Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/08/2005

Jean Genet et Le condamné a mort

La mort est un thème prédominant  dans l'oeuvre de jean Genet  , écrivain et poète maudit disparu en 1986 seul dans la solitude d'une chambre d'hôtel près de la place d'italie.

orphelin de père  ,abandonné par sa mère a l'âge de  1an , pupille de la nation ; Genet va mener une vie peu ordinaire , de familles d'acceuil en maisons de redressements pour se forger un caractère et une personnalité  a toute épreuve et  devenir un écrivain et un poète maudit un peu a l'image d'un autre écorché vif de la littérature francaise  Antonin Artaud.

il revendiquera aux yeux de tous son homosexualité et deviendra l'intime de Cocteau et de Sartre; il verra par trois fois ses plus proches amis disparaître tragiquement ,tout d'abord son compagnon;le résistant  jean Decamin qui sera abattu sur les barricades le  19 août 1944 lors de la libération de paris .

Apres la guerre Genet poursuivi par la justice sera incarcéré par la milice française au camp des tourelles antichambre des camps de concentration mais sous  la pression des intellectuels francais emmené par Cocteau et Sartre il obtiendra la grâce du président Vincent Auriol (en 1951).

En  1956 Il tombe amoureux d'un jeune acrobate de  18 ans Abdallah  Bentaga qu'il va aimer passionnément mais ce dernier fragile et instable se suicidera en s'ouvrant  les veines en mars 1964 .

Genet est anéanti et envisage  d'arrêter d'écrire et quitte la France mais Il doit de nouveau affronter la mort de l'un de ses plus proches amis  Richard Frechman qui se suicide en mars 1967.

Il s'engage pour le combat de l'amélioration  des conditions de vie  des travailleurs immigrés en france  au coté de marguerite Duras en 1970 puis quitte la même année l'Europe pour se rendre clandestinement aux Etats -unis ou il est sollicité par les Blacks panthers pour défendre leurs causes  ;recherché par les autorités américaines il doit s'enfuir en mai 1970 et regagne paris ou il continue de militer en faveur des immigrés maghrébins jusqu'en 1974 date ou il s'installe a tanger avec son nouveau (et dernier) compagnon  Mohamed El -Katrani .

Il apprend en 1979 qu'il est atteint d'un cancer de la gorge mais continue d'"écrire et de militer .

le 19 septembre  1982 il est l'un des premiers européens a entrer dans le village de Chatila deux jours seulement apres le massacre des deux camps de Sabra et chatila

Il décrira l'horreur de cette découverte dans  un article enflammé 4 heures a Chatila

mais la maladie le gagne et il s'isole petit a petit du monde des humains et c'est dans  un dénuement proche de la misère qu'il s'éteint seul a paris dans  une chambre d'hotel de voyageurs  le 15 avril 1986

il est entérré dans  le cimetière espagnol du petit village marocain de Larache au bord de la Médittéranée

 ses deux  principaux romans sont  Notre dame des fleurs (écrit a la prison de Fresnes en 1942)et Querelle de Brest adapté au  cinéma par Rainer .W. Fassbinder en 1982.

Immense ecrivain pour le théatre Genet a écrit des pièces inoubliables dont la plus célèbre reste les Bonnes (1946)  inspirée du fait divers des Soeurs Papin ,doubles meutrières dans la ville   Mans  en  1933

Poète torturé et engagé il laisse des textes sublimes plein d'émotion et de frisson j'ai choisi pour illlustrer cet hommage a Genet un extrait du condamné a mort écrit en prison  en 1942 a la mémoire de Maurice Pilorge ,assassin de 20 ans éxécuté  a st-Brieuc en  1939

 

le ciel peut s'éveiller , les étoiles fleurir

ni les fleurs soupirer et des prés l'herbe noire

accueillir la rosée ou le matin va boire

O Viens mon ciel de rose ,O ma corbeille blonde !

visite dans la nuit ton condamné a mort

arrache toi la chair ,tue  , escalade ,mords

mais viens ! pose ta joue contre ma tête ronde

nous n'avions pas fini de nous parler d'amour

nous n'avions pas fini  de fumer nos gitanes

on peut se demander pourquoi les cours condamnent

un assassin si beau

qu'il fait pâlir le jour

 

(édition gallimard 1999)

16:25 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

Écrire un commentaire