Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/05/2016

The Velvet Underground -Exposition New York Extravaganza (Philharmonie de Paris 2016)

expo-paris-The-Velvet-Underground-philharmonie.png

4892125_7_c6c0_une-photographie-de-nico-presentee-dans-le_85028e537518ee277a13f4205be52a9e.jpg

J'avais failli voir cette  exposition programmée a Metz  au centre  Pompidou mais finalement  j 'ai  attendu qu'elle soit présentée a Paris dans le superbe Philharmonie  qui déjà en 2015 avait accueillie la formidable exposition 'David Bowie is  "

évidemment  l'idée  d'une  expo autour  de ce  groupe  mythique  qui  mieux que quiconque symbolise l'underground reste surprenante  et constitue  une surprise de  taille.

l'aura  et le  statut  de  groupe  référence  du  V.U sont depuis  bien longtemps  établis mais  son  entrée  par  la  grande porte du Philharmonie constitue un  évènement culturel majeur

Saluons donc  cette initiative qui je l espère  permettra  a tous ceux qui ne connaissait  pas le  groupe  de Lou Reed et John  Cale  de prendre   la claque monumentale  de la découverte d'un des plus importants  groupes de l histoire de la  musique  moderne. 

Quant a  ceux  qui , comme moi se sont  nourris de leur musique et  de leurs  expérimentations  musicales  il se  rendront évidemment a  cette  exposition pour le plaisir  des  yeux  (et  des  oreilles) avec le sentiment  curieux et  nouveau  de partager  avec  le  grand  public  un  groupe  que  souvent  on a gardé confidentiel.

l'exposition conçue par Christian Fevret , le fondateur  historique  au milieu des  années 80 des  inrockuptibles s'articule autour de ce  groupe novateur et avant-gardiste et  inventeur (ré- inventeur?) d'un rock moderne noir et intense en opposition  totale  avec les  codes  musicaux  de  son  époque 

Visuellement   superbe et richement  documentée  elle évite la  rétrospective classique pour  s'orienter  a la fois  vers une présentation individuelle des membres historiques mais aussi d'un univers interlope qui gravitait autour de  l astre noir  du  VELVET UNDERGROUND

On remarquera la belle  place  accordée  a Nico  qui est  dans  cette  exposition assimilée  totalement   comme  un  membre a  part  entière  du  groupe , plutôt pas mal  pour  une  artiste  présente  sur  un  seul et unique  album  ( le  célèbre premier   album a la  banane)  et  sur  seulement  3 des 11 titres  de  ce disque mythique)

pour  mémoire  rappelons que cet album malgré  un  échec  commercial   absolu est considéré comme l'un des piliers majeurs du rock et occupe la 13ème place du classement des meilleurs albums de tous les temps établi par Rolling Stone Magazine

Le Velvet Underground a lui-même été élu, notamment pour cet album, groupe le plus influent de tous les temps, devant ...... Les Beatles.

Points  d'écoutes   audio et  vidéos , présentation de six documentaires vidéos passionnants consacres  aux  membres  fondateurs  , ,sublimes galeries  de  photos  (essentiellement  noir  et  blanc), Port folio individuel  de  toute  beauté ,  documents  rares  tout  ici  est parfaitement orchestré pour le plaisir  du simple  curieux  ou du fan ici en terre promise .

la ville de  New-  York  bien évidemment est  ,dans cette  exposition omni présente , l univers  du new  York bouillonnant et  décadent  de  l'époque  étant  le  terreau culturel  d un  velvet qui sublimé  par l  aura  de  cette  ville unique  va  devenir le symbole de  l underground

On  croisera  dans  cette exposition beaucoup  d'artistes , Warhol  ,l étoile du pop art qui le Premier au Café  bizarre , a décelé le magnétisme  du velvet  et  qui va chaperonner  le  groupe en imposant en  echange  de ce  mécénat  Nico  Comme   chanteuse

Warhol   donc  , mais  aussi d'autres  artistes  Allen  Ginsberg le  poète emblématique  de  la  beat   génération , le photographe Jonas  MekasBarbara  Rubin  ,les  musiciens  La Monte  Young,  Doug Yule , Angus  Mc Lise ( premier  batteur  du velvet )  et  toute la bande  de  la Factory  indissociable  de l univers  du  velvet ,  de  Candy Darling  a Gerard  Malanga, en passant par  Eddie  Sedgwick sans  oublier Billy Name le photographe  underground  proche  de  Warhol tous  sont  présents  autour  de  la planète  Velvet

Le tour  de  force  de cette  incroyable exposition est aussi de ne  pas avoir  cédé a la  tentation de  focaliser sur le personnage  de Warhol  , artiste  déjà  célébré   dans  les  musées  du monde  entier mais plutôt  d'avoir  réussi le  pari  fou  de  montrer  comment  un  groupe peut  passer  du  statut  de  groupe  maudit  (et  culte ) a  celui  d un groupe  fondateur et  qui a depuis un demi siècle  s imposer  comme  une  référence   absolue  et incontournable en influençant au passage des  générations d'artistes.

un seul bémol en ce qui me  concerne  l'affiche  officielle ( avec Nico ) de  l'exposition  avec ce  fond  bleu lavasse  qui ne  correspond  en  rien  a   l'esthétique  velvetienne

 

The Velvet Underground  - Jésus

podcast

 

The Velvet Underground  -  there  she  goes  again


podcast

 

The Velvet Underground  - Foggy  Notion -


podcast

 

The Velvet Underground -

  run run run


podcast

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

11/05/2016

Achtung Baby ( U2 - 1991)

7c6ef963e6b03f5f4ebbdbc18d44fce1_1000x1000x1.jpg 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

U2  -  so cruel


 

podcast

 

"nous avons scié l'arbre de " joshua tree ' "disait The Edge

Cette phrase symbolise bien le désir pour le groupe de muer et de s'orienter vers des horizons nouveaux

Avec "The Joshua tree " paru en 1987 le groupe de Bono se retrouvait sur le sommet du monde , la tournée américaine qui suivit et le film accompagné de l'album live 'Rattle & hum ' sera  cependant une dure réalité  pour U2 , certes le groupe de Dublin vend toujours des disques  par  palettes entières et remplit les plus grands stades mais  leur assimilation de la musique country et du blues désarme les fans  et personne ne semble comprendre dans quelle direction le groupe veut aller

les problèmes d'ego surgissent ,de toute évidence une lassitude s'empare des 4 musiciens qui n'ont plus grand chose a se dire,plus grand chose a partager et on murmure a cette époque que la fin est proche et inéluctable

Achtung Baby septième album du groupe, sera l'album de la résurrection et du renouveau

 il sera produit par le duo Daniel Lanois - Brian Eno  (deja présent pour la production de 'the unforgettable fire ' et ' the joshua tree') assistés du génial Flood (mark Ellis) producteur entre autres de groupes et d'artistes essentiels  '( Depeche mode, Nine Inch nails - PJ Harvey , the smashing pumpkins  )

 

Ce disque  va être le déclencheur de la seconde partie de la carrière du groupe, tournant le dos a l'academisme de rattle and hum , plongeant les mains dans le cambouis des machines électroniques U2 se pose ici en précurseur de la musique  pop electro qui va envahir  le paysage musical 

c'est du coté d'un Berlin sous les feux des projecteurs (la chute du mur)  que U2 va aller chercher l'inspiration pour ce Achtung baby étonnant et surprenant

Puisant dans les racines du rock industriel allemand ( Kraftwerk, Einsturzende neubaten) le résultat artistique du U2 '  nouvelle formule  ' va trouver un écho immédiatement favorable pour le public.

De  l'éxpérimental 'zoo station ' au puissant 'the fly ' (premier single de l'album) des méga tubes planétaires ' mysterious ways '  ou  'one ' au fantastique 'love is blindness'  ce  disque  s'inscrit  dans une  époque qui voit le rock envahir les dance floor ( Stones Roses - Happy Mondays - Depeche Mode)

Moderne et visionnaire  U2 va pouvoir aborder les années 2000 avec un coup d'avance , les albums  "zooropa" (1993) et 'pop' (1997) suivront cette même ligne conductrice mais Achtung baby restera  la pierre angulaire

 Ce disque inéspéré qui va au fil des années devenir  une référence pour beaucoup de groupes  reste  pour moi  le disque incontournable du groupe

 

 

 

 

 

11:43 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0)

09/05/2016

A Moon shapped pool (Radiohead 2016)

radiohead-new-album-a-moon-shaped-pool-download-stream-640x640.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Quand l'ex (nouveau , futur ) plus  grand  groupe  du monde sort  un  nouvel album  cela devient forcement un evenement musical et  culturel incontournable.

Connaissant le sens de  la mise en scène  du groupe pour diffuser son travail (sortie  de l 'album en ligne  sur  plateforme internet  plus  tôt  que  prévue avant  la  sortie  officielle  du disque. a la mi juin 2016 ) on  sait  que l 'évènement  est a la hauteur de l 'attente et que les  réseaux  sociaux  vont  s 'enflammer  très  vite

On  n ignore pas   non plus que  le  groupe  de Thom Yorke  nous avait  laissé  il y a  cinq  ans  sur  notre  faim avec   un  'king of the limbs  ' plutôt   décevant (au  regard  du niveau stratosphérique et  habituel de  leur  discographie cela  s'entend) et par conséquent le moins que l on puisse  dire c'était que tout le monde  les  attendait  au  tournant.

Echappés  du groupe  pour  des  travaux  en  solo  respectifs  (  bandes  originales  de   films  pour  Greenwood et album solo puis  formation  du  groupe  électro Atoms  for  Peace  pour  Yorkeles  deux  têtes pensantes  de  Radiohead  nous  reviennent donc avec  un  disque qui s'impose de toute évidence des les premières  écoutes comme  une réussite  incontestable et au  retour vers les sommets.

intelligent  et  sophistiqué , limpide  et  soigné , avec toujours  ce brin de mélancolique propre au groupe et qui nous transporte,  l'ombre  de l inoubliable  OK Computer   n'est jamais très  loin et  celle  du Pink Floyd plane aussi au dessus de  ce  disque  atmosphérique qui rappelle  par moments le  travail de Bjork  

on croisera  aussi le  fantôme  de  Nick Drake  (le  sublime  et  minéral  ' desert island  disk  ')

La voix  plaintive  et  bouleversante  presque  maladive  de  Thom Yorke  survole avec  Grace  les lignes  mélodiques du  piano et  les onze  titres  de  ce  nouvel  album  organique  s'enchainent  et  nous transportent tour a  tour

Synthèse toujours parfaite et équilibrée entre  instruments , et machines   , expérimentations  soniques  ,  trouvailles  musicales   géniales  ,   , ambiance pop rock   planante unique  et envoutante  ' A  Moon  shapped  Pool  ' permet sans  difficulté  a   Radiohead  de  retrouver  sa   vraie  place  , tout en haut  de la pyramide  musicale .

Petit  Bonus   aux  fans  l 'album  se  referme  par  la  version  studio de  'true love  wait '  titre  de 1995 (écarté  de  l 'album  '  the  bends  ' ) et qui n  existait   qu'en  version live a  ce  jour

 

Radiohead  -  Present  tense


podcast

 

 

Radiohead  - decks  dark


podcast

 

track -list

1. “Burn the Witch”
2. “Daydreaming”
3. “Decks Dark”
4. “Desert Island Disk”
5. “Ful Stop”
6. “Glass Eyes”
7. “Identikit”
8. “The Numbers”
9. “Present Tense”
10. “Tinker Tailor Soldier Sailor Rich Man Poor Man Beggar Man Thief”
11. “True Love Waits”

17:42 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (1)

08/05/2016

Synchronicity (The Police 1983)

the_police_-_synchronicity.jpg

 

 

 

 

 

The  Police  -  tea  in  the  Sahara


podcast

 

Et si finalement ,  après  avoir   longtemps  considéré  que l 'essentiel  du  groupe  de  Sting se  résumait  aux  deux  premiers  albums  légendaires  ( "Outlandos  d'amour "en  1978 et ' regatta  de  blanc  '  en 1979 ) ce  cinquième et   dernier  album  de Police était   leur  chef  d'œuvre  ?

La  réécoute  de  'Synchronicity  paru   en 1983 laisse a penser  que  oui  ce disque ultime  du  trio Sting -Summers  - Copeland     est de toute évidence le plus  abouti de  leur  courte  discographie ( 5 albums)

Conçu dans  des  circonstances difficiles  et   parfois  proche  du  chaos   ce  disque   , chant  du  cygne  d'un  groupe  majeur  des  années 80 est cependant excellent  malgré  les  conditions  délicates dans  sa réalisation

les  musiciens   égarés  dans  une  querelle  d'egos ne  se parlaient  plus , chacun  travaillant  dans  une  pièce  séparée  (la  pochette  a  trois  bandes  séparé  avec  le visage  de chacun nous  en  dit  long  sur  la  désunion  du  groupe)

Le style  musical  tourne  définitivement  le  dos  aux  influences  reggae  , marque  de  fabrique  du   groupe  , et les dérives  jazzy de  Sting ( qui  enfoncera  le  clou l 'année  suivante  avec  son  premier  album  solo    'the dream  of  the blue  turtles  ' ) et l 'apparition  des  synthés donnent  une orientation  nouvelle  a la musique  du  groupe

Le Tube  planétaire  'every  breathe   you  take  '  archi  diffusé et  récompensé  d'un  grammy  award ne parasitera pas les autres  compositions  du  groupe  toutes écrites  par Sting  lui  même  mis a part  l'anecdotique  'Mother' summers) et  le  curieux   'Miss  gradenko '  (Copeland) au passage  les  deux  titres  faiblards  de l 'album

Dans  les tumultes  d'une  séparation imminente  et  inévitable   le  groupe livre  ici quelques merveilleuses chansons  ' King  of  pain ' '  walking  in your footsteps  ' 'wrapped  around  your  fingers' et  le  planant  'Tea in the  Sahara  ' ( hommage  au roman  de Paul Bowles )

L'album annoncé au public comme  le  dernier  du  groupe  sera  un énorme  succès  commercial  qui va  détrôner  'Thriller'  de  Michael  Jackson   de la   première  place  des  charts  US

Dans la  foulée de cet album excellent Sting son  leader et  bassiste va s'affirmer comme un poids lourd de  l industrie discographique un peu partout  sur  la  planète laissant  des  milliers  de  fans orphelins  d'un  groupe qui aura  marqué  son  époque 

 

The  Police   -murder  by  numbers


podcast

 

track-list

  1. Synchronicity I  - 3:23
  2. Walking in Your Footsteps - 3:36
  3. O My God - 4:02
  4. Mother - 3:05
  5. Miss Gradenko - 2:00
  6. Synchronicity II - 5:02
  7. Every Breath You Take - 4:13
  8. King of Pain - 4:59
  9. Wrapped Around Your Finger - 5:13
  10. Tea in the Sahara - 4:19
  11. Murder by Numbers - 4:36

 

18:15 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0)

06/05/2016

Novice ( Alain Bashung 1989)

Alain_Bashung_Novice.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En 1989  sort  Novice Septième  album studio  de Bashung qui arrive a une période ou ce  dernier qui vient d'avoir 40 ans semble en proie a une profonde crise personnelle

cet album a redécouvrir absolument est un disque essentiel de sa discographie

c 'est un album noir, maladif vicié , étouffant, et témoignage musical de cette crise profonde et durable qui empoisonne la vie du chanteur.

C 'est aussi avec cet album que se termine la collaboration entre Bashung et Boris Bergman

 

Cet album qui peut parfois souffrir de la comparaison avec le formidable" Play Blessures", dont il est l’écho en de nombreux aspects est une réussite complète mais qui ne rencontrera toutefois qu'un succès confidentiel lors de sortie en 1989

 Dans un climat radicalement rock -new wave  et en choisissant de s'entourer d’invités précieux (Colin Newman de Wire, Blixa Bargeld de Einstürzende Neubauten et des Bad Seeds, Dave Ball de Soft Cell ou Phil Manzanera de Roxy Music), Bashung livre ici un album puissant et  tonique qui sera  suivi d'une tournée apocalyptique ( le mémorable "Tour Novice ")

Légère éclaircie, Pyromanes, , Outrage, Bombez ! , elle fait l 'avion ,Alcaline ( Clin d 'œil appuyé a son grand copain Christophe et a son tube 'Aline ' ) les titres s'enchainent avec une frénésie et une tension qui laisse l'auditeur K.O Debout

Novice s'impose comme un immense disque rock hautement combustible et a consommer sans modération

 

Alain Bashung   -  alcaline


podcast

 

 

21:43 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0)

05/05/2016

Renaud ou le vitriol des années 80

1280x720-Gp2.jpg

 

 

 

 

C'est juste pour un petit rappel pour mesurer le chemin parcouru depuis par l'artiste et la différence profonde entre sa rage des années 80 et ses vilaines petites colères d'aujourd'hui .

On me répondra que son public  n'est plus le même ,que les opinions ont changées et c'est sans  doute vrai car les mêmes qui s'extasient aujourd'hui devant Renaud le chanteur engagé le trouvait sûrement détestable voici quelques années ("quel exemple pour notre jeunesse" pouvait on entendre je m'en souviens parfaitement !)

A coup  sur  ce sont les mêmes qui ont achetés des compils de Gainsbourg après 2002 et qui soudain voyait en Serge LE poète génial de la chanson française (qu'il était depuis longtemps) oui les mêmes qui soudainement louaient son talent mais  qui le trouvait  , sale , drogué et décadent quelques années auparavant.

Les Cons ont le sait maintenant changent également d'avis contrairement a une maxime  célèbre qui prétend le contraire

 

Renaud - où c'est qu' j'ai mis mon flingue ?


podcast

 

paroles

J' veux qu' mes chansons soient des caresses,
Ou bien des  poings dans la gueule.
A qui qu' ce soit que je m'adresse,
J' veux vous remuer dans vos fauteuils.
Alors écoutez moi un peu,
Les pousse-mégots et les nez-d'boeux,
Les ringards, les folkeux, les journaleux.
D'puis qu'y' a mon nom dans vos journaux,
Qu'on voit ma tronche à la télé,
Où j' vends ma soupe empoisonnée,
Vous m'avez un peu trop gonflé.
J' suis pas chanteur pour mes copains,
Et j' peux être teigneux comme un chien.
J' déclare pas, avec Aragon,
Qu' le poète a toujours raison.
La femme est l'avenir des cons,
Et l'homme n'est l'avenir de rien.

Moi, mon av'nir est sur le  zinc
D'un bistrot des plus cradingues,
Mais bordel, où c'est qu' j'ai mis mon flingue ?

J' vais pas m' laisser emboucaner
Par les fachos, pas les gauchos,
Tous ces pauvr' mecs endoctrinés
Qui foutent ma révolte au tombeau.
Tous ceux qui m' traitent de démago
Dans leur torchons qu' j' lirais jamais :
Renaud, c'est mort, il est récupéré " ;
Tous ces p'tits bourgeois incurables
Qui parlent pas, qu'écrivent pas, qui bavent,
Qui vivront vieux leur vie d' minables,
Ont tous dans la bouche un cadavre.
T't' façon, j' chante pas pour ces blaireaux,
Et j'ai pas dit mon dernier mot.
C'est sûr'ment pas un disque d'or,
Ou un Olympia à moi tout seul,
Qui me feront virer de bord,
Qui me feront fermer ma gueule.

Tant qu'y' aura d'la haine dans mes s'ringues,
Je ne chant'rai que pour les dingues,
Mais bordel, ! Où c'est qu' j'ai mis mon flingue ?

Y'a pas qu' les mômes, dans la rue,
Qui m' collent au cul pour une photo,
Y'a même des flics qui me saluent,
Qui veulent que j' signe dans leurs calots.
Moi j' crache dedans, et j' cris bien haut
Qu' le bleu marine me fait gerber,
Qu' j'aime pas l' travail, la justice et l'armée.
C'est pas demain qu'on m' verra marcher
Avec les connards qui vont aux urnes,
Choisir celui qui les f'ra crever.
Moi, ces jours là, j' reste dans ma turne.
Rien à foutre de la lutte de crasse,
Tous les systèmes sont dégueulasses !
J' peux pas encaisser les drapeaux,
Quoi que le noir soir le plus beau.
La marseillaise, même en reggae,
Ça m'a toujours fait dégueuler.

Les marches militaires, ça m' déglingue
Et votr' République, moi j' la tringle,
Mais bordel ! Où c'est qu' j'ai mis mon flingue ?

D'puis qu'on m'a tiré mon canif,
Un soir au métro Saint Michel,
J' fous plus les pieds dans une manif
Sans un nunchak' ou un cocktail
A Longwy comme à Saint Lazare,
Plus de slogans face aux flicards,
Mais des fusils, des pavés, des grenades !
Gueuler contre la répression
En défilant " Bastille-Nation "
Quand mes frangins crèvent en prison
Ca donne une bonne conscience aux cons,
Aux nez-d'boeux et aux pousse-mégots
Qui foutent ma révolte au tombeau.

Si un jour j' me r'trouve par terre,
Sûr qu' ça s'ra d' la faute à Baader.
Si j' crève le nez dans le ruisseau,
Sûr qu' ça s'ra d' la faute à Bonnot.

Pour l'instant, ma gueule est sur le zinc
D'un bistrot des plus cradingues,
Mais faites gaffe !
J'ai mis la main sur mon flingue !

Come away with me (Norah Jones 2002)

103756-gf.jpg

 

 

Norah Jones  -   cold  cold  heart


podcast

 

 

Lorsque parait ce disque magique en 2002 Norah Jones a 23 ans , on murmure que celle qui nous est présentée comme la fille de l illustre ravi Shankar   (oui , oui celui qui jouait du  sitar a Woodstock , au Monterey pop festival ou encore au   légendaire   concert   pour le Bangladesh organisée par George Harrison en 1971) est la nouvelle perle   du jazz vocal

Beaucoup   pensent ( a tort) que la belle Norah   qui chante pourtant déjà depuis l 'âge de 5 ans ne sera qu'un météorite profitant d'une hype fulgurante

Elle enregistre pourtant sur le prestigieux label Blue note ce premier album  'Come  away with me qui va faire  date et  va se vendre a prés de 26 millions d'exemplaires et rafler la bagatelle de  5 grammys awards (dont meilleure chanson, meilleur album et meilleure interprète féminine ) et imposer la jeunesse chanteuse comme un grand nom de la scène jazz

Fan de Ray Charles et  de Billie Holiday Norah Jones du haut de la fraicheur de ses 23 printemps   entre comme  une  tornade dans la cour des grands avec ce disque stylé crépusculaire et bleuté.

l 'album qui nous balade entre jazz, folk et soul enchaine des titres envoutants entre compositions originales (les superbes   'come away with me ' et ' Nightingale ' ) et ' covers '  habitées  signées   Hank Williams ( merveilleuse reprise de cold cold heart) Hoagy Carmichael (bouleversante interprétation  de 'the nearness of you ' ) Jessie Harris ( don't   know   why) ou encore John D Loudermik ( turn me on ' ) deja immortalisé par Nina Simone

Ce disque incroyablement maitrisé et d'une classe folle va propulser la carrière de Norah Jones   qui va devenir soudainement une icône incontournable  de la scène jazzy réconciliant puristes et simples  amateurs  d'ambiances  feutrées.   

Un album a savourer la nuit tranquillement installé  pour pouvoir profiter pleinement de la  voix sublime et lascive de Norah Jones qui illumine  chaque  plage  de  ce  disque  flamboyant.

10:21 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (1)

01/05/2016

les vestiges du chaos (Christophe 2016)

x510_christophe_jpg_pagespeed_ic_0AznrJfUJS.jpg

 

 

 

 

 

Christophe  - Drone


podcast

 

 

Christophe   feat  Anna Mouglalis  -   E  Justo


podcast

 

C'est un retour fracassant même si pour tous ceux qui l 'aime il n 'avait pas   tout a fait   disparu ( la superbe   tournée   'intime tour ' a  la fin 2014 nous avait rappelé combien il occupait une place essentielle dans le paysage musical français)

Dandy rock , artiste hors norme , hors mode toujours plus étonnant et définitivement atypique Christophe est de retour et de la plus belle des manières avec  un nouvel album attendu depuis 8 ans

Et quel album mon dieu ! quelle merveille d'album que ces ' vestiges du chaos '

Moderne, avant gardiste   , lumineux , aérien , tout au long de cet album sublime Christophe nous embarque dans son univers ,celui du son , des harmonies , des envolées musicales qui nous enchantent et nous ravissent.

" Je ne crée pas des mélodies, je cherche des sons "  explique l 'artiste au  sujet  de  son  travail  sur cet  album magnifique  et  c 'est  exactement   ca  , la définition est parfaite ,  ce  disque  est un océan  de  sons  créant  un   climat  atmosphérique et  envoutant.

Collaborations multiples pour cet incroyable  voyage sonore et le retour de jean Michel Jarre   pour le titre qui donne son nom a l 'album ('les vestiges du chaos") ,  Christophe Van Huffel du groupe Tanger présent sur  plusieurs  titres mais également Boris Bergman pour un titre ( "ange sale ") et le jeune groupe féminin Orties ('mes nuits blanches ")

Duos tout aussi savoureux , a commencer par celui avec Anna Mouglalis qui de sa voix incroyable illumine une chanson soufflée par Lucie Bevilacqua la fille de Christophe ( 'e justo ') puis un autre duo  électro de haute   volée avec Alan Vega  pour un titre qui lorgne du cote des Daft Punk ( 'tangerine ' et son tempo irrésistible ')

des titres sublimées par des arrangements et des textes d 'une   classe folle ( ' drone ' ' dangereuse ') une   curiosité ('stella  botox'  cosignée  par la jeune  Laurie Darmon et qui fait  penser a   Christine  &  the  Queens    (qui  a  repris  elle  même  'les  paradis  perdus  '   sur  son premier  album ' chaleur humaine  ' ) et un hommage a   Lou Reed avec le bouleversant   ' Lou ' (avec la voix inoubliable de Lou Reed en sourdine)

Avec cet album qui s'annonce comme le plus abouti depuis des décennies Christophe renoue aussi avec un style qui lui est  propre et  totalement unique

'les  vestiges  du  chaos  ' résonne par moments de  l 'écho de titres comme 'emporte moi ' '(écoutez  ' océan d'amour  ' ) et nous ramène a l 'époque grandiose et sublimée  des 'paradis perdus'   enregistré en 1973 et reconnu comme un album majeur de la scène française

Plus de 40 ans plus tard Christophe plus alerte  que  jamais nous offre un autre disque majeur qui vient asseoir définitivement sa place parmi les plus grands

disque incontournable ...... disque  de l 'année.......

peut etre deja!

11:48 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (1)

29/04/2016

Edie Sedgwick 'the poor little rich girl '(1943-1971)

Edie Sedgwick.jpg

Quand  elle quitte la Californie ou elle est née en 1943 Edie Sedgwick est déjà une jeune fille riche et  jolie , heritière d'une grosse fortune familiale  ,elle est issue  d'un milieu aisée du Massachusetts mais elle  ne sait pas sûrement pas encore que son destin sera celui de devenir l'égerie du New York Underground en pleine explosion culturelle

après un début de carrière de mannequin elle croise en 1965 Andy Warhol et le déclic est immédiat ,Andy voit en elle son double féminin et il l'a prend sous son aile .

C'est pourtant elle qui va donner a l'artiste timide et compléxé le goût des soirées mondaines et des grandes fêtes ,ensemble ils vont tourner de nombreux films entre 1965 et 1966 ( Kitchen -beauty# 2 -Chelsea girls -Poor little rich girl) et elle va devenir très rapidement  un mythe et une légende de la décadence rock'n roll de son époque.

Sublime, décadente, imprévisible ,autant que colérique et lunatique  elle va régner sur un New-York  qu'elle va mettre a ses pieds. Reine absolue et incontestée de la 'Factory ' Warholienne elle pose aussi pour 'vogue' ' Life ' et collectionne les coiffures ,  Brune , blonde, cheveux longs , cheveux courts, ébourrifée ,peignés elle est a chaque fois renversante de classe et de beauté

"la pauvre petite fille riche" comme l'appelait Andy Warhol claque son héritage sans compter et de quelle manière ! ( champagne , limousines , cocaïne ,vodka , dîners aux plus grandes tables new yorkaises ) elle est partout ou on fait la fête , dans tous les lieux branchés et tout le monde l'adore , elle laisse des pourboires monstres aux chauffeurs , aux barmans  aux serveuses, aux taxis , elle vit dans un appartement sur la cinquième avenue et se fait livrer du caviar par traiteur mais pourtant elle  laisse les ordures s'entasser dans toutes les pièces et ne fait jamais le ménage et ce sont les amis se dévouent pour lui assurer un minimum d'hygiène.

Elle fréquente la jet-set mais on la retrouve aussi dans les quartiers louches ou elle se fait déposer en cadillac avec chauffeur , elle fréquente autant les grands artistes que  les travestis chers a Warhol et  les plus gros  paumés du pavé new yorkais font partie intégrante de sa cour quotidienne au même titre que tout le gratin mondain et superficiel de New York

Lou Reed compose pour elle 'femme fatale' qui sera sur le premier album légendaire du velvet underground (produit par Warhol)  et  Dylan  va tomber fou amoureux d'elle (just like a woman ' lui serait parait il dédié)

Les mélanges alcool -amphétamines -barbituriques cocaïne et bientôt héroïne mettent son organisme a rude épreuve , elle s'endort plusieurs fois cigarette aux lèvres et provoque plusieurs fois des incendies  dont celui de l'hotel Chelsea  , haut lieu mythique de la culture underground.

Une anecdote résume lé délire de son mode de vie ahurissant ."elle avait au doigt un saphir de 25.000 dollars mais la pierre tombait sans cesse de la monture ,excédée de devoir une fois de plus le remettre en place Edie l'enfonça a coups de talons dans le parquet en bois de la boite de nuit ou elle se trouvait ce soir la" .

En juillet 1971 Edie épouse Michael Post   mais  elle meurt dans son sommeil d'une insuffisance respiratoire le 15 novembre de la même année.

 

le film "Ciao Manhattan" sorti quelques mois après sa mort lui rend hommage ,réalisé par John Palmer et David Weisman elle y interprète son propre rôle au coté de Warhol (le tournage avait débuté en 1967 mais du  être interrompu pour diverses raisons)

 

 

 

 

 

27/04/2016

R.I.P Prince (1958 -2016)

people-prince-2478986_123.jpg

 

 

La nouvelle aura surpris toute la planète et après la disparition récente de Bowie  voici donc une des  figures emblématiques de la musique qui tire sa référence

Ainsi donc   Prince est mort tristement dans une cage d'ascenseur visiblement  épuisé et bourré de médicaments puissants et opiacés

une de mes chansons préférées s'intitulait 'sometimes it snow in april ' (chroniquée par ailleurs   sur  ce blog dans mon top 100) et le titre prend de toute évidence une curieuse connotation avec la mort du kid de en ce mois d'avril a l âge de 57 ans

 

Prince et  sa  silhouette légendaire auront  survolé les décennies avec  classe ,  talent et toujours l'envie de surprendre , d'inventer  et d'étonner

mégalomane, ambitieux et caractériel ; bourreau de travail , multi instrumentiste  génial et  complet  ses albums révèlent une palette de talent qui donne le tournis

la perte  est immense  et a  la  hauteur ( sans  jeux  de mots) de la personnalité  hors  pair  de   l 'homme

Suite a sa disparition Clapton (qui sait de quoi il retourne) déclarait" Prince était le plus grand guitariste de tout les temps   " et je ne suis pas loin de penser la même chose

Résumer un tel génie en quelques lignes s'avère évidemment délicat et impossible mais certaines caractéristiques   me semblent évidentes , compositeur génial , musicien  incroyable ( guitares, batterie, piano) , "perfomer" fantastique (ses concerts ont  tous laissés des souvenirs mémorables a tous ceux qui l 'auront vu sur scène)

depuis les premiers albums funk des années 80 ('dirty mind ' 'controversy ' )et ce son unique , sale et brut ou Prince se pose en héritier funk de Hendrix ou de Sly Stone a '1999' formidable double album charnière qui le propulse dans la cour des artistes majeurs en passant par les  bandes originale de 'purple rain ' (horrible film passé a la postérité grâce  a une bande son inouïe et un titre stratosphérique et eternel ('purple rain ' ) et celle de Under the Cherry Moon un long métrage (dispensable) et réalisé par Prince lui jusqu'aux albums essentiels de sa discographie 'around the world in a day ' monumental disque psychédélique qui lorgne du coté des Beatles avec une classe et un culot monstre) et surtout 'Sign O the times ' chef d œuvre incontestable et Himalaya musical de sa carrière ,Prince  nous  aura  enchanté se posant  définitivement   comme un artiste complet (pop, funk ,jazz,  soul )

La fin des années 80 seront nettement plus difficiles pour lui avec des albums plutôt secondaires

'(lovesexy ' en 1988 ) et une Bande originale de film médiocre   (Graffiti bridge ') et une autre plus surprenante ('Batman ') ,  il faudra attendre la fin de 1991 et le formidable 'diamonds and pearls ' pour retrouver le génie de Prince

la suite sera marquée par son opposition avec la maison de disque Warner ; il abandonne en 1993 son nom de scène au profit d 'un symbole ( cette bataille   juridique durera jusqu'en 2000)

il sortira en 1994 le fameux et célèbre 'black album ' disque mythique de 1987 (pochette uniforme noire  sans titre ni   nom de l artiste) mais retirée avant sa sortie par prince lui même puis publiera des albums indépendants sous le nom de 'New Power génération ' avant de récupérer son nom de scène en 1998

au delà de cette conduite de carrière atypique ou Prince n 'aura cessé de mettre en avant son indépendance   et sa liberté musicale   il reste   de cet  artiste  majeur  outres des disques essentiels truffés de hits planétaires ( "Kiss ' 'girls and boys ( avec la  voix  francaise  de  l'égerie  marie France) ' 'get off ' ' sign O the times ' ' raspberry beret ' 'pop life ' ' little red corvette ' ''controversy ') et  de balades sublimes ("when  2 are in love'  'sometimes it snow in april ' ' the most beautiful girl in the  world  ' ' condition of the  heart ' 'I  Wonder  U') un sentiment  général d 'avoir  perdu un artiste  qui avait  réussi a créer un personnage unique  , visionnaire , indépendant , surprenant  ,  déroutant  et  toujours a  l 'image de  son formidable  talent . 

Beaucoup disait de lui qu'il était  le Miles Davis du  funk . 

Il  reste  a savoir  qui de  ces  deux  génies  auraient  été  le  plus  flatté  de  cette  audacieuse  comparaison

 

Prince   - I  Wonder  U 

podcast

 

Prince -   condition of  the heart


podcast

 

Prince  -  Controversy


podcast

 

20/04/2016

histoire d'une photo ( Sid Vicious - 8 Janvier 1978 )

medium_sid-vicious.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La photo est célèbre depuis longtemps, Sid Vicious dégoulinant de sang, torse nu le corps lacéré   ,ce cliché qui  a fait le tour du monde aura largement  contribué a renforcer davantage encore la folie  et l’extrême violence de ce que furent les Sex pistols.

La scène se passe en janvier 1978 a San Antonio au Texas ;en ce début d’année 1978 Les Pistols sont aux Etats –Unis pour une tournée qui va très vite virer au chaos général ; ils ne vont jouer que quelques dates entre leur premier concert le 5 Janvier au  Great Southeast Music Hall  d’ Atlanta, jusqu'au dernier le 14 janvier au Winterland Ballroom de San Fransisco .

Celui qui nous intéresse se déroula le 8  au Randy’s Rodéo de San Antonio .

c’est ici le royaume des cow-boys et des 'rednecks '  une contrée ou ni le rock et encore moins le ‘punk ‘ n’ont pris la place de la musique country , aussi le groupe qui se présente sur la scène ce soir la  est attendu avec un mélange de haine et de mépris.

A peine les Pistols posent t’ils le pied sur la scène que c’est une pluie de canettes qui s’abat sur leurs têtes , Johnny  Rotten , le regard fou , les yeux exorbités n’en a cure ; le groupe a l'habitude des concerts ultra violents et Johnny Rotten  le chanteur  harangue d'emblée  une foule hostile déjà bien excitée et bien  imbibée .

C’est l’arrivée de Sid Vicious qui va tout déclencher , le bassiste des Pistols qui vient de se lacérer le corps a coups de tessons de bouteilles en coulisses , se présente face au public il est déglingué a la bière et a l’héroïne , il titube et parvient a peine a porter son instrument  , les bouteilles continuent de voler et  de se fracasser sur la scène  ,l’une d’elles atteint Sid en plein visage mais ce dernier qui se met a pisser le sang prend  alors le  micro et s’avance vers le bord de la scène pour hurler   aux Cow boys  hystériques  «  tas de cow-boys pédés , vérole de texans  vous étés bien tous des pédés bouseux » il insulte tout le monde et traite leurs mères de ‘putes ‘ .

c’est plus qu’il n’en faut pour déclencher une bagarre générale le concert vire alors  au  chaos et alors que tout semble etre terminé avant de même commencer  , Les Pistols balancent un mur du son monstrueux avec les premières notes d’Anarchy in the U.K  qui assomment tout le monde.

Cette violence est un  défi ; le défi ultime d’un groupe extrême,  une ambiance apocalyptique et un  désordre  général orchestré par un groupe qui va marquer son époque par son attitude anti- conformiste totale et son refus des compromissions.

Mais déjà l’ombre de la fin plane sur les Pistols  ,’never mind the bollocks ,here's the sex pistols   ‘ le disque symbole de toute une génération ‘est sorti depuis a peine  deux mois mais  fait déjà partie de l’histoire .

Au quotidien le groupe semble etre  totalement incontrolable malgré un management approximatiff du rusé  Malcom Mc Laren , les Pistols  splittent  officiellement le  20  ,  six jours après la tournée américaine.

Vicious quant a lui lâché par le groupe erre, fauché  a new York  il  n’est plus qu’un  un mort vivant en sursis continuel et fera une overdose quasi fatale le 16 janvier.

Quelques mois plus tard  sa folie toxicomane  lui fera commettre l’irréparable avec l’assassinat supposé de Nancy Spungen sa ‘ girl friend ‘de  seringue qu'il va poignarder a mort dans une chambre du mythique Chelsea Hotel .

Le gosse de Londres va mourir un matin de février a New York,  et personne ne sera  vraiment surpris . La légende  du sale gosse camé ne fait alors que commencer.

 

lire sur jimboland  - 23 avril 1978 sid Vicious dynamite "my way"

http://jimboland.hautetfort.com/archive/2007/09/30/23-avr...

 

 

16/04/2016

Une femme sous influence (John Cassavetes -1975)

une femme sous influence,john cassavetes,gena rowland,peter falk

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

"Une femme sous influence " est un film admirable , réalisé  par l'immense John Cassavetes  qui semble  être touché par la grâce lorsqu'il filme sa compagne Gena Rowland  (voir également le très touchant 'Opening night'-1978) l'actrice  est carrément  sublime dans ce film bouleversant et intense. Le film est construit autour d'un couple a la dérive l'homme incarné par Peter Falk (étonnant  a un point que l'on regrette qu'il se soit consacré presque exclusivement a la télévision) et son épouse Mabel (Gena Rowland) femme au foyer névrosée et tourmentée qui sombre peu a peu dans une dépression proche de la folie.

le film est dur et sans concession et l'affrontement terrible entre Mabel et son mari est  admirablement orchestré  par un Cassavetes qui touche ici a l'essentiel .

 Forcement  "une  femme sous influence se situe  a des années lumières des chroniques familiales  de la vie quotidienne que l'Amérique nous montre habituellement pourtant il nous  touche par sa justesse , sa sensibilité et  sa fragilité.

Derrière la névrose ;derrière les cris ,les larmes ,la colère , Cassavetes nous montre  l'amour ,la tendresse et toute  la  beauté  de l'espoir  .

Il y a dans ce film intense  et  habité l'une des plus belles interprétations de femme de toute  l'histoire du cinéma , dire de Gena Rowland epouse du génial  Cassavetes a la ville)  qu'elle est excellente dans le rôle de Mabel serait lui faire insulte , elle s'y révèle lumineuse et sublime  et son interprétation époustouflante se pose pour toujours comme une référence cinématographique.

"Une femme sous influence "est une oeuvre véritablement  essentielle , une façon de concevoir le cinéma différemment , outre la réunion et l'osmose d'un immense réalisateur  et d'une actrice de légende c'est un film authentique  sur le couple et sur l'amour.

 

 
 

15/04/2016

I Shot Andy Warhol (Mary Harron - 1996)

andy warhol,lili taylor,mary harron

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous sommes en 1996 et  Andy Warhol ,le pape du pop est mort depuis bientôt  dix ans lorsque sort sur les écrans de manière quasi confidentielle et dans le circuit des films indépendants ce film réalisé par Mary Harron et qui porte ce curieux titre 'I shot Andy Warhol' .

Dans ce film qui mérite d'être redécouvert il n'est finalement que peu ou pas question de Warhol et bien que magnifiquement interprété par Jarred Harris l 'histoire est essentiellement basée sur la vie de valerie Solanas artiste underground américaine et militante gauchiste et qui fut une pionnière du féminisme radical  .

Solanas écrivit une pièce 'up your ass ("Lève ton cul!) en 1966 puis rédiga un pamphlet baptisé le manifeste S.C.U.M ,un brûlot ou elle imaginait une société sans hommes et dans laquelle les femmes prendraient le pouvoir .

Marginale et lesbienne ,droguée, et a demi folle  Solanas fréquentât d'abord l'entourage hétéroclite de Warhol  et  tentât  de  convaincre l"artiste de produire sa pièce , devant les réticences puis le refus de ce dernier elle  finit par tenter de le tuer le 3 juin 1968.

C' est autour du personnage fantasque et schizophrène de Solanas que le film est donc construit et c'est la sa force principale car Lili  Taylor l'actrice qui incarne Solanas est tout simplement époustouflante.

Elle est le moteur de ce film qui est non  seulement  le  témoignage  d'une époque  artistique et politique trépidante mais aussi  le portrait d'un  New-York bouillonnnant , riche en personnages marginaux décalés  (artistes , comédiens ,  drag queens , musiciens  ,poètes ) .

Outre Lili Taylor et Jarred Harris tout deux épatants signalons l'incroyable performance de Stephen Dorff  ,étonnant dans le rôle de Candy Darling le  célèbre transsexuel proche de Warhol ainsi que l'impeccable prestation de Martha Plimpton qui incarne Stevie .

"I shot andy Warhol fut curieusement  négligé lors de sa sortie française en 1996 et ne dépassa pas le cercle des petits films indépendants .

c'est  évidemment  regrettable  car  il s'agit   un film formidable et intéréssant .

C 'est également  la première réalisation de Mary Harron qui se fera véritablement connaître en adaptant en 2000 le sulfureux "american psycho" de Bret Easton Ellis

C'est aussi en 1996 que David Bowie fut choisi pour interpréter Warhol dans "Basquiat ' le film réalisé par Julian Schnabel  , film qui n'obtint pas non plus un grand succès  malgré une couverture médiatique plus importante. 

Enfin un petit mot sur la bande son plutôt inégale (pas un titre du velvet underground Grrrr!!!!! , mais néammoins quelques   petites merveilles " Walk on by de dionne Warwick ' 'the more I see you ' de Chris Montez " do you believe in magic ' des 'Lovin' spoonful" ainsi que des chansons issues du  répertoire d'artistes divers ( Wilco  ' R.E.MLove - Luna)

 

14/04/2016

Paisley , sage , rosemary and thyme (Simon & Garfunkel 1966)

simon and garfunkel,paisley sage rosemary and thyme

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 A l'heure d'un revival 'folk' qui n'en finit plus de durer  il est intéréssant de réecouter les albums de Simon and Garfunkel .

Beaucoup d'entre nous auront découvert le duo soit par la bande originale du film 'the graduate" (le lauréat)le tres beau film de Mike Nicholssorti en 1968 et qui outre les mélodies inoubliables  de Simon and Garfunkel Dustin Hoffman ou bien par les compilations nombreuses -Simon & garfunkel's greatest hits (1972) -the Simon & Garfunkel collection (1981)  ou encore the definitive Simon & garfunkel (1991) .

Rajoutons aussi le fameux 'concert at central park"sorti avec le succès que l'on connaît en 1981 et on constatera que le celèbre duo n'aura au bout du compte enregistrer que  seulement  5 albums entre le premier " Wednesday morning 3AM "(1964) et " bridge over troubled water "(1970).

l'album qui nous intéresse ici est paru en 1966

il est le troisieme de leur discographie et porte un nom pour le moins curieux 'Paisley sage rosemary and thyme"  ce qu'on traduira par 'Persil ,sauge,  romarin et thym.

Pour expliquer ce titre étrange il faut faire référence a 'Scarborough fair l'une de plus belles chansons de leur répertoire présente sur cet  album  (on la retrouvera aussi sur la bande originale de 'the graduate") ,  c 'est une vieille chanson du folklore  anglais  popularisé par Simon and garfunkel,  dont l'origine remonte au moyen âge et qui  fut également chantée par de nombreux artistes (Marianne Faithfull -Sarah Brighman) .

Scarborough fair nous parle d'un d'amour impossible,  la symbolique des herbes  citées à plusieurs reprises a une  signification bien précise, A la maniere  d'une  rose rouge  aujourd'hui  les herbes  representaient alors  les vertus que le chanteur souhaitait avoir et celles qu'il espérait trouver chez sa bien-aimée.

Bob Dylan s'en inspira largement pour l'une de ses plus belles et des plus celèbres compositions 'the girl from North Country' .

Le persil car il a  longtemps été associé à la mort, depuis que les grecs l'utilisèrent lors des cérémonies funéraires, puisqu'ils croyaient que cette plante poussait seulement là où le sang du héros grec Archemorus fut répandu lorsqu'il fut mangé par les serpents.

La sauge qu' on associait  jadis  avec l'immortalité et la longévité.

Le romarin qui  éloignait les mauvais esprits et les mauvais rêves et enfin le thym  symbole de courage, d'élégance et de style.

L'adaptation de cette chanson historique par le duo folk pop est une merveille de delicatesse et d'harmonie ;elle ouvre cet album  et en constitue un des joyaux qui le compose. Nous sommes en 1966 et si  l'influence (deja) de  Dylan  se fait entendre sur  "The Big Bright Green Pleasure Machine" "Patterns" ou encore " A Simple Desultory Philippic"  le plus marquant reste toutefois les fabuleuses harmonies de 'scarborough fair ' bien sûr mais aussi de ' For Emily, Whenever I May Find Her" autre chanson du folklore anglais  de ' The 59th Street Bridge Song' ou encore de " Homeward Bound" .

Ce disque doux et délicat qui vieillit comme un bon vin se réecoute en 2016 un demi siècle après sa sortie ;il n'a pas pris une ride  et a traversé le temps et réussit a nous eblouir  encore aujourd'hui .

Il permet de rappeler (si besoin est) que le tandem Simon & Garfunkel est sans doute le plus grand duo pop-folk de l'histoire de la musique.

 

Simon and garfunkel -For Emily whenever I  may find here

 


podcast

 

Simon and garfunkel - the 59th bridge song

 


podcast

 

 

 

 

 
 

12/04/2016

A quand la fin du mythe pour le Che

4047e8587b29b0858fe81c5721ff1c6d.jpg  A l'heure   nous  approchons  du cinquantieme   anniversaire  de  la mort du Che il sera vraisemblablement l'occasion d'hommages appuyés ou de commémorations diverses ,c 'est inévitable.

Pourtant  il faudra bien que  tôt  ou tard   on assiste a une perception nouvelle sur  la veritable personnalité de l'icône révolutionnaire.

Le plus virulent des ouvrages qui écornent (le mot est faible) le mythe d'Ernesto Che Guevara est sans aucun doute celui de Jacobo Machover " la face cachée du Che "

L'auteur  dénonce l'image tronquée d'un révolutionnaire humaniste que l'on nous vend depuis des décennies en rappelant les methodes sanguinaires et si ,évidemment on ne fait ni la guerre ni la révolution sans verser le sang on est en droit de s'interroger sur le statut de demi-dieu  que le 'che' a acquis en partie grâce a une intelligentsia aveuglée par un idéalisme parfois malsain.

Si l'image du "Che" reste le symbole absolu de la lutte et d'une certaine forme de révolte il ne faut pas oublier qu'elle prend ses raçines dans le terreau soviétique du goulag et du stalinisme .

Les mythes et les symboles ont la vie dure et a l'heure ou l'U.R.S.S et le Mur de Berlin ne sont plus qu'un souvenir  le monde continue d'entretenir une  aura quasi divine autour d'un homme qui au bout du compte ne fut que le pantin d'un sanguinaire dictateur . 

Une jeunesse inculte aborde tee shirts , bandanas et tatouages a l'effigie d'un homme qu'elle considère comme un martyr .

En fait  l'homme était un tortionnaire illuminé et cruel et en l 'assimilant  et  en le rangeant dans la catégorie des Jim Morrison  ,John Lennon  ou encore Bob Marley  on oublie que si  ces derniers peuvent représenter une certaine idée de la liberté contestataire ils ne sont  a ma connaissance responsable de la  mort de personne .

La terrible description d'un Guévara fumant son havane allongé sur sa paillasse comme un empereur romain et assistant hilare aux exécutions et privant ses prisonniers de procès me fait tout simplement frémir  et me remplit de dégoût .

Mais le 'Che ' au final  ne faisait que mettre en application sa terrifiante conception barbare de la justice ' "N'utilisez pas les méthodes bourgeoises légales. Les preuves sont secondaires, "car telle etait sa vision des choses , telle etait l'idéologie de celui qu'on surnommait 'le boucher de Cabana " et éxécuteur des basses oeuvres  pour un Castro manipulateur .

Abattu au lendemain de sa capture par l'armée bolivienne dans le canyon de Yuoro l'homme se serait écrié " 'ne tirez pas je suis Che Guevara je vaut bien davantage mort que vivant  " revers de la médaille pas de procès non plus pour lui , tué par un soldat ivre malgré les efforts des américains qui souhaitaient le garder en vie devinant  que sa mort transformerait le combattant en martyr universel  ce qu'il devint inévitablement .

Laissons  donc Jacobo Machover le soin de conclure par une toute petite phrase qui résume a elle seule le paradoxe Guevara  ' L'ange était un démon, et sa pulsion la destruction".

 

a voir  ICI l'interview de Jacobo Machover

http://www.dailymotion.com/video/x311zb_jacobo-machover_d...

 

 

 

 

 
 

Unplugged in New-York (Nirvana 1992)

nirvana,unplugged in new york,kurt cobain

 

 

 

 

"MTV Unplugged In New-York", c'est un peu la chronique de la mort  annoncée du groupe de Kurt Cobain .Programmée sur MTV,on pouvait mesurer dans la vidéo archi-diffusée l'état de délabrement physique et psychologique de Kurt. Mais c'est pourtant ce soir de novembre 1993 que Nirvana va enregistrer ce qui va devenir son testament ultime.

La voix cassée et déchirée de Cobain assisté de Krist Novoselic, Pat Smear (guitares) et Dave Grohl, va delivrer pendant une heure un set époustouflant et mémorable.
Dés la première chanson ("About A Girl"), on retient son souffle car on sent qu'il se passe quelque chose ce soir-là. Kurt Cobain chante avec toutes ses tripes et toute son âme, le temps semble s'arrêter, et les titres s'enchaînent avec des moments de grâce totale, pour des versions inoubliables issues de leur répertoire (fantastiques interprétations de "Polly", "Something In The Way", et de "Come As You Are" ) ; ou encore pour des reprises totalement habitées ("Jesus Don't Want Me For A Sunbearn" des Vaselines, ou le célèbrissime "The Man Who Sold The World" de Bowie). Invités surprises sur ce live historique

Les Meat Puppets ont l'honneur de partager trois titres de leur répertoire avec l'icône grunge (mention spéciale pour l'interprétation de "Plateau").cEnfin, les deux derniers titres qui installent définitivement ce live parmi les chef-d'oeuvres : "All Apologies", presque murmuré et pourtant d'une beauté glaçante, à couper le souffle ; et enfin une reprise (encore) "Where Did You Sleep Last Night" de Leadbelly, qui clôture ce set magique. A l'image de l'Unplugged malade et terrifiant d'Alice In Chains, l'Unplugged In New-York de Nirvana va devenir un disque de chevet pour toute une génération qui va installer Cobain parmi ses dieux vivants du rock, pour malheureusement le pleurer quelques mois plus tard .

En apprenant son décés un soir d'avril 94, beaucoup d'entre nous ne seront pas surpris, et se rapelleront le regard triste et perdu de Kurt et ses timides sourires effacés lors de l'enregistrement vidéo de cet Unplugged; le souvenir de Kurt Cobain blafard assis sur son tabouret, dans sa veste en guenille nous revient alors en mémoire comme une triste prémonition. On se rend compte alors que déjà la légende était en marche

Nirvana - 'Polly'

podcast

 

 

 

 

 

 

 

 
 

10/04/2016

29 novembre 1977 sortie de l'album le plus controversé du rock

never mind the bollocks,the sex pistols

Never mind the bollocks here’s the sex pistols était déjà un album millionnaire avant sa sortie officielle ; les commandes dépassaient largement les 125.000 copies et bien qu’il fût absolument interdit d’en faire la publicité l’album se retrouva sans problèmes N° 1 de toutes les listes britanniques dans la presse, la télévision et les radios.
Il n’y avait que 11 chansons sur les 50.000 premières copies et quelles chansons (anarchy in the U.K , pretty vacant, holiday in the sun, ) et on trouvait un 45 tours offert Submission ainsi qu’un poster de collages a l’esthétique purement punk caractéristique de cette époque.

Sur les copies suivantes Submission devînt la douzième chanson de l’album.


Ce disque fût enregistré de Mars à Août 1977

La polémique et les controverses autour de ce disque fûrent sans précédents.

Il dût notamment être retiré des vitrines immédiatement a cause de son titre irrévérencieux (On en a rien a foutre, les Sex Pistols sont là).

On attribue l’origine de ce titre célèbre a un marchand de hot-dogs qui répétait cette phrase chaque fois qu’il croisait Steve Jones et Paul Cook.


Quelques mois après la parution de l’album le mardi 17 Janvier 1978 le groupe se sépare brutalement dans une confusion totale. Le lendemain leur manager Malcom Mc Laren prononcera cette phrase resté célèbre « Le rock’n roll est mort».La suite appartient désormais a l’histoire du rock’n roll
Coup marketting de Mac Laren (après avoir tenté le coup aux States avec les Dolls), groupe de tarés junkies incapables de jouer trois notes, pseudos anarchistes de pacotille, on aura tout dit et tout écrit sur les Pistols mais leur apport au monde de la musique est incontestable
De par leur culot, leur energie, leur rage et leur non-respect pour toutes les valeurs bien en place en ces années post disco, pour avoir donner a une multitude de gamins l’envie de prendre qui une guitare, qui un micro les Sex Pistols certes moins engagés moins techniciens et certainement moins doués que leurs homologues direct sur le sol britannique les Clash, sont un des groupes essentiels de ces 25 dernières années
Météorite punk certes mais qui brille encore dans le ciel et sert de référence depuis des pas mal d’années à tout un tas de gamins pour qui la musique de Johnny Rotten et Sid Vicious donne l’illusion que tout est encore possible
Au dela des clichés etroits du ‘no future’et en omettant la ridicule reformation avortée des années 90 ce groupe qui peut se vanter d’etre l’un des plus connus au monde (pas mal pour des gamins qui au bout du compte n’auront livrés qu’un seul album officiel) est aujourd’hui incontournable.

le disque devenu culte fetera  l 'année  prochaine  ses 40 ans.



The Sex Pistols -  ' "pretty vacant '

 


podcast

 









lire sur  jimboland  23 avril 1978 sid vicious dynamite "my way"

http://jimboland.hautetfort.com/archive/2007/09/30/23-avril-1978-sid-vicious-dynamite-my-way.html




 

 
 

09/04/2016

It's only rock'n roll (The Rolling Stones 1974)

Rolling+Stones+Its+Only+Rock+n+Roll+-+EX+103267.jpg

Incontestablement le douzième album des Rolling  Stones restera  dans  les  mémoires  ,plusieurs  raisons  a cela a commencer  par  l 'inoubliable  pochette  mythique  signée  Guy Pellaert  ( qui signera la même  année celle  toute  aussi magnifique  de 'Diamond  dogs '  de  Bowie  et une  production assurée  par Jagger /Richards  en personne  (sous le pseudonyme des  'glimmer twins  ')

L'album  sorti en 1974  un an après  'goat head soup '  et le succès planétaire  de  'Angie  ' une période  difficile ou le  groupe  est miné par les  consommations  de  dope  excessives

Keith Richards vient  de perdre son ami Gram Parsons mort a 26 ans d'une overdose  , il est  toujours interdit  de  séjour  en  France suite aux débordements  lors  du séjour  sur la cote  d 'azur  pour l 'enregistrement  'exile  on a main street'  Mick Taylor  en  désaccord régulier  avec Keith va  bientôt  quitter  le  groupe  pour  céder sa place a Ron Wood  pourtant  dans ces  difficultés les Stones vont  enregistrer un album essentiel au titre légendaire   'it' s only rock'n roll  but I like  it  ( "Ce n 'est que  du rock  'n roll mais j 'aime  ca")

Le single  éponyme  sera  l'une  des  chansons emblématiques du groupe  et  un incontournable  des  concerts , un  titre  emblématique et un  véritable hymne

Mais  sur  cet album  entre  quelques titres  faiblards  ('dance little sister  ') et une reprise des Temptations  ( 'ain"t too proud to beg') recèle  des  titres  de  premier ordre  ' times waits for  no one  '  titre  fusionnel ou le  piano de  Nicky  Hopkins , les percussions  de Ray Cooper , les guitares puissantes   de  Taylor et Richards  font  merveille  ' luxury '  un titre   exotique qui lorgne  vers  le  reggae ' if  you can rock me  '  une  ode  aux  groupies , mais  aussi  et  surtout  ' fingerprint  file  '  titre  hallucinant   qui clôt  l'album  et  qui s'impose  comme l 'une  des  plus  grandes  chansons  jamais  enregistrées  par  les  Stones

Ce Titre phénoménal  qui  annonce  déjà le  virage 'funk '  que  prendra  le groupe  pour   l'album  qui  suivra  (' black  and  blue ' en  1976) est un pur régal ,Billy  Preston  fait des  prouesses  au claviers , Nicky Hopkins   est au piano , Bill Wyman  abandonne  la  basse pour  se charger  des  synthés , Mick Taylor  est ici  pour  la  dernière  fois   a la  guitare et Mick Jagger  susurre  d'une  voix  maladive  et plaintive sa  paranoïa des écoutes téléphoniques par  le F.B.I

 

 

And there's some little jerk in the FBI
Et il y a un petit connard au FBI
A keepin' papers on me six feet high
Qui garde un dossier sur moi de six pieds de haut
It gets me down
Ca me déprime
It gets me down
Ca me déprime
It gets me down
Ca me déprime

 

 The Rolling  Stones  -  if  you  can rock me


podcast

 

 

14:30 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0)

08/04/2016

Jim Morrison - Clap de fin

52e9feeacbbbf19ab01aedda74da9483.jpg

 

 

 

 

 

 

Finalement  le secret  autour de la mort de Jim Morrison en juillet 71 à Paris n 'etait en fait qu'un secret de  polichinelle , en effet le livre de Sam Bernett  "The End -Jim Morrison " paru en 2007 chez privé  ne fait que confirmer de manière définitive des certitudes dejà acquises quant aux circonstances exactes du déces du chanteur mythique des Doors.

Il est vrai que l'on a toujours dit qu'une poignée de personnes détenait le secret concernant les faits réels survenus dans cette fameuse nuit  du 3 juillet 1971

Parmi les témoins  présents se trouvait Sam bernett alors créateur du club mythique 'rock'n roll circus' . L'homme qui aura passé une bonne partie de sa vie a fonder des endroits devenus celebres ( La tour de Nesle , le bus palladium , le Martine's ,le Malibu ) est devenu par la suite chroniqueur et journaliste a RTL  puis a Europe 1  il a écrit de nombreux ouvrages mais aura attendu  35 ans pour livrer sa vérité au travers d'un livre qui non seulement raconte dans le detail la dernière nuit tragique de Morrison mais dresse egalement  le  portrait d'une époque  qui fait aujourd"hui encore fantasmer tout les amateurs de musique.

Finalement il s 'avère que la rumeur persistante  selon laquelle Jim  serait mort d'une overdose dans les toilettes du rock'n roll circus  était bel et bien fondée.

Cette mort ne sera donc  au bout du compte ne sera qu'une banale et dramatique overdose d'héroïne , une dose trop pure  sniffée a la va-vite  par un homme physiquement  diminué par les excès en tout genres . Pour se rendre compte de l'etat de fatigue et de dégradation physique du leader charismatique des Doors il faut savoir que le medecin qui constatera le décès de Jim sera persuadé être en présence d'un cadavre d'homme de 50/55 ans (pour memoire Jim en avait 28) cette remarque en dit long sur l'état désastreux dans lequel se trouvait Morisson a l'été 1971 .

Epuisé par une infernale spirale  narcotique sans retour Jim va venir mourir dans les toilettes d'un club  branché  parisien . Il sera reconduit chez lui au 17 rue Beautreillispar les deux dealers qui l'avait fourni ce soir la .

Sorti discrètement par une porte dérobée ils vont le ramener  a son domicile ou l 'attend sa compagne Pamela Courson  une junkie hystérique et camée jusqu'à l'os qui va evidemment paniquer ,c'est elle qui mettra inutilement le corps  de Jim dans une baignoire remplie d'eau chaude  afin de tenter désesperement de le ramener a la vie  mais Morisson est mort et bien mort.

Elle téléphonera  ensuite a Alain Ronay  un ami commun qui va venir épauler une pamela totalement incapable de gérer cette situation. c'est le commissaire de police du IV  arrondissement de Paris  Robert Berry qui sera dépeché sur les lieux et conclu a une mort naturelle par arrêt cardiaque .

Entre temps Ronay a détruit toutes traçes suspectes qui pourrait faire penser au policier qu'il est en présence de toxicomanes (les  pilules , la cocaïne , l'héroïne  , l 'herbe  tout finit donc dans les toilettes ( au grand désespoir de Pamela

On donnera comme identité au cadavre James Douglas Morrison; poète et écrivain américain résidant a Paris et chose incroyable ; les services de police ne vont pas se douter   une seule seconde qu'ils sont en présence du célèbre artiste . Si en 2007  un tel fait peut surprendre il faut rappeler que les moyens d'informations et de communications sont alors bien différents d'aujourd'hui  et il semble évident que personne parmi les quinquagénaires des services médicaux ou policiers n'avaient jamais vus le visage de Morrison.

c'est ainsi que le permis d'inhumer va être délivré sous l'identité  figurant a ce jour sur la célèbre tombe du cimetière du pere Lachaise. Deux autres personnages  vont etre au plus près des évenements , tout  d'abord Agnes Varda la cinéaste , compagne du réalisateur jacques Demy ,trés liée avec  Jim va apporter son soutien et va aider a l'organisation des funérailles de ce dernier , le second personnage  est un aristocrate décadent et drogué le comte Jean de Breteuil ami intime de pamela alors en concubinage avec Marianne faithfull,l'homme  fournisseur d'héroïne du tout paris   va prendre immédiatement la poudre d'escampette (sans jeu de mot sur le mot 'poudre ') et filer a Tanger au Maroc (Ce personnage peu recommandable étant dejà interdit de séjour sur les sols américains et britanniques).

 

438b4450cef081a87676f7eb0bdfde92.jpgC'est donc dans un anonymat total que sera enterré Morisson  le  7 Juillet  1971 en présence de Pamela CoursonAgnès Varda , Alain Ronay ; Robin Wertle (secrétaire canadienne de Jim) et de Bill Siddons, le manager du groupe débarqué de Los Angelès.

Un enterrement sans fleurs ni couronnes ou pamela lut quelques  lignes de 'the célébration of the lizard'. Ce n'est qu'après cette cérémonie intime pour ne pas dire secrète que Siddons annonça officiellement a son retour aux états-unis le déces officiel de Morisson .

Il semble clair que le manager avait voulu ainsi éviter que se reproduise les débordements médiatiques vus apres les déces de janis Joplin et de Jimi Hendrix .

Bien entendu des rumeurs fantaisistes s'installerent , certains resterent persuadés que Morisson était vivant (personne n'avait reéllement vu le corps dans le cerceuil) mais cependant il semble totalement certain que tout s'est vraiment passé ainsi .

Jim Morrison  ,le poète ignoré ,chanteur adulé mal dans sa peau ,auto destructeur maladif venu  s'exiler a Paris pour rompre avec un systeme qui semblait le répugner y est mort tragiquement venant ajouter son nom a la terrible liste des victimes de la dope .

La legende ne faisait alors que commencer.

 

 

 
 

Le Parfum ,Histoire d'un meurtrier (Tom Tykwer-2006)

le parfum,tom tykwer,patrick suskind

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Avant d’être un long-métrage  Le Parfum est un roman de l'écrivain allemand Patrick Süskind écrit en 1985. Son titre complet est Le Parfum, histoire d'un meurtrier .

En 30 ans, ce best-seller a été traduit en 45 langues et vendu à 150 millions d'exemplaires. Patrick Suskind  a longtemps hésité a confier l’adaptation du « Parfum » au cinéma  il aurait souhaité  que ce soit Stanley  Kubrick qui l’adapte mais le projet n’aboutit pas ,  successivement Martin  Scorsese , Ridley Scott , Milos Forman et Tim Burton s’y intéressèrent mais toujours sans résultat . Et soudain en 2006 contre toute attente Suskind accepte de ceder les droits et c'est a Tom Tykwer ,un réalisateur allemand que va incomber la (trés) lourde tâche de porter a l'écran ce livre fulgurant  qui a atteint depuis toutes ces années un statut de livre-culte.

L'ampleur de la tâche  semblait  pour beaucoup insurmontable ; le roman ayant la réputation d'être totalement inadaptable aussi il faut en tenir compte dans le jugement porté au regard du film. L'adaptation est plutôt fidèle et le personnage énigmatique de Jean Baptiste Grenouille est interprété avec beaucoup de justesse par Ben Whishaw , jeune comédien britannique  (qui parait-il aurait été préféré a Orlando Bloom ou a Johnny Depp ?) tandis que les rôles secondaires sont confiés a Dustin Hoffman (le parfumeur Baldini) et Alan Rickman (Antoine Richis) .

Même si certaines scènes sont a mon sens trop volontairement 'tape a l'oeil ' ,en particulier le début qui frise le film 'gore 'a force de vouloir insister sur les conditions épouvantables de la vie du peuple au XVIII éme siécle  le film  est une brillante reconstitution de la vie incroyable d'un personnage aussi mysterieux que cruel ,   aussi incompris que solitaire .

Le destin de Grenouille l'enfant de nulle part  survivant des bas-fonds   l'enfant qui n'avait  pas d'odeur mais qui était capable de ressentir touts les parfums  du monde , de les identifier , de  les mémoriser , de les melanger  jusqu'a l'obsession et la folie et qui cherche a créer l'essence divine , le parfum de  l'amour , est totalement fascinant .

La séquence du procès de Grenouille est proprement stupéfiante  tout comme la destinée finale de ce personnnage hors du commun .

Nul doute qu'entre les mains d'un Kubrick ou d'un Forman nous aurions eu un tout autre film avec  davantage de créativité , de personnalité  et de prise de risque cinématographique mais il faut rester objectif et reconnaitre que  Tom Tykwer , même s'il ne réalise pas  un grand film s'en tire  bien et car il  se contente  avec beaucoup d'application de coller le plus possible au roman de Süskind en nous offrant au final un résultat plutôt satisfaisant.