Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/09/2011

Klimt (Raoul Ruiz 2006)

 

                                                                                                                                            

il-manifesto-del-film-klimt-86666.jpgQue voila un film bien prétentieux ! , que voila un film irritant tant la volonté de  Raoul Ruiz  d'intellectualiser son sujet est énervante irritante parfois  insupportable

Car ce film onirique  certes plastiquement magnifique ne masque en réalité qu'une seule chose  le fantasme d'un réalisateur d'imposer  sa vision artistique de l'oeuvre du peintre

Bien sûr les critiques toujours très tolérantes avec Ruiz ont encensés 'Klimt 'a tel point qu'on se demande parfois   si Ruiz n'a pas realisé son film a leur seule intention et  parallèlement les avis des spectateurs sont bien plus partagés , beaucoup (comme moi) s'estimant lésés ou trahi sur la marchandise

Le film volontairement non chronologique s'appuie sur les rêveries et les souvenirs  du peintre sur son lit de mort , cette astuce autorise donc  Ruiz de  se permettre toutes fantaisies (personnages farfelues et grotesques , situations surréalistes , rencontres improbables avec des figures mondaines de l'epoque)

En résumé le film sorte de suite de tableaux vivants bien appliquée n'est qu'une penible illustration des moeurs décousus de la société viennoise décadente du début du siècle mettant en scène des personnages s'écoutant parler 

Pas une seule séquence de Gustav Klimt (John Malkovitch ,pas très a l'aise) avec un pinceau a la main, Ruiz nous présentant  Klimt  comme un personnage plutôt distant ,pédant un peu obsédé

Le personnage d'Egon Schiele ,immense artiste dont Klimt fût l'un des maîtres est représenté par Nikolai Kinski qui est insupportable de maniérisme et en fait des tonnes (pas évident je l'admets d'etre le fils du grand Klaus Kinski)

Au final 'Klimt' n'est qu'un film kaléidoscope qui certes ,  peut subjuguer par la beauté visuelle de certaines scènes mais qui déroute et finit par agacer 

12:23 Publié dans cinéma | Lien permanent | Commentaires (1)

Commentaires

C'est un film à la hauteur (figuration/abstraction) de l'oeuvre de Klimt. Enfin ce n'est pas un Van Gogh à la Pialat, ouf! Kinski est énorme. Pari (ancien) gagné à mon sens.
Plus facile d'accès, quand même, que les haricots de vialat ou le carré de malevich.
Oups j'ai oublié les majuscules. Désolé.

Écrit par : Miguel | 07/10/2011

Les commentaires sont fermés.