Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/09/2005

Le pornographe

c'est évidemment un film difficile , un univers délicat  a  pénétrer et  qui  demande un effort  et que nous n'avons pas toujours a faire devant un écran

imprégné d'un climat et d'une ambiance qui rappelle les films de jean Eustache ou de léos Carax, (le ton des comédiens et la lenteur délibérée du traitement de l'histoire ) ce film  peut irriter et je suppose que  nombreux sont ceux qui n'ont pas étés au bout de ce "pornographe".

Et pourtant si on prend le temps d'envisager le cinéma différemment alors , le film peut faire chavirer et devenir captivant.

 jean-pierre Leaud s'y révèle splendide encore une fois et peut faire a tout moment d'une banale  scène anodine un moment de grâce absolue, son phrasé ,son aura , sa présence ,son économie de gestes et ses regards sont autant de pure magie visuelle .

Autour de lui les comediens (dont certains sont de veritables professionnels du cinéma X ) lui donnent la réplique avec soin et avec la platitude caractéristique du cinéma d'auteur (encensé par les uns , vomi par les autres) .

Dans ce film hermétique de bertrand Bonnello il n'y a jamais une once de vulgarité ? bien au contraire  il s'en dégage des émotions pudiques  et une tendresse palpable et touchante.

Au dela de l'étude de la profession de pornographe ,mot qui semble venu d'un autre âge , le film nous raconte surtout l'histoire d'un homme qui cherche la paix avec lui-même ,qui cherche a s'aimer encore dans le regard des autres puisqu'il y a longtemps déjà qu'il a céssé de s'aimer dans le sien

Filmer la lente déprime et la désillusion de soi n'est pas chose aisée et n'attirera certes pas les foules ,ca peut pourtant etre une forme de thérapie chez tous ceux qui sauront derriere la facade de ce film profond entrevoir l'humanité  et la tolérance dont le monde a tant besoin .

17:40 Publié dans cinéma | Lien permanent | Commentaires (0)

Écrire un commentaire