ne tient qu'a un fil "

 

Après ce concert houleux  elle rejoindra le Georges V accompagnée de Johnny Hallyday , Zouzou égerie et chanteuse des sixties  et Hugues Auffray  ( qui a déjà beaucoup oeuvré a faire connaître Dylan en France).

Sur place la 'party' bat son plein mais de Dylan  point  , il reste deséspérement enfermé dans  sa chambre isolé de tous ,isolé du monde  apparemment peu enclin a prendre part aux festivités.

Ce n'est  qu'au bout de 2 heures que la porte s'ouvre ,Dylan entre parmi les invités prend Françoise par la main et l'emmène dans sa chambre refermant la porte derrière lui

C'est la  , devant une Françoise Hardy  terrorisée ,que Dylan comme un gamin lui propose d'écouter quelques titres de son nouvel album sorti 8 jours auparavant aux États-Unis , le titre de ce nouvel album c'est 'Blonde on blonde "précise t'il 'qu'en pensez vous? lui demande t'il ? puis il  pose le disque sur la platine et lui donne la primeur de découvrir deux titres qui vont devenir bientôt mythiques et  légendaires  de la discographie  de Dylan (et de la musique pop tout court )

I Want you " 'et 'Just like a Woman'

Cette histoire racontée souvent par l'intéréssée elle même fait partie de la légende des 'sixties ' , certains prétendent pourtant que ce n'est pas Francoise Hardy que Dylan a attiré dans sa chambre mais plutôt Zouzou la belle icône des années soixante  , actrice underground et twisteuse  des années soixante  mais aussi petite amie  de Brian Jones  allez donc savoir?

 

28/11/2008

histoire d'une photo : Un ange at the Sin-é

 
 
 
 
jeff buckley at the sin-é.jpg

Les quelques rares clients assis  dans ce café desert  se souviennent ils  de ce jeune homme seul avec sa guitare habité par une foi musicale quasi religieuse et qui  tout les lundi vers 21h00 venait  chanter devant un public qui l'écoutait d'une oreille distraite en lisant  le journal en sirotant  une bière ou en se réchauffant  autour d'un café ?. Le Sin-é qui depuis est  entré dans la légende n'était qu'un bar parmi tant d'autre situé  dans le Lower East Side, un quartier branché de Manhattan. Le destin tragique d'un artiste hors du commun a transformé ce petit bistrot irlandais minuscule en un lieu désormais mythique

A partir de 1992 chaque lundi et dans une indifférence glaciale un certain Jeff Buckley jouera dans ce petit bar et c'est la qu'il construira les fondations de sa future légende.  Shane Doyle, le patron du bar ne se doutait certainement pas que le jeune musicien qu'il a déniché deviendrait bientôt un artiste culte et une référence mondiale.Grâce a un bouche a oreille fulgurant qui va se répandre dans New York Buckley va se tailler une solide réputation et très vite chaque lundi soir le sin-é va afficher  complet. C'est dans ce minuscule  café que Jeff Buckley sera découvert par les maisons de disque alertées du phénomène et c'est Sony (pour le label Columbia)et par l'intermédiaire de steve Berkowitz qui va décrocher le gros lot et signer puis permettre au jeune artiste d'enregistrer avec une totale liberté artistique son premier album . Ce sera le live at the sin-é(enregistré le 17 aout et sorti le 23 novembre 1993)

Cette photo signée Merri Cyr  est a la fois terrible et  pathétique mais elle est aussi chargée  d'une  incroyable poésie  , on y voit Jeff seul dans son coin et on l'imagine chanter "Eternal life " " mojo - pin " ou reprendre une chanson d'une de ses  idoles Van Morrison , Piaf ou encore Dylan  .C 'est Merri Cyr une  jeune photographe alors  inconnue qui a pris ce magnifique cliché en noir et blanc  ,   un cliché qui  sera    choisi pour illustrer la pochette du ' mini album  ' Live at the siné   La même Merri Cyr fera quelque temps plus tard la pochette devenue célèbre  de 'Grace ' le premier ( et unique album paru de son vivant ) de Jeff Buckley qui va époustoufler toute la planète et faire du jeune garçon timide une icône absolue . L'album 'Grace' sortira en Aout 1994 et va connaître un succès planétaire.

le 29 mai 1997 alors qu'il prépare son second album " Sketches For My Sweetheart The Drunk" Jeff Buckley se noie a Memphis dans le Mississippi ,le jeune  artiste surdoué  disparaît a l'âge de  30 ans en pleine gloire ;  son album inachevé  sortira  en mai 1998.

 

 Jeff Buckley - j'n'en connais pas la fin

 


podcast

 

 

 

 

 

 

05:32 Publié dans Culture, Musique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : jeff buckley

26/10/2008

Gainsbourg 2008

affiche expo gainsbourg 2008 ..JPG

 

Serge Gainsbourg - mes petites odalisques 


podcast

 

Pour l'inconditionnel de Gainsbourg que je suis c'était évidemment un rendez vous que je ne pouvais manquer .Cette exposition au musée de la musique  pour rendre hommage a  cet immense artiste qui aurait eu 80 ans cette année s'affirmait comme  un évenement culturel totalement incontournable.

La première partie de cette exposition rassemble la quasi  totalité des 45 tours de la carrière de Serge ,Chanteur et auteur ,  .Entre raretés , bizzareries,  collectors ,musiques de film,  pressages étrangers (notamment japonais) et grands classiques de l'oeuvre de Serge  chacun trouvera de quoi satisfaire sa curiosité .Impossible de les nommer tous mais sachez qu'on  croisera  Jean claude Pascal ; Michèle Arnaud (ronsard 68la chanson de Prevert- douze belles dans la peau) Juliette greco (les amours perdus - l'amour a la papa) Hugues Auffray (la javanaise -mes petites odalisques) Francoise hardy(l'anamour) Zizi Jeanmaire ,les frères jacques (le poiçonneur des lilas) ;catherine Sauvage (Baudelaire  -  les goémons -black trombone) isabelle Aubret(la chanson de prevert) , Birkin Evidemment  mais aussi toutes les femmes qu'ils aura fait chanter , Deneuve, Adjani, Bambou, Regine , France Gall, Bardot , vanessa Paradis , sans oublier les hommes (Julien Clerc, Chamfort, Bashung ,Philippe Clay.......) je ne peux les citer tous mais tout ce que Gainsbourg a enregistré ou a composé (en format 45t) nous est ici présenté  en un mur  de 45 tours stupéfiant qui nous prouve l'incroyable diversité  insensée  et toute l'originalité de l"oeuvre artistique de Gainsbourg.

 

Serge Gainsbourg - douze belles dans la peau


podcast

 

la seconde partie de l'expo nous fait pénétrer dans l'univers du maître elle s’articule autour de quatre grandes périodes :

 

La  période bleue (1958 - 1965)


Les idoles (1965 - 1969)


La décadanse (1969 - 1979)


Ecce homo (1979 - 1991)

 


Gainsbourg avait du gout on le savait et on le constate en découvrant  sa collection personnelle, La Chasse aux papillons, de Salvador Dali, Mauvaises nouvelles des étoiles, de Paul Klee, et L'homme à tête de chou, sculpture de Claude Lalanne. Les deux derniers ayant inspiré titre et contenu à deux albums de Gainsbourg.


Gainsbourg avait du gout on le savait et on le constate en découvrant  sa collection personnelle, La Chasse aux papillons, de Salvador Dali, Mauvaises nouvelles des étoiles, de Paul Klee, et L'homme à tête de chou, sculpture de Claude Lalanne. Les deux derniers ayant inspiré titre et contenu à deux albums de Gainsbourg.

 

 

Ces oeuvres sont présentées dans une vitrine-miroir latérale qui jouxte l'installation. On y trouvera également  ses manuscrits et la bimbeloterie de la rue de Verneuil, moult fois détaillée par les visiteurs : l'écorché de Louis Auzouxqui tronait dans son salon , la collection de médailles acquise auprès de ses amis de la police,une photo inédite et rare de marylin Monroe a la morgue, l'exemplaire de la marseillaise de Rouget de Lisleacheté a Drouot peu de temps juste apres le scandale de 'aux armes ect....'

 

h_4_ill_1109710_expo-gainsbourg.jpg

l'homme a tête de chou la  merveilleuse et intriguante sculpture signé Claude Lalanne

Toujours dans cette même salle   le plasticien sonore Frédéric Sanchez.propose un labyrinthe de colonnes associant des images (photos ou films) et des sons (les textes sont lus par les interprètes, Birkin, Deneuve, Dutronc...) le tout mettant  en relation l'oeuvre de Gainsbourg avec les courants (le surréalisme et le jazz , la pop et le pop art...) et les personnalités qui l'ont marqué (Bela Bartok, Boris Vian, Francis Bacon...).

Ce dispositif dynamique, visant à "provoquer des images avec le son", explique Frédéric Sanchez, réussit le tour de force d'être pédagogique tout en intrigant les connaisseurs

bref une expo qui bien que  peu être un peu trop concentrée est totalement captivante que l'on soit inconditionnel de gainsbourg ou pas .

 Inconterstablement cette exposition s'affirme comme  l'un  des grands rendez vous culturel  de cette fin d'année 2008 et comme  un évenement  artistique a ne rater sous aucun pretexte.

 

 Serge gainsbourg - ford mustang

 


podcast

28/09/2008

Just another diamond day -Vashti Bunyan (1970)

 

 

Vashti Bunyan -  Glow worms 

 


podcast

 

simg_t_mg51800o0dkvjpg175.jpg

 

 

 

 

 

 

 

Le revival folk aidant on rédécouvre des  trésors cachés , des bijoux , des merveilles ,des disques oubliés et qui ressurgissent du passé pour nous émerveiller .

Artiste culte du folk psychédelique anglais Vashti Bunyan a enregistré un  disque , un seul ce fabuleux et crépusculaire 'just another diamond day' en 1970 puis la jeune femme s'est totalement retirée du monde de l'industrie du disque .La légende prétend qu'elle a enregistré ce disque bouleversant  lors d'un périple en roulotte et on veut bien y croire tant le climat est pur , serein  un disque écrit avec l'inspiration de la nature , des arbres , des oiseaux  , des rivières un disque mythique réedité  près de 40 ans après sa sortie .Vashti Bunyan  n'est certes pas devenue célèbre (le voulait  t'elle?) mais quoiqu'il en soit elle est devenue l'égérie de toute une génération de chanteurs folks qui ne jurent désormais que par elle , Devandra Banhart en tête (il l'a invité sur son nouvel album) mais aussi Animal collective  ou encore piano magic.

Si le revival folk nous a permit de découvrir récemment  des chanteuses fantastiques comme Alela Diane ou Mariée Sioux  projetons nous quelques décennies en arrière et rendons hommage aux pionnières de la trempe de Bunyan qui eurent la sagesse de chercher a rendre intacte l'essence du folk en se moquant d'obtenir ou pas la reconnaissance du public .

Avec ce disque lumineux  et totalement magique elle est devenue malgré  toutes ces années de silence et d'oubli une artiste incontournable de l'histoire de la musique folk

 

15:50 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : vashti bunyan

24/09/2008

Madonna - Sticky and sweet tour - Stade de France 21 septembre 2008



madonna-1(1).jpg

 

 

 

 CIMG0802.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

Incontestablement Madonna fait partie des grandes stars de la planète aussi lorsque la chanteuse décide  de délaisser le palais omnisports de Bercy et choisit le stade de France pour sa nouvelle  tournée 2008 cela devient forçément  l'événement musical de cette année .

La première date rapidement complète  Madonna a vite  rajouté un second concert et les places se sont arrachées malgré un prix plutot élevé (rien a moins de 75 €) .

L'album qui sert de support a cette tournée 2008 n'a toutefois pas reçu un très bon accueil , en effet 'Hard candy ' malgré l'apport de Justin Timberlake  ("4 minutes" ) ,de Kanye West ('beat goes on ' ) , la production des très demandés Timbaland et Pharell Williams  , et le 'single 'give it 2 me' que toutes les radios diffusent largement  a été accueilli plutôt fraichement par la critique .

Coté public le raz de marée (numero 1 partout ou presque) confirme toutefois que Madonna continue de drainer un large public

3 ans apres ' confessions on a dance floor ' ou Madonna renouait avec le disco et la musique dance  revoici donc Madonna a Paris pour defendre un nouvel album assez critiqué ,le tout dans un climat sulfureux de provocations ( comme souvent avec Madonna) et de scandales en tout genres (un "like a virgin "dédié au Pape lors du concert de Rome , une biographie pas franchement a son avantage publiée en pleine tournée par.....son frère , une vidéo controversée  'get stupid' qui dénonce John Mc Cain assimilé aux grands tyrans de la planète ( Hitler ,Khomeiny)et un Barack  Obama  assimilé  à Martin luther King ou  a Ghandi ) bref tout ce qui faut pour faire monter la sauce.

J'étais donc present pour le second concert de la Madonne ( un choix du au hasard mais semble t'il bien inspiré car de l'avis unanime  ce second concert fut largement superieur a celui donné la veille par la chanteuse) .

Apres  une (longue) attente compensée par Bob Sinclar et 'big Ali' alors que le stade de France se remplit (curieusement  le concert ne fut cependant pas tout a fait complet )  a 21h30  dans un deluge d'effet spéciaux voici qu'apparait enfin ,  toute de cuir  vetue  Madonna , 50 ans cette année  ,une peche et une énergie  incroyable  et 2 heures durant la star  va nous offrir un show qui oscille  entre  le  (très) bon et le moins bon

La voix d'abord ; les rumeurs prétendent que le play back est de rigueur avec elle , les 'fans évidemment  s'en offusqueront mais a l'evidence je pense que si certains titres sont effectivement chantés d'autres ( 'die another day ' -" get stupid' rain' mixé avec une reprise d'Eurythmics 'here comes the rain again' ) sont simplement 'mis en scène ' avec une bande - son  (sans la presence sur scène de Madonna qui tres certainement en profite pour de changer et souffler) ) . 

 Madonna  de toute évidence  se donne  néanmoins a fond et  offre a son public un véritable tour de force athlétique , elle chante , saute , court , grimpe , fait des pompes, du saut a la corde, elle se dépense sans compter et c'est cette énergie incroyable qui force le respect .

Entourée d'une armada de danseurs et danseuses qui n'ont pas la moitié de son âge Madonna assure le spectacle  elle n'est jamais en reste , et disons le tout net  ! sa performance scénique est tout simplement hallucinante.

Si le choix des chansons fera inévitablement débat (8 titres de hard & candy aucun de 'erotica ' un seul de 'music ' ) , les standards incontournables sont la et bien la  ('la isla bonita' revue et corrigée façon gipsy et mixée avec 'lela pala tute " de Gogol Bordello , 'into the groove' mixé a 'jump' sur une animation fabuleuse en hommage a Keith Haring  son ami disparu  devenu depuis une icône de l'art contemporain, 'ray of light' dans une version  technoide et dans un déluge de lasers et d'effets speciaux ' like a virgin' chantée a capella avec la foule ( dommage) mais  subtilement enchainée avec ' hung up ' dans un registre plus proche de Métallica que d'Abba , 'like a prayer ' totalement revisité (ambiance énorme et immense  moment) ' 'vogue ' (l'un de mes titres préférés) et qui m'a  un peu laissé sur ma faim malgré des danseurs incroyables autour de la chanteuse  'music ' (encore un grand moment du concert) .'four minutes ' l'enorme tube  et l'apparition en vidéo de justin Timberlake , bref des choix classiques mais aussi  des prises de risques avec tout d'abord  'incroyable  'human  nature ' (extrait de 'bedstime stories ' ) et interprété  par une Madonna sublime  a peine vetue ,  guitare a la main bottes de cuir montantes  et haut de forme (et britney Spears en fond d'ecran) '  'borderline' totalement massacré et interprété également a la guitare (peut etre le plus gros ratage de cette soirée) un 'you must be love 'inutile et  exhumé de la bande originale de 'Evita ' ou encore  un ' 'she's not me ' (extrait de hard and candy) ou Madonna déchainée en mini short rouge et lunettes de Lolita  revisite avec dédain et mépris toutes les anciens personnages qui ont fait sa légende ( la Madonna Marylin ,la Madonna vierge éffarouchée , la Madonna blonde , elle termine cette incroyable prestation par un baiser a pleine bouche avec une danseuse (clin d'oeil évident au scandale britney Spears de 2004)

Comme toujours avec Madonna le final est brutal  , apres un " give it  2 me ", pas de  rappel   c'est deja fini game over ! comme l'affiche l'ecran du stade de France  les lumières se rallument Madonna est partie , arrivée sur scène en grande star 23 chansons plus tôt (au son de 'candy shop ') elle repart en grande star et en dépit des polémiques et  reste depuis 25 ans et sans discussion aucune l'une des plus grandes artistes de la scène internationale.

Certes chacun regrettera l'absence de certains titres évidemment attendus ( don't tell me - what a feel like for a girl - material girl - papa don't preach - erotica - frozen - holiday - lucky startake a bow )- la liste est longue  pourtant de toute évidence et comme pour Polnareff en 2007 ce concert etait l'evenement  a NE PAS RATER. La venue a Paris  dans ce désormais mythique stade de france  ou un certain Zinedine Zidane ( présent dans les loges V.I.P pour ce concert mémorable) a pour l'eternité marqué voila deja dix ans deux buts historiques restera pour beaucoup un souvenir mémorable . 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

01:22 Publié dans Musique, Société | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : madonna

12/09/2008

Crime of the century ( Supertramp 1974)

supertramp_-_crime_of_the_century-front.jpgLa pochette est devenue célébre et elle n'est pas sans rappeler celle du mythique ' dark side of the moon' des Pink Floyd parue un an auparavant . L 'influence du Floyd (et celle de Génésis) est par ailleurs omni présente dans ce disque de Supertramp ( mise en avant des claviers, bruitages )  

Et pourtant ce disque vendu a des  millions d'exemplaires et qui fera la fortune de la bande a Richard Davies et Roger Hodgson les deux tètes pensantes du groupe  aurait tres bien pu  ne jamais voir le jour.

En effet après la sortie en 1971 d "'indelibily stamped' le groupe  qui ne décolle pas est sur le point de se séparer  ,les musiciens  sont quasiment tous démissionaires et l'aventure semble alors prendre fin d'autant plus que le milliardaire et mécéne hollandais stanley august Miesegaes qui avait permis a Supertramp d'enregistrer ses premiers albums se désengage  et leur coupe les vivres.

C'est donc dans cette situation plus que délicate  que la maison de disques  A & M tente un dernier coup et rappelle les musiciens  puis  accepte de publier un nouvel album .

Cet album sera le légendaire 'crime of the century ' .Enregistré dans une ferme isolée du Somerset , ce disque va devenir l'une des plus grosses ventes des années 70 et le succès de Supertramp va rayonner   sur  toute la planète .

Dans une période glam -rock deja moribonde  et avant la déferlante punk qui va souffler bientot  ce disque va s'imposer comme la réference en matière de musique 'planante ' Avec cette ambiance moins psychédélique , moins narcotique sans doute que le Floyd plus lisse aussi et plus standardisée que des groupes concurrents (Yes - Génésis) le disque va séduire un tres large public et  va hisser Supertramp  au sommet  , un Sommet que le groupe tiendra jusqu'à 'breakfast in America' en 1979 , un album tout aussi  célèbre qui reste encore a ce jour leur chef d'oeuvre absolu (20 millions de copies vendues) ,un autre disque historique mais qui sera aussi leur chant du cygne.

 

Supertramp - school


podcast

16:58 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : supertramp

08/09/2008

Histoire d'une photo - It's only rock'n roll ( Londres 2008)

 

Au  détour d'une  balade sur Baker Street - a Londres un après  midi d'août 2008

 

it's only rock'n roll ou un delicieux parfum de rolling Stones dans cetre boutique de Londres.JPG