Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/01/2017

Mon Oncle Benjamin (Edouard Molinaro 1969)

sans-titre.png

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

C'est un film qui fait  du  bien , c'est un film que l 'on peut  qualifier  de jubilatoire  et d'une  franche paillardise drôle et aiguisée.

Réalisé  par Edouard Molinaro qui sortait  de  deux  films 'compliqués  ' avec De Funes (les  deux  hommes  ne  sont pas  entendus  du tout tant  sur 'Oscar  '  que sur ' Hibernatus  ' deux adaptations de pièces  qui rencontrèrent  malgré  les  tensions  Molinaro  - De  Funes   un grand  succès.

Pourtant en cette année 1969 Deux drames ternissent la bonne humeur et l 'esprit libertaire voire anarchique de  ce film   .

En premier lieu le décès  dans un  crash  d'avion de la femme  de Molinaro  et le diagnostic  délivré a Brel  et dans lequel ce  dernier apprend  le  mal incurable dont il est atteint.

Cette nouvelle  terrible  va  décider Brel a  faire de 'Mon Oncle  Benjamin '  une  thérapie et l 'acteur qu'on imaginait mal  dans  le  registre  de la  comédie va  s'y révèlera délectable

C'est  certainement  sa prestation dans le  rôle du Docteur benjamin Rathery qui décidera des metteurs  en  scène  comme Claude Lelouch ou  Jacques Veber   a lui proposer les futurs rôles inoubliables  dans deux comédies majeures  des  années  70 a savoir 'l 'aventure c'est l 'aventure '  (1972) et ' l'emmerdeur  ' (1973)

'Mon Oncle Benjamin ' est une comédie en costumes (l'action se passe  au XVIIIe) aussi drôle que poétique et qui fait la part belle a  la liberté, a l 'amitié aux joies épicuriennes, un film qui écorche clairement  la noblesse ( et le  clergé) et dans lequel on retrouve autour du grand  Jacques inoubliable médecin de  campagne  un peu ( beaucoup) ivrogne , contestataire  , coureur de  jupons , méprisant l'argent et éperdu de  liberté  (et de  son célibat) des  seconds  rôles  épatants de Paul Preboist en huissier-poète délirant  a Claude Jade  délicieuse et  craquante  sans oublier Armand Mestral , Bernard Blier  (irrésistible  marquis de Cambise) ou encore Paul Frankeur

Il y a clairement un peu de  Cyrano de Bergerac dans Benjamin Rathery et si on rit franchement a ce  film insolent et cynique la fin laisse place a une douce  mélancolie  pour une  scène  de  dernier repas et  d'enterrement d'une  grande poésie.

un film thérapie a voir de préférences en dégustant une  bonne  bouteille de  vin.

01:15 Publié dans cinéma | Lien permanent | Commentaires (1)

Commentaires

Quelle merveilleuse idée d'évoquer ce film "BONBON" qui fait du bien ! Merci de nous rappeler ces trois comédies merveilleuses dans lesquelles a brillé Jacques Brel, comme une évidence.
Il aurait sans doute eu une filmographie bien plus dense ensuite, si le coup du sort ne s'était pas acharné tel le corbeau noir sur son épaule.
A voir et à revoir en dégustant une bonne bouteille : oh oui et très vite !

Écrit par : Marie | 19/01/2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire