Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/01/2009

24 Mai 1966 Le caprice parisien de Dylan

 

419872184.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous sommes le 24 Mai 1966 et Bob Dylan est a Paris , a l'Olympia plus précisément , il n'a que 25 ans mais dejà ses premiers albums ont déclenché partout un cataclysme musical et culturel sans précédent .

Dylan a aussi  défrayé la chronique en passant de la guitare folk traditionnelle a la guitare électrique  . Comme a son habitude il va proposer au public présent ce soir la un concert divisé en deux parties bien distinctes , une première partie 'folk' ou seul sur scène il va interpréter les incontournables protest-songs déjà légendaires ainsi que les titres inspirés du répertoire de cette Amérique profonde qui a fait de lui l'icône de toute une génération  puis une seconde partie ou il va débouler avec une horde de 'freaks déchainés et défoncés pour un déluge de métal et de feu.

Dylan  est alors miné par les drogues  ,les rumeurs les plus folles courent a son sujet ,on raconte qu'il ne dort jamais , qu'il avale des quantités  ahurissantes d'hallucinogènes ,on le dit défoncé a la benzédrine ,au L.S.D , a l'héroïne bref ,  ils sont nombreux ceux qui lui prédisent un bien sombre avenir et rares sont ceux qui parmi le public de l'Olympia de ce mois de Mai 1966 pourrait imaginer un seul instant que l'homme serait encore sur les routes un demi siècle  plus tard .

La première partie du concert est terminée , durant ce set acoustique Dylan a de nombreuses reprises a  apostrophé son public , l'ambiance est tendue ,les sifflets et les murmures de mécontentement , d'incompréhension  explosent regulièrement  dans la salle  ,Dylan n'en a cure et rétorque même " j 'ai autant envie que vous de rentrer chez moi "

Quelque part dans la foule  une jeune fille assiste médusée a ce concert  ,elle a  quittée le plateau du film ' Grand prix ' ou elle tourne sous la direction de John Frankenheimer  en compagnie de Yves Montand, ce n'est pourtant pas une comédienne mais une jeune chanteuse de la génération  yé-yé , elle ne connaît pas Dylan personnellement bien sûr mais il fait partie de ses idoles .

Curieusement Bob Dylan de son côté l'a dejà remarqué  notamment dans les pages  des magazines  ou  sa beauté éclate depuis quelques mois  , instantanément il est tombé sous son charme

nous sommes en 1966 et cette beauté  époustouflante fait tourner toutes les têtes des hommes qui la croise , elle a  22 ans ,  elle s'appelle Francoise Hardy.

Dylan a disparu  de la scène depuis une demie heure déjà ,on s'impatiente dans la salle lorsque un inconnu se penche a l'oreille de Francoise Hardy  et lui chuchote "Mr Dylan ne reviendra sur scène que si vous m'accompagniez dans les loges immédiatement pour le rencontrer  "

Elle se lève surprise  et  avec  un  brin  d'angoisse suit l'inconnu qui la conduit dans les loges de l'Olympia ou elle y découvre un Dylan hilare  apparemment très content que son 'caprice ' ait été exaucé ,

Il lui propose avant de repartir sur scène  de le rejoindre pour la 'party'  qui aura lieu a l'hôtel Georges V après le concert ,il lui précise aussi qu'elle vienne avec toute sa bande de copains présents dans la salle ,la jeune françoise accepte et puis de toutes manières "" comment refuser a Dylan ?"  

La jeune chanteuse  est non seulement surprise du comportement de Dylan  mais elle est surtout  stupéfaite de l'état de délabrement  physique  de l'artiste ,on est loin de l'image du  troubadour véhiculé par les pochettes de ses premiers albums elle dira plus tard avoir l'impression de rencontrer un "zombie" , un être malade dont la vie ne tient qu'a un fil "

 

Après ce concert houleux  elle rejoindra le Georges V accompagnée de Johnny Hallyday , Zouzou égerie et chanteuse des sixties  et Hugues Auffray  ( qui a déjà beaucoup oeuvré a faire connaître Dylan en France).

Sur place la 'party' bat son plein mais de Dylan  point  , il reste deséspérement enfermé dans  sa chambre isolé de tous ,isolé du monde  apparemment peu enclin a prendre part aux festivités.

Ce n'est  qu'au bout de 2 heures que la porte s'ouvre ,Dylan entre parmi les invités prend Françoise par la main et l'emmène dans sa chambre refermant la porte derrière lui

C'est la  , devant une Françoise Hardy  terrorisée ,que Dylan comme un gamin lui propose d'écouter quelques titres de son nouvel album sorti 8 jours auparavant aux États-Unis , le titre de ce nouvel album c'est 'Blonde on blonde "précise t'il 'qu'en pensez vous? lui demande t'il ? puis il  pose le disque sur la platine et lui donne la primeur de découvrir deux titres qui vont devenir bientôt mythiques et  légendaires  de la discographie  de Dylan (et de la musique pop tout court )

I Want you " 'et 'Just like a Woman'

Cette histoire racontée souvent par l'intéréssée elle même fait partie de la légende des 'sixties ' , certains prétendent pourtant que ce n'est pas Francoise Hardy que Dylan a attiré dans sa chambre mais plutôt Zouzou la belle icône des années soixante  , actrice underground et twisteuse  des années soixante  mais aussi petite amie  de Brian Jones  allez donc savoir?

 

Commentaires

Bonjour,
Je voudrais vous demander l'autorisation de copier en partie votre article sur Bob dylan en mettant votre lien sur mon blog. Ce dernier est consacré aux évènements de 1966.
Je vous remercie.
Virginie

Écrit par : caval | 20/05/2009

Répondre à ce commentaire

j'ai assisté a ce concert à l'olympia - j'y étais avec Tom Keylock son gaurdien de corps - minder - chauffeur - j'étais au conference de presse la vieille et sur la scene pour la fete apres le concert - mais pas au george V ensuite - j'ai vu Dylan appelé aufray "you bastard" - drole de soirée inoubliable.

Écrit par : karel beer | 22/09/2016

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire