Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/03/2011

Odessey and Oracle (The Zombies -1968)

 

Ce disque rentre" pile poil " dans la catégorie de ce que j'aime appeler 'les trésors cachés '. Son écoute , sa découverte que je recommande au plus grand nombre vous laissera  totalement émerveillé et immédiatememnt sous le charme .

Le rapprochement est bien sûr  inévitable avec les  chefs d'oeuvre millésimé 68 que sont 'pet sounds ' (The beach boys) et bien évidemment 'Sergent peppers lonely hearts club bands' (The Beatles) mais surtout n'allez pas croire que "Odessey and Oracle"  est un album 'sous influence' même si le travail autour des deux monuments pré-cités a laissé pour plusieurs générations des traces indélébiles

Lorsque le groupe enregistre  cet album  en 1968 dans les studios AbbeyRoad (tiens tiens!!!) le fantôme du   'Sergeant Pepper ' est partout car les Beatles viennent d'achever leur album mythique et tout le matériel  utilisé par les 4 de Liverpool est a leur disposition . Et le miracle va se produire car The Zombies groupe précurseur de la vague pop des années 63- 66  n'est  a ce moment qu'un groupe a 'singles ' dont la carrière semble deja sur le déclin

Quelques 45 tours ont toutefois  rencontrés un grand succès notamment 'She's not there ' numéro 2 des charts en 1964 ou encore 'tell her no ' (toujours en 1964) mais le groupe emmené par Colin Blumstone ne semble pas suffisamment armé pour résister au raz de marée des Beatles et des Stones alors en marche vers l'histoire

Ce disque sera donc a la fois leur apogée mais aussi leur testament ,  il sera aussi leur seul véritable album ,un disque marqué par l'incroyable coquille du titre le dessinateur étourdi (ou défonçé) de la pochette orthographiant mal "Odissey 'et  remplaçant la lettre  I par un E.

Cet album devenu mythique est sans aucun doute un disque 'maudit ' et ,lorsqu'il parait le groupe n'existe deja plus.Le choix des deux premiers 'singles ' s'avèrera hasardeux car ni l'excellent  'friends of mine ' ni 'Beechwood park ' ne rencontrent le moindre écho auprès du public .

La sortie compliquée aux U.S.A et minée par une bataille juridique  achève le groupe ,le leader jette l'éponge et s'en retourne bosser dans une compagnie d'assurance ,le groupe explose et disparait dans l"anonymat le plus total

Fin 69 Columbia publie un album qui regroupe plusieurs groupes ,le disque s'apelle 'Pop music révolution ' et  présente  un catalogue quasi complet des nouveaux prodiges de la firme . Aux cotés de Dylan , des Byrds ou encore de Spirit ,  Columbia a la lumineuse idée d'exhumer 'Time of the season ' un titre sublime perdu  plage 12 en toute fin d'Odyssey and Oracle ' un album alors deja oublié et c'est le jackpot  le titre ressuscité devient instantannément un énorme tube (N° 1 en grande bretagne ,N° 3 aux U.S.A) le lent chemin de la réhabilitation commence mais le  groupe ne produira plus rien d'autre exploitant leur unique creation artisitique jusqu'a la corde (reformations en 1997 puis en 2007 concentrées autour de ce disque essentiel)

Disque unique d'un groupe au parcours atypique mais disque indispensable Oddesey and Oracle a été classé par le magazine Rolling Stones à la 80e place dans sa liste des 500 plus grands albums de tous les temps.

 

 

 

13:14 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.