Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/04/2016

histoire d'une photo ( Sid Vicious - 8 Janvier 1978 )

medium_sid-vicious.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La photo est célèbre depuis longtemps, Sid Vicious dégoulinant de sang, torse nu le corps lacéré   ,ce cliché qui  a fait le tour du monde aura largement  contribué a renforcer davantage encore la folie  et l’extrême violence de ce que furent les Sex pistols.

La scène se passe en janvier 1978 a San Antonio au Texas ;en ce début d’année 1978 Les Pistols sont aux Etats –Unis pour une tournée qui va très vite virer au chaos général ; ils ne vont jouer que quelques dates entre leur premier concert le 5 Janvier au  Great Southeast Music Hall  d’ Atlanta, jusqu'au dernier le 14 janvier au Winterland Ballroom de San Fransisco .

Celui qui nous intéresse se déroula le 8  au Randy’s Rodéo de San Antonio .

c’est ici le royaume des cow-boys et des 'rednecks '  une contrée ou ni le rock et encore moins le ‘punk ‘ n’ont pris la place de la musique country , aussi le groupe qui se présente sur la scène ce soir la  est attendu avec un mélange de haine et de mépris.

A peine les Pistols posent t’ils le pied sur la scène que c’est une pluie de canettes qui s’abat sur leurs têtes , Johnny  Rotten , le regard fou , les yeux exorbités n’en a cure ; le groupe a l'habitude des concerts ultra violents et Johnny Rotten  le chanteur  harangue d'emblée  une foule hostile déjà bien excitée et bien  imbibée .

C’est l’arrivée de Sid Vicious qui va tout déclencher , le bassiste des Pistols qui vient de se lacérer le corps a coups de tessons de bouteilles en coulisses , se présente face au public il est déglingué a la bière et a l’héroïne , il titube et parvient a peine a porter son instrument  , les bouteilles continuent de voler et  de se fracasser sur la scène  ,l’une d’elles atteint Sid en plein visage mais ce dernier qui se met a pisser le sang prend  alors le  micro et s’avance vers le bord de la scène pour hurler   aux Cow boys  hystériques  «  tas de cow-boys pédés , vérole de texans  vous étés bien tous des pédés bouseux » il insulte tout le monde et traite leurs mères de ‘putes ‘ .

c’est plus qu’il n’en faut pour déclencher une bagarre générale le concert vire alors  au  chaos et alors que tout semble etre terminé avant de même commencer  , Les Pistols balancent un mur du son monstrueux avec les premières notes d’Anarchy in the U.K  qui assomment tout le monde.

Cette violence est un  défi ; le défi ultime d’un groupe extrême,  une ambiance apocalyptique et un  désordre  général orchestré par un groupe qui va marquer son époque par son attitude anti- conformiste totale et son refus des compromissions.

Mais déjà l’ombre de la fin plane sur les Pistols  ,’never mind the bollocks ,here's the sex pistols   ‘ le disque symbole de toute une génération ‘est sorti depuis a peine  deux mois mais  fait déjà partie de l’histoire .

Au quotidien le groupe semble etre  totalement incontrolable malgré un management approximatiff du rusé  Malcom Mc Laren , les Pistols  splittent  officiellement le  20  ,  six jours après la tournée américaine.

Vicious quant a lui lâché par le groupe erre, fauché  a new York  il  n’est plus qu’un  un mort vivant en sursis continuel et fera une overdose quasi fatale le 16 janvier.

Quelques mois plus tard  sa folie toxicomane  lui fera commettre l’irréparable avec l’assassinat supposé de Nancy Spungen sa ‘ girl friend ‘de  seringue qu'il va poignarder a mort dans une chambre du mythique Chelsea Hotel .

Le gosse de Londres va mourir un matin de février a New York,  et personne ne sera  vraiment surpris . La légende  du sale gosse camé ne fait alors que commencer.

 

lire sur jimboland  - 23 avril 1978 sid Vicious dynamite "my way"

http://jimboland.hautetfort.com/archive/2007/09/30/23-avr...

 

 

Les commentaires sont fermés.