Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/04/2012

Les Lyonnais (Olivier Marchal 2011)

 

les-lyonnais-cd.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Après 36, quai de orfevres réalisé en 2004 ( chronique  disponible ci dessous) et MR73 (en 2008) voici  Les Lyonnais quatrième  film réalisé par Olivier Marchal ( le premier Gangsters' 'sorti en 2002 étant quant a lui passé totalement passé inaperçu lors de sa sortie 

Inconstablement après la demi  réussite des deux 'polars ' précédents celui ci est nettement un ton en dessous malgré une distribution intéréssante (Gerard Lanvin , Daniel Duval Tcheky Karyo ,Lionel Astier)

S'appuyant sur les mémoires d'un célèbre truand Edmond Vidal et de son autobiographie 'pour une poignée de cerises ' le film raconte le retour bien malgré  lui d'un truand rangé  sur le devant de la scène 

Par des flash blacks successifs Marchal nous ramène tantôt a l'enfance , ou a l'adolescence et a l'age d'or d' Edmond Vidal et de sa bande  baptisée dans le milieu des années 70 "le gang des lyonnais"

l'action se concentrant  essentiellement dans les rapports étroits entre Vidal (gerad Lanvin) et son ami d'enfance Serge Suttel (Tcheky karyo)

règlements de comptes , paroles données, planques ,  trahisons, cavales tels sont donc les ingrédients qui rythment le film proposé par Cet ex policier passé a la mise  en scène depuis et qui entre télévision et cinéma décline plutôt  intelligemment le genre 

Mais si le film  Les Lyonnais se laisse regarder il ne s'imposera pas comme un grand film policier français et ne fera pas date  en raison notamment d'un manque de ,le scénario est un peu téléphoné , en voulant livrer un 'polar ' a l'ancienne du style Melville ('le doulos' ) ou   Corneau ('le choix des armes ') Le film manque cruellement de punch , de dynamisme , de surprise , bref un polar de Plus

A noter que la série 'Flics ' (2 saisons la première en 2008 la seconde en 2011) réalisée  par le même réalisateur  est nettement plus convaincante que ces lyonnais  un peu mollassons a l'image d'un Lanvin pas toujours Très  convaincant en patriarche du grand banditisme.

 

 

 

lire ici  la chronique de 36 Quai des orfevres

http://jimboland.hautetfort.com/archive/2005/08/04/36-qua...

16:16 Publié dans cinéma | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.