Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/01/2017

Magnolia ( Paul Thomas Anderson 1999)

magnolia-2-cb6be.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Modèle de film choral ou les personnages et les  histoires  se croisent et  se confondent "Magnolia "  est ,  malgré  sa longueur et ses 182 minutes intenses un film remarquable en tout point.

 Certes , il faut s'accrocher car le cinéma vu et imaginé par Paul Thomas Anderson se mérite  et peut parfois dérouter mais si on pénètre l'univers du réalisateur l'émerveillement est total

certes le sujet n' est pas de matière a se réjouir  et  les sujets  abordés  sont  graves et   douloureux ( la maladie , la mort, les regrets, le pardon , l'abandon, le deuil  et  les rendez  vous manqués ,  ) mais on y parle aussi de  suicides , de maladies incurables , de  pères indignes  mais aussi d'enfants prodiges, de sexe, de  Télévision ,  d'amour et de  rencontres.

Définir en quelques lignes un tel film relèverait d'un exploit dont je n'ai pas ici la prétention mais pour embarquer le  spectateur  dans le long  voyage  qu'est 'Magnolia ' il faut compter sur les comédiens  incroyables qui composent les  histoires  de  ce  film incroyable

De Julianne Moore  (sublime  comme  souvent) a Philip Seymour Hoffman (émouvant), de Tom Cruise  (étonnant )  a William H  Macy (bouleversant) sans oublier la révélation  (pour moi) de  ce  grand  film génial  et malade  Melora Walters  fantastique en junkie  désespérée et au bout du rouleau.

Tous ici sont les maillons d'une chaine humaine pleine  de  fureur et d'intensité Incarnant  tour  a tout les  forces  et  de faiblesses de la condition humaine.

Portée par une  jolie  bande  son qui mêle compositions de Jon Brion et  chansons diverses  ( Aimée Mann, Supertramp , Gabrielle) 'Magnolia ' Nous réserve , outre les prestations impeccables  d'acteurs habités  de  purs moments  visuels d'une force et  d'un lyrisme foudroyant (la pluie de  grenouilles) et des  faces a faces d'une  grande  force émotionnelle , l'interview de Franck Mc kay  (Tom Cruise) par la  journaliste ,la  rencontre  entre le policier  timide  ( John C Reilly ) dans l'appartement  refuge  de  Claudia  (Melora Walters)  ou encore  le face a face desepéré  de Linda  ( Julianne Moore ) avec son vieux mari  mourrant (jason Robards) en sont  de plus bouleversants  exemples parmi d'autres.

Pour toutes ces multiples  raisons et pour plein d'autres  qui  vous appartiendront Magnolia  s'impose  avec  force comme un  film majeur du cinéma US et comme  un grand  film sur le hasard et la destinée .

 

11:24 Publié dans cinéma | Lien permanent | Commentaires (1)

Commentaires

Oui un grand film sur les regrets, les remords, la tristesse, le pardon, l'amertume de la vie, les enfants maltraités. Et comme il est précisé dans le film "même si nous en avons fini avec le passé, le passé, lui, n'en a pas fini avec nous!". Au milieu de cette mosaïque d'histoires et de personnages, il y a tout de même l'espoir incarné par le policier et l'infirmier. Ce film m'a beaucoup impressionnée. Reste une question à laquelle je n'ai pas trouvé de réponse : Pourquoi ce titre "Magnolia" ?
(Il semble que le magnolia blanc symbolise la pureté et la dignité)

Écrit par : marie | 26/05/2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire