Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/01/2012

A Propos d'Albert Camus (1913 -1960)

 renquet-lauriane-camus.jpg

                                                                                                                                                                                                                   

 

 

 

 

 

Pourquoi ce post sur Albert Camus ? la raison en est  tout simple  .

Disparu le 4 Janvier 1960 l'ecrivan est célébré par Michel Onfray au travers d'un livre 'l'homme libertaire '(Flammarion)

J'ai depuis toujours été bercé  par Albert Camus , il demeure a ce jour ( avec Hemingway ) l'écrivain fétiche de mon père et dans ma famille il a toujours été la , présent au fil des ans comme une figure intellectuelle ,philosophique et culturelle.

Les raçines de l'ecrivain  identiques a celles de ma famille ,l'algérie  et surtout la ville d'Alger , ont forcément renforcées l'attachement portée a Camus  par mon père , Camus anti - héros absolu et visionnaire d'une tragédie algérienne inévitable .

Camus l'homme révolté mais mesuré , Camus autodidacte qui a toujours repété qu'il devait tout a son maître d'école , Camus enfant miséreux et souffreteux dont la mère illettrée n'aura jamais eu véritable conscience que son fils était un génie de la littérature contemporaine.

Banalement , ma découverte de Camus se fît avec" l étranger" un des premiers romans que je lisais peu après l'adolescence et qui faisait déjà figure de "livre culte "bien avant que ce terme n'empoisonne tout les domaines et ne devienne totalement galvaudé

En devenant Adulte , je lisais bien évidemment les autres livres incontournables de l'auteur ("la peste" , " les noces"," l'été ") et j'avoue que je n'avais pas le courage de m'attaquer a l'oeuvre théatrale de l'homme.

Les années passants   Albert Camus restait présent  dans mon univers  en partie grâce au culte rendu par mon père qui m'incita a lire notamment 'le premier homme' formidable livre  inachevé (le manuscrit fut trouvé dans la facel vega ou Camus trouva la mort ).

Ce livre fût pour moi un déclic , Non ! définitivement Non ! Camus n'etait pas un romancier poussiéreux son génie , son talent , son modernisme éblouissait chaque page de ce chef d'oeuvre posthume

Autour de moi  depuis des années je voyais célébrer tour a tour  des écrivains divers , de Sartre a Celine , De Maupassant  a Proust  mais il me semblait  toujours que les grands 'penseurs ' de notre culture  restaient timides sur l'idée que Camus fut un  génie et un  grand philosophe ( Camus , lui-même de son vivant parlait d'une forme de 'pègre parisienne')

Camus restait cependant l'écrivain préféré des français , le public devinant  derrière l'ecrivain les qualités humaines de l'homme , son honneteté dans l'engagement , son refus des injustices , de l'exploitation  , sa méfiance du pouvoir et des politiques ( ne disait -il pas ' ceux qui ont une grandeur ne font pas de politique ") 

On connait évidemment le passif 'lourd' entre Sartre et Camus ,les discordances , les différences fondamentales, les prises de positions politiques opposées on sait aussi combien on lui aura fait payer cher la 'fameuse ' phrase  prononcée a Stockholm après le prix Nobel de littérature en 1957  ce soir la  l'écrivain répondant a un journaliste sur les évenements en Algérie  affirmait 'je crois a la justice mais je défendrai ma mère avant  la  Justice " Tollé général on en parle encore plus de cinquante ans après En finira t'on un jour ?

Cependant méme si Jean Daniel , ami intime et compagnon de route de Camus aura au travers de son livre " Avec Camus , comment resiter a l'air du temps ?(2006) " reussit a rectifier quelque  peu le tir et a remettre les choses a leur véritable place ,le  livre de Michel Onfray permet désormais d'apporter une clarification définitive et n'en déplaise aux sartriens , aux  nostalgiques d'un existentialisme plus que démodé Camus s'impose désormais Comme le plus grand écrivain français du Vingtième siècle  et pour reprendre une formule signée jacques Julliard (qui présente le livre dans la revue Marianne de janvier 2012)" que Voila un heureux changement pour la littérature française ! "

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les commentaires sont fermés.