Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/12/2004

Suicide :suicide (1977)

homepage_large_7e59648c.jpg

A l'instar du Métal Machine Music de Lou Reed, le premier album de Suicide est pratiquement impossible à écouter dans son intégralité. En effet, personne, raisonnablement équilibré et normal, ne peut vraiment en rentrant du boulot ou le dimanche matin au réveil, poser cet ovni discographique sur sa platine et vaquer à ses occupations.

C'est pourtant l'un des disques fondateurs de tout ce qui va suivre à partir de 1977, car tous les mouvements musicaux vont puiser dans cet album fondamental, de la techno à la cold-wave et du hip-hop à la musique industrielle
minimaliste, jusqu'à l'abstraction. Ce disque va être un flop total lors de sa sortie, même le mouvement punk va le rejetter; et c'est dans une incomprehension générale que cet album va se forger une réputation d'album-maudit
Aujourd'hui reference force est de reconnaitre que ce disque tout autant insuppportable que génial reste d'un avant-gardiste extrême
Son écoute relève plus de l'agression que du plaisir des oreilles, le bruit et les larsens d'Alan Véga  et Martin Rev décapent votre cerveau et vos neurones.
Ecouter les 10' 24 de "Frankie Teardops" ou les 2' 32 apocalyptiques de "Ghost Rider" nous rappelle le choc de la première écoute du "Sister Ray" du Velvet Underground.
On est en terre inconnue où le bidouillage et la distorsion deviennent forme artistique.
C'est un album déstabilisant et unique


il est donc indispensable

 

ecoutez  'ghost rider '


podcast

Écrire un commentaire