Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/03/2007

Slow train coming ou l'album de la convertion de Bob Dylan

 bob dylan,slow train coming,christianisme  

Avril 1979  Bob Dylan s’apprête a faire un changement radical qui va bouleverser sa vie personnelle  et artistique .

Le chanteur culte de toute une génération, celui qui par ses textes et ses mélodies aura définitivement bouleversé la musique de son époque va soudain se convertir au christianisme.

D’origine Juive né Robert Zimmermann cette conversion va lui  apparaître comme une évidence au vu d’une inspiration divine.

en effet lors d’un concert a San Diego un spectateur lui lance une petite croix  en argent  le chanteur la ramasse et la conserve, puis quelques jours plus tard alors qu’il se trouve en Arizona , Dylan  examine cette croix  lorsqu’il ressentit une  ‘ présence ‘ .Troublé par cette sensation intérieure il s’inscrit dans une école d’enseignement biblique californienne encouragé par sa nouvelle compagne Mary Alice Artes et décide bientôt de se convertir a la religion catholique

L’album qui suivit cette crise mystique  fût ‘slow train coming ‘ paru en Août  1979 dont les chansons composées entre Avril 1979 et mai 1979  s’inspirent  presque toutes  (a l’exception de Do right to me, baby  écartée de l’album précédent  'street legal’) de la bible et de l’ancien testament .

A la guitare on trouve sur ce disque Mark Knopfler le guitariste de Dire straits  un groupe qui est en train  de conquerir le monde et c’est d’ailleurs en allant les voir sur scène a Los Angeles que Dylan  eut  l’idée de demander au musicien de participer a son album .

Nous sommes alors en plein période post –punk ,la vague disco  déferle et le reggae commence son invasion planétaire aussi rien d’étonnant a ce que l’un des plus gros succès de ‘ slow train coming ‘ soit Man gave names to all the animals  un titre au rythme chaloupé très inspiré du reggae et qui mènera Dylan jusque sur les dance –floors.

Ce titre s’inspirant clairement de la genèse 2 :20 "Et l’homme donna des noms a tout le ;bétail ,aux oiseaux du ciel et a tout les animaux des champs  "Mais  cette chanson même si elle rencontre un grand succès n’est pas la meilleure de ce disque  du   Dylan nouveau   et Il faut plutôt a mon sens  retenir   ‘Gotta serve somebody"

You might be a rock'n roll adict prancing on a stage you might have drugs at your comand , women in a cage But youre gonna serve somebody yes You're gonna have to serve somebody, Well, it may be the devil or it may be the Lord But you're gonna have to serve somebody."

"Vous pouvez être un fou du rock'n'roll qui se déhanche sur scène, Vous pouvez avoir des drogues quand vous le voulez, des femmes en cage Mais vous devrez servir quelqu'un, oui Vous devrez servir quelqu'un, Ca pourra être le diable ou ça pourra être le Seigneur Mais vous devrez servir quelqu'un."

Cette chanson superbe est assurément  le chef d’œuvre de l’album  et  Dylan recevra d’ailleurs  un grammy award (son premier) pour ce titre  dans lequel    le Zim  fraîchement converti propose de choisir entre le diable et le seigneur.

De même  dans " precious Angel " le texte est explicite

"Sister, let me tell you about a vision I saw.
You were drawing water for your husband, you were suffering under the law.
You were telling him about Buddha, you were telling him about Mohammed in the same breath.
You never mentioned one time the Man who came and died a criminal's death"

"Ma sœur, laisse moi te raconter une vision que j'ai eue.
Tu puisais de l'eau pour ton mari, tu souffrais sous le joug de la loi.
Tu lui parlais de Bouddha, tu lui parlais également de Mahomet dans le même souffle
Tu n'as jamais une seule fois mentionné l'Homme qui est venu et mourut comme un criminel"

Même chose pour  I believe in you ou il décline cette fois  le thème cher a son cœur celui  du vagabond solitaire mais ici l’homme n’est plus seul car il croit en Dieu

"I believe in you even through the tears and the laughter,
I believe in you even though we be apart.
I believe in you even on the morning after"

"Je crois en toi même au milieu des larmes et des rires
Je crois en toi même si nous sommes séparés.
Je crois en toi même le jour d'après
."

Enfin dans When you gonna wake up  le refrain qui donne son titre a la chanson est tiré mot pour mot de la bible  révélation 3 :2

 

"There 's a man up on a cross and he's been crucufied

do you have any idéa why or for who he died ?"

 

"Il y a un homme en haut d'une croix et Il a été crucifié."
"As tu la moindre idée de pour quoi et pour qui Il est mort
? ".

Il est clair au vu des textes de slow train coming que Dylan s’improvise dorénavant  comme un prophète des temps modernes qui veut mettre en garde  la société contre ses travers et ses écarts de conduite.

C’est cette ferveur chrétienne qui ne le quittera plus et le conduira a demander a  être reçu par Sa sainteté Jean Paul  II bien des années plus tard affirmant alors aux yeux du monde une profonde et réelle conviction religieuse que les fans anglophiles  auront perçue depuis longtemps dans les textes de nombreuses de ses chansons en général  et bien evidemment dans ce  'slow train coming' qui s'impose comme  un magnifique et bouleversant album de transition tant musical que personnelle.

 

Bob Dylan - Man gaves names to all the animals

 


podcast

 

 

 
 

28/03/2007

Egéries Sixties ( Fabrice Gaignault -Fayard-2006)

fabrice gaignault,sixties,égéries

 

Début des années 1960. Des filles se rencontrent à Paris dans l'agence de mannequins de Catherine Harlé : Nico, Anita Pallenberg, Amanda Lear, . Libres, extravagantes, gonflées , elles font les beaux jours et les belles nuits de la Rive gauche et croisent d'autres beautés.

Plus qu'une bande, ces femmes libérées  incarnent un état d'esprit, un look , un mode de vie  une allure , et vont influencer profondément leurs amants, des figures du cinéma ou du  rock : Brian Jones, Philippe Garrel ,Keith Richards, David Bowie, parmi tant  d'autres.

 

Peindre l'existence de ces véritables stars, c'est remonter le fil qui relie la mode de Carnaby Street à celle du boulevard saint-Germain. C'est s'inviter à des parties hallucinantes, des deux côtés du Channel mais C'est aussi entrevoir, à travers ces égéries touche-à-tout le souffle de liberté et de créativité des sixties dont tout les artistes  se revendiquent aujourd'hui encore .

C'est ressusciter le temps  de la  lecture  de  ce  livre  passionnant les figures légendaires de Donald Cammell, dont l'appartement de Montparnasse fut le haut lieu de l'axe Paris-Londres, et de Talitha Getty, dont le palais de Marrakech fut le théâtre d'orgies mémorables ou  encore d'Andy Warhol dont la Factory new yorkaise fut un vivier de l'expérimentation musicale et artistique .

Suivre la destinée de ces femmes exceptionnelles, c'est surtout dessiner une certaine idée des années 1960 avec tempêtes sexuelles, riffs de guitares , provocations vestimentaires et déferlements de  poudre ".

Lire ce livre formidable c'est aussi mesurer le fossé qui sépare notre société actuelle de ces  années qui bien que décadentes n'en restent pas moins marquées d'une soif de liberté et de rencontres fascinantes .  

Cette génération qui baignée par un Mai 68 dont elle ne semble pourtant avoir cure applique au quotidien le mode de vie d'un  titre emblématique du célèbre film de Godard " Vivre pour vivre "  . Dans ce monde interlope ou on croise aussi bien des  artistes  cultes  (Dali , Warhol , Dylan , Gainsbourg ,Polanski , Beatles  et Stones , Brando , Hendrix , ) que des anges maudits (Pardo -Clementi ,) on y parle surtout de ces filles étonnantes en osmose avec leur  temps , De Zouzou  a Marianne Faithfull , de Birkin a Valerie Lagrange ,de Caroline de Bendern a Talulah Getty  d'Eddie Sedgwick  a Tina Aumont , de  Nico a Marianne Faithfull , d'Amanda Lear a Anita Pallenberg d'Anna Karina a Deborah Dixonelles  accompagnées d' autres beautés inconnues ou célèbres ,  egéries de l'ombre  ou de la lumiére ,toutes   sont  des femmes incontournables qui ont marquées chacune a leur façon leur époque.

Ce  livre formidable témoignage d'une époque révolue qui a laissée tant de traçes indélébiles est signé Fabrice Gaignault  rédacteur en chef culturel du journal Marie -Claire .

 
 

La triste fin du CBGB

medium_1292559022_m.4.jpgmedium_cbgb..2.jpg

 

 

 

 

 

Dimanche 15 Octobre 2006 fût un jour bien triste pour tous les aficionados de rock

le CBGB le club mythique du 315 Bowery a new -York a définitivement fermé ses portes.

On savait  le club au bord de la fermeture  harcelé par des promoteurs immobiliers sans scrupules  mais on aurait pu penser que la municipalité  déciderait de classer le CBGB monument historique  et de préserver cet endroit unique considéré par  beaucoup comme le saint des saints  en matière de club de rock.

Sale, délabré, ce haut lieu de la musique et de la contre culture américaine fascinait pourtant depuis  sa création en 1973 tout ceux qui aimaient les atmosphères de musique live authentiques et conviviales le CBGB était un endroit qui ne ressemblait a aucun autre, y pénétrer  se révélait une expérience  inoubliable avec cette  curieuse impression que les fantômes de tous les groupes passés  sur la petite scène du club hantaient encore les lieux.

Lorsque un soir de Mars 2005 après tant d’années à l’ imaginer je passai a mon tour la porte  du   CBGB ce fût un choc tout était comme je me l’imaginais, stickers, affiches,  graffitis partout, chaises, banquettes et plafonds défoncés, le bar sombre et kitsch ; et cette  scène sur laquelle tant de mes artistes favoris avaient joués  des Talkings heads aux New york Dolls en passant par Suicide  et  les Ramones bien sûr  , Blondie et  Patti Smith (présentes toutes deux  pour le dernier concert du 15 octobre) sans oublier  Télévision  ou encore  Richard  Hell la liste est longue.

 C’est donc bel et bien terminé, le fondateur de ce lieu historique Hilly Kristal n’aura pu sauver son club malgré les associations qui ont tout tentés.

Avec la disparition du CBGB c’est une partie de la mémoire vivante de la musique rock qui s’éteint  et c’est bien regrettable ;je pense a tous les fous de rock qui comme moi ont réves de ce lieu mythique avec l’espoir d’y mettre un jour les pieds juste  histoire de dire j’’y suis allé ,  " j’ai pissé dans le même urinoir que Joey Ramone ou Richard Hell"  

A l’inverse de  moi ils ne concrétiseront pas leur rêve et j’en suis désolé pour eux . Si je lève les yeux de mon clavier je peux apercevoir l’affiche  que j’ai ramené de ma soirée au CBGB ce soir la , un obscur petit groupe The Nerve Agents était au programme ,un groupe  de rock  comme le club en aura programmé des milliers  et qui n’avait qu’une idée en tête s’éclater et jouer leur musique live,je me souviens aussi que  dans le décor décadent  et unique du CBGB le temps ce soir la  semblait s’être arrêté.

Cette fermeture désolante  me rappelle un autre endroit  mythique qui pourrit lentement dans une honteuse indifférence, rue du Faubourg Montmartre a Paris Le Palace  haut lieu des nuits parisiennes  crève lentement attendant un projet, une idée qui lui redonnerait vie mais c’est certainement  trop demander aux pouvoirs publics que de s’y intéresser.

http://www.cbgb.net/

Voir la vidéo de la fermeture officielle du CBGB  http://www.youtube.com/watch?v=Pba2ooXLlx8

medium_cbgb050613_1_400.4.jpg

 

 

medium_cbgb.2.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
 

26/03/2007

Un plan simple (Sam Raimi 1998)

un plan simple,sam raimi,bill paxton billy bob thornton

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Au milieu de nulle part , dans une région ensevelie sous les neiges Hank Mitchell (bill Paxton) honnête citoyen marié a la gentille Sarah (bridget Fonda) trouve par hasard un petit avion ecrasé et enseveli sous les neiges  au milieu de la  foret.

Près du pilote mort il y a un sac qui contient 5 millions de dollars. Hank  n'est pas seul a faire cette decouverte incroyable  il est  avec son frere jacob (billy bob Thornton) un simple d'esprit inoffensif mais imprévisible et Lou ( Brent Briscoe) chomeur  alcoolique et stupide  .

Rapidement le plan monté pour conserver et partager cet argent tombé du ciel va tourner au cauchemar  et la spirale infernale de l'appât du gain et de la suspicion va conduire au drame.

Lorsqu'il réalise ce petit bijou de film Sam Raimi n'est pas encore devenu le metteur en scène a qui Columbia va confier la saga des Spiderman  il a cependant  deja un statut de rélisateur culte depuis qu'il a  réalisé en 1982 pour une poignée de dollars "Evil Dead " un film Ovni completement déjanté et  primé au festival du film fantastique de Paris un film  qui va devenir  une oeuvre culte du cinéma gore.

Raimi va croiser ensuite la route de Joël et Ethan Coen (il sera assistant seconde  équipe pour"  le grand saut" en 1993) et va consulter les deux frères pour la réalisation de 'un plan simple 'en 1998 notamment pour la difficulté a tourner au milieu des grands espaces enneigés (Les freres Coen ayant en 1996 réalisé "Fargo " un thriller époustouflant dans un décor semblable a celui d'un plan simple ') Mais si le film de Sam Raimi fait parfois  penser a Fargo pour l'incroyable  décor enneigé  la comparaison s'arrête la. "Un plan simple' est un film qui ne ressemble a aucun autre  et nous réserve de bien belles surprises a commencer par les interprétations parfaites de Bill Paxton  et de Billy Bob Thornton (oscar du meilleur second rôle) tous les deux formidables dans les rôles des frères  Mitchell, personnages diamétralement opposés mais qui vont tenter de s'unir pour survivre a la terrible aventure qui les dépasse .

 Les autres comédiens autour d'eux Bridget Fonda- Brent Briscoe sont également excellents mais il faut surtout  saluer l'intelligence du scénario de Scott .B. Smith qui adate ici son propre roman (il obtiendra d'ailleurs  un oscar mérité pour cette adaptation )

 L'évolution de l'histoire ,le changement progressif de comportement des personnages , la fin étonnante  font de ce film marqué d'un profond cynisme  un modéle de thriller qui se démarque de tout ce que le cinéma américain a parfois  l'habitude de nous montrer .

 

 

 
 

13/03/2007

Le Nombre 23 (Joel Schumacher 2007)

medium_18710995.3.jpg

J'avais oublié, j'avais malheureusement oublié l'affligeante filmographie de Joël Schumacher (mis a part 'Phone games en 2003) j'avais oublié le dispensable et  nauséabond  'Chute libre' (1993) ou les deux catastrophiques suites données aux épisodes  'Batman" oublié aussi  le pitoyable 'droit de tuer '(1996)'ou bien encore le douteux  "8 millimètres" (1999).

Fidèle donc a lui même le réalisateur livre ici un film totalement raté et d'une rare bêtise.

Le Nombre 23 censé  traiter de l'obsession et de la paranoïa  nous entraîne plutôt dans le n'importe quoi .

Le film démarre lentement et s'enlise rapidement avant de sombrer très vite.

Pour le spectateur piégé il ne reste plus  qu’à tenter de s'accrocher à un scénario aussi invraisemblable que ridicule  dans cette histoire rocambolesque  ou malgré tout le talent d'un Jim Carrey on s'ennuie ferme.

Les séquences flash-back sont d'une laideur épouvantable, les comédiens autour de Jim Carrey sont approximatifs et l'ensemble est d'une lourdeur de plomb .

Le Nombre 23 qui essaie désespérément de lorgner du coté de  films  comme  "Mémento"  "La Septième porte "ou encore " Angel Heart  " n'arrive jamais a intéresser le spectateur qui attend  dans un demi coma cinématographique une fin qui le sortira d'une torpeur profonde.

 
 

10/03/2007

Polnareff -Retour gagnant

medium_bercy_vue_d_ensemble.JPGmedium_bercy_cote_..JPG

 Bercy, Paris : Michel Polnareff - 10 mars 2007

 

 

D'abord une clameur et une ovation a la hauteur de l'attente et de l'importance de l'évenement  puis une ombre derrière la scène et soudain  les premiers accords de "la poupée qui fait non " répétés plusieurs fois  puis le rideau qui se léve et le voici ENFIN ! Polnareff  en chair et en os devant son public qui l'attend depuis 34 ans.

 

J'attendais et redoutais a la fois ces retrouvailles avec le plus talentueux de nos exilés ,des retrouvailles  encore inespérées voici un an encore et il ne m’a  fallu que quelques secondes  pour être rassuré sur la voix  , presque inchangée  toujours  parfaitement dosée, avec cette curieuse impression d'incroyable  facilité.

 

Michel Polnareff se balade dans l'interprétation des tubes de sa carrière  avec des moments d'émotion pure ("l'homme qui pleurait des larmes de verre"- redécouverte par un public médusé -" Marilou" - "Lettre a France" - avec aussi des classiques absolus revisités "Le bal des lazes" presque heavy metal -" je suis un homme"  qui ouvre magnifiquement le concert "la Mouche ""Tout ,tout pour ma chérie " formidablement remis au goût du jour  et aussi des surprises  "y'a qu'un ch'veu sur la tête a Mathieu"  ré orchestrée "western" qui enflamme Bercy   ,un palais omnisport de Bercy transformé le temps d'un "On ira tous au paradis" en immense  karaoké géant ou le public communie avec l’artiste et lui prouve toute sa fidélité et son respect  .

Pas une seconde on ne peut supposer que Polnareff est parti si longtemps tant l'osmose avec son public est palpable. Un mot sur la  scène carrément  grandiose avec des jeux de lumiére  de toute beauté qui s'harmonisent avec les titres des chansons.

Autour de Michel Polnareff des musiciens américains ultra professionnels (peut-être un poil trop rock par moments) et des choristes de grande classe,  la classe au final c'est le mot définitif pour résumer tout ce que nous avons eu la chance d'admirer ce 7 Mars a Bercy pour le cinquième concert parisien (sur 10) de Polnareff . Un grand moment, un immense souvenir déjà.

 

 

 

 

 

 
 

17:55 Publié dans Musique, Société | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : polnareff, bercy

08/03/2007

La Môme (Olivier Dahan - 2007)

la mome,edith piaf,marion cotillard

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Evidemment s'attaquer a un tel projet  se révèle extrêmement courageux et plutôt culotté .

On aurait pu craindre au vu du projet téméraire qu'Olivier Dahan ne serait pas a la hauteur de ses ambitions .

En effet  ce n'est pas avec "le petit Poucet " (2001) et encore moins davantage avec la suite inutile et grotesque des "rivieres pourpres " (2005) que Dahan pouvait inspirer confiance dans la réalisation d'un grand film . Pourtant Dahan semble avoir tellement mis de conviction dans son incroyable projet  qu'il a réussit a nous bluffer et a faire de ' la môme ' un grand film chargé d'émotion et teinté d'humour , un film assez exceptionnel sur le destin non moins exceptionnel celui d'une  petite chanteuse misérable des rues devenue un mythe  planétaire absolu

Pour incarner la Môme il semblerait que Dahan ait pensé immediatement a  Marion Cotillard  comédienne que l'on a pu voir chez Tim Burton (big fish ) ou chez Jean pierre Jeunet (un long dimanche de fiançailles) deux excellents films mais aussi dans des long-métrages  beaucoup plus dispensables (la saga des 'Taxi' ou encore 'jeux d'enfants' de Yann samuel )

Quoiqu'il en soit ce choix est une bénédiction car l'actrice est tout simplement prodigieuse  et obtient la , trés certainement le rôle de sa vie.

Il y aura forcement pour elle un avant et un après  "La Môme." Son interprétation de Piaf  est  littéralement époustouflante dans chaque séquence du film , son travail de mimétisme et de play-back sur le jeu de scene et dans l'interprétation des chansons apporte une émotion et une intensité qui lui permet non pas de jouer mais de  devenir véritablement la môme Piaf .

La distribution autour d'elle est d'une très grande qualité Gerard Depardieu  (formidable en Louis Leplée le découvreur d'Edith) - Pascal Gregorry le manager fidèle Louis Barrier -  Jean paul Rouve et Clotilde Coureau (les parents d'Edith)  - Sylvie testud (Momone l'amie de toujours)  ou encore Jean pierre Martins (musicien du groupe de rock Silmaris)  qui campe un Marcel Cerdan plus vrai que nature).

Rajoutons les deux jeunes comediennes bouleversantes (Manon Chevalier et Pauline Burlet ) qui incarnent Edith enfant , un travail de maquillage phénoménal , une reconstitution  soignée du Paris des années  30 , un montage  en flash-back trés intelligent et evidemment un choix de chansons qui font partie de notre mémoire collective . Déja favori dans toutes les categories pour les prochains césars La Môme aura d'ici la  été vu par des milliers de spectacteurs qui sortiront pour la plupart de leur scéance émus et enthousiastes .

A l'évidence le film de Dahan s'impose comme la belle surprise de ce début d'année 2007.

 
 

04/03/2007

Le monde selon Garp (Georges Roy Hill -1982)

le monde selon garp,georges roy hill,john irving,robin williams,glen close

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

j'avais conservé un souvenir mémorable du formidable roman de John Irving publié en 1978 et il est évident que les formidables destins croisés  de la mére et du fils (Jenny Fields et Garp) faisait un sujet  forcement intéréssant a adapter au grand écran. Si les comédiens sont formidables (Robin Williams trouve la un de ses meilleurs rôles et on découvre Glen Close dans l'un de ses premiers film important)

Cette adaptation manque toutefois un peu de rythme et cela est sans doute du a un réalisateur un peu frileux ,un peu trop académique . Non pas que Georges Roy Hill soit un metteur en scène de second ordre mais disons plutôt que sa réalisation reste plutôt plate et convenue.

Heureusement  le scénario truffé d'idées et de personnages truculents  parvient a faire du "Monde selon garp un film  passionnant;  de plus le film aborde avec justesse des thémes délicats ( l'absence du père -  l' ambition de devenir écrivain , le féminisme , la fidélité )

Il convient aussi de mentionner l'incroyable prestation livré par John Lightow  dans la peau d'un transsexuel ex -champion de football ,le comédien est tout simplement exceptionnel et bouleversant.

Si cette adaptation ne restitue pas toujours la magie du roman le film reste  profondémént humain et poétique , c'est un film qui donne envie d'aimer la vie et qui donne envie d'aimer les gens. Une film qui fait   du bien , une  franche réussite.

 

 

 

 

 
 

01/03/2007

Andy Warhol (1928-1987)

medium_warhol.5.jpg

Il y a vingt ans tout juste que Andy Warhol est mort (le 22 février 1987) , adulé , glorifié , starifié mais aussi raillé de son vivant l'homme occupe désormais une place de choix parmi les artistes incontournables de notre siècle. Icône mondaine, dandy chic et pop star visionnaire Andy Warhol reste pourtant un personnage énigmatique totalement hors normes. J'ai eu envie a l'occasion du vingtième anniversaire de sa mort de lui rendre un petit hommage personnel.

 

Le monde est un supermarché ou tout est a vendre les objets, la  peinture ; l'art et même la vie privée, c'est en appliquant ce concept révolutionnaire qu' Andy Warhol va devenir l'artiste absolu des temps nouveaux. Dans une société ou triomphe marchandises et publicité il  va appliquer a la peinture les techniques de la reproduction et devenir ainsi LE peintre emblématique du mouvement  pop art et l'un  des artistes les plus célèbres de tout les temps. Artiste universel, artiste industriel, symbole de la réussite du rêve américain,  tout en lui est singulier tout en lui est passionnant . Andrew Warhola  le 28 septembre 1928 a Forest city en Pennsylvanie de parents tchèques émigrés le jeune Andy va des son jeune âge se démarquer de la plupart des enfants de son âge. Souvent alité car de santé précaire le jeune garçon va se passionner pour le monde des stars. Hollywoodle fascine et il s'invente au fond de son lit un monde imaginaire de paillettes et de strass. Le dessin va prendre une place prépondérante dans sa vie, il collectionne, colle, découpe, dessine  et fait déjà preuve de prédispositions exceptionnelles.Toute sa vie il conservera et classera des quantités  inouies de documents ,papiers ,photos , petits objets  de toute nature ( qu'il archivera a partir de 1974  un jour dans des boites numérotés qu'il va baptiser   "Time Capsules) " . Il a tout juste  21 ans lorsqu'il s'installe a New -York ou il travaille comme illustrateur pour magazines de mode  et semble avoir une prédilection pour les chaussures  et durant une dizaine d'années  le jeune homme va devenir l'un des  plus brillants illustrateurs new yorkais  ,il a déjà  changé "Andrew "en "Andy"  et supprimé le  A  de son nom de famille et semble promis a une belle carrière dans le milieu de la mode. iI reste cependant très attaché a sa  mère qui l'a rejoint des 1952  et qui habitera avec lui a toutes les adresses successives au cours des années. C'es également a cette periode qu'il adopte le port de la perruque  grise  et longue qui va devenir une partie de son identité  au fil des ans ,il travaille toujours dans la mode mais parallèlement crée  des modèles de papiers peints et de papiers d'emballage. Les premiers tableauxsont peints vers 1959 inspirés des personnages de bande dessinées (Popeye - Superman ) ;il se passionne pour le travail de jasper Johns de Roy Lichtenstein et de Robert Rauschenberg trois  artistes de l'avant garde américaine et  décide de peindre lui aussi d'après l'iconographie publicitaire  et c'est l'apparition de la bouteille de Coca-cola et de la boite de soupe Campbell's.  1962 C'est l'explosion d'un nouveau courant dans la peinture moderne ,les galeries exposent des artistes qui ont pour nom  Rosenquist , Oldenburg ,Lichtensteinet Warhol va s’en inspirer pour créer les séries des « Do it yourself « ( a faire soi même) des Timbres poste , des timbres épargne , des bouteilles de coca , des dollars ,des boites de soupes ;il travaille désormais d'après photo et adopte le procédé de l'écran de sérigraphie obtenu par clichage photographique C’est l’époque de  la première série des Marylin . Il expose à la galerie Stableet participe à l'exposition «  the New realists » a la galerie Sydney Kanis. Cette exposition va  confirmer l'importance des nouvelles tendances qui s'opposent a l'expressionnisme abstrait . En 1963 Warhol expose en compagnie de Johns  ,Rauschenberg , Lichtenstein au Solomon .Guggenheim Museum, c'est également une periode ou la mort semble prendre une place particulière dans  son oeuvre.(séries  des accidents , des suicides ,  des émeutes raciales , des armes a feux  , des chaises electriques)  Il rencontre  un jeune etudiant poéte du nom de Gerard Malanga  qui devient son assistant  ensemble il vont travailler énormement stimulés par l'absortion d'amphetamines et multipliant notamment  les séries inspirées des effigies de stars (Marlon Brando - Liz Taylor  - Elvis Presley) .Bientôt Warholachete une caméra et passe a la réalisation avec un film totallement d'avant garde "Sleep" ou on voit en temps réel  un comedien (John Giorno) en train de dormir le film dure plus de 8 h , comme en peinture Warhol s'attaquant au cinéma ne fait rien comme les autres et crée l'evenement  et la polémique. Il fait la rencontre de Jonas Mekas Cinéaste  visionnaire et directeur de la film maker ccoperative qui va devenir un solide appui pour Warhol dans le monde du cinéma. Toujours en 1963 Warhol s'installe dans un grand loft qu'il baptise la " Factory "et qui va devenir le centre nevralgique de toute la culture pop new yorkaise. Il entrepend la serie des "jackie Kennedy" et participe a l'exposition universelle de New-York avec "Most wanted men"une fameuse serie de panneaux représentant des photographies agrandies d'hommes recherchés par la police puis en Avril il presente a la Stable gallery les célebres "Brillo boxes"d'apres copies conformes de cartons d'emballage empilées comme dans un entrepot .cette exposition souléve  scandales et polémiques mais Warhol devient un artiste incontournable  .Il récidive au cinéma et tourne "Empire "un long plan sequence de  7 h représentant"  l'Empire state building " et "Couch" un film ou l'on voit des personnages faire l'amour sur un divan . Parrallelement il expose a la celebre galerie Léo Castelli . En 1965 il fait jouer Mario Montez et Edie Sedgwickdans ses films , grace a lui ils vont devenir deux stars absolues  du cinéma underground .Il réalise également   la serie "Flowers" pour la galerie Ileana Sonnabend  puis  il rencontre Paul Morrisey qui va devenir son bras droit cinématographique . En octobre l'exposition présenté a Philadelphie par Warhol tourne a l'émeute ,la foule  venu en masse voir le couple Warhol -Sedgwick  se bouscule   comme dans un concert de rock et des incidents  se produisent. "Nous n'étions pas  a l'exposition , Nous etions L'exposition " commentera l'artiste ravi .

Nous sommes en 1966 et Warholva rencontrer un groupe obscur des bas fonds new yorkais 'The velvet underground " mené par Lou Reed et John Cale . il va produire le groupe  dans des différents lieux nocturnes de New york ou il fait conjuguer  musique du velvetavec projections de ses films et effets de lumiére psychédéliques  . Le groupe va devenir la coqueluche branché de new -york ,Warholleur associant une chanteuse -mannequin qui va devenir celebre sous le nom de Nico c'est lui qui  permettra au Velvet underground d'enregistrer son mythique premier album "the velvet underground & Nico " appelé la plupart du temps l'album 'a la banane'Warhol dessinant  pour l'occasion rien de moins que l'une des  plus celebres pochettes de l'histoire de la  musique  Il organise aussi sa seconde exposition chez Castelliet propose la serie des "Vaches" présentée dans un décor de nuages argentés flottants.Concernant le cinéma il tourne ce qui sera son seul film accessible a tout public "Chelsea girls" qui met en scene les plus celebres travestis de la nuit new yorkaise qui on le sait  exercent depuis longtemps sur Andy Warhol une véritable  fascination . Les films suivants  (" my hustler " - "bike boy " -" nude restaurant " reflétent quant a eux  l'influence évidente de Morrissey. Iles tcontacté par des universités pour donner des conférences mais il se lasse trés vite et envoie des amis acteurs grimés en Andy warhol a sa place  ; la supercherie dera découverte au bout de plusieurs mois et déclenchera un scandale . Warhol va tourner fin 67 un autre film  qui sera matiére a polémique " Lonesome cow boys " parodie de western ou les cow boys sont tous gays et se draguent les uns les autres en parlant de choregraphie  ,c'est a cette époque que la "Factory" déménage au 33 Union square. 1968 c'est Stockholm qui sera la première ville européenne a acceuillir une exposition warhol  ;l'artiste y montre ses peintures les plus connus  (fleurs , chaises electriques ,cartons de Brilloseries des "Marylin ") et dix  de ses films. le 23 juin survient un drame assez inexplicable une jeune artiste Valerie Solanas membre du SCUM(society for cuting up men) penetre a la factory et tire a bout portant sur l'artiste .Warhol reste entre la vie et la mort plusieurs jours . gueri il aimera  a exhiber ses cicatrices  tel que l'immortalisera le photographe Richard Avedon    En 1969 Il commence a publier 'Interview ' un mensuel consacré  aux  stars du cinéma ;les couvertures de ce magazine sont restées  célebres   ,il produit également "Flesh " le film de   Morrissey . Le Whitney museum of american art lui consacre une grande rétrospective en 1971 puis c''st au tour de Paris de l'acceuillir au musée Galliera ou il montre sa série de toiles sur "Mao ".Il decide de travailler sur commandes et multiplie les portraits pour des gens fortunés (industreils , hommes politiques , stars du show -bizz ) et il travaille donc pour Gerald FordWilly  Brandt  ,ou encore   Jimmy Carter .Il semble s'éloigner du milieu underground et evolue parmi la jet-set internationale ,son style semble changer et les  monochromes lisses des années 60 s'aggrémentent dorénavant  d'effets de matiére au pinceau un peu a la maniere d'un expressionniste . 1976 Warhol réalise les series "Skull" (crâne)  que beaucoup consideront comme une veritable oeuvre de dimension politique (Warhol peignant un crane nous rappelant l'égalité du genre humain quant l'enveloppe a disparue) , "Hammer & Sickle" (faucille et marteau)  ainsi que la serie des portraits des grands champions du monde sportif (Muhammad Ali - Pelé). Nouvelle polemique en 1978 avec la serie des "oxydations"  oeuvres realisées avec de la peinture de cuivre sur laquelle l'auteur et ses assistants on turinés provoquant des réactions chimiques a la surface de la toile ,il subit tres certainement l'influence d'un autre artiste  qui s'impose  comme l'un des plus grands peintres de l'art contemporains 'jackson Pollock créateur des fameux 'Drippings ' noirs et blancs. A  cette même période Warhol éxécute la série des "Shadows " qui donne a voir des ombres non identifiables puis enchaine avec la série "Retro - Versions" ou l'artiste reprend certains de ses thémes fétiches (Marylin -boites Campbell's -Chaises electriques) et les associe sur une meme toile. Au début des années 80 il publie POPism -the Warhol 60'stémoignage sur le phénomene pop a New-York  ,il rencontre un artiste  marginal , un peintre issu du milieu underground jean michel Basquiat  et se lie d'amitié avec lui ,il réaliseront ensemble des peintures collectives que l'on découvrira lors de l'exposition Warhol -Basquiat  Painting a la gaelrie Tony Schafrazi . Il s'intéréssera aussi de pres a la carriére d'un jeune taggeur qui va devenir un des plus grands artistes  pop de la fin du siécle Keith Haring  . Malade depuis son operation lié a la tentative d'assassinat ,il commence a souffrir enormement  et réalise néammoins ses derniers autoportraits en 1986 . Il meurt a new york en 1987 des suites d'une operation de la vesicule billiaire. 

Selection d'oeuvres d'Andy Warhol

Superman (1960)

medium_superman.jpg

 

 

 

 

 

Flowers (1968)

medium_flowers.2.jpg

 

 

 

 

 

 

Mao (1973)

medium_mao.jpg

 

 

 

 

electric chair (1968)

medium_electric_chair.jpg

 

 

 

 

 

Dollar (1962)

medium_dollar.jpg

 

 

 

 

 

Marylin(1964)

medium_marylin.jpg

 

 

 

 

 

Brillo boxes (1964)

 

medium_brillo_boxes.jpg

 

 

 

 

 

pochette "the velvet underground & nico (1967)

medium_the_velvet_underground_nico.jpg

 

 

 

 

 

 

Pochette "Love you live (The rolling stones  1973)

 

medium_love_you_live.jpg

 

 

 

 

 

Cow (1966)

medium_cow.jpg

 

 

 

 

 

 

 

Jackies (1964)

medium_jackies.jpg

 

 

 

 

 

 

Skull (1976)

 

medium_skull.jpg

 

 

 

 

 

 

Guns (1981)

medium_FW996_Gun-c-1981-82-Posters.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 Shoes (1955)

 medium_warhol-andy-autobiography-of-alice-b-shoe-1955-2632848.jpg

 

 

 

 

 

Elvis Presley (1963)

medium_presley.jpg

 

 

 

 

 

Pochette  Sticky fingers (the rolling stones 1971)

medium_sticky_fingers.jpg

 

 

 

 

 

Autoportrait (1966)

medium_warhol.6.jpg

 

 

 

 

 

Autoportrait (1985)

medium_warhol_..jpg

 

 

 

 

 

 

Coca-Cola (1962)

medium_coca.jpg

 

 

 

 

 

 

Campbell soup (1962)

medium_thumb_warhol_3.jpg

 

 

 

 

 

 

autoportrait (1986)

medium_image_collections_autoportrait_86.jpg

 

 

 

 

 

 

Suicide (1963)

 medium_suicide.3.jpg

 

 

 

 

 

 

Andy Warhol en quelques photos

Avec The velvet Underground (de gauche a droite Nico -Warhol - Moe Tucker - Lou Reed -Sterling Morisson -John Cale )

medium_thumb_velvetunder.gif

 

 

 

 

 

 

Andy Warhol et Jean Michel Basquiat Devant une toile commune   

 medium_WARHOL_BASQUIAT.jpg

 

 

 

 

 

 Andy Warhol  par Richard Avedon

medium_113954.jpg

 

 

 

 

 

 

Exposition " The times capsules medium_warhol-Time-capsules.2.jpg"A partir de 1974, Andy Warhol scelle et entreposant mensuellement les rebuts de sa vie quotidienne : documents divers,photos , courier , dessins ,  vêtements, etc. Près de 600 boîtes s’accumulent jusqu’à sa mort. Contrairement à la « Time Capsule» historique qui découle d’un choix d’éléments représentatifs, Warhol laisse en partie le hasard décider du contenu mis de côté. . Il est alors perçu par la critique comme l’emblème de l’artiste Pop dépourvu d’identité et assujetti aux demandes du marché de l’art. Rétrospectivement, les « Capsules» semblent se saisir de cette matière subjective que refoulent les œuvres. Outre quelques énoncés dans son journal, Warhol parle peu de ce corpus qui sera donc ignoré jusqu’à sa mort. Dans les années 1990, la fondation Warhol entreprend d’en dresser l’inventaire. Depuis, plusieurs chercheurs exploitent ce matériau désormais indexé aux divers catalogues raisonnés de l’artiste.

 

 

Warhol ,avec Gerard Malanga et  Bob Dylan a la Factory

medium_war12.jpg

 

 

 

 

 

 

Andy Warhol et Edie Sedgwick

 

medium_andyedie.jpg

 

 

 

 

 

 

 

Andy Warhol et Keith Haring

 

medium_warhol_haring.jpg

Lire la suite