Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/02/2008

Dans paris (christophe Honoré -2006)

ace2615a13915df6cbd8b13c8af582a7.jpg

 

 

 

 

 

 

Promu réalisateur favori des cahiers du cinéma ,de Télérama et autres Inrockuptibles  Christophe Honoré (lui même ancien écrivain et ancien  critique des cahiers) est passé a la réalisation en 2000 avec "17 fois Cecile cassard "un film ambigu qui réunissait Romain Duris et Beatrice Dalle.

Dans Paris est son troisième long -métrage et si on retrouve  Romain Duris au générique de ce film on n'échappera pas a Louis Garrel , comédien fétiche d'Honoré qui semble établir avec lui une relation du style Truffaut -Léaud  (pour la petite histoire Jean pierre Léaud est le parrain de Louis Garrel ,  ce  dernier étant également le fils de Philippe Garrel le metteur en scène 'underground ' des années 70) . Nous sommes a coup sur devant un film face auquel  toute l'intelligentsia cinématographique va se pâmer  , une certaine intelligentsia  peut être mais sûrement pas moi car s'il est une chose qui a le don de m'agacer tout particulièrement au cinéma ( et dans la vie soit dit en passant) c'est la prétention et c'est  justement d'un (gros) excès de prétention que souffre le film de christophe Honoré. Personnellement je dois avouer que je trouve  Louis Garrel particulièrement médiocre ,  son jeu d'acteur surfait , ses poses pédantes , cette impression d'auto satisfaction permanente  sont pour moi tout simplement  insupportables. Que dire en revanche  de  Romain Duris sinon qu'il confirme ici qu'il alterne bons et mauvais choix (force est de constater  toutefois qu'il choisit souvent des rôles délicats et risqués). rajoutons que  ce n'est pas Joanna Preiss nouvelle  venue sur les écrans qui viendra  relever  le niveau , en effet  l'actrice qui interprète ici le personnage de  Joanna  est plus que moyenne (pour ne pas dire mauvaise).

La bonne surprise est a chercher du coté  des seconds rôles avec  Marie France Pisier disparue du paysage cinématographique depuis de nombreuses années que l'on retrouve avec plaisir et qui est ici  épatante ; quant a Guy Marchand  comédien irrégulier mais parfois excellent (notamment chez Pascal Thomas) il est formidable d'authenticité et de justesse dans le rôle d'un père incapable de comprendre et d'aider ses fils.

La présence de ces deux acteurs est peut  être a mon sens l'une des seules bonnes raisons de voir ce film.  

On sait depuis longtemps la fascination  que le cinéma de la " nouvelle vague "exerce sur Honoré et on notera dans ce film les clins d'oeil appuyés a Truffaut (domicile conjugal) ,Eustache (la maman et la putain) ou encore Demy et Godard mais si les films de Tous ces réalisateurs emblématiques n'ont jamais rien de vulgaire on ne peut pas en dire autant de 'Dans Paris' film branché pour bobo parisien qui malgré quelques belles scènes reste au final un film 'tendance '  trés (très)  largement surestimé.

 

 

 

 

Les commentaires sont fermés.