Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/05/2008

Deux jours a tuer (jean becker -2008)

1073339129.jpg

 







On Connaît la qualité de Jean Becker pour les adaptations littéraires  rapellons  les excellents films que furent "l'été meurtrier "(adapté de sebastien japrisot en 1983) 'les enfants du marais" (d'après georges Montforez en 1994 ou encore "Effroyables jardins " tiré du roman de Michel Quint en 2003) et c'est sans aucune crainte que je décidai de voir "Deux jours a tuer " son dernier film  tiré du livre de françois d'Epenoux .

La présence  d'Albert Dupontel au générique s'imposait comme  une garantie supplémentaire pour un film réussi , Dupontel  etant a  mon avis  l'un des acteurs les plus complets du cinéma français , des rôles de déglingués mémorables ("Bernie", "enfermés dehors") aux personnages fragilisés  ("l'ennemi intime "-" un long dimanche de fiançailles" - "fauteuil d'orchestre ") il nous a toujours enthousiasmé et souvent bluffé.

Malheureusement ce film qui trouvera certainement son public par la force de son message ne m'a pas totalement séduit  car il pose a mon sens une question cruciale et essentielle a savoir :  'le fait d'être condamné par la maladie donne t'il tous les droits? car c'est bien la le sujet du film et même si le scénario tente de brouiller les pistes par une histoire banale d'adultère ou de crise de la quarantaine on sent très vite  qu'il se cache quelque chose de plus profond , de bien plus grave derrière le personnage tourmenté d'Antoine,  .

Antoine a réussi professionellement ;il  a  une jolie femme (marie josée Crozeformidable un role  pourtant assez ingrat) une  belle maison ,   deux enfants adorables , des amis  , un chien ,  de l'argent  et pourtant le temps d'un week end il va tout remettre en question , tout balayer , tout quitter sans y mettre les formes sans donner d'explications mais plutôt avec violence et fracas. Si 'deux jours a tuer ' n'est pas un mauvais film ' j'en suis ressorti déçu car je n'ai pas adhéré a la philosophie du personnage d'antoine je n'y ai vu ni courage ; ni noblesse  mais plutôt une certaine forme de vengeance personnelle cruelle et lâche . De plus  l'interprétation de Dupontel souvent irréprochable par le passé m'a semblé dans ce film  un peu  inégale et parfois approximative , j'aurai préfèré voir ce rôle confié a un comédien plus étoffé plus crédible dans ses colères et ses tourments ( Depardieu  ou Auteuil  auraient étés formidables) .Il y a certes de jolis moments (notamment l'arrivée d'antoine  en irlande) mais d'autres séquences sont totalement clichés et a mon sens un peu faciles (la scène avec l'auto stoppeur, le règlement de comptes au dîner d'anniversaire , la scène de la jaguar) bref  au bout du compte un film qui ne m'a pas emballé  et qui m'a laissé de marbre .A noter que  "deux jours a tuer "   se termine par une chanson terrible et sublime de serge Reggiani 'le temps qui reste ' une chanson qui par sa puissance et son impact ,vous donne le frisson et vous cloue  sur place  .

  

 

 

 

 

 

 

 

 

Commentaires

Grave question, importante question.... "Est-ce que le fait d'être condamné par la maladie donne tous les droits ?" La maladie frappe de façon injuste, inattendue et même si on ne veut pas l'avouer, on ne peut s'empêcher de se poser la question.... "mais bon sang, pourquoi moi ?"
Évidemment, on imagine l'accablement puis la colère et autres émotions violentes diverses que l'on peut ressentir mais diriger cette colère contre les autres par la médisance, la jalousie, la méchanceté sous couvert de la maladie .... c'est encore plus abject que la maladie qui frappe à l'aveugle !

Écrit par : Marie | 28/03/2016

oui le contenu de ton post me rejoint dans mon ressenti sur le film
ce que tu denonce est exactement ce qui m a gene et m a mis mal a l aise au regard du personnage interprété par Dupontel
nous avons donc de toute evidence la meme vision sur le sujet.

Écrit par : jimbo | 30/03/2016

Les commentaires sont fermés.