Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/02/2016

A perdre la raison (Joachim Lafosse 2012)

original_607075.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sans jugement, sans condamner et avec une  précision quasiment chirurgicale Joachim Lafosse réussit un film ambitieux et courageux avec un sujet particulièrement périlleux et tabou

A perdre la raison est inspiré de  l'affaire Geneviève Lhermitte, du nom de cette mère de famille belge ayant assassiné ses cinq enfants en février 2007

Le thème douloureux ; inacceptable de l infanticide est ici traité sans voyeurisme ; ni fausse pudeur

Lafosse nous entraine  dans  la lente spirale  qui va conduire La mère Murielle ( Emilie Dequenne  formidable dans un personnage au combien  risquée ) a ces gestes impensables , irréparables

Autour de la mère névrosée rongée d'angoisse et d'incertitudes les enfants et les hommes gravitent ;Le mari; Mounir  (Tahar Rahim excellent ) et surtout Niels Arestup dans le rôle trouble du docteur Pinget

Le film est dur ; lent  entrecoupé de flash back qui peu a peu  délivrent les symptômes du décrochage et de la lente folie de la mère

le trouble est le mot qui caractérise le mieux ce très beau film ; trouble aussi  la relation entre le docteur et Mounir son fils adoptif et associé ,  tout comme celle entre le docteur toujours et Murielle ,  trouble enfin  le rapport au mariage et au couple dans cet univers familial ou cohabitation et secrets font bon menage

Le docteur Pinget (énorme Arestup!) est a mon sens LE personnage central du film ,a la fois père adoptif; beau père ,mari ;  grand père , mécène il  nous laisse lui  aussi un curieux sentiment de trouble et de malaise

voici donc un film pas comme les autres et qui reste dans nos  memoires et dans notre  inconscient , un film a regarder  pour tenter  d'essayer comprendre ou peut mener le lugubre voyage ultime au bout du mal etre et de la souffrance.

 

 

 

16:48 Publié dans cinéma | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.