Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/11/2015

Les Disques de ma Vie (1961 - ?)

En construisant semaine après semaine  mon Top 100  je me suis souvenu des dizaines , des centaines et des centaines de vinyls , de cassettes , de CD qui ont accompagnés mon existence et l'idée de cette rubrique inévitablement baptisée  'Les Disques de ma vie  " m'a semblé soudain évidente

Il ne s'agit pas ici de parler de classement a l 'image de mon  top 100 proposé sur ce   blog   ni de discographies sélectives des dernières décennies  ,

Non ici c'est  plutôt le coup de coeur qui sera mis en avant , je parlerai de ce que ma mémoire a retenu sans se soucier de l'importance ou du poids de la chanson , du 45 tours ou de l'album en question dans l'histoire de la musique

Il y aura forcément des choses archi connues et d'autres beaucoup moins , il  y aura des chefs d'oeuvres et des bides total, des célébrités et des anonymes il y aura des titres qui évoqueront pour moi et pour moi seul  des sentiments  , des émotions .

Entre le dispensable et l'incontournable ,entre l'essentiel et le futile, j'essaierai l'espace du temps de la lecture de ces lignes et de l'écoute  de quelques titres de partager avec vous et sans respecter forcément la chronologie de toutes ces  années ce  voyage dans le passé.

Sans être un adepte de ce que Woody Allen appelle dans son formidable Minuit a paris "le syndrôme de l'âge d'or " ( qui consiste  d'une manière un peu simpliste a considérer que tout était  mieux par le passé) j'estime avoir eu la chance de découvrir l'univers  musical a mon époque (c'est a dire a partir de 1972 soit a  l'age de douze ans environ) dans un environnement bien plus réceptif et moins confus que celui de la jeunesse actuelle qui ,malgré l'abondance et la richesse de toutes les possibiltés offertes par les nouvelles  technologies (mp3, blogs,plate formes de téléchargements, podcast, chaînes TV musicales , multitude de radios FM, baladeur , internet.......la liste est longue ) me semble plutôt tâtonner et picorer de la musique par ci par la 

Consommer , consommer sans prendre le temps véritablement d'écouter ou d'apprécier.c'est un peu l'impression que je retiens de notre époque  , j'espere juste me tromper. Certains trouveront ce constat  un peu sevère  il me semble malheureusement plus vrai de jour en jour. 

 

The  Les Humphries singers - Mama loo (45t 1973)  

label  : Decca

tracks   Mama -loo  -I'm from the south ;I'm from Ge O Orgia 

humphries.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Commençons donc par la préhistoire ,enfin ma  préhistoire a savoir le premier 45 t acheté en supermarché  bien entendu car dans les années 70 il n'existait nul autre endroit ( a ma connaisance et a celle de mes  parents) pour se procurer des disques

Le groupe s'appelle The Les Humphries Singers Ils sont allemands (je l'ai appris bien plus tard) et ils surfent sur la vague  baba cool ,pattes d'éléphants et il y a parmi cette bande de joyeux  lurons  hétéroclites l'une des trois futures chanteuses d'un autre groupe qui décrochera le jack-pot a la fin des années 70 ,  Boney M

le groupe a été formé par Les Humphries un britannique et il représentera l'Allemagne a l'eurovision de 1976 .

La pochette parle d'elle meme et la chanson ne vaut pas un clou je l'avoue elle s'apelle Mama-Loo mais c'est bien ce titre  la , et pas un autre qui reste pour toujours le premier 45t acheté (et choisi) du haut de mes 12 ans.

Sur ce 45t historique pièce de mon musée musical  personnel  on peut lire écrit  et souligné a l'encre noire baveuse et dans un anglais balbutiant 'This record is the first record that I've Bough '  

 

The Les Humphries singers  - Mama -loo

podcast

 

 

Anarchic System  - Royal summer (45 t  1973)

label  AZ Records 

 

tracks   Royal summer  - Royal summer (instrumental) 


royal summer.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Certains ont eus de la chance de pouvoir embrasser une fille pour la première fois sur une chanson  au minimum écoutable .

Pour  moi , ce fût les épouvantables Anarchic System groupe français de Lille (mais qui faisait  tout pour  paraître américain) alors très en vogue dans ce début des années 70 qui reste associé aux souvenirs  des premières "boums" et du premier  flirt 

Je me souviens même de la chorégraphie improvisée ou les 'jeunes couples en herbe ' dansaient filles d'un coté ,  garçons de l'autre en avançant et en reculant pour déposer sur les lèvres de leurs partenaires un baiser a chaque  approche  c'était l'été 1973 entre enfance et adolescence ,une époque bénie et même si la chanson était bien pourrie elle reste dans ma  mémoire pour l'éternité.                                            

 

 

Anarchic System  Royal Summer

 

podcast
 

 

 

The Crusaders  - Street life  (Maxi 45t 1979)

 

 the_crusaders_-_street_life.jpg

 

 

 

 

 

 

 

Fin des années 70 J'ai evidemment découvert les pistes des  discotheques de ma région (parfois  en apres  midi  le  dimanche entre 14h et 19h )  

Nous sommes alors en pleine vague des maxis 45t et dans la lignée des  Earth Wind and Fire , Kool and the Gang  Je reste quant  a moi bloqué  sur The Crusaders et sur Street  life  bijou absolu de jazz funk un  titre qui a accompagné mes 18 ans

une  merveille  rythmique écoutée , réécoutée  puis oubliée durant des années   Street life se rappelant  brusquement a ma mémoire en 1997 en visionnant "Jackie Brown" le formidable film de Quentin Tarantino (avec  une incroyable bande-son par ailleurs)

De disque de ma  jeunesse ce Maxi 45t est devenu disque de vie tout  court

 

 The Crusaders -  Street  Life


podcast

 

 

 Simon & Garfunkel  - Simon and Garfunkel's  Greatest  hits  

(33Tours 1972)

 

label  Columbia

 

d09842tnp8x.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

C'est le tout premier album que j'ai repéré dans la discothèque familiale ,il était  la, un peu esseulé  ce" greatest hits" (le premier enregistré par le célèbre duo) et je me régalais a chaque écoute sur la platine disque  du salon des 17 titres  proposés sur cet abondante compilation

Les chansons courtes , rythmées , m'enthousiasmaient  déjà je n'aimais pas 'el condor pasa ' ou ' cecilia '(affreusement repris par Joe dassin) et déjà je craquais pour' Bookends 'For Emily whenever Y may find here ' ou encore pour ' scarborough fair '

cet album qui réunit les standards de ce duo inoubliable m'a initié a la folk ,tout ce que j'aimerai par la suite sera inévitablement et forcément influencé par cette découverte majeure

Ce 33 Tours l'un des rares  disques  hors variétés française ou hors disques latino de mes  parents fût pour moi comme un baptême révélateur ; j'ai depuis au cours des  années bien que m'éloignant de Simon & Garfunkel conservé une tendresse infinie pour ce duo magique

 

tracks

face A

1 Mrs Robinson (3.51)

2 For Emily whenever I may find Her (2.25)

3 the boxer (5.08)

4 the 59 thstreet bridge song ( feelin' groovy 1'50)

5  The sound of silence (3.07)

6  I am a rock (2 .52)

7  scarborough fair (3.09)

Face  B

1 Homeward bound (2.42)

2 bridge over troubled water  ( 4 .51)

3 america ( 3.33)

4 kathy's song (3.22)

5 el condor pasa  ( 3.07)

6 bookends  ( 1.19)

7 cecilia ( 2.53)

 

 Simon and Garfunkel -For Emily whenever I may find Her 


podcast

 

 

Oldies but goodies ( compilation  singles K7 -1985 )

Label  Virgin

Je me  souviens   être  tombé sur cette K7 (achetée d'occasion  sur un marché aux puces) une compilation Virgin et qui répondait au titre de Oldies but goodies

paru depuis quelques temps cette  compilation et  les titres incroyables que je vais découvrir vont marquer a jamais  ma mémoire

The Ruts ,The Gladiators ,althea and Donna , Devo , Orchestral manoeuvres in the dark ou encore XTC je prends une claque énorme , certes je connais deja quelques artistes de cette compilation historique (pour moi) Genesis, The Sex Pistols , UB 40 mais dans l'ensemble la découverte de ces 'singles ' vont me permettre un virage musical a 180° et la plupart de ces 'singles' vont devenir au fil des ans des standards indélogeables de mes futures play -lists.

La chose se vérifie encore aujourd'hui.

Historique je vous dit !

849315689.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

Track list

 

1 Mike Olfield  tubular bells

2 The Ruts  jah War

3 The sex pistols -anarchy in the UK

4 Devo -satisfaction

5 Althea and donna  - up town ranking

6 UB 40 -Food for though

7 The Motors  -airport

8 Genesis -follow you follow me 

9 Peter Gabriel - Solsbury hill

10 Blue Rondo a la turk -Mr and Mrs sanchez 

11 XTC  - Making  plans for nigel

12 Heaven 17 - we don't need this fascist groove thang

13  Clifford T Ward -gaye 

14 Rare bird   - sympathy

15 Orchestral manoeuvres in the dark -Enola gay

16 Martha and the muffins  - echo beach

17  The Flying Lizards -Money (that's what I want)

18 Madness -one step beyond

19 The Gladiators  -stick a bush

20 Japan  -visions of China

 

 

XTC -making plans for nigel

podcast

 

Martha and the muffins - echo beach


podcast

 

 

Testament du rock  -  Volume 1

 Disque 33 tours -Compilation

 Label   Music  for Pleasure (1974) 

 

 testament du rock  face.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Acheté vraisemblablement dans une grande surface cette compilation marque pour moi la véritable découverte du rock 'n roll  ,certes mes parents m'ont  parlé de Bill Haley and the Comets  ou des Platters des groupes dont j'ai pu voir quelques exemplaires de 45t  dans la discotheque familiale mais alors que le King Elvis n'est pas encore  entré dans  mon royaume (je me rattraperai plus tard) je découvre le rock avec cette compilation 'testament du rock volume 1 ' qui regroupe quatre artistes majeurs des  anées 50-60

Et si Je mets un peu de coté ( a tort d'ailleurs)  Luis Prima je reçois en pleine face Gene Vincent (qui en trois titres  me laisse K.O )ainsi que   Johnny Otis et l'incroyable Wanda Jackson

4 artistes pour 12 titres certes  pas  tous légendaires mais c'est avec ces titres la et aucun autre que j'entre dans l'univers du Rock je suis intronisé  par Gene Vincent qui va vite devenir l'une de mes icones absolues on peut difficilement rêver mieux comme maitre de cérémonie

 

track-list

Gene Vincent - Be Bop a Lula

Johnny Otis - Ma! he's making eyes at me 

Wanda jackson -let's have a party 

Luis Prima -angelina (zooma zooma)

Gene Vincent - over the rainbow

Johnny Otis -telephone Baby 

Wanda jackson  -stupid cupid 

Luis Prima-pennies from heaven 

Gene Vincent  -Woman Love

Johnny Otis - Loop de Loop 

Wanda jackson -Tweelee - dee

Luis Prima - buena sera 

 

 Wanda Jackson - let's have a party


podcast

 

 

 

The Eagles  -Hotel California (1976)

Disque 33 tours

Label Elektra 

B000002GVO.08._SCMZZZZZZZ_.jpg

 

 

 

 

 

 

 

Si je n'avais pas été tres inspiré pour le choix de mon premier 45 t (voir plus haut) ,en revanche je ne me suis guère trompé pour le choix de ce qui reste" ad vitam eternam "mon premier album.

On ne présente plus The Eagles célèbre groupe américain qui décrochera le jack pot avec 'hotel california ' son  cinquième album enregistré  en 1976

l 'album contient évidemment la chanson phare portant le même titre que l'album , tube mondial qui va devenir l'une des chansons les plus connues de l'histoire de la musique pop rock .

Rappelons la polémique (embarrassante) autour de ce titre ,peut être plagié (en tout cas nettemment inspiré) par 'we used to know "un titre de Jethro Tull, écrit par Ian Anderson sur l'album Stand Up en 1969.  l'écoute consécutive de ces deux chansons permet seulement de remarquer   la similitude entre les deux morceaux

Loin de ces préocuppations et victime de l'écoute répétée du tube incontournable dans les'' boums ' et a la radio je choisissais donc de m'offrir l'album qui devenais ainsi un disque essentiel de ma propre éducation musicale.

Je tomberai  vite sous le charme des autres chansons de ce disque mythique que des millions d'autres comme moi acheterait bientôt  (20 millions de copies vendues a travers le monde)

 

The Eagles - life in the fast line


podcast

 

Track-list

 

  1. "Hotel California"  — 6'30
  2. "New Kid in Town"  — 5'04
  3. "Life in the Fast Lane"— 4'46
  4. "Wasted Time"  — 4'55
  5. "Wasted Time (Reprise) — 1'22
  6. "Victim of Love" — 4'11
  7. "Pretty Maids All in a Row"— 4'05
  8. "Try and Love Again" — 5'10
  9. "The Last Resort" — 7'25
 
 
 
 
The Beatles /1962-1966  -    The Beatles /1967-1970
 
Disques 33 tours   label : Apple (1973)
 
 
 
 
 
 
Indissociables l'un de l'autre  ces deux compilations de 45t que l'ont a communément baptisées 'album rouge ' et 'album bleu ' (en référence évidence au mythique album blanc paru en 1968) m'ont permis de découvrir a l'age de 13 ans le groupe de Liverpool
Bizarrement ces deux vinyls bien que présents dans la discotheque familiale ne passaient jamais  sur la stéréo , je ne sais donc pas si mes parents a l'époque étaient (ou pas) Fans des Beatles mais quoi qu'il en soit je les remercie d'avoir fait en sorte que ces deux compilations (archi complètes ,la liste des titres est une succession de chefs d'oeuvres) soient disponible pour mon intronisation dans l'univers des Fab Four
 
Très vite ma préférence allait vers l'album 'bleu' (et pour la face B de l'album 'rouge') tout m'emballait dans cette découverte ,j'avais soudain comme l'impression de faire partie d'une confrérie , d'un club .
 
Cette passion pour le groupe ne me lachera jamais même si je passerai une longue periode de ma vie a ne plus les écouter (pour mieux y revenir par la suite)
Evidemment j'aurai pu découvrir le groupe au travers des disques majeurs et historiques ('revolver' - 'rubber soul'  ,ce fameux 'album blanc' ou  encore ' sergent Peppers lonely heart club band') mais qu'importe la rencontre a eut lieu , elle fut inoubliable .
Rien ne serait plus jamais comme avant
 
Track -list   The beatles 1962-1966

Face A

Track -list   The beatles 1967-1970
 
 

     Face A

  1. Strawberry Fields Forever
  2. Penny Lane
  3. Sgt. Pepper's Lonely Hearts Club Band
  4. With a Little Help from My Friends
  5. Lucy in the Sky with Diamonds
  6. A Day in the Life
  7. All You Need Is Love
  8. I Am the Walrus
  9. Hello Goodbye
  10. The Fool on the Hill
  11. Magical Mystery Tour
  12. Lady Madonna
  13. Hey Jude
  14. Revolutionn

    Face B

  1. Back in the U.S.S.R.
  2. While My Guitar Gently Weeps
  3. Ob-La-Di, Ob-La-Da
  4. Get Back
  5. Don't Let Me Down
  6. The Ballad of John and Yoko
  7. Old Brown Shoe
  8. Here Comes the Sun
  9. Come Together
  10. Something
  11. Octopus's Garden
  12. Let It Be
  13. Across the Universe
  14. The Long and Winding Road
 
   The Beatles  -  don't let me down 
 

podcast
 
 
      The Beatles - Octopus's garden
 
 
podcast
 
The Rolling Stones  - Love you Live ( 1977)
 
 
 Disque 33 tours
 Label : Atlantic
  
 
 
 
 Ma rencontre avec L'univers incroyable des Beatles me  ferait inévitablement découvrir tôt ou tard Les Rollings Stones.
Ma découverte du groupe  bien qu'ayant évidemment entendu quelques 'singles ' sur les radios et dans les ' boums ' chez mes camarades aurait lieu par l'intermédiaire de 'Love you Live ' cet album enregistré en concert en 1977 au Canada (Toronto) 
 
Deja  , alors que je connaissais que peu de chose a l'univers décalé et avant-gardiste de Andy Warhol (il deviendrait  très vite l'un de mes artistes favoris ) j'adorais la pochette criarde et colorée avec ce dessin de Mick Jagger se mordant la  main
Enfin  les titres que je découvrais' live' (avant d'aller les chercher dans les albums respectifs) me faisait comprendre pourquoi le parallèle Beatles -Stones  existait .
Il me semblait évident que rien n'était comparable entre les deux formations et l'arrivée brutale de ce disque dans ma (pauvre)  discographie de l'époque allait mettre un terme ( provisoire ) a mes écoutes régulières du groupe de Mc Cartney et Lennon  (j y reviendrai  des  années plus  tard )
 
Ici je découvrais un autre binôme Jaggers-Richards, autour de ces deux phénomènes il semblait régner un chaos , une énergie presque palpable ,une révolte,un souffle nouveau le groupe qui se montrait a l'aise dans ses propres compositions mais aussi dans les reprises  ('You Gotta move'  - 'Little red rooster' -'Mannish Boy' -ou encore la fantastique reprise de Chuck Berry ' around and around') me laissait K.O 
 
Mon histoire d'amour avec les Stones commencait la  et elle se poursuivrait des années durant.
Quant a ma vraie et véritable première rencontre live il me fallut malheureusement attendre encore 13 ans pour enfin voir le groupe en chair et en os  ce fût dans le cadre de la tournée Urban Jungle au parc des princes de Paris le 25 Juin 1990 , une longue attente finalement récompensée même si j'ignorais alors que le groupe entamait a l'aube des années 90 sa longue descente artistique
 
 
 
 
 
Track-list 
 
  1. Intro: Excerpt From 'Fanfare for the Common Man' – 1:24
  2. Honky Tonk Women – 3:19
  3. If You Can't Rock Me / Get Off of My Cloud – 5:00
  4. Happy – 2:55
  5. Hot Stuff – 4:35
  6. Star Star – 4:10
  7. Tumbling Dice – 4:00
  8. Fingerprint File – 5:17
  9. You Gotta Move  – 4:19
  10. You Can't Always Get What You Want – 7:42
  11. Mannish Boy – 6:28
  12. Crackin' Up – 5:40
  13. Little Red Rooster – 4:39
  14. Around and Around – 4:09
  15. It's Only Rock 'n Roll (But I Like It) – 4:31
  16. Brown Sugar – 3:11
  17. Jumpin' Jack Flash – 4:03
  18. Sympathy for the Devil – 7:50
 
 
The Rolling Stones  - Little red rooster

podcast
 
 
Maxime Le Forestier - Mon Frère  (1972)
 
Disque 33tours
 
label : Polydor
 
maxime le forestier -mon frère.jpg
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
C'est un disque qui reste pour moi celui de ma découverte personnelle de la chanson française , j'avais entendu bien évidemment sur la stéréo familiale Brassens , Brel ,Ferrat et autres Lama mais celui ci je l'avais découvert tout seul
Pochette sobre , textes intimistes et parfois engagés ('parachutiste') , poétiques tout m'émerveillait ,  écoute après écoute je plongeais dans l'univers de Maxime le Forestier
Cet album historique dans l'histoire de la chanson française était porté par un tube absolu 'San fransisco ' mais malgré cela les autres chansons arrivaient a exister et trouvait leur place avec cohérence
c 'est un disque référence  de la chanson française  que Tout le  semblait posséder a l 'époque et  le troubadour barbu qui a 23 ans écrivait  avec 'Mon Frère' une page de notre patrimoine musical  ne savait sans doute pas que plus  de  quarante apres on  parlerait encore de ce disque mythique
La maison de disques Polydor a par ailleurs sorti bien des  années  après ,  un album baptisé  'La maison bleue' (juillet 2011) disque hommage au famaux album de 72  et  sur lequel des artistes français ( Juliette , Calogero , Adamo , La grande sophie ) reprennent les 11 chansons écrites en 1972 par Maxime le Forestier
 
Track-list
 
 face A
1 Mon Frère
2 Education sentimentale
3 La rouille
4 Mourir pour une nuit
5 Marie Pierre et Charlemagne
face B
1 Comme un arbre
2 Fotenay aux roses
3 Parachutiste
4 Je ne sais rien faire
5 San Fransisco
6 Ca sert a quoi tout ca
 
 
 Maxime Le Forestier - la rouille
 
 
podcast

 


 

 

Telephone  -Hygiaphone
 
 vinyl 45t ( E.M.I 1977)

 

 

 

 

Avouons le honnêtement je n'ecoute plus Telephone et cela depuis de nombreuses années mais je garde pour le groupe une grande tendresse pour plusieurs raisons que je vais tenter d'évoquer

nous sommes en 1977 et j'ai 16 ans et si j'ai effectivement découvert le rock ,la notion de 'rock français ' pour moi n'existe même pas  je sais qu'il y a eu Johnny , les Chaussettes noires et autres groupes sixties (Ronnie Bird ) ayant adaptés Des standards américains ou anglais mais pas question de considérer leur musique comme du rock
Et voila que dans la cour de mon lycée débarque ce 45 T  O.V.N.I  le Premier groupe qui semble nous ressembler , il chante en français , le guitariste a des faux airs de Keith Richards , il n'en faut pas plus pour que Téléphone devienne instantanément le fer de lançe de la génération rock français.
Avant même la sortie de leur premier album ,le single 'Hygiaphone ' déclenche une tornade  qui emporte  tout sur son passage
La première pierre est posée ,le rock français va construire sur cette solide fondation
 
C'est aussi a Telephone que je dois mon premier souvenir de concert ,le groupe se produisait dans une petite salle des fêtes proche de chez mes parents, tres vite le concert fut annoncé complet et je dut rester avec mes camarades de l'époque  rester sur le parking
Decidés a entrer coute que coute nous avions insistés durant le 'court' concert aupres des vigiles pour qu'ils nous laissent passer  ,notre entetement finit par payer car les portes s'ouvrirent pour toute une horde de jeunes excités (dont  moi) au moment du rappel  et j'entrais alors pour la premiere fois de ma vie  en chair et en os en religion rock
Aubert et sa bande attaquèrent en rappel   'Métro c'est trop ' puis conclurent avec le fulgurant 'hygiaphone ' la salle etait en feu, le sol vibrait, j'avais la véritable impression qu'une apocalypse se produisait autour de moi.
D'évoquer ces souvenirs adolescents provoquent en  moi aujourd'hui encore des frissons inexplicables et pour tout ce bonheur ,pour touts ces moments uniques que vécus et  adorés  je  conserve pour le groupe une indéfectible tendresse
 
 
Telephone -hygiaphone
 

podcast
 
 

 

 Berurier Noir  - Joyeux merdier
 
 Vinyl  (maxi 45 tours 1985)
 

 

Joyeux merdier ! parce que sorti en decembre 1985 en pleine grève des transports ce maxi 45tours est LE disque qui m'a fait entrer dans le monde du rock alternatif français 
Bousculé par la puissance de l'entêtant ' salut a toi ' véritable hymne punk destructeur et ravageur le maxi ne quittera pas  ma platine des mois durant 
La découverte des Beru ouvrira pour moi des horizons nouveaux  et si je ne bascule a cette époque complétement dans le monde  du rock alternatif français je prends conscience d'un univers musical parallele et totalement indépendant, je découvre aussi la Mano negra qui m'accompagnera  durant un bon nombre d'années
Quant a ce maxi 45tours débridé et furieux et grace a notamment a ce 'salut a toi'  d'anthologie plus rien en france ne me semblera  desormais comme  avant
les 4 titres de ce maxi seront par la suite compilés sur le CD 'concerto pour détraqués ' (1985)
 
track-list
 
la mere Noel
J'aime pas la soupe
Vive le feu
Salut a toi!
 
 
Berurier Noir -  salut a toi!
 

podcast

 

 Pierre Edouard - a mon age deja fatigue
 
  45 t Vinyl(1980)
  label  :disque Yona

 Pierre-Edouard-A-Mon-Age-Deja-Fatigue-Partie-1-Et-Partie-2-45-Tours-587175426_ML.jpg

 

 

 

 

 
 
 
 
 
 
Pierre Edouard - a mon âge déjà fatigue
 

podcast
 
Bon effectivement c'était  comment  dire ? tout pourri  voila le mot  juste , mais  j'avoue que ce titre belge est indiscutablement lié a mes années de jeunesses , nuits blanches , centaines de  kilometres pour aller danser, nuit sur  les parkings , on était en pleine années 80 avec le bon ,le moins bon ou le  carrément  mauvais 
les  souvenirs , les bons  souvenirs  ceux  qui restent imprimés pour  toujours sont bizarrement parfois  liés a des titres pas forcement glorieux c 'est ainsi et  on n'y peut  rien
Ecrit et produit par Jay Alanski  qui avait décroché le jackpot avec le "banana split " de Lio ce titre rigolo décline sur  les 2 faces du 45t ne se prenait que ce pour qu'il était a savoir un tube calibre pour une époque précise avec une amusante  utilisation du name-dropping (avant vincent Delerm et en bien plus marrant )

28/10/2013

R.I.P Lou Reed (1942-2013)


 

Lou Reed    -Vanishing Act


podcast

 J'en connais qui ont pleurés  lorsque en 1993 le Velvet Underground  sans Nico tombée de vélo en cours de route s'est reformé .Je  faisais partie de ceux  la

Trop jeune pour faire partie de la génération Velvet j'ai donc couru derrière le mythe toute ma vie et la triste réalité  me rattrape aujourd'hui

Troisième a quitter le navire après Nico  en 1988 et Sterling Morrison en 1995 C 'est le grand commandeur  qui nous quitte  en un dimanche pluvieux d'octobre

Lou Reed  est  mort  et avec lui disparait une icone absolue, un monument

il était LE ROCK ,il était NEW YORK il  était immense !

Traversant les décennies , revenu d'outre tombe (l'alcool, la drogue ,l'hôpital psychiatrique ) il n 'aura jamais cherché la célébrité  , se situant  toujours au dessus des modes ,toujours décalé,   au dessus du lot et jamais la ou l'on l 'attendait vraiment

j 'ai évoqué sur ce blog a diverses  reprises  mon admiration totale et  définitive au musicien , au parolier , a l 'homme ,  je suis aujourd'hui comme des milliers de fidèles  triste de cette perte irremplaçable

aussi incontournable qu'un Dylan  Qu'un Springsteen , un Bowie ou un Neil Young il restera associé pour moi a des dizaines  de souvenirs gravées a jamais dans  ma  mémoire

 

Son parcours musical est unique , semé de chefs d'œuvres (les 4 Inoubliables premiers albums du V.U ), de disques  d'avant garde  (métal machine music) , de concept  albums (New York ,  songs  for Drella ) , d'opera rock  baroque (the raven) de Live chaotiques  inoubliables ( Rock 'n roll animal  , take no prisonners) de disque solo  sublimes ( Berlin , transformer) de projets ambitieux (Lulu enregistré avec Metallica  en 2011) Lou Reed aura  connu aussi les doutes ,les  longues traversées du désert (de 1979 a 1989) mais sera resté toujours  sur  sa ligne droite  sans jamais accepter les compromis.

au delà du succès planétaire de 'walk on a wild side" qu'il trainera comme un boulet toute sa  carrière il laisse au monde des chansons comparables a nulle autre , des mélodies bouleversantes et  des textes  sombres d'une beauté noire et glaçante.

 

 Lou Reed - Caroline Say II

 

 

podcast

 

 

Lou Reed- the bed

 


podcast

 

 

Lire l 'article sur Jimboland  'Le Velvet Underground  ma tour de Babel

http://jimboland.hautetfort.com/archive/2004/12/18/le-vel...

 

 Lire l 'article sur  Jimboland  'Reconnaissance éternelle pour Lou Reed et le routard de l 'été 1977'

 

http://jimboland.hautetfort.com/archive/2007/09/02/reconn...

15/10/2013

Ascenseur pour l 'échafaud (Louis Malle 1958)


 

 

Il y a d'abord les visages celui de jeanne Moreau au téléphone qui envahit l 'écran puis celui de Maurice Ronet dans la pénombre , effacé , grave puis viennent les mots d'amour ; les 'je t'aime 'murmurés par les deux amoureux

il y a évidemment ce noir et blanc lumineux , éblouissant , et cette intrigue a la fois simple mais terriblement angoissante

Premier film d'un réalisateur surdoué de 25 ans et d'une maitrise technique inouïe 'Ascenseur pour l 'echafaud est un véritable chef d'œuvre noir portés par deux comédiens solaires

le couple Moreau et Ronet les deux amants fous d'amour qui sans une seule scène en commun a l'écran irradient ce merveilleux film d'une époque cinématographique bénie

les dialogues sont épurés ,la mise en scène est brillante , l'ombre du maitre Hitchcock plane au dessus de ce long-métrage qui va devenir très vite un classique du genre entre les longs silences et la musique de Miles Davis ce film nous entraine nous emporte dans la nuit filmé admirablement filmé par Malle

 

Et puis Ascenseur pour l 'echafaud ne serait pas ce diamant noir sans la musique sublime de Miles davis

en enregistrant en direct (d'après la légende ) la bande-son de ce drame le trompettiste réussit l 'exploit d'habiller le film d'une aura et d'une grâce unique

jazz et cinéma ont souvent fait bon ménage avec les cinéastes de la nouvelle vague ( 'Les tricheurs' , 'des femmes disparaissent ', 'les liaisons dangereuses', ' a bout de souffle' bien sur mais aucun film ne peut prétendre s'enrichir d'une telle merveille d'équilibre et d'harmonie

Comme un personnage a part entière du film de Louis Malle Miles Davis rajoute a un chef d'œuvre un autre chef d'œuvre

somptueux et inégalé!

 

 

Miles Davis -  Final  ( take 1 )

 


podcast

 

15/09/2013

Je n 'avait qu'un seul mot a lui dire ( a Serge .....)

 

Ce texte  est uniquement  inspiré par des titres de chansons composées par Serge Gainsbourg

 

il y a  en tout 80 titres de chansons  dans cette histoire et vous en  trouverez  le détail a la fin du texte

 

 

Je n’avais qu’un seul mot a lui dire a  Joanna

"Ne dis rien ! " avait conseillé Manon "  elle est si "  ….indifférente

La p’tite Agathe  croit   même  qu’elle est  dépressive

Tu crois ?

"Puisque je te le dis "

C’est vrai quand on y penses  que les femmes c’est du chinois  elles vous mettent l’eau a la bouche  et un beau jour boum badaboum  , adieu créature

J’ai oublié d’être bête  et je sais que l’amour a deux ne fait pas long feu il faut voir venir  les premiers symptômes tout  ces petits riens qui  vous donnent l’impression du déjà vu,du déjà vécu.

C’est la vie qui veut ça  on se retrouve souvent un jour comme un autre avec le vide au cœur et juste les yeux pour pleurer  coté cœur c’est le zéro pointé vers l’infini  le no man’s land total

Pourtant vu de l’extérieur on frime en Ford mustang , en Kawasaki ou en Harley Davidson dans la jet society  on se prétend disc jockey , tennisman ,ou  chasseur d’ivoire on assure vivre a new York U.S.A , avoir sa table chez Maxim’S ou au Banana Boat  le club le plus privé de la capitale  ;l’alcool  le cannabis ,  ,les cigarillos on joue les millionnaires mais entre le moi et le je il faut avouer qu' il y a tout un monde

OK nous ne sommes pas des anges mais une chose entre autres dont je suis certain  quand  j’entends des voix off qui me répètent que  j’étais fait pour les sympathies pas pour l’amour prison ni encore moins pour  l’amour a la papa. ;  dans ces moments là alors  je dit merde a l’amour !  , Ok pour plus jamais !

Je me souviens  de la belle Elisa qui disait toujours " un poison violent c’est ça l’amour !" un truc physique et sans issue  Et quand bien même  elle aurait raison j’envisage pourtant de retourner chez Max coiffeur pour hommes  revoir Joanna  mais le mal intérieur me ronge  et je n’ose pas alors d'un  taxiphone je l’appelle  personne  !   toujours le même message  "il n’ y a plus d’abonné au numéro que vous avez demandé "  je me renseigne auprès de Lucette et Lucie les locataires de l’hôtel particulier de l’avenue Friedland et j'apprends stupéfait que Joanna travaille en tandem avec Eva la jolie métisse couleur café dans un sex shop ‘le Shotgun ' un ‘établissement  classé X  rue de Shangai  ,musique pop et  strip tease tout les soirs .

Je décide de m'y rendre et des que je franchit la porte tout mes souvenirs me reviennent comme un boomerang

le décor est certes  un peu démodé mais le spectacle est pas mal  pas mal du tout même et je ne  vois qu'une chose  les regards des hommes sur les filles qui dansent

je suis capable de n’importe quoi  mais pas de supporter ça et  lorsque je croise Joanna  qui me demande ‘ tu venais me voir '  je préfère naturellement  lui répondre

"C’est rien je m’en vais c’est tout"

 "Quoi ? " répondit-elle  "Rien rien j’disais ça comme ça '

Je n’avais qu’un seul mot a lui dire mais au bout du compte j’ai préféré me taire.

 

medium_a5.2.gif

 

 

 

 

 

 

 

 

 

détails des titres : (dans le désordre)

Je n’avais qu’un seul mot a lui dire (interprétée par jean Claude Brialy et Anna Karina  1966)

Indifférente(interprétée par Serge Gainsbourg 1959)

Rien rien  j’disais ca   comme ça (interprétée par Serge Gainsbourg et Anna Karina  1966

Joanna (interprétée par serge Gainsbourg 1966)

Friedland  (interprétée par Serge Gainsbourg  1957)

Adieu créature (interprétée par Serge Gainsbourg 1959

L’alcool (interprété par serge Gainsbourg  1957)

J’ai oublié d’être bête (inédit -interprétée par Serge Gainsbourg  1958)

L’amour a la papa (interprétée par Serge Gainsbourg 1959)

Les femmes c’est du chinois (interprétée par Serge Gainsbourg 1961)

L’eau a la bouche (interprétée par Serge Gainsbourg 1960)

Personne (interprétée par Serge Gainsbourg 1961)

Les cigarillos (interprétée par Serge Gainsbourg 1962)

Il n’y a plus d’abonné au numéro que vous avez demandé (interprétée par Isabelle Aubret 1963)

Les yeux pour pleurer (interprétée par Nana Mouskouri 1963)

Strip-tease (interprétée par Juliette Gréco 1963)

Maxim’s (interprétée par Serge Gainsbourg 1963)

Le mal intérieur (interprétée par isabelle Adjani  1983)

New –York U.S.A (interprétée par Serge Gainsbourg 1964)

Couleur café (interprétée par Serge Gainsbourg 1964)

Ces petits riens (interprétée par Serge Gainsbourg 1964)

La p’tite Agathe (enregistrée par Gérard Depardieu 1980)

Nous ne sommes pas des anges (interprétée par France Gall 1965)

C’est rien je m’en vais c’est tout (interprétée par isabelle Adjani  1983)

No man’s land (interprétée par Isabelle Aubret 1965)

Comme un boomerang (interprétée par jean Claude brialy  1966)

Pas mal, pas mal du tout (interprétée par Serge Gainsbourg et jean Claude Brialy  1966)

Un poison violent c’est ça l’amour (interprétée par Serge Gainsbourg et jean Claude Brialy 1966)

Boum badaboum (interprétée par Sandie Shaw 1967)

Harley Davidson (interprétée par Brigitte Bardot 1967)

Ford mustang (interprétée par Serge Gainsbourg 1968)

Elisa (interprétée par Serge Gainsbourg 1969)

J’envisage (enregistrée par alain bashung  1982)

Une chose entre autres (enregistrée par Jane Birkin 1987)

Les millionnaires (interprétée par zizi jeanmmaire 1971)

Les locataires (enregistrée par serge Gainsbourg 1979)

L’amour prison (interprétée par Jacques Dutronc  1975)

Chez Max coiffeur pour hommes (interprétée par Serge Gainsbourg 1976)

Premiers symptômes (interprétée par Serge Gainsbourg 1976)

Privé (interprétée par Alain Chamfort  1977)

Puisque je te le dis (enregistrée par Jane Birkin 1974)

Merde a l’amour (interprétée par Zizi Jeanmmaire  1977)

Lucette et Lucie (interprétée par Alain Chamfort  1977)

Le vide au cœur (interprétée par Alain Chamfort  1977)

L’hôtel particulier (interprétée par Serge Gainsbourg 1971)

J’entends des voix off (interprétée par Serge Gainsbourg 1975)

Dépressive (interprétée par Jane Birkin   1978)

Disc jockey (interprétée par Alain Chamfort 1977)

Tennisman (enregistrée par Alain Chamfort  1977)

Banana boat  (enregistrée par Jane Birkin 1974)

Classé X  (interprétée par Jane Birkin   1978)

Démodé (interprétée par Alain Chamfort  1979)

Pas long feu (interprétée par Serge Gainsbourg 1979)

Cannabis (interprétée par Serge Gainsbourg 1970)

Elle est  si (interprétée par Serge Gainsbourg 1980)

Sex shop (interprétée par Serge Gainsbourg 1970)

Et quand bien même (enregistrée par Jane Birkin 1990)

Eva (enregistrée par serge Gainsbourg 1975)

C’est la vie qui veut ça (enregistrée par Jane Birkin 1973)

Vu de l’extérieur (interprétée par Serge Gainsbourg 1973)

Jet society (interprétée par Alain Chamfort  1981)

Manon 70  (enregistrée par serge Gainsbourg 1968)

D’un taxiphone (interprétée par isabelle Adjani  1983)

Chasseur d’ivoire (interprétée par Alain Chamfort  1981)

Kawasaki (interprétée par Jane Birkin 1973)

Quoi  (interprétée par Jane Birkin 1985)

Ne dis rien (enregistrée par jean Claude Brialy et Anna Karina 1966)

Shanghai (interprétée par Serge Gainsbourg 1985)

Zéro  pointé vers l’infini (interprétée par Serge Gainsbourg 1986)

Shotgun (interprétée par Serge Gainsbourg 1987)

Physique et sans issue (interprétée par Jane Birkin  1987)

Le moi et le je (interprétée par Jane Birkin  1987)

Tandem (interprétée par Vanessa paradis 1990)

L’impression du déjà vu (enregistrée par Jane Birkin  1990)

L’amour a deux (interprétée par Vanessa paradis 1990)

J’étais fait pour les sympathies (enregistrée par jean Claude Brialy  1966)

Un jour comme un autre (enregistrée par Anna Karina 1966)

10/09/2013

Places ( Lou Doillon 2012)

 

 

Beaucoup  vont se dire (a juste titre) que voila (encore) une actrice qui se paye un caprice en enregistrant un album et on comprendra cette réaction au vue des disques souvent mievres et sans interet que nos actrices ont livrés depuis quelques décennies

la liste est assez longue de nombreux albums deja passés aux oubliettes de la  chanson pourtant  chez Lou Doillon comme chez sa demi soeur Charlotte Gainsbourg il y a le petit quelque chose en plus (le gene 'birkinien' certainement ) qui fait que ce qui pourrait passer pour un caprice de  starlette  gatée  soit en fait un joli disque (en anglais de surcroit ) ou la fascinante Lou se paye le luxe , cerise  sur le gateau , de signer paroles & musiques

Porduit par Etienne Daho , un vieil ami  de La famille le disque  court enchaine  11 titres qui parfois ont facheuse tendance a se ressembler un peu mais avec quelques moments de grande emotion et de grande beauté ('I.C.U,'  'Places' , 'questions and answers')

Quleque  part entre Cat Power et Alex hepburn la vois rauque  de Lou Doillon réussit a transporter l'auditeur le temps de quelques  titres

ne cedant pas a la facilité  (ni duo , ni reprise ) Lou Doillon  propose avec 'places '  le fruit de ses compositions avec honneteté et une  sincerité qui méritent  un 'grand coup de chapeau '

la critique  mitigée (encouragée par télérama et les inrocks , démolie par 'libé' il semblerait que Lou Doillon avec ce disque courageux ait néammoins réussi son pari et recompensée de la victoire de la musique  (categorie interprète feminine) en 2013

Par ailleurs et  a la surprise générale tres bien vendu et Lou Doillon semble avoir trouvé a la fois un public et une certaine forme de maturité dans le paysage artistique français.

 

Lou Doillon -  places


podcast

 

 

19:27 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0)

01/07/2013

Songs in the key of life (Stevie Wonder 1976)


 

Stevie Wonder  - if it's magic


podcast

 

Récemment un artiste (le crooner José james  je crois) répondait dans le magazine 'vibrations ' a l 'habituelle  question sur le disque a emporter sur l'ile déserte en citant 'songs in the key of life ' de Stevie Wonder et en ajoutant ' cet album est la preuve qu'il existe des génies parmi les hommes '

Sur cette simple phrase j 'ai ressorti ce double album qui prenait (honte a moi) la poussière dans ma discothèque et je recevais une double claque (une par disque de cet album gargantuesque) puis ironie du sort alors  j 'était en balade a Berlin ou désirant faire une saut au Café Gainsbourg J'entamais dans un anglais approximatif la conversation avec le barman du lieu qui me proposât de mettre sur la platine  le plus grand album de tout les temps '(d'apres lui)

Quelques secondes plus tard c'est les notes de 'love 's in need for love today'  (face A titr e 1) qui enchantait les lieux

Pas de doute donc cet disque monumental faisait bien sa réapparition dans mon univers musical ou certes je n'avait pas abandonné le génial Stevie mais dans lequel mes choix se portaient sur la période magique  1970-1973 ('Innervisions ' 'Talking book ' )

 

Pour 'songs in the key of live ' que j 'avais évidemment ecouté  a de nombreuses reprises j 'avais sans doute été rebutté par l 'effet tubes de l'album ( le moins que l 'on puisse dire c'est que "ça grouille de tubes" )et  c'est vaisemblablement cet aspect tubesque (et donc stupidement sous-entendu 'commercial ' )qui m'avait détourné de cet album pourtant essentiel et incontournable.

la réalité du chef d'oeuvre de ce disque abouti  véritable Himalaya artistique de la carriere de Stevie Wonder m 'a donc rattrapé et c'est tant mieux!

je ne décortiquerai pas ici les deux dizaines de titres de ce pur joyau je me contenterai plutôt de souligner les influences multiples qui le composent du 'funk ' au "jazz ' au "rythm' & blues "en passant par la "soul ' sans oublier la  musique africaine ou "latino'  "Songs in the key of life " est un mélange sonore  des genres ,un feu d'artifice musical

C'est aussi un album qui tourne definitivement le dos aux seventies pour entrer (en avance nous sommes en 1976) dans les eighties laisant une trace indélébile du génie absolu de son auteur

Dans un periode (1976)  en passe d'etre envahie par le "disco" puis laminée par le "punk" Stevie Wonder en pleine maturité (il a 26 ans) offre au monde un Chef d 'oeuvre indiscutable , une sorte de testament universel et spirituel de sa musique

une disque devenu avec le temps presque philosophique ,une référence absolue de la musique noire américaine.

 

 Stevie Wonder -past time paradise


podcast

 

 

23:42 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0)

18/06/2013

Amok (Atoms for peace 2013)


 

Ce disque  sorti début 2013 est la suite logique du premier album solo de thom Yorke 'the eraser ' paru quant a lui en juin 2006

Formé fin 2009 avec le producteur historique de Radiohead Nigel Godrich, le bassiste des Red Hot Chili Peppers Flea, le percussionniste Mauro Refosco, et Joey Waronker, batteur pour Beck et R.E.M., ce disque marque définitivement le passage de Yorke du cote de l 'électro

Depuis de nombreuses  années la discographie du groupe d' Abington s'orientait vers des rythmes musique  electro et les derniers albums semblaient tourner la page de la musique "pop -rock ' au sens large du terme

le nom du groupe  fait référence a un discours des années 50 du président américain Eisenhower

Atoms for Peace   étant déjà par ailleurs l 'un des titres de l 'album solo de Thom Yorke en 2006

projet collectif  donc mais surtout dominé par un A survolté , si les titres se  suivent dans une même lignée on notera quelques  envolées impulsées par la basse toujours aussi phénoménale du redoutable Fléa

Disque d'abouttissement , disque de l 'après Rahiohead , disque de potes comment définir en effet ce disque parfois irrésisitble  mais aussi parfois rébarbatif 

il faudrait  pour pouvoir pour répondre a cette question connaître les intentions réelles de Thom Yorke

Avec  'Amok ' Thom Yorke  a t'il cherché a faire plaisir a son (large)  public ? , a en conquérir un nouveau , ( Que restait  il a conquérir a Radiohead on peut se le demander?) ou  a t 'il juste chercher a se faire plaisir a lui même?

that's the question ?

N 'en reste pas moins que le résultat est plutôt bon  et que 'Amok '  stimule et séduit il apporte aussi la preuve évidente que le lutin halluciné de Radiohead est capable d'exister sans son groupe et de produire un album totalement a l 'image de sa folie musicale

 

 

 Atoms for peace   judge , jury an executionner


podcast

 

 

Atoms for peace  -   default


podcast

15:54 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0)

16/06/2013

Le monde enchanté de Jacques Demy (La Cinémathéque 2013)

le_monde_enchante_de_demy-2.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

C'est une  bien belle exposition que nous propose cet été la cinématheque de Paris , elle célébre Jacques Demy , le merveilleux réalisateur français  , le magicien des "demoiselles de Rochefort " ou des  "parapluies de Cherbourg " célébré dans le monde entier  mais pas  seulement et si ces deux  chefs d'oeuvres sont bien sur les  deux fers  de lance de cette  exposition  ( avec   l'indémodable 'Peau D 'ane " )  nous y découvrons également toute la face moins connue de son travail de metteur en scène "Lola " (1961) " l'evenement le plus important  depuis que l 'homme a marché sur la lune '( 1973)  avec un Mastroainni  génialissime ainsi que 'La baie des anges ' (1963) avec une Jeanne Moreau sublimée par la caméra de Demy.'trois places pour le 26' son ultime réalisation avec un brillant Yves Montand '(1988)

outre les trois salons distincts consacrés aux trois chefs d 'oeuvres nommés plus haut une large part de cette brillante exposition est également consacrée au travail et a sa complicité avec Michel Legrand  compositeur avec qui il fut totalement fusionnel et qui l'accompagnat  sur de nombreux projets

on y verra aussi combien une vie d'amour et de complicité passée aupres de la réalisatrice Agnes Varda aura permit au cinema d'etre si souvent a l ' honneur

on Sera forçément ému devant la palme d 'or décernée  a Cannes en 1964 aux 'parapluies de Cherbourg" , bref on sortira joyeux et enthousiaste  de cette exposition ou  couleurs  bonheur , gaité ,musique et enchantement sont de mise et on aura une irrésistible envie urgente de se replonger ( via les DVD ) dans l 'univers magique de ce génial metteur en scène

 

 photo extrait des "Parapluis de Cherbourg  ' (1964)

 

 

05/05/2013

Victim of love ( Charles Bradley 2013)

Cover.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Ce n 'est pas tout a fait un album comme les autres , ce n 'est pas non plus avouons le  un grand album incontournable ni une enième tentative de puiser a l'intarrissable source  du 'Godfather'  même si l'ombre de james Brown plane  au dessus de ce 'victim of love '

Non ce disque attachant,  parfois bouleversant est celui d'un  rescapé , d'un survivant de l'amerique des laissés pour comptes

revenu des pires galères , de la misère et d'une vie de souffrances  Charles Bradley livre a 65 ans son second album (le premier 'no time for dreaming ' obtint en 2011 un succès plus confidentiel )

'Victim of love '  fait apparaître sur le devant de la scène un homme usé  qui aura toute sa vie revé  de chanter et qui finalement après une vie de labeur et bien des désillusions  va faire de son rve une réalité.

Fasciné et  bouleversé  a 14 ans par un concert de James Brown a l 'Apollo théâtre de New York Charles Bradley aura baladé sa carcasse a travers le pays entre chansons  et boulots divers pendant des décennies

La passion de la musique toujours chevillée aux tripes il  aura même,  la cinquantaine  bien passée gagné sa croûte en singeant son idole sous un pseudo évocateur 'Black Velvet ' avant de voler enfin de ses propres ailes a l-aube des années 2010

ce disque rutilant , efficace  et totalement 'revival 70' nous met du baume au coeur .

 Les cuivres ,le groove , la voix tout ici est sans artifice et  sans chichi , 'Victim of love '  qui délivre ses onze titres tous d'une  impeccable sinçérité est un régal dont il ne faut absolument pas se priver

 

Charles Bradley  -hurricane

 


podcast

 

 

 

Charles Bradley  -  Strictly reserved for you


podcast

 

 

 Charles Bradley  -( 2013)

 

L'ex-cuisinier de Brooklyn est devenu une star à... 62 ans. Il revient avec un deuxième album.

 

 

22:00 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0)

10/03/2013

The Next Day (David Bowie 2013)

music-david-bowie-the-next-day-album-cover.jpg



David Bowie - dancing  out of space


podcast

 

Qui D'autre que Lui  aurait  ose une telle  pochette  ?

Qui d 'autre que lui aurait reussi a organiser avec une telle minutie un come-back médiatique aussi inattendu que fracassant?

Franchement avouons que Bowie est définitivement un génie , un cas artistique totalement  a part il reste a 66 ans un  artiste capable de se réinventer  avec toujours  ce sens constant de rester terriblement moderne et décalé

Donne pour artistiquement mort, oublie des médias , reclus a  Manhattan depuis des  années il s'est fait discret et on le disait  malade 

rare musicalement  il n était apparu que pour des collaborations avec Arcade Fire  et Tv on the radio mais n'avait plus rien sorti depuis 'Reality "  en 2003

A la surprise  générale il livre avec 'the next day ' un album  qui rappelle qu'il est encore un artiste majeur et qu'il faut compter avec lui

Precede d'un single epoustouflant  ('We are we now') qui  mettait la barre très haut cet album est une  réussite complète ,il est bien davantage qu'une bonne  surprise et on peut dire que Derrière cette pochette  facétieuse et néanmoins  pleine de symboles se cache  l 'un des albums essentiels de l 'année

Certes l'homme nous a offert de tels chefs d'oeuvres qu'il n'est bien sur pas question de rivaliser ici avec 'hunky dory ' ou ' station to station ' pourtant on ne boude pas son plaisir  tout au long des quatorze titres de l'album et malgré deux ou trois  titres moyens ( ' Set the world on fire  ou 'if you can see me ' )  le disque  est  furieusement bon 

Et si bien sur tout n'est pas du niveau stratosphérique de 'we are we now' l 'essentiel est a la hauteur de la legende , Bowie plus que  jamais cameleon nous regale  ,  mélangeant les genres (blues, rock , glam , electro  ou jazzy ), jouant avec son propre mythe  tel un phénix rock'n roll  il renaît de ses cendres pour le plus grand bonheur de ses fans ....et des autres


David  Bowie  - You Feel So Lonely You Could Die


podcast


 

  Pour  'the next day ' Jouant avec son propre  mythe  Bowie  detourne l 'historique pochette de Heroes 

 

 

 

10:08 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0)

02/03/2013

R.I.P Daniel Darc (1959 -2013)

 

 

Daniel Darc -   Psaume 23


podcast

 

daniel_darc2.jpg


Daniel Darc - je reve  encore de toi


podcast


Il  était  le grand frère obscur et secret du rock français ,Daniel Darc personnage trouble et fascinant  a la fois ange et  démon mais incontestable  icône absolue de la musique française est mort a Paris ce jeudi.

hante et  habite par les symboles et les mythes , de Lou Reed a Iggy Pop , de Coltrane  a Johnny Thunders , du Blue Oyster Cult a Johnny Cash , de William Burroughs a Nijinsky  il aura traverse ces trois dernières décennies a se nourrir de leurs légendes et sans le savoir ni le vouloir a  également construire la sienne

Il aura donc depuis les années 8o navigue en eaux troubles et mené sa vie entre  étoiles et le caniveau depuis Taxi Girl immense  groupe mais plombe et  parasite par un mega tube vampirique  ( le désormais classique 'cherchez le garçon ' ) jusqu'a la rédemption inattendue ,inespérée de crève Coeur  album lumineux  et magnifique il aura survécu a tout , a la picole ,  aux multiples overdoses, aux graves ennuis de santé inévitables au regard du mode de vie sur le fil de rasoir ,a la traversée du désert après l'incroyable 'seppuku ' seul véritable album de Taxi girl  et disque  culte indémodable

 en 2004 grace au soutien de Frederic Lo et au nez et a la barbe de tout ceux qui ne voyait en lui plus qu'un 'loser' il livre  'crève coeur' un  album  solaire qui fait date

Ironie  ridicule  et a la limite de l'insultant il se voit récompenser en 2004 d'une victoire de la musique catégorie  'revelation ' lui qui a déjà tant fait et donne pour le rock et la chanson française  a pisser de rire !!!!!!

Durant cette dernière décennie  il enregistre deux autres albums ,inégaux plein de sincérité, de fureur , de pudeur contenue  mais Ni 'amours suprêmes 'en 2008 , ni 'la taille  de mon ame ' en 2011 ne parviennent a se hisser au niveau de crève coeur


Il aura aussi énormément collabore avec des artistes et des groupes de tout horizons , de Bashung  a Buzy , de Nosfell a Cali  , d'Alizee a Berry avec plus  ou moins de réussites mais toujours  plein d'une sincérité touchante

Il nous quitte  trop tôt certes mais il a vécu tant de vies et a frôlé la mort de si nombreuses fois que son décès ne surprend  au final pas grand monde

Aujourd ' hui le rock français est  orphelin d' un de ses grand frères les plus  authentiques et les plus bouleversant

Lucide sur le prix a payer Daniel Darc declarait en 2012 ' j 'ai 52 ans, ,  une hépatite C dormante. J'ai dépassé la moitié de ma vie et c'est cool. je suis étonne car  Ceux qui vivaient comme moi sont presque tous morts.'

je termine ce post par les dernières strophes sublimes de ' Nijinsky 'magnifique chanson sortie en 2003


N'ayez aucun remords
Le jour de mes obsèques
Au-dessus de mon corps
Dieu dansera

R.I.P  Daniel



Daniel Darc - c'est moi le printemps


podcast



Taxi girl-  aussi belle qu'une balle



podcast



Daniel Darc  - inutile et hors d'usage



podcast


Daniel Darc   -je me souviens , je me rapelle



podcast







24/02/2013

Push the sky away (Nick Cave and the bad seeds 2013)

 

 Nick-Cave-Push-The-Sky-Away.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nick Cave and the bad seeds - Water's edge


podcast

 

 

Nick Cave and the bad seeds  --wide lovely eyes


podcast

 

 

Quinzième album de l'australien ,et le premier sans Mick Harvey son complice de toujours Push the sky away s'impose comme  un des grands crus de Nick Cave and the bad seeds

On est ici incontestablement face a un album de la trempe de' the boatman's call '(1997) ou ' the murder ballads  '(1996) deux disques références dans la discographie  de cet immense artiste

Des les premières notes de We No Who U R on est sous le charme de cet album qui sonne différemment des productions  de ces dernières années.

Débarrassé  de toute agressivité rock , cet album respire une certaine forme de sérénité et d 'apaisement .

Enregistre dans le sud de la France Cet album court et lumineux (9 titres) met en avant la voix fascinante  de Nick Cave , en  crooner de luxe dans un style a la Johnny Cash ('The man comes Around  en '2002) ou dans l 'esprit d'Iggy Pop ('Avenue B ' en 1999) le chanteur est époustouflant et irradie de sa classe ce disque presque minimaliste tout  en noirceur et violence contenue.

Un disque qui enchantera tant les fans de l'australien que  tout ceux qui aiment les voix chaudes  et les belles mélodies,un disque que l'on peut qualifier  sans doute comme celui de la maturité.

beau ,chaleureux ,intense 'Push the sky away " sorti en février s 'impose déjà comme l'un des albums essentiels de l'annee 2013.

16:55 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0)

23/12/2012

Train A Comin ' (Steve Earle 1995)

 

 

 

Steve Earle-    Hometown blues


podcast

Ce disque de Steve Earle est celui d'une resurrection. Rien de moins

Au début des années 90 Personne ne mise un dollar sur Steve Earle , le texan , pionnier du mouvement neo-country au milieu des années 80  , le guitariste ,est au fond du trou ,il hante les bas fonds de Nashville a la limite de la clochardisation , imbibe du matin au soir et  accro au crack , le musicien est un fantôme ,  a la ramasse totale, un pied dans la tombe et oublie de tous

Mais le destin va rattraper Steve Earle ,incarcéré dans un pénitencier du Tennessee il suit une sévère cure de désintoxication et revient ,repêché par un petit label independant avec "Train A Comin'"  album rédempteur , solaire et écorché

Disque accoustique et dont la  pochette annonce la couleur  ("Ceci n'est pas un disque unplugged ,Mon dieu que je hais MTV " ) "Train a comin'" n 'est pas un fourre tout country de plus  mais plutôt  l'album d' un homme qui règle ses comptes avec lui même histoire de montrer a ceux qui l'avait enterre un peu trop vite qu'il peut encore apporte sa pierre  au monde de la musique country.

En toute simplicite  et en etat de grace absolue  Steve Earle livre un disque immense ,on pense  alors a " G..P "  ou a "grevious angel " les deux chefs d'oeuvre de Gram Parsons l'idole définitive de Steve Earle

Un disque majeur a écouter de toute urgence

22:37 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0)

24/11/2012

Mistrial (Lou Reed 1986)


 

Evidemment Lou Reed comme la majorité des grands artistes  ou des grands groupes a connu lui aussi une traversée du désert artistique

Une fois encore force est de constater que ce passage a vide  se sotie dans une  periode plutot morose pour le rock a savoir les annees 8o

A l 'image du "never let me down " de Bowie (1987) ou du "dirty works" des Stones (1986) ce "Mistrial" " est une insupportable bouse musicale indigne du talent visionnaire de Lou Reed et qui laissera les fans du Lou perplexe et dubitatif

Pas grand chose a en retirer sauf peut être le tout dernier titre " tell it to your heart"qui échappe au désastre de l'ensemble

Perdu au milieu des années 80 Lou Reed livre la un disque  dont il serait intéressant de voir ce qu'il en pense aujourd'hui

Une fois n'est pas coutume  apres avoir encense a de tres nombreuses reprises  Lou Reed et le Velvet Underground sur ce blog je me fend d'une chronique assassine sur ce disque vraiment rate et totalement dispensable

ah oui   j 'oubliais  pochette absolument hideuse 

 

 

 

 

 

 

21:08 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0)

15/10/2012

LP Pop & Bonus Track -Alicante - 2012

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

u.jpg


 












Antonio de felipe artiste espagnol contemporain originaire de valencia (il y est né en 1965) expose a Alicante a 'la caja blanca de las cigarreras ' ses oeuvres modernes , colorées et gaies

La peinture d'Antonio de Felipe se nourrit d’éléments iconographiques de la culture populaire, publicité, marques, oeuvres maîtresses et particulièrement, des "top model", des stars du cinéma et des personnages de dessins animées  ou de la bande dessinée. L'artiste exprime a sa manière une certaine forme de  nostalgie 

Sa derniere exposition revisite les pochettes d'albums connus d'artistes ou de groupes de musique connus , De Madonna aux Beatles, des Pink Floyd aux Sex Pistols Antonio de Felipe  mixte et mélange les époques et les genres avec talent et humour

 

 

"Sergeant Peppers 's  lonely hearts club band "  revisited l'artiste  s'y est representé au milieu en lieu et place d'un Beatle originel ,on retrouve sur cette pochette détournée une multitude de personnages de la Panthere rose a  Kermit , de Freddie Mercury a Tintin



P1010048.JPG











"Tattoo you "  revisited

 

P1010057.JPG









"The Wall "  revisited









 

'Nevermind  '   revisited  x  2 




Quelques  oeuvres  exposées en  parrallele au thème des pochettes d'albums détournées

 

 

[antonio+felipe+9.jpg]

Ou on retrouve Mark Spitz et les sept nains


P1010127.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Résine  "Catwoman " catch "Mickey Mouse"



27/09/2012

Vers les lueurs ( Dominique A 2012)

Dominique A : triple A

 

Dominique A   -contre  un arbre


podcast

 

Bon an ,mal an l'ami Dominique A nous offre un cadeau magnifique pour  célébrer ses vingt années de carrière et son dixième album solo avec  " vers les lueurs ' qui succède au confidentiel  'la musique ' (paru en 2009).Toujours étonnant , toujours ecorché  et  toujours hors des sentiers battus ;bien loin de l'agitation médiatique et  des matraquages radios  habituels de la variété française Dominique A tutoie gentiment les anges et  se moque et des modes et des tendances il fait  de la chanson française  et il en fait avec talent .

A mon sens voici son album le plus radieux et  le plus abouti depuis le desormais classique  'la mémoire neuve ' qui l'avait révélé en 1995 , ce nouvel album  explose et irradie  de simplicité et de finesse

et puis c'est aussi en écoutant les titres de ce disque lumineux et solaire que j'ai eu comme une evidence une révélation oui ! ce type chante admirablement bien ,  sa voix sur la majorité des chansons de cet album est posée avec une justesse et une perfection totale  mettant en valeur des  textes d'une grande beauté

De plus , Le  nantais s'est entouré ici d'un  quatuor à vent (flûte, hautbois, basson, clarinette, ). qui donne a ses textes un climat étrange et envoûtant 

Rien a jeter ce disque deja indispensable qui deviendra je pense un disque charnière dans une  carrière sans écueil  , toujours intense ,  toujours délicat  , jamais prétentieux Dominique A  se pose ici en héritier d un  Manset a la recherche comme  lui de mélodies a la fois limpides et complexes 

 'contre un arbre '  ' rendez nous la lumière ' ' vers le bleu ' 'le convoi ' 'parce que tu étais la ' sont des titres qui donnent le frisson , seul peut  être (faisons la fine bouche !) 'close west ' est en (léger) décalage mais quelle importance ce disque de bout en bout est une merveille 

Je tiens quant a moi mon disque de l'année 

 

dominique A - ce geste absent


podcast

 

 

 

18:13 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0)

22/06/2012

Rencontre avec une légende -Paris - 21 Juin 2012

 

avec Christophe au bar du theatre marigny 21 juin 2012.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Theatre Marigny  Jeudi 21 Juin 2012

Dans le cadre de certaines  fonctions professionnelles j'etais invité par ce célébre lieu culturel pour une présentation des évènements de la saison 2012-2013

La cérémonie animée par Edouard Baer et sous l'oeil vigilant de Pierre Lescure  se déroulait avec extraits de spectacles et interventions des comédiens et auteurs venus parler et débattre de leur pièce de théâtre respectives

Au micro Pierre Lescure annonce soudain la présence  d'un invité exceptionnel et c'est dans un brouhaha admiratif que Christophe  se présente sur la scène du théatre

Un piano caché jusqu'a présent est aussitôt dévoilé et  Christophe tout vêtu de gris et rose chaussé de  bottes de cow boys fait son apparition comme descendu d'un nuage

Apres un premier titre court que je ne peut identifier (nouvel album certainement ?) Christophe propose une version épurée et magnifique , toute en acoustique des 'Mots bleus ' l'instant est sublime,le temps semble suspendu.

Apres le choc ,j'ai pu lors du cocktail  proposé par le théatre Marigny bavarder un peu avec Christophe trés accessible et d'une exquise gentillesse et disponibilité ; par chance il  choisit le bar (il y en avait quatre ) ou je sirotait tranquillement une coupe de Champagne pour venir a la rencontre du publicet  les 20 -30 minutes passées en sa compagnie a parler, échanger autour de sujets divers ( Bashung , Alan Vega ,"le beau Bizarre"New York ) resteront un incroyable moment

Que dire ? sinon que l'homme a une présence magnétique, avare de mots, économe de gestes il est exactement comme je me l''imaginais , une classe folle , cet air d' etre a la fois  présent et absent , dandy génial définitivement a part Christophe  est de la race des derniers géants , des derniers princes , a l'égal d'un Manset insaisissable , d'un Bashung regrétté et irremplaçable , d'un Dutronc détaché et déconnecté

Le rendez vous est donc  pris pour cet  '  intime tour '  que l'immense artiste présentera en janvier 2013 et qui promets d'être un moment unique et rare




Christophe -  un peu menteur


podcast

20/06/2012

Johnny Cash at Folsom Prison (Johnny Cash 1968)

 

 

cash_folsom.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Johnny Cash -  Folsom prison blues


podcast

 

Johnny Cash  -  Cocaine blues


podcast

 

C'est l'opiniatreté de Johnny Cash qui aura permis a cet album de légende de voir le jour et si il est enregistré au début de l'année 1968 il aura fallu de longues années a Cash pour aboutir , ce projet lui tenant a coeur depuis 1955 période a laquelle il avait écrit 'Folsom prison blues ' 

Frileuse et peu sensible au projet du chanteur la Maison de disques Columbia  a timidement accepté  de s'engager dans la réalisation de cet album unique ,unique car il restera le premier disque enregistré en public dans une prison , un public composé de délinquants , de criminels et  encadré par le personnel pénitentiaire.

16 titres composent ce ' Johnny Cash at Folsom prison ' disque devenu absolument mythique , deux  de ces  titres ( 'Jackson '  et ' give my love to Rose ') étant  des duos avec June Carter compagne de Johnny Cash durant 35 ans et décédée en 2003  (Johnny malade et effondré ne lui survivra que quelques mois).

La communion entre le chanteur et son public est instantanée , Cash échangeant verbalement entre les chansons  avec son public et offrant même a un détenu de chanter l' une de ses compositions ( 'Greystone Chapel ')

Le chanteur est accompagné de la fameuse 'Carter family'  mais aussi par l'illustre Carl Perkins (guitare) pour ce qui restera comme l'un des plus grands disque de sa carrière les titres choisis dans son répertoire sont évidemment noirs, violents,  sans concession aucune  ( ' cocaine blues ' 'folsom prison blues ' the long black veil ' )

L'album suscitera par ailleurs beaucoup de controverse (certains échanges verbaux entre le chanteur et l'assistance déchainée seront purement coupés) mais 'Johnny Cash at Folsom prison ' sera néammoins et contre toute attente un immense succés

Johnny Cash renouvellera l'experience de l'album 'live ' en prison l'année suivante avec l'excellent 'Johnny Cash at San Quentin'  (les deux albums seront également couplés dans un coffret)

Ce disque , véritable  voyage dans un univers unique est indéfinisable ;l'ambiance est surchauffée et  electrique. et des l' entrée en scène du chanteur et des quelques mots murmurés de sa voix d'outre tombe  'Hello I 'm Johnny Cash ' suivis du premier titre 'Folsom prison blues' on est transporté et totalement conquis.



A Noter une réedition  en  1999 avec trois titres bonus  ('busted '  ' Joe bean  ' et ' the legend of john henry's hammer' )


 johnny_cash_folsom_prison_10-x600.jpg

 

 

 

 

06/06/2012

Lys And Love (Laurent Voulzy 2011)

 

41N7UfUkpFL__SL500_AA300_.jpg

 

 Laurent Voulzy -  j'aime  l'amour


podcast

 

On sait que Laurent Voulzy  est un flâneur , il est acquis depuis longtemps que l'artiste aime a prendre son temps , 10 années écoulées depuis  ' Avril ' sorti en 2001 , un album inégal de reprises ( " la septième vague ')  en 2006 et nous voila en 2011 pour  " Lys & Love  "

Voulzy éternel adolescent  livre ici a  63 ans un disque somptueux , étonnant  , un album  qui pour  moi  est sans contexte son chef d'oeuvre.

Un disque osé a l'image de celui de jean Louis Murat et Isabelle Huppert ( 'Madame Deshoulieres' en 2001 ) ou de celui de Christophe (" comme si la terre penchait "   en  2001)

Album de mélanges de genres , album osé , risqué mais parfaitement maitrisé de bout en bout  " Lys & Love " peut  se  définir  par un cocktail  savant de  pop,  d'electro ,de new age , d'ambient  de musique médiévale un fourre-tout délicat avec cordes omni présente , claviers atmosphériques et textes français ou anglais 

Comme d'habitude la collaboration avec Alain Souchon est palpable  (collaboration sur 4 titres) mais on remarque aussi la multitude de textes en anglais , la  présence  inattendue de Roger Daltrey le chanteur légendaire des Who  invité sur un  titre  ('ma seule amour ' )

on Notera aussi la présence de Nolwenn Leroy qui apporte la fraîcheur féminine et aérienne sur 'en regardant vers le pays de france " 

Enregistré dans les mythiques studios d'Abbey Road a Londres Lys and Love est une réussite totale un disque qui ne saurait laisser indiffèrent tant il ne ressemble a rien de connu dans le paysage discographique français

Signalons enfin 'la neuvieme croisade ' ou Voulzy puise l'inspiration dans la musique soufi pour un titre enivrant et totalement fascinant

Fascinant est le mot qui convient donc le mieux ,  fascinant  a l'image de tout l'album et notamment des  4 derniers titres enchainés et fondus ensemble l'album se concluant par le magnifique ' j'aime l'amour

 

 

18:03 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0)

01/06/2012

Californication (Red Hot Chili Peppers 1999)

Red_hot_chili_peppers_Californication_front.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Red Hot Chili Peppers -parallel universe


podcast

 

C 'est l"histoire d'un album réhabilité , totalement réhabilité  même.

Je m'explique Acheté lors de sa  sortie en 1999 Californication souffrait a l'époque de la comparaison délicate envers les deux monstrueux 'Mother Milk' (1989) et surtout l'indépassable 'Blood sugar sex magik ' (1991)

Pour une raison inexpliquée donc, ce disque a atterrit dans les bas-fonds de ma discothèque pour ne plus en ressortir , le choix d'écouter les RHCP aboutissant toujours aux deux albums précités ou a la rigueur a 'One hot minute ' sorti lui en 1995

C'est pourtant sur ce 'californication ' que se réunit le quatuor magique et historique des RHCP , Anthony Kiedis, Flea ;Chad Smith et le revenant John frusciante récuperé en "désintox " (sauvé?) par son pote Fléa qui  l'aide a revenir dans le groupe qu'il avait quitté lors de la tournée de 'Blood sugar sex magik ' en 1992.

exit Donc Dave Navarro qui avait assuré la transition ;le groupe se ressoude et enregistre ce Californication produit par Rick Rubin et  qui va  s'avérer être un énorme succes (l'album le plus vendu a ce jour des RHCP)

Se démarquant des albums précédents  tout en en conservant la 'patte RHCP  ' cet album propose quinze titres qui s'enchainent merveilleusement.

Certes' Californication ' est un disque qui lorgne davantage vers le  funk mais  tout  en conservant l'energie pop-rock fusion qui caractérise le groupe ;les deux potes Frusciante et Flea font un boulot fantastique et complémentaire.

L'osmose entre ces deux légendes et le plaisir évident d'enregistrer et de rejouer ensemble s'entend sur chaque titre.

Les textes des chansons sont plus travaillées  , réunies autour d'un titre curieux (mélange de Californie et de fornication) les chansons dénoncent les travers de la société de consommation américaine (pornographie, alcool ,chirurgie esthétique , suicide  , drogue, ) 

Au final un disque superbe qui alterne pop furieuse 'scar tissu' ' get on top '  ' parallel universe' 'around the world ' et que dire de " l'enormissime  "Californication ' tuerie absolue et véritable hymne du calibre de 'give it away ' et  balades douces 'porcelain '  et surtout  ' road trippin'  petite merveille qui clot ce disque qui a  retrouvé bien  des  années apres sa sortie une seconde jeunesse sur ma platine

 

 

 

13:13 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0)