Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/01/2016

After the gold rush (Neil Young 1970)


 

Neil  Young  -   don't let it bring you down


podcast

 

After_the_Gold_Rush.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Encore très imprégné du combo CSNY (l 'album ' déjà vu 'est sorti quelques mois avant seulement) Neil Young livre ici un album qui fera date et dont certains titres sont devenus des incontournables absolus ("don't let it bring you down "est juste ......sublime)

troisième album de Neil Young et premier véritable succès commercial 'after the gold rush' sorti en 1970 annonce déjà les futurs chefs d'ouvres que seront ''harvest '(1972) '  on the beach '(1974) ou tonight 's the night  (1974) trois disques majeurs  qui paraitront quelques années plus tard et forgeront la légende de Neil Young


Qunat a celui ci , qui bien qu'assez court ( a peine plus d'une trentaine de minutes) il  se distingue par son coté  pur et sincère ,un disque devenu au fil des décennies un classique incontournable baigné d'une grande limpidité dont l'écoute plus de quarante après nous laisse toujours émerveillé. 

 

Neil  Youngonly love can break your  heart

 
podcast

 

15:06 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0)

27/01/2016

Forever changes (Love - 1967)

88746973.jpg

 

 Love -  A house is not a motel


podcast

 

 

C'est un groupe maudit quasiment méconnu et qui a raté son rendez-vous avec l'histoire . A l'écoute de ce disque sublime on peut se rendre compte de l'étendue du talent d'Arthur Lee, piece maîtresse de Love et génie définitif de la pop psychédélique . Signé par le label Elektra qui décrochera bientôt le jack-pot avec The Doors ( une signature de contrat que l'on doit a Arthur Lee  qui fit l'éloge de la bande a Morrison a Jac Holtzman, le big boss du label . Que dire de  ce disque qui  est le troisième de la courte discographie de Love groupe typique du sunset strip californien et  que l'on pourrait situer situe pile  a mi chemin entre the Byrds et The Doors sinon que  les arrangements sont somptueux , les trouvailles musicales étonnantes , parfois  inouïes ( trompette, castagnettes) que  la voix d'Arthur  Lee  (et celle de brian Mc Lean  ) est magique et qu'il  est difficile d'expliquer  cette délicieuse sensation de voyage, de décollage et d'incroyable transparence que l'on ressent  a l'écoute des titres majestueux qui compose  'forever changes '

Oui  en somme ce disque  est un  miracle , une oeuvre  totalement solaire et radieuse  qui va devenir au fil des années un disque culte , une oeuvre de référence pour tout le psychédélisme anglais (Pink Floyd en tete) qui va  trouver la , une source d'inspiration évidente , une chose dont  ni Arthur Lee ni les autres membres de Love ne tireront profit puisque déjà miné par la spirale des drogues dures le groupe qui de plus refuse de s'éloigner de Los Angeles  va s'auto détruire et se désintegrer en quelques années nous laissant pour toujours en héritage ce disque miraculeux d'une beauté époustouflante .

Forever changes  que l'on retrouvera  toujours bien placé dans  les classements des plus grands disques de tout les temps ( a la sixième place pour le New.Musical.Express  , excusez du peu ) reste aujourd'hui encore un trésor caché qu'il faut faire l'effort  de découvrir et qui s'imposera a vous comme une évidence .

11:36 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : love, forever changes

17/01/2016

Discographie des années 2010

Pour faire suite  a ma sélection seventies, eighties, nineties  et  celle des années 2000 , je propose ma discographie sélective  (toujours  en 12 albums ) des années 2010 a savoir une période couvrant la décennie 2005 - 2015

 

 The Black angels  - Passover ( 2006)

s-l225.jpg

 

 

  Passover est un disque qui vous tombe dessus comme une bombe , comme un coup de massue  sonore nous sommes ici face a un disque fulgurant  , violent ,intense d'une puissance monstrueuse.

 The Black Angels (le nom est un hommage a 'the black angels death song " mythique chanson du premier album du velvet underground) est donc la dernière petite merveille  ,une merveille non pas venu  de New York ou de ses faubourgs mais d'Austin au Texas.  "Passover" leur premier  album malade et vénéneux  comblera d'aise  tant les fans transis de  Cold Wave  que tout les fondus de l'Underground,tout ceux qui continuent d'encenser le son crade et sale et  les guitares distordues  .Petits frères d'armes des Black rebel motorcycle club , fils spirituels des Stooges élevés au biberon Velvet, on notera aussi chez eux une touche très Morrisonnienne dans la voix du leader  Christian Bland . "Passover" c'est donc douze missiles  brûlants balancés avec une furia toute contenue et une folie presque palpable. On pensera  aussi  , outre les références déjà citées plus haut a joy Division (notamment sur l'hypnotique "the sniper at the gates of heaven ") ou encore a Brian Jonestione Massacre . Mais au delà des inévitables (et louables) inspirations The Black Angels nousproposent un rock pur jus débarrassé d'artifices superflus  et d'effets d'une quelconque nature . ici  c'est noir , ici  c'est glauque ici c'est malsain  et pour en être convaincu glissez donc "Passover " dans la platine  , mettez le volume a fond et dégoupillez 'young men dead"premier titre qui ouvre l' album et donne immédiatement le ton et même si  quelques titres sont un peu en deçà ( "bloodhounds on my trail ")  , la grande  majorité  ("manipulations ' " call to arms " "the first vietnamese war"  " better off alone "  sont totalement envoûtants et vous laissent des la première écoute sur le carreau.

 

Pour info signalons que le groupe  s'est non seulement  inspiré d'un titre du velvet Underground (The black angel's death song) pour son nom de scène mais que leur  logo rend également hommage a Nico  (vous avez dit culte?)

 

Arcade  Fire   -   the neon bible  (2008)

Arcade-Fire-Neon-Bible__2007_2-tt-width-500-height-500-lazyload-0-fill-0-crop-0-bgcolor-FFFFFF.jpg

 

 

 

 

 

 

 

sorti  3 ans après  le merveilleux  ' Funeral  '   album majeur   qui avait  propulsé Arcade  Fire    sur le devant  de la  scene  et fait  du groupe   canadien   un  groupe  instantanement  'culte ' voici la bande  de Win Butler de  retour  avec  un  disque ambitieux moins brut  et plus sophistiquée  que leur précédent mais  totalement  fascinant  et  envoutant

enregistré  dans  une  église  du Québec  spécialement  achetée  et  aménagée  par  le  groupe ' Neon bible  '  (titre  référence  au premier  livre  culte  de John kennedy Toole) est porté  par  4 titres fabuleux ( " No Cars Go" , "Keep the Car Running" ," Intervention" et" My Body Is a Cage") qui demontrent   toute  la palette  des multiples  talents de  ce  groupe qui deviant  après  seulement  deux  albums  et  en quelques  années  un des  groupes  essentielles  du rock contemporain

 

 

Charles Bradley - victim of love (2013)

Charles_Bradley_-_Victim_of_Love_album_cover.jpg

 

 ce disque attachant,  parfois bouleversant est celui d'un  rescapé , d'un survivant de l'amerique des laissés pour comptes , des oubliés du rêve américain

revenu des pires galères , de la misère et d'une vie de souffrances  Charles Bradley livre a 65 ans son second album (le premier 'no time for dreaming ' obtint en 2011 un succès plus confidentiel )

'Victim of love '  fait apparaître sur le devant de la scène un homme usé qui aura toute sa vie revé  de chanter et qui finalement après une vie de labeur et bien des désillusions  va faire de son reve une réalité.

Fasciné et  bouleversé  a 14 ans par un concert de James Brown a l 'Apollo théâtre de New York Charles Bradley aura baladé sa carcasse a travers le pays entre chansons  et boulots divers pendant des décennies

La passion de la musique toujours chevillée aux tripes il  aura même,  la cinquantaine  bien passée gagné sa croûte en singeant son idole sous un pseudo évocateur 'Black Velvet ' avant de voler enfin de ses propres ailes a l-aube des années 2010

ce disque rutilant , efficace  et totalement 'revival 70' nous met assurément du baume au coeur et des fourmis  dans les jambes.

 Les cuivres ,le groove , la voix tout ici est sans artifice et  sans chichi , tout  ici est d'une authenticité   palpable

'Victim of love '  qui délivre ses onze titres tous d'une  impeccable sinçérité est un régal dont il ne faut absolument pas se priver

 

 

the XX  -  The xx (2009)

2688070853.jpg

 

 

 

 

 

 

 

C'est un album arrivé chez moi par hasard , emprunté a la médiathèque par ma fille  j'ai commencé a entendre  et a tendre l'oreille quand elle le passait dans sa chambre et très vite l'album a quitté sa platine pour la mienne

Quelques recherches m'ont très vite renseigné sur ce premier album fracassant .The XX  (comment prononce t'on d'ailleurs  le nom de ce groupe ? -Double XX, THE X , XX ?) ,  c'est au final sans  grande importance car l'essentiel est dans le plaisir de l'écoute de ce disque a la mystérieuse pochette , une musique sombre, profonde , une musique qui réussit une alchimie parfaite des genres ( Pop, New Wave , Cold wave, Electro)

 Le groupe originaire de Londres existe depuis 2005 et se compose de Romy Madley Croft (chant, guitare) ;Oliver Sim (chant, basse) et Jamie Smith (clavier électronique, boîte à rythmes)

Après avoir provoqué un "buzz" sur  le net The XX va exploser notamment  grâce au  plébiscite du NME qui va les encenser et  de ce fait leur premier album va se classer a la troisième place des charts anglais. Les premiers 'singles' vont s'enchaîner 'basic space ' puis crystallised ' ' VCR' " Islands" avec toujours de superbes intro qui nous font lorgner du coté du The Cure  millésime 1980 des Cocteau Twins ou encore de  Young marble giants groupe culte  météorite (1978-1981) de la scène  britannique.

Le groupe nous montre déjà avec ce premier album l'étendue de son talent car il ne  se contente pas de proposer un 'revival ' new wave" il  nous  offre aussi  un savoureux  mélange electronique  et mélodique avec des titres envoutants  portés par les voix de Romy ou de Sim qui chantent tour a tour sur les onze titres de cet album superbe et bluffant

 

Cat Power  - the  greatest (2006)

 

The_Greatest-Cat_Power_480.jpg

 

 

 

 

 

 

 

Ce Disque est paru  tout  juste a  temps pour  figurer  dans la décennies concernée par ce post  (2005-2015) , en effet ' the  greatest '  ( non  ce n 'est pas une compilation ! ) est paru en janvier 2006

il est le  septième album de la prolifique Chan Marshall  Alias Catpower qui propose ici  un album qu 'on peut aisément qualifier comme  étant  celui de  sa maturité musicale  ( elle  a 34 ans a la sortie du disque)

non contente de nous avoir émerveillé il y a trois ans déjà avec un splendide crève-cœur minimaliste (You Are Free), elle revient avec un album sombre, intense  qui puise  ses  racines  dans la musique qui l 'aura  toujours fascinée , celle  de la musique noire américaine  héritée d 'Al  Green et  des musiciens de cette époque qu'elle a pu côtoyer dans les confins d'un studio de Memphis pour y accoucher de ce septième joyau.

Folk râpeux teinté  gorgé d'une soul généreuse, mélange  d'intimisme et de sensualité Bouillonnante , la voix (déjà) usée et triste de Chan Marshall  nous balade  et nous  transporte tout au long des douze plages  de ce disque profond et émotionnel

disque hanté  'the  greatest '  s 'affirme comme   un des  albums essentiels  de  la décennie 2005-2015  ,un disque référence  l 'œuvre aboutie d'une artiste fragile ,  entière  et  passionnée.

 . 

 

 

Dominique A    -   Vers les lueurs  (2012)

 

DOMA2-tt-width-360-height-342-lazyload-1-crop-1-bgcolor-000000.jpg

 

 

 

 

 

 

 

en 2012 en toute discrétion  l'ami Dominique A nous offre un cadeau magnifique pour  célébrer ses vingt années de carrière.

Son dixième album solo   " vers les lueurs ' succède au confidentiel  'la musique ' (paru en 2009). Toujours étonnant , toujours écorché  et  toujours hors des sentiers battus bien loin de l'agitation médiatique et  des matraquages radios  habituels de la variété française Dominique A avec cet album majeur tutoie gentiment les anges et  se moque et des modes et des tendances il fait  de la chanson française et il en fait avec talent .

A mon sens 'vers les lueurs ' est son album le plus radieux et  le plus abouti depuis le désormais classique  'la mémoire neuve ' qui l'avait révélé en 1995 , ce nouvel album  explose et irradie  de simplicité et de finesse

et puis c'est aussi en écoutant les titres de ce disque lumineux et solaire que j'ai eu comme une evidence une révélation oui ! ce type chante admirablement bien ,  sa voix sur la majorité des chansons de cet album est posée avec une justesse et une perfection totale  mettant en valeur des  textes d'une grande beauté

De plus , Le  nantais s'est entouré ici d'un  quatuor à vent (flûte, hautbois, basson, clarinette, ). qui donne a ses textes un climat étrange et envoûtant 

Rien a jeter ce disque indispensable qui deviendra je pense un disque charnière dans une  carrière sans écueil  , toujours intense ,  toujours délicat  , jamais prétentieux Dominique A  se pose ici en héritier d un  Manset a la recherche comme  lui de mélodies a la fois limpides et complexes 

 

 

Nick Cave & the bad seeds  - Push The sky away (2013)

MI0003468657.jpg

 

 

 

 

 

 

 

Quinzième album de l'australien ,et le premier sans Mick Harvey son complice de toujours Push the sky away s'impose comme  un des grands crus de l 'australien  Nick Cave and the bad seeds

On est ici incontestablement face a un album de la trempe de' the boatman's call '(1997) ou ' the murder ballads  '(1996) deux disques références dans la discographie de cet immense artiste

Des les premières notes de We No Who U R on est sous le charme de cet album qui sonne différemment des productions  de ces dernières années.

Débarrassé de toute agressivité rock , cet album respire une certaine forme de sérénité et de d'apaisement

Enregistré dans le sud de la France Push the sky away  est un disque  court (9 titres) mais lumineux de bout en bout

Il met en avant la voix fascinante de Nick Cave , en  crooner de luxe dans un style proche de Johnny Cash ('The man comes Around  en '2002) ou dans l 'esprit d'Iggy Pop ('Avenue B ' en 1999) le chanteur est tout au long de  cet album  époustouflant et irradie de sa classe solaire ce disque presque minimaliste tout en noirceur et violence contenue.

Un album quelque peu inattendu  qui enchantera tant les fans de l'australien que  tout ceux qui aiment les voix chaudes  et les belles mélodies, un disque que l'on peut qualifier  sans aucun doute comme celui de la maturité.

 

 

Amy Winehouse  -   back to black (2006)

 

e4e1dfbd41b435bdb41a8768495200a04e561795980af.jpg

 

 

 

 

 

 

Ovni incontournable de la décennie écoulée , album devenu mythique , 'Back to black ' est un bijou absolu de soul musique  transcendé  par une chanteuse hors pair qui  va  malheureusement voir son  destin la rattraper pour la faucher en 2011 , une poignée  d'années après la parution de ce disque magique qui sonnera comme un testament musical

tout a été dit , écrit  sur Amy Winehouse (voir le film documentaire 'Amy '  d 'Asif Kapadia  en 2015), il nous reste désormais de ce météore deux albums dont ce 'back to black '  vendu  par palettes  et qui nous éblouit encore a chaque écoute par la grâce , le talent , la voix , l intensité  quasi dramatique de l interprétation de  cette  artiste inoubliable.

 

Christine & the Queens  -  Chaleur humaine  (2014)

Christine-and-The-Queens-chaleur-humaine.jpg

 

 

 

 

 

 

 

encore un Ovni  ou plutôt un OSNI (un objet  sonore non identifié)

Chaleur humaine  ( quel beau titre!) l 'album de Christine & the Queens qui fait tout , absolument tout ( elle écrit, compose , et travaille sur  les arrangements ) sur ce  disque incroyable  nous  arrive  au début de l 'été 2014

rarement un disque ne m 'aura paru des la première écoute , aussi novateur, aussi culotté ,la ténébreuse  et mystérieuse rouquine   frappe un grand coup avec ce premier  album qui puisse  son inspiration a la fois chez Laurie Anderson  , David Bowie ou   chez Klaus Nomi

des textes énigmatiques  jamais pompeux, des mélodies  , des envolées , des paris osés pour un disque chanté en anglais , en français et même en italien , un moment de  grâce absolue avec 'Paradis perdus '  mash -up hallucinant et gonflé   des 'paradis perdus ' de Christophe et  de heartless  de kanye west

un disque soigné et   travaillé (on retrouve  les prémices  de cet album sur les (déjà) excellents EP's "Miséricorde", "Mac Abbey" et "Nuit 17 à 52"

Chaleur humaine  est incontestablement une réussite  majeure  de la scène française  de cette décennie , un album mélancolique  entre feu et glace, un disque   incontournable  et  qui dépasse nos  frontières

 

Melody Gardot - worrisome heart (2008)

 

Melody-Gardot-Cover-My-Worrisome-Heart.jpg

 

 

 

 

 

 

 

un premier album sophistiqué entre  folk et jazz  et  teinté  de   blues , un  entrée  fracassante  dans le monde de la musique  avec ' worrisome heart '  un  album incroyablement maitrisé et  touché par  une  grâce absolue

la voix unique et désormais  reconnaissable de  l' incroyable  Melody Gardot, âgée  de 23 ans a la parution de  ce  disque , héritière  de Norah Jones  ou de Joni Mitchell .

Un disque  de  revanche sur la vie  , un disque de résurrection pour l 'américaine  qui  grièvement blessée en 2003 aura passé  des  années a  se  remettre sur pied  en  pratiquant le chant et  la musique  comme thérapie et accoucher de ce disque d'une maturité confondante et  qui force le  respect.

Melody Gardot   s' offre   ( a 23 ans) avec  'worrisome heart ' le luxe   absolu  de composer   elle même l intégralité  des  titres  de  cet opus et ne  cédant jamais  a la facilité  elle livre ici  un album   d'une  sensibilité bouleversant , le  disque parfait , celui qui suspend le temps   celui des petits matins  endormis et  des  fins de  soirées 'cocooning  .

Magique!

 

Stromae racine carrée  (2013)

91N8dC34o5L__SL1400_.jpg

 

 

 

 

 

 

 N 'en  déplaise  a  certains Stromae  révélé  avec le single ' alors on danse ' (2009) n 'est donc pas  une météorite musicale  ou un artiste   'hype  '   sitôt encensé  sitôt oublié.

Avec   'racine carré  paru  a l' été 2013 Stromae  va devenir en quelques mois un artiste incontournable  prenant  tout le monde a contrepied avec  ce  disque bluffant  et  étonnant qui réussit  l 'exploit  de  réconcilier  autour  d'un même artiste  parents et  enfants . 

résonnant  de sonorités  diverses , basculant  de la  world music  au  hip hop en passant par  l'electro , les mélodies  dansantes  et  entêtantes  de  racine carré  vont trouver  un  très vaste public et faire de son auteur un phénomène de société dont la notoriété va  très vite  dépasser l'axe  Belgique  -France

les mélodies  dansantes et endiablées de ce disque étonnant  vont de plus s'appuyer  sur des textes intelligents  , teintés d'humour  mais  aux  sujets  graves  et  d'actualité  ( la déforestation ( 'humain a l 'eau") , le  sida ( "moules frites ")  le  cancer(  'quand  c'est" ?) ,les  réseaux sociaux ( "carmen") l 'absence  du père  ( "papaoutai ")

Porté  par  deux  hits enormes  en terme  d'impact  médiatique  ( 'papaoutai ' et  surtout  '  formidable ' relayé par des vidéos de premier choix et inoubliables, conclu par  des performances  scéniques  totalement ahurissantes  en termes  d'innovation et  d interprétation  l 'album du  génial belge  va  s'imposer  comme l un des  grands disques  de  ces dernières années.

Son disque inclassable  et décalé est indiscutablement a sa place  dans le top 12 des albums  essentiels  de  la décennie  écoulée.

 

Radiohead  -in rainbows  (2007)

 

81KWYrlOt7L._SL1254_[1].jpg

 

 

 

 

 

 

 

 faisant  suite a  ' hail to the  thief'  album de 2003 en demi teinte  apres  les productions fantastiques  des  années 1997-2001 des  années  ' in rainbows  '  est une surprise   que  l 'on n 'attendait  plus  du groupe  majeur  de  ces dernières décennies

Crânement  revenu défendre  son titre  de  groupe le plus  important  de la scène pop rock electro Radiohead  nous propose  ici  10 Titres  qui nous laisse   KO Debout   , du premier  titre déchainé   '15 step'   aux envolées  de ' weird feisches ' du monstrueusement  puissant  ' bodysnatchers  ' du chant  plaintif  et de la voix atmosphériques de  Thom Yorke    sur  'nude ' , de la  folk  (très  Nick Drake  ) de  ' faust  Arp ' tout ici est colossal  et d'une maitrise absolue

trois chefs  d'œuvres  plus  tard  ' reckoner '   ' jigsaw into places '  '  videotapeset Radiohead   accouche  d'un  immense  album qui nous  transporte  avec grâce  des rivages  du rock électronique a a une  pop moderne habitée et jouissive.

 

 

et pour quelques  albums de plus

Alain Bashung- bleu pétrole  -(2008 )

Daft Punk -  random access memories (2013)

Julien Doré  - Love  (2013)

alt J  - an awesome wave ( 2012)

Lana Del Rey -  born to  die (2012)

The Shins  -   wincing  the   night away (2007)

Joanna Newson  - Ys  (2006)

Angus  and  Julia Stone  (  Angus and Julia Stone 2014)

Benjamin Biolay  la superbe (2009)

MGMT  -  oracular   spectacular (2007)

Portishead  -  third   (2008)

David Bowie  -  the next day (2013)

Justice   - Cross  (2008)

Josh T Pearson - last of the country gentlemen  (2011)

The Alabama shakes  -sound & color (2015)

James Blake  - overgrow  (2013)

 

 

 

 

11/01/2016

R.I.P David Bowie (1947-2016)

 

 

   David Bowie  -  Changes


podcast


bowie.jpg

 

 

Décidément  il n 'aura jamais fait comme tout le monde

alors que sortait a la surprise générale 'Blackstar ' son nouvel et 26eme album quelques   jours   auparavant David Bowie tire sa révérence en prenant la planète de cours et en laissant des centaines de milliers de fans et d'admirateurs orphelins de sa musique et de son génie

Indiscutablement l 'artiste le plus novateur de son époque , véritable  caméléon artistique s'en va et nous laisse une œuvre colossale a l image de son incroyable talent

écrire un hommage a Bowie est une chose que je n 'imaginait pas faire de sitôt tant l 'homme me semblait invulnérable et indestructible

Sa place dans ma vie est si importante que je ne sait par ou commencer et j ai peur d 'en oublier tant Bowie m 'aura procuré depuis des années tant d'émotions et de bonheur.

j 'ai aimé David  Bowie a toutes les périodes avec toujours une admiration pour cette faculté , ce génie a se reconstruire et a se réinventer sans cesse

toujours la ou l'on ne l 'attendait pas, toujours surprenant  , toujours en avance , toujours  d'une liberté et d'une audace sans pareille Bowie aura joué avec les codes ,les règles pour mieux   nous surprendre et se surprendre lui même

d'une intelligence et d'une richesse culturelle hors normes il saura puiser dans  tout les domaines artistiques le terreau de son travail fantastique et  ambitieux

Les hommages nombreux et éloquents qui vont  (et a juste titre) se succéder prouvent indiscutablement son importance et sa place dans l élite et dans l histoire de la musique moderne

Quant  a moi , il est  l un des plus grands artiste de  son temps ,il est a la musique  ce  que Chaplin est au cinéma  ou Picasso a la peinture  , un touche a tout de génie incomparable et inégalé  incarnant a la perfection  la définition même du  rock moderne.

 

David Bowie   -  Kooks


podcast

 

David Bowie  -  oh  you pretty things


podcast

 

David Bowie  -  wild is the wind


podcast

 

 

 

 

 

06/01/2016

L'histoire de Melody Nelson (Serge Gainsbourg-1971)

medium_histoiredemelodynelson1042566052579279.gif

On ne présente plus l'histoire de Melody Nelson  paru en 71, et dont l'influence a dépassé les limites géographiques de l'Europe pourtant  on oublie trop vite que ce disque fut un échec commercial terrible (a peine 20.000 exemplaires vendus), un album  paru trop tôt pour un public décontenancé et peu intéréssé par l'ambition de cette oeuvre musicale hors normes.
A l'image d'un Gérard Manset Gainsbourg repoussait les limites du disque à écouter en inventant le concept-album, et donnait ainsi une structure  nouvelle et moderne a la musique.

Les arrangements et l'orchestration du tandem Gainsbourg - Jean-Claude Vannier (l'homme de l'ombre de cet album) sont dans ce disque de toute beauté. c'est avec ce disque sublime que Jane Birkin, petite lolita british sortie toute droit, en jupe courte et socquettes du "swinging london "va devenir Melody Nelson pour l'éternité.

Sept chansons pour une durée  totale d'à peine une demi-heure pour raconter le fantasme (thème reconduit en 76 pour L'Homme A Tête De Chou), du coup de foudre sulfureux d'un quadra pour une fille beaucoup plus jeune.
Gainsbourg place dès l'ouverture un chef-d'oeuvre avec le somptueux Melody; 7'33 de pure rêverie ponctuées par un texte inoui racontant la rencontre accidentelle avec la petite rouquine a vélo.
Le deuxieme chef-d'oeuvre clôt l'album et l'ecriture de Gainsbourg touche au sublime avec "Cargo Culte", lente spirale psychédélique et baroque qui se termine par cette merveille:


Et je garde cette espérance
d'un désastre aérien
qui me ramènerait Melody
mineure détournée
de l'attraction des astres".


La génération du début des seventies qui a raté son rendez-vous avec Lucien Ginzburg, génie visionnaire absolu  qui doit bien ricaner de là-haut en voyant les hommages multiples suscités par son oeuvre depuis quelques temps déjà et je crois l'entendre murmurer: "Vous voyez les p'tit gars, Melody Nelson c'était pas dégeu''...

Serge gainsbourg -  la balade de Melody Nelson


podcast

 
 

02/01/2016

Fahrenheit 451

 

 

Fahrenheit451B.jpg

 

 

 

 

Fahrenheit 451 est le seul long-métrage de François Truffaut en anglais ; c’est également sa seule adaptation d’un roman de science-fiction (ray Bradbury), il s’agit là par conséquent d’une œuvre totalement a part dans la carrière du célèbre réalisateur français.
Avec peu de choses Truffaut nous présente un univers futuriste terrifiant .Il nous fait ressentir la froideur et percevoir l’anonymat et l’absence totale de sentiments.
Le conditionnement clinique des personnages n’est pas sans rappeler la série télévisée culte le prisonnier réalisée a la même période.
Les références littéraires de Fahrenheit 451 (température de consumation d’un livre) nous font prendre conscience de l’importance de la mémoire culturelle.
Le moment fort du film reste la séquence ou les personnages s’identifient chacun a un roman célèbre et en apprennent par cœur le texte afin qu’il échappe a la folie destructrice des hommes, ce passage est d’une effroyable beauté glaçante
Réalisé en 1966 ce film est d’un avant-garde étonnant et d’une modernité stupéfiante et cette incursion dans l’univers du cinéma d’anticipation par l’un de nos plus grands metteur en scène est un véritable coup de maître.

10:57 Publié dans cinéma | Lien permanent | Commentaires (0)

Boulevard du crépuscule ( Billy Wilder -1950)

 

boulevard du crepuscule,billy wilder

 

 

 

 

Si certains films ;même lorsqu'ils sont des " incontournables" de l'histoire du cinéma  vieillisent  mal ce n'est pas du tout le cas  de " Boulevard du crépuscule " (sunset boulevard)  qui de toute évidence traverse les  décennies . Ce  film fut réalisé en 1950 par un maitre de la comédie americaine Billy Wilder ( 7ans de réflexion (1955) - la garconnière (1960) certains l'aiment chauds(1959) pour ne citer que quelques films) mais cet immense réalisateur avait débuté sa carrière par un genre trés prisé dans les années 50 le film 'noir ' et si son chef d'oeuvre absolu reste trés certainement 'assurance sur la mort " réalisé en 1944 il est incontestable que 'boulevard du crépuscule ' est l'une de ses plus grandes réussites .

La grande force du film de Wilder est de nous passionner pour une intrigue dont la fin est dévoilée des les premières minutes .Un homme Joe Gillis  , scénariste en panne d'inspiration (William Holden) est retrouvé mort abattu de deux balles dans le dos et flottant dans la piscine de Norma Desmond  (Gloria Swanson) une ex star du cinéma  .

Narrateur de sa propre destinée Joe Gillis va nous raconter les circonstances qui l'ont mené a sa triste fin mais au delà du meurtre et de  l'intrigue "Boulevard du crépuscule " est surtout un grand film sur la déchéance ,d'abord  celle d 'un homme prêt a tout et qui finit piégé  et celle d'une star du cinéma muet  déchue et oubliée  du public et qui continue a croire en sa gloire passée. A travers le personnage pathétique de Norma Desmond c'est aussi un émouvant hommage rendu au cinéma  muet dont le passage au parlant a laissé sur le bord de la route des centaines de comédiens . le choix de Gloria Swanson elle même star du cinéma muet  pour interpréter Norma  n'est certainement pas un hasard  et on peut dire que l'actrice joue dans ce film  ni plus ni moins que son propre personnage. Aux frontières de la paranoïa et de la folie Gloria Swanson est ici  tour a tour inquiétante , bouleversante , déchirante et son interprétation est tout simplement éblouissante ,elle apporte une authenticité qui donne au film un coté trouble quasi mystique.

A ses cotés qui d'autre aurait pu être plus inouï que erich von Stroheim pour jouer le rôle de max le majordome vieillissant et dévoué a l'ex star ?.le choix de Wilder est encore une fois parfait ;en choisissant celui que hollywood surnommait 'l'homme que vous aimerez haïr" il donne a son intrigue le coté sombre et inquiétant propre au jeu d'acteur unique de Von Stroheim. Ancien metteur en scène maudit (les rapaces  -folies de femmes  mais aussi Queen kelly  ou il dirigeait Gloria Swanson) l'acteur au timbre de voix si particulier fut  aussi l'un des comédiens  incontournables des années 40 (l'alibi (1937) -les disparus de st agil (1938) la grande illusion (1937) en sont des exemples parfaits).

D'autres figures  de l'âge d'or d'Hollywood jouent ici leur propre rôle Cécil B De Mille le célèbre  réalisateur  ainsi que  Buster Keaton qui incarne de sa silhouette unique sans prononcer la moindre parole un comédien oublié ,  compagnon de solitude  de Norma Desmond .

Enfin William Holden dans le rôle de Gillis scénariste  en mal d'inspiration qui croise pour son malheur la route de norma  , Il est  absolument remarquable dans le rôle d'un homme pris au piège comme une proie dans une toile d'araignée et  trouve avec  'boulevard du crépuscule" l'un des deux  ou trois plus grands rôles de sa carrière.

pour la petite histoire le film nominée 11 fois aux oscars 1950 ne fut pas récompensé a sa juste valeur  , seuls trois oscars  lui ont etés décernés (scénario - musique - direction artistique) beaucoup furent scandalisé ( a juste titre) de ne pas voir Gloria Swanson décrocher la précieuse  statuette  , le choix du jury se portant sur Judy Holliday dans "comment l'esprit vient aux femmes "de Georges Cukor  .

Quant a William Holden nominé et non récompensé il se rattrapera en 1953 en obtenant l'oscar pour "stalag 17" réalisé par....Billy Wilder.