Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/04/2007

Scoop (Woody Allen 2006)

scoop,woody allen

 

Disons le tout de suite le second film d'affilée tourné par Maître Woody a Londres est bien inférieur au précédent (Match point) .

Cela dit avec  Match Point  ,  Woody Allen avait mis la barre trés haut et il faut en tenir compte pour juger objectivement Scoop.

Le film est une comédie policière légère sur fond de meurtres en série et d'ambiance de cabaret .On retrouve d'ailleurs l'atmosphère d'un autre de ses films 'moyens' le sortilège du scorpion de jade ' réalisé en 2001. L'intrigue est d'une grande simplicité et même si Woody Allen  nous régale encore de séquences typiques de son humour décapant  et de son  génie des répliques qui font  mouche , on est bien  loin des grandes 'cuvées ' du style 'Broadway danny Rose" (1984) ou encore Meurtre mystérieux a Manhattan ' (1993).

Reste Scarlett Johanson nouvelle muse Allénienne qui nous régale et nous irradie de sa fraîcheur et de sa bonne humeur ,elle est le nerf central de cette comédie policière qui sans sa présence n'aurait certainement pas la meme dimension .

Woody Allen quant a lui ; s'est réservé un  personnage fidèle a sa collection de doux dingues il est ici  le grand magicien Strombini , faux mage , peureux et craintif qui  tente d'aider du mieux qu'il peut la jeune et jolie  journaliste intrépide .  

 
 

15:35 Publié dans cinéma | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : scoop, woody allen

22/04/2007

Marie - Antoinette (Sofia Coppola 2006)

marie antoinette,sofia coppola

 

Le talent est-il héréditaire? On est en droit de se poser la question avec "Marie-Antoinette  le  troisième long-métrage de Sofia Coppola , fille de Francis Ford Coppolal'un des plus grands metteurs en scène de toute l'histoire du cinéma .

Après nous avoir ébloui avec son premier film 'Virgin Suicides' en 2000 puis récidivé  en 2004 avec "Lost in translation"   formidable "petit" film  encensé partout dans le monde ,voici que la talentueuse réalisatrice réussit encore une fois son coup avec Marie Antoinette .

 En évitant soigneusement la reconstitution historique Sofia Coppola  choisit plutôt de  tracer le portrait d'une jeune souveraine  légère , gaie , un peu désabusée et frivole et qui derrière les apparences   cache une grande  tristesse et une profonde mélancolie . Le film est un émerveillement de couleurs , et certaines séquences sont un enchantement (les scènes du bal masqué , celle du mariage , celle de l'arrivée de Marie Antoinette en terre de France) Sofia Coppola et son équipe ayant obtenu l'autorisation de filmer au château de versailles les décors sont forcement grandioses , les costumes sont également un régal pour les yeux .

Le choix musical peut paraître surprenant (mélange de musique classique baroque et de titres du répertoire new wave) pourtant  rapidement la musique  colle parfaitement aux images ,j'en veux pour preuve l'incroyable séquence ou la cour royale s'encanaille au cours d'une soirée un peu décadente rythmée par le 'hong kong garden' de Siouxie and the banshees et que Sofia Coppola filme comme un pogo digne des années punk . 

kristen Dunst révélée en 2000 par Virgin suicides  apporte toute sa grâce et sa fraîcheur au personnage de marie Antoinette ;autour d'elle c'est surtout les personnages féminins qui sont mis   en avant ,la comtesse Du Barry (vénéneuse Asia Argentomaria teresa la mère de Marie Antoinette ( étonnante Marianne faithfull) ou encore la duchesse de Polignac (pétillante Rose byrne) toutes sont formidables ;les personnages masculins sont par contre   plus en retrait  a l'image de Jason Schwartzmann qui  campe un Louis XVI un peu falot.

Volontairement le film occulte toute la partie tragique de la fin de règne du couple royal et seules quelques séquences du soulèvement du peuple et sa marche vers versailles nous sont montrées , le film s'achévant (un peu brusquement ) alors que la reine prend la fuite. C'est donc bien un formidable  portrait de femme que nous propose Sofia Coppola  avec ce Marie Antoinette décalé ,et presque rock'n roll.

 
 

18/04/2007

La vie revée des anges (Erick Zonca 1998)

la vie revée des anges,erick zonca

 

Des premieres réalisations  d’une telle audace,d’une telle maîtrise sont rares dans le paysage cinématographique français même si le réalisateur Erick Zonca nous avait livré quelques courts-métrages d’une grande qualité ;il faut admettre que son premier ‘long’ est une totale réussite
Les comédiennes Natacha Régnier et Elodie Bouchez sont éblouissantes et on comprend le jury du Festival de Cannes qui leur a décernées le double prix d’interprétation .
La caméra de Zonca suit , sans voyeurisme et avec beaucoup de réalisme et de pudeur  le quotidien des deux jeunes filles et nous montre avec cruauté mais beaucoup de justesse l’univers des ‘petits boulots’ , de la ‘galère’ et la survie sociale de Marie et Isa , la première rebelle farouche et révoltée , la seconde généreuse et d’un optimisme désarmant.

Toutes deux verront leur vie bouleversées , l’une par une rencontre amoureuse dévastatrice avec un homme qui pourtant représente tout ce qu’elle déteste , l’autre par la découverte du journal intime d’une jeune fille plongée dans un coma profond. On pense parfois a Sandrine Bonnaire dont les personnages de Mona (Sans toit,ni loi)et celui de Suzanne ( a nos amours) pourraient être la grande ou la petite sœur d’Isa et Marie.
La vie rêvée des anges (quel beau titre !) est un film remarquable et Erick Zonca s'impose des sa première réalisation  un metteur en scène de grand talent

 
 

12/04/2007

Funeral ( Arcade fire - 2004)

 

the arcade fire,funeral 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

j'avoue m'être beaucoup méfié , méfié de la hype et d'une certaine aura un peu prétentieuse autour de Funeral alors clairement  mes premières écoutes furent quelque peu faussées.

C'est pourquoi il m'a fallu du temps pour mesurer combien ce disque était exceptionnel , différent , hors courant .totalement  réjouissant  et  novateur

Un disque pareil s'aborde avec délicatesse on essaie de comprendre d'abord  ce qu'il a de plus sinon le talent , le culot puis on plonge dedans sans retenue et écoute après écoute l'évidence nous apparaît Ce disque est un des chef d'œuvre des années 2000 indiscutablement .

Il faut donc oublier l'evervescence autour du groupe ,oublier les innombrables couvertures de magazines , les critiques dithyrambiques , et ouvrir grand ses oreilles et avouer qu'elles (nos  oreilles) n'ont pas étés a pareille fête depuis bien longtemps.

Funeral est un disque vraiment magique  par ses orchestrations inattendues  , l'utilisation de certains instruments (accordéon , banjo) ou la structure de certains titres. Ici on ne  se contente pas de l'habituel  refrain -couplet , non la chanson évolue et prend de l'altitude au fur et a mesure que le morceau avance a l'image de l'envoûtant 'une année sans lumière' qui soudain décolle dans une furia pogo hallucinée et  frénétique  ou encore du final énorme de  'Neighborhood 2 # Laika #'  .  la voix de Regine Chassagne qui rappelle parfois celle de Bjork dont l'ombre plane sur ce disque inouï fait des miracles  .

A propos d'ombres planantes  on  ne pourra qu'évidemment pas ignorer  celles ( totalement    revendiquées  par  le  groupe  ) des Talking heads ou encore de David Bowie fan inconditionnel de la première  heure   .

Bref ,  Un grand , un très grand disque qui vient tutoyer les monuments que sont OK Computer ,  Astral Weeks ou Remain in light . et si il me faut faire une critique ,une seule petite critique elle sera pour la pochette orangeâtre immonde qui cache ce diamant qui méritait un bien plus joli écrin.

Ce disque exceptionnel et fascinant d'un groupe qui a pris tout le monde a contre-pied est devenu très vite une référence  . Construit autour de l'ossature du couple Win Butler -Regine Chassagne Arcade Fire contrairement a la majorité des groupes qui ont explosés ces dernières années ne se revendiquent pas de Radiohead ou des Pixies mais plutôt de Neil Young , de Bowie ou encore de Bob Dylan.

la consécration d'Arcade Fire  ne fait que Confirmer l'évidence  d'un  riche terreau musical émergeant de la scène canadienne depuis quelques années (Godspeed  you black emperor  - A Silver Mountain Zion) et dont désormais Arcade Fire se pose de manière indiscutable  en chef de file devenant par  ailleurs  le temps de ce premier  album somptueux l'objet d'un véritable culte

Arcade fire   'une année sans lumière"


podcast

 


 

 

10/04/2007

Transformer ( Lou Reed 1972)

medium_transformer1074728955717694.2.gifDès la photo de la pochette, dès le titre de l'album, le ton est donné. "Transformer" est et restera pour toujours l'album définitif des déviances et des perversions, un cocktail de sexe, de poudre, de sang et de sperme.  Lou Reed, aidé dans cette entreprise par David Bowie plus visionnaire que jamais, nous offre avec ce chef-d'oeuvre une galerie de portraits désespérés, du mal de vivre urbain  , personnages rescapés du pavé new-yorkais et  zombies plus morts que vifs. Lou Reed nous offre un album qui bien qu'étant devenu aujourd'hui un classique absolu, n'a rencontré à l'époque qu'un mince succés, le leader du Velvet ayant déjà pour beaucoup un pied dans la tombe . l'essentiel des titres parmi les onze proposés dans cet album essentiel, sont devenus des chansons cultes ("Satellite Of Love", "Perfect Day", "Vicious"... ),  Lou Reed va obtenir avec "Transformer", son seul et unique véritable 'hit', le célébrissime "Take a Walk On The Wild Side" chanson universellement connue,( davantage encore que son créateur lui-même), et qui dresse une croustillante galerie de portraits des personnages-clés de la Factory warholienne.

Lou Reed -  Andy's chest


podcast
 

 

 

Lire la suite