Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/03/2016

Street Hassle ( Lou Reed 1978)

c086bf514083c8417bf7696371f0c0418adce625.jpg

1978 Lou Reed se revendique ( a juste titre) comme l 'un des parrains du punk, depuis New York Il a vu éclore et exploser des artistes ou des groupes qui ,  tous sans exception ont idolâtrés le velvet Underground (Télévision , the Modern Lovers , the Feelies, the Talkings heads, Patti Smith)

Les chefs d'œuvres de sa carrière solo sont déjà derrière lui ("transformer", " berlin" , "Coney island baby") et peut être ne sait il pas encore que ces albums la vont devenir légendaires et cultes ?.

Pour succéder a ces disques fondateurs Lou Reed a livrés en 1976 'rock 'n roll heart " un disque que l 'on peut sans hésiter qualifier de dispensable

Mais en 1978 Lou Reed  est a la  ramasse camé  jusqu'à  l`os ,  fauché ,  le leader  du VU   n` est  plus  un   zombie  en  mode  survie  mais l 'animal est  en vie  et  va se réveiller avec un  album  , brutal , méchant , politiquement incorrect  et que le  chanteur  se  veut  comme celui  de  la  rédemption

en une poignée  de  titres (8)  glauques  et   a la  limite  du malsain Street  hassle  nous entraine dans son univers de déglingue  et de noirceur, de personnages marginaux  a la dérive, les putes, la prostitution ,la rue , la dope , on sait que tous ces thèmes sont chers a Lou Reed depuis déjà des années.

Sur ce disque sombre  pas forcement facile a digérer a la première écoute  et qui  se  définit   comme un véritable  cauchemar  urbain  empoisonné  on trouvera plusieurs sommets a gravir a commencer  par  l irrévérencieux "I wanna be black "

I wanna be black
Have natural rythm
Shoot twenty feet of fizz, too
And fuck up the Jews

Je voudrais etre noir
Avoir le rythme dans la peau
Ejaculer 6 metres de foutre
Et voir les juifs se faire enculer.

"Dirt " si elle ne s'impose pas comme une chanson majeure de l 'album est aussi plutôt  pas mal dans le genre provocation et franc parler ( Lou Reed y règle ici  ses  comptes  avec  son  impresario )

You and the people like you
Who'd eat shit and say it tasted good
If there was some money in it for 'em

Toi et ceux de ton espèce
Qui mangeriez de la merde en disant que c'est bon
Si ça pouvait rapporter de l'argent

autre grand titre " we gonna real good time together" une chanson datant de la periode du Velvet., un titre auquel Lou Reed semble particulièrement attaché ( il  a entame  tous les concerts de reformation du groupe en 1993 avec  ce  titre ).

 Cette version est cependant radicalement différente de la version enregistrée avec le V.U et les puristes du groupe seront surement surpris

enfin il y a sur ce disque l 'un des titres essentiels du Lou 'street hassle ' titre totalement incroyable (qui donne son nom a l 'album ) longue  descente  aux  enfers a la limite de la poésie urbaine et de la chanson pure et déclamée sur prés de 11 minutes , une chanson expérimentale et divisée en 3 parties distinctes

la partie 1 raconte l'histoire de Martine qui s'offre rend visite a un jeune gigolo et lui donne 80 dollars  en lui disant que pour elle c'est toujours un plaisir d'avoir recours a un professionnel.

La partie 2 est un monologue où Lou explique a un ami que faire de sa copine ayant fait une overdose.

les bons conseils du docteur lou sont de l'emmener et de la laisser quelque part dans une rue sombre pour faire croire a un accident.

La partie 3 évoque une séparation et départ d'un amour ( a cette époque Lou Reed se séparait de Rachel un transsexuel avait qui il a vécu quelque temps ) en fin de titre on a la surprise d 'entendre  Bruce Springsteen
venu poser sa voix si particulière et identifiable pour  un (petit ) couplet

la particularité  de  cet   album  est  qu'il  est hybride ( enregistre  en  studio  et  aussi  capte en   live)  il  reste  le témoignage  d un  artiste  complexe en proie  avec  ses  démons  

En  crachant  a la face  du monde  ce  disque   malade  et    vénéneux  Lou Reed  ne  sait  pas  encore   qu'il est loin d en  avoir  termine  avec  les années  noires de  galère  .

Après  cet  album furieux il y aura une longue  traversee  du  desert du desert  de 10  ans

la  rédemption et le réveil   du phénix rock  n roll n arrivera  que  bien plus  tard  en 1989   avec l album   New York 

 

track list

  1. Gimmie Some Good Times – 3:15

  2. Dirt – 4:44

  3. Street Hassle – 10:58

  4. I Wanna Be Black – 2:56

  5. Real Good Time Together – 2:22

  6. Shooting Star – 3:10

  7. Leave Me Alone – 4:45

  8. Wait – 3:12

 

 

Lou Reed  -  real good  time together


podcast

 

 

Lou Reed  - I Wanna be black


podcast

 

 

 

19:30 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.