Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/05/2016

1.Outside ( David Bowie 1995)

David-Bowie-planowal-kontynuacje-plyty-Outside_article.jpg

 

 

 

 David Bowie  - The Hearts Filthy Lesson


podcast

Concocté avec le génial Brian Eno , Outside  le vingtième  de  sa  discographie  est de toute évidence  un  album complexe et ambitieux, dans la carrière de Bowie

Basé sur  l'histoire de Nathan Adler un détective sur les traces d'un tueur, ce disque ambitieux sera perçu  (  a  juste   titre) comme une renaissance artistique par de nombreux fans.

Pour la première fois depuis bien longtemps, Bowie, inspiré par le rock industriel ( Nine Inch Nails) et la techno, prend des risques un peu de la même manière qu'il  avait  su le faire durant les seventies , période de parution de ses albums majeurs

L'album qui comprend 19 plages alterne chansons et interludes , Bowie pour ce  long concept -album ( 1h 16) est entouré de musiciens qui ont souvent collaboré avec lui (Brian Eno evidemment qu'il retrouve après la fameuse trilogie berlinoise des années 70  ("Low "- "heroes" - "lodger" ) mais également le guitariste  Reeves Gabrels qui faisait partie de l'aventure Tin Machine  (de 1989 a 1992 )  ou encore le pianiste Mike Garson qui n'avait plus travaillé avec lui depuis 'Diamonds dogs' (1974)

On retrouve aussi  d'autres fidèles  (Carlos Alomar  -Erdal Kizilcay) pour accompagner Bowie sur ce disque 

l'influence de groupes issus de la nouvelle scène  rock industrielle américaine (Nine Inch nails en tète ) est totalement perceptible sur ce disque mais 1.Outside ne peut évidemment pas se résumer a cela , en effet le travail fantastique de Eno génie absolu de la production  donne ici une atmosphère étrange décalée ,un  savant mélange ( caractéristique a ses productions )  a mi chemin entre jazz, electro et rock indé

Qui  d'autre que Bowie pouvait réussir un tel pari ?

Bowie qui bien que proche de la cinquantaine au moment d'enregistrer de disque essentiel s'offre ici une cure de jeunesse , un lifting musical qui lui redonnera au milieu des années 90 une place de choix sur la scène pop-rock et lui permettra aussi de sortir tête haute du désert musical  de ses dernières productions 

Outside permet aussi a Bowie conscient de  la place grandissante des musiques electroniques  d'élargir son champ musical , certes l'album est certainement ( un peu ) trop long  et certains titres sont dispensables mais d'autres en revanche  sont totalement fascinants ( hallo Spaceboy !-  I'm déranged - 'the voyeur of utter destruction ' the hearts filty lessons" - "strangers when we meet

Grand  disque!

 

16:38 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.