Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/01/2009

24 Mai 1966 Le caprice parisien de Dylan

 

419872184.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous sommes le 24 Mai 1966 et Bob Dylan est a Paris , a l'Olympia plus précisément , il n'a que 25 ans mais dejà ses premiers albums ont déclenché partout un cataclysme musical et culturel sans précédent .

Dylan a aussi  défrayé la chronique en passant de la guitare folk traditionnelle a la guitare électrique  . Comme a son habitude il va proposer au public présent ce soir la un concert divisé en deux parties bien distinctes , une première partie 'folk' ou seul sur scène il va interpréter les incontournables protest-songs déjà légendaires ainsi que les titres inspirés du répertoire de cette Amérique profonde qui a fait de lui l'icône de toute une génération  puis une seconde partie ou il va débouler avec une horde de 'freaks déchainés et défoncés pour un déluge de métal et de feu.

Dylan  est alors miné par les drogues  ,les rumeurs les plus folles courent a son sujet ,on raconte qu'il ne dort jamais , qu'il avale des quantités  ahurissantes d'hallucinogènes ,on le dit défoncé a la benzédrine ,au L.S.D , a l'héroïne bref ,  ils sont nombreux ceux qui lui prédisent un bien sombre avenir et rares sont ceux qui parmi le public de l'Olympia de ce mois de Mai 1966 pourrait imaginer un seul instant que l'homme serait encore sur les routes un demi siècle  plus tard .

La première partie du concert est terminée , durant ce set acoustique Dylan a de nombreuses reprises a  apostrophé son public , l'ambiance est tendue ,les sifflets et les murmures de mécontentement , d'incompréhension  explosent regulièrement  dans la salle  ,Dylan n'en a cure et rétorque même " j 'ai autant envie que vous de rentrer chez moi "

Quelque part dans la foule  une jeune fille assiste médusée a ce concert  ,elle a  quittée le plateau du film ' Grand prix ' ou elle tourne sous la direction de John Frankenheimer  en compagnie de Yves Montand, ce n'est pourtant pas une comédienne mais une jeune chanteuse de la génération  yé-yé , elle ne connaît pas Dylan personnellement bien sûr mais il fait partie de ses idoles .

Curieusement Bob Dylan de son côté l'a dejà remarqué  notamment dans les pages  des magazines  ou  sa beauté éclate depuis quelques mois  , instantanément il est tombé sous son charme

nous sommes en 1966 et cette beauté  époustouflante fait tourner toutes les têtes des hommes qui la croise , elle a  22 ans ,  elle s'appelle Francoise Hardy.

Dylan a disparu  de la scène depuis une demie heure déjà ,on s'impatiente dans la salle lorsque un inconnu se penche a l'oreille de Francoise Hardy  et lui chuchote "Mr Dylan ne reviendra sur scène que si vous m'accompagniez dans les loges immédiatement pour le rencontrer  "

Elle se lève surprise  et  avec  un  brin  d'angoisse suit l'inconnu qui la conduit dans les loges de l'Olympia ou elle y découvre un Dylan hilare  apparemment très content que son 'caprice ' ait été exaucé ,

Il lui propose avant de repartir sur scène  de le rejoindre pour la 'party'  qui aura lieu a l'hôtel Georges V après le concert ,il lui précise aussi qu'elle vienne avec toute sa bande de copains présents dans la salle ,la jeune françoise accepte et puis de toutes manières "" comment refuser a Dylan ?"  

La jeune chanteuse  est non seulement surprise du comportement de Dylan  mais elle est surtout  stupéfaite de l'état de délabrement  physique  de l'artiste ,on est loin de l'image du  troubadour véhiculé par les pochettes de ses premiers albums elle dira plus tard avoir l'impression de rencontrer un "zombie" , un être malade dont la vie ne tient qu'a un fil "

 

Après ce concert houleux  elle rejoindra le Georges V accompagnée de Johnny Hallyday , Zouzou égerie et chanteuse des sixties  et Hugues Auffray  ( qui a déjà beaucoup oeuvré a faire connaître Dylan en France).

Sur place la 'party' bat son plein mais de Dylan  point  , il reste deséspérement enfermé dans  sa chambre isolé de tous ,isolé du monde  apparemment peu enclin a prendre part aux festivités.

Ce n'est  qu'au bout de 2 heures que la porte s'ouvre ,Dylan entre parmi les invités prend Françoise par la main et l'emmène dans sa chambre refermant la porte derrière lui

C'est la  , devant une Françoise Hardy  terrorisée ,que Dylan comme un gamin lui propose d'écouter quelques titres de son nouvel album sorti 8 jours auparavant aux États-Unis , le titre de ce nouvel album c'est 'Blonde on blonde "précise t'il 'qu'en pensez vous? lui demande t'il ? puis il  pose le disque sur la platine et lui donne la primeur de découvrir deux titres qui vont devenir bientôt mythiques et  légendaires  de la discographie  de Dylan (et de la musique pop tout court )

I Want you " 'et 'Just like a Woman'

Cette histoire racontée souvent par l'intéréssée elle même fait partie de la légende des 'sixties ' , certains prétendent pourtant que ce n'est pas Francoise Hardy que Dylan a attiré dans sa chambre mais plutôt Zouzou la belle icône des années soixante  , actrice underground et twisteuse  des années soixante  mais aussi petite amie  de Brian Jones  allez donc savoir?

 

18/01/2009

Jean Michel Basquiat Un genie absolu et insolent

jean-michel-basquiat2.jpg

Jean Michel Basquiat artiste décédé a l'âge de 28 ans en août 1988 est devenu très vite une icône absolue de l'art contemporain,son destin fulgurant est a la fois bouleversant et fascinant légendaire.Il fût notamment le premier artiste de couleur a faire la couverture du prestigieux N-Y Times magazine

On aime a l'imaginer issu d'un ghetto noir et pauvre  notamment en raison de ses débuts de taggeur et d'artiste des rues du pavé new yorkais mais il n'en est rien .

Basquiat est un fils de petits bourgeois d'origine haïtienne par son père et porto ricaine par sa mère .c'est d'ailleurs sa mère  qui l'initie très tôt a l'art en l'emmenant notamment avec elle au musée de Brooklyn 

 

Son enfance est marquée par un drame qui va changer sa vie , fauché par une voiture alors qu'il joue au foot avec ses camarades il reste cloué au lit des mois durant souffrant de fractures et lésions multiples . Sa mère lui offre alors un manuel d'anatomie dont il va inlassablement recopier  les croquis . Cette influence sera déterminante pour toute sa carrière. A l'image d'une  période artistique bouillonnante et en pleine explosion a New York Basquiatva débuter par l'art de la rue ; il va arpenter le pavé new yorkais et recouvrir les murs ,les palissades ,les façades de dessins accompagnés de slogans signant SAMO un pseudonyme pour le moins désabusé (condensé de" Same old shit ".)

ce nouveau langage pictural qui mélange graffitis, tags , collages , art africain ,bande dessinée va très vite éveiller la curiosité des milieux artistiques  et c'est l'exposition 'New York -New Wave " ou il rencontre AndyWarhol, keith Haring et Robert Mapplethorpe qui va être le tremplin de sa carrière. Annina Nosei une galeriste importante du milieu artistique de la ville  le  remarque et met un atelier a sa disposition , c'est elle qui organisera bientôt sa première exposition.

Presque immédiatement Basquiat devient la coqueluche  de l'avant garde, ses tableaux sont stupéfiants et d'une inventivité et d'un modernisme inouïs. Le jeune peintre nonchalant et décontracté peint a l'instinct presque de manière naturelle  et ne semble pas avoir conscience réellement de l'engouement qu'il suscite ; il sort la nuit , fait la fête , se drogue beaucoup dépense  tout son argent . Si certains critiques font la fine bouche face a ses tableaux , ne voyant la que des dessins  d'un artiste trop cher payé ,  d'autres par contre repèrent déjà le génie  .Il devient le protégé de Warhol; pape mondain de ce New York ahurissant des années 80   , un Warhol qui  déclarera  " c'est le genre de gosse dont le talent me rend absolument fou "

Les deux artistes associeront  même leur talent pour quelques oeuvres communes mais c'est surtout  la complicité d'avec Warhol qui donnera a Basquiat une grande confiance , a partir de 1984  il révéle clairement  son intérêt pour l'identité noire et pour son histoire au travers de tableaux inspirés et sublimes 

De  1986 à 1988, année de sa mort. Basquiat peint en utilisant des techniques, des styles et des éléments jusque là jamais utilisés dans son oeuvre , l'influence de l'héroïne, dont il dépend, est très palpable. En février 1987, la mort de Warhol  (qui ne s'est jamais véritablement   remis des suites de sa tentative d'assassinat  par  valerie Solanas ) vient bouleverser le coeur et l'âme de Basquiat , déjà en un très mauvais état suite à ses abus fréquents .

Le jeune homme n'est désormais plus le même  Son sentiment d'être incompris s'ancre d'avantage dans sa vie quotidienne et il entre dans une phase d'auto destruction qui le conduit a une mort tragique

Il est devenu au fil des ans  et a l'image de Keith Haring  un autre surdoué de cette génération ,l'un des artistes contemporains les plus côtés sur le marché de l'art, ses oeuvres atteignent désormais  des sommets vertigineux  dans les ventes aux enchères partout aux quatre coins du monde.

 

une sélection perso de quelques tableaux de Basquiat

Toxic (1984)  

toxic.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Untitled( skull) -1981 

skulll.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Early moses (1983)

 

early_moses.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

All colored cast (1982)

basquiatclored.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Arborigenal (1984)

basquiataborigenal.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

02:11 Publié dans arts, Culture, Société | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : basquiat

20/11/2008

Ou on va Papa?

30794830_p.jpg

C 'est le hasard qui vous conduit parfois dans une librairie a saisir un livre plutôt qu'un autre , Dans le cas du livre de Jean Louis Fournier ce n'est pas la jaquette signifiant prix femina 2008 qui m'a attiré  , Non c'est plutôt le titre en forme d'interrogation qui a attisé ma curiosité pour ce petit livre  qui m'a bouleversé et que j'ai dévoré en 1 heure 30.

le sujet est  terrifiant et pourra paraître tabou puisque Fournier parle de lui et de ses deux garçons handicapés mentaux et moteurs  mais son approche en forme de confession est totalement inédite et sans aucune concession .

On passe ainsi du rire aux larmes en quelques lignes en lisant les petits chapitres au vitriol de ce  livre qui devrait absolument  etre lu par tous car il est a la fois une bouffée d'oxygène et une reflexion intelligente sur le regard des autres et le droit a la différence.

 Je  vous livre ici l'introduction de ce livre pas vraiment  " comme les autres "   a découvrir de toute urgence

 

Cher Mathieu , Cher Thomas

Quand vous étiez petit j'ai eu quelquefois la tentation de vous offrir , a Noel par exemple un livre , pourquoi pas Tintin , je connais bien Tintin je les ai tous lu plusieurs fois. Je ne l'ai jamais fait , ce n'était pas la peine  vous ne saviez pas lire ,  vous ne saurez jamais lire , jusqu'a la fin vos cadeaux de Noël seront des cubes ou des petites voitures.

Maintenant que Mathieu est parti chercher son ballon dans un endroit ou on ne pourra plus l'aider a le récupérer ,maintenant que Thomas  toujours sur la Terre a la tête de plus en plus dans les nuages je vais quand même vous offrir un livre ,un livre que j'ai écrit pour vous pour que l'on ne vous oublie pas et que vous ne soyez pas seulement une photo sur une carte d'invalidité  et Peut-être aussi  pour dire mes remords.

Je n'ai pas été un très bon père , souvent, je ne vous supportez pas , vous étiez difficile a aimer ,  avec vous  il fallait une patience d'ange, et je ne suis pas un ange. je voudrais vous dire que je regrette qu'on ait pas pu être heureux ensemble  et peut être aussi vous demander pardon de vous avoir loupés. On n'a pas eu de chance vous et moi ,c'est tombé du ciel  , ça s'appelle une tuile

Quand on parle des enfants handicapés on prend un air de circonstance comme quand on parle d'une catastrophe  aussi pour une fois je voudrais  parler de vous avec le sourire , vous m'avez fait rire et pas toujours involontairement ,grâce a vous j'ai eu des avantages sur les parents d'enfants normaux je n'ai pas eu de souçis avec vos études ni avec votre orientation professionnelle ,nous n'avons pas eu a hésiter entre filière scientifique et filière littéraire ,pas a nous  inquiéter de ce que vous feriez plus tard on a su rapidement que ce serait :Rien

Et surtout, pendant de nombreuses années, j'ai bénéficié d'une vignette automobile gratuite. Grâce à vous, j'ai pu rouler dans des grosses voitures américaines.

 

 

 

26/10/2008

Gainsbourg 2008

affiche expo gainsbourg 2008 ..JPG

 

Serge Gainsbourg - mes petites odalisques 


podcast

 

Pour l'inconditionnel de Gainsbourg que je suis c'était évidemment un rendez vous que je ne pouvais manquer .Cette exposition au musée de la musique  pour rendre hommage a  cet immense artiste qui aurait eu 80 ans cette année s'affirmait comme  un évenement culturel totalement incontournable.

La première partie de cette exposition rassemble la quasi  totalité des 45 tours de la carrière de Serge ,Chanteur et auteur ,  .Entre raretés , bizzareries,  collectors ,musiques de film,  pressages étrangers (notamment japonais) et grands classiques de l'oeuvre de Serge  chacun trouvera de quoi satisfaire sa curiosité .Impossible de les nommer tous mais sachez qu'on  croisera  Jean claude Pascal ; Michèle Arnaud (ronsard 68la chanson de Prevert- douze belles dans la peau) Juliette greco (les amours perdus - l'amour a la papa) Hugues Auffray (la javanaise -mes petites odalisques) Francoise hardy(l'anamour) Zizi Jeanmaire ,les frères jacques (le poiçonneur des lilas) ;catherine Sauvage (Baudelaire  -  les goémons -black trombone) isabelle Aubret(la chanson de prevert) , Birkin Evidemment  mais aussi toutes les femmes qu'ils aura fait chanter , Deneuve, Adjani, Bambou, Regine , France Gall, Bardot , vanessa Paradis , sans oublier les hommes (Julien Clerc, Chamfort, Bashung ,Philippe Clay.......) je ne peux les citer tous mais tout ce que Gainsbourg a enregistré ou a composé (en format 45t) nous est ici présenté  en un mur  de 45 tours stupéfiant qui nous prouve l'incroyable diversité  insensée  et toute l'originalité de l"oeuvre artistique de Gainsbourg.

 

Serge Gainsbourg - douze belles dans la peau


podcast

 

la seconde partie de l'expo nous fait pénétrer dans l'univers du maître elle s’articule autour de quatre grandes périodes :

 

La  période bleue (1958 - 1965)


Les idoles (1965 - 1969)


La décadanse (1969 - 1979)


Ecce homo (1979 - 1991)

 


Gainsbourg avait du gout on le savait et on le constate en découvrant  sa collection personnelle, La Chasse aux papillons, de Salvador Dali, Mauvaises nouvelles des étoiles, de Paul Klee, et L'homme à tête de chou, sculpture de Claude Lalanne. Les deux derniers ayant inspiré titre et contenu à deux albums de Gainsbourg.


Gainsbourg avait du gout on le savait et on le constate en découvrant  sa collection personnelle, La Chasse aux papillons, de Salvador Dali, Mauvaises nouvelles des étoiles, de Paul Klee, et L'homme à tête de chou, sculpture de Claude Lalanne. Les deux derniers ayant inspiré titre et contenu à deux albums de Gainsbourg.

 

 

Ces oeuvres sont présentées dans une vitrine-miroir latérale qui jouxte l'installation. On y trouvera également  ses manuscrits et la bimbeloterie de la rue de Verneuil, moult fois détaillée par les visiteurs : l'écorché de Louis Auzouxqui tronait dans son salon , la collection de médailles acquise auprès de ses amis de la police,une photo inédite et rare de marylin Monroe a la morgue, l'exemplaire de la marseillaise de Rouget de Lisleacheté a Drouot peu de temps juste apres le scandale de 'aux armes ect....'

 

h_4_ill_1109710_expo-gainsbourg.jpg

l'homme a tête de chou la  merveilleuse et intriguante sculpture signé Claude Lalanne

Toujours dans cette même salle   le plasticien sonore Frédéric Sanchez.propose un labyrinthe de colonnes associant des images (photos ou films) et des sons (les textes sont lus par les interprètes, Birkin, Deneuve, Dutronc...) le tout mettant  en relation l'oeuvre de Gainsbourg avec les courants (le surréalisme et le jazz , la pop et le pop art...) et les personnalités qui l'ont marqué (Bela Bartok, Boris Vian, Francis Bacon...).

Ce dispositif dynamique, visant à "provoquer des images avec le son", explique Frédéric Sanchez, réussit le tour de force d'être pédagogique tout en intrigant les connaisseurs

bref une expo qui bien que  peu être un peu trop concentrée est totalement captivante que l'on soit inconditionnel de gainsbourg ou pas .

 Inconterstablement cette exposition s'affirme comme  l'un  des grands rendez vous culturel  de cette fin d'année 2008 et comme  un évenement  artistique a ne rater sous aucun pretexte.

 

 Serge gainsbourg - ford mustang

 


podcast

15/10/2008

Ennemis publics (Michel Houellebecq -Bernard Henri Levy -2008)

11590992.jpg
Ils se detestent ,se méprisent  on l'a deja assez dit et répété alors si on laisse de côté le formidable coup médiatique des éditeurs il convient d'avouer que  l'idée d'une correspondance entre deux des écrivains parmi les plus controversés de ces dernières années ne manque pas de culot et de piment.
 
je vous livre , histoire de donner le ton et de planter le décor la première page de ce livre de correspondance sorti conjointement par Flammarion et Grasset .
 
"Spécialiste des coups foireux et des pantalonnades médiatiques vous déshonnorez jusqu'aux chemises blanches que vous portez. Intime des puissants vous baignez depuis l'enfance dans une richesse obscène .Vous etes emblématique de ce que certains magazines 'bas de gamme' comme Marianne  continuent d'appelller 'la gauche caviar '
Philosophe sans pensée mais non sans relations vous êtes en outre l'auteur du film le plus ridicule de toute l'histoire du cinéma.
Nihiliste , réactionnaire , cynique ,raciste et mysogine ce serait trop d'honneur que de me ranger dans la peu ragoutante famille des 'anarchistes de droite'. Fondamentalement je ne suis q'un 'beauf ' un auteur plat et sans style. Je n'ai accédé a la notoriété littéraire que par suite d'une invraisemblable faute de goûts commise par des critiques déboussolés ,mes  provocations  poussives ont depuis  heureusement fini par lasser.
A nous deux nous symbolisons parfaitement l'effroyable avachissement de la culture et de l'intelligence française récemment pointé" du doigt avec sévérité mais justesse par la magazine Times .
 
M.H

24/09/2008

Madonna - Sticky and sweet tour - Stade de France 21 septembre 2008



madonna-1(1).jpg

 

 

 

 CIMG0802.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

Incontestablement Madonna fait partie des grandes stars de la planète aussi lorsque la chanteuse décide  de délaisser le palais omnisports de Bercy et choisit le stade de France pour sa nouvelle  tournée 2008 cela devient forçément  l'événement musical de cette année .

La première date rapidement complète  Madonna a vite  rajouté un second concert et les places se sont arrachées malgré un prix plutot élevé (rien a moins de 75 €) .

L'album qui sert de support a cette tournée 2008 n'a toutefois pas reçu un très bon accueil , en effet 'Hard candy ' malgré l'apport de Justin Timberlake  ("4 minutes" ) ,de Kanye West ('beat goes on ' ) , la production des très demandés Timbaland et Pharell Williams  , et le 'single 'give it 2 me' que toutes les radios diffusent largement  a été accueilli plutôt fraichement par la critique .

Coté public le raz de marée (numero 1 partout ou presque) confirme toutefois que Madonna continue de drainer un large public

3 ans apres ' confessions on a dance floor ' ou Madonna renouait avec le disco et la musique dance  revoici donc Madonna a Paris pour defendre un nouvel album assez critiqué ,le tout dans un climat sulfureux de provocations ( comme souvent avec Madonna) et de scandales en tout genres (un "like a virgin "dédié au Pape lors du concert de Rome , une biographie pas franchement a son avantage publiée en pleine tournée par.....son frère , une vidéo controversée  'get stupid' qui dénonce John Mc Cain assimilé aux grands tyrans de la planète ( Hitler ,Khomeiny)et un Barack  Obama  assimilé  à Martin luther King ou  a Ghandi ) bref tout ce qui faut pour faire monter la sauce.

J'étais donc present pour le second concert de la Madonne ( un choix du au hasard mais semble t'il bien inspiré car de l'avis unanime  ce second concert fut largement superieur a celui donné la veille par la chanteuse) .

Apres  une (longue) attente compensée par Bob Sinclar et 'big Ali' alors que le stade de France se remplit (curieusement  le concert ne fut cependant pas tout a fait complet )  a 21h30  dans un deluge d'effet spéciaux voici qu'apparait enfin ,  toute de cuir  vetue  Madonna , 50 ans cette année  ,une peche et une énergie  incroyable  et 2 heures durant la star  va nous offrir un show qui oscille  entre  le  (très) bon et le moins bon

La voix d'abord ; les rumeurs prétendent que le play back est de rigueur avec elle , les 'fans évidemment  s'en offusqueront mais a l'evidence je pense que si certains titres sont effectivement chantés d'autres ( 'die another day ' -" get stupid' rain' mixé avec une reprise d'Eurythmics 'here comes the rain again' ) sont simplement 'mis en scène ' avec une bande - son  (sans la presence sur scène de Madonna qui tres certainement en profite pour de changer et souffler) ) . 

 Madonna  de toute évidence  se donne  néanmoins a fond et  offre a son public un véritable tour de force athlétique , elle chante , saute , court , grimpe , fait des pompes, du saut a la corde, elle se dépense sans compter et c'est cette énergie incroyable qui force le respect .

Entourée d'une armada de danseurs et danseuses qui n'ont pas la moitié de son âge Madonna assure le spectacle  elle n'est jamais en reste , et disons le tout net  ! sa performance scénique est tout simplement hallucinante.

Si le choix des chansons fera inévitablement débat (8 titres de hard & candy aucun de 'erotica ' un seul de 'music ' ) , les standards incontournables sont la et bien la  ('la isla bonita' revue et corrigée façon gipsy et mixée avec 'lela pala tute " de Gogol Bordello , 'into the groove' mixé a 'jump' sur une animation fabuleuse en hommage a Keith Haring  son ami disparu  devenu depuis une icône de l'art contemporain, 'ray of light' dans une version  technoide et dans un déluge de lasers et d'effets speciaux ' like a virgin' chantée a capella avec la foule ( dommage) mais  subtilement enchainée avec ' hung up ' dans un registre plus proche de Métallica que d'Abba , 'like a prayer ' totalement revisité (ambiance énorme et immense  moment) ' 'vogue ' (l'un de mes titres préférés) et qui m'a  un peu laissé sur ma faim malgré des danseurs incroyables autour de la chanteuse  'music ' (encore un grand moment du concert) .'four minutes ' l'enorme tube  et l'apparition en vidéo de justin Timberlake , bref des choix classiques mais aussi  des prises de risques avec tout d'abord  'incroyable  'human  nature ' (extrait de 'bedstime stories ' ) et interprété  par une Madonna sublime  a peine vetue ,  guitare a la main bottes de cuir montantes  et haut de forme (et britney Spears en fond d'ecran) '  'borderline' totalement massacré et interprété également a la guitare (peut etre le plus gros ratage de cette soirée) un 'you must be love 'inutile et  exhumé de la bande originale de 'Evita ' ou encore  un ' 'she's not me ' (extrait de hard and candy) ou Madonna déchainée en mini short rouge et lunettes de Lolita  revisite avec dédain et mépris toutes les anciens personnages qui ont fait sa légende ( la Madonna Marylin ,la Madonna vierge éffarouchée , la Madonna blonde , elle termine cette incroyable prestation par un baiser a pleine bouche avec une danseuse (clin d'oeil évident au scandale britney Spears de 2004)

Comme toujours avec Madonna le final est brutal  , apres un " give it  2 me ", pas de  rappel   c'est deja fini game over ! comme l'affiche l'ecran du stade de France  les lumières se rallument Madonna est partie , arrivée sur scène en grande star 23 chansons plus tôt (au son de 'candy shop ') elle repart en grande star et en dépit des polémiques et  reste depuis 25 ans et sans discussion aucune l'une des plus grandes artistes de la scène internationale.

Certes chacun regrettera l'absence de certains titres évidemment attendus ( don't tell me - what a feel like for a girl - material girl - papa don't preach - erotica - frozen - holiday - lucky startake a bow )- la liste est longue  pourtant de toute évidence et comme pour Polnareff en 2007 ce concert etait l'evenement  a NE PAS RATER. La venue a Paris  dans ce désormais mythique stade de france  ou un certain Zinedine Zidane ( présent dans les loges V.I.P pour ce concert mémorable) a pour l'eternité marqué voila deja dix ans deux buts historiques restera pour beaucoup un souvenir mémorable . 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

01:22 Publié dans Musique, Société | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : madonna

08/09/2008

Histoire d'une photo - It's only rock'n roll ( Londres 2008)

 

Au  détour d'une  balade sur Baker Street - a Londres un après  midi d'août 2008

 

it's only rock'n roll ou un delicieux parfum de rolling Stones dans cetre boutique de Londres.JPG

15/06/2008

Alain Bashung - Olympia 14 Juin 2008

 

bashung - olympia 2008.JPG

Surtout ne pas s'imaginer que les quatre dates  de l'Olympia d'Alain Bashung soient complètes a cause de cette satanée maladie qu'il combat depuis des mois dejà et qui a bouleversé le monde de la chanson française. On le disait diminué et il l'est certes , visage marqué par la maldie  les  traces terribles de la chimiothérapie sont la pour attester l 'état de santé  déclinant de l'artiste mais  pourtant la voix est la et bien la ,une voix unique , grave , une voix qui vous cloue sur place des les premières secondes de ce concert chargé d'une émotion et d'un magnétisme quasiment palpable. L 'homme est en costume   , chemise blanche , bottes de cow boy , chapeau vissé sur le crane pour dissimuler pudiquement  une calvitie inévitable , avec son charisme , sa nonchalance  il s'avance et déjà la foule est en osmose avec lui . Le premier titre 'comme un lego' une merveille signée Bashung- Manset  donne le ton de ce spectacle , la chanson qui s'impose dejà comme une des plus stupéfiantes du répertoire d'alain  est chantée dans une ambiance quasi religieuse .

les titres extraits de 'bleu petrole' le dernier album de Bashung  s'étirent les uns après les autres ( " hier a Sousse ' ' sur un trapèze" 'venus" '" je t'ai manqué ' " j'ai tué la pianiste'   toutes interprétées sobrement  a la perfection  et avec une classe folle , Bashung fatigué chante tantôt assis sur un tabouret  tantôt debout  agrippé au pied de micro .Les musiciens autour de lui sont en parfaite harmonie (Yann Pechin formidable a la guitare)  et le public conquis d'avance est totalement subjugué , Bashung alterne les titres de 'bleu petrole ' avec des incontournables ' osez Joséphine! - 'vertige de l'amour ' 'la nuit je mens '  mais il s'autorise aussi quelques titres cultes ' volontaire ' 'legere eclaircie"'Titres bien connus des fans de toujours , des chansons incontournables  enflamment  un Olympiaqui chavire depuis une heure déjà .

Pas de titres extraits de l'imprudence son ténébreux précèdent album mais quelques trésors puisés dans  ' chatterton" ( "happe" " a perte de vue " ) ou  de"  fantaisie militaire "" mes prisons ' " "samuel Hall " "  .Le single ' président , résident de la république' tant attendu arrive en fin de concert suivi de deux inévitables rappels avec un madame Reve" absolument enorme ,suivi d'un  duo avec Chloé Mons ( madame Bashung a la ville ) pour "bill & jane " un titre aux accents country ' puis le grand  , l'immense bashung  nous offre  'nights in white satin'  des Moody Blues. pour conclure par un 'angora ' beau a pleurer ou les paroles de  cette chanson sublime extraite de 'fantaise militaire' prennent désormais un poids  et une portée nouvelle

"Les pluies acides décharnent les sapins
J'y peux rien, j'y peux rien
Coule la résine
S'agglutine le venin
J'crains plus la mandragore
J'crains plus mon destin
J'crains plus rien

Le souffle coupé
La gorge irritée
Je m'époumonais
Sans broncher

 

Sous le choc , enthousiasmé , par ce concert electrique et intense le  public crie et hurle son amour  a Bashung qui le lui rend bien , l'artiste  visiblement est ému  ; lui si hermétique si distant par le passé lors des prestations scéniques est cette fois terriblement ébranlé par l'hommage rendu ce soir  par son  public.

un public  qui a compris  depuis l'extinction des lumières que l'une des plus bouleversantes pages de l'Olympia s'est écrite ce soir .

 

 Alain bashung  -Angora

 


podcast

 

 

 

29/04/2008

Exposition Keith Haring -Musée d'art contemporain de Lyon

233037623.jpg
Qui aurait cru un jour que le gamin qui arpentait les rues de New York City pour recouvrir de ses désormais célèbres personnages murs , couloirs de métro , palissades et autres supports au hasard  de ses rencontres allait devenir en quelques décennies un artiste contemporain majeur et incontournable?
L 'époque ou le jeune taggeur  essayer d'échapper aux forces de l'ordre qui l'arrêtaient fréquemment et lui passait les menottes est maintenant bien loin , le binoclard timide est devenu une icône de l'art moderne et surtout l'un des artistes contemporains les plus chers et les plus en vogue sur le marché mondial ?
Ma rencontre avec le génie visuel de Keith Haring  s'est déroulée vers 1995 , les reproductions du "radiant child " (voir ci dessous ) abondaient alors dans les boutiques d'affiches et de posters du quartier des halles a Paris et ce fut le coup de foudre instantané entre cet artiste atypique et ma vision personnelle de l'art.
 1287832717.gif
C'est donc un évènement majeur que la rétrospective proposée par le musée d'art contemporain de Lyon  qui décide d'honorer Keith Haring qui aurait eu un demi siècle en 2008 si le sida qui fit des ravages dans le new york underground des années 80 ne l'avait fauché comme tant d'autres .
Artiste exceptionnellement doué , inclassable , généreux , sans tabous ,  Keith Haring a laissé une œuvre stupéfiante où l'innocence cache une réelle inspiration, un peu comme si l'artiste n'avait jamais voulu grandir et qu'il regardait le monde avec des yeux d'enfant pour mieux parler des adultes.

Inspiré par le graffiti, , soucieux de toucher un large public, Haring commence à dessiner à la craie blanche sur des panneaux publicitaires noirs du métro de New York laissant des traces de son passage un peu partout dans new yorket ,notamment  dans l'east village  Il va  exécuer plusieurs milliers de ces dessins, aux lignes énergiques et rythmées inventant un style identifiable au premier coup d'oeil ,  répétition infinie de formes synthétiques soulignées de noir avec des couleurs vives  On y retrouve bébés , humains , dauphins, crocodiles , postes de télévision,  personnages de cartoons et de dessins animés ,chiens qui jappent, serpents qui dansent , silhouettes androgynes,  soucoupes volantes, pyramides, . Pour que ses creations  soient accessibles a tous Haring   ouvre en 1986,   dans le quartier de SoHo,   a New York (sur Lafayette street  ) son Pop Shop, une  boutique hallucinante ( malheureusement  fermée depuis peu ) où se vendent des objets, vêtements, posters, badges . bijoux  illustrés par lui, comme autant d'œuvres , une  démarche très controversée dans les milieux artistiques mais néanmoins soutenue par ses proches  ( Andy Warhol. Madonna, Grace Jones, Timothy Leary,  jean michel Basquiat .)

En 1988, il apprend qu'il est infecté par le virus du sida. Il s'engage dès lors fortement dans la lutte contre cette maladie, mettant tout son art et sa notoriété au service de cette cause et de sa visibilité. Il crée à cet effet la Keith Haring Foundationen 1989 , une association chargée de venir en aide aux enfants et de soutenir les organisations qui luttent contre le sida.L 'artiste  donnera beaucoup de son temps aux hôpitaux , maternités et centres pour mineurs en décorant notamment gratuitement Les locaux de divers établissements a travers le monde (Pise , Paris , Monaco ,New york ,Washington , Chicago)

Condamné par la terrible maladie Haring va durant les derniers trimestres de sa vie peindre des tableaux plus difficiles ,plus engagés  a l'image de l'étonnant tableau intitulé  AIDS (voir ci contre) une oeuvre dérangeante que l'on peut voir dans cette  rétrospective.

 Rarement un artiste aura légué une oeuvre aussi énergique et foisonnante. Au terme d'une carrière éclair (seulement dix ans), Keith Haring est entré au panthéon des maîtres, tels Picasso et Warhol, artistes  dont le style est immédiatement reconnaissable . Objectif atteint pour le créateur new-yorkais qui s'était donné pour mission de rendre l'art accessible à tous en donnant vie au langage des signes  .n'en déplaise aux institutions qui n'ont jamais vraiment  reconnu son talent de son vivant mais qui l'encense aujourd'hui et même si  avant son décès la cote de keith Haring  commençait  a frémir et a grimper inexorablement elle atteint aujourd'hui  des sommets (les plus belles oeuvres sur bâches se négociant autour de  2 millions d'euros et certaines pièces atteignent la barre des 3 millions)

Cette rétrospective lyonnaise ravira a la fois  les  inconditionnels  de cet artiste (dont je fais partie)  et permettra aussi a  tous ceux qui ne le connaissent pas encore , de découvrir un artiste attachant  , un véritable génie visuel , un électron libre du monde artistique disparu trop jeune et qui séduira par  l'incroyable sentiment de gaité  et de liberté  procuré par la vision de ses toiles . Témoin visionnaire et incontestable de son époque  Keith haring laisse une  oeuvre colossale (dont une toute petite partie seulement (250  tableaux et sculptures) nous est présentée dans cette rétrospective néanmoins passionnante. 

 

 Quelques oeuvres exposés au musée d'art contemporain de Lyon pour les 50 ans  de la naissance de Keith Haring 
 
safe sex (1988)  -St Sebastien (1984)- Untitled (1983) - Andy Mouse ( 1986) - Fashion Moda, (1980).- AIDS (1985)
1525892157.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

2031428599.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 532862336.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

2094775938.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1183642024.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1634798958.gif

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

site officiel de Keith Haring

 http://www.haring.com/

 

09/04/2008

Des jeunes gens modernes - Post punk ,Cold wave et Culture Novo en France (1978- 1983) -Galerie du jour - Agnes B

1067544687.jpg

 

 

 

 

Elli & Jacno -Main dans la main

 


podcast

 

Le titre ' Des Jeunes Gens Modernes " fait référence a un article paru dans le journal "actuel" en 1980 .

Dans ce numéro historique du cultissime magazine (avec  le groupe Marquis de Sade en couverture ) on  y parlait d'une tendance musicale et culturelle nouvelle  tantôt appellée 'post wave" ou ' cold wave' mais également 'novo-disco ' ou encore ' post -punk'

.Derrière cette étiquette nouvelle on retrouvait toute une scène française émergente de la déferlante 'punk'  et qui enterre l'héritage du 'no future ' .

Des formations et des artistes  comme Taxi girl , Marie et les garçons , Alain Kan  Marquis de Sade, Suicide Roméo, Mathématiques Modernes, Electric callas surgissent de l'underground   d'autres plus formatées et conventionnelles comme Lio ,  Elli & Jacno , ou encore  Etienne Daho profitent de cette vague nouvelle , tous vont   tenter de proposer un nouveau visage artistique et musical auprès d'une génération qui vient de subir coup sur coup deux phénomènes radicalement opposés a savoir  le Punk et le Disco .

Même si le désespoir et la noirceur ne sont jamais loin c'est le temps de la reconstruction apres celui du 'destroy  préconisé par le raz de marée punk et celui des paillettes et de l'insouciance des dance floors de la vague disco.

La dynamique de ce souffle nouveau va être relayée par les journalistes influents de l'époque (Alain Pacadis - Yves Adrien )et les  égéries  qui la  représentent  ( Elli ,  Edwige ) et par  l'émergence des labels indépendants (new rose -garage records - celluloïde

ce  sont  ces  labels  qui font tenter de faire de ces groupes nouveaux des acteurs essentiels de la culture musicale française . Il n'y aura évidemment pas de place pour tout le monde et seuls quelques uns vont véritablement réussir a exploser (les Rita Mitsouko -Taxi Girl -Elli Medeiros   Etienne Daho)

Période culte , période clé du rock français j'ai eu la chance d'être le témoin de cette époque musicale aux inspirations multiples et variées ( Burroughs , la science-  fiction, l'électronique , l'expressionnisme allemand ; la  robotique)  c'est donc avec émotion que je décidai de visiter l'exposition  des jeunes gens modernes'' proposée par la Galerie du jour -Agnès B .

Mais c'est une grande déception pour ne pas dire une grande frustration qui m'attendait car cette exposition sous le masque d'un minimalisme un peu facile est en realité   'un foutage de gueule '

Quelques clichés photographiques alignés sur trois murs blancs (minuscules clichés de quelques centimetres  a peine plus grands que des diapositives ) , quelques pochettes de disques , une petite dizaine d'ouvrages , quatre ou cinq  badges , une video fourre-tout  qui tourne en boucle et puis..... rien  le vide absolu  et au final  pas grand chose a voir (on a fait le tour en 5 minutes chrono) . Même l'illustration musicale est en décalage avec le sujet de l'exposition c'est dire ,pourtant  il y avait tant de choses a montrer et a développer autour de ce sujet que l'on repart forcément déçu par une  exposition aussi inutile que prometteuse

Seule la superbe affiche inspirée du constructivisme soviétique est une réussite pour le reste "C'est circulez y'a rien (ou pas grand chose )  a voir.

 

 

Marie et les garçons  - re bop

 


podcast

 

 

 

 

 

16/03/2008

Miss -Tic au hasard dans Paris

2131974013.JPG2034466678.JPG1972516143.JPG1058736228.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

995871076.jpg

19:39 Publié dans arts, Culture, Société | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : miss-tic

03/02/2008

Bob Dylan ,une biographie (François Bon -2007)

6bc1f6bb9d3258e0061019e41d1c00f7.jpg
 
C'est la  biographie remarquable d'un des artistes les plus mystérieux et les plus envoûtants de son époque que nous propose l'écrivain  francois Bon  (déjà auteur d'une biographie passionnante sur les Rolling Stones en 2002).
2007 sera donc une grande année Dylan avec la sortie quasi simultanée de ce livre  incontournable ( et pas seulement pour les fans) et du film 'I 'm  not there' de Todd Haynes un film dans lequel l'artiste est incarné a l'écran par une femme Cate Blanchett  (et qui par ailleurs a été accueilli avec enthousiasme par Dylan 'himself')
Cette biographie  bien plus que le parcours d'un artiste  visionnaire  est aussi le reflet d'une époque car l'auteur en privilégiant la période 1964-1975 nous projette dans une société culturelle et sociale riche en évènements , une époque en plein mouvement et en pleine mutation ou Dylan se construit a la force de  son talent , de  son culot , de son avant -gardisme et de sa vision du monde une place au panthéon des génies de son époque.

27/01/2008

1+1= 1

c59bf698dd5a891c2eb475c513e3491c.jpg

Le Lennon chevelu, barbu en costard blanc, baskets et lunettes rondes maigre comme un clou m’a toujours fasciné.
Sur  ce  cliché  il   est avec Yoko que tout le  monde  (ou presque )  détestait  car , cordialement accusée et rendue responsable de  la séparation de la bande des quatre de Liverpool. (Rien que ça!)


Pourtant Yoko Ono surgie tout droit de l’underground new-yorkais n’en avait rien a battre des Beatles mais une chose est certaine elle aimait John et John l’aimait.

Il suffit juste de les regarder  ensemble dans les documents filmés de l’époque, (le live a Toronto en 69, le Bed-in de Montréal, les séances d’enregistrements a new york) pour constater que leur amour fusionnel traverse l'écran et ne fait aucun doute

 

yoko ono,john lennon

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Quel couple magnifique il formait tout les deux  ,un couple  attachant  hors des modes , hors du temps et des convenances; il fallait oser la pochette unfinished music N°1two virgins à poil tous les deux recto et verso s’il vous plaît, oui ! il fallait oser les braillements et cris gutturaux de ce premier album commun que la censure obligea à sortir dans une enveloppe de papier kraft un objet sonore qui se démarque de tout ce qu'avait bien pu proposer Lennon depuis le debut des sixties.

 

yoko ono,john lennon

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Avec Yoko a ses cotés on  a bien compris que Lennon a lé désir de couper le cordon avec les trois autres , une page est désormais tourné et certaines paroles de chansons l'illustre sans ambiguité aucune.

‘I don’t believe in the Beatles ‘
‘I don’t believe in Kennedy’
‘I don’t believe in Buddha’
‘I don’t believe in Jesus’
‘I just believe in me ‘
‘Yoko and me ‘


1+1 = 1

Mais doucement et sûrement alors que déjà arrive  le second album unfinished music N° 2-life with the lions  un disque  pourtant tout aussi inaudible que le premier, tout   doucement  l’héroïne mange le couple de l’intérieur et commençe a dicter sa triste  loi


1+1=1

Ca y est John et Yoko se marient a Gibraltar, nous sommes en mars et paraît le troisième album the wedding album’ avec photo du gâteau de mariage a l’intérieur.

le couple est sur un nuage même si musicalement on attend toujours un album enfin reconnu car il faut bien avouer que"  the wedding album "est plutôt moyen.

Engagés dans la dénonciation et la condamnation de la guerre du Viêt-Nam John et Yoko vont enregistrer un 45 t qui va devenir l’hymne absolu de la contestation Ce sera "Give peace a chance"  une curiosité bricolée dans une chambre d’hôtel de Toronto et créditée sous le nom du Plastic Ono band.


Quelques jours plus tard John annonce officiellement qu’il quitte les Beatles, définitivement, ironie suprême car a la même période The Balad of John and Yoko devient le 17ème N° 1 des Beatles dans les Charts (pochette du single avec les 4 et Yoko)


Puis viendront  ‘Cold Turkey ‘ (écrite par John pour le groupe mais refusé par Paul) ‘ Instant karma , Jealous Guy , Power to the People et le premier album du Plastic Ono band  sobrement appelé  John Lennon & the plastic Ono band puis le monde découvrira un titre qui va devenir mythique  Imagine  qui sera LA chanson qui  fera entrer  Lennon au panthéon des grands compositeurs modernes


Imagine LA chanson ultime sur la paix


you may say I’m a dreamer
But I’m not the only one
I hope someday you’ll join us
and the world will be as one

Ensuite arrivera  l’album sous-estimé  Rock’n roll  composé de reprises des standards de rock qu’adorait John (avec au passage une pochette sublime ou l'on voit  John adossé au mur de briques , un perfecto de cuir noir sur le dos)
De 75 a 80 John Lennon  se retire de la vie publique entretenant un mystère autour de lui , son retour en 80 crée l’événement avec l’album Double Fantasy et les singles Just like starting over et Woman

John et Yoko bonheur retrouvé 1+1 = toujours 1

Le costard blanc, maigre comme un clou , lunettes rondes et baskets plates je me souviens de John et de sa silhouette longiligne dans le film-hommage Imagine et je le revois marcher autour du lac tenant Yoko d’une main et Sean, leur fils né en 1977 de l’autre.

1+1= 3

8 Decembre 1980  j 'ai 19 ans et le monde entier va encaisser  le choc , le Dakota hôtel , David Chapman, l’autographe et l’attrape cœur de JD Salinger sous le bras du tueur et au bout du compte la mort a deux pas de central park

En nous quittant, en me quittant j’eu l’impression de perdre comme un grand frère lointain mais pourtant si proche de moi.

John est mort et cette fois c’est terriblement vrai, pas de farce médiatique à la Paul is dead et de mystères a découvrir ou de vérités masquéés (pochette d’Abbey road).
Dans les radios du monde entier on entendra les jours suivants les aveux de l’amour éternel de Yoko


Please let me explain
I never mean to cause you sorrow or pain
So let me tell you for again and again
I love you now and foreve
r


1 – 1 = 2

 

 yoko ono,john lennon

 

 

 

 

 

 

 

John Lennon -    woman

 


podcast

 

 

 

28/11/2007

Fred Chichin ( R.I.P 1954-2007)



11d2b303d8681c32f552b179ea6deba5.jpg
 

C'est la sale nouvelle de cette fin Novembre Fred Chichin le legendaire guitariste des Rita Mitsouko est mort d'un cancer foudroyant ce mercredi.

On le savait malade depuis quelques temps  et il avait du laisser Catherine assurer seule les dernieres dates de leur tournée mais la nouvelle fait pourtant  l'effet d'une veritable bombe car le personnage est a l'image de la carriere du groupe formé avec sa compagne depuis pres de 30 ans  c'est a dire totalement hors du commun

Ensemble ils auront apporté un souffle nouveau a la musique française a partir des années 80 .leur second album 'the no-comprendo"  paru en 1986 reste a ce jour encore l'un des disques les plus importants du rock français toutes époques confondues .

Choississant souvent de rester en retrait d'une  Catherine Ringer  beaucoup plus médiatisée ; c'est pourtant lui l'homme de l'ombre ,l'ex punk de paname et compagnon des premiers jours des mythiques Taxi Girl  et Gazoline (avec le disparu Alain Khan) qui va apporter ce son influencé par ses idoles ( T.Rex , The Sparks) grace a son talent et son ecclectisme musical (guitare,basse, claviers ,batterie).

Arborant ce  look unique  entre décadance  et dandysme chic et rétro Fred aura marqué toute une génération par sa classe, sa discrétion et le choix d'une carrire  ou le désir de renouvellement fut de mise et les prises de risques  nombreuses.

La discographie est exceptionelle de la bombe 'Marcia baila ' en 1984 a " the No comprendo "(1986) rappelons les albums 'Marc et Robert " disque qui surprit les fans (duos avec leurs idoles 'the sparks ' sur plusieurs titres de ce disque inclassable et d'un avant garde étonnant) puis 'System D " (1993) " cool frénésie " (2000) et "la femme trombone"  en 2002 .

La force de chaque album du duo  est de ne ressembler a aucun des autres ;  preuve d'un souci permanent de recherche musicale et de renouvellement artistique .

Fred Chichin deja affaibli par une hépatite C qui avait contraint le groupe a un repos forcé durant plusieurs années est donc  décédé d'un cancer foudroyant diagnostiqué a la fin de l'été 2007 , il nous quitte a l'heure ou Les Rita Mitsouko  entamait une tournée de promotion pour leur dernier album 'Variety" sorti en Avril de cette année ,un disque encore une fois étonnant et qui la particularité d'etre exploité  en deux versions ; l'une française , l'autre anglaise

 

Les Rita mitsouko - l'hotel particulier


podcast

 

Les  Rita Mitsouko  'Mandolino city '


podcast

 

 

Les Rita Mitsouko  les histoires d'A (live)


podcast

 

 

Les Rita mitsouko  -  C 'est comme ca  (live)


podcast

 

 

la  tombe  de  fred Chichin - au  cimetiere  de  Montmartre (Paris)

 

fred chichin,rita mitsouko

 

 
 

18/07/2007

14 juillet 2007 - Champ de Mars- Paris - Polnareff bis !

20581c8c01a376f4c18fafd4cddf5004.jpgPolnareff est décidément incroyable et....infatigable . Ce qui ne devait être qu'un come -back (forcémént exceptionnel) st devenu depuis Mars 2007 un véritable raz de marée médiatique , dates supplémentaires dans un palais omnisports de  Bercy archi comble a chaque fois , tournée française triomphale et pour finir une apothéose au Champ de Mars ce 14 juillet pour un show devant 600.000 personnes . Même le soleil qui boudait la capitale depuis des semaines était au rendez vous pour voir l'immense artiste nous offrir 14 chansons pour un 14 juillet mémorable .Michel Polnareff nous a donc offert une fois encore 'la poupée qui fait non - un 'lettre a france ' chargé d'émotion  un 'Good bye Marilou 'sublime ; un  'y'a qu'un ch'veu furieux  qui a dut faire trembler notre  vieille tour Eiffel et comme a  Bercy ( j' y etais le 7 mars ) un final éblouissant avec  'on ira tous au paradis ' repris en coeur par une foule comblée . Entré en scène enveloppé dans un drapeau bleu blanc rouge le chanteur nous a rappelé combien il aimait la france .Cas  a peu près unique dans l'histoire de la chanson française Michel Polnareff jouit d'une cote d'amour aupres du public sans précédent .La Polnareff -mania  a envahi le pays  et l'artiste fort d'un répertoire d'une qualité exceptionnelle a  pu encore une fois verifier combien nous l'aimions et combien nous aimions ses magnifiques chansons .

f3b843675f601a73e034286cace8205d.jpg

 

31/03/2007

Slow train coming ou l'album de la convertion de Bob Dylan

 bob dylan,slow train coming,christianisme  

Avril 1979  Bob Dylan s’apprête a faire un changement radical qui va bouleverser sa vie personnelle  et artistique .

Le chanteur culte de toute une génération, celui qui par ses textes et ses mélodies aura définitivement bouleversé la musique de son époque va soudain se convertir au christianisme.

D’origine Juive né Robert Zimmermann cette conversion va lui  apparaître comme une évidence au vu d’une inspiration divine.

en effet lors d’un concert a San Diego un spectateur lui lance une petite croix  en argent  le chanteur la ramasse et la conserve, puis quelques jours plus tard alors qu’il se trouve en Arizona , Dylan  examine cette croix  lorsqu’il ressentit une  ‘ présence ‘ .Troublé par cette sensation intérieure il s’inscrit dans une école d’enseignement biblique californienne encouragé par sa nouvelle compagne Mary Alice Artes et décide bientôt de se convertir a la religion catholique

L’album qui suivit cette crise mystique  fût ‘slow train coming ‘ paru en Août  1979 dont les chansons composées entre Avril 1979 et mai 1979  s’inspirent  presque toutes  (a l’exception de Do right to me, baby  écartée de l’album précédent  'street legal’) de la bible et de l’ancien testament .

A la guitare on trouve sur ce disque Mark Knopfler le guitariste de Dire straits  un groupe qui est en train  de conquerir le monde et c’est d’ailleurs en allant les voir sur scène a Los Angeles que Dylan  eut  l’idée de demander au musicien de participer a son album .

Nous sommes alors en plein période post –punk ,la vague disco  déferle et le reggae commence son invasion planétaire aussi rien d’étonnant a ce que l’un des plus gros succès de ‘ slow train coming ‘ soit Man gave names to all the animals  un titre au rythme chaloupé très inspiré du reggae et qui mènera Dylan jusque sur les dance –floors.

Ce titre s’inspirant clairement de la genèse 2 :20 "Et l’homme donna des noms a tout le ;bétail ,aux oiseaux du ciel et a tout les animaux des champs  "Mais  cette chanson même si elle rencontre un grand succès n’est pas la meilleure de ce disque  du   Dylan nouveau   et Il faut plutôt a mon sens  retenir   ‘Gotta serve somebody"

You might be a rock'n roll adict prancing on a stage you might have drugs at your comand , women in a cage But youre gonna serve somebody yes You're gonna have to serve somebody, Well, it may be the devil or it may be the Lord But you're gonna have to serve somebody."

"Vous pouvez être un fou du rock'n'roll qui se déhanche sur scène, Vous pouvez avoir des drogues quand vous le voulez, des femmes en cage Mais vous devrez servir quelqu'un, oui Vous devrez servir quelqu'un, Ca pourra être le diable ou ça pourra être le Seigneur Mais vous devrez servir quelqu'un."

Cette chanson superbe est assurément  le chef d’œuvre de l’album  et  Dylan recevra d’ailleurs  un grammy award (son premier) pour ce titre  dans lequel    le Zim  fraîchement converti propose de choisir entre le diable et le seigneur.

De même  dans " precious Angel " le texte est explicite

"Sister, let me tell you about a vision I saw.
You were drawing water for your husband, you were suffering under the law.
You were telling him about Buddha, you were telling him about Mohammed in the same breath.
You never mentioned one time the Man who came and died a criminal's death"

"Ma sœur, laisse moi te raconter une vision que j'ai eue.
Tu puisais de l'eau pour ton mari, tu souffrais sous le joug de la loi.
Tu lui parlais de Bouddha, tu lui parlais également de Mahomet dans le même souffle
Tu n'as jamais une seule fois mentionné l'Homme qui est venu et mourut comme un criminel"

Même chose pour  I believe in you ou il décline cette fois  le thème cher a son cœur celui  du vagabond solitaire mais ici l’homme n’est plus seul car il croit en Dieu

"I believe in you even through the tears and the laughter,
I believe in you even though we be apart.
I believe in you even on the morning after"

"Je crois en toi même au milieu des larmes et des rires
Je crois en toi même si nous sommes séparés.
Je crois en toi même le jour d'après
."

Enfin dans When you gonna wake up  le refrain qui donne son titre a la chanson est tiré mot pour mot de la bible  révélation 3 :2

 

"There 's a man up on a cross and he's been crucufied

do you have any idéa why or for who he died ?"

 

"Il y a un homme en haut d'une croix et Il a été crucifié."
"As tu la moindre idée de pour quoi et pour qui Il est mort
? ".

Il est clair au vu des textes de slow train coming que Dylan s’improvise dorénavant  comme un prophète des temps modernes qui veut mettre en garde  la société contre ses travers et ses écarts de conduite.

C’est cette ferveur chrétienne qui ne le quittera plus et le conduira a demander a  être reçu par Sa sainteté Jean Paul  II bien des années plus tard affirmant alors aux yeux du monde une profonde et réelle conviction religieuse que les fans anglophiles  auront perçue depuis longtemps dans les textes de nombreuses de ses chansons en général  et bien evidemment dans ce  'slow train coming' qui s'impose comme  un magnifique et bouleversant album de transition tant musical que personnelle.

 

Bob Dylan - Man gaves names to all the animals

 


podcast

 

 

 
 

28/03/2007

Egéries Sixties ( Fabrice Gaignault -Fayard-2006)

fabrice gaignault,sixties,égéries

 

Début des années 1960. Des filles se rencontrent à Paris dans l'agence de mannequins de Catherine Harlé : Nico, Anita Pallenberg, Amanda Lear, . Libres, extravagantes, gonflées , elles font les beaux jours et les belles nuits de la Rive gauche et croisent d'autres beautés.

Plus qu'une bande, ces femmes libérées  incarnent un état d'esprit, un look , un mode de vie  une allure , et vont influencer profondément leurs amants, des figures du cinéma ou du  rock : Brian Jones, Philippe Garrel ,Keith Richards, David Bowie, parmi tant  d'autres.

 

Peindre l'existence de ces véritables stars, c'est remonter le fil qui relie la mode de Carnaby Street à celle du boulevard saint-Germain. C'est s'inviter à des parties hallucinantes, des deux côtés du Channel mais C'est aussi entrevoir, à travers ces égéries touche-à-tout le souffle de liberté et de créativité des sixties dont tout les artistes  se revendiquent aujourd'hui encore .

C'est ressusciter le temps  de la  lecture  de  ce  livre  passionnant les figures légendaires de Donald Cammell, dont l'appartement de Montparnasse fut le haut lieu de l'axe Paris-Londres, et de Talitha Getty, dont le palais de Marrakech fut le théâtre d'orgies mémorables ou  encore d'Andy Warhol dont la Factory new yorkaise fut un vivier de l'expérimentation musicale et artistique .

Suivre la destinée de ces femmes exceptionnelles, c'est surtout dessiner une certaine idée des années 1960 avec tempêtes sexuelles, riffs de guitares , provocations vestimentaires et déferlements de  poudre ".

Lire ce livre formidable c'est aussi mesurer le fossé qui sépare notre société actuelle de ces  années qui bien que décadentes n'en restent pas moins marquées d'une soif de liberté et de rencontres fascinantes .  

Cette génération qui baignée par un Mai 68 dont elle ne semble pourtant avoir cure applique au quotidien le mode de vie d'un  titre emblématique du célèbre film de Godard " Vivre pour vivre "  . Dans ce monde interlope ou on croise aussi bien des  artistes  cultes  (Dali , Warhol , Dylan , Gainsbourg ,Polanski , Beatles  et Stones , Brando , Hendrix , ) que des anges maudits (Pardo -Clementi ,) on y parle surtout de ces filles étonnantes en osmose avec leur  temps , De Zouzou  a Marianne Faithfull , de Birkin a Valerie Lagrange ,de Caroline de Bendern a Talulah Getty  d'Eddie Sedgwick  a Tina Aumont , de  Nico a Marianne Faithfull , d'Amanda Lear a Anita Pallenberg d'Anna Karina a Deborah Dixonelles  accompagnées d' autres beautés inconnues ou célèbres ,  egéries de l'ombre  ou de la lumiére ,toutes   sont  des femmes incontournables qui ont marquées chacune a leur façon leur époque.

Ce  livre formidable témoignage d'une époque révolue qui a laissée tant de traçes indélébiles est signé Fabrice Gaignault  rédacteur en chef culturel du journal Marie -Claire .

 
 

La triste fin du CBGB

medium_1292559022_m.4.jpgmedium_cbgb..2.jpg

 

 

 

 

 

Dimanche 15 Octobre 2006 fût un jour bien triste pour tous les aficionados de rock

le CBGB le club mythique du 315 Bowery a new -York a définitivement fermé ses portes.

On savait  le club au bord de la fermeture  harcelé par des promoteurs immobiliers sans scrupules  mais on aurait pu penser que la municipalité  déciderait de classer le CBGB monument historique  et de préserver cet endroit unique considéré par  beaucoup comme le saint des saints  en matière de club de rock.

Sale, délabré, ce haut lieu de la musique et de la contre culture américaine fascinait pourtant depuis  sa création en 1973 tout ceux qui aimaient les atmosphères de musique live authentiques et conviviales le CBGB était un endroit qui ne ressemblait a aucun autre, y pénétrer  se révélait une expérience  inoubliable avec cette  curieuse impression que les fantômes de tous les groupes passés  sur la petite scène du club hantaient encore les lieux.

Lorsque un soir de Mars 2005 après tant d’années à l’ imaginer je passai a mon tour la porte  du   CBGB ce fût un choc tout était comme je me l’imaginais, stickers, affiches,  graffitis partout, chaises, banquettes et plafonds défoncés, le bar sombre et kitsch ; et cette  scène sur laquelle tant de mes artistes favoris avaient joués  des Talkings heads aux New york Dolls en passant par Suicide  et  les Ramones bien sûr  , Blondie et  Patti Smith (présentes toutes deux  pour le dernier concert du 15 octobre) sans oublier  Télévision  ou encore  Richard  Hell la liste est longue.

 C’est donc bel et bien terminé, le fondateur de ce lieu historique Hilly Kristal n’aura pu sauver son club malgré les associations qui ont tout tentés.

Avec la disparition du CBGB c’est une partie de la mémoire vivante de la musique rock qui s’éteint  et c’est bien regrettable ;je pense a tous les fous de rock qui comme moi ont réves de ce lieu mythique avec l’espoir d’y mettre un jour les pieds juste  histoire de dire j’’y suis allé ,  " j’ai pissé dans le même urinoir que Joey Ramone ou Richard Hell"  

A l’inverse de  moi ils ne concrétiseront pas leur rêve et j’en suis désolé pour eux . Si je lève les yeux de mon clavier je peux apercevoir l’affiche  que j’ai ramené de ma soirée au CBGB ce soir la , un obscur petit groupe The Nerve Agents était au programme ,un groupe  de rock  comme le club en aura programmé des milliers  et qui n’avait qu’une idée en tête s’éclater et jouer leur musique live,je me souviens aussi que  dans le décor décadent  et unique du CBGB le temps ce soir la  semblait s’être arrêté.

Cette fermeture désolante  me rappelle un autre endroit  mythique qui pourrit lentement dans une honteuse indifférence, rue du Faubourg Montmartre a Paris Le Palace  haut lieu des nuits parisiennes  crève lentement attendant un projet, une idée qui lui redonnerait vie mais c’est certainement  trop demander aux pouvoirs publics que de s’y intéresser.

http://www.cbgb.net/

Voir la vidéo de la fermeture officielle du CBGB  http://www.youtube.com/watch?v=Pba2ooXLlx8

medium_cbgb050613_1_400.4.jpg

 

 

medium_cbgb.2.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
 

10/03/2007

Polnareff -Retour gagnant

medium_bercy_vue_d_ensemble.JPGmedium_bercy_cote_..JPG

 Bercy, Paris : Michel Polnareff - 10 mars 2007

 

 

D'abord une clameur et une ovation a la hauteur de l'attente et de l'importance de l'évenement  puis une ombre derrière la scène et soudain  les premiers accords de "la poupée qui fait non " répétés plusieurs fois  puis le rideau qui se léve et le voici ENFIN ! Polnareff  en chair et en os devant son public qui l'attend depuis 34 ans.

 

J'attendais et redoutais a la fois ces retrouvailles avec le plus talentueux de nos exilés ,des retrouvailles  encore inespérées voici un an encore et il ne m’a  fallu que quelques secondes  pour être rassuré sur la voix  , presque inchangée  toujours  parfaitement dosée, avec cette curieuse impression d'incroyable  facilité.

 

Michel Polnareff se balade dans l'interprétation des tubes de sa carrière  avec des moments d'émotion pure ("l'homme qui pleurait des larmes de verre"- redécouverte par un public médusé -" Marilou" - "Lettre a France" - avec aussi des classiques absolus revisités "Le bal des lazes" presque heavy metal -" je suis un homme"  qui ouvre magnifiquement le concert "la Mouche ""Tout ,tout pour ma chérie " formidablement remis au goût du jour  et aussi des surprises  "y'a qu'un ch'veu sur la tête a Mathieu"  ré orchestrée "western" qui enflamme Bercy   ,un palais omnisport de Bercy transformé le temps d'un "On ira tous au paradis" en immense  karaoké géant ou le public communie avec l’artiste et lui prouve toute sa fidélité et son respect  .

Pas une seconde on ne peut supposer que Polnareff est parti si longtemps tant l'osmose avec son public est palpable. Un mot sur la  scène carrément  grandiose avec des jeux de lumiére  de toute beauté qui s'harmonisent avec les titres des chansons.

Autour de Michel Polnareff des musiciens américains ultra professionnels (peut-être un poil trop rock par moments) et des choristes de grande classe,  la classe au final c'est le mot définitif pour résumer tout ce que nous avons eu la chance d'admirer ce 7 Mars a Bercy pour le cinquième concert parisien (sur 10) de Polnareff . Un grand moment, un immense souvenir déjà.

 

 

 

 

 

 
 

17:55 Publié dans Musique, Société | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : polnareff, bercy

01/03/2007

Andy Warhol (1928-1987)

medium_warhol.5.jpg

Il y a vingt ans tout juste que Andy Warhol est mort (le 22 février 1987) , adulé , glorifié , starifié mais aussi raillé de son vivant l'homme occupe désormais une place de choix parmi les artistes incontournables de notre siècle. Icône mondaine, dandy chic et pop star visionnaire Andy Warhol reste pourtant un personnage énigmatique totalement hors normes. J'ai eu envie a l'occasion du vingtième anniversaire de sa mort de lui rendre un petit hommage personnel.

 

Le monde est un supermarché ou tout est a vendre les objets, la  peinture ; l'art et même la vie privée, c'est en appliquant ce concept révolutionnaire qu' Andy Warhol va devenir l'artiste absolu des temps nouveaux. Dans une société ou triomphe marchandises et publicité il  va appliquer a la peinture les techniques de la reproduction et devenir ainsi LE peintre emblématique du mouvement  pop art et l'un  des artistes les plus célèbres de tout les temps. Artiste universel, artiste industriel, symbole de la réussite du rêve américain,  tout en lui est singulier tout en lui est passionnant . Andrew Warhola  le 28 septembre 1928 a Forest city en Pennsylvanie de parents tchèques émigrés le jeune Andy va des son jeune âge se démarquer de la plupart des enfants de son âge. Souvent alité car de santé précaire le jeune garçon va se passionner pour le monde des stars. Hollywoodle fascine et il s'invente au fond de son lit un monde imaginaire de paillettes et de strass. Le dessin va prendre une place prépondérante dans sa vie, il collectionne, colle, découpe, dessine  et fait déjà preuve de prédispositions exceptionnelles.Toute sa vie il conservera et classera des quantités  inouies de documents ,papiers ,photos , petits objets  de toute nature ( qu'il archivera a partir de 1974  un jour dans des boites numérotés qu'il va baptiser   "Time Capsules) " . Il a tout juste  21 ans lorsqu'il s'installe a New -York ou il travaille comme illustrateur pour magazines de mode  et semble avoir une prédilection pour les chaussures  et durant une dizaine d'années  le jeune homme va devenir l'un des  plus brillants illustrateurs new yorkais  ,il a déjà  changé "Andrew "en "Andy"  et supprimé le  A  de son nom de famille et semble promis a une belle carrière dans le milieu de la mode. iI reste cependant très attaché a sa  mère qui l'a rejoint des 1952  et qui habitera avec lui a toutes les adresses successives au cours des années. C'es également a cette periode qu'il adopte le port de la perruque  grise  et longue qui va devenir une partie de son identité  au fil des ans ,il travaille toujours dans la mode mais parallèlement crée  des modèles de papiers peints et de papiers d'emballage. Les premiers tableauxsont peints vers 1959 inspirés des personnages de bande dessinées (Popeye - Superman ) ;il se passionne pour le travail de jasper Johns de Roy Lichtenstein et de Robert Rauschenberg trois  artistes de l'avant garde américaine et  décide de peindre lui aussi d'après l'iconographie publicitaire  et c'est l'apparition de la bouteille de Coca-cola et de la boite de soupe Campbell's.  1962 C'est l'explosion d'un nouveau courant dans la peinture moderne ,les galeries exposent des artistes qui ont pour nom  Rosenquist , Oldenburg ,Lichtensteinet Warhol va s’en inspirer pour créer les séries des « Do it yourself « ( a faire soi même) des Timbres poste , des timbres épargne , des bouteilles de coca , des dollars ,des boites de soupes ;il travaille désormais d'après photo et adopte le procédé de l'écran de sérigraphie obtenu par clichage photographique C’est l’époque de  la première série des Marylin . Il expose à la galerie Stableet participe à l'exposition «  the New realists » a la galerie Sydney Kanis. Cette exposition va  confirmer l'importance des nouvelles tendances qui s'opposent a l'expressionnisme abstrait . En 1963 Warhol expose en compagnie de Johns  ,Rauschenberg , Lichtenstein au Solomon .Guggenheim Museum, c'est également une periode ou la mort semble prendre une place particulière dans  son oeuvre.(séries  des accidents , des suicides ,  des émeutes raciales , des armes a feux  , des chaises electriques)  Il rencontre  un jeune etudiant poéte du nom de Gerard Malanga  qui devient son assistant  ensemble il vont travailler énormement stimulés par l'absortion d'amphetamines et multipliant notamment  les séries inspirées des effigies de stars (Marlon Brando - Liz Taylor  - Elvis Presley) .Bientôt Warholachete une caméra et passe a la réalisation avec un film totallement d'avant garde "Sleep" ou on voit en temps réel  un comedien (John Giorno) en train de dormir le film dure plus de 8 h , comme en peinture Warhol s'attaquant au cinéma ne fait rien comme les autres et crée l'evenement  et la polémique. Il fait la rencontre de Jonas Mekas Cinéaste  visionnaire et directeur de la film maker ccoperative qui va devenir un solide appui pour Warhol dans le monde du cinéma. Toujours en 1963 Warhol s'installe dans un grand loft qu'il baptise la " Factory "et qui va devenir le centre nevralgique de toute la culture pop new yorkaise. Il entrepend la serie des "jackie Kennedy" et participe a l'exposition universelle de New-York avec "Most wanted men"une fameuse serie de panneaux représentant des photographies agrandies d'hommes recherchés par la police puis en Avril il presente a la Stable gallery les célebres "Brillo boxes"d'apres copies conformes de cartons d'emballage empilées comme dans un entrepot .cette exposition souléve  scandales et polémiques mais Warhol devient un artiste incontournable  .Il récidive au cinéma et tourne "Empire "un long plan sequence de  7 h représentant"  l'Empire state building " et "Couch" un film ou l'on voit des personnages faire l'amour sur un divan . Parrallelement il expose a la celebre galerie Léo Castelli . En 1965 il fait jouer Mario Montez et Edie Sedgwickdans ses films , grace a lui ils vont devenir deux stars absolues  du cinéma underground .Il réalise également   la serie "Flowers" pour la galerie Ileana Sonnabend  puis  il rencontre Paul Morrisey qui va devenir son bras droit cinématographique . En octobre l'exposition présenté a Philadelphie par Warhol tourne a l'émeute ,la foule  venu en masse voir le couple Warhol -Sedgwick  se bouscule   comme dans un concert de rock et des incidents  se produisent. "Nous n'étions pas  a l'exposition , Nous etions L'exposition " commentera l'artiste ravi .

Nous sommes en 1966 et Warholva rencontrer un groupe obscur des bas fonds new yorkais 'The velvet underground " mené par Lou Reed et John Cale . il va produire le groupe  dans des différents lieux nocturnes de New york ou il fait conjuguer  musique du velvetavec projections de ses films et effets de lumiére psychédéliques  . Le groupe va devenir la coqueluche branché de new -york ,Warholleur associant une chanteuse -mannequin qui va devenir celebre sous le nom de Nico c'est lui qui  permettra au Velvet underground d'enregistrer son mythique premier album "the velvet underground & Nico " appelé la plupart du temps l'album 'a la banane'Warhol dessinant  pour l'occasion rien de moins que l'une des  plus celebres pochettes de l'histoire de la  musique  Il organise aussi sa seconde exposition chez Castelliet propose la serie des "Vaches" présentée dans un décor de nuages argentés flottants.Concernant le cinéma il tourne ce qui sera son seul film accessible a tout public "Chelsea girls" qui met en scene les plus celebres travestis de la nuit new yorkaise qui on le sait  exercent depuis longtemps sur Andy Warhol une véritable  fascination . Les films suivants  (" my hustler " - "bike boy " -" nude restaurant " reflétent quant a eux  l'influence évidente de Morrissey. Iles tcontacté par des universités pour donner des conférences mais il se lasse trés vite et envoie des amis acteurs grimés en Andy warhol a sa place  ; la supercherie dera découverte au bout de plusieurs mois et déclenchera un scandale . Warhol va tourner fin 67 un autre film  qui sera matiére a polémique " Lonesome cow boys " parodie de western ou les cow boys sont tous gays et se draguent les uns les autres en parlant de choregraphie  ,c'est a cette époque que la "Factory" déménage au 33 Union square. 1968 c'est Stockholm qui sera la première ville européenne a acceuillir une exposition warhol  ;l'artiste y montre ses peintures les plus connus  (fleurs , chaises electriques ,cartons de Brilloseries des "Marylin ") et dix  de ses films. le 23 juin survient un drame assez inexplicable une jeune artiste Valerie Solanas membre du SCUM(society for cuting up men) penetre a la factory et tire a bout portant sur l'artiste .Warhol reste entre la vie et la mort plusieurs jours . gueri il aimera  a exhiber ses cicatrices  tel que l'immortalisera le photographe Richard Avedon    En 1969 Il commence a publier 'Interview ' un mensuel consacré  aux  stars du cinéma ;les couvertures de ce magazine sont restées  célebres   ,il produit également "Flesh " le film de   Morrissey . Le Whitney museum of american art lui consacre une grande rétrospective en 1971 puis c''st au tour de Paris de l'acceuillir au musée Galliera ou il montre sa série de toiles sur "Mao ".Il decide de travailler sur commandes et multiplie les portraits pour des gens fortunés (industreils , hommes politiques , stars du show -bizz ) et il travaille donc pour Gerald FordWilly  Brandt  ,ou encore   Jimmy Carter .Il semble s'éloigner du milieu underground et evolue parmi la jet-set internationale ,son style semble changer et les  monochromes lisses des années 60 s'aggrémentent dorénavant  d'effets de matiére au pinceau un peu a la maniere d'un expressionniste . 1976 Warhol réalise les series "Skull" (crâne)  que beaucoup consideront comme une veritable oeuvre de dimension politique (Warhol peignant un crane nous rappelant l'égalité du genre humain quant l'enveloppe a disparue) , "Hammer & Sickle" (faucille et marteau)  ainsi que la serie des portraits des grands champions du monde sportif (Muhammad Ali - Pelé). Nouvelle polemique en 1978 avec la serie des "oxydations"  oeuvres realisées avec de la peinture de cuivre sur laquelle l'auteur et ses assistants on turinés provoquant des réactions chimiques a la surface de la toile ,il subit tres certainement l'influence d'un autre artiste  qui s'impose  comme l'un des plus grands peintres de l'art contemporains 'jackson Pollock créateur des fameux 'Drippings ' noirs et blancs. A  cette même période Warhol éxécute la série des "Shadows " qui donne a voir des ombres non identifiables puis enchaine avec la série "Retro - Versions" ou l'artiste reprend certains de ses thémes fétiches (Marylin -boites Campbell's -Chaises electriques) et les associe sur une meme toile. Au début des années 80 il publie POPism -the Warhol 60'stémoignage sur le phénomene pop a New-York  ,il rencontre un artiste  marginal , un peintre issu du milieu underground jean michel Basquiat  et se lie d'amitié avec lui ,il réaliseront ensemble des peintures collectives que l'on découvrira lors de l'exposition Warhol -Basquiat  Painting a la gaelrie Tony Schafrazi . Il s'intéréssera aussi de pres a la carriére d'un jeune taggeur qui va devenir un des plus grands artistes  pop de la fin du siécle Keith Haring  . Malade depuis son operation lié a la tentative d'assassinat ,il commence a souffrir enormement  et réalise néammoins ses derniers autoportraits en 1986 . Il meurt a new york en 1987 des suites d'une operation de la vesicule billiaire. 

Selection d'oeuvres d'Andy Warhol

Superman (1960)

medium_superman.jpg

 

 

 

 

 

Flowers (1968)

medium_flowers.2.jpg

 

 

 

 

 

 

Mao (1973)

medium_mao.jpg

 

 

 

 

electric chair (1968)

medium_electric_chair.jpg

 

 

 

 

 

Dollar (1962)

medium_dollar.jpg

 

 

 

 

 

Marylin(1964)

medium_marylin.jpg

 

 

 

 

 

Brillo boxes (1964)

 

medium_brillo_boxes.jpg

 

 

 

 

 

pochette "the velvet underground & nico (1967)

medium_the_velvet_underground_nico.jpg

 

 

 

 

 

 

Pochette "Love you live (The rolling stones  1973)

 

medium_love_you_live.jpg

 

 

 

 

 

Cow (1966)

medium_cow.jpg

 

 

 

 

 

 

 

Jackies (1964)

medium_jackies.jpg

 

 

 

 

 

 

Skull (1976)

 

medium_skull.jpg

 

 

 

 

 

 

Guns (1981)

medium_FW996_Gun-c-1981-82-Posters.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 Shoes (1955)

 medium_warhol-andy-autobiography-of-alice-b-shoe-1955-2632848.jpg

 

 

 

 

 

Elvis Presley (1963)

medium_presley.jpg

 

 

 

 

 

Pochette  Sticky fingers (the rolling stones 1971)

medium_sticky_fingers.jpg

 

 

 

 

 

Autoportrait (1966)

medium_warhol.6.jpg

 

 

 

 

 

Autoportrait (1985)

medium_warhol_..jpg

 

 

 

 

 

 

Coca-Cola (1962)

medium_coca.jpg

 

 

 

 

 

 

Campbell soup (1962)

medium_thumb_warhol_3.jpg

 

 

 

 

 

 

autoportrait (1986)

medium_image_collections_autoportrait_86.jpg

 

 

 

 

 

 

Suicide (1963)

 medium_suicide.3.jpg

 

 

 

 

 

 

Andy Warhol en quelques photos

Avec The velvet Underground (de gauche a droite Nico -Warhol - Moe Tucker - Lou Reed -Sterling Morisson -John Cale )

medium_thumb_velvetunder.gif

 

 

 

 

 

 

Andy Warhol et Jean Michel Basquiat Devant une toile commune   

 medium_WARHOL_BASQUIAT.jpg

 

 

 

 

 

 Andy Warhol  par Richard Avedon

medium_113954.jpg

 

 

 

 

 

 

Exposition " The times capsules medium_warhol-Time-capsules.2.jpg"A partir de 1974, Andy Warhol scelle et entreposant mensuellement les rebuts de sa vie quotidienne : documents divers,photos , courier , dessins ,  vêtements, etc. Près de 600 boîtes s’accumulent jusqu’à sa mort. Contrairement à la « Time Capsule» historique qui découle d’un choix d’éléments représentatifs, Warhol laisse en partie le hasard décider du contenu mis de côté. . Il est alors perçu par la critique comme l’emblème de l’artiste Pop dépourvu d’identité et assujetti aux demandes du marché de l’art. Rétrospectivement, les « Capsules» semblent se saisir de cette matière subjective que refoulent les œuvres. Outre quelques énoncés dans son journal, Warhol parle peu de ce corpus qui sera donc ignoré jusqu’à sa mort. Dans les années 1990, la fondation Warhol entreprend d’en dresser l’inventaire. Depuis, plusieurs chercheurs exploitent ce matériau désormais indexé aux divers catalogues raisonnés de l’artiste.

 

 

Warhol ,avec Gerard Malanga et  Bob Dylan a la Factory

medium_war12.jpg

 

 

 

 

 

 

Andy Warhol et Edie Sedgwick

 

medium_andyedie.jpg

 

 

 

 

 

 

 

Andy Warhol et Keith Haring

 

medium_warhol_haring.jpg

Lire la suite