Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/06/2007

Crazy Rythmns - The Feelies (1980)

Il est urgent de réhabiliter The Feelies, car le fait que ce groupe pétri de talent soit méconnu -voire inconnu- est une totale hérésie.
"Crazy Rythmns" paru en 1980, est leur premier album et c'est une merveille absolue.Tout ici est éblouissant ,de la  façon nouvelle de mêler voix et guitares aux  riffs giclants , des envolées tourbillonantes a la  rythmique époustouflante  qui rythme dans un tempo unique ce disque qui lorgne évidemment du coté du Velvet Underground, ( dont The Feelies se revendiquent les fils spirituels).
Élu en 78 meilleur groupe underground de New-York, The  Feelies sont déjà un groupe culte de la scène branchée américaine à la sortie de ce premier disque.
Le rendez -avec le succés public n'aura pas lieu, mais il est urgent de redécouvrir des titres proprement ahurissants comme "The Boy With The Perpetual Nervousness"et son intro survitaminée, "Loveless Love", ou encore "Raised Eyebrow" (premier 45 T du groupe).
En plage 4 de cet album essentiel, une des plus extraordinaires reprises d'une chanson des Beatles (et dieu sait qu'il y en a ...) : The Feelies ayant pour leur part  choisi de reprendre "Everybody's Got Something To Hide Except Me And My Monkey", extrait du double blanc célèbrississime des 4 de Liverpool. Le résultat est inouï et véritablementfrénétique . 

Réhabilitation d'urgence.

The Feelies  - loveless love

podcast

Lire la suite

Berlin - Lou Reed (1973)

lou reed,berlin

Berlin est beaucoup plus qu'un disque, C'est une oeuvre musicale  dont l'écoute se révéle une véritable et intense  expérience. Je ne pense pas qu'en enregistrant ce disque, véritable diamant  noir des années 70.

le Lou avait il réellement conscience de son importance future dans le monde du rock ?

 Beau et sublime comme seuls peuvent l'être certains disques touchés par la grâce absolue,"Berlin" n'est pas accessible immédiatement ; mais une fois les clés d'accés décryptées, on entre dans un univers totalement envoûtant à la fois vénéneux et magique, où le génie total de Lou Reed crache son mal de vivre, ses angoisses et ses psychoses au travers  des  névroses  et  du mal être  de Caroline  et Jim les  deux personnages  hantés  de  ce  disque furieux  et sulfureux


Alors "Berlin" nous laisse K.O , le souffle coupé devant tant de beauté glacée et de frissons confondus.

 

Lou Reed   -  Sad  Song


podcast

 

 

 

 

 

 

 

 

02:55 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : lou reed, berlin

03/06/2007

Boire - Miossec (1995)

medium_boire1024934470372360.gifChroniquer en 2007 le premier album de Christophe Miossec permet de mesurer toute l'importance et la force de ce disque paru en 1995.
Le Brestois alors inconnu et surgi de nulle part, débarque cette année là avec un single emblématique et sans concession (Non, Non, Non, Non... Je Ne Suis Plus Saoûl),le phrasé qui fait parfois penser à Gainsbourg et la force des textes, nous font tendre immédiatement l'oreille.
L'album s'appelle "Boire" et il defriche le terrain du rock et de la chanson française où bientôt vont éclore toute une nouvelle génération.
Les chansons nous parlent d'alcool, de dérives, de ruptures, d'espoir, d'amitié et de révoltes, et Miossec en profite pour exhumer et faire renaître une magnifique chanson du répertoire 70's d'Hallyday ("La Fille A Qui Je Pense").Le tandem Christophe Miossec et Guillaume Jouan réussit la un album coup de poing que l'on peut qualifier aujourd'hui d'essentiel

 


Lire la suite

Five leaves left - Nick Drake (1969)

Ecoutez cello's song


podcast


medium_fiveleavesleft1092930947625807.gifCité maintes fois comme une influence majeure ou une référence par bon nombre d'artistes et de groupes, Nick Drake ne m'avait pas particulièrement attiré (allez savoir pourquoi ?), jusqu'au jour ou j'ai eu entre les mains l'objet qui alimente cette chronique et dont l'écoute, je le confesse, m'a plongé dans un état d'émerveillement total.
Five Leaves Left, paru en 1969, est le premier album enregistré par ce pur génie (suivront deux autres albums tout aussi merveilleux) et sa découverte bien que tardive m'a plongé dans le même état de ravissement bouleversant identique a celui eprouvé le jour ou j'ai posé pour la première fois Astral Weeks de Van Morrison sur ma platine.
Les superlatifs habituels employés ne sauraient être en mesure de décrire la magie et la pureté de ce disque composé de 10 joyaux aux mélodies et aux arrangements poignants dont la beauté frise l'abstraction.Dès la première écoute, on sait que Five Leaves Left va faire partie de notre vie et entrer directement dans la catégorie des essentiels de la musique.
Sur la pochette verso, on découvre Nick adossé dans une quelconque rue, chez lui a Birmingham ,il semble tout droit sorti du 'Blow-Up' d'Antonioni, mi-poète mi-dandy, le regard perdu et triste ,  Nick est deja loin, son mal de vivre est palpable et les démons qui le hante sont le terreau sur lequel Five Leaves Left va grandir. Nick Drake, mort d'une overdose de tristesse et de medicaments en 74, n'était pas de notre planète et il laisse au monde un héritage musical éternel avec cet album somptueux véritable miracle de beauté glaciale et unique. Bouleversant et beau à pleurer.

Lire la suite

Ego War (Audio Bullys - 2003)

739987769c4c4b4fe754b8b82eff8630.jpg

 

Vous avez forcement entendu 'Snake ' le titre qui démarre 'Ego War ' le premier album du duo londonien 'Audiobullys' . En effet cet excellent 'single'   illustra a l'époque la publicité pour la Toyota Yaris .Ce titre archi diffusé permit a Simon Frank et Tom Dinsdale les deux blancs- becs cachés derrière  le nom d'Audiobullys ' de décoller mais au dela  de ce titre , tube planétaire instantané qu'en est 'il du reste de l'album?

Entre morceaux furieusement  dansants et d'autres plus mollasons j'aurai tendance a dire que 'Ego War ' est un disque inégal .Il faut retenir en priorité outre 'Snake '  qui place d'emblée la barre assez haut "Real Life "  - " we don't care"  ou " the things " trois  bombes des dance -floors qui fusionnent avec talent l'electro ,le hip-hop et le rap. En revanche d'autres titres sont un peu a la traine ( "the snow "- "hit the ceiling " "face in a cloud" ) nettement moins jouissifs .Les influences avouées d'Audiobullys sont a chercher tant du coté des Specials , de Linton Kwesi Johnson  que des Chemical brothers ou de New Order. Le groupe  apres un démarrage en trombe avec ce premier disque semble avoir marqué le pas depuis mais Ego War reste encore quatre ans apres sa sortie un disque dynamique et toujours plaisant a réecouter .  

 

Ecoutez   real life


podcast

Lire la suite

02:55 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : audiobullys, ego war

12/04/2007

Funeral ( Arcade fire - 2004)

 

the arcade fire,funeral 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

j'avoue m'être beaucoup méfié , méfié de la hype et d'une certaine aura un peu prétentieuse autour de Funeral alors clairement  mes premières écoutes furent quelque peu faussées.

C'est pourquoi il m'a fallu du temps pour mesurer combien ce disque était exceptionnel , différent , hors courant .totalement  réjouissant  et  novateur

Un disque pareil s'aborde avec délicatesse on essaie de comprendre d'abord  ce qu'il a de plus sinon le talent , le culot puis on plonge dedans sans retenue et écoute après écoute l'évidence nous apparaît Ce disque est un des chef d'œuvre des années 2000 indiscutablement .

Il faut donc oublier l'evervescence autour du groupe ,oublier les innombrables couvertures de magazines , les critiques dithyrambiques , et ouvrir grand ses oreilles et avouer qu'elles (nos  oreilles) n'ont pas étés a pareille fête depuis bien longtemps.

Funeral est un disque vraiment magique  par ses orchestrations inattendues  , l'utilisation de certains instruments (accordéon , banjo) ou la structure de certains titres. Ici on ne  se contente pas de l'habituel  refrain -couplet , non la chanson évolue et prend de l'altitude au fur et a mesure que le morceau avance a l'image de l'envoûtant 'une année sans lumière' qui soudain décolle dans une furia pogo hallucinée et  frénétique  ou encore du final énorme de  'Neighborhood 2 # Laika #'  .  la voix de Regine Chassagne qui rappelle parfois celle de Bjork dont l'ombre plane sur ce disque inouï fait des miracles  .

A propos d'ombres planantes  on  ne pourra qu'évidemment pas ignorer  celles ( totalement    revendiquées  par  le  groupe  ) des Talking heads ou encore de David Bowie fan inconditionnel de la première  heure   .

Bref ,  Un grand , un très grand disque qui vient tutoyer les monuments que sont OK Computer ,  Astral Weeks ou Remain in light . et si il me faut faire une critique ,une seule petite critique elle sera pour la pochette orangeâtre immonde qui cache ce diamant qui méritait un bien plus joli écrin.

Ce disque exceptionnel et fascinant d'un groupe qui a pris tout le monde a contre-pied est devenu très vite une référence  . Construit autour de l'ossature du couple Win Butler -Regine Chassagne Arcade Fire contrairement a la majorité des groupes qui ont explosés ces dernières années ne se revendiquent pas de Radiohead ou des Pixies mais plutôt de Neil Young , de Bowie ou encore de Bob Dylan.

la consécration d'Arcade Fire  ne fait que Confirmer l'évidence  d'un  riche terreau musical émergeant de la scène canadienne depuis quelques années (Godspeed  you black emperor  - A Silver Mountain Zion) et dont désormais Arcade Fire se pose de manière indiscutable  en chef de file devenant par  ailleurs  le temps de ce premier  album somptueux l'objet d'un véritable culte

Arcade fire   'une année sans lumière"


podcast

 


 

 

10/04/2007

Transformer ( Lou Reed 1972)

medium_transformer1074728955717694.2.gifDès la photo de la pochette, dès le titre de l'album, le ton est donné. "Transformer" est et restera pour toujours l'album définitif des déviances et des perversions, un cocktail de sexe, de poudre, de sang et de sperme.  Lou Reed, aidé dans cette entreprise par David Bowie plus visionnaire que jamais, nous offre avec ce chef-d'oeuvre une galerie de portraits désespérés, du mal de vivre urbain  , personnages rescapés du pavé new-yorkais et  zombies plus morts que vifs. Lou Reed nous offre un album qui bien qu'étant devenu aujourd'hui un classique absolu, n'a rencontré à l'époque qu'un mince succés, le leader du Velvet ayant déjà pour beaucoup un pied dans la tombe . l'essentiel des titres parmi les onze proposés dans cet album essentiel, sont devenus des chansons cultes ("Satellite Of Love", "Perfect Day", "Vicious"... ),  Lou Reed va obtenir avec "Transformer", son seul et unique véritable 'hit', le célébrissime "Take a Walk On The Wild Side" chanson universellement connue,( davantage encore que son créateur lui-même), et qui dresse une croustillante galerie de portraits des personnages-clés de la Factory warholienne.

Lou Reed -  Andy's chest


podcast
 

 

 

Lire la suite

31/03/2007

Slow train coming ou l'album de la convertion de Bob Dylan

 bob dylan,slow train coming,christianisme  

Avril 1979  Bob Dylan s’apprête a faire un changement radical qui va bouleverser sa vie personnelle  et artistique .

Le chanteur culte de toute une génération, celui qui par ses textes et ses mélodies aura définitivement bouleversé la musique de son époque va soudain se convertir au christianisme.

D’origine Juive né Robert Zimmermann cette conversion va lui  apparaître comme une évidence au vu d’une inspiration divine.

en effet lors d’un concert a San Diego un spectateur lui lance une petite croix  en argent  le chanteur la ramasse et la conserve, puis quelques jours plus tard alors qu’il se trouve en Arizona , Dylan  examine cette croix  lorsqu’il ressentit une  ‘ présence ‘ .Troublé par cette sensation intérieure il s’inscrit dans une école d’enseignement biblique californienne encouragé par sa nouvelle compagne Mary Alice Artes et décide bientôt de se convertir a la religion catholique

L’album qui suivit cette crise mystique  fût ‘slow train coming ‘ paru en Août  1979 dont les chansons composées entre Avril 1979 et mai 1979  s’inspirent  presque toutes  (a l’exception de Do right to me, baby  écartée de l’album précédent  'street legal’) de la bible et de l’ancien testament .

A la guitare on trouve sur ce disque Mark Knopfler le guitariste de Dire straits  un groupe qui est en train  de conquerir le monde et c’est d’ailleurs en allant les voir sur scène a Los Angeles que Dylan  eut  l’idée de demander au musicien de participer a son album .

Nous sommes alors en plein période post –punk ,la vague disco  déferle et le reggae commence son invasion planétaire aussi rien d’étonnant a ce que l’un des plus gros succès de ‘ slow train coming ‘ soit Man gave names to all the animals  un titre au rythme chaloupé très inspiré du reggae et qui mènera Dylan jusque sur les dance –floors.

Ce titre s’inspirant clairement de la genèse 2 :20 "Et l’homme donna des noms a tout le ;bétail ,aux oiseaux du ciel et a tout les animaux des champs  "Mais  cette chanson même si elle rencontre un grand succès n’est pas la meilleure de ce disque  du   Dylan nouveau   et Il faut plutôt a mon sens  retenir   ‘Gotta serve somebody"

You might be a rock'n roll adict prancing on a stage you might have drugs at your comand , women in a cage But youre gonna serve somebody yes You're gonna have to serve somebody, Well, it may be the devil or it may be the Lord But you're gonna have to serve somebody."

"Vous pouvez être un fou du rock'n'roll qui se déhanche sur scène, Vous pouvez avoir des drogues quand vous le voulez, des femmes en cage Mais vous devrez servir quelqu'un, oui Vous devrez servir quelqu'un, Ca pourra être le diable ou ça pourra être le Seigneur Mais vous devrez servir quelqu'un."

Cette chanson superbe est assurément  le chef d’œuvre de l’album  et  Dylan recevra d’ailleurs  un grammy award (son premier) pour ce titre  dans lequel    le Zim  fraîchement converti propose de choisir entre le diable et le seigneur.

De même  dans " precious Angel " le texte est explicite

"Sister, let me tell you about a vision I saw.
You were drawing water for your husband, you were suffering under the law.
You were telling him about Buddha, you were telling him about Mohammed in the same breath.
You never mentioned one time the Man who came and died a criminal's death"

"Ma sœur, laisse moi te raconter une vision que j'ai eue.
Tu puisais de l'eau pour ton mari, tu souffrais sous le joug de la loi.
Tu lui parlais de Bouddha, tu lui parlais également de Mahomet dans le même souffle
Tu n'as jamais une seule fois mentionné l'Homme qui est venu et mourut comme un criminel"

Même chose pour  I believe in you ou il décline cette fois  le thème cher a son cœur celui  du vagabond solitaire mais ici l’homme n’est plus seul car il croit en Dieu

"I believe in you even through the tears and the laughter,
I believe in you even though we be apart.
I believe in you even on the morning after"

"Je crois en toi même au milieu des larmes et des rires
Je crois en toi même si nous sommes séparés.
Je crois en toi même le jour d'après
."

Enfin dans When you gonna wake up  le refrain qui donne son titre a la chanson est tiré mot pour mot de la bible  révélation 3 :2

 

"There 's a man up on a cross and he's been crucufied

do you have any idéa why or for who he died ?"

 

"Il y a un homme en haut d'une croix et Il a été crucifié."
"As tu la moindre idée de pour quoi et pour qui Il est mort
? ".

Il est clair au vu des textes de slow train coming que Dylan s’improvise dorénavant  comme un prophète des temps modernes qui veut mettre en garde  la société contre ses travers et ses écarts de conduite.

C’est cette ferveur chrétienne qui ne le quittera plus et le conduira a demander a  être reçu par Sa sainteté Jean Paul  II bien des années plus tard affirmant alors aux yeux du monde une profonde et réelle conviction religieuse que les fans anglophiles  auront perçue depuis longtemps dans les textes de nombreuses de ses chansons en général  et bien evidemment dans ce  'slow train coming' qui s'impose comme  un magnifique et bouleversant album de transition tant musical que personnelle.

 

Bob Dylan - Man gaves names to all the animals

 


podcast

 

 

 
 

28/03/2007

Egéries Sixties ( Fabrice Gaignault -Fayard-2006)

fabrice gaignault,sixties,égéries

 

Début des années 1960. Des filles se rencontrent à Paris dans l'agence de mannequins de Catherine Harlé : Nico, Anita Pallenberg, Amanda Lear, . Libres, extravagantes, gonflées , elles font les beaux jours et les belles nuits de la Rive gauche et croisent d'autres beautés.

Plus qu'une bande, ces femmes libérées  incarnent un état d'esprit, un look , un mode de vie  une allure , et vont influencer profondément leurs amants, des figures du cinéma ou du  rock : Brian Jones, Philippe Garrel ,Keith Richards, David Bowie, parmi tant  d'autres.

 

Peindre l'existence de ces véritables stars, c'est remonter le fil qui relie la mode de Carnaby Street à celle du boulevard saint-Germain. C'est s'inviter à des parties hallucinantes, des deux côtés du Channel mais C'est aussi entrevoir, à travers ces égéries touche-à-tout le souffle de liberté et de créativité des sixties dont tout les artistes  se revendiquent aujourd'hui encore .

C'est ressusciter le temps  de la  lecture  de  ce  livre  passionnant les figures légendaires de Donald Cammell, dont l'appartement de Montparnasse fut le haut lieu de l'axe Paris-Londres, et de Talitha Getty, dont le palais de Marrakech fut le théâtre d'orgies mémorables ou  encore d'Andy Warhol dont la Factory new yorkaise fut un vivier de l'expérimentation musicale et artistique .

Suivre la destinée de ces femmes exceptionnelles, c'est surtout dessiner une certaine idée des années 1960 avec tempêtes sexuelles, riffs de guitares , provocations vestimentaires et déferlements de  poudre ".

Lire ce livre formidable c'est aussi mesurer le fossé qui sépare notre société actuelle de ces  années qui bien que décadentes n'en restent pas moins marquées d'une soif de liberté et de rencontres fascinantes .  

Cette génération qui baignée par un Mai 68 dont elle ne semble pourtant avoir cure applique au quotidien le mode de vie d'un  titre emblématique du célèbre film de Godard " Vivre pour vivre "  . Dans ce monde interlope ou on croise aussi bien des  artistes  cultes  (Dali , Warhol , Dylan , Gainsbourg ,Polanski , Beatles  et Stones , Brando , Hendrix , ) que des anges maudits (Pardo -Clementi ,) on y parle surtout de ces filles étonnantes en osmose avec leur  temps , De Zouzou  a Marianne Faithfull , de Birkin a Valerie Lagrange ,de Caroline de Bendern a Talulah Getty  d'Eddie Sedgwick  a Tina Aumont , de  Nico a Marianne Faithfull , d'Amanda Lear a Anita Pallenberg d'Anna Karina a Deborah Dixonelles  accompagnées d' autres beautés inconnues ou célèbres ,  egéries de l'ombre  ou de la lumiére ,toutes   sont  des femmes incontournables qui ont marquées chacune a leur façon leur époque.

Ce  livre formidable témoignage d'une époque révolue qui a laissée tant de traçes indélébiles est signé Fabrice Gaignault  rédacteur en chef culturel du journal Marie -Claire .

 
 

La triste fin du CBGB

medium_1292559022_m.4.jpgmedium_cbgb..2.jpg

 

 

 

 

 

Dimanche 15 Octobre 2006 fût un jour bien triste pour tous les aficionados de rock

le CBGB le club mythique du 315 Bowery a new -York a définitivement fermé ses portes.

On savait  le club au bord de la fermeture  harcelé par des promoteurs immobiliers sans scrupules  mais on aurait pu penser que la municipalité  déciderait de classer le CBGB monument historique  et de préserver cet endroit unique considéré par  beaucoup comme le saint des saints  en matière de club de rock.

Sale, délabré, ce haut lieu de la musique et de la contre culture américaine fascinait pourtant depuis  sa création en 1973 tout ceux qui aimaient les atmosphères de musique live authentiques et conviviales le CBGB était un endroit qui ne ressemblait a aucun autre, y pénétrer  se révélait une expérience  inoubliable avec cette  curieuse impression que les fantômes de tous les groupes passés  sur la petite scène du club hantaient encore les lieux.

Lorsque un soir de Mars 2005 après tant d’années à l’ imaginer je passai a mon tour la porte  du   CBGB ce fût un choc tout était comme je me l’imaginais, stickers, affiches,  graffitis partout, chaises, banquettes et plafonds défoncés, le bar sombre et kitsch ; et cette  scène sur laquelle tant de mes artistes favoris avaient joués  des Talkings heads aux New york Dolls en passant par Suicide  et  les Ramones bien sûr  , Blondie et  Patti Smith (présentes toutes deux  pour le dernier concert du 15 octobre) sans oublier  Télévision  ou encore  Richard  Hell la liste est longue.

 C’est donc bel et bien terminé, le fondateur de ce lieu historique Hilly Kristal n’aura pu sauver son club malgré les associations qui ont tout tentés.

Avec la disparition du CBGB c’est une partie de la mémoire vivante de la musique rock qui s’éteint  et c’est bien regrettable ;je pense a tous les fous de rock qui comme moi ont réves de ce lieu mythique avec l’espoir d’y mettre un jour les pieds juste  histoire de dire j’’y suis allé ,  " j’ai pissé dans le même urinoir que Joey Ramone ou Richard Hell"  

A l’inverse de  moi ils ne concrétiseront pas leur rêve et j’en suis désolé pour eux . Si je lève les yeux de mon clavier je peux apercevoir l’affiche  que j’ai ramené de ma soirée au CBGB ce soir la , un obscur petit groupe The Nerve Agents était au programme ,un groupe  de rock  comme le club en aura programmé des milliers  et qui n’avait qu’une idée en tête s’éclater et jouer leur musique live,je me souviens aussi que  dans le décor décadent  et unique du CBGB le temps ce soir la  semblait s’être arrêté.

Cette fermeture désolante  me rappelle un autre endroit  mythique qui pourrit lentement dans une honteuse indifférence, rue du Faubourg Montmartre a Paris Le Palace  haut lieu des nuits parisiennes  crève lentement attendant un projet, une idée qui lui redonnerait vie mais c’est certainement  trop demander aux pouvoirs publics que de s’y intéresser.

http://www.cbgb.net/

Voir la vidéo de la fermeture officielle du CBGB  http://www.youtube.com/watch?v=Pba2ooXLlx8

medium_cbgb050613_1_400.4.jpg

 

 

medium_cbgb.2.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
 

10/03/2007

Polnareff -Retour gagnant

medium_bercy_vue_d_ensemble.JPGmedium_bercy_cote_..JPG

 Bercy, Paris : Michel Polnareff - 10 mars 2007

 

 

D'abord une clameur et une ovation a la hauteur de l'attente et de l'importance de l'évenement  puis une ombre derrière la scène et soudain  les premiers accords de "la poupée qui fait non " répétés plusieurs fois  puis le rideau qui se léve et le voici ENFIN ! Polnareff  en chair et en os devant son public qui l'attend depuis 34 ans.

 

J'attendais et redoutais a la fois ces retrouvailles avec le plus talentueux de nos exilés ,des retrouvailles  encore inespérées voici un an encore et il ne m’a  fallu que quelques secondes  pour être rassuré sur la voix  , presque inchangée  toujours  parfaitement dosée, avec cette curieuse impression d'incroyable  facilité.

 

Michel Polnareff se balade dans l'interprétation des tubes de sa carrière  avec des moments d'émotion pure ("l'homme qui pleurait des larmes de verre"- redécouverte par un public médusé -" Marilou" - "Lettre a France" - avec aussi des classiques absolus revisités "Le bal des lazes" presque heavy metal -" je suis un homme"  qui ouvre magnifiquement le concert "la Mouche ""Tout ,tout pour ma chérie " formidablement remis au goût du jour  et aussi des surprises  "y'a qu'un ch'veu sur la tête a Mathieu"  ré orchestrée "western" qui enflamme Bercy   ,un palais omnisport de Bercy transformé le temps d'un "On ira tous au paradis" en immense  karaoké géant ou le public communie avec l’artiste et lui prouve toute sa fidélité et son respect  .

Pas une seconde on ne peut supposer que Polnareff est parti si longtemps tant l'osmose avec son public est palpable. Un mot sur la  scène carrément  grandiose avec des jeux de lumiére  de toute beauté qui s'harmonisent avec les titres des chansons.

Autour de Michel Polnareff des musiciens américains ultra professionnels (peut-être un poil trop rock par moments) et des choristes de grande classe,  la classe au final c'est le mot définitif pour résumer tout ce que nous avons eu la chance d'admirer ce 7 Mars a Bercy pour le cinquième concert parisien (sur 10) de Polnareff . Un grand moment, un immense souvenir déjà.

 

 

 

 

 

 
 

17:55 Publié dans Musique, Société | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : polnareff, bercy

01/03/2007

Andy Warhol (1928-1987)

medium_warhol.5.jpg

Il y a vingt ans tout juste que Andy Warhol est mort (le 22 février 1987) , adulé , glorifié , starifié mais aussi raillé de son vivant l'homme occupe désormais une place de choix parmi les artistes incontournables de notre siècle. Icône mondaine, dandy chic et pop star visionnaire Andy Warhol reste pourtant un personnage énigmatique totalement hors normes. J'ai eu envie a l'occasion du vingtième anniversaire de sa mort de lui rendre un petit hommage personnel.

 

Le monde est un supermarché ou tout est a vendre les objets, la  peinture ; l'art et même la vie privée, c'est en appliquant ce concept révolutionnaire qu' Andy Warhol va devenir l'artiste absolu des temps nouveaux. Dans une société ou triomphe marchandises et publicité il  va appliquer a la peinture les techniques de la reproduction et devenir ainsi LE peintre emblématique du mouvement  pop art et l'un  des artistes les plus célèbres de tout les temps. Artiste universel, artiste industriel, symbole de la réussite du rêve américain,  tout en lui est singulier tout en lui est passionnant . Andrew Warhola  le 28 septembre 1928 a Forest city en Pennsylvanie de parents tchèques émigrés le jeune Andy va des son jeune âge se démarquer de la plupart des enfants de son âge. Souvent alité car de santé précaire le jeune garçon va se passionner pour le monde des stars. Hollywoodle fascine et il s'invente au fond de son lit un monde imaginaire de paillettes et de strass. Le dessin va prendre une place prépondérante dans sa vie, il collectionne, colle, découpe, dessine  et fait déjà preuve de prédispositions exceptionnelles.Toute sa vie il conservera et classera des quantités  inouies de documents ,papiers ,photos , petits objets  de toute nature ( qu'il archivera a partir de 1974  un jour dans des boites numérotés qu'il va baptiser   "Time Capsules) " . Il a tout juste  21 ans lorsqu'il s'installe a New -York ou il travaille comme illustrateur pour magazines de mode  et semble avoir une prédilection pour les chaussures  et durant une dizaine d'années  le jeune homme va devenir l'un des  plus brillants illustrateurs new yorkais  ,il a déjà  changé "Andrew "en "Andy"  et supprimé le  A  de son nom de famille et semble promis a une belle carrière dans le milieu de la mode. iI reste cependant très attaché a sa  mère qui l'a rejoint des 1952  et qui habitera avec lui a toutes les adresses successives au cours des années. C'es également a cette periode qu'il adopte le port de la perruque  grise  et longue qui va devenir une partie de son identité  au fil des ans ,il travaille toujours dans la mode mais parallèlement crée  des modèles de papiers peints et de papiers d'emballage. Les premiers tableauxsont peints vers 1959 inspirés des personnages de bande dessinées (Popeye - Superman ) ;il se passionne pour le travail de jasper Johns de Roy Lichtenstein et de Robert Rauschenberg trois  artistes de l'avant garde américaine et  décide de peindre lui aussi d'après l'iconographie publicitaire  et c'est l'apparition de la bouteille de Coca-cola et de la boite de soupe Campbell's.  1962 C'est l'explosion d'un nouveau courant dans la peinture moderne ,les galeries exposent des artistes qui ont pour nom  Rosenquist , Oldenburg ,Lichtensteinet Warhol va s’en inspirer pour créer les séries des « Do it yourself « ( a faire soi même) des Timbres poste , des timbres épargne , des bouteilles de coca , des dollars ,des boites de soupes ;il travaille désormais d'après photo et adopte le procédé de l'écran de sérigraphie obtenu par clichage photographique C’est l’époque de  la première série des Marylin . Il expose à la galerie Stableet participe à l'exposition «  the New realists » a la galerie Sydney Kanis. Cette exposition va  confirmer l'importance des nouvelles tendances qui s'opposent a l'expressionnisme abstrait . En 1963 Warhol expose en compagnie de Johns  ,Rauschenberg , Lichtenstein au Solomon .Guggenheim Museum, c'est également une periode ou la mort semble prendre une place particulière dans  son oeuvre.(séries  des accidents , des suicides ,  des émeutes raciales , des armes a feux  , des chaises electriques)  Il rencontre  un jeune etudiant poéte du nom de Gerard Malanga  qui devient son assistant  ensemble il vont travailler énormement stimulés par l'absortion d'amphetamines et multipliant notamment  les séries inspirées des effigies de stars (Marlon Brando - Liz Taylor  - Elvis Presley) .Bientôt Warholachete une caméra et passe a la réalisation avec un film totallement d'avant garde "Sleep" ou on voit en temps réel  un comedien (John Giorno) en train de dormir le film dure plus de 8 h , comme en peinture Warhol s'attaquant au cinéma ne fait rien comme les autres et crée l'evenement  et la polémique. Il fait la rencontre de Jonas Mekas Cinéaste  visionnaire et directeur de la film maker ccoperative qui va devenir un solide appui pour Warhol dans le monde du cinéma. Toujours en 1963 Warhol s'installe dans un grand loft qu'il baptise la " Factory "et qui va devenir le centre nevralgique de toute la culture pop new yorkaise. Il entrepend la serie des "jackie Kennedy" et participe a l'exposition universelle de New-York avec "Most wanted men"une fameuse serie de panneaux représentant des photographies agrandies d'hommes recherchés par la police puis en Avril il presente a la Stable gallery les célebres "Brillo boxes"d'apres copies conformes de cartons d'emballage empilées comme dans un entrepot .cette exposition souléve  scandales et polémiques mais Warhol devient un artiste incontournable  .Il récidive au cinéma et tourne "Empire "un long plan sequence de  7 h représentant"  l'Empire state building " et "Couch" un film ou l'on voit des personnages faire l'amour sur un divan . Parrallelement il expose a la celebre galerie Léo Castelli . En 1965 il fait jouer Mario Montez et Edie Sedgwickdans ses films , grace a lui ils vont devenir deux stars absolues  du cinéma underground .Il réalise également   la serie "Flowers" pour la galerie Ileana Sonnabend  puis  il rencontre Paul Morrisey qui va devenir son bras droit cinématographique . En octobre l'exposition présenté a Philadelphie par Warhol tourne a l'émeute ,la foule  venu en masse voir le couple Warhol -Sedgwick  se bouscule   comme dans un concert de rock et des incidents  se produisent. "Nous n'étions pas  a l'exposition , Nous etions L'exposition " commentera l'artiste ravi .

Nous sommes en 1966 et Warholva rencontrer un groupe obscur des bas fonds new yorkais 'The velvet underground " mené par Lou Reed et John Cale . il va produire le groupe  dans des différents lieux nocturnes de New york ou il fait conjuguer  musique du velvetavec projections de ses films et effets de lumiére psychédéliques  . Le groupe va devenir la coqueluche branché de new -york ,Warholleur associant une chanteuse -mannequin qui va devenir celebre sous le nom de Nico c'est lui qui  permettra au Velvet underground d'enregistrer son mythique premier album "the velvet underground & Nico " appelé la plupart du temps l'album 'a la banane'Warhol dessinant  pour l'occasion rien de moins que l'une des  plus celebres pochettes de l'histoire de la  musique  Il organise aussi sa seconde exposition chez Castelliet propose la serie des "Vaches" présentée dans un décor de nuages argentés flottants.Concernant le cinéma il tourne ce qui sera son seul film accessible a tout public "Chelsea girls" qui met en scene les plus celebres travestis de la nuit new yorkaise qui on le sait  exercent depuis longtemps sur Andy Warhol une véritable  fascination . Les films suivants  (" my hustler " - "bike boy " -" nude restaurant " reflétent quant a eux  l'influence évidente de Morrissey. Iles tcontacté par des universités pour donner des conférences mais il se lasse trés vite et envoie des amis acteurs grimés en Andy warhol a sa place  ; la supercherie dera découverte au bout de plusieurs mois et déclenchera un scandale . Warhol va tourner fin 67 un autre film  qui sera matiére a polémique " Lonesome cow boys " parodie de western ou les cow boys sont tous gays et se draguent les uns les autres en parlant de choregraphie  ,c'est a cette époque que la "Factory" déménage au 33 Union square. 1968 c'est Stockholm qui sera la première ville européenne a acceuillir une exposition warhol  ;l'artiste y montre ses peintures les plus connus  (fleurs , chaises electriques ,cartons de Brilloseries des "Marylin ") et dix  de ses films. le 23 juin survient un drame assez inexplicable une jeune artiste Valerie Solanas membre du SCUM(society for cuting up men) penetre a la factory et tire a bout portant sur l'artiste .Warhol reste entre la vie et la mort plusieurs jours . gueri il aimera  a exhiber ses cicatrices  tel que l'immortalisera le photographe Richard Avedon    En 1969 Il commence a publier 'Interview ' un mensuel consacré  aux  stars du cinéma ;les couvertures de ce magazine sont restées  célebres   ,il produit également "Flesh " le film de   Morrissey . Le Whitney museum of american art lui consacre une grande rétrospective en 1971 puis c''st au tour de Paris de l'acceuillir au musée Galliera ou il montre sa série de toiles sur "Mao ".Il decide de travailler sur commandes et multiplie les portraits pour des gens fortunés (industreils , hommes politiques , stars du show -bizz ) et il travaille donc pour Gerald FordWilly  Brandt  ,ou encore   Jimmy Carter .Il semble s'éloigner du milieu underground et evolue parmi la jet-set internationale ,son style semble changer et les  monochromes lisses des années 60 s'aggrémentent dorénavant  d'effets de matiére au pinceau un peu a la maniere d'un expressionniste . 1976 Warhol réalise les series "Skull" (crâne)  que beaucoup consideront comme une veritable oeuvre de dimension politique (Warhol peignant un crane nous rappelant l'égalité du genre humain quant l'enveloppe a disparue) , "Hammer & Sickle" (faucille et marteau)  ainsi que la serie des portraits des grands champions du monde sportif (Muhammad Ali - Pelé). Nouvelle polemique en 1978 avec la serie des "oxydations"  oeuvres realisées avec de la peinture de cuivre sur laquelle l'auteur et ses assistants on turinés provoquant des réactions chimiques a la surface de la toile ,il subit tres certainement l'influence d'un autre artiste  qui s'impose  comme l'un des plus grands peintres de l'art contemporains 'jackson Pollock créateur des fameux 'Drippings ' noirs et blancs. A  cette même période Warhol éxécute la série des "Shadows " qui donne a voir des ombres non identifiables puis enchaine avec la série "Retro - Versions" ou l'artiste reprend certains de ses thémes fétiches (Marylin -boites Campbell's -Chaises electriques) et les associe sur une meme toile. Au début des années 80 il publie POPism -the Warhol 60'stémoignage sur le phénomene pop a New-York  ,il rencontre un artiste  marginal , un peintre issu du milieu underground jean michel Basquiat  et se lie d'amitié avec lui ,il réaliseront ensemble des peintures collectives que l'on découvrira lors de l'exposition Warhol -Basquiat  Painting a la gaelrie Tony Schafrazi . Il s'intéréssera aussi de pres a la carriére d'un jeune taggeur qui va devenir un des plus grands artistes  pop de la fin du siécle Keith Haring  . Malade depuis son operation lié a la tentative d'assassinat ,il commence a souffrir enormement  et réalise néammoins ses derniers autoportraits en 1986 . Il meurt a new york en 1987 des suites d'une operation de la vesicule billiaire. 

Selection d'oeuvres d'Andy Warhol

Superman (1960)

medium_superman.jpg

 

 

 

 

 

Flowers (1968)

medium_flowers.2.jpg

 

 

 

 

 

 

Mao (1973)

medium_mao.jpg

 

 

 

 

electric chair (1968)

medium_electric_chair.jpg

 

 

 

 

 

Dollar (1962)

medium_dollar.jpg

 

 

 

 

 

Marylin(1964)

medium_marylin.jpg

 

 

 

 

 

Brillo boxes (1964)

 

medium_brillo_boxes.jpg

 

 

 

 

 

pochette "the velvet underground & nico (1967)

medium_the_velvet_underground_nico.jpg

 

 

 

 

 

 

Pochette "Love you live (The rolling stones  1973)

 

medium_love_you_live.jpg

 

 

 

 

 

Cow (1966)

medium_cow.jpg

 

 

 

 

 

 

 

Jackies (1964)

medium_jackies.jpg

 

 

 

 

 

 

Skull (1976)

 

medium_skull.jpg

 

 

 

 

 

 

Guns (1981)

medium_FW996_Gun-c-1981-82-Posters.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 Shoes (1955)

 medium_warhol-andy-autobiography-of-alice-b-shoe-1955-2632848.jpg

 

 

 

 

 

Elvis Presley (1963)

medium_presley.jpg

 

 

 

 

 

Pochette  Sticky fingers (the rolling stones 1971)

medium_sticky_fingers.jpg

 

 

 

 

 

Autoportrait (1966)

medium_warhol.6.jpg

 

 

 

 

 

Autoportrait (1985)

medium_warhol_..jpg

 

 

 

 

 

 

Coca-Cola (1962)

medium_coca.jpg

 

 

 

 

 

 

Campbell soup (1962)

medium_thumb_warhol_3.jpg

 

 

 

 

 

 

autoportrait (1986)

medium_image_collections_autoportrait_86.jpg

 

 

 

 

 

 

Suicide (1963)

 medium_suicide.3.jpg

 

 

 

 

 

 

Andy Warhol en quelques photos

Avec The velvet Underground (de gauche a droite Nico -Warhol - Moe Tucker - Lou Reed -Sterling Morisson -John Cale )

medium_thumb_velvetunder.gif

 

 

 

 

 

 

Andy Warhol et Jean Michel Basquiat Devant une toile commune   

 medium_WARHOL_BASQUIAT.jpg

 

 

 

 

 

 Andy Warhol  par Richard Avedon

medium_113954.jpg

 

 

 

 

 

 

Exposition " The times capsules medium_warhol-Time-capsules.2.jpg"A partir de 1974, Andy Warhol scelle et entreposant mensuellement les rebuts de sa vie quotidienne : documents divers,photos , courier , dessins ,  vêtements, etc. Près de 600 boîtes s’accumulent jusqu’à sa mort. Contrairement à la « Time Capsule» historique qui découle d’un choix d’éléments représentatifs, Warhol laisse en partie le hasard décider du contenu mis de côté. . Il est alors perçu par la critique comme l’emblème de l’artiste Pop dépourvu d’identité et assujetti aux demandes du marché de l’art. Rétrospectivement, les « Capsules» semblent se saisir de cette matière subjective que refoulent les œuvres. Outre quelques énoncés dans son journal, Warhol parle peu de ce corpus qui sera donc ignoré jusqu’à sa mort. Dans les années 1990, la fondation Warhol entreprend d’en dresser l’inventaire. Depuis, plusieurs chercheurs exploitent ce matériau désormais indexé aux divers catalogues raisonnés de l’artiste.

 

 

Warhol ,avec Gerard Malanga et  Bob Dylan a la Factory

medium_war12.jpg

 

 

 

 

 

 

Andy Warhol et Edie Sedgwick

 

medium_andyedie.jpg

 

 

 

 

 

 

 

Andy Warhol et Keith Haring

 

medium_warhol_haring.jpg

Lire la suite

27/02/2007

La disparition de Richey James Edwards

medium_richeyedwards.2.jpg

 

 

 

 

 

 

Né en décembre 1967,guitariste rythmique et compositeur des "Manic street preachers " l'un des groupes les  plus populaires du milieu des années 90 ,Richey James Edwards  a disparu voici maintenant une douzaine d'années sans que la lumière définitive soit faite sur cette disparition. Il semble cependant probable au vu de la fragiolité psychologique du musicien que celui se soit suicidé mais le fait de n'avoir jamais retrouvé son corps laisse a penser qu'il est encore peut être vivant c'est ce que persistent  a croire les autres membres du groupe qui n'ont jamais cessés de verser des royalties sur le compte bancaire du guitariste.

Les Manic street preachers sont un groupe formé autour de James dean Bradfield , Sean moore et Nicky Wire  amis de lycée et originaires de Blackwool ,bientôt ils sont rejoint par un jeune guitariste du nom de Richey James Edwards . D''abord connus sous le nom de Betty Blue (hommage au film de jean jacques Beineix 37°2 ,le matin;il changent leur nom de scéne  et débarquent a  Londres  ou ils obtiennent le succés des la parution de leur premier album "Generation Terrorists " en 1992 suivi en 1993 de " gold against the soul" ou deja le groupe se taille une solide réputation de groupe engagé politiquement .

Mais c'est le troisième album Holy Bible sorti en 1994 chez Epic qui va les projeter sous les feux de la rampe. Richey le guitariste des Manic street preachers, déjà ne va pas trés bien , dépressif , il ne cache pas son mal de vivre  ,il boit énormément et s'automutile  fréquemment ;les textes qu'il écrit pour le groupe  reflétent évidemment ce mal -être  permanent et malsaiN

Holy Bible  se classe en tête des ventes  et le groupe décroche le jackpot avec cet album qui les consacre comme l'un des groupes majeurs de la scène britannique. Tous semble alors sourire  aux Manic street preachers  mais le 1er fevrier 1995  a la veille  d'une tournée  Richey  disparaît sans laisser de traçes alors qu'il était logé a l'Embassy hotel de Londres  . On retrouvera sa voiture le  14 février  prés du pont suspendu reliant Bristol (G.B) a Montmouthshire (pays de Galles)

Il sera considéré comme mort et malgré le choc de sa disparition  qui semble selon toutes vraisemblances être un suicide , le groupe va  continuer  sans lui. Les Manic Street  preachers  sortent en 1996 un nouvel album "everything must go " qui contient  cinq titres écrits  (ou co-écrits) par Richey  (dont le titre qui va devenir le plus succès 'single ' du groupe A design for life" ) .L'album obtient le très convoité Mercury Prize  et les Manic street preachers   remportent les titres de meilleur groupe et de meilleur album aux brit awards de 1996.

la suite de leur carrière sera malheureusement déclinante le groupe ayant semble t'il atteint ses limites artistiques et n'ayant pas pu (ou pas su) se renouveler. Il conserve néammoins une très grande tribu de fans qui restent trés attachés au souvenir de Richey 

 

  The manic street preachers  : a design for life


podcast

 

 

 

  

 

25/02/2007

The Good ,The Bad & The Queen (2007)

medium_gbq248.jpgFinalement de tous les projets parallèles a Blur réalisés par damon Albarn je dois avouer que 'the good ,the bad & the queen est celui qui m'aura le plus décu .Pourtant j'avais découvert l'album par le 'single' "herculean " ( a mon sens le meilleur titre ) et je pensais vraiment être a nouveau bluffé par cette collaboration entre Damon et des musiciens  tous issus de groupes importants Paul Simonon (ex bassiste des légendaires Clash) , Simon Tong (ex guitariste de The Verve) et Tony Allen (ex batteur de Femi Kuti);mais malheureusement le disque de ce "super-groupe "  tourne un peu en rond et  ne décolle jamais vraiment ; les choeurs tendance fifties me laissent de marbre et les morceaux donnent parfois même  l'impression  de se ressembler quelque peu. je ne  peux donc que constater l'évidence : j'écoute ce disque sans y prendre un réel plaisir. peut être m'attendais-je a beaucoup mieux surtout après Think thank (Blur) et Demon days(Gorillaz) ,  deux disques qui m'avaient totalement  enchantés ;  Qui sait ? en tout cas il est dejà certain en ce qui me conçerne que cet album ne restera pas parmi les grandes sensations musicales de ce début d'année 2007.

 

 The good , the bad & the queen  " herculean


podcast


 

07/02/2007

Toutes les filles s'appellent Patti

patti smith,easter

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ecoutez patti Smith : Rock'n roll nigger 


podcast

On a la madone qu’on peut ou celle qu’on mérite et qu'on se choisit, pour moi Patti Smith sur la pochette de ‘Easter ‘ c’était comme une image pieuse, regard de braise, mine boudeuse , débardeur informe , et le bras relevé sur la touffe de poils sous les bras.

Autour de moi personne évidemment ne semblait se douter combien je la trouvais sexy ; je la revais soeur ou  copine je la voulais près de moi en chair et en os.

A elle toute seule elle incarnait le versant féminin du rock’n roll .

Qui d'autre avant elle ? Janis et Tina sûrement et la Faithfull aussi .Suzi Quatro ? Peut-être bien.

Et qui d’autre après ? Debbie Harry, Courtney love pourquoi pas ? La Polly jean O.K !

Mais il a fallu attendre combien de temps. Yoko était trop moche, Nico trop belle et Bjork n’habite pas sur Terre.

Patti Smith ,elle, personnifiait le macadam, elle était l'âme de  la rue , la diva des bas fonds new yorkais son idôle absolue était Rimbaud au point de venir habiter a Paris , rue campagne-première et de venir réciter des poèmes devant la Coupole , boulevard du Montparnasse 
‘ Jésus die for somebody sins but not mine’ hurlait t’elle en intro de son hallucinante reprise du Gloria’ de Them et quel culot que de s’attaquer a une tour de babel rock’n roll en reprenant ‘my Génération’ des Who avec une rage qui failli lui coûter la vie lorsqu’elle chuta de cinq mètres de haut sur une scène de Floride un soir de 77.

De passage au centre Pompidou en 2002 elle choisit de réciter des textes plutôt que de chanter et se présenta a son public pieds nus sur la terre de ce Paris qu’elle aime tant.

‘ So you want to be a rock’n roll star comme tu l’as chanté Patti et toutes les chanteuses du monde peuvent bien s’agiter en vain Piaf chantant ‘l’homme a la moto’,  Joplin chantant ‘Mercedez Benz ‘ a cappella Tracy Chapman surgit de nulle part pour chanter la révolution avec une guitare aussi grosse qu’elle ou toi Patti , ma grande sœur éternelle hurlant ‘rock’n roll nigger’ vous serez toujours  cent fois plus authentiques ,mille fois plus rock’n roll que la plupart d'entre elle.
C’est la grâce , une chose magique et intense qui ne s’explique pas vraiment et qui vient du fond du cœur et de l’âme , c’est surement cela  qu’on appelle ‘le feu sacré’.

 

02:40 Publié dans Culture, Musique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : patti smith, easter

Polnareff ,un retour trés attendu

medium_391310.jpg

Tout a débuté un soir comme un autre au journal télévisé de 20H sur  TF1-   présenté par Claire Chazal  en Duplex de Los Angeles  un homme aux cheveux longs se présente ce soir  la  'De dos a la caméra A la demande de la présentatrice il se retourne et nous apparaît , visage lisse ; grosses lunettes a montures blanches , tignasse blonde tirée en arrière   ,  musclé , bodybuildé l'image d'un esprit sain dans un corps sain.
On le reconnait pourtant immédiatement  car  c'est bel et bien lui ! Cet homme  c'est Michel Polnareff  notre exilé californien depuis tant et tant d'années artiste mythique mais capricieux qui aura cependant  réussi a toujours rester présent dans le coeur des français.
'Que ceux qui ne m'aiment pas , que ceux qui n'aiment pas mes chansons ne viennent pas a Bercy du 2 au 11 Mars 2007 parce que j'y serai
C'est donc ainsi par cette pirouette verbale cocasse que Michel Polnareff nous annonce officiellement son retour a la scène.

Absent depuis....33 ans il vient lui même suite a des rumeurs de plus en plus persistantes d'officialiser ce retour tant espéré et tant attendu par ses admirateurs

. Si le public a répondu en masse a cette annonce officielle d’une série de concert a Paris (40.000 tickets vendus en une seule journée et deux dates rajoutées a la hâte pour faire face a la demande on est en droit de se demander : Qu’attendre d’un retour de Michel Polnareff ?
Michel Polnareff tel un highlander de la musique moderne est resté incroyablement jeune il a pourtant 62 ans
Il  est loin le  troubadour bohème qui grattait sa guitare sur les marches du sacré cœur avant d’être repéré par et d’être engagé par la maison de disques AZ qui va lui offrir l’opportunité  d’enregistrer a Londres le désormais mythique ‘la poupée qui fait non ‘ qui propulse instantanément son auteur dans les hautes sphères du succès.

Pour l’anecdote il faut souligner la présence a la guitare sur ce single historique de Jimmy Page bientôt  canonisé guitar héro des seventies avec Led zeppelin
Polnareff fait de la Pop music et il ne sont pas bien nombreux dans ces années soixante ou la plupart des artistes se contentent de copier les modèles américains (avec plus ou moins de réussite), il a un regard nouveau sur la conception et l’élaboration de son art, il s’attache a la production ; au travail en studio et son perfectionnisme frôle l’obsession.
De l’autre côté de l’Atlantique on a déjà tendu l’oreille sur les chansons de ce chanteur français qui ne jure que par les Byrds ou les Zombies .

Le leader des beatniks Scott Mc kenzie immortel auteur de l’hymne hippie ‘San fransisco (repris par notre Hallyday national) reprend ‘la poupée qui fait non ‘ et Sandie Shaw la petite chanteuse de ‘Puppet on a string’ reprend ‘love me please love me‘ une  autre  composition   magique de Polnareff figurant sur son magnifique  premier album.
Dans  une France qui s’apprête a vivre une des grandes pages  de son histoire avec les évènements de mai 68 ,  Polnareff livre encore des titres sublimes (Ame câlinele roi des fourmis  ou encore le bal des laze et son influence Procol harum) Il ne semble pourtant pas encore se rendre compte de son poids dans l’industrie musicale puisque il écrit en même temps des titres plus que léger comme ‘y’a qu’un cheveu sur la tête a Mathieu  comptine qui fera les beaux jours des feux de camps de tout les scouts de France et de Navarre.

A l'aube des années 70 La France découvre un Polnareff nouveau avec perruque frisée ,caché en permanence derrière de grosses lunettes blanches ;on le dit paranoiaque , homosexuel , marginal , obsédé  ; Il collabore  avec   Jean Claude Vannier l’arrangeur du célèbre Melody Nelson de Serge Gainsbourg et les titres se suivent avec toujours la marque du talent ( dans la maison videje suis un homme- dans la maison vide ,  tout les bateaux, tout les oiseaux qui cachera en face B un titre pop de tout premier ordre ‘tout tout pour ma chérie ‘  .

Polnareff sans bien savoir pourquoi devient a cette époque un artiste fétiche de la jeunesse japonaise  qui adore sa musique et ses textes Gérard Oury alors réalisateur incontournable du cinéma français lui demande en 1971 de composer la musique de ‘la folie des grandeurs  puis un autre album suivra qui contiendra des chansons passées depuis a la postérité (Holidayson ira tous au paradisla mouche).Nous sommes en 1972 et bientôt éclate la fameuse affaire de l'affiche du concert de l'olympia ou le chanteur pose nu de dos, les fesses a l’air .

Tollé général et  scandale énorme et 60.000 Frs d’amende a la clé , une fortune pour l’époque. Mais les ennuis ; les gros ennuis arrivent quelques mois plus tard, escroqué par son agent il doit 6 millions de Francs au fisc.

Le chanteur se réfugie aux Etats-Unis a New York d’abord , puis a Los Angeles, une nouvelle vie commence le mythe  Polnareff est en route.

Pourtant le premier album réalisé aux états unis est un flop total ‘fame a la mode ‘ sorti en 1975 et chanté entièrement en anglais passe presque inaperçu , on dit Polnareff fini. Nous sommes en pleine vague disco et Polnareff va composer le thème de Lipstick réalisé par Lamont Johnson et si le film ne passe pas a la postérité, l’instrumental créé par Polnareff va toutefois  faire danser dans toutes les discothèques de la planète
Malgré la distance ,  malgré les ennuis judiciaires  des chansons  continuent de traverser l’atlantique, Polnareff lui est interdit de séjour en France , bientôt arrive sur les ondes  I love you because  balade romantique de toute beauté, et surtout lettre a France  qui va devenir l’une des plus grandes chansons de son répertoire paru sur un album en demi teinte au titre en clin d’œil coucou me revoilou! (1978).

En 1981 paraîtra "Bulles"  un album qui va se vendre par milliers d’exemplaires et qui  tranche définitivement avec le Polnareff mélodique notamment par l’utilisation  massive de synthés (phénomène très en vogue a l’aube des années 80)  ce disque est un  véritable succès  pour la maison de disque AZ  qui vient de re-signer   le chanteur  a qui elle avait donné sa chance  15 ans plus tôt et Bulles 'va permettre a Polnareff  de reconquérir le public français a qui il offre un inoubliable concert pour le réveillon 1981 sur TF1.

Les problèmes juridiques semblent résolus et on pense alors que le chanteur va revenir dans une France qui ne l’a pas oublié mais malgré de fréquents voyages pas de déménagements en vue  pour notre exilé californien
L’album suivant sorti en 1985 sera  Incognito disque résolument électronique en osmose avec les technologies du moment  mais qui  ne rencontrera pas le même succès que ‘Bulles  ; il contient la chanson ‘la belle veut sa revanche ‘ écrite pour le film de Gérard Oury   la vengeance du serpent a plumes ‘ disque court (8 titres), peu inspiré il reste  l’un des disques les plus dispensables dans la  discographie de Polnareff  .
Apres un silence de 3 ans un titre ‘good bye marilou envahit les ondes, sans aucune promo la chanson devient un tube énorme  on y retrouve un Polnareff mélodieux et  inspiré pourtant le chanteur est dans une période difficile de sa vie il a quitté les Etats-Unis et s'installe dans une petite commune de Seine & marne  fontenay trevisy ou il se fond dans la population locale ,on le voit souvent au café du coin ou il a élu domicile  ou dans une chambre d'hôte ou on peut le surprendre  servant lui même a boire aux clients .

il prend le temps  et réfléchit , déambule en survêtement  et pour être tout a fait honnête  se néglige un peu caché  derrière  une  barbe  d'ermite il se veut  méconnaissable

 Il attend surtout le feu vert pour enregistrer son nouvel album et  bientôt il quitte son petit coin secret et emménage dans un palace parisien  le    Royal Monceau  a Paris , il boit beaucoup  et sombre dans une terrible dépression  il vit  reclus , entouré de gadgets électroniques comme un ermite a la fois en contact et totalement coupé du monde il restera 800 nuits dans la chambre 128 de ce palace ou il va enregistrer  l’album Kama sutra(1990) le disque aux tendances erotico -porno  n’est pas très bon mais il pourtant rencontrer pourtant un grand succès et forge la légende de son auteur
Polnareff décide de se faire opérer de la terrible myopie qui le rend quasiment aveugle et profite de ce long  retour en France pour le faire en  octobre 1994, l’opération sera une réussite et le chanteur retrouve une vue presque normale.
Mais l’Amérique lui manque et il repart et s’installe a Los Angeles au peninsula hotel ou il recrée un univers  identique a celui  du royal Monceau.
C’est la qu’il va  préparer son retour à la scène et il va se produire le 27 septembre 1995 au mythique Roxy sur Sunset Boulevard  profitant de l’occasion pour enregistrer un live mémorable.

Depuis c’est le silence total  ,Polnareff  brouille les pistes , il apparait sur quelques rares photos  avec un look  totalement look extravagant , donne une interview exclusive et hallucinante au magazine 'les inrockuptibles '  en 1997 , écrit ses mémoires avec l'aide de Philippe Manoeuvre  ,on raconte  qu'il s'est forgé un corps d'athlète par une pratique intense de la culture physique mais il garde le contact avec ses fans sur son site Internet particulièrement élaboré.

Son retour aujourd'hui est un pari immense qui répond a une attente constante du public pour qui Polnareff reste un artiste incontournable et hors du commun. Avec ce come-back inespéré  en Mars prochain  Polnareff brisera lui même le mythe qu'il a entretenu tout au long de ses années d'exil et la série de concerts annoncée a Bercy constitue a l'évidence l'évènement musical de l'année 2007.Il n'est plus reparu sur une scène française depuis 1972 ,son public concentré sur trois générations sera au rendez vous et lui fera  confiance pour nous étonner comme il a toujours su le faire , c'est la raison pour laquelle nous l'attendons avec impatience.

 

 
 

04/02/2007

Help

medium_200px-The_Help_Album.2.jpg

Acheté cet apres midi sur un stand  du marché aux puces de Montreuil  un CD a la pochette bigarrée sans indication aucune sur le(les) artiste(s) le disque s'appele Help et aprés recherches  il s'avère que cet album est  un disque de charité enregistré en 1995 pour le label Go disc records.

Sensibilisés par le drame de la guerre en Bosnie  des artistes britanniques et irlandais décident de sortir un album baptisé  Help  dont les ventes  furent reversées aux aides humanitaires pour l'enfance .

Chaque artiste proposa donc un titre inédit et on retrouve des pointures de la scène anglaise (Oasis - Stones Roses -Radiohead - Blur) mais également des artistes de la scène trip-hop (Massive attack - Portishead )Concernant son contenu  il y a du bon , du moins bon mais aussi du dispensable  ,soulignons la magnifique cover proposée par Sinéad O'connor du 'ode to Billy Joe' de Bobby Gentry  et celle de 'Shipbuilding' de Elvis Costello par Suede.  oasis ne se foule pas trop avec un fade Away  plutôt miévre , même constat concernant  les Stones roses (love spread)  tout comme Portishead (mourning  ear)

quant a Radiohead pas encore a l'époque sur le toit du monde musical la bande de thom Yorke  proposait un titre (Lucky)  qu'il integreront  plus tard sur le mythique OK Computer.

Les Manic street preachers n' offrent qu'une reprise convenue d'un standard de la folk country (raindrops keep falling on my head)  ' .

Côté déceptions Blur ( Eine klein lift music) ou le duo Salad -Terry Hall qui ne se foule pas trop avec  une version  un peu cul-cul de 'dream a little dream. Enfin , Un super groupe baptisé pour l'occasion  the smokin' Mojo filters   formé de Noel Gallagher  -Paul Weller -Steve Cradock  qui  sous la surveillance bienveillante  de Paul Mc Cartney conclut ce disque en massacrant joyeusement dans la joie et la bonne humeur  le Come together des Beatles

 

Sinead O Connor -  ode to billie joe

 


podcast

 

 

 

 

 
 

21:30 Publié dans Musique, Société | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : help

21/01/2007

keith Moon le batteur fou et génial des Who

keith moon,the who; 

.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un jour qu’il séjournait incognito dans un petit hôtel de Los Angeles keith Moon  écoutait a fond dans sa chambre rien d’autre qu’une cassette des Who , le Volume était au   maximum et les murs en tremblaient .

 Rapidement le gérant vint le trouver furieux  lui ordonnant  de stopper ce vacarme

-« J’écoute de la musique ‘ répondit Keith

-« De la musique ? Du bruit ! Vous voulez dire ?  répliqua le gérant

Keith Moon tranquillement  stoppa la musique et le silence revint dans l’hôtel.

Quelques minutes plus tard une explosion terrible retentit  et la porte d’entrée de l’établissement vola en éclats  ,terrorisé le gérant se précipita affolé dans le hall pour y trouver un Keith Moon hilare  qui  lui dit aussitôt –

Ce que vous venez d’entendre Monsieur    ça c’est du bruitpar contre ce que vous entendiez tout a l’heure  c’était  les Who  vous saisissez la différence maintenant .

 

le batteur des Who venait simplement  de faire exploser la porte d'entrée de l'hotel  grâce aux explosifs qu'il emportait toujours avec lui adorant  les manipuler quand l'envie lui en prenait

Cette anecdote totalement véridique résume a elle seule la folie qui habitait Keith Moon le batteur des Who, personnage totalement incontrôlable et  musicien exceptionnel  qui avez néanmoins  choisi de brûler sa vie par les deux bouts  et de vivre vite et dangereusement  faisant  d’un mode de vie rock n’ roll son quotidien. 

Toujours a propos de son gout pour les explosions  il faut de souvenir aussi d'une prestation TV  en septembre 67 ou il introduisit  dans sa batterie un explosif si puissant qu'il sera bléssé aux jambes lors de la détonation ,le guitariste pete Towshend  aura l'ouie  endommagée et les cheveux brulés ,la comédienne bette Davis presente sur le plateau s'évanouira  dans les bras de Mickey Rooney  pour le plus grand plaisir d'un Keith  Moon encore une fois  mort de rire

Personnage complètement givré mais pas toujours drôle  j’en veux pour exemple  cette mascarade sinistre ou il débarqua a l’aéroport de Los Angeles déguisé en maréchal Rommel  (il renouvellera cette farce idiote a Londres quelques mois après).

Keith Moon surnommé Moon the loon (Moon le taré) avait un faible pour les voitures et véhicules en tout genre qu’il collectionnait  aussi facilement qu’il lesdétruisait.(il possédait son propre aéroglisseur dont l’utilité reste sûrement a prouver encore aujourd’hui.

Pour lui dévaster une chambre d'hôtel ou jeter une voiture dans une piscine,(une Rolls-Royce de préférence ) étaient des actes purement  rock’n roll,

La légende veut aussi que ce soit lui qui trouva le nom du groupe que voulait former Jimmy Page et Roberts Plant  en écoutant leurs démos il  s’écria  c’est la musique d’un groupe qui va s’écraser comme un zeppelin de plomb (la suite prouva qu’il se trompait lourdement)

medium_moon11.jpg

Son inconscience  coûta la vie a son chauffeur Neil Holand qu’il écrasa en faisant marche arrière précipitamment  voulant échapper a une horde de fans déchaînés a l’entrée d’une discothèque dans le Hertfordshire.

Keith Moon  immense batteur totalement  irresponsable avait depuis longtemps perdu tout sens des réalités  tant sa consommation quotidienne de drogues  et d’alcool lui faisait faire tout et n’importe quoi

Ces anecdotes d’une époque ou les stars  du rock mettaient  largement en pratique "  sexe –drugs & rock’n roll  "ne doivent pas faire oublier le talent inouï de Keith  que l’on peut sans aucun doute considérer comme l’un des plus grands batteurs de l’histoire du rock.

 

A l’image de son groupe les Who qui cultivaient  un goût pour la démesure et le sacage systématique  du matériel  il avait fait de sa propre  vie un chaos et une confusion  qui le menèrent droit a une mort certaine  tant les excès de ce génial musicien  relevait de l’auto -destruction

Moon the Loon avait choisi de vivre vite a défaut de vivre longtemps il est mort dans son sommeil a 32 ans  le 7 juillet 1978 vraisemblablement d’une overdose due aux médicaments qu’il prenait pour luttait contre l’alcoolisme

 
 

22:38 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : keith moon, the who;

17/01/2007

L'Acétate du Velvet Underground

 
medium_velvet.4.jpg
 
 
 
 
 
 
 
Le titre de l'article des Inrockuptibles (n° 576) de Décembre dernier tapait très fort
 
LE VELVET VAUT  PLUS CHER  QUE LES BEATLES
 
Résumons les faits :  Un canadien du nom de Warren Hill achéte par hasard pour 75 cents dans un marché aux puces de New York  un disque acétate (disque unique gravé en studio et pouvant servir de disque test avant l'enregistrement définitif d'un album) ce disque sans  pochette est marqué velvet underground 4-25-66 att N dolph
Rapidement l'acquéreur veinard se rend compte qu'il vient d'acheter un acetate du premier album légendaire du groupe mythique enregistré avec Nico mais les mixages et les versions des titres sont différents de plus  il manque un titre essentiel de ce fameux album appelé communément l'album a la banane 'medium_The_20Velvet_20Underground_20-_20The_20Velvet_20Underground_20_20Nico.3.jpg a savoir Sunday morning. L'acheteur s'apercoit donc très vite que son achat est en fait un véritable trésor.
 
Selon la légende il s'agirait de la version souhaitée par Andy Warhol grand manitou du groupe et qui aurait acheté cet acétate a l'ingenieur du son Norman  Dolphen en échange d'un tableau  .On ne saura jamais par quel mystère ce disque a disparu pendant 40 ans avant de réapparaitre sur un marché de Chelsea en tout cas  la précieuse galette se retrouve mise en vente aux enchères sur Ebay et c'est rapidement la folie les prix montent et la vente se cloture le 28 novembre sur le chiffre ahurissant de 155401 dolllars .
 
le disque rare du Velvet Underground devenant le plus cher  de tout les temps battant le record des Quarry-Men (groupe pré -Beatles) dont un live enregistré sur bandes s'est vendu 78.000 livres sterling en 1994 Fin du premier acte.
 
Deuxième acte: l'ultime enchère s'étant révélée n'être qu'un canular la vente fût donc annulée et le disque remis quelques semaines plus tard aux enchères toujours sur le site Ebay au bout du compte l'acétate est finalement parti pour 116 878 € ce qui reste tout de même exceptionnel .
Rappelons que jamais le Velvet n'aura jamais pu classer un seul de ses albums dans le top 100 et que très peu de personnes achetèrent le fameux album a la banane lors de sa parution
c'est le temps qui aura permis au groupe de Lou Reed  et de John Cale de devenir une référence absolue .
Une chose est sûre l'honneur est sauf pour les Beatles qui conservent donc leur titre de groupe le  plus cher de tout les temps.
 
 
 
 

01/01/2007

R.I.P James Brown (1933-2006)

 

 

medium_medium_james_brown.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le jour de Noël 2006 la communauté noire du monde entier a perdue l'une de ses idoles, l'un de ses personnages les  plus emblématiques. Un petit cireur de chaussures devenu un dieu vivant de la musique funk a tiré sa révérence et chacun de ses frères de couleur pleure  la perte irremplaçable de James Brown.  Né en 1933 à Augusta en Géorgie le petit James va suivre un chemin peu conventionnel avant de trouver sa voix spirituelle. Ramasseur de coton, boxeur, rabatteur pour maquereaux,  il  se retrouve en prison des l'age de 16 ans  et c'est là et  en non pas a l'église comme bon nombre de ses  contemporains que sa carrière musicale va démarrer. C'est en effet derrière les barreaux qu'il rencontre Bobby Byrd  un autre petit dur avec lequel une fois libéré il va former  son premier groupe  The Starlighters qui deviendra par la suite The Famous Flames .Le premier titre qui va amorcer sa carrière sera Please ,please ,please qui grimpe haut dans les charts  rythmn's and blues. Ce titre sera l'étincelle qui va mettre le feu et celui que l'on va surnommer Mr Dynamite va bâtir peu a peu sa légende tout au long des années soixante  en proposant des albums studios gorgés de hits ahurissants (papa 's  got a brand new bag - I feel  goodIt's man man 's world -Try me )   et des lives brûlants  (la série des  live at the Apollo  restant a ce jour encore  une référence absolue en matière de disque live) Le  jeu de scène de James Brown  est sans égal , il entre (et sort ) de scène comme un boxeur ;court , saute , trépigne , harrangue le public ,se jette a terre  et termine a la limite de l'évanouissement ,  mais le Godfather sait  aussi s'entourer des meilleurs musiciens comme  Macéo Parker  ou Bootsy Collins  qu'il dirige d'une main de fer a la limite  parfois même de la tyrannie ).

 A la fin des années soixante  il va passer du statut  de grand artiste a celui de véritable icône  lorsque lassé de voir le peuple noir souffrir du racisme et de la ségrégation tout en partant mourir au Viêt-Nam il balance a la face du monde un titre historique qui lui configure aussitôt une dimension universelle. 'Say it loud i'm black I'm proud !(dis le fort je suis noir et j'en suis fier! ) . Cette chanson devient aussitôt l'hymne du Black-power et l'une des chansons les plus emblématiques du peuple noir (a égalité avec le fantastique Am I Black enough for you ? du trop sous estimé Billy Paul. Quoiqu'il en soit , ,James Brown acquiet alors  une dimension politique nouvelle ,il intervient apres l'assassinat de Martin Luther King  le 4 aout 68 pour calmer les émeutiers puis  a  Washington il sillonne les rues  scandant des messages d'appel au calme et a la tolérance;il ira a la maison blanche demander au président  Lyndon Johnson l'autorisation de  partir avec son groupe chanter pour les troupes au vietnam ,une  tournée de trois dates qui se fera dans des conditions extrêmesé ( il fallait lui injecter du lait de sodium pour éviter la déshydratation ) avec notamment un dernier concert donné a la base militaire de bear Cat au milieu des bombardements viet-congs. Il  est incontestablement  pour le peuple afro-américain l'égal d'un Malcolm X  ou d'un Martin Luther King  et a l'image de Muhammad Ali quelques années  plus tard  il symbolise l'artiste noir qui prend sa revanche sur le peuple blanc .N'hésitant pas a s'autoproclamer Soul Brother N°1  il crée un personnage fantasque a l'égo démesuré qui revendique sa réussite (il avait coutume de dire  :" j'ai commencé comme cireur de chaussures en face d'une station de radio aujourd'hui la station de radio m'appartient  "). .Dans la foulée   sort 'Sex machine '  un disque qui va devenir un album fondamental de la musique noire 'une  tour de Babel du funk.C'est sur ce disque phénoménal  que l'on retrouvera l'immortel Get up I feel like being a Sex Machine  titre qui va conquerir toute la planète. C'est également a cette période  que l'on voit découvre   Bootsy Collins  jeune prodige musical de 18 ans tout frais débarqué de Cincinnati  pour remplacer au pied  levé Macéo Parker  en froid avec  james Brown  .medium_sex_machine.3.jpg Surfant sur la vague de la Blaxploitation  James Brown va dominer la scène  signant  la même année (1973) deux bouillantes  bandes originales de films (Black Caesar  et Slaughter big rip off  ) ainsi qu'une quantité d'albums dont certains comme there it is  (1972) ou The payback (1974) sont des chefs d'oeuvre de la  musique funk .L'arrivée de la vague disco va pourtant stopper net l'ascension de james Brown qui reste sur le carreau  ;il apparait en guest-star dans le film musical 'the Blues brothers 'ou il incarne un pasteur mémorable  puis retrouve la voie du succès en anticipant la vague du rap ,mouvement qui contrairement au disco va se réclamer de son influence  Rapp payback enregistré en 1981 va sonner le renouveau de Mr Dynamite .Associé au leader de la Zoulou Nation Afrika Bambaata il enregistre en 1984 un single Unity qui renforce sa  crédibilité aupres du jeune public qui voit en lui le parrain d'un mouvement musical   qui est en train de conquerir l'Amerique. Son apparition dans le film Rocky IV  ou il chante 'Living in America ' justifie  a elle seule la vision de ce film pourtant médiocre . Il va au cours des années devenir l'artiste le plus samplé de l'histoire de la musique  ;des passages de nombreuses chansons  vont etres utilisées ,echantillonnées dans plus de 600 morceaux  de rap , de hip-hop  ou de rythm and blues .Mick Jagger  ou Iggy  Pop (qui s'y connaissent en prestations scèniques) le reconnaissent comme LE maître absolu de la scène  mais au dela de la présence scénique exceptionnelle de james Brown c'est toute sa  musique qui a  révolutionné le monde musical.

C'est apres la publication de son autobiographie (1988) que va se produire ce qui va devenir une longue descente aux enfers,  en effet les années 90  vont etre les  plus terribles de toute  sa vie ; les excès en tout genres (drogues dures , alcool) et son penchant  pour  les armes a feu  lui font perdre pied ;  il est impliqué dans une sordide histoire de tentative de meurtre sur son épouse  ;il est arrété a de nombreuses reprises en état d'ébriété et a l'occasion d'une course poursuite  il tire sur les forces de police avant d'etre finalement maitrisé  et incarcéré. En prison il écoute  du rap et du hip-hop et soigne sa toxicomanie et son addiction a l'alcool.Après sa libération sur parole en 1991 il décide de militer contre la drogue qui a failli lui couter la vie au cours des années passées puis difficilement  il repart  en tournée  ,publie en 1992 un live exceptionnel (enregistré en  1971 a l'olympia de paris)  et au cours des quinze dernières années de sa vie se produit dans des shows ou malgré le poids des ans et une santé considerablement  affectée par les années noires il ravit le public par des prestations a la hauteur de l'artiste exceptionnel et unique qu'il aura toujours été.Une pneumonie aura eu raison du Godfather of Soul  le jour de Noel 2006 ,ce jour la  le dieu vivant est devenu mortel. Paix a son Ame!  

 

James Brown -   Papa 's got a brand new bag  


podcast

 James Brown -   Please ,please ,please


podcast

 

James Brown -  'The Boss '


podcast