Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/04/2016

Edie Sedgwick 'the poor little rich girl '(1943-1971)

Edie Sedgwick.jpg

Quand  elle quitte la Californie ou elle est née en 1943 Edie Sedgwick est déjà une jeune fille riche et  jolie , heritière d'une grosse fortune familiale  ,elle est issue  d'un milieu aisée du Massachusetts mais elle  ne sait pas sûrement pas encore que son destin sera celui de devenir l'égerie du New York Underground en pleine explosion culturelle

après un début de carrière de mannequin elle croise en 1965 Andy Warhol et le déclic est immédiat ,Andy voit en elle son double féminin et il l'a prend sous son aile .

C'est pourtant elle qui va donner a l'artiste timide et compléxé le goût des soirées mondaines et des grandes fêtes ,ensemble ils vont tourner de nombreux films entre 1965 et 1966 ( Kitchen -beauty# 2 -Chelsea girls -Poor little rich girl) et elle va devenir très rapidement  un mythe et une légende de la décadence rock'n roll de son époque.

Sublime, décadente, imprévisible ,autant que colérique et lunatique  elle va régner sur un New-York  qu'elle va mettre a ses pieds. Reine absolue et incontestée de la 'Factory ' Warholienne elle pose aussi pour 'vogue' ' Life ' et collectionne les coiffures ,  Brune , blonde, cheveux longs , cheveux courts, ébourrifée ,peignés elle est a chaque fois renversante de classe et de beauté

"la pauvre petite fille riche" comme l'appelait Andy Warhol claque son héritage sans compter et de quelle manière ! ( champagne , limousines , cocaïne ,vodka , dîners aux plus grandes tables new yorkaises ) elle est partout ou on fait la fête , dans tous les lieux branchés et tout le monde l'adore , elle laisse des pourboires monstres aux chauffeurs , aux barmans  aux serveuses, aux taxis , elle vit dans un appartement sur la cinquième avenue et se fait livrer du caviar par traiteur mais pourtant elle  laisse les ordures s'entasser dans toutes les pièces et ne fait jamais le ménage et ce sont les amis se dévouent pour lui assurer un minimum d'hygiène.

Elle fréquente la jet-set mais on la retrouve aussi dans les quartiers louches ou elle se fait déposer en cadillac avec chauffeur , elle fréquente autant les grands artistes que  les travestis chers a Warhol et  les plus gros  paumés du pavé new yorkais font partie intégrante de sa cour quotidienne au même titre que tout le gratin mondain et superficiel de New York

Lou Reed compose pour elle 'femme fatale' qui sera sur le premier album légendaire du velvet underground (produit par Warhol)  et  Dylan  va tomber fou amoureux d'elle (just like a woman ' lui serait parait il dédié)

Les mélanges alcool -amphétamines -barbituriques cocaïne et bientôt héroïne mettent son organisme a rude épreuve , elle s'endort plusieurs fois cigarette aux lèvres et provoque plusieurs fois des incendies  dont celui de l'hotel Chelsea  , haut lieu mythique de la culture underground.

Une anecdote résume lé délire de son mode de vie ahurissant ."elle avait au doigt un saphir de 25.000 dollars mais la pierre tombait sans cesse de la monture ,excédée de devoir une fois de plus le remettre en place Edie l'enfonça a coups de talons dans le parquet en bois de la boite de nuit ou elle se trouvait ce soir la" .

En juillet 1971 Edie épouse Michael Post   mais  elle meurt dans son sommeil d'une insuffisance respiratoire le 15 novembre de la même année.

 

le film "Ciao Manhattan" sorti quelques mois après sa mort lui rend hommage ,réalisé par John Palmer et David Weisman elle y interprète son propre rôle au coté de Warhol (le tournage avait débuté en 1967 mais du  être interrompu pour diverses raisons)

 

 

 

 

 

16/04/2016

Une femme sous influence (John Cassavetes -1975)

une femme sous influence,john cassavetes,gena rowland,peter falk

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

"Une femme sous influence " est un film admirable , réalisé  par l'immense John Cassavetes  qui semble  être touché par la grâce lorsqu'il filme sa compagne Gena Rowland  (voir également le très touchant 'Opening night'-1978) l'actrice  est carrément  sublime dans ce film bouleversant et intense. Le film est construit autour d'un couple a la dérive l'homme incarné par Peter Falk (étonnant  a un point que l'on regrette qu'il se soit consacré presque exclusivement a la télévision) et son épouse Mabel (Gena Rowland) femme au foyer névrosée et tourmentée qui sombre peu a peu dans une dépression proche de la folie.

le film est dur et sans concession et l'affrontement terrible entre Mabel et son mari est  admirablement orchestré  par un Cassavetes qui touche ici a l'essentiel .

 Forcement  "une  femme sous influence se situe  a des années lumières des chroniques familiales  de la vie quotidienne que l'Amérique nous montre habituellement pourtant il nous  touche par sa justesse , sa sensibilité et  sa fragilité.

Derrière la névrose ;derrière les cris ,les larmes ,la colère , Cassavetes nous montre  l'amour ,la tendresse et toute  la  beauté  de l'espoir  .

Il y a dans ce film intense  et  habité l'une des plus belles interprétations de femme de toute  l'histoire du cinéma , dire de Gena Rowland epouse du génial  Cassavetes a la ville)  qu'elle est excellente dans le rôle de Mabel serait lui faire insulte , elle s'y révèle lumineuse et sublime  et son interprétation époustouflante se pose pour toujours comme une référence cinématographique.

"Une femme sous influence "est une oeuvre véritablement  essentielle , une façon de concevoir le cinéma différemment , outre la réunion et l'osmose d'un immense réalisateur  et d'une actrice de légende c'est un film authentique  sur le couple et sur l'amour.

 

 
 

15/04/2016

I Shot Andy Warhol (Mary Harron - 1996)

andy warhol,lili taylor,mary harron

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous sommes en 1996 et  Andy Warhol ,le pape du pop est mort depuis bientôt  dix ans lorsque sort sur les écrans de manière quasi confidentielle et dans le circuit des films indépendants ce film réalisé par Mary Harron et qui porte ce curieux titre 'I shot Andy Warhol' .

Dans ce film qui mérite d'être redécouvert il n'est finalement que peu ou pas question de Warhol et bien que magnifiquement interprété par Jarred Harris l 'histoire est essentiellement basée sur la vie de valerie Solanas artiste underground américaine et militante gauchiste et qui fut une pionnière du féminisme radical  .

Solanas écrivit une pièce 'up your ass ("Lève ton cul!) en 1966 puis rédiga un pamphlet baptisé le manifeste S.C.U.M ,un brûlot ou elle imaginait une société sans hommes et dans laquelle les femmes prendraient le pouvoir .

Marginale et lesbienne ,droguée, et a demi folle  Solanas fréquentât d'abord l'entourage hétéroclite de Warhol  et  tentât  de  convaincre l"artiste de produire sa pièce , devant les réticences puis le refus de ce dernier elle  finit par tenter de le tuer le 3 juin 1968.

C' est autour du personnage fantasque et schizophrène de Solanas que le film est donc construit et c'est la sa force principale car Lili  Taylor l'actrice qui incarne Solanas est tout simplement époustouflante.

Elle est le moteur de ce film qui est non  seulement  le  témoignage  d'une époque  artistique et politique trépidante mais aussi  le portrait d'un  New-York bouillonnnant , riche en personnages marginaux décalés  (artistes , comédiens ,  drag queens , musiciens  ,poètes ) .

Outre Lili Taylor et Jarred Harris tout deux épatants signalons l'incroyable performance de Stephen Dorff  ,étonnant dans le rôle de Candy Darling le  célèbre transsexuel proche de Warhol ainsi que l'impeccable prestation de Martha Plimpton qui incarne Stevie .

"I shot andy Warhol fut curieusement  négligé lors de sa sortie française en 1996 et ne dépassa pas le cercle des petits films indépendants .

c'est  évidemment  regrettable  car  il s'agit   un film formidable et intéréssant .

C 'est également  la première réalisation de Mary Harron qui se fera véritablement connaître en adaptant en 2000 le sulfureux "american psycho" de Bret Easton Ellis

C'est aussi en 1996 que David Bowie fut choisi pour interpréter Warhol dans "Basquiat ' le film réalisé par Julian Schnabel  , film qui n'obtint pas non plus un grand succès  malgré une couverture médiatique plus importante. 

Enfin un petit mot sur la bande son plutôt inégale (pas un titre du velvet underground Grrrr!!!!! , mais néammoins quelques   petites merveilles " Walk on by de dionne Warwick ' 'the more I see you ' de Chris Montez " do you believe in magic ' des 'Lovin' spoonful" ainsi que des chansons issues du  répertoire d'artistes divers ( Wilco  ' R.E.MLove - Luna)

 

08/04/2016

Le Parfum ,Histoire d'un meurtrier (Tom Tykwer-2006)

le parfum,tom tykwer,patrick suskind

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Avant d’être un long-métrage  Le Parfum est un roman de l'écrivain allemand Patrick Süskind écrit en 1985. Son titre complet est Le Parfum, histoire d'un meurtrier .

En 30 ans, ce best-seller a été traduit en 45 langues et vendu à 150 millions d'exemplaires. Patrick Suskind  a longtemps hésité a confier l’adaptation du « Parfum » au cinéma  il aurait souhaité  que ce soit Stanley  Kubrick qui l’adapte mais le projet n’aboutit pas ,  successivement Martin  Scorsese , Ridley Scott , Milos Forman et Tim Burton s’y intéressèrent mais toujours sans résultat . Et soudain en 2006 contre toute attente Suskind accepte de ceder les droits et c'est a Tom Tykwer ,un réalisateur allemand que va incomber la (trés) lourde tâche de porter a l'écran ce livre fulgurant  qui a atteint depuis toutes ces années un statut de livre-culte.

L'ampleur de la tâche  semblait  pour beaucoup insurmontable ; le roman ayant la réputation d'être totalement inadaptable aussi il faut en tenir compte dans le jugement porté au regard du film. L'adaptation est plutôt fidèle et le personnage énigmatique de Jean Baptiste Grenouille est interprété avec beaucoup de justesse par Ben Whishaw , jeune comédien britannique  (qui parait-il aurait été préféré a Orlando Bloom ou a Johnny Depp ?) tandis que les rôles secondaires sont confiés a Dustin Hoffman (le parfumeur Baldini) et Alan Rickman (Antoine Richis) .

Même si certaines scènes sont a mon sens trop volontairement 'tape a l'oeil ' ,en particulier le début qui frise le film 'gore 'a force de vouloir insister sur les conditions épouvantables de la vie du peuple au XVIII éme siécle  le film  est une brillante reconstitution de la vie incroyable d'un personnage aussi mysterieux que cruel ,   aussi incompris que solitaire .

Le destin de Grenouille l'enfant de nulle part  survivant des bas-fonds   l'enfant qui n'avait  pas d'odeur mais qui était capable de ressentir touts les parfums  du monde , de les identifier , de  les mémoriser , de les melanger  jusqu'a l'obsession et la folie et qui cherche a créer l'essence divine , le parfum de  l'amour , est totalement fascinant .

La séquence du procès de Grenouille est proprement stupéfiante  tout comme la destinée finale de ce personnnage hors du commun .

Nul doute qu'entre les mains d'un Kubrick ou d'un Forman nous aurions eu un tout autre film avec  davantage de créativité , de personnalité  et de prise de risque cinématographique mais il faut rester objectif et reconnaitre que  Tom Tykwer , même s'il ne réalise pas  un grand film s'en tire  bien et car il  se contente  avec beaucoup d'application de coller le plus possible au roman de Süskind en nous offrant au final un résultat plutôt satisfaisant. 

 

 
 

Revoir Dewaere

 

medium_coup-de-tete-02.jpg

 


Revoir Patrick Dewaere disparu voici bientôt 34 ans dans les circonstances tragiques que l’on connaît, et redécouvrir  cet immense comédien  à fleur de peau habité d’une intensité dans son jeu d’acteur  qui le plaçait déjà  parmi les plus grands de la profession et se souvenir de cette terrible réplique dans préparez vos mouchoirs ; chef d’œuvre de Bertrand  Blier, film incompris dans la frileuse France giscardienne de l’époque et  acclamé partout ailleurs dans le monde décrochant même l’oscar du meilleur film étranger a Hollywood en 1979  , film inoubliable  ou Dewaere parlant de Mozart a Depardieu lui dit - «  tu te rends compte, a 35 ans il est mort le mec, tu te rends compte de la perte ».
Cette réplique nous reviendra en mémoire quand le 16 juillet 1982  en plein tournage de Edith et Marcel  de Claude Lelouch en  rentrant  chez lui impasse  du moulin vert a Paris il se  tirera une balle de 22 long rifle dans la bouche. Il avait 35 ans

Dewaere, enfant de la balle, comédien des l’age de 4 ans  était un chien fou, un électron libre totalement incontrôlable, un  personnage entier ; un type épatant, celui qu’on aurait aimé avoir pour copain ou pour frangin, il aura traversé le paysage cinématographique française comme une tornade laissant au passage des interprétations inouïes dans des films transcendés par sa présence et son talent.
De l’inoubliable Pierrot des Valseuses (1972) a Marc le moniteur de colo  de ‘la meilleure façon de marcher (1976) le premier film de Claude Miller, en passant par son rôle du juge Fayard dans le film de Yves Boisset (1977) ou encore celui de Stéphane le professeur de sport de préparez vos mouchoirs (1979) ou du candide François  dans  coup de tête de jean –jacques Annaud (1979) tous ses rôles sont remarquables et Patrick y est chaque fois merveilleux de spontanéité et de charisme
Et puis arrive Le film, celui qui va installer Dewaere au panthéon des comédiens, celui qui va faire taire les fines bouches et clouer le bec aux plus réticents, ce film sera réalisé par Alain Corneau et sera une adaptation du romancier américain Jim Thompson  et il s’appelle Série noire.
Dire que Patrick Dewaere habite le film serait  trop simple, il est tout simplement touché par la grâce dans son interprétation de Franck Poupart, représentant de commerce minable entraîné  dans une spirale infernale de violence et de mort. Dewaere ne se contente pas dans ce film de jouer, il s’implique physiquement dans le rôle  et réussit l'exploit de faire  surgir l’émotion dans cet univers sordide et glauque.
Comme Dean dans la fureur de vivre ou Brando dans sur les quais, il se dégage de son interprétation  une  étrange impression animale et  attractive et on devine lorsque on découvre abasourdi le film la première fois que Franck Poupart va hanter le cinéma français pour longtemps.
Non content d’avoir asséné un choc avec le film de Corneau Patrick Dewaere va coup sur coup nous éblouir encore avec deux films réalisés par deux metteurs en scène totalement opposés mais qui ont su chacun saisir et mettre en avant son immense talent. Il semble évident que  Dewaere a mis beaucoup de lui-même dans Un mauvais fils et son interprétation dans le film de Claude Sautet est criante de vérité et de sincérité, il y est tout simplement exceptionnel dans le rôle de Bruno ex – taulard  toxicomane  qui tente de renouer avec un père et une société qui l’ont laissé en rade.
Sans juger, sans donner de leçons de morale gratuite mais en s’attachant a humaniser ses personnages Sautet qui s’éloigne avec ce magnifique film de l’univers bourgeois qui l’a souvent caractérisé réussit un film précieux et rare plein de pudeur et d’émotion, jamais Dewaere n’a été aussi bien filmé, jamais il n’a ete aussi bouleversant.
En 1981 Bertrand Blier est un metteur en scène qui dérange et dont les films ne laissent jamais indifférents, avec lui, on adore ou on déteste et bon nombre de ses précédentes œuvres ont déclenchés de vives polémiques, on se souviendra bien sur des valseuses (1972) mais aussi  de Calmos (1976) ou encore de Buffet froid (1979) et de tenue de soirée (1986) qui ont divisés la critique.
Dewaere connaît bien blier , c'est un peu son père spirituel  il a travaillé avec  lui  sur deux films essentiels de sa  carrière  aussi après le triomphe (tardif) des valseuses et l’échec (en France) de Préparez vos mouchoirs c’est tout naturellement que Blier propose a son acteur fétiche  le rôle délicat de Rémi dans le sulfureux Beau-père , film qui va encore une fois déclencher autant d’enthousiasme que de sifflets ce qui ne sera pas sans rappeler le scandale provoqué quelques années auparavant par un film traitant du même sujet Lolita de Stanley Kubrick .
Evidemment ces films la ne doivent pas faire oublier les autres films ou l’acteur nous a régalé, de  l’univers underground de Claude Faraldo "Themroc "(1971) aux réalisations décalés de Maurice Dugowson "Lily aime–moi "(1975) " F comme Fairbanks" (1975) de son rôle de gilles dans le superbe Hôtel des Amériques d’André Téchiné au coté d’une Catherine Deneuve sublime jusqu'à son dernier rôle dans Paradis pour tous film ambitieux  d’Alain   Jessua  sorti après sa mort  ou ironie du sort il interprétait un homme rescapé d’une tentative de suicide.
 Dans tous ces films majeurs ou mineurs (la clé sous la porte (1978) -Mille milliards de dollars (1982)qu'il s'agisse de  chefs d’œuvres incontestés  ou de  ratages intégraux (Psy (1981) – plein sud (1981) Paco l’infaillible (1982) dans tous ces films importants ou secondaires il y a  les instants de magie et de grâce apportés par la présence de ce comédien unique dont la  folie , la pudeur, la générosité et surtout l’immense talent  dépassent le cadre de l’écran.
Aujourd’hui on connaît un peu mieux les démons qui hantaient sa vie, un mal de vivre existentiel, une toxicomanie envahissante, une grande instabilité chronique , une grande lassitude  mais rien qui  n’explique vraiment les raisons de son geste fatal.
On se rendra compte  un peu tard que la profession ne l’aura jamais récompensé ,pas le moindre césar malgré de nombreuses nominations , des critiques souvent injustes dans des films magnifiques ,une vie privée  bafoué par une presse sans scrupules (ça n’a pas beaucoup changé depuis  ,bien au contraire)
Alors Patrick Dewaere un soir d’été 1982 a fait le grand saut  courage ou lâcheté a chacun de voir?

la seule vérité c’est qu’il nous laisse TOUS  orphelin d’un acteur irremplaçable  

 

 

 

 
 

30/03/2016

Histoire d'une Photo : Belmondo -Seberg sur les Champs Elysées (1959)

 

C’est l’un des duos emblématique du cinéma français, Jean Paul  Belmondo et Jean Seberg il a 26ans elle en a 21

Le film ‘ A Bout de souffle ‘ sur une idée de  François Truffaut  sera  mis en scène par Jean Luc Godard il  sera un tournant dans le cinéma  français et deviendra le film référence d’un genre nouveau ‘la nouvelle vague ’ faisant de ses deux auteurs les ‘papes’ incontestés de la nouvelle vague

L’impact de ce film d’un genre totalement  nouveau ,résolument moderne tournant volontairement le dos au cinéma d’après guerre sera énorme

Avec ' a bout de souffle ' son  approche nouvelle et décompléxée  du cinéma ,  son montage révolutionnaire et l' utilisation d'une  méthode baptisée 'Jump-cut '(la juxtaposition de deux plans sans que la caméra ait notablement changé de position)  nous assistons  au début d'une ére nouvelle le film deviendra tres vite  une référence cinématographique  dans le monde entier et son statut de film-culte est incontestable

La photographie du film  est signée Raoul Coutard (futur photographe attitré entre autres  de Truffaut, Costa Gavras, ou encore de  Jacques Demy

Cette photo est devenue  célèbre , elle  illustre la rencontre entre Patricia (J .Seberg) la jeune étudiante qui vend le New York hérald. tribune  sur les champs Elysées et Michel (J.P Belmondo) le petit truand un peu minable, la décontraction un  peu prétentieuse de Belmondo, la fraicheur, la beauté, la candeur de Seberg , son accent irrésistible , ( ‘c’est quoi les‘ champs ’ ?) 

La photo  pourtant ne sera pas l’ œuvre de Raoul Coutard elle sera prise par Raymond Cauchetier le photographe de Plateau  ;  ne la cherchez pas dans le film car cette photo qui a fait le tour du monde a été prise hors tournage, les comédiens ont en effet rejoués la scène du film  loin de la foule et des badauds.

Pour information sachez aussi que c’est cette photo qui fut choisie pour l’affiche de l’exposition Paris fait son cinéma  (a l’école du Louvre de novembre 2005 a mai 2006)

 

Lire Sur Jimboland    'la fin tragique et mystérieuse de Jean Seberg

http://jimboland.hautetfort.com/archive/2008/05/11/la-fin...

 

 

24/03/2016

Drugstore cow boys ( Gus Van Sant 1989)

 

 

 800full-drugstore-cowboy-poster.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Gus Van Sant est un  réalisateur bien a part ,il a su en effet devenir un metteur en scene essentiel du cinéma contemporain tout en conservant son étiquette indépendante et underground.

De My Own private Idaho (1992) a Even cowgirls get the blues(1993) en passant par Prête a tout (il avait offert a Nicole Kidman son premier role principal qui lui rapportera le golden globe de la meilleure actrice en 1996) jusqu'a Will hunting qui révela Matt Damon (2000) sans oublier Elephant (palme d'or 2003) et Last Days (2005) tous ses films portent une griffe tres personnelle  et reconnaissable.

Drugstore Cow boy que le public avait boudé lors de sa sortie avant de l'éléver au rang de film-culte d'une génération est a mon sens son chef d'oeuvre.

Porté par un exceptionnel Matt Dillon qui trouve ici son plus beau rôle depuis le cultissime  Rusty James de Francis Ford Coppola et par Kelly Lynch  magnétique et bouleversante de désenchantement.

Le quatuor de ce road movie est complété par James Legros gros ours pataud au regard triste plus bête que méchant   et par  Heather Graham ,pauvre petite fille perdue  qui suit le trio plus par ennui que pour toute autre raison .

Dans ce road movie sur toile de fond d'une Amerique post 68  nos quatre anti-heros sont livrés a eux memes dans une recherche permanente et quotidienne de drogue cette  quête  représentant l unique la seule chose qui ait de l'importance a leurs yeux ,  on pense forcement a un autre chef d'oeuvre underground réalisé quelques années plus tôt  a savoir le mythique Easy Rider

 

Cerise sur le gateau , Gus Van Sant s'est offert  pour un role inoubliable de curé junkie et repenti une légendaire figure de la contre culture américaine en la personne de William.S.Burroughs qui donne avec sa personnalité unique ,sa dégaine décharnée et sa voix identifiable entre mille une force indéniable au sujet principal du film qui reste la drogue et ses errances  car Drugstore cow boy parle de drogue , sans voyeurisme , sans concession  sans porter de jugement ni condamner , sans en faire la moindre apologie mais simplement en traitant ce fléau social avec justesse et réalisme.

 

02:23 Publié dans cinéma | Lien permanent | Commentaires (0)

22/03/2016

Anita , Anita !

SiOP6_Bhdp9cRk1vhpziX7yBBvI.jpg 

 

 

'

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Life " la Biographie de Keith Richards parue a la fin de l'année 2010 s'avère bien évidemment passionnante mais surtout croustillante en matière de confidences que le guitariste des Stones distille parfois sur le ton de l'humour , d'autres fois sur un ton plus acide ou plus acéré . Règlements de comptes ou simples mises au points a chacun son intréprétation .

Personne ne s'étonnera de la quantité d'individus bizarres et  déglingués qui gravitent chapitre après chapitre autour de la planète Rolling Stones en général et de l'ami 'Keith  ' en particulier

La vie amoureuse et pour le moins  tumultueuse du guitariste  n'échappe bien évidemment  pas a cette règle

Anita Pallenberg  fut la compagne de Keith de  1967 a 1980 , cette beauté fatale  dans la ligne droite de Marianne Faithfull ou de Nico tient dans  cette biographie  une part pour le moins importante voire essentielle. Née en Italie en 1944 Anita Fut , avant de partager la vie de Keith la 'fiancée ' de Brian Jones  on lui prête aussi une aventure avec Mick Jagger  (elle fût la  partenaire de Mick dans le film 'underground ' de Nicholas Roeg 'performance ' en 1970 ). La plantureuse Anita fut aussi de la distribution du célèbre 'Barbarella ' de Roger  Vadim  en 1968  ( elle y interprétait l'inquiétante 'reine noire ' au côté de la belle  Jane Fonda).

Elle fût également l'épouse de Michel Piccoli dans l'excellent 'Dillinger est mort " de marco Ferreri en 1968

 

Anita Pallenberg fût durant 13 années totalement associée a Keith Richards , elle lui donnât 3 enfants. Un fils, Marlon , né en 1969, ; une fille, Dandelion, née en  1972, et un autre fils, Tara né en 1976 malheureusement décédé de complications de santé peu après sa naissance  , elle partageât  non seulement l'univers des Stones mais aussi le mode de vie décalé , décadent et marginal de Keith s'abîmant a ses cotés dans la spirale de l'héroïne 

La rupture de Richards et Pallenberg fut une conséquence de leurs addictions respectives, elle s'établît à Toronto en 1977 lorsqu'ils furent tous deux menacés d'emprisonnement par la justice canadienne. Le point de non-retour dans leur relation est finalement atteint en 1979 lorsqu'un adolescent de 17 ans, Scott Cantrell, fut retrouvé mort dans leur résidence de South Salem après s'être tiré une balle dans la tête dans le lit de Keith

Tout comme Keith ,Anita peut être considérée comme une survivante , une rescapée d'une époque d'excès en tout genres , des excès qui ont bâtis la légende" sex , drugs & rock'n roll "mais qui ont laissés évidemment beaucoup de victimes  sur le carreau.

Je vous invite a lire de toute urgence cette biographie de Keith Richards ou le guitariste se livre  sans retenue , autour de lui  dans l'ombre ou dans  la lumière  gravitent des hommes et des femmes , des héros et des ' losers'

En tête de toute  cette  clique ,  entre musiciens géniaux ou ratés, producteurs , comédiens et mondains de tout poils , entre parasites  camés et " groupies " Anita  se taille une place importante

Elle est toute a la fois ange gardien ou ange maudit de l'axe Stones - Richards  son importance (positive ou négative ou bien les deux) dans la carrière du groupe n'est bien évidemment  plus a prouver .Le point culminant de l 'axe Pallenberg- Richards -Stones  se situant très certainement durant la période de   l 'enregistrement  de  l 'album   ' exile on main street'   en 1972 .

Au printemps de cette année la , poursuivis par le fisc ; grugés par leur financier-, les Rolling Stones émigrent en France, .Keith Richards choisit de louer la grande villa Nellcôte, à Villefranche-sur-Mer, où il s'installe avec sa compagne, Anita Pallenberg, et leur fils Marlon .

 

cannesfestival71_hd_2.jpg

 

 

 

 



Bien vite, la maison devient le lieu de ralliement des autres membres du groupe et de musiciens de   différents  horizons  qui vont travailler dans le sous-sol.

Bien vite aussi, amis et intrus investissent la propriété et l'endroit devient une micro société décadente , un 'no man's  land  musical d'où, au final, émergera, sous forme d un  double album, Exile on Main Street, sans doute l'œuvre la plus créative des Rolling Stones .

Le photographe  Dominique Tarlé présent aux cotés du groupe durant 6 mois  évoque largement Anita Pallenberg en la définissant comme  une véritable guerrière. Sans elle, l'épisode  Nellcôte aurait pu devenir l'enfer sur Terre et vraisemblablement il n'y aurait pas eu d'album ».

 

Retrouvez Anita Pallenberg sur l' article consacré au livre Egéries sixties de Fabrice Gaignault (Fayard 2006)

http://jimboland.hautetfort.com/archive/2007/03/28/egerie...

19/03/2016

Papa was not a Rolling Stone (Sylvie Ohayon 2014 )

papa-was-not-affiche.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Depuis les Inconnus on le sait ' la banlieue c'est pas rose ,la banlieue c'est morose '   sauf que le trio de comiques  lui   pratiquait  humour et second degré avec talent  , ici au contraire ca se prend au  sérieux ca s 'écoute parler, ca philosophe , ca moralise et ca donne des  lecons de vie ,le tout sans le moindre scrupule avec une quantité ahurissante  de stéréotypes de bas étage 

 on finit par trouver donc  assez  rapidement cette chronique de la cité des 4000 (la Courneuve) plus que nauséabonde  et par moment a la limite du supportable.

Ce portrait d'une jeunesse  dans les années 80   avait pourtant tout pour être séduisant

il ne tient malheureusement pas la route la faute a une succession de   clichés , de lieux communs , la faute aussi a des dialogues affligeant (je doute de l 'utilisation d'un tel vocabulaire employé il y a 30 ans)

Seule la  jeune Doria Achour qui interprète Stéphanie   tire son épingle du jeu   autour d'elle  c'est le naufrage , des jeunes comédiens apathiques et peu crédibles   (insupportable Soumaye Bocoum dans le rôle caricatural a l extrême de Fatima la bonne   copine ) idem pour Rabah fait Oufella   dans le rôle du petit voyou Rabbah (tout le  monde  ne peut  pas magnétiser l 'écran   comme Tahar Rahim  ou Roschdy Zem)

Des jeunes acteurs ,mêmes Amateurs et égarés dans des projets ratés ce n 'est pas évidemment pas   très grave et on leur pardonnera  bien  volontiers ,cependant il est plus dérangeant  de constater le naufrage de comédiens plus chevronnés ici  Aure Attika a la limite du ridicule ,Marc Lavoine égaré dans cette spirale de mauvais gout, Sylvie Testud mal (très mal) exploitée

Le film est réalisé par Sylvie Ohayon d'après un roman autobiographique écrit par elle même mais si les intentions sont certes  louables mais  l 'ensemble est tellement caricatural et sans conviction que le résultat cinématographiquement parlant est  inexistant

Certains dialogues sont d'une terrifiante stupidité (Mention spéciale  a la  séquence du  départ pour la Sorbonne de Stéphanie ou les habitants de la Courneuve la mettent en garde contre la dangerosité de la capitale.  il fallait oser !)

La maladresse de la mise en scène, les dialogues consternants ,une abondance de clichés (douteux) , des personnages indigestes   , bref rien a sauver dans ce film sans grand intérêt qui sera vite oublié.

 

20:28 Publié dans cinéma | Lien permanent | Commentaires (0)

Irréversible (Gaspard Noé 2002)

 

irrversibleso1.jpg

 

 

 

Je décide de visionner  Irréversible ( typographié  IЯЯƎVƎЯSIBLƎ ) de Gaspard Noé le sachant précédé d'innombrables avis et commentaires tant sulfureux que contradictoires Chef d'oeuvre pour certains, bouse absolue pour d'autres  le film ne laisse  en tout cas personne insensible et c'est déjà la marque indéniable d'un film pas vraiment commun , pas vraiment comme les autres.

le titre fait de toute évidence référence a l'irreversibilité de nos actes  car ils sont la plupart du temps irréparables 

1h et 40 minutes plus tard l'écran noir devant les yeux le film se termine et le choc est évident car le film est unique en son genre , de par sa chronologie deja (chaque scène est proposée  de façon antéchronologique le film  débute donc avec la fin de l'histoire et se termine avec le début) mais surtout par l'aspect sombre , intense , glauque.

le film est clairement (volontairement ) dérangeant , certains le trouveront génial d'autres le qualifieront de malsain et nauséabond  , d'autres enfin  y verront un film  prétentieux , mon avis est partagé , je reste divisé et n'arrive pas a savoir si le cinéma français tient la son 'requiem for a dream '  ou si on est devant une esbroufe cinématographique monumentale

Esthétiquement le film se démarque de tout ce qu'on peut a pu voir a ce jour ,longs plans séquences  filmés avec une indéniable maîtrise ;   une caméra  folle virevoltante comme totalement ivre ( a l'image des deux  protagonistes masculins du film)

la caméra de Gaspard Noé   ,survole, tourne ; elle  épuise  elle donne le tournis  , les cadrages acrobatiques du réalisateur  laminent le cerveau mais l'ensemble est hypnotique , fascinant totalement représentative du chaos absolu qui traverse ce film fou

le trio de  comédien  Albert Dupontel en tête est  excellent , Monica Belluci est magnifiquement filmée , Vincent Cassel est survolté les seconds rôles  donnent le frisson et  la description par gaspard Noé des bas -fonds sordides parisiens et de sa faune interlope est  tout simplement effrayante

La longue séquence du viol d' Alex  ( Monica Belluci ) filmée en plan fixe et qui condamne le spectateur a assister comme un témoin impuissant au drame restera comme l'une des scènes -choc du cinéma français mais c'est surtout la scène du meurtre a l'extincteur dans la boite sado maso qui restera dans les annales

De la violence gratuite oui certainement mais aussi des images qui donnent a réfléchir sur l'état de décomposition avancée de notre société ,sa violence ,sa noirceur implacable  

Signalons aussi la musique signée Thomas Bangalter , véritable personnage du film la bande-son technoide proposée par la moitié de Daft Punk donnant aux images de Noé une densité supplémentaire

On pense parfois au maître Stanley Kubrick (clin d'oeil appuyé avec l'affiche de  "2001 odyssée de l'espace" dans la chambre de Marcus et Alex)   Comme dans 'Eyes wide Shut'  l'utilisation des couleurs vives (le rouge du tunnel  -le  jaune baignant la chambre du couple)  pour certaines séquences n'est certainement pas un hasard , enfin comment ne pas penser a  folie orchestrée d' 'Orange mécanique '( on retrouve ici aussi  Ludwig Van Beethoven)

Irreversible  est de toute évidence un film dur , éprouvant qui ne laissera personne indifférent ,du défenseur au détracteur ,  du dégout a l'admiration comme de l'amour a la haine il n' y a parfois qu'un  (tout petit ) pas.

Un film a part ; une oeuvre a  part entière en tout cas.

 

 

 

 

12:10 Publié dans cinéma | Lien permanent | Commentaires (0)

08/03/2016

Minuit a Paris (Woody Allen 2011)

19702766.jpg 

 

 

Comme un grand cru (français) le cinéma de Woody Allen se bonifie et gagne années  après années en rondeur et en souplesse car disons le tout net  Minuit a Paris  le Woody Allen millésime 2011 est un véritable régal cinématographique.

depuis ' Match Point '(2005)  jamais Film du génial réalisateur ne m'aura  autant enthousiasmé .

On retrouve ici la fraîcheur du Allen de la grande époque et si on pense inévitablement a 'La rose pourpre du caire ' (1985) ou encore a 'Alice '(1990) 'un des nombreux chefs d'oeuvres du maître 'Minuit A paris ' se démarque encore par une inventivité ,une origialité qui nous réjouit de la première a la dernière minute

Autour d' Owen Wilson ( un nouveau venu ) on retrouve Marion Cotillard (parfaite) Kathy Bates , Rachel Mc Adams et Carla Bruni Sarkozy (dans un rôle  tout a fait anecdotique précisons le! mais qu'elle remplit  toutefois assez bien )

Avec 'Autour de Minuit ' Woody Allen brode astucieusement autour du syndrôme de l'age d'or (qui consiste a idéaliser une époque passée ) et nous emporte dans un tourbillon drôle, émouvant , teinté de nostalgie et plein de sagesse , un véritable conte de fée des temps modernes  entre philosophie et surréalisme.

A 75 ans Woody Allen  signe ici l'un de ses plus beaux films et livre  un témoignage d'amour a une ville  qu'il aime tant .

On pouvait craindre (d'après le titre) a une romance  tiède a l'eau de rose  mais c'etait oublier le génie inventif de Woody Allen .

Loin d'un film a clichés de cartes postales Woody Allen nous offre  un OVNI cinématographique , une merveille de film  intelligent et gai , un  bain de jouvence qui nous enchante et nous émerveille.

Signalons enfin comme souvent  chez Woody Allen une bande son  jazz irréprochable

04:16 Publié dans cinéma | Lien permanent | Commentaires (0)

05/03/2016

Le mystere John Belushi

john belushi

 

 

 

 Dans la Nuit du 5 au 6 mars 1982 le comédien John Belushi meurt d'une overdose et  devient    pour  toujours   un Blues  brother  éternel

la scène se passe au célèbre club de los Angeles le Roxy ou john fait la fête avec deux amis très proches ce soir la le premier s'appelle Robin williams ,le second Robert De Niro   et  ce   soir  la le blues brother a l'air  totalement explosé au yeux de tout le monde présent
Tout comme Jim  Morrison  mort dans sa chambre parisienne après une soirée au circus ,on retrouvera l'acteur dans sa chambre écroulé sur le sol en chien de fusil
pas de trace de bagarre ,pas de bouteille d'alcool ,pas de came ; ni encore moins de seringue pas même de médicaments alors on émet l'hypothèse d'une crise cardiaque mais il a seulement trente ans et cela ne semble pas être la cause de ce décès foudroyant
on trouvera dans un coin des résidus de poudre blanche qui après analyse se révéleront être un mélangé de cocaïne et d'héroïne appelé plus communément 'speedball' dans le jargon des camés.
quelques recherches sur le corps montreront des gouttelettes de sang au niveau du coude a l'intérieur du bras
le résultat est évident une mort  par  overdose mais John n'était pas seul et il ne s'est pas piqué lui même comme le démontre l'inclinaison de la marque de l'aiguille 

Devant  le  relais  des  medias  sur  cette  mort  tragique une jeune  fille  une jeune fille prénommée Cathy totalement inconnue des services de police et des stupéfiants se présente dans l après  midi au commissariat  local avec une seringue et la cuillère ayant servies au 'shoot' mortel
la mort fut déclaré accidentelle et Cathy condamnée pour homicide involontaire
plus tard elle se rétractera en avouant que des personnalités haut placées et connues du monde du spectacle l'avaient payée pour avouer sa présence aux cotés de John Belushi.
Cette affirmation ne fut même pas vérifiée par la police chargée de l'enquête qui classa rapidement l'affaire
les circonstances troubles et mystérieuses  des  évènements de  la  nuit du 5 au mars 1982  n'ont donc jamais etés véritablement éclaircies.


 

21/02/2016

A perdre la raison (Joachim Lafosse 2012)

original_607075.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sans jugement, sans condamner et avec une  précision quasiment chirurgicale Joachim Lafosse réussit un film ambitieux et courageux avec un sujet particulièrement périlleux et tabou

A perdre la raison est inspiré de  l'affaire Geneviève Lhermitte, du nom de cette mère de famille belge ayant assassiné ses cinq enfants en février 2007

Le thème douloureux ; inacceptable de l infanticide est ici traité sans voyeurisme ; ni fausse pudeur

Lafosse nous entraine  dans  la lente spirale  qui va conduire La mère Murielle ( Emilie Dequenne  formidable dans un personnage au combien  risquée ) a ces gestes impensables , irréparables

Autour de la mère névrosée rongée d'angoisse et d'incertitudes les enfants et les hommes gravitent ;Le mari; Mounir  (Tahar Rahim excellent ) et surtout Niels Arestup dans le rôle trouble du docteur Pinget

Le film est dur ; lent  entrecoupé de flash back qui peu a peu  délivrent les symptômes du décrochage et de la lente folie de la mère

le trouble est le mot qui caractérise le mieux ce très beau film ; trouble aussi  la relation entre le docteur et Mounir son fils adoptif et associé ,  tout comme celle entre le docteur toujours et Murielle ,  trouble enfin  le rapport au mariage et au couple dans cet univers familial ou cohabitation et secrets font bon menage

Le docteur Pinget (énorme Arestup!) est a mon sens LE personnage central du film ,a la fois père adoptif; beau père ,mari ;  grand père , mécène il  nous laisse lui  aussi un curieux sentiment de trouble et de malaise

voici donc un film pas comme les autres et qui reste dans nos  memoires et dans notre  inconscient , un film a regarder  pour tenter  d'essayer comprendre ou peut mener le lugubre voyage ultime au bout du mal etre et de la souffrance.

 

 

 

16:48 Publié dans cinéma | Lien permanent | Commentaires (0)

12/02/2016

High Fidelity (Stephen Frears 2000)

high_mock.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Tiré du formidable roman de nick Hornby  et portant le même titre le film de stephen frears est une vraie réussite il est porté par un épatant John cusack secondé par des seconds roles tout aussi formidables (franck black! carrément hilarant)


pas de sujet véritable mais plutôt une déambulation dans le passé et le présent d'un trentenaire fou de musique et qui organise sa vie par classements (top 5 des musiques a écouter le lundi - top 5 des filles qui m'ont fait le plus souffrir - top 5 des meilleures face A de 45 tours...Ect.. - ) bien entendu c'est un film que l'on recommandera particulièrement a tout ceux qui sont convaincus  que la musique est un élément indispensable au bonheur et a tous les illuminés  capables de débattre des heures sur la qualité de tel ou tel titre ou de tel ou tel groupe , oui  tous ceux la seront évidemment aux anges et y trouveront un plaisir immense

 Mais ne nous y trompons  pas  High fidelity derrière  sa  façade  légère   est  également un film plus grave et plus profond sur les illusions perdues ,sur le temps qui passe ;sur les rêves de jeunesse, l'engagement dans le couple ou les difficultés de la vie au quotidien. 

Forcement la bande son est irréprochable (velvet underground -stereolab - marvin gaye- ) un film totalement dans l'esprit des "sitcoms" pour célibataires trentenaires (friends) mais avec un réel message plus abouti et qui amène a réflexion

Cerise  sur le  gâteau  ce film touchant contient l'une des plus belles et des plus troublantes déclarations d'amour (et de demande en mariage) du cinéma moderne 

Pour  toutes  ces multiples  raisons High Fidelity se révele  un véritable bonheur de cinéphile.

23:16 Publié dans cinéma | Lien permanent | Commentaires (0)

01/02/2016

P.S . I Love you (Richard La gravenese 2007)

ps-i-love-you-2007_31467.jpg

 

The Pogues  feat Kristy Mc Coll    fairytales of  New York


podcast

 

Les préjugés ont la vie dure et l 'esprit tenace  , en effet  sans les conseils malins et  répétés de personnes  ( OK  c 'est des filles!) et  qui se reconnaitront a la lecture  de cette chronique je ne me  serai jamais arrêté sur ce film identifié  stupidement comme un mélodrame sans intérêt  destiné a  un public ciblé.

C'est donc avec  une surprise que j ai donc regardé et surtout aimé  PS  I love you le film

comme souvent  avant le film il y eut un roman a succès , celui de  Cecelia Ahern  , jeune dublinoise  qui publie en 2004 PS. I Love You ; son premier roman a 21 ans et qui rencontrera  un succès colossal  en Irlande  évidemment mais aussi un peu partout  dans le monde.

Le film traite avec  tendresse, humour  et gravité  d'un sujet douloureux ,la perte  d'un amour ,,la perte au sens physique puisque il raconte la reconstruction , le retour a la vie  d'une  jeune femme (Hillary Swank ,parfaite) dévastée par la perte  de  son amour (Gérard Butler)

cette  romance post-mortem n 'a rien de sinistre  ni de morbide  au contraire  elle est ici  traitée avec  recul , réflexion  et  beaucoup d  humour  de par  déjà le scénario cocasse et malicieux  voulu par le défunt (des lettres reçues par la jeune et jolie veuve suivant différents moyens dans les semaines après  son  décès)

Ode a la reconstruction , au culte du souvenir , le film qui glisse parfois  vers  certains inévitables clichés reste de bout en bout agréable et plaisant a  regarder ,porté par des acteurs touchants

Coté masculin mentions spéciales a Harry Connnick Jr (Daniel)  et a  Jeffrey dean Morgan (William) tandis que chez les filles Kathy Bates  (la mère) et Lisa Kudrow (Denise) dans un personnage  qui rappelle celui  qu'elle  jouait  dans la série  'friends  ' sont parfaites

Et puis ce film est aussi  ( et peut  être avant  tout ) un cri d'amour aux racines , aux traditions  et a  l'Irlande omni présente et superbement mise en valeur dans les quelques scènes très émouvantes tournées dans ce magnifique pays

illustré par un choix musical  très inspiré par le rock et la folk irlandaise (Sublime choix que le titre  des  Pogues  pour la cérémonie funéraire  de Gerry), jamais larmoyant  ni condescendant PS I love you est au final une surprise  qui prouve qu'il ne faut jamais condamner les films avant de les avoir vus et qu'un genre cinématographique au demeurant mineur peut révéler  de beaux moments et de belles émotions.

Merci les  filles  pour ce conseil avisé ! (elle se reconnaitront)

 

 

 

16:09 Publié dans cinéma | Lien permanent | Commentaires (0)

11/01/2016

R.I.P David Bowie (1947-2016)

 

 

   David Bowie  -  Changes


podcast


bowie.jpg

 

 

Décidément  il n 'aura jamais fait comme tout le monde

alors que sortait a la surprise générale 'Blackstar ' son nouvel et 26eme album quelques   jours   auparavant David Bowie tire sa révérence en prenant la planète de cours et en laissant des centaines de milliers de fans et d'admirateurs orphelins de sa musique et de son génie

Indiscutablement l 'artiste le plus novateur de son époque , véritable  caméléon artistique s'en va et nous laisse une œuvre colossale a l image de son incroyable talent

écrire un hommage a Bowie est une chose que je n 'imaginait pas faire de sitôt tant l 'homme me semblait invulnérable et indestructible

Sa place dans ma vie est si importante que je ne sait par ou commencer et j ai peur d 'en oublier tant Bowie m 'aura procuré depuis des années tant d'émotions et de bonheur.

j 'ai aimé David  Bowie a toutes les périodes avec toujours une admiration pour cette faculté , ce génie a se reconstruire et a se réinventer sans cesse

toujours la ou l'on ne l 'attendait pas, toujours surprenant  , toujours en avance , toujours  d'une liberté et d'une audace sans pareille Bowie aura joué avec les codes ,les règles pour mieux   nous surprendre et se surprendre lui même

d'une intelligence et d'une richesse culturelle hors normes il saura puiser dans  tout les domaines artistiques le terreau de son travail fantastique et  ambitieux

Les hommages nombreux et éloquents qui vont  (et a juste titre) se succéder prouvent indiscutablement son importance et sa place dans l élite et dans l histoire de la musique moderne

Quant  a moi , il est  l un des plus grands artiste de  son temps ,il est a la musique  ce  que Chaplin est au cinéma  ou Picasso a la peinture  , un touche a tout de génie incomparable et inégalé  incarnant a la perfection  la définition même du  rock moderne.

 

David Bowie   -  Kooks


podcast

 

David Bowie  -  oh  you pretty things


podcast

 

David Bowie  -  wild is the wind


podcast

 

 

 

 

 

02/01/2016

Boulevard du crépuscule ( Billy Wilder -1950)

 

boulevard du crepuscule,billy wilder

 

 

 

 

Si certains films ;même lorsqu'ils sont des " incontournables" de l'histoire du cinéma  vieillisent  mal ce n'est pas du tout le cas  de " Boulevard du crépuscule " (sunset boulevard)  qui de toute évidence traverse les  décennies . Ce  film fut réalisé en 1950 par un maitre de la comédie americaine Billy Wilder ( 7ans de réflexion (1955) - la garconnière (1960) certains l'aiment chauds(1959) pour ne citer que quelques films) mais cet immense réalisateur avait débuté sa carrière par un genre trés prisé dans les années 50 le film 'noir ' et si son chef d'oeuvre absolu reste trés certainement 'assurance sur la mort " réalisé en 1944 il est incontestable que 'boulevard du crépuscule ' est l'une de ses plus grandes réussites .

La grande force du film de Wilder est de nous passionner pour une intrigue dont la fin est dévoilée des les premières minutes .Un homme Joe Gillis  , scénariste en panne d'inspiration (William Holden) est retrouvé mort abattu de deux balles dans le dos et flottant dans la piscine de Norma Desmond  (Gloria Swanson) une ex star du cinéma  .

Narrateur de sa propre destinée Joe Gillis va nous raconter les circonstances qui l'ont mené a sa triste fin mais au delà du meurtre et de  l'intrigue "Boulevard du crépuscule " est surtout un grand film sur la déchéance ,d'abord  celle d 'un homme prêt a tout et qui finit piégé  et celle d'une star du cinéma muet  déchue et oubliée  du public et qui continue a croire en sa gloire passée. A travers le personnage pathétique de Norma Desmond c'est aussi un émouvant hommage rendu au cinéma  muet dont le passage au parlant a laissé sur le bord de la route des centaines de comédiens . le choix de Gloria Swanson elle même star du cinéma muet  pour interpréter Norma  n'est certainement pas un hasard  et on peut dire que l'actrice joue dans ce film  ni plus ni moins que son propre personnage. Aux frontières de la paranoïa et de la folie Gloria Swanson est ici  tour a tour inquiétante , bouleversante , déchirante et son interprétation est tout simplement éblouissante ,elle apporte une authenticité qui donne au film un coté trouble quasi mystique.

A ses cotés qui d'autre aurait pu être plus inouï que erich von Stroheim pour jouer le rôle de max le majordome vieillissant et dévoué a l'ex star ?.le choix de Wilder est encore une fois parfait ;en choisissant celui que hollywood surnommait 'l'homme que vous aimerez haïr" il donne a son intrigue le coté sombre et inquiétant propre au jeu d'acteur unique de Von Stroheim. Ancien metteur en scène maudit (les rapaces  -folies de femmes  mais aussi Queen kelly  ou il dirigeait Gloria Swanson) l'acteur au timbre de voix si particulier fut  aussi l'un des comédiens  incontournables des années 40 (l'alibi (1937) -les disparus de st agil (1938) la grande illusion (1937) en sont des exemples parfaits).

D'autres figures  de l'âge d'or d'Hollywood jouent ici leur propre rôle Cécil B De Mille le célèbre  réalisateur  ainsi que  Buster Keaton qui incarne de sa silhouette unique sans prononcer la moindre parole un comédien oublié ,  compagnon de solitude  de Norma Desmond .

Enfin William Holden dans le rôle de Gillis scénariste  en mal d'inspiration qui croise pour son malheur la route de norma  , Il est  absolument remarquable dans le rôle d'un homme pris au piège comme une proie dans une toile d'araignée et  trouve avec  'boulevard du crépuscule" l'un des deux  ou trois plus grands rôles de sa carrière.

pour la petite histoire le film nominée 11 fois aux oscars 1950 ne fut pas récompensé a sa juste valeur  , seuls trois oscars  lui ont etés décernés (scénario - musique - direction artistique) beaucoup furent scandalisé ( a juste titre) de ne pas voir Gloria Swanson décrocher la précieuse  statuette  , le choix du jury se portant sur Judy Holliday dans "comment l'esprit vient aux femmes "de Georges Cukor  .

Quant a William Holden nominé et non récompensé il se rattrapera en 1953 en obtenant l'oscar pour "stalag 17" réalisé par....Billy Wilder.

 

 

 

 

 

 

29/11/2015

Elle l'adore (Jeanne Henry 2014 )

523507.jpg

 

 

Un film plutôt sympathique avec une intrigue pour le moins originale qui traite de la fascination  et  de la manipulation.

Fille De Julien Clerc et de Miou Miou  la réalisatrice  Jeanne Henry connaît  le sujet sur le bout des doigts et le traite admirablement. Les  deux comédiens  sont  parfaits  Sandrine Kimberlain  , impeccable  mythomane totalement  survoltée et Laurent Laffite   dans un personnage  pas  évident a  interpréter et dans un rôle qui aurait pu être casse-gueule.

Les  deux comédiens s'en tirent parfaitement et permettent au film d'exister au travers  de l'évolution progressive  de l intrigue

bémol cependant aux rôles de policiers et enquêteurs, personnages  a mon sens un peu trop baclés tant au niveau du scenario que de la profondeur.

Au final toutefois , un film plaisant avec une fin que l'on peut qualifier  d 'amorale  et  de  'gonflée ' proposée  par Jeanne  Henry

 

 

 

 

 

 

17:19 Publié dans cinéma | Lien permanent | Commentaires (0)

21/11/2015

Elephant (Gus Van Sant 2003)

21058181_20131115121319246.jpg

Certes c 'est lent , certes c 'est court (moins d' 1 h 30) cependant quel film admirable !

étrange , envoutant et  baigné d'une atmosphère unique et particulière Elephant , palme d'or 2003 a cannes est  visuellement superbe le film de G V S est un OVNI  absolu tant dans la narration que dans la façon de traiter son sujet (l' un des plus sanglants faits divers de ces dernières années a savoir la tuerie de Columbine)

la OU le documentaire de Michael Moore (bowling for columbine) tentait d'expliquer pourquoi , GVS  lui n 'explique pas le pourquoi  et s'attarde plutôt  sur le comment

volontairement déshumanisé jusqu'à l "épure (a l 'image des deux ados meurtriers du film) 'Elephant ' mérite deux  ou trois visionnages pour bien en saisir la magie et mieux comprendre le(s) chemin(s) que nous fait prendre le réalisateur.

1h30 d'un cinéma différent et décalé a l 'opposé complète des bains de sang hollywwodiens , un film d'une intelligence rare et désarmante

 

21:46 Publié dans cinéma | Lien permanent | Commentaires (0)

17/10/2013

Neuf mois ferme ( Albert Dupontel 2013)


Annoncée partout  comme la  'comédie de l 'année ' je me suis précipité  en salle  pour voir le film de Dupontel 'Neuf mois ferme '

Comédien caméléon  Albert Dupontel m 'a rarement déçu  quelque ce soit les registres de film dans lequel j'ai pu le voir , concernant ses réalisations,  j 'avait découvert avec  retard  'Bernie ' et 'enfermés dehors '  Deux films qui m'avaient tout deux enthousiasmés.

les critiques plutôt enjoués autour de ce film  me confortait dans mon choix mais je doit avouer  que je suis ressorti de la salle assez déçu

le film court (  a peine  1h20) enchainant il faut l'avouer  le drôle et  le caustique mais aussi  le moins drôle.

A l 'image des personnages déjantés de ses premières réalisations Albert Dupontel nous offre ici Bob Nolan improbable cambrioleur  (interprété par Dupontel himself)

le scénario est plutôt  faible, Sandrine Kimberlain dans un registre de godiche a la Mireille Darc n 'est guère convaincante et Dupontel usant de ses mimiques a outrance  en fait des tonnes.

Cependant  reconnaissons a 'Neuf mois ferme  un rythme bien  emmené  , certes plaisant  mais qui  part un peu dans tout les  sens .

Résolument influencé par l'univers foldingue  et absurde des Monty Python le film donne parfois le tournis même si les idées de mise  en scène sont parfois bien pensées (les infos télévisées  , la  camera de surveillance , )

les bonnes surprises sont ici a chercher du coté des seconds rôles Philippe Duquesne le médecin légiste  hyper trash , Bouli Lanners le flic  cinglé  et surtout  "mention spéciale"  a Bernard Marié  l 'avocat bègue  irrésistible de   drôlerie  , son plaidoyer   , summum absolu de non -sens et de  surréalisme  vaut a lui seul le prix de la place de cinéma.

 

 

15:45 Publié dans cinéma | Lien permanent | Commentaires (0)