Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/06/2011

Comme les cinq doigts de la main (Alexandre Arcady 2010)

 

19361625.jpg-r_160_214-b_1_CFD7E1-f_jpg-q_x-20100322_033220.jpg

 

N'en déplaise a messieurs Arcady et Bruel il existe  des bons et des mauvais films comme il y a des bons et des mauvais couscous et assurément nous sommes ici dans un film qui appartient a la deuxième catégorie

Comme les cinq doigts de la main est donc un film lourd , tres lourd  ( a la limite de l'indigeste)  , construit autour un scénario affligeant et invraisemblable ,il nous présente des personnages totalement stéréotypés, les dialogues  sont  d'une triste banalité (frisant parfois la nullité )

La réalisation d'Alexandre Arcady jadis mieux inspiré car moins prétentieux  est  plate et sans âme et l' interprétation (quel curieux choix de casting !  ) est fade et sans intérêt avec une majorité de comédiens qui surjouent (Bruel en fait des tonnes , Michel Aumont est ridicule , Françoise Fabian est a peine crédible ) les autres (Elbaz , Elbé ) ne semblent jamais dans le coup (seul l'inusable Amidou est a sauver de ce naufrage collectif)

Ici les juifs sont  tous bons , respectueux des valeurs , plein de charme et d'humour et les méchants sont tous des gitans sales et bien entendu horriblement méchants

Encore un film sur la  famille juive  (ses régles , ses codes) avec  et c'est plus génant une apologie de la loi du talion ( au passage quelle ridicule et surtout invraisemblable histoire de vengeance ) bref un navet doté au passage de séquences a hurler de rire (la rencontre avec les méchants  islamistes  armés jusqu'aux dents  , le reglement de comptes final avec  la bande de Boban)

Arcady qui n'en finit plus d'explorer le sujet de la fratrie juive touche  le fond avec  le clan des Hayoun  (tous d'ailleurs  au passage plus insupportables les uns que les autres)  ,son cinéma  atteint ici les limites du genre.

 

 

 

16:00 Publié dans cinéma | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.