Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/10/2010

Top 100 - 100/87 Bang - Bang - ( Cher 1966)

1112717702.jpg

 

 

Beaucoup l'ignorent mais ""bang bang" avant de devenir le tube que l'on sait immortalisé  par nancy Sinatra  est une chanson de Cher écrite par son compagnon Sonny Bono en 1966 et distribuée chez Imperial records . Rendons  donc a Cher ce qui lui appartient a savoir d'avoir été la toute première a chanter cette fabuleuse chanson  qui va traverser les époques en se bonifiant années après années avant d'obtenir une ultime et définitive réhabilitation en 2003 lorsque Quentin Tarantino va choisir ce titre (version nancy Sinatra) pour figurer sur la fabuleuse bande son de Kill Bill  vol.1. Notons que Cher ressortira 'bang bang '  en single plus de 20 ans plus tard  sur l'album 'Cher' (1987) la version originale etant  presente sur l'album 'the other side of Cher'(1966)  le second album de la chanteuse alors agée de 21 ans.

 

Cher  -bang-bang

 


podcast

 

La version de Nancy Sinatra  -



Nancy Sinatra - Bang-Bang




podcast

 

Paroles

I was five and you were six
We rode on horses made of sticks
I wore black, you wore white
You would always win the fight

Bang bang, you shot me down
Bang bang, i hit the ground
Bang bang, that awful sound
Bang bang, my baby shot me down

Seasons came and changed the time
I grew up, i called you mine
You would always laugh and say
Remember when we used to play

Bang bang, you shot me down
Bang bang, i hit the ground
Bang bang, that awful sound
Bang bang, my baby shot me down

Music played and people sang
Just for me the church bells rang
After echoes from a gun
We both vowed that we'd be one
Now you're gone i don't know why
Sometimes i cry
You didn't say goodbye
You didn't take the time to lie

Bang bang, you shot me down
Bang bang, i hit the ground
Bang bang, that awful sound
Bang bang, my baby shot me down

 

16/10/2010

Top 100 -100/88 -Redemption song - (Bob Marley & The Wailers - 1980)

 

En Juin 1980 parait 'Uprising ' l'ultime album de Bob Marley alors atteint  d'un cancer qui va l'emporter un an plus tard (le 11 mai 1981).Cet album paru chez Island sera le 15 ème album studio du plus célébre des artistes reggae et mettra  fin a une discographie débutée en 1965 chez Studio one

Comme pour nous laisser un témoignage ultime et même si Marley a déjà laissé a l'histoire de la musique des titres emblématiques ce disque se clôture avec une chanson qui va devenir universelle" Redemption song " "10 ème titre de 'uprising ' (le gros tube en sera ' could you be loved )  sonne comme le testament définitif  d'un Marley condamné  mais déjà élevé au rang d'artiste immortel  et de mythe éternel partout a travers la planète.

"Redemption song " va devenir par la portée  et la puissance du texte la chanson  qui dénonce l'esclavage et par la lutte des opprimés a travers la monde

Impossible de parler de Marley sans mentionner The Wailers fantastique formation musicale de Aston Barett ( basse, piano,guitare, percussions) , a  Carlton barret( drums, percussions) sans oublier le guitariste  Junior marvin, ils constituent l'ossature rythmique qui permet a la voix unique de Marley de s'envoler et de nous emporter avec elle

Rita Marley l'épouse de Bob (ils auront ensemble  3 enfants ) est présente ici avec les choeurs (the I Three) , elle est accompagnée de Marcia Griffith et Judy Mowatt. 

Le magazine 'Rolling stones' a classée ce titre a la 66 è place des 500 chansons esentielles de l'histoire de la musique.Sa place dans mon top 100 me semble plus qu'une évidence.

Une reprise bouleversante sera enregistrée en 2003 par Johnny Cash  et Joe Strummer ,présente sur le fabuleux coffret 'Unhearted '

 

Bob marlley and the Wailers - redemption song


podcast

 

 

 

Johnny Cash & Joe Strummer - redemption song


podcast

 

 

Paroles

Old pirates yes they rob I
Sold I to the merchant ships
Minutes after they took I from the bottom-less pit
But my hand was made strong
By the hand of the almighty
We forward in this generation triumphantly
Won't you help to sing these songs of freedom
Cause all I ever had redemption songs, redemption songs

Emancipate yourself from the mental slavery
None but ourselves can free our minds
Have no fear for atomic energy
Cause none a them can stop the time
How long shall they kill our prophets
While we stand aside and look
Some say it's just a part of it
We've got to fulfill the book
Won't you help to sing these songs of freedom
Cause all I ever had redemption songs, redemption songs

Emancipate yourselves from the mental slavery
None but ourselves can free our minds
Have no fear for atomic energy
Cause none a them can stop the time
How long shall they kill our prophets
While we stand aside and look
Yes some say it's just a part of it
We've got to fulfill the book
Won't you help to sing these songs of freedom
Cause all I ever had redemption songs
All I ever had, redemption songs
These songs of freedom, songs of freedom

14/10/2010

Top 100 -(100/89 There is a light that never goes out -The Smiths -1986)

C'est l'une des deux ou trois plus grandes chansons des Smiths et l'une des mélodies les plus représentatives de la pop anglaise des années 80 There is a light that never goes out est extraite d'un album fondamental et essentiel 'The Queen is dead' paru en 1986 et qui caracole toujours dans le peloton de tête des plus grands disques de ces dernières décennies. La chanson illustre avec justesse une certaine mélancolie et le mal de vivre d'une jeunesse en rupture avec un tissu social ou familial. Un chef d'oeuvre porté par la voix unique de Morissey et la rythmique époustouflante du guitariste Johnny Marr.

 

Mis a part le fait d’être l’une de mes chansons préférées de tout les temps ‘there is a light that never goes out ‘ est LA chanson qu'aurait aimé composer n'importe quel songwriter né entre 1960 et 1980. Tout ce que représente la musique de ce groupe majeur dont l'influence reste considérable et inégalée est condensé dans les quelques minutes de ce titre foudroyant et flamboyant, à la fois beau et triste à pleurer

Ce titre somptueux a été repris par une grande quantité d'artistes avec plus ou moins de réussite ,signalons cependant la très  belle 'cover' de The Divine Comedy, une reprise a l'initiative du magazine 'les Inrockuptibles en 1996 pour commémorer les 10 ans de l'album des Smiths 'the Queen is dead ' un album élu par le magazine 'meilleur  album des années 80

 

 

 

 

 

 

 

The Smiths -  There is a light that never goes out


podcast

 

 The Divine comedy -there is a light that never goes out

  


podcast



Paroles



Take me out tonight
Where there's music and there's people
And they're young and alive
Driving in your car
I never never want to go home
Because I haven't got one
Anymore

Take me out tonight
Because I want to see people and I
Want to see life
Driving in your car
Oh, please don't drop me home
Because it's not my home, it's their
Home, and I'm welcome no more

And if a double-decker bus
Crashes into us
To die by your side
Is such a heavenly way to die
And if a ten-ton truck
Kills the both of us
To die by your side
Well, the pleasure - the privilege is mine

Take me out tonight
Take me anywhere, I don't care
I don't care, I don't care
And in the darkened underpass
I thought Oh God, my chance has come at last
(But then a strange fear gripped me and I
Just couldn't ask)

Take me out tonight
Oh, take me anywhere, I don't care
I don't care, I don't care
Driving in your car
I never never want to go home
Because I haven't got one, da ...
Oh, I haven't got one

Oh, There Is A Light And It Never Goes Out
There Is A Light And It Never Goes Out
There Is A Light And It Never Goes Out

 

 



07/10/2010

Top 100 - 100/90- Loser ( Beck 1994)

 

Quand ‘loser’ OVNI musical total débarque sur la planète au milieu des années 90 tout le monde découvre derrière cet incroyable morceau phénoménal Beck , musicien californien surdoué de 24 ans qui a déjà enregistré 4 albums grace a des labels indépendants .L’album ‘mellow gold ‘ sur lequel figure ce titre insensé va sortir chez Geffen et va propulser Beck au sommet du jour au lendemain .

Bien épaulé par MTV qui diffuse le titre en boucle le jeune américain va instantannément acquérir un statut d’artiste culte

Et il y a bien evidemment de quoi car ‘Loser’ est vraiment une tuerie absolue ,un titre hallucinant de trouvailles folles, un mélange bric a brac aux influences multiples .Tout a la fois pop, rock hip hop, country , folk. , ce titre inouï est un ‘ single ‘ époustouflant signé par un chanteur qui avec son physique d'éternel adolescent, sa gueule d'ange et sa désinvolture va vite se tailler à part dans l'histoire de la musique

 

Paroles  :

In the time of
chimpanzees I was a monkey
butane in my veins and I'm out to cut the junkie
with the plastic eyeballs, spray-paint the vegetables
dog food stalls with the beefcake pantyhose
kill the headlights and put it in neutral
stock car flamin' with a loser and the cruise control
baby's in Reno with the vitamin D
got a couple of couches, sleep on the love-seat
someone came in sayin' I'm insane to complain
about a shotgun wedding and a stain on my shirt
don't believe everything that you breathe
you get a parking violation and a maggot on your sleeve
so shave your face with some mace in the dark
savin' all your food stamps and burnin' down the trailer park
yo cut it
Soy un perdedor

I'm a loser baby, so why don't you kill me?
double-barrel buckshy
Soy un perdedor
I'm a loser baby, so why don't you kill me?
Forces of evil on a bozo nightmare

ban all the music with a phony gas chamber
'cuz one's got a weasel and the other's got a flag
one's on the pole, shove the other in a bag
with the rerun shows and the cocaine nose-job
the daytime crap of the folksinger slob
he hung himself with a guitar string
a slab of turkey-neck and it's hangin' from a pigeon wing
you can't write if you can't relate
trade the cash for the beef for the body for the hate
and my time is a piece of wax fallin' on a termite
that's chokin' on the splinters
Soy un perdedor

I'm a loser baby, so why don't you kill me?
get crazy with the cheeze whiz
Soy un perdedor
I'm a loser baby, so why don't you kill me?
drive-by body-pierce
yo bring it on down
soooooooyy....
(chorus backwards)
I'm a driver, I'm the winner
things are gonna change I can feel it
Soy un perdedor

I'm a loser baby, so why don't you kill me?
I can't believe you
Soy un perdedor
I'm a loser baby, so why don't you kill me?
Soy un perdedor
I'm a loser baby, so why don't you kill me?
Sprechen sie Deutch, baby
Soy un perdedor
I'm a loser baby, so why don't you kill me?
Know what I'm sayin'?

 

 

 

 

Beck    Loser


podcast

03/10/2010

Top 100 - 100 /91 - A Change is gonna come (Sam Cooke - 1964)

shakechange7.jpg

 

 

 

 

 

 

Sur la face B de Shake  chanson  frénétique que reprendra a son compte un certain Otis Redding  il y une petite chanson qui va  devenir immortelle.
Bien plus qu’une chanson  ce titre va un hymne visionnaire a l’image du   ‘blowin in the wind de Bob Dylan ou du ‘Dancing in the street’  de Martha & the Vandellas
Cette chanson  éternelle s’appelle ‘A change is gonna come ’et elle va devenir LA chanson emblématique de la libération du peuple noir des ghettos .
Plus que toute autre chanson ‘A change is gonna come ‘ va synthétiser  la prise de conscience politique et sociale du peuple noir américain

C'est non seulement  un titre historique et clairement  politique mais également une chanson fabuleuse aux harmonies soignées et sur laquelle Sam Cooke pose sa voix unique et bouleversante. Le titre figure sur le 16e album du chanteur, Ain't that Good News.

La chanson sera reprise par les plus prestigieux des artistes noirs (Aaron Neville, Aretha Franklin , George benson , Otis redding ). Plus proche  de nous en 2008  Seal pour 'Soul '   son disque de reprises  la reprendra a son tour

 

 

sam Cooke - a change  is gonna come


podcast

 

 

 Paroles

I was born by the river
In a little tent
And just like the river
I've been running ever since

It's been a long, long time coming
But I know a change gonna come
Oh, yes it is

It's been too hard living
But I'm afraid to die
I don't know what's up there beyond the sky

It's been a long, long time coming
But I know a change gonna come
Oh yes it will

Then I go to my brother
I say brother help me please
But he winds up knocking me
Back down on my knees

There's been times that I thought
I wouldn't last for long
But now I think I'm able to carry on
It's been a long, long time coming
But I know a change is gonna come
Oh, yes it will

 

 

George Benson  -  a  change is gonna  come


podcast

 

 

 

 

Top 100 - 100/92-Hey Joe (Jimi hendrix 1967)

 

image.jpg

 

 

 

 

 

Hey Joe est une chanson composée par un quasi inconnu Billy Roberts en 1962 pour le groupe the Leaves mais cette chanson qui aurait pu rester inconnue de tous a croisée sur sa route un certain Jimi Hendrix qui la popularisée au point de se l'approprier totalement

C'est le premier enregistrement du Jimi Hendrix Experience. Le disque est autoproduit, et chose incroyable plusieurs compagnies le refusent jusqu'à ce que Polydor accepte finalement.

Le single sort en décembre 66 et coïncide avec les débuts du groupe dans la dernière d'une émission phare de la télévision anglaise "Ready Steady Go !". Le 5 janvier 1967, "Hey Joe" entre en 41ème position des charts anglais. Un mois plus tard il est numéro 6. C'est une version moins country à la radio, interprété par Tim Rose en 1965 qui inspira Jimi pour sa version devenue éternelle. Elle figure sur le premier album d'Hendrix 'are you exêrienced ' paru en 1967

Notre Johnny national y est allé de sa version (en français) puis c'est le regretté Alain Bashungqui en proposera une magnifique reprise (egalement en français) que l'on trouvera en bonus sur le ' live Tour 1985'

Ce titre trés populaire a aussi été enregistré par The Byrds , Deep Purple, Patti Smith ,Tina Turner  ou encore Willy De Ville pour n'en citer que quelques uns.

  

 Jimi Hendrix  : Hey Joe




podcast

 

Paroles

Hey Joe 

 

Hey Joe,
where you goin' with that gun in your hand?
Hey Joe,
I said where you goin' with that gun in your hand? Alright

I'm goin' down to shot my old lady
you know, I caught her messin' around with another man, yeah
I'm goin' down to shot my old lady
you know I caught her messin' around with another man,
Huh, and that ain't too cool

Hey Joe
I heard you shot your woman down, you shot her down, now
H-hey Joe
I said I heard you shot your old lady down,
you shot her down to the ground,... yeah

Yes I did, I shot her
You know I caught her messin' round, messin' round town
Uh-yes I did, I shot her
You know, I caught my old lady messin' around town
And I gave her the gun,
I shot her!


Ah...Hey Joe, alright
Shot her one more time again, baby

yeah, Ah, dig it Ah
Ah, ... Ooo, alright

Hey Joe, said now
uh-where you gonna run to now?
Where you gonna run to?
Hey Joe, I said
where you gonna run to now?
Where you, where you gonna go?
Well, dig it!

I'm goin' way down south,
way down to Mexico way
Alright! I'm goin' way down south,
way down where I can be free
Ain't no one gonna find me
Ain't no hangman gonna,
he ain't gonna put a rope around me
You better believe it right now!
I gotta go now

Hey, hey Joe,
you better run on down
Goodbye everybody, ow!
Hey, hey-hey Joe, uhh,
run on down

  

 l'original

The Leaves - hey  Joe


podcast

 

la version de Tim Rose qui inspira Jimi

Tim Rose - hey  Joe


podcast

 

 

01/10/2010

Top 100 - 100/93-Don't think twice it's alright (Bob Dylan -1963)

 

 

Extraite de 'the freewheelin Bob Dylan "don't think twice it's alright" date de 1963 et s'impose de toute évidence comme l'une des plus grandes chansons du répertoire de Bob Dylan

C'est une chanson que Dylan présenta comme « une affirmation selon laquelle on peut peut-être se dire à soi-même de mieux se sentir" Ce titre devenu emblématique fut l'un des premiers tubes commerciaux de Dylan , il y est clairement question de Suze Rotolo le premier grand amour de Bob (elle figure avec Bob bras dessous , bras dessous sur la pochette de " the freewhelin bob dylan" )

Ce second album de Dylan comporte des chansons historiques a l 'image de blowin ' in the wind " ' masters of war ' the girl from north country' ou ' a hard rain 's gonna fall' titres présents sur ce disque indispensable ou le talent et le génie musical et poétique de Bob Dylan (alors agé de 22 ans !!!) explose littéralement a la face du monde

Un mot enfin sur cette P..... de voix unique qui donne le frisson a chaque écoute ( et dieu sait si des écoutes il y a eu quelques unes)

Précisons enfin que ce titre sublime a été repris par une grande quantité d'artistes venus de tout horizons , citons parmi les plus belles reprises Waylon Jennings , Susanna & the Magical orchestra , Indigo girls , Mélanie Safka sans oublier ma favotite celle de John Martyn parue en 1967 sur son premier album 'London conversation'

  

 Bob Dylan - don't think twice it's alright


podcast

  

 

 Paroles :

 

It ain't no use to sit and wonder why, babe
It don't matter, anyhow
An' it ain't no use to sit and wonder why, babe
If you don't know by now
When your rooster crows at the break of dawn
Look out your window and I'll be gone
You're the reason I'm trav'lin' on
Don't think twice, it's all right

It ain't no use in turnin' on your light, babe
That light I never knowed
An' it ain't no use in turnin' on your light, babe
I'm on the dark side of the road
Still I wish there was somethin' you would do or say
To try and make me change my mind and stay
We never did too much talkin' anyway
So don't think twice, it's all right

It ain't no use in callin' out my name, gal
Like you never did before
It ain't no use in callin' out my name, gal
I can't hear you any more
I'm a-thinkin' and a-wond'rin' all the way down the road
I once loved a woman, a child I'm told
I give her my heart but she wanted my soul
But don't think twice, it's all right

I'm walkin' down that long, lonesome road, babe
Where I'm bound, I can't tell
But goodbye's too good a word, gal
So I'll just say fare thee well
I ain't sayin' you treated me unkind
You could have done better but I don't mind
You just kinda wasted my precious time
But don't think twice, it's all right

 

 

 

 

20/09/2010

Top 100 - 100/94- Going to california ( Led Zeppelin - 1971)

 

Bien qu’etant devenu un groupe cultissime led Zeppelin  fut tout sauf ce qu’on pourrait appeller un groupe a ‘singles ‘ (même si ‘stairway to heaven est devenue l’une des chansons les plus connues au monde)  pourtant c’est avec ‘going california (tiré du même album IV) que tout le genie du Zep explose véritablement , une intro fabuleuse , et la voix de Robert Plant unique , qui monte et qui vient vous arracher les tripes pour nous emmener haut , tres haut

On a souvent (a raison d’ailleurs) focalisé sur Jimmy Page guitariste fantastique (le plus grand peut etre avec Hendrix) et sur John Bonham qui a totalement révolutionné la batterie mais ici c’est la plus grande voix masculine du blues blanc ; (l’équivalent de janis Joplin chez les femmes) qui transcende ce titre hallucinant et .... halluciné

indémodable et indispensable

 



Paroles

 Spent my days with a woman unkind,
Smoked my stuff and drank all my wine.
Made up my mind to make a new start,
Going to california with an aching in my heart.
Someone told me there's a girl out there
With love in her eyes and flowers in her hair.
Took my chances on a big jet plane,
Never let them tell you that they're all the same.
The sea was red and the sky was grey,
Wondered how tomorrow could ever follow today.
The mountains and the canyons started to tremble and shake
As the children of the sun began to awake.
Seems that the wrath of the gods
Got a punch on the nose and it started to flow;
I think I might be sinking.
Throw me a line if I reach it in time
I'll meet you up there where the path
Runs straight and high.
To find a queen without a king;
They say she plays guitar and cries and sings.
La la la la
Ride a white mare in the footsteps of dawn
Tryin' to find a woman who's never, never, never been born.
Standing on a hill in my mountain of dreams,
Telling myself it's not as hard, hard, hard as it seems.

 

 

Led Zeppelin - going  to california


podcast

 



16/09/2010

Top 100 - 100/95 - Space Oddity (david Bowie -1969)

Space oddity  ou quand Bowie avSpaceOddity.jpgant d'inventer Ziggy  est  deja en avance sur son temps et installe ce titre lumineux  et obsessionnel dans la mémoire collective avant  même que l'homme ne pose le premier pas sur la lune.

Une chanson sublimée par la fascination de Bowie pour l'espace , peu de temps après son groupe s'appellera 'the spiders from mars ' et l'une de ses plus belles compositions a venir sera 'Life on mars '

La chanson illustrera d'ailleurs  la retransmission par la BBC des images de l'alunissage d'Apollo 11, Space Oddity constitue également le premier succès de Bowie auprès du grand public (numéro 5 au Royaume-Uni, puis numéro 1 lors de sa réédition en 1975). Son titre, signifiant littéralement : bizarrerie de l'espace, renvoie à celui du film de Stanley Kubrick 2001: A Space Odyssey, sorti l'année précédente.

La chanson raconte l'histoire d'un jeune astronaute, nommé Major Tom, sous la forme d'un dialogue entre le contrôle au sol et l'astronaute. Le décollage se déroule à la perfection (« you've really made the grade »), mais après sa sortie dans l'espace, le Major Tom semble s'abandonner à son vaisseau (« I think my spaceship knows which way to go ») et à l'espace ; il ne répond plus malgré l'insistance du contrôle au sol (« Can you hear me, major Tom? »).

Défnitivement visionnaire ce titre apparaît sur le second album de Bowie 'space oddity ' en 1969

 

David Bowie -space oddity


podcast

 

 

Paroles :

Ground control to major Tom
Ground control to major Tom
Take your protein pills and put your helmet on
(Ten) Ground control (Nine) to major Tom (Eight)
(Seven, six) Commencing countdown (Five), engines on (Four)
(Three, two) Check ignition (One) and may gods (Blastoff) love be with you

This is ground control to major Tom, you've really made the grade
And the papers want to know whose shirts you wear
Now it's time to leave the capsule if you dare

This is major Tom to ground control, I'm stepping through the door
And I'm floating in a most peculiar way
And the stars look very different today
Here am I floatin' 'round my tin can far above the world
Planet Earth is blue and there's nothing I can do

Though I'm past one hundred thousand miles, I'm feeling very still
And I think my spaceship knows which way to go
Tell my wife I love her very much, she knows
Ground control to major Tom, your circuits dead, there's something wrong
Can you hear me, major Tom?
Can you hear me, major Tom?
Can you hear me, major Tom?
Can you...
Here am I sitting in my tin can far above the Moon
Planet Earth is blue and there's nothing I can do

13/09/2010

Top 100 - 100/96 - These boots are made for walking ( Nancy Sinatra -1966)

 

83a21295a57a3d452411378aa1d94ff9.jpg

 

 

 

 

 

 

Nancy Sinatra - These boots are made for walking


podcast

 

 

Petit bijou pop composé par Lee Hazelwood  décédé en aout 2007)  "These boots are made for walking' est un tube totalement irrésistible  écrit sur mesure pour Nancy Sinatra. Ce hit absolu (N°1 aux états _unis et en Grande  bretagne ) est présent sur l'album 'boots(1966) . Second " single " extrait  de cet album mythique (apres 'so long babe') .La chanson  ,  mélange delicieux  de pop  , de rock  , de country va devenir un hit énorme grâce a  l'interprétation de  Nancy Sinatra , la  fille de Nancy et de franck  Sinatra .la jeune artiste née en 1940 va d'abord timidement s'essayer au  cinéma puis démarrer dans la chanson et verra  sa carrière transcendée par son association avec Lee Hazelwood. La discographie de cette icône pop  regroupe pres de 25 albums (compilations incluses) et contient quelques merveilles absolues ( summer wine - some velvet morning- somethin' stupid - bang bang .....).   'these boots are made for walking est devenue au fil des ans un titre symbole de l'émancipation des femmes.  Pour l'anecdote ce titre est  lié a une page  sinistre de l'histoire des états-unis  , en effet   " these boots are made for walking ' fut choisie par le F.B.I  et le B.A.T.F (bureau of  alcohol ,tobacco firearms & explosives) pour etre  diffusé en boucle  lors  du siège de Waco  afin de déstabiliser psychologiquement le gourou david Koresh enfermé avec sa secte depuis  28 février 1993 jusqu'à l'assaut final tragique du  19 avril

 

Paroles

You keep saying you've got something for me.
something you call love, but confess.
You've been messin' where you shouldn't have been a messin'
and now someone else is gettin' all your best.

These boots are made for walking, and that's just what they'll do
one of these days these boots are gonna walk all over you.

You keep lying, when you oughta be truthin'
and you keep losin' when you oughta not bet.
You keep samin' when you oughta be changin'.
Now what's right is right, but you ain't been right yet.

These boots are made for walking, and that's just what they'll do
one of these days these boots are gonna walk all over you.

You keep playin' where you shouldn't be playin
and you keep thinkin' that you´ll never get burnt.
Ha!
I just found me a brand new box of matches yeah
and what he know you ain't HAD time to learn.

These boots are made for walking, and that's just what they'll do
one of these days these boots are gonna walk all over you.


Are you ready boots? Start walkin'!

 

09/09/2010

Top 100 - 100/97 -Sunday morning (The Velvet Underground 1967)

 

sunday-morning.jpg  " Sunday morning " est un titre de légende qui ouvre l'un des albums les plus fascinants de toute la musique pop- rock .' a savoir le célébrissime premier album du velvet underground.enregistré en 1966 et sorti en 1967 cet album est baptisé 'the velvet underground & Nico ".mais il est plus communément appellé 'album a la banane ' en raison de la pochette dessinée par Andy Warhol alors mécène du sulfureux groupe de New York  .The Velvet underground & Nico reste le disque sur lequel on découvrira la voix incroyable de Nico associée a plusieurs titres de ce disque.

C 'est d'ailleurs Nico en personne qui devait a l'origine chanter sur cette envoûtante balade mais elle devra se contenter des choeurs , c'est Lou Reed qui se chargera de poser sa voix sur ces 2 '56 de pur bonheur .

A noter que le son particulier et harmonieux de l'intro de  cette balade  provient d'un instrument  de musique batisé célesta , C'est John Cale qui  eut l'idée d'utiliser ce curieux instrument  a la tonalité  surprenante.

 

Paroles:

 

Sunday morning, praise the dawning
It's just a restless feeling by my side
Early dawning, sunday morning
It's just the wasted years so close behind

Watch out, the world's behind you
There's always someone around you who will call
It's nothing at all

Sunday morning and I'm falling
I've got a feeling I don't want to know
Early dawning, sunday morning
It's all the streets you crossed, not so long ago

Watch out, the world's behind you
There's always someone around you who will call
It's nothing at all

Watch out, the world's behind you
There's always someone around you who will call
It's nothing at all

Sunday morning
Sunday morning
Sunday morning

The velvet Underground & Nico  - Sunday morning


podcast

 

 

08/09/2010

Top 100 - 100/98 -Creep ( Radiohead -1993)

radiohead_creep_200x200.jpg

 

 

 

 

 

 

C'est sur la bande-son de " Cyclo" un film franco vietnamien réalisé par Han Hung tranh en 1995   (palme d'or au festival de Venise) que j'ai découvert ce titre incroyable de Radiohead,ce titre fût le premier single du groupe extrait de leur premier album 'Pablo Honey " sorti en 1993

La chanson alors envoyée aux radios britanniques fut boudée  et parfois même carrément refusée en raison d'une part d'un climat jugé trop dépressif mais également a cause des paroles 'You're fucking so special' qui semblaient poser problème a la censure anglaise. Creep passa donc quasiment inaperçue et c'est grâce a leur second 'single ' " Anyone can play guitar" que le groupe d'Oxford se fit véritablement connaître

Ce titre désormais indissociable au groupe de thom Yorke a depuis pris sa revanche devenant une chanson culte semblable au 'smells like teen spirit ' de Nirvana' de par son impact auprès de toute une génération qui  va  au fil des ans élever Radiohead au statut de groupe  de référence ultime. Le  groupe s'est imposé depuis  album apres album comme l'une des références incontournables et indiscutables  de ces 20 dernières années

 

  

Paroles :

 

When you were here before
Could'nt look you in the eye
You're just like an angel
Your skin makes me cry

You float like a feather
In a beautiful world
And I wish I was special
You're so very special

But I'm a Creep
I'm a weirdo.
What the hell am I doing here?
I don't belong here.

I dont care if it hurts
I wanna have control
I want a perfect body
I want a perfect soul

I want you to notice
When I'm not around
You're so very special
I wish I was special

But I'm a Creep, I'm a weirdo.
What the hell am I doing here?
I don't belong here.

She's running at the door
She's running out
She's run run run running out...

Whatever makes you happy
Whatever you want
You're so very special
I wish I was special...

But I'm a Creep, I'm a weirdo,
What the hell am I doing here?
I don't belong here.
I don't belong here.


Radiohead  -Creep

 podcast

07/09/2010

Top 100 - 100/99 -Hallelujah (Leonard Cohen -1984)

Si le grand public est tombé sur le cul en découvrant la magnifique version de  Jeff Buckley paru en 1994 sur l'album 'grace ' et si d'autres  l'ont  également découvert en 2001  sur la bande originale de " Shrek " interprétée cette fois  par Rufus Wainwright rien pourtant ne rivalise avec  le titre original enregistré par Leonard Cohen sur l'album  "various positions". en 1984

Au milieu des années 1980 Le canadien a offert l'une de ses plus grandes chansons. Une grande quantité outre les deux artistes cités plus haut ont enregistrée leur version de cette chanson sublime ,on retiendra  les versions de John Cale   , RegIna Spektor  ou encore K D Lang

 

leonard_cohen_hallelujah-150x150.jpg

 

 

 

 

 

 

Paroles

Now I’ve heard there was a secret chord
That david played, and it pleased the lord
But you don’t really care for music, do you?
It goes like this
The fourth, the fifth
The minor fall, the major lift
The baffled king composing hallelujah

Hallelujah
Hallelujah
Hallelujah
Hallelujah

Your faith was strong but you needed proof
You saw her bathing on the roof
Her beauty and the moonlight overthrew her
She tied you
To a kitchen chair
She broke your throne, and she cut your hair
And from your lips she drew the hallelujah

Hallelujah, hallelujah
Hallelujah, hallelujah
You say I took the name in vain
I don’t even know the name
But if I did, well really, what’s it to you?
There’s a blaze of light
In every word
It doesn’t matter which you heard
The holy or the broken hallelujah

Hallelujah, hallelujah
Hallelujah, hallelujah

I did my best, it wasn’t much
I couldn’t feel, so I tried to touch
I’ve told the truth, I didn’t come to fool you
And even though
It all went wrong
I’ll stand before the lord of song
With nothing on my tongue but hallelujah

Hallelujah, hallelujah
Hallelujah, hallelujah
Hallelujah, hallelujah
Hallelujah, hallelujah
Hallelujah, hallelujah
Hallelujah, hallelujah
Hallelujah, hallelujah
Hallelujah, hallelujah
Hallelujah

 

Leonard Cohen - Hallelujah


podcast

 

 

06/09/2010

Top 100 - 100/100 -Boys don't cry (The Cure -1979)

d66fbc2f59249c270d2ee300dff99c46.jpg

A l'aube des années 80 en une poignée de secondes,152 pour être précis Robert Smith jetait a la face du monde une petite chanson un peu folle , illustrée par une vidéo géniale et qui allait devenir l'un des plus formidables standards de le la New -Wave. Présent sur le second album des Cure 'Boys don't cry' sorti en février 1980 , cette chanson aurait pu être le premier"  single "du groupe mais on lui préféra 'killing an arab ' inspirée de l'étranger de Camus.

Pour la petite histoire ce titre appelé a devenir l'un des titres emblématiques du groupe avait été écarté du premier album 'Three imaginary boys ' paru en mai 1979. Il sera donc présent sur le second album et sortira en single en juin 1979 sous le label Fiction records quelques mois avant la parution de l'album

Boys don't cry sera repris par de nombreux artistes notamment par Grant lee Phillips , Superbus, Scarlett Johanson  ou encore Razorlight

 

 

paroles:

I would say I'm sorry
If I thought that it would change your mind
But I know that this time
I have said too much, been too unkind
I try to laugh about it
Cover it all up with lies
I try to laugh about it
Hiding the tears in my eyes

'Cause Boys don't Cry

I would break down at your feet
And beg forgiveness plead with you
But I know that it's too late
And now there's nothing I can do
So I try to laugh about it
Cover it all up with lies
I try to laugh about it
Hiding the tears in my eyes

'Cause Boys don't Cry

I would tell you
That I loved you
If I thought that you would stay
But I know that it's no use
That you're already gone away
Misjudged your limits
Pushed you too far
Took you for granted
I thought that you needed me more

I would do most anything
To get you back by my side
But I just keep on laughing
Hiding the tears in my eyes

'Cause Boys don't Cry
Boys don't Cry

 

The Cure - boys don't cry

 


podcast

 

 

R.I.P Jim Carroll (1950-2009)

Picture 5.png

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il aura choisi une drôle de date pour tirer sa révérence comme un pied de nez a cette Amérique dont il était devenu l'un des enfants terribles les plus emblématiques

 Né a New york  le 1er août 1950 ce personnage atypique et fascinant est donc mort le 11 septembre d'un arrêt cardiaque , Écrivain, poète et musicien punk  américain il était notamment  connu pour son livre autobiographique The Basketball Diaries qui a fait en 1995 l'objet d'un film dans lequel joue un Leonardo DiCaprio alors quasiment  inconnu .Avec son look entre Tom Verlaine et David Bowie Jim Carroll s'etait imposé comme l'un des plus brillants représentants de la contre culture des années 70-80  ,proche de Patti Smith , de Warhol Burroughs, ou encore  de Lou Reed il évoluait comme un poisson dans l'eau  dans cet  univers new yorkais underground qui le fascinait et ou il se sera comme tant d'autres  brulé les ailes

 Publié  en 1978" the basket ball diaries " décrit sans complaisance la décadence de Jim, un jeune homme blanc prometteur, joueur de basket brillant, dans le New York des années 1960. L'écriture d'un journal intime et la passion qu'il a pour le basket ne l'empêcheront pas de sombrer dans la dépendance à l'héroïne, de se faire renvoyer de son école ainsi que de son équipe puis de se brouiller avec sa mère et ses amis. Ce livre autobiographique  est devenu dès sa parution  l'une des oeuvres cultes de la littérature contemporaine américaine ;le film réalisé par Scott kalvert en 1995 et dans lequel Di Caprio se révèle absolument stupéfiant ne rencontrera malheureusement qu'un succès d'estime

 

Carroll formera ensuite a l'aube des années 80  un groupe  punk 'The Jim Carroll band ' le groupe sera composé de Brian Linsley (guitar) ,Wayne Woods (drums) , Stephen Linsley (bass) et Terell Wynne (guitar) et leur premier album en 1980  'catholic boy ' rencontrera un succès mitigé .

Par la suite Jim Carroll se partagera entre musique  (5 autres albums plutôt confidentiels) et l'écriture de nombreuses poésies .

 

Jim Carroll band - People who  died 


podcast

 

 

 

 

 

27/08/2010

Finistériens - (Miossec -2009)

26519.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour la reprise de ce blog après une longue pause conséquente (et volontaire)j'ai choisi de chroniquer 'Finistériens ' le 7ème album de Christophe Miossec  paru en Septembre dernier

pochette sublime toute en sobriété et  qui rapelle un peu celle de 'boire ' le disque mythique de 1995 et titre qui semble reconcilier le brestois avec ses raçines ,Miossec a d'ailleurs fait appel a son copain Yann Tiersen pour la production de cet album

'A Montparnasse ' le' single ' diffusé sur les ondes laissait  esperer un album de belle facture mais pourtant apres plusieurs écoutes il en ressort un curieux sentiment d'irregularité et de fadeur  car  on a l'impression que le disque est un peu baclé, un peu monotone.

Si certains titres font mouche a la fois par les textes et la voix  toujours pleine d'emotion  de Miossec 'les joggers du dimanche ",  "seul ce que j'ai perdu "  (hommage a jeff Bodart  son pote BRUXELLOIS  décédé en Mai 2008), " jésus au PMU ' " une fortune de mer ' et ' A Montparnasse '  ,le reste est plutot moyen  ("nos plus belles années " " CDD " ) voire carrément dispensable ("hais  moi "  , " les chiens de paille ') un disque mi  figue mi raisin pour le breton  qui de toute évidence  semble s'être  certes assagi  mais  peut etre aussi un petit peu (trop ) assoupi.

 

 

Miossec - Les joggers du dimanche


podcast

23:44 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : miossec, finisteriens

20/03/2009

Play Blessures (alain bashung 1982)

49135442.gif

 

 

 

 

 

 alain Bashung - j'envisage

 


podcast

 

 

 

En 1982 paraissait un album qui  allait  sur le tard saffirmer comme lun des disques les plus importants de la chanson française des trente dernières années tout genres confondus.

La rencontre de Bashung héritier rockn roll d'une génération perdue  quelque part entre Cochran et  Gene Vincent  avec Gainsbourg  va savérer éblouissante.  Serge a toujours fait chanter des voix féminines avec plus ou moins de réussites mais  ses  collaborations masculines ne sont a ce jour  que dispensables (Chamfort) pourtant  cette fois  cest une osmose complète  entre le maître et celui qui n'est encore qu'un élève

play  blessures va se révéler totalement éblouissant  avec ses textes au couteau au langage codée de circonstance, sur fond de new wave étourdissante ,  personne en France  ne tiendra la distance face aux deux acolytes qui vont s'entendre comme larrons en foire ; leur goût commun pour la nuit et la déglingue  les rapproche et ensemble ils vont accoucher de ce diamant musical noir et froid comme la nuit.  Fils spirituel de Gainsbourg   , Bashung  va tourner une page importante  pour  la suite de sa carrière  avec ce disque inouï  de ‘martine Boude   a  Volontaire ' en passant par jenvisage ' les titres  s'enchaînent dans ce disque glauque , plein de souterrains et de secrets ,  berçé par une ambiance lunettes noires , alcool et clopes  et un climat malsain pas forcement accessible  aux premières écoutes  mais qui reviendra toujours  hanter lauditeur qui aura su trouvé les clefs pour rentrer dans  cet univers fascinant.

Play blessures sera comme une seconde naissance pour Bashung  qui chante de sa voix unique, traînante et habitée dans ce disque ou lalsacien enterre défintivement le chanteur  a tubes  de vertige de l'amour  ou de Gaby oh Gaby !  Je dédie cette angoisse a  un chanteur disparu  mort de soif dans le désert de Gaby  dit il d'ailleurs  dans jcroise aux hébrides   Play Blessures donnera laudace a Bashung  de réaliser   Novice quelques années plus tard tout seul comme un grand  mais qui savérera  finalement un chef d’œuvre maudit .Il se dégage aujourd'hui encore une curieuse impression a l'écoute  de ce Play blessures car sagissant dune collaboration Bashung- Gainsbourg on a l’étrange impression que le grand Serge conscient du talent de son protégé  est pour une fois resté dans lombre  laissant a  Bashung  le soin de prendre son envol

13:54 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0)

19/03/2009

j'etais censé

Mes bras connaissent  ou Bashung au sommet , tout en haut , inaccesible et magnifique immense  moment je le  sais ,j'etais dans la salle devant ,au premier rang tout pres de l'artiste , tout pres d''un  Bashung astral et solaire

J'étais censé t'étourdir
Sans avion sans élixir
J'étais censé te soustraire
À la glu

Les impasses
Les grands espaces
Mes bras connaissent
Mes bras connaissent
Une étoile sur le point de s'éteindre

J'étais censé te ravir
À la colère de Dieu

La douceur d'un blindé
Le remède à l'oubli
Mes bras connaissent
Mes bras connaissent

Mes bras connaissent
La menace du futur
Les délices qu'on ampute
Pour l'amour d'une connasse

J'étais censé t'encenser
Mes hélices se sont lassées
De te porter aux nues
Je me tue à te dire
Qu'on ne va pas mourir

Sauve toi
Sauve moi
et tu sauras où l'acheter le courage

J'étais censé t'étourdir
Sans aviron sans élixir
J'étais censé te couvrir
À l'approche des cyclones

Mes bras connaissent
Mes bras connaissent
Sur le bout des doigts

La promesse d'un instant
La descente aux enfers
Mes bras connaissent
Mes bras mesurent la distance

Sauve toi
Sauve moi
Et tu sauras où l'acheter le courage

J'étais censé t'étourdir
Sans aviron sans élixir
J'étais censé t'extraire
Le pieu dans le coeur
Qui t'empêche de courir

Mes bras connaissent
Mes bras connaissent
Mes bras connaissent
Une étoile sur le point de s'éteindre

Mes bras connaissent
Mes bras connaissent
Sur le bout des doigts

Mes bras connaissent

Mes bras connaissent
Une étoile sur le point de s'éteindre

Mes bras connaissent

Sauve toi
Sauve moi

Mes bras connaissent

 

 Alain Bashung  - mes bras connaissent  ( live au bataclan 2003 )


podcast

15:04 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : bashung

14/03/2009

R.I.P Alain bashung (1947-2009)

 

alain bashung.gif

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

On le redoutait mais on osait croire que le destin se tromperait , il n'en fut malheureusement  rien

Certes  pour l'avoir vu diminué lors de la dernière tournée a l'Olympia on pouvait craindre le pire mais l'homme malgré la maladie restait tellement présent ,tellement vivant

la présence aucun autre mot ne peut mieux définir le sentiment dégagé par Bashung , présence, talent, humilité, intensité ,pudeur,

"un jour je parlerai moins jusqu'au jour ou je ne parlerai plus "  le sens des paroles de 'président résident de la république' titre majeur de 'bleu pétrole" son ultime chef d'oeuvre plébiscité par la critique et par le public prend aujourd'hui une bien triste signification

Bashung pour moi était le plus grand de tous , un astre noir ,  le diamant brut de la chanson française , un intouchable , un inclassable , LA référence définitive  ,ni variété, ni rock mais tout cela a la fois , il planait haut bien au dessus des autres .Depuis des décennies il nous régalait de chansons  tantôt sublimes ( la nuit je mens - madame rêve -angora -les grands voyageurs -  comme un lego) tantôt  décalées ( what's in a bird - vertige de l'amour- osez joséphine) il illuminait aussi chaque chanson qu'il reprenait en se l'appropriant ( écoutez sa version bouleversante des 'mots bleus ' ou de ' avec le temps ' il était de son vivant l'égal d'un Gainsbourg avec qui il avait collaboré pour le fantastique 'play blessures" en 1982 ou d'un Férré  , sa mort tragique et prématurée le hisse encore plus haut dans la légende ;il laisse tous ceux qui l'aimait orphelin de son  talent , de sa poésie et de sa générosité

 

alain bashung -avec le temps

 


podcast

 

20:47 Publié dans Culture, Musique, Société | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : bashung

06/02/2009

C'est Chic (Chic -1978)

C'est%20Chic.jpg
Sous cette pochette très classe (très années 80 aussi) se cache pourtant l'un des albums les plus incontournables de la musique "black" de ces dernières décennies , arrangements soignés , son énorme, groove quasiment palpable , un disque qui respecte a la fois les codes de la musique 'soul'  et qui est , de surcroit  une véritable machine a danser. Cet album paru en 1978 sera celui de la consécration pour Chic Le groupe de deux artistes majeurs de la scène 'black' Nile Rodgers et Bernard Edwards
Quelques part entre The crusaders et le " Philadelphia sound"des seventies Chic  impose un style unique qui les fera entrer dans la legende et dans la gloire . Deuxième album du groupe 'C'est Chic '  contient des titres majeurs qui vont faire le bonheur des clubs  "le Freak " bien évidemment mais aussi "Chic Cheer" et son intro stupefiante, "I want  your Love " mais aussi une balade somptueuse 'At last i'm free'une très belle chanson sur l'émancipation du peuple noir ( un titre qui  sera repris quelques années plus tard par Robert Wyatt)
Après le décollage planétaire du son caractéristique de Chic le groupe va au travers de Rodgers et Edwards distiller son génie et son savoir-faire au service  d'artistes en mal de succès  avec le virage difficile  des années 80 , David Bowie (let's dance)  ou  encore Diana Ross leur doivent beaucoup
 
 
Chi - I  Want  your  love

podcast

19:21 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : chic