Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/07/2008

L'horloge ( Charles Baudelaire )

 

 

 

 

 

 

 

Juste pour le plaisir    et sans aucune autre raison particulière que l'envie de vous faire relire  ce poème sublime de Charles Baudelaire et pour vous rappeler  que ....  Sacrilège ! Mylène Farmer en avait fait une adaptation musicale  plutôt pathétique au début de sa carrière.

 

 

 

Horloge ! Dieu sinistre , effrayant ; impassible

dont le doigt nous menace et nous dit 'souviens toi '

les vibrantes douleurs dans ton coeur plein d'effroi

se planteront bientôt comme dans une cible

le plaisir vaporeux fuira vers l'horizon

ainsi qu'une sylphide au fond de la coulisse

chaque instant te dévore un morceau du délice

a chaque homme accordé pour toute sa saison

trois mille six cent fois par heure

la seconde chuchote 'souviens toi '

 rapide avec sa voix d'insecte

maintenant dit 'je suis autrefois'

et j'ai pompé  ta vie  avec ma trompe immonde

Remember ! souviens toi ! prodigue! esto memor!

mon gosier de métal parle toutes les langues

les minutes ,mortel folâtres sont des sangsues

qu'ils ne faut pas lâcher sans en extraire l'or

souviens toi que le temps est un joueur avide

qui gagne sans tricher , a tout coup c'est la loi !

le jour décroit ,la nuit augmente 'souviens toi'

le gouffre a toujours soif ,le clepsydre se vide

tantôt sonnera l'heure ou le divin hasard

ou l'auguste vertu ton épouse encore vierge

ou le repentir même  ,oh! la dernière auberge

ou tout te dira " meurs ! vieux lâche

il est trop tard"

 

Charles Baudelaire   (extrait des fleurs du Mal - 1855)

 

 

Commentaires

Les fleurs du mal de Baudelaire;

Je dois avouer que je ne l'ai pas bien assimilé; Est-ce parce que mon esprit vagabond refusait de se laisser imprégner ou est ce une résistance volontaire à la culture à cette époque précise?

Le fait est que j'ai été rattrapée après toutes ces années par les Fleurs du mal. Cette eouvre de Baudelaire fait partie de ce que j'appelle "Ma part d'héritage"...


Avec Madame Bovary, Les fables de La Fontaine, Les Fleurs du Mal m'ont été offerts par Le fils d'une Personne malade dont je m'accupais... Il avait une bibliothèque riche qui invitait à la lecture. Je lui faisais la lecture...

Aujourd'hui je les garde jalousemnt à mon tour dans ma bibliothèque.

Ursula

Écrit par : URSULA | 03/04/2007

L’INVITATION AU VOYAGE

Mon enfant, ma sœur,
Songe à la douceur
D’aller là-bas vivre ensemble !
Aimer à loisir,
Aimer et mourir
Au pays qui te ressemble !
Les soleils mouillés
De ces ciels brouillés
Pour mon esprit ont les charmes
Si mystérieux
De tes traîtres yeux,
Brillant à travers leurs larmes.

Là, tout n’est qu’ordre et beauté,
Luxe, calme et volupté.

Des meubles luisants,
Polis par les ans,
Décoreraient notre chambre ;
Les plus rares fleurs
Mêlant leurs odeurs
Aux vagues senteurs de l’ambre,
Les riches plafonds,
Les miroirs profonds,
La splendeur orientale,
Tout y parlerait
À l’âme en secret
Sa douce langue natale.

Là, tout n’est qu’ordre et beauté,
Luxe, calme et volupté.

Vois sur ces canaux
Dormir ces vaisseaux
Dont l’humeur est vagabonde ;
C’est pour assouvir
Ton moindre désir
Qu’ils viennent du bout du monde.
— Les soleils couchants
Revêtent les champs,
Les canaux, la ville entière,
D’hyacinthe et d’or ;
Le monde s’endort
Dans une chaude lumière.

Là, tout n’est qu’ordre et beauté,
Luxe, calme et volupté.

Écrit par : Marie | 28/03/2016

Les commentaires sont fermés.