Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/07/2011

Johnny Hallyday, une vie brûlée par l'argent

 

 Une fois n'est pas coutume je poste sur Jimboland un article relevé dans un magazine a savoir 'Les inrockuptibles "de Mai 2011

 

 

Une vie brûlée par l'argent

les inrockuptibles 04 Mai 2011(par Marc Beaugé)

 

Cinquante ans de carrière, des millions de disques vendus et aujourd'hui, Johnny vit à crédit.

Révélations sur un flambeur et surtout un peu pigeon

 

C'est l'histoire d'une star française qui voulait vivre comme une star américaine et refusait obstinément d'entendre raison, Depuis la signature de son premier contrat, sur le label Vogue le 16 janvier 1960, Johnny flambe, Johnny vit au-dessus de ses moyens. S'il lui arrive de s'intéresser à l'argent qui rentre, il ne compte jamais celui qui sort. Il laisse ça à d'autres. Ces cinquante dernières années, une armée d'avocats, d'agents, de conseillers fiscaux, de potes ou de beaux-pères ont mis les mains dans ses finances mais aucun d'entre eux ne l'a jamais mis complètement à l'abri.

Aujourd'hui, à 67 ans, Johnny Hallyday est un faux riche, Il n'a pas de trésorerie conséquente et son patrimoine immobilier s'avère moins solide qu'il n'y paraît. Coûte que coûte, il continue donc à trimer, Il défend actuellement Jamais seul, son quarante septième album studio, et répète la pièce Le Paradis sur Terre programmée au Théâtre Edouard VII du 6 septembre 2011 au 22 janvier 2012, Puis viendra l'heure d'une grande tournée, Jusqu'au bout, il faudra faire rentrer l'argent. Jusqu'au bout, il faudra assurer ce train de vie démentiel qu'un ancien conseiller fiscal, éléments à l'appui, situe "entre 200000 et 400 000 euros mensuels", "Et encore, précise-t-i l, ce chiffre ne comprend pas Le remboursement des maisons. IL couvre simplement Les frais d'entretien, de personnel, Les voitures, Les déplacements en jet et Les dépenses quotidiennes, ..

Car Johnny est un flambeur, un immense flambeur, Gamin sans le sou, élevé par sa tante et trimbalé dès son plus jeune âge sur les tournées de ses cousines, danseuses acrobatiques, il n'a jamais cherché à accumuler bourgeoisement les richesses, Il a toujours voulu jouir dans l'instant, frénétiquement. "Je suis complètement détaché des valeurs matérielles qui pourrissent et empoisonnent Les individus, expliqua-t'il un jour, Mon argent me sert surtout à être Libre et à vivre comme je veux." A un conseiller financier qui l'implorait de surveiller ses dépenses, Johnny avait ainsi pris l'habitude de balancer; "Je ne vais quand même pas vivre comme un comptable . Depuis le début, les dépenses font partie de son système médiatique. Voitures de luxe, yacht, moto ect....

beaucoup de passion pour un seul homme et dans l'entourage du chanteur, on raconte de folles histoires . Un matin, au début des années 90, Johnny voit débouler un copain dans une Ferrari Testa Rossa. Jaloux, il s'achète la même l'après-midi. Un autre jour, Johnny est en avance à un rendez-vous chez un médecin, à Neuilly, Il part faire un petit tour et, tiens, s'achète une Rolls-Royce décapotable, Rien n' est trop beau. "Médiatiquement, Johnny s'est construit en dépensant son argent, analyse un proche, Les premières années, dès qu'il achetait une voiture, il faisait la une des magazines, Il a conservé cette vision à l'ancienne de la rock-star. Il croit qu'il doit dépenser pour être Johnny. Et il est convaincu que que son image passe par là, ..

 

comment l'empêcher de dépenser?

Dans ces conditions, comment freiner ses pulsions d'achat? Comment contrôler la star? Au début des années 60, Johnny Stark, le premier imprésario d' Hallyday, se balade avec un chéquier et du liquide dans une mallette, Il distille l'argent à petites doses.

Jean Pons, son successeur, bluffe, il répéte régulièrement à Johnny qu'il n'y a plus rien sur le compte. Tous les moyens sont bons. Au milieu des années 2000, le système est rodé, perfectionné. Sociétaire de la Banque De Baecque Beau, aujourd'hui sous le contrôle de HSBC, Johnny ne s'occupe presque de rien. Quand il fait une dépense conséquente, c'est Pierric Le Perdriel, son fondé de pouvoir qui se charge de l'intendance, Il demande au créancier d'adresser une facture à ses bureaux de Vaucresson, Puis la facture est vérifiée et envoyée à De Baecque Beau,Dominique Lambert, en charge du compte Johnny, veille au grain, Si les feux sont au vert, le chèque est alors rédigé, avant d'être amené par porteur à Le Perdriel, qui se chargera de le faire parvenir au créancier.

Cette gymnastique permet d'éviter quelques déconvenues. Ainsi, en 2006, Johnny part quelques jours au Canada. A son retour, surprise, il annonce qu'il a acheté un ranch de 500 hectares. Le Perdriel est catastrophé par cette nouvelle dépense, Laeticia s'énerve, Heureusement, Johnny n'a encore rien payé.

La promesse d'achat est donc dénoncée et les vendeurs reçoivent une compensation de près de 100000 euros. C'est un moindre mal mais au fond le problème reste le même. "Quand Johnny veut vraiment quelque chose, il finit toujours par l'obtenir, dit un ancien conseiller fiscal. A ce niveau-là, personne ne peut lui tenir tête bien longtemps. Ceux qui ont essayé se sont toujours fait écarter."

Avec l'argent, Johnny se veut un prince et seigneur. ,Un jour, il annonce à un ami qu'il va lui offrir un Warhol à 700000 francs. Celui-ci doit le raisonner pour qu'il renonce à cet extravagant cadeau. Johnny lui offre a la place un juxe-box de musée, Une autre fois, le chanteur découvre les écrans plasma, Bluffé, il décide d'en acheter pour tous ses potes. Johnny ne pinaille pas Alors évidemment tout le monde en profite, L'installateur d'alarme de la maison de Marnes-la-Coquette s'arrange pour que le système tombe régulièrement en panne , Ses factures sont faramineuses. Celles du décorateur ne sont pas plus raisonnables. Mais Johnny paie et rembarre ceux qui tentent de l'alerter: "Si je les écoute_je vais me fâcher avec tout le monde , dit-il a chaque fois.

Il y a toujours des vautours autour d'une star mais avec Johnny c'est pire que ça, Puisqu'il laisse faire, un système s'installe, "Quand il fréquentait Saint-Tropez c'était souvent le même scénario, raconte une amie, Il arrivait au restaurant avec quatre potes le midi puis, tout au long de la journée, des gens venaient squatter, commandaient des bouteilles de champagne et tres vite il pouvait y en avoir pour 75000 euros en fin de journée

Johnny peu regardant et relativemment confiant s'avère au fond l'associé idéal. Il est donc régulièrement sollicité pour monter des affaires. En fin d'année dernière, avec son ami Jean-Claude Darmon, richissime homme d'affaires et ancien argentier du football français, il a acheté un terrain adjacent à sa maison de Saint-Barth dans l'idée de faire un coup: le terrain a été revendu ensuite avec une belle plus-value. "Les choses vont bien"plaisante Darmon Après tout ce ne serait pas la première fois que la chance sourit à Johnny, déjà avec le Rue Balzac, restaurant parisien revendu en 2009, . il avait déjà réussi une belle culbute, Mais dans l'entourage du chanteur, on recense plus ses mauvais que de bons investissements, On se rappelle de l'achat, il y a quelques années, d'un petit avion à part égale avec un pilote de Formule 1 belge.

Et on se souvient surtout d'un yacht acheté 6,4 millions d'euros au milieu des années 2000. Gigantesque et ultra luxueux , l'engin était surtout très mal conçu et devait au premier vent sérieux  rester au port. Ou même ammaré il coûtait très cher car les caractéristiques techniques du bateau imposaient la présence permanente à bord d'un capitaine de la marine marchande d'un capitaine en second et d'un ingénieur pour les moteurs, Comme tout cet équipage tous était embauché à l'année  au final la facture mensuelle s'élevait à près de 30000 euros, beaucoup ,oui beaucoup d'argent pour un yacht dont Johnny ne se servait quasiment jamais.

L' 'argent, Johnny ne sait pas ce que c'est, dit un jour Jean Pons, son ancien imprésario, Il est l'un des rares hommes de spectacle à se comporter aussi peu en homme d'affaires.

Depuis le départ, Johnny se fait donc trimbaler, manipuler.,balader

Au début des années 60, Johnny Starck prend 50% de tous les revenus du gamin mais . néglige de régler le fisc comme c'était convenu. Ensuite les comptables de la star oublient quatre millions de francs sur les déclarations de revenus des années 1971 et 1972. Une broutille qui vaudra à Johnny, outre la désagréable comparution devant la 11e chambre :: correctionnelle de Paris le 1 er avril 1977, dix mois de prison avec sursis et 20000 francs d'amende.

 

'mais au rayon fiscal, le pire est à venir. Au tout début ces années 90, la menace d'un avis à tiers détenteur pèse sur Johnny. Si la procédure se concrétise, ses revenus seront bloqués par le fisc et il n'aura plus que 3000 francs par mois pour vivre, Rendez-vous est donc un matin avec Michel Charasse, alors ministre du budget , Johnny, accompagné de son comptable, Joël Devouges et il est inquiet quand il arrive à Bercy car il sait que sa situation est extrêmement compliquée , La Lorada, sa maison de Ramatuelle est à peine terminée et il vient de perdre plusieurs millions dans des investissements périlleux à La Réunion. Il a aussi fait trois chèques en bois au fisc, pour un moment total de 9 millions, Au total, ses dettes s'élèvent à 30 millions de francs, La position de Charasse aussi est délicate."II n'était pas question de faire une fleur à Johnny, mais le mettre à la rue n'était pas souhaitable non plus", se souvient-il. Les trois hommes mettent donc sur pied un plan d'apurement. Johnny paiera tout ce qu'il doit et s'il respecte l'échéancier, les pénalités lui seront épargnées, Entre Johnny et les impôts, l'histoire est compliquée, mouvementée et à la hauteur des sommes en jeu.

Au début des années 2000, un conseiller fiscal calcule que la star, imposée à près de 65 %, paie 120000 francs d'impôts par jour. Une question revient donc comme une obsession. Comment payer moins, sans finir en taule? Depuis le début de la carrière de Johnny, une dizaine de conseillers fiscaux ont étudié le dossier. Certains ont préféré assurer, travaillant en collaboration avec le fisc afin d'éviter une fâcheuse erreur au moment de remplir la déclaration de revenus, D'autres se sont montrés plus créatifs. Ainsi, en janvier 2006, on suggère à Johnny de demander la nationalité belge, dans l'idée de l'installer ensuite à Monaco. Johnny fonce, Mais la procédure s'avère longue, fastidieuse: Johnny se lasse, change de cap, Conseillé par son ami Daniel Hechter et cornaqué par Renaud Belnet, un avocat fiscaliste marseillais, il file vers la Suisse où l'attend un miraculeux forfait fiscal annuel de 607 000 euros.

"C'était une grosse connerie', dit un proche de la star. Aujourd'hui, Johnny est doublement imposé, en Suisse et en France puisque le cœur de son activité est ici. Quand on fait un concert en France, on paie des impôts en France, c'est aussi simple que ça." "Johnny estime qu'il n'a pas eu la carrière internationale qu'il méritait et, au fond, c'est bien le problème, complète un ancien avocat. S'il avait une carrière à l'étranger, il aurait eu de vraies solutions pour payer moins d'impôts... Là, il est coincé, il doit payer en France.

C'est absurde de croire que ses amitiés avec Sarkozy ou d'autres le protègent. Au contraire, il est encore plus surveillé qu'un contribuable lambda." Les perquisitions effectuées par le fisc et la police en décembre dernier chez Pierric Le Perdriel et Renaud Belnet nourrissent cette thèse.

 

 

Johnny Hallyday à force d'insouciance et d'inconséquences s'est enfermé tout au long de sa carrière dans une dépendance à sa maison de disques. Elle a besoin de lui pour vendre, il a surtout besoin d'elle pour payer ses factures, éponger ses ardoises ou concrétiser ses caprices. Quand Johnny négocie son avenir avec Charasse, Polygram est derrière là et se démène pour sa star.

Elle se porte garante auprès du fisc et accorde à Johnny un prêt de plusieurs millions de francs à des conditions imbattables. Elle rachète aussi ses deux maisons, à Paris et Ramatuelle, tout en lui en laissant l'usufruit. Johnny est sorti d'affaire mais il est prisonnier. Comment dire non, ou merde, à une maison de disques à laquelle on doit des millions?

Johnny s'en fiche, il a d'autres choses en tête.

Un matin, au cœur de l'hiver 1996, il fonce chez son avocat, Daniel Vaconsin. Assis dans le canapé en cuir du cabinet, Johnny a l'air soucieux. Il sait que sa situation financière est difficile, que ce n'est pas le bon moment, mais il veut un nouveau yacht et ce n'est pas un caprice passager. Impossible de demander une faveur supplémentaire à la banque, il faut donc retourner voir Polygram, en passe d'être absorbée par Universal. Johnny file chez le boss, Pascal Nègre, et lui demande 35 millions de francs. Nègre obtient le feu vert de New York et en profite pour faire signer à Johnny une prolongation de deux années de contrat. Il tient Hallyday et le tiendra comme ça jusqu'en 2003.

Dans la trajectoire de Johnny, cette année-là est charnière et annonce les changements à venir. Grâce au succès de ses derniers albums, Johnny a enfin réglé l'ardoise de 107 millions de francs contractée au cours des trente dernières années auprès de sa maison de disques. Avec Universal, le rapport de force évolue. L' entourage change aussi. Joël Devouges, le comptable a été écarté. Il avait notamment eu l'indélicatesse de se faire rembourser 200000 euros de notes de frais , Le fiscaliste de Johnny a lui aussi été congédié coupable d'avoir initié des investissements malheureux à Saint-Martin. Désormais, André Boudou, le père de Laeticia, est à la manœuvre.

Épaulé par son conseiller fiscal, Olivier Picot, Boudou embringue Johnny dans l'aventure de l'Amnesia, éphémère night-club de la tour Montparnasse.

Il persuade aussi Johnny de s'opposer à sa maison cs disques, coupable d'avoir abaissé son pourcentage sur les ventes des anciens albums de 17 à 7%. A l'amiable ., ils demandent 10 millions d'euros. Bientôt, devant le juge, ils en réclament 60, plus la propriété de tout le catalogue actuel

Boudou voit grand, très grand. En juin 2004, un audit des affaires relève que dans la société crée pour la tournée 2003 Camus est impliqué au travers d'une société anonyme alors que Johnny est impliquée en son nom propre une véritable folie !car évidemment en cas de coup dur sur un concert, Johnny serait seul en première ligne et il pourrait tout perdre d'un coup. Évidemment le chanteur n'en savait rien, il n'avait jamais lu le moindre contrat. Remonté il écrit à Camus: "Tu ne peux pas me demander d'exposer mon patrimoine et tout ce que j'ai difficilement " acquis après quarante-cinq ans de travail alors que tu as la prudence de ne jamais le faire." Le dispositif sera modifié pour les tournées suivantes.

Aujourd'hui, le paysage n'est plus le même. au terme d'un combat homérique et finalement peu rentable, Johnny Hallyday a quitté Universal pour Warner Music. L' été dernier, il s'est également séparé de Jean-Claude Camus et a rejoint le producteur Gilbert Coullier. André Boudou a renoncé à mettre les mains dans le business de son gendre.

Mais la situation ne s'est pas améliorée et le patrimoine immobilier de Johnny, souvent considéré comme une garantie, peut paraître sujet à caution, Outre un pied-à-terre à Los Angeles dans lequel réside son chauffeur Patrick Roussel, la star possède cinq maisons, Mais toutes ne sont pas payées.

Selon nos informations, le chalet de Gstaad a par exemple été financé à hauteur de 3 millions [achat plus travaux) par deux emprunts de type in fine: pour le moment, Johnny ne rembourse que les intérêts des emprunts contractés. A terme, dans quelques années, il devra régler d'un coup la totalité du prêt.

Fragilisé financièrement par les frais d'entretien de ses maisons, Johnny doit donc jongler sur le marché immobilier. Sa propriété de Saint-Barth et son ancienne maison de Los Angeles, qu'il a quittée pour emménager dans sa nouvelle demeure de Pacific Palisades, sont actuellement louées. La maison de Marnes-la-Coquette, entièrement payée, est à vendre pour plus de 25 millions, A ce prix-là, elle aura du mal à trouver preneur. 'Le prix du marché, c'est 74 millions, dit un ancien conseil de Johnny. D'ailleurs, c'est ce que Bernard Tapie a offert récemment." Tapie se marre:

"Je ne suis absolument pas intéressé. Si quelqu'un fait courir cette rumeur, c'est que la maison a du mal à partir. Pour vendre une maison plus vite ou faire monter un prix, on dit toujours que Bernard Tapie est intéressé... " Depuis ses débuts, les revenus de Johnny varient de façon conséquente d'une année sur l'autre, en fonction des sorties d'album et des tournées. Maisons à louer, maisons à vendre, maisons achetées à crédit: Johnny jongle avec ses biens immobiliers

Les dépenses restent toujours les mêmes, les revenus varient. Une bonne année, Johnny gagne plus de 70 millions d'euros, une mauvaise, il tourne plutôt entre 7 et 2 millions." 2010 fut donc une mauvaise année car convalescent pendant de longs mois, Johnny n'a gagné que 1,2 million d'euros, soit 9 millions de moins que l'année précédente selon le classement du Figaro des chanteurs les mieux payés. En attendant une éventuelle indemnisation des assurances, Johnny doit aussi faire face au manque à gagner lié à l'interruption de la tournée 2009, dans laquelle il avait investi près de 10 millions d'euros. L' annulation de 24 concerts, pour raison de santé, l'a mis dans le rouge.

Au point que Johnny fut contraint, au cours du mois de février 2010, de réclamer plusieurs millions à Camus mais en vain le producteur, en passe d'être remercié, ne put aider Johnny qu'à hauteur de 80 0000 euros.

La tournée 2012 comme bouée de sauvetage on peut en douter car le train de vie du couple Hallyday n'a pas ralenti. A Pacific Palisades, les voisins s'appellent Steven Spielberg et Kate Hudson. Il faut en mettre plein la vue. Récemment, Johnny a acheté un jet privé à part égale avec son copain Tony Scotti, mari de Sylvie Vartan. Et Laeticia, de plus en plus consciente de son image suit désormais le rythme, "elle claque maintenant l' argent aussi bien que lui", disent les observateurs

Aujourd'hui, Johnny Hallyday semble récréer le schéma de dépendance financière dans lequel il a passé une grande partie de sa carrière, à une différence près: les disques se vendent moins bien, même les siens. Après avoir bien démarrées, les ventes de Jamais seul se sont effondrées en deuxième et troisième semaine. Warner ne peut donc lui offrir les mêmes facilités que Universal.

le nouveau producteur Gilbert Coullier a déjà versé 8 millions d'euros à Johnny pour la tournée 2012 Au terme de celle-ci Johnny il lui reversera 80 % des éventuels bénéfices. Johnny n'a pas le choix. Il est prisonnier il n'en a pas envie mais il doit y aller. .

 

 

 

 

 

 

Les commentaires sont fermés.