Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/07/2006

Mihara - Yama , le volcan aux suicides

 

medium_Mihara1.jpg

 

Oshima est une île  située a 90 kms de Tokyo , cette île aujourd’hui touristique  ou on trouve hôtels et boutiques  de luxe n’était pourtant  qu’une île aride  et austère  voici quelques dizaines d’années seulement  et cette notoriété fut atteinte de  curieuse manière .

La  particularité d’Oshima  et qu’on y trouve  un volcan en activité  le Mihara –Yama

En février  1933 Kyoko Matsumoto  une étudiante  décidée a en finir avec sa jeune vie se jeta dans le cratère fumant du bouillonnant volcan.

Cette méthode nouvelle de suicide fit grand bruit dans ce pays ou le suicide est depuis longtemps considéré comme un geste d’une grande  dignité.

On imagine aisément l’enthousiasme autour  du geste  désespéré de la jeune fille  et rapidement les quotidiens  relatèrent avec détails le parcours de Kyoko  avec photographies et itinéraire du chemin  parcouru.

D’éminents spécialistes  furent  questionnés et  publièrent  leurs réflexions  sur le sujet.

Les japonais qui depuis toujours entretiennent une relation particulière avec le suicide  se passionnèrent pour ce fait divers.

 L’originalité du suicide de Kyoko inspira plus de 500   désespérés qui se jetèrent  a tour de rôle dans le volcan tandis que 1700 en furent empêchés par des passants.

Les curieux affluèrent à Oshima  et il fallut  instaurer une navette entre l’île et la capitale japonaise , cette ruée vers ‘ l’île du suicide’ fut attisé par le journal ‘Momiuru  qui créa un concours pour récompenser  la première personne qui descendrait dans les entrailles du Mihara-Yama  et en reviendrait vivant.

Un câble avec une nacelle  fut attaché a un treuil et ces préparatifs amenèrent davantage encore de  badauds sur l’île  pourtant si les candidats au grand saut définitif continuèrent a  venir les  volontaires pour la descente avec billet retour ne se bousculèrent pas  aussi pour  sauver la face devant un projet qui au bout du compte ne suscitait que peu d’enthousiasme  le rédacteur en chef du journal Mr Tokusaiwata décida de descendre lui-même

 A Grands renforts de publicité  autour de l’événement on arrêta la date du 29 mai et Mr Tokusaiwa s’installa sans la nacelle après avoir écrits testament et lettres d’adieux  ,il mit un masque  a oxygène et commença la descente .

Le rédacteur en revint inanimé et  à demi mort, sa descente dans le volcan avait  duré 50 minutes et avait  failli lui coûter la vie.

Le lendemain le journal tira  a 900.000 exemplaires et il y eut  100.000 nouveaux abonnés.

Depuis cette expédition  médiatisée Oshima ne cessa de développer  son tourisme , hôtels , boutiques , restaurants    et commerces  prospèrent  sur l’île  , la navette de 1200 places ne désemplit plat et les autorités ont dus installer une barricade  gardée par une brigade de surveillance  autour du cratère  pour dissuader les prétendants au grand saut .

Malgré la création  d’une ligue contre  le suicide au Mihara-Yama  ,les candidats sont encore nombreux  et la mode lancée bien malgré elle par Kyoko Matsumoto  continue a  faire chaque année  de nombreux émules  qui voit dans ce choix de mourir   un statut de martyr  qui les transcende

 

Commentaires

C'est très triste...

Écrit par : Catherine Gadoury | 28/01/2007

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire